4 journal 1 es 10-11-4 adieu gary

  • View
    345

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of 4 journal 1 es 10-11-4 adieu gary

  • 1. Adieu Gary Nassim Amaouche 1ES2 2010-2011
  • 2. 12-Grau Leslie 1ES2 ADIEU GARY La transformation du travail a chang la place des hommes
    • Au XIX, Durkheim a observ quun grand nombre de suicides avait lieu aprs la fin du travail agricole, car les paysans se retrouvaient seuls. Le lien social, cest tout ce qui nous relie aux autres. Il se cre au travers de diffrentes institutions comme la famille, le travail, lcole... Dans la socit moderne, le travail tient une place centrale, il inculque des valeurs, des normes en commun avec les autres, il permet d'obtenir un salaire, il donne une identit. Le travail est donc vital aux besoins sociaux et conomiques de lindividu. Il permet aux individus de se sentir appartenir un groupe, il donne une place dans la socit, dans le regard des autres. C'est aussi dans son milieu social que l'on se marie, c'est ce que l'on appelle l'homogamie sociale.
    • Les hommes ont une place prpondrante dans ce film. Dans la classe ouvrire, ils ont un travail physique, ils ont une place dominante de chef de famille. La socit les socialise en leur apprenant ne pas montrer leurs sentiments, le pre ne parle que trs peu ses fils car le rle de la tendresse et de la comprhension est plus tenu par la mre. C'est limage du petit garon qui doit tre fort, qui ne doit pas pleurer.
    • Francis, ouvrier et pre de famille typique des trente glorieuses, est fier de son mtier. Il ne comprend plus son fils, son travail ne lintresse pas, impensable pour Francis. Son fils range des fromages en rayon, et pendant la semaine du fromage, il doit porter un dguisement de souris. Son travail ne lui apporte aucune fiert, et mme le dvalorise aux yeux de sa petite copine. Ce travail ne gnre pas de savoir faire, comme celui de son pre autrefois. Entre ces deux gnrations, le monde du travail ne produit plus les mmes valeurs, le pre et le fils ne se comprennent plus, la socit a chang. Ce sont les rles et les comportements de pre et d'ouvrier qui doivent changer.
  • 3. Dans ces ruptures de notre socit, des groupes peuvent se sentir rejets, trop loigns des valeurs et comportements de la nouvelle socit, les valeurs estimables peuvent devenir atteignables certains groupes. Les liens, les valeurs qui reliaient ces groupes peuvent alors se distendre. Dans Adieu Gary, les habitants de la cit ouvrire ont perdu ou sont sans travail, ils peuvent se sentir inutiles, dvaloriss par rapport au reste de la socit, ils nont plus dexistence. La disparition du travail fait perdre tout sens, toute place dans cette socit, ils ont perdu leurs repres. Il faut attendre la dernire partie du film avec la machine de lusine qui semble redmarrer, dans un dernier soubresaut, pour que les habitants sortent dans la rue tous ensemble, cest un des seuls plans o on voit plus de 3 ou 4 habitants ensemble. Sans travail, cette cit est devenue une ville fantme. On sent la scheresse, la chaleur, on voit le vent qui pousse des buissons dans la rue principale dserte. On a l'impression que l'on est dans une des villes de la conqute de lOuest amricain aprs la construction du chemin de fer. La ville a connu son heure de gloire, et les rves de fortune sont passs. Aujourd'hui il n'y a plus rien que le dsuvrement des tres comme chous, le travail, cur de la vie industrielle a disparu. Comme dans tout Western, cest le mauvais garon qui sauve toujours la ville et les habitants. Dans Adieu Gary cest Samir, celui qui est en marge de la socit, qui sort de prison et va aider son pre finir son travail sur la machine, ce qui va permettre de passer autre chose, de recommencer vivre, le lien entre le pre et le fils est recr. Dans la socit XIX et XX sicle, le travail donnait une place dont on pouvait tre fier, aujourdhui beaucoup demplois dvalorisent ceux qui sont obligs de les prendre pour survivre.
  • 4. 13-Lucas Emin 1ES2 Adieu Gary Une socit Kleenex Une cit ouvrire en dclin se vide de sa population. Au cur de celle-ci, Francis est dcid rester, mme aprs la fermeture de lusine. Ce personnage reflte les valeurs de la classe ouvrire des grandes industries des Trente Glorieuses. Francis fut un ouvrier qualifi, investi dans son travail, il possde un vritable savoir-faire, il tait mme responsable de sa machine. Pour lui, son travail est toute sa vie, il lui donne une place dans la socit, il est fier de gagner sa vie. Dans cette cit, on a limpression quune tornade a tout dvast, que la richesse, la rue vers lor est passe puis sen est en alle. Il sest pass quelque chose qui a laiss comme choues ces personnes dans cette ville fantme. La machine industrielle a tout laiss labandon. Les valeurs de cet ouvrier semblent tre en totale contradiction avec les valeurs de lconomie capitaliste. Lconomie laisse ici ceux dont elle ne veut plus. Samir est le fils de Francis, il sort de prison, on suppose pour trafic de drogue. Samir est un jeune qui souhaite russir. Russir, pour lui, cest dabord faire mieux que son pre, tre pay dcemment pour un travail qui le valorise, qui lui fait acqurir une place, et lui donne une identit dans cette socit. Cest pour lui, sloigner de son pre, simple ouvrier, qui tait au bas de lchelle, il veut de la libert, une marge de manuvre dans son travail. Samir veut profiter, consommer, rentrer dans la norme dune socit dans laquelle notre pouvoir dachat dtermine notre statut, il veut sortir gagnant. Ceci tant, trouver un tel emploi dans sa situation semble presque impossible. Le pre et le fils doivent survivre, essayer de se reconstruire, aprs quils aient perdu leurs valeurs, leur place dans la socit. Ils subissent les ravages dune socit dans laquelle les choses sont de plus en plus phmres, lemploi, la libert. Ils veulent sortir du groupe de ceux qui subissent cette ralit, sortir de lchec, tre acteurs de leur vie, pour pouvoir la russir. Ils ont besoin dexister dans le regard des autres, de leur femme, ils seront dans la norme. Avoir un travail digne, cest pouvoir exister dans le regard de ceux que lon aime.
  • 5. 14-Clment Bastion 1erES2 Adieu Gary Perdu aprs le passage de la conqute de l'industrie
    • Le film commence par un long cheminement dans un tunnel qui parat infini, ce qui donne une sensation de chemin trac, sinueux et invitable. Le spectateur ne connat ni le dbut ni la fin de ce tunnel, nous sommes plongs dans l'inconnu, dans un lieu trs peu commun, sans que notre il n'ait de point fixer travers cette image, il n'y a pas de fuite possible.
    • Samir sort de prison, son frre le ramne la maison. Ils sont dans une automobile qui roule sur les rails d'une voie ferre. Cette faon de circuler semble banale, comme si les deux frres avaient l'habitude d'utiliser ces anciennes voies dsaffectes. Le spectateur peut mme se sentir en confiance face cette relation fraternelle bien que tout dans cette scne puisse paratre dcale, pas normale.
    • Puis nous dcouvrons le village, l c'est la routine qui s'impose. Cette cit semble abandonne, hors du temps, elle continue de se dgrader. Les habitants restent chez eux et ne font rien de leur journe. C'est comme si on tait aprs une catastrophe. La vie s'est arrte avec la fermeture de l'entreprise, le fondement de cette cit ouvrire, elle est partie laissant des ouvriers sans vie, aprs le cataclysme.
    • Nous avons Jos, il semble attard, les yeux vides, il est obse, il ne parle pas et il semble ne pas avoir d'motions propres, comme pas totalement vivant. Malgr tout cela on ne peut pas ne pas l'aimer ou plutt l'oublier, car les autres personnages dans lesquels on peut plus aisment se reconnatre, ne l'excluent pas et continuent l'accepter, donc le spectateur accepte ce personnage aussi. Quelque chose semble l'empcher de vivre, il attend le retour de son pre qui ressemblait Gary Cooper, un clbre acteur de westerns des annes 50. Il ne cesse de regarder des westerns comme si il vivait dans ce monde du cinma, de la conqute de l'Ouest, dans l'attente d'un sauveur qui viendra rtablir l'ordre, la vie. Sa mre, Maria, n'arrive pas lui avouer que son pre est parti, qu'il ne reviendra jamais plus. Francis, le pre de Samir est aussi l'amoureux de Maria et vient dcoincer la situation en venant dguis en Gary, pour qu'il prenne sa vie en main.
  • 6.
    • Francis, ouvrier qualifi, continue de se rendre au travail bien que l'entreprise soit ferme depuis longtemps. Il reste de nombreux vestiges du pass, des conflits sociaux, des manifestations, avec des syndicats dont faisait partie Francis. Il veut finir sa tche, faire redmarrer une machine que l'entreprise a oublie derrire elle, seul dans l'usine dsaffecte.
    • Le film nous prsente des vies arrtes qui sont dans l'attente, qui ne trouvent pas leurs voies dans la vie, dans la socit. Un jour tout semble basculer, Samir trouve le moyen d'aider son pre, ils redmarrent ensemble la machine, Francis en cow boy solitaire explique Jos que son pre ne reviendra pas, il les a oublis. On peut passer autres choses, revenir la vie. Le bruit et la fume noire du moteur explosion de la machine ont donn le signal, la vie peut redmarrer si l'on s'entraide, si l'on se donne un coup de main. Ce sont les individus ensemble qui peuvent recrer une autr