of 20 /20
Bibliographie sélective Secteur « Adultes » Novembre 2014 Bibliothèque G. de Maupassant 5 rue Baléchoux 27140 GISORS – tél. 02 32 27 60 89 La der des ders ? 1914-2014 Centenaire

Biblio grande-guerre-2014-complete

Embed Size (px)

Text of Biblio grande-guerre-2014-complete

  • Bibliographie slectiveSecteur Adultes

    Novembre 2014

    Bibliothque G. de Maupassant5 rue Balchoux 27140 GISORS tl. 02 32 27 60 89

    La der des ders?

    1914-2014C e n t e n a i r e

  • A loccasion du centenaire de

    la Premire Guerre

    Mondiale, la bibliothque G. de

    Maupassant vous

    propose dans cette bibliograp

    hie slective, des

    documentaires, bandes dessin

    es, tmoignages et

    romans abordant tous de prs

    ou parfois dun peu

    plus loin, cette guerre qui marqu

    a le 20e sicle.

    Quelques parties documentaire

    s, vous proposent

    galement den dcouvrir tout d

    e suite un peu plus

    sur ce quon appellera la Gra

    nde Guerre mais

    quon esprera surtout tre la

    Der des Ders...

    Les parties documentaires son

    t principalement tires de Wikip

    dia.

  • Documenta i res

    Des lendemains qui saignentDominique GrangeCasterman, 2009Cote : 782.42 GRA MUSIQUE ET CINEMAex. : 95078243

    Calligrammes : Pomes de la paix et de la guerre (1913-1916)Guillaume ApollinaireGallimard, 1973Cote : 841 APO ex. : 95012247

    De la Grande Guerre au monde contemporainLarousse, 2001Cote : 909 DEL ex. : 95043840

    Histoires insolites de la Grande guerreJulien ArboisCity, 2013Cote : 940.3 ARB ex. : 95077197

    La Grande Guerre : 1914-1918Stphane Audoin-RouzeauGallimard, 1998Cote : 940.3 AUD ex. : 95024868

    La Grande guerre des cartes postalesPierre BroulandHugo & cie, 2013Cote : 940.3 BRO ex. : 95077418

    Les uniformes et quipements des soldats franais ont volu aucours de la Premire Guerre Mondiale.Casquette et pantalon rouges

    La Guerre franco-prussienne de 1870-1871 est le dernier conflit

    avant la guerre industrielle. Les uniformes pantalon rouge sont

    trs voyants, mais c'est sans inconvnient : on cherche montrer la

    prsence des troupes, plutt qu' les cacher aux yeux de l'ennemi.

    Cet uniforme est celui des soldats franais jusqu'en 1915.

    Casque Adrian et uniforme bleu horizon

    Ds le dbut de la Premire Guerre Mondiale, les armes sont longue

    porte, prcises ou rptition. On s'aperoit vite que les uniformes

    rouges font de parfaites cibles. Il faut attendre 1915 pour que soit adopt

    l'uniforme bleu horizon et le casque Adrian.

    Mmoires de la Grande guerre1911-1915 Winston ChurchillTallandier, 2014Cote : 940.3 CHU ex. : 2 tomes disponibles

    La guerre est finie : 100 ans dj !Philippe ClaudelItaliques, 2013Cote : 940.3 CLA ex. : 95077239

    1914, le destin du mondeMax GalloXO ditions, 2013Cote : 940.3 GAL ex. : 95073742

    1

  • 1918, la terrible victoireMax GalloXO ditions, 2013Cote : 940.3 GAL ex. : 95074650

    La Grande guerre par "L'Almanach Vermot" 14-18Hachette Livre, 2014Cote : 940.3 GRA ex. : 95077295

    Paroles de Poilus : Lettres et carnets du front (1914 - 1918)Jean-Pierre GunoA vue d'oeil, 1998Cote : 940.3 GUE EN RESERVE GROS CARACTERESex. : 95031797

    La Grande Guerre 1914-1918Slection du Reader's Digest, 2001Cote : 940.3 GUE ex. : 95038924

    Tmoin de la Grande Guerre : tous les reportagesAlbert LondresMagellan & Cie, 2014Cote : 940.3 LON ex. : 95078694

    Les Soldats de la grande guerreJacques MeyerHachette Livre, 1998Cote : 940.3 MEY EN RESERVEex. : 95024018

    14-18 : mille images inditesPierre MiquelChne, 2014Cote : 940.3 MIQ ex. : 95077792

    Reportages de guerre 14-18Pocket, 2014Cote : 940.3 REP ex. : 95077659

    La Musique au fusil : avec les poilus de la Grande GuerreClaude Ribouillaultd. du Rouergue, 1996Cote : 940.3 RIB EN RESERVEex. : 95030497

    Arts et littrature de la Grande GuerreCentre national de la documentation pdagogique, 2014Cote : 940.31 ART FONDS EMPLOI / FORMATIONex. : 95068673

    Lartisanat de trancheAppel aussi Art du Poilu ou Art destranches Trench Art par lesanglophones dsigne une activit decration artistique manuelle et un artpopulaire pratiqu entre autres par lessoldats de la Premire Guerre Mondiale,pendant les priodes de rpit, entre deuxmontes au combat.

    Cette activit artisanale populaire est apparueds la guerre de 1870 et sest surtoutdveloppe dans les tranches lors de laPremire Guerre Mondiale, priode de sonapoge, puis dans les camps de prisonniers dela Seconde Guerre Mondiale, pour tromperlennui. Elle est similaire la tradition sculairedes marins qui confectionnent des objetsgravs et sculpts en os de baleine et autres

    2

  • matriaux. partir de lhiver 1914-1915, cet artisanat va connatre undveloppement considrable.

    Les soldats de toutes les puissances combattantes,contraints linaction et limmobilit de la guerrede tranches, disposaient de quantits importantesde mtaux, provenant des douilles des munitionstires sur lennemi. La consommation dobus de 75mm est dmesure : 3,75 millions sont tirs lors duseul mois de mars 1916 dans le secteur de Verdun.Fin 1916, plus de 60 millions dobus auront t tirs.

    Ces hommes fabriquent de nombreux objets de la viecourante (briquets, couteaux, bagues, botes bijoux,tabatires, cannes, objets de pit, portes-plumes,encriers, etc.), ou dcoratifs (figurines militaires,maquettes davions) partir des matires premirestrouves sur place : laiton et cuivre provenant desprojectiles (douilles de balles, douilles et ttes dobus,shrapnels) et de lquipement individuel (quarts, gamelles,boutons, etc.), aluminium fondu servant la fabrication debagues, cuir, tissus, pierre et mme paille et autresvgtaux.

    Le bois facile trouver et ne ncessitant quun outillagerudimentaire est un matriau de prdilection. Il permet lacration de nombreux objets comme des plumiers, destabatires, des botes bijoux, des jouets, des cadres photos, des bas reliefs, etc.

    Une partie de ces objets est ralise larrire des lignes decombat par des soldats blesss ou mutils, dans des ateliersamnags par lautorit militaire. Des coles de rducationet des associations sont cres, comme Les Blesss autravail , qui certifient lorigine des objets vendus.

    Histoire illustre de la Premire Guerre MondialeAntonella AstorriPlace des victoires, 2000Cote : 940.4 AST EN RESERVEex. : 95032716

    crivains combattants de la Grande GuerreB. Giovanangeli, 2004Cote : 940.4 ECR ex. : 95068542

    J'tais mdecin dans les tranches : aot 1914-juillet 1919Louis MaufraisPocket, 2010Cote : 940.4 MAU ex. : 95077648

    Les Guerres ariennes : 1914-1915Williamson MurrayAutrement, 1999Cote : 940.4 MUR ex. : 95029918

    La Premire Guerre MondialeRobin PriorAutrement, 2001Cote : 940.4 PRI ex. : 95037845

    Images de propagande 1914-1918 ou L'art de vendre la guerreKatherine QunotHugo & cie, 2013Cote : 940.4 QUE ex. : 95077405

    3

  • Les Gueules casses L'expression gueules casses invente parle Colonel Picot, premier prsident de lUniondes Blesss de la Face et de la Tte, dsigne lessurvivants de la Premire Guerre Mondialeayant subi une ou plusieurs blessures aucombat et affects par des squelles physiquesgraves, notamment au niveau du visage. Ellefait rfrence galement des hommesprofondment marqus psychologiquementpar le conflit, qui ne purent regagnercompltement une vie civile ou qui durent,pour les cas les plus graves, tre interns vie.

    Durant la guerre, et aprs la guerre, en plus dessoldats morts laissant en France trois millions

    de veuves et cinq millions dorphelins,de nombreux soldats de retour de laguerre ou des hpitaux taientgravement handicaps par les squelles:blessures reues au front, amputs,mutils du visage, aveugles, gazs,dfigurs, etc... Ces hommesreprsentaient 6,5 millions d'invalidespour prs de 300 000 mutils 100 %.En majorit, ces blesss taient deshommes gs de 19 40 ans. Alors que la reconstruction du pays ncessitait unnorme travail, leur invalidit limitait la main duvre et le temps disponible, ainsiensuite que la reprise conomique du fait de leur incapacit pratiquer une activitprofessionnelle et que ltat tait contraint verser chacun deux une pension.

    Afin de rparer les dgts physiques et psychosociaux de la guerre, des centres sontouverts pour proposer des mthodes de camouflage ou de rparation des visages

    abms. L'expression Gueules casses aurait t introduite par le colonel YvesPicot alors quon lui refusait lentre un sminaire donn la Sorbonne sur lesmutils de guerre. Les Hospices de Lyon furent trs actifs dans ce domaine.

    LUnion des gueules casses

    LArmistice fut signe le 11 novembre 1918, mais ce nest que le 28 juin 1919 que futsign le Trait de Versailles auquel Georges Clemenceau convia 5 reprsentants desgueules casses issus de lhpital du Val de Grce (appel le Service des baveux )de Paris. Ils tmoignaient de la violence et de la brutalit de la guerre.

    Le mutil se sentait exclu en raison de seslongs sjours qui le coupaient de sesactivits dauparavant dans les hpitaux,luttant avec les procds archaques poursauver son visage, source de piti, dedgot mais aussi quelquefois desympathie de la part des autres individus.Bienaim Jourdain et Albert Jugon, deux anciens blesss soigns au Val deGrce fondrent le 21 juin 1921 une association, lUnion des Blesss de la Face et dela tte, la prfecture de police de Paris refusant le nom de Gueules casses. Laprsidence est confie au colonel Yves Picot et la vice-prsidence Jourdain. Le 25fvrier 1927, lUnion est reconnue d'utilit publique.

    Les difficults financires du dbut des annes 1920 retardrent la mise en uvre duprojet de construction dune maison des dfigurs de la face. Ce n'estqu'en 1927 que les gueules casses purent acqurir un domaine, grce une

    4

  • souscription assortie une tombola, ouverte la fin de 1925.Inaugure par le Prsident de la Rpublique GastonDoumergue le 20 juin 1927, la Maison des Gueules cassestait un chteau, situ une quarantaine de kilomtres deParis. En 1930, l'association cra le centre de recherchemaxillo-faciale, lhpital Lariboisire. En 1934, fut acquis ledomaine du Coudon prs de Toulon. Ces deux domainesaccueillaient les pensionnaires de manire dfinitive, pour lesplus atteints d'entre eux, ou temporaire, pour les convalescents

    notamment.

    Cependant, ces maisons ne symbolisent pas seulement la fraternit unissant lesdfigurs, mais aussi une sorte dexclusion lintrieur de la socit, une non-intgration d'aprs guerre. Cette association, qui n'a jamais demand de subventionspubliques, aprs avoir lanc en lien avec les autres associations de victimes de guerreune souscription nationale assortie d'unetombola (appele la dette ) entre 1931 et1933, fut finance partir de 1935 par laLoterie Nationale (cre par l'tat devant lesuccs remport par cette association) quideviendra plus tard la Franaise des jeux.

    Premire Guerre MondialeHedley Paul WillmottSlection du Reader's Digest, 2004Cote : 940.4 WIL ex. : 95060313

    Les souterrains de la Premire Guerre MondialeEric LaforgerieYsec ditions, 2013Cote : 940.48 LAF ex. : 95078237

    De LattrePierre PellissierPerrin, 1998Cote : 944.08 PEL ex. : 95024246

    La dernire lettre crite par des soldats franais tombs au champ d'honneur, 1914-1918Grand caractre, 2005Cote : 944.081 DER GROS CARACTERESex. : 95067131

    Les anciens combattants : 1914-1940Antoine ProstGallimard, 2014Cote : 944.081 PRO ex. : 95077879

    1914-1918, la violence de guerreStphane Audoin-RouzeauGallimard, 2014Cote : 944.081 4 AUD ex. : 95077820

    Les Carnets de guerre de Louis Barthas , tonnelier : 1914-1918Louis BarthasLa Dcouverte, 1997Cote : 944.081 4 BAR ex. : 95021300

    Verdun : 24 octobre 1916Arthur ConteO. Orban, 1987Cote : 944.081 4 CON ex. : 95016945

    5

  • JoffreArthur ContePerrin, 1998Cote : 944.081 4 CON ex. : 95024245

    Croquis et dessins de poilusSomogy, 2002Cote : 944.081 4 CRO ex. : 95046235

    Les Poilus Poilu, est le surnom donn aux soldats franais de la Premire Guerre Mondiale. Cesurnom est typique de cette guerre, et ne fut utilis quen de rares et exceptionnelscas pendant la Seconde Guerre Mondiale.

    Le mot poilu dsignait aussi lpoque dansle langage familier ou argotique quelquun decourageux, de viril (cf. par exemple lexpressionplus ancienne un brave trois poils , quelon trouve chez Molire, de mme lesexpressions avoir du poil et avoir du poilaux yeux ) ou ladmiration porte quelquun qui a du poil au ventre .

    Dans son ouvrage LArgot de la guerre, d'aprs une enqute auprs des officiers etsoldats , Albert Dauzat donne la mme explication :

    Avant dtre le soldat de la Marne, le poilu est le grognard dAusterlitz, ce nestpas lhomme la barbe inculte, qui na pas le temps de se raser, ce serait troppittoresque, cest beaucoup mieux : cest lhomme qui a du poil au bon endroit, pasdans la main ! Cest le symbole de la virilit.

    Ce terme militaire datant de plus dun sicle avant la Grande Guerre, dsignait dansles casernes o il prdominait, llment parisien et faubourien, soit lhommedattaque qui na pas froid aux yeux, soit lhomme tout court .

    Mais depuis 1914, dit Albert Dauzat qui tudiait ltymologie et lhistoire des mots, le

    terme poilu dsigne pour le civil le soldatcombattant qui dfend notre sol, par opposition lembusqu .

    Une version populaire de la signification prtend quele surnom fut donn pendant la Grande Guerre, dufait des conditions de vie des soldats dans lestranches. Ils laissaient pousser barbe et moustacheet, de retour larrire, paraissaient tous poilus .Cette version ne peut trouver de fondements quedans les dbuts de la guerre, car ds lors que les gazeurent fait leur apparition, les masques gaz bannirent la barbe des visages des soldats ainsi

    que du rglement militaire. Les journaux qui transmettaient les informations sur laguerre et le front taient directement sous lautorit de la censure et de larme, etnutilisaient pas ce surnom. Dailleurs, puisquil tait interdit de diffuser des imagesprises en premire ligne, celles illustrant journaux et cartes postales mettent enscne des acteurs ou au mieux des permissionnaires, non tenus aux exigences despremires lignes.

    Un Western entre Beauvais et Rouen pendant la guerre 14-18Germain GalrantBertout, 1989Cote : 944.081 4 GAL EN RESERVE FONDS LOCALex. : 95020058

    Mon papa en guerre : Lettres de pres et mots d'enfants, 1914-1918Jean-Pierre GunoLes Arnes, 2003Cote : 944.081 4 GUE ex. : 95057539

    6

  • Paris 14-18, la guerre au quotidienAndr GunthertParis bibliothques, 2013Cote : 944.081 4 GUN ex. : 95077262

    Le FusillBlanche MaupasIsote, 1994Cote : 944.081 4 MAU EN RESERVEex. : 95022192

    Mourir VerdunPierre MiquelTallandier, 1995Cote : 944.081 4 MIQ EN RESERVEex. : 95014798

    Les Poilus : la France sacrifie...Pierre MiquelSuccs du livre, 2005Cote : 944.081 4 MIQ ex. : 95062401

    Images de Poilus : La grande guerre en cartes postalesFranois PairaultTallandier, 2002Cote : 944.081 4 PAI ex. : 95049526

    Paroles de Verdun : Lettres de poilusSuccs du livre, 2007Cote : 944.081 4 PAR ex. : 95062423

    Les Champs de la mmoire : paysages de la grande guerreAnne RozeLe Chne, 1998Cote : 944.081 4 ROZ ex. : 95030776

    La vie dans les tranchesCentre national de la documentation pdagogique, 2011Cote : 944.081 4 VIE FONDS EMPLOI / FORMATIONex. : 95071441

    La Grande Guerre dans l'OiseRoland AndrA. Sutton, 2002Cote : 944.35 AND ex. : 95038707

    Biographies

    L'incroyable nigme d'Anthelme Mangin : L'amnsique des tranchesJean-Michel CossonDe Bore, 2014Cote : B COS ex. : 95078130

    Les Sept piliers de la sagesse : un triompheThomas Edward LawrencePayot, 1991Cote : B LAW EN RESERVE BIOGRAPHIESex. : 95018824

    7

  • Bandes dess ines

    La grippe colonialeAppolloVents d'Ouest, 2013Cote : BD APP ex. : 2 tomes disponibles

    Les pays impliqusLa Premire Guerre mondiale a vu s'affronter un nombre important de pays, comptant principalement des puissances europennes et leurs dpendances puis, dans la seconde phase du conflit, des pays extra-europens. Outre les belligrants clairement identifis un camp ou un autre, de nombreux pays ont vu leur histoire fortement influence par le conflit, notamment les tats ayant pu accder l'indpendance cette occasion.

    Au total 23 tats souverains internationalement reconnus ont dclar la guerre l'Allemagne ou se sont vus dclarer la guerre par celle-ci. Un 24e, Saint-Marin, n'adclar la guerre qu' l'Autriche-Hongrie. Ces tats sont appels gnralement les"Allis".

    Il est a not qu lpoque, nombreuses sont les puissances europennes ayant descolonies. Celles-ci ont de fait, t engages dans la guerre, que cela soit par lenvoide troupe en Europe ou par des affrontements sur leurs territoires notamment enAfrique o les camps ennemis sont chacun prsents.

    La Premire Guerre mondiale est l'une des causes principales de la rvolution russe,qui entrane en 1917-1918 l'indpendance (phmre ou durable) des provinces de

    l'ancien Empire russe : Rpublique populaire ukrainienne, Rpublique dmocratique

    de Gorgie, Rpublique dmocratique d'Armnie, Lituanie, Lettonie, Estonie,Finlande, Pologne orientale. Ukraine, Gorgie et Armnie sont reconquises par laRussie sovitique au cours de la guerre civile russe, pour tre ensuite inclus dans

    l'URSS. Les tats baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie) sont absorbs par l'URSSnettement plus tard, l'issue de la Seconde Guerre mondiale.

    En 1917, sous la pression des militaires, et notamment de lamiral Tirpitz, le Kaiser sedcide pratiquer la guerre sous-marine outrance, cest--dire couler tous lesnavires se rendant au Royaume-Uni, mme les neutres. Les Allemands esprent ainsitouffer lconomie britannique et la contraindre se retirer du conflit. En avril 1917,les sous-marins allemands ont dj coul 847 000 tonnes, soit lquivalent du quartde la flotte commerciale franaise. Toutefois, lorganisation de convois sous laprotection de la marine anglaise et le dragage des mines russissent mousserlarme sous-marine. En fin de compte, au lieu de faire baisser pavillon au Royaume-Uni et de terroriser les neutres, la guerre sous-marine outrance provoquelintervention amricaine.

    Comme le Royaume-Uni, les tats-Unis disposentuniquement dune arme de mtier. Ainsi, lorsque laproposition de guerre du prsident Wilson devant

    le Congrs le 2 avril est accepte, et que les tats-Unisentrent en guerre le 6, le prsident amricain doitcompter majoritairement sur la base du volontariat pourconstituer la force de 1,2 million dhommes qui narriveraen France qu partir du mois doctobre 1917. Cest lafameuse campagne daffichage ayant pour symbole

    lOncle Sam pointant son index vers le lecteur.

    On les aura ! : carnet de guerre d'un poiluBarrouxSeuil, 2011Cote : BD BAR ROMANS GRAPHIQUESex. : 95077287

    8

  • Sang noirFrdric ChabaudPhysalis, 2013Cote : BD CHA ex. : 95074489

    Mauvais genreChlo CruchaudetDelcourt, 2013Cote : BD CRU ROMANS GRAPHIQUESex. : 95077205

    Varlot soldatDidier DaeninckxL'Association, 1999Cote : BD DAE ex. : 95026743

    Les mots de Poilus !La cagna ou guitoune : Sorted'abri de fortune mnag dans lestranches : la vie des soldats s'yorganise, avec des lits construits enhauteur et superposs, pour gagner dela place et se protger des parasites quisont partout : rats,punaises, entreautres.

    Les totos : Ce sont les poux, il faut s'en protger et les dtruire sans cesse, ce quiest est difficile.

    La popote : C'est la cuisine roulante : elle est tenue par des cuistots et elle esttrs attendue. On y remplit sa gamelle.

    La gnle : C'est de l'eau-de-vie de fruits ou de grain : un alcool fort, mlange dediffrentes provenances, de qualit variable. C'est un remde contre le cafard ,

    qu'on a dans la tte.

    Le pinard : Le vin est distribu largement aux poilus : c'est plus sain que l'eau, etla France en produit beaucoup. Et a change les ides. Beaucoup de soldats sontrevenus de la guerre avec des habitudes de boisson, difficiles inverser.

    Le rata : Une sorte de ragot base de haricots ou de pommes de terre.Nourrissant et apprci de la troupe.

    Le singe : C'est du buf cuit, en conserve, considr comme rptitif, mais trsbon. Il y a un ouvre-bote prvu dans l'quipement des soldats.

    Le jus : C'est le caf, qui rchauffe bien les poilus. Quand il n'est pas bon, on ditque c'est du jus de chaussette , mais on le boit quand mme.

    Le gros gris : C'est du tabac en paquet, pour la pipe, coup trs gros. Ondistribuait aussi des cigarettes de troupe . Ceux qui ne fumaient pas lesrevendaient aux autres.

    L' as de carreau ou Azor : L' as de carreau , c'est le nom donn au sac dos, cause de sa forme carre. On l'appelait aussi Azor , car il tait en peau de chien,disait-on.

    Rosalie : C'est le nom parfois donn la baonnette, popularis par une chansonde l'poque.

    Le Lebel : C'est le fusil le plus courant, d'un modle dj ancien.

    Le 75 : Le canon qu'on trouve partout, produit en grande quantit. Les douillesd'obus de 75 mm servent faire des vases dcors ou toutes sortes d'objets.

    Shrapnell ou Shrapnel : Obus fusant rempli de balles, du nom de son inventeur,l'anglais Henry Shrapnel (1761-1842). Les combattants adoptent le plus souventl'orthographe avec deux l, peut-tre plus proche de la prononciation allemande.

    Les aros : Ce sont les aroplanes, nom courant l'poque pour les avions. Lespoilus prfrent prononcer aro.

    Les saucisses : Ce sont des ballons captifs d'observation, ainsi nomms pour leurforme allonge.

    9

  • MattoJean-Pierre GibratFuturopolis, 2008Cote : BD GIB ex. : 2 tomes disponibles

    La guerre des LulusRgis HautireCasterman, 2012Cote : BD HAU ex. : 2 tomes disponibles

    Notre mre la guerreKrisFuturopolis, 2009Cote : BD KRI ex. : 4 tomes disponibles

    La grande guerre de CharliePat MillsDelirium, 2013Cote : BD MIL ex. : 7 tomes disponibles

    Silas CoreyFabien NuryGlnat, 2013Cote : BD NUR ex. : 2 tomes disponibles

    Les Folies BergreFrancis PorcelDargaud, 2012Cote : BD POR ex. : 95077935

    Le Der des dersDidier DaeninckxCasterman, 1997Cote : BD TAR EN RESERVEex. : 95022154

    Putain de guerre !Jacques TardiCasterman, 2009Cote : BD TAR ex. : 2 tomes disponibles

    C'tait la guerre des tranchesJacques TardiCasterman, 1993Cote : BD TAR EN RESERVEex. : 95001581

    La Vritable histoire du soldat inconnuJacques TardiFuturopolis, 1991Cote : BD TAR EN RESERVEex. : 95018603

    Adieu BrindavoineJacques TardiCasterman, 1982Cote : BD TAR EN RESERVEex. : 95019609

    10

  • Romans

    Le feu : journal d'une escouadeHenri BarbusseGallimard, 2013Cote : R BAR ex. : 95078414

    Lourd bilan pour la FranceLibre l'est par l'effondrement russe, l'Allemagne lance toutes ses forces sur lefront ouest. C'est un assaut extraordinairement violent et dvastateur. Les allisreculent profondment, puis lancent une contre-offensive victorieuse. Celle-ciannonce la fin pour l'Allemagne. Le front des Balkans cde aussi, en septembre 1918.L'arme franaise de Franchet d'Esprey pourchasse l'ennemi. La Tchcoslovaquieproclame son indpendance en juillet. La Bulgarie et la Turquie jettent l'ponge.L'Allemagne sait que la guerre est perdue : les grves, mutineries, les meutes sesuccdent. Le 7 novembre, la Bavire fait scession ; le 9 novembre, la rpubliqued'Allemagne est proclame. Le 11 novembre, l'armistice est sign.

    En France, il souffle comme un vent d'euphorie. Le retour des prisonniers, puis celuides combattants, prend des allures de ftes ; mais la ralit reprend vite le dessus :o est la victoire ?

    Le quart nord-est de la France, qui a servi dechamp de bataille, est sinistr. Toutes les usinesont t dtruites; 3 millions d'hectares de terresont impropres la culture; 800 000 maisons ontt dtruites. L'conomie est au plus mal. Mmeles plus aiss sont touchs. La France comptait500 000 rentiers en 1914. Ils n'ont plus rien, etils attendront en vain le remboursement des

    emprunts russes. Les dirigeants franais croient en une solution miracle : les vaincusdevront tout payer. L'Allemagne, qui compte 2 millions de morts, n'tait-elle pasaussi ruine ? Le bilan humain (dress par le rapport officiel du dput Marin en

    1921) est effroyable : 1,4 million de morts (900par jour) ; 252 900 disparus ; 18 222 morts encaptivit ; 145 000 morts de maladie. Prs de36 % de ceux qui avaient entre 19 et 22 ans en1914 sont morts. Pour l'ouest de la France, ondispose d'un tableau par corps d'arme.

    Le 3e corps d'arme (Caen, Le Havre, Rouen) :298 000 mobiliss, 50 600 morts et disparus

    Le 4e corps d'arme (Le Mans) : 236 000 mobiliss, 47 200 morts et disparus

    Le 9e corps d'arme (Tours, Angers, Cholet, Saumur) : 333 000 mobiliss, 59 100morts et disparus

    Le 10e corps d'arme (Rennes) : 318 000 mobiliss, 62 100 morts et disparus

    Le 11e corps d'arme (Nantes) : 470 000 mobiliss, 87 000 morts et disparus

    Il faut aussi compter les autres victimes : 3 594 900 blesss ; 600 000 invalides ;300 000 mutils et amputs. 42 000 aveugles, 15 000 gueules casses. On compteenviron 600 000 veuves et autant d'orphelins. Le poilu aprs cinq annes de combatsqui ont boulevers sa foi et son tre espre qu'il s'agit l de la Der des Ders .

    Des garons d'avenirNathalie BauerP. Rey, 2011Cote : R BAU ex. : 95064963

    Avant le silence des fortsLilyane BeauquelGallimard, 2011Cote : R BEA ex. : 95071048

    11

  • Retour parmi les hommesPhilippe BessonJulliard, 2011Cote : R BES ex. : 95067423

    Clstin Louise, flic et soldat dans la guerre de 14-18Thierry BourcyGallimard, 2014Cote : RP BOU ex. : 95077819

    Comme neige au soleilWilliam BoydSeuil, 2003Cote : R BOY ex. : 95046707

    L'attente de l'aubeWilliam BoydSeuil, 2012Cote : R BOY ex. : 95067857

    Une lettre de vousJessica BrockmolePresses de la Cit, 2014Cote : R BRO ex. : 95068743

    Voyage au bout de la nuitLouis-Ferdinand ClineGallimard, 1996Cote : R CEL ex. : 95021332

    Les mes grisesPhilippe ClaudelStock, 2003Cote : R CLA ex. : 95038502

    Les Roses de VerdunBernard ClavelAlbin Michel, 1994Cote : R CLA ex. : 95005676

    L'espionClive CusslerGrasset, 2013Cote : R CUS ex. : 95073610

    Le Der des dersDidier DaeninckxGallimard, 1996Cote : R DAE EN RESERVEex. : 95021403

    Le bois des abeillesHortense DufourA vue d'oeil, 2006Cote : R DUF GROS CARACTERESex. : 95052715

    Le monument : roman vraiClaude DunetonBalland, 2004Cote : R DUN EN RESERVEex. : 95041015

    12

  • 14Jean EchenozEd. de Minuit, 2012Cote : R ECH ex. : 95073217

    Des Squelles de longue dureLa zone rouge est le nom donnen France environ 120 000 ha dechamp de bataille o, cause dedgts physiques majeurs sur lemilieu pendant la Premire GuerreMondiale et en raison de laprsence de milliers de cadavres etde millions de munitions nonexploses, certaines activits ontt provisoirement ou

    dfinitivement interdites par la loi. Alors que la priode du tout dbut de lareconstruction est relativement pauvre en archives, la seule existence de ce zonagepermet dapprhender la difficult et les enjeux de la reconstruction.

    Le traitement de la zone rouge a ncessit de :

    nettoyer les sols des milliers de cadavres et de restes humains, qui furent quandleur tat le permettait transports dans les cimetires, ncropoles ou ossuaires ;

    traiter les cadavres danimaux qui contaminaient les eaux de nappes et de surface ;cest cette poque qua t tendue la chloration de leau par chlore gazeux, alorsdite verdunisation , technique qui avait t exprimente Paris en 1911 ; oninvente aussi les premires techniques de dpollution et restauration de sols grande chelle et localement dinertage, sans encore les nommer ainsi ;

    pratiquer le dsobusage.

    Avec le temps, la surface de la zone rouge a t rduite, mais elle n'a pas disparu. Leszones officiellement reconnues concernes par les dgts de guerre couvraient 11dpartements et plusieurs centaines de milliers d'hectares.

    Seules quelques activits sont autorises en zone rouge :

    la sylviculture (fort domaniale) en rgion de Verdun, autour du mmorial de Vimy,

    des activits militaires, dont celles du camp militaire de Suippes implant sur lesruines de cinq villages : Tahure, Ripont, Les Hurlus, Perthes, Le Mesnil, dont unchamp de tir en zone de mmoire.

    le tourisme de mmoire et culturel.

    Lagriculture y a t et y reste interdite(thoriquement, car dans les annes 2000, ontrouve encore des zones de fauches, dagrainageet de cultures cyngtiques en pleine zonerouge). Elle est interdite en raison desrisques lis aux munitions non exploses ou auxrsidus toxiques de munitions exploses,

    ferrailles, barbels, sapes, risques lis aux rsidus chimiques et aprs guerre auxcadavres humains, etc.

    Les militaria (armes, munitions ou autres quipements militaires) ont t enleves,souvent par les habitants eux-mmes ou par des prisonniers, des travailleurstrangers (Chinois ou Europens), des volontaires (Quakers) et les dmineurs anglaiset parfois franais, assists de socits ayant obtenu une concession officielle pour larcupration des mtaux. Une grande partie des mtaux rcuprs a fait lobjet duncommerce aliment par les besoins urgents de la reconstruction.

    Aujourdhui encore la zone rouge demeure uneralit. Elle fait lobjet dassez peu dtudes et napparait dans lactualit que dans des casexceptionnels de dcouvertes de bombes nonexploses, mais cest oublier les nombreusesmunitions traditionnelles ou chimiques ou leursrsidus qui peuvent encore tre prsents dans le solet reprsenter un risque cologique non ngligeable.

    Par ailleurs, un des effets inattendus de linstauration de la zone rouge estlaugmentation de 100 000 hectares des forts de lest, reprsentant 20 % du massifdorigine.

    13

  • Bohemian FlatsMary Relindes EllisBelfond, 2014Cote : R ELL ex. : 95077180

    QuadrigeFrdric H. FajardieLa Table ronde, 1999Cote : R FAJ EN RESERVEex. : 95025921

    Chrysis : portrait de l'AmourJim FergusLe Cherche midi, 2013Cote : R FER ex. : 95068496

    Dans la guerreAlice FerneyJ'ai lu, 2006Cote : R FER ex. : 95052260

    Villa sourireElise FischerCalmann-Lvy, 2014Cote : R FIS Terroirex. : 95078131

    Dieu et nous seuls pouvons : les trs-difiantes et trs-inopines mmoires des Pibrac de BellerocailleMichel FolcoSeuil, 1991Cote : R FOL ex. : 95029346

    La chute des gantsLe Sicle 1Ken FollettLibrairie gnrale franaise, 2011Cote : R FOL ex. : 95068368

    Dans la main du diableAnne-Marie GaratActes Sud, 2006Cote : R GAR ex. : 95048161

    Bleus horizonsJrme GarcinGallimard, 2013Cote : R GAR ex. : 95073670

    CrisLaurent GaudLibrairie Gnrale Franaise, 2001Cote : R GAU ex. : 95054998

    14

  • Le Dernier arbreTim GautreauxSeuil, 2013Cote : R GAU ex. : 95074798

    Par un matin d'automneRobert GoddardSonatine, 2010Cote : R GOD ex. : 95062734

    L'architecte du dsastreXavier HanotteBelfond, 2005Cote : R HAN ex. : 95044568

    Trudi la naineUrsula HegiGalaade ditions, 2007Cote : R HEG ex. : 95055102

    L'adieu aux armesErnest HemingwayGallimard, 2010Cote : R HEM ex. : 95067400

    Un Long dimanche de fianaillesSbastien JaprisotDenol, 2004Cote : R JAP ex. : 95048507

    La petite cole dans la montagneMichel JeuryR. Laffont, 2005Cote : R JEU ex. : 95042196

    La Vigie : et autres nouvellesThierry JonquetL'Atalante, 1998Cote : RP JON EN RESERVEex. : 95026988

    Orages d'acier : journal de guerreErnst JngerC. Bourgois, 1998Cote : R JUN EN RESERVEex. : 95027352

    WaltenbergHdi KaddourGallimard, 2005Cote : R KAD ex. : 95048163

    Le Comptable indienDavid LeavittDenol, 2009Cote : R LEA ex. : 95060954

    Au revoir l-hautPierre LemaitreAlbin Michel, 2013Cote : R LEM ex. : 95074381

    15

  • Oeuvres compltes : Le Bataillon de la mauvaise chancePierre Mac OrlanEdito-Service, 1927Cote : R MAC EN RESERVEex. : 95003697

    ProfondeursHenning MankellSeuil, 2008Cote : R MAN ex. : 95057232

    Des Grives aux loupsClaude MicheletR. Laffont, 1979Cote : R MIC EN RESERVEex. : 95015655

    Graveney HallLinda NewberyPhbus, 2013Cote : R NEW ex. : 95073663

    La saga des ReavleyAnne Perry10-18, 2014Cote : R PER ex. : 95078219

    Le Temps retrouvA la recherche du temps perdu 10Marcel ProustFlammarion, 1986Cote : R PRO EN RESERVEex. : 95005917

    Le Diable au corpsRaymond RadiguetFlammarion, 1986Cote : R RAD EN RESERVEex. : 95043529

    Une terre d'ombreRon RashSeuil, 2014Cote : R RAS ex. : 95077283

    A l'ouest rien de nouveauErich Maria RemarqueStock, 1999Cote : R REM ex. : 95031962

    A la merci d'un courant violent : une toile brille sur Mount Morris ParkHenry RothL'Olivier, 1994Cote : R ROT EN RESERVEex. : 95004907

    16

  • La Marche de RadetzkyJoseph RothSeuil, 2013Cote : R ROT ex. : 95074078

    Les Champs d'honneurJean Rouaudd. de Minuit, 1990Cote : R ROU EN RESERVEex. : 95006225

    Le collier rougeJean-Christophe RufinGallimard, 2014Cote : R RUF ex. : 95077645

    Un matin sur la terreChristian SignolAlbin Michel, 2007Cote : R SIG ex. : 95053259

    Pleurs au fusilPhilippe TabaryLe Cherche midi, 2013Cote : R TAB ex. : 95077833

    Les affligsChris WomersleyAlbin Michel, 2012Cote : R WOM ex. : 95072806

    17

  • Horaires douverture

    Bibliothque G. de Maupassant

    5 rue Balchoux 27140 GISORS tl. 02 32 27 60 89

    Mardi 13h30 18h30

    Mercredi 10h00 18h30

    Vendredi 13h30 18h30

    Samedi14h00 18h00

    Diapo 1Diapo 2Diapo 3