Les nouvelles technologies au service de la santé

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Dossier nouvelles technologies : - Institut de Médecine Nucléaire- Robot «Da Vinci» - Société Médicale Beaulieu

Text of Les nouvelles technologies au service de la santé

  • 1. n 28 - dcembre 2004 spcial nouvelles technologiesmot du directeur Vue partielle du robot Da Vinci (en mdaillon) et vue dun cran de lIMN: la Clinique Gnrale-Beaulieu est la pointe du progrs.UN SUCCS QUI SE MRITE SOMMAIRE N28Les couloirs de la Clinique Gnrale-Beaulieu vien-nent de vivre une priode particulire et toujours Mot du directeur 1-2redoute: les journes Qualit. Nos certifications, Conseil mdical 2-3parmi lesquelles ISO 9001 et EFQM, se mritent.Elles nous ont permis daccder au club trs Dossier nouvelles technologies:slectif des Swiss Leading Hospitals, qui regroupe N Institut de Mdecine Nuclaire 4-7douze cliniques en Suisse. N Robot Da Vinci 8-9 N Socit Mdicale Beaulieu 10 - 11Pour faire partie de ce club, nous devionsrpondre 120 critres Qualit trs prcis. Loindtre vcus comme des contraintes, ces critresmodlent notre culture dentreprise et nous nousen rjouissons. (suite en page 2)
  • 2. 2 mot du directeur A lcoute des mdecins(suite de la page 1)Notre tablissement a tabli trois catgories dequestionnaire Qualit: Satisfaction patients biensr, mais aussi Satisfaction mdecins et C ONSTITU LA DEMANDE DU CONSEIL D ADMINISTRA -Satisfaction collaborateurs. Cette approche de TION DE LA CLINIQUE GNRALE - BEAULIEU , LE CONSEILlaccueil, tant hospitalier quadministratif, latten- MDICAL TRAITE DES AFFAIRES MDICALES COURANTES DE LA CLINIQUE. COMME LE RAPPELLE LE DR. RAPHAL GUMENER,tion porte aux prestations et le souci de len- QUI LE PRSIDE , LE CONSEIL MDICAL A UN RLEsemble des collaborateurs dapporter leur pierre CONSULTATIF ET REND UN RAPPORT D ACTIVIT LORS DEldifice commun font toute la diffrence. A la CHAQUE RUNION MENSUELLE AVEC LE CONSEIL D ADMI -Clinique Gnrale-Beaulieu, la qualit du service NISTRATION .est une proccupation permanente et partage partous. Le Conseil Mdical runit les mdecins agrs auprs de la Clinique intervalles rguliers pourGrce cet engagement, nous pouvons entre- les informer et les couter. Il traite, notamment,prendre dautres actions Qualit, comme celle du de lagrgation de nouveaux mdecins et adres-dveloppement technologique de la Clinique, pion- se sa recommandation au Conseil dadministra-nire en de nombreux domaines, ou celle de la tion qui dcide de lagrgation.rnovation des infrastructures. 2005 sera caractri-se par la rnovation de la Maternit, qui ftera ses10 ans dexistence. Nous aurons loccasion dyrevenir. LE RLE DE LINFIRMIRE CHEFLa Qualit est en dfinitive un tat desprit. Nous Annie Grange, qui compte vingt ans de maison, est infirmire chef la Clinique Gnrale-Beaulieuavons la chance, dans un contexte concurrentiel de depuis onze annes. A ce titre, elle assume la res-plus en plus rude, de disposer dun Conseil dad- ponsabilit de 180 infirmires, aide-soignantes,ministration attentif et clairvoyant. Labandon de la nurses, sages-femmes, etc. Le personnel soignantchirurgie ambulatoire fut une dcision courageuse. assure une prsence 24h sur 24 quil sagit dorgani-Lacquisition du Robot chirurgical et lamnage- ser et de superviser. Invite, en sa qualit dinfirmirement de lInstitut de Mdecine Nuclaire, dot des chef, au Conseil Mdical, elle y apporte son exprien- ce de terrain mais aussi son souci daller au fond desplus rcentes technologies PETC-CT, furent des choses. La confidentialit et ltat desprit convivial,dcisions consolidant nos ambitions. comme elle le souligne, qui caractrisent cette instan- ce le permettent. Ces changes entre professionnelsCest en veillant la qualit de ses prestations et et responsables divers titres sont importants car ilsservices au quotidien, complte dun outil de tra- contribuent rguler les flux dinformations, voire vail performant et moderne, que la Clinique dsamorcer des sources de tension. Annie Grange apprcie dy tre considre comme une partenaire. AGenrale-Beaulieu assure sa rputation dexcellen- raison dune sance mensuelle, les runions duce. Nous pouvons faire preuve de confiance et Conseil Mdical sont devenues indispensables cardoptimisme. elles marquent tout changement majeur de la Clinique. Annie Grange relve, tout comme le mde- PHILIPPE CASSEGRAIN, DIRECTEUR cin-rpondant, les changements survenus au cours des dix dernires annes. Et de souligner, notam- ment, la pression accrue et linfluence des mdias propos des questions mdicales.
  • 3. conseil mdical 3Le Conseil Mdical tudie aussi, ou propose le LE RLEcas chant, de nouvelles activits. Cest ainsi DU MEDECIN REPONDANTquil stait prononc, par un pravis mdical, Le Dr. Ian M. Schwieger est le Mdecin-sur la cration de lInstitut de Mdecine rpondant de la Clinique Gnrale-BeaulieuNuclaire ou lacquisition du robot Da Vinci. Il depuis 1998. Cet "ombudsman", qui partici-reoit rgulirement le rapport du travail des pe au Conseil mdical et au Conseil dadmi-Commissions dHygine et de Pharmaco- nistration, agit comme intermdiaire entre lavigilance. Clinique et ses divers intervenants: les pres- tataires de services de la Clinique et leursDIALOGUE AVEC LES SPCIALISTES bnficiaires, les patients. Il occupe uneOrgane compos de mdecins pour les mde- place particulire au sein de ltablissement.cins, le Conseil Mdical est lcoute des Son rle rpond en effet une obligationmdecins. Afin damliorer encore ce dialogue, lgale, propre toutes les cliniques, qui faitil a t dcid dorganiser une runion trimes- du Mdecin-rpondant "linterface" avec lestrielle avec les chefs de groupe des spcialistes autorits, les patients et leurs familles. Ilreprsents la Clinique Gnrale-Beaulieu. veille la bonne pratique mdicale, dans les rgles de lart et telle quelle est dfinie parUn projet de ralisation dune commission ou les standards (sans cesse rviss) de ladun groupement runissant les reprsentants FMH ainsi que des autres socits fatires.de chaque spcialit est en voie de finalisation. La gestion dventuels "conflits" fait aussiUne communication leur sera adresse ce partie de ses responsabilits. Ce pouvoirsujet en temps opportun. dcisionnel est important mme sil ne sera utilis quen dernier ressort. En cas dabsen-Le Conseil Mdical, souligne le Dr. Gumener, ce, les Dr. Dufour, Gumener ou Sauvain,est l pour assurer la bonne marche des soins, tous membres du Conseil Mdical, le rem- placent. En sept annes de fonction commesous un aspect global, ce qui recoupe aussi mdecin-rpondant, le Dr. Ian M. Schwiegerbien laccueil mdical, les soins prodigus que a vu sa fonction se dvelopper: "les patientsle suivi et, bien sr, lthique mdicale. devenant de plus en plus exigeants, ils ont accs une information mdicale vaste etCOMPOSITION peuvent tudier leur dossier. Ils viennentSa composition au 1er dcembre 2004 est la sui- avec des questions pertinentes et attendentvante: Dr. Raphal Gmener, (prsident), Dr. des rponses adquates, ce qui est bien srJesus-F. Arroyo, Dr. Georges-Antoine De positif mais accrot aussi le volume de travailBoccard, Dr. Jean-Philippe Dufour, Dr. Rolf et les responsabilits". De plus la clinique aFriedrich (secrtaire), Prof. Denys Montandon, mis en place de nouvelles structures de sur-Dr