Rapport 1 copie

  • Published on
    14-Apr-2017

  • View
    588

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Master management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>Mmoire de recherche </p><p>Sous le thme : le modle dquilibre des actifs financiers : sa validit et sa porte pour la </p><p>capitalisation boursire des socits marocaines . </p><p>Ralis par : </p><p>DIRAA Abdelmajid Encadr par : </p><p>PR Karima TOUILI </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>1 </p><p>Remerciement </p><p>Je voudrais dabord remercier mon directeur de recherche Mme. Karima </p><p>TOUILI, pour son aide et sa disponibilit dans la ralisation de ce mmoire. </p><p>Je remercie ensuite la facult des sciences juridiques conomiques et </p><p>sociales SETTAT(FSJESS), pour la formation que jai reue et pour tous les </p><p>services dont jai bnficis, tout au long de mes tudes. </p><p>Pour finir, jexprime ma reconnaissance mes parents, pour leur soutien </p><p>et leurs encouragements. </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>2 </p><p>Sommaire Remerciement ...............................................................................................................................1 </p><p>Introduction, problmatique et mthodologie ...............................................................4 </p><p>Partie 1: cadre thorique et institutionnel. ...................................................................8 </p><p>Introduction de la partie : ..........................................................................................................9 </p><p>Chapitre 1 : la bourse de Casablanca : une place financire dexcellence pour une conomie en </p><p>dveloppement. ......................................................................................................................... 10 </p><p>Introduction du chapitre :....................................................................................................... 10 </p><p>Section 1 : la bourse de Casablanca : mtiers et histoires. ................................................... 11 </p><p>Section 2 : lorganisation, la structure de la bourse de Casablanca, et les valeurs mobilires.</p><p> .......................................................................................................................................... 15 </p><p>Section 3 : le fonctionnement de la bourse de Casablanca. ................................................. 22 </p><p>Conclusion du chapitre : ........................................................................................................ 27 </p><p>Chapitre 2 : revue thorique du modle dquilibre des actifs financiers (MEDAF) : .................. 28 </p><p>Introduction du chapitre :....................................................................................................... 28 </p><p>Section 1 : les bases et les racines du modle MEDAF. ...................................................... 29 </p><p>Section 2 : Le fondement et la construction du modle MEDAF ......................................... 36 </p><p>Section 3 : les hypothses et les utilisations du MEDAF. .................................................... 44 </p><p>Conclusion du chapitre .......................................................................................................... 47 </p><p>Conclusion de la partie ............................................................................................................ 48 </p><p>Partie 2: approche mthodologique et rsultat de la recherche. ...................... 49 </p><p>Introduction de la partie .......................................................................................................... 50 </p><p>Chapitre 1 : la dmarche mthodologique de la recherche. ......................................................... 51 </p><p>Introduction du chapitre :....................................................................................................... 51 </p><p>Section 1 : point sur la mthodologie : les donnes cibles et les sources de donnes .......... 52 </p><p>Section 2 : point sur la mthodologie : lchantillon de ltude. .......................................... 58 </p><p>Section 3 : point sur la mthodologie : plan danalyse ........................................................ 65 </p><p>Conclusion du chapitre .......................................................................................................... 67 </p><p>Chapitre 2 : prsentation des rsultats, des conclusions, et des alternatives. ................................ 68 </p><p>Introduction du chapitre......................................................................................................... 68 </p><p>Section 1 : prsentation des rsultats de ltude .................................................................. 69 </p><p>Section 2 : les conclusions de ltude. ................................................................................ 75 </p><p>Section 3 : les alternatives du modle MEDAF. ................................................................. 77 </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>3 </p><p>Conclusion du chapitre .......................................................................................................... 79 </p><p>Conclusion de la partie ............................................................................................................ 80 </p><p>Bibliographie ............................................................................................................................. 81 </p><p>Webographie ............................................................................................................................... 82 </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>4 </p><p>Introduction, problmatique et </p><p>mthodologie </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>5 </p><p> De nos jours, une des principales exigences du dveloppement </p><p>conomique est le dveloppement du systme et du march financier. En effet, </p><p>on peut dire que ces derniers gagnent de plus en plus dimportance dans le </p><p>contexte conomique, vu le rle dintermdiation quils jouent entre les </p><p>investisseurs et les pargnants. </p><p>On peut aussi remarquer, surtout dans les pays dvelopps, le passage </p><p>dune conomie dendettement une conomie de fonds propres. Cette </p><p>progression peut sexpliquer par le besoin accru daccs aux ressources jugs </p><p>encore limites dans les systmes de financement indirect, dautant plus que la </p><p>performance dune conomie tient ce que les capacits de financement soient </p><p>orientes efficacement aux besoins de financement, do le besoin dun place </p><p>ou ces deux vecteurs se rencontrent directement : le march des capitaux. </p><p>Ainsi peut-on dire que ces marchs sont des lieux o se confrontent </p><p>loffre et la demande des capitaux, o dune part les demandeurs de fonds y </p><p>recourent aux ressources dont ils ont besoin en contrepartie de titres mis </p><p>ouvrant des droits aux dtenteurs, et dautres parts, les investisseurs en capital </p><p>qui y trouvent des voies pour rentabiliser leurs pargnes. </p><p>Par ailleurs, si lobjectif des demandeurs est de saccaparer des fonds </p><p>utiles avec le moindre des cots, le souci majeur des investisseurs en capital est </p><p>de se procurer des titres qui lui permettront de maximiser le rendement avec un </p><p>niveau bien dtermin du risque quils pourront accepter, ce quon appelle </p><p>laversion au risque, du fait, on peut dire que les fondamentaux de leurs </p><p>dcisions repose sur un arbitrage entre le rendement et le risque. </p><p>Ce dernier postulat, en quoi rside lessentiel du comportement des </p><p>investisseurs, a fait lobjet de nombreuses recherches dans le domaine de la </p><p>finance. Partant des travaux de H.MARKOWITZ (1952) qui ont mis laccent sur </p><p>le couple rendement/risque des titres financiers, la thorie du portefeuille a </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>6 </p><p>rvolutionn le domaine de la finance du march pour donner les bases pour de </p><p>nombreux modles dvaluation des actifs financiers et ainsi que pour les </p><p>dcisions dinvestissement. En effet, et en ce qui intressera ce mmoire, les </p><p>travaux de SHARPE (1964) ont abouti lmergence du Modle dEquilibre </p><p>Des Actifs financiers (MEDAF ou en anglais CPAM) qui assoira dune manire </p><p>simple une relation associant la rentabilit des titres et leurs risques permettant </p><p>ainsi de prendre les dcisions financires. </p><p>Ce modle a jouit d'un certain succs auprs des intervenants sur les </p><p>march financiers car leur permettant de quantifier le risque encouru par la </p><p>dtention d'un actif financier en outre, il jouit d'une certaine renomm que ce </p><p>soit du point de vue acadmique ou pratique. Il permet, sous certaines </p><p>hypothses, de calculer le cot des capitaux pour autant la prime de risque exig </p><p>par les investisseurs, estim avec ce fameux coefficient , ainsi que destimer la </p><p>rentabilit des actifs financiers en se basant sur lindice de march ainsi que le </p><p>taux applicable aux actifs dits sans risque. </p><p>Cependant, on note certaines tudes qui ont conclu sur sa validation </p><p>telles que les tudes de Black, Jensen et Scholes (1972) qui ont apport une </p><p>dimension plus large au MEDAF, et dautres sur son invalidation telle que </p><p>ltude de Fama et French (1992) qui ont montr une relation entre le rendement </p><p>et le risque contraire celle soutenue par le MEDAF. Ces tudes et dautres </p><p>confirme que les hypothses sur lesquels est fondu le modle sont trop </p><p>restrictives et ne reflte pas la ralit du march, dautres indique lexistence </p><p>dautres variables qui influence le cours dun actif autres que le risque qutudie </p><p>le MEDAF. </p><p>Ce mmoire propose une tude sur la validit du modle dans le march </p><p>financier marocain, soit sur la bourse de Casablanca, qui va sarticuler sur les </p><p>questions suivantes : </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>7 </p><p> Si on a prouv linvalidit du moins linsuffisance du modle </p><p>dans les places financires les plus structures, voire dans les </p><p>pays dvelopps, Quelle est lvidence et la validit empirique </p><p>du MEDAF dans une place en dveloppement comme la bourse </p><p>de Casablanca ? </p><p> Si les hypothses du modle tournent autour du perfectionnement </p><p>du march, et si comme on la initi, des tudes ont prouv </p><p>linsuffisance du modle pour la traduction de la ralit </p><p>conomique et le comportement des intervenants, pourquoi </p><p>lestime-t-on ainsi ? </p><p>Pour rpondre ces questions, on a adopt une mthodologie dtude </p><p>fonde sur linduction, par la construction dun chantillon de 10 valeurs de </p><p>socits cotes dans la bourse de Casablanca, on a tenu choisir des socits </p><p>oprant dans divers secteurs, on a aussi pris en compte lanalyse et une approche </p><p>globale de ces valeurs pour les rfrer lindice de MASI parce quil prend en </p><p>compte toutes les valeurs cotes. </p><p>Ltude va consister calculer, selon un historique de 3 ans, la </p><p>rentabilit de ces actions par le modle du MEDAF et de la comparer aux cours </p><p>rels pour receler les anomalies du modle ensuite de les commenter en essayant </p><p>de trouver les causes de ces bugs. </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>8 </p><p>Partie 1: cadre thorique et institutionnel. </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>9 </p><p>Introduction de la partie : </p><p>Depuis 1929, date de la cration de la bourse de Casablanca, ce march a </p><p>connu plusieurs rformes de fond afin de garantir son rle dintermdiaire dans </p><p>une sphre de confiance et defficacit. En effet, depuis cette date, le chiffre de </p><p>transaction effectu na cess daugmenter refltant ainsi lampleur que prend ce </p><p>march dans lconomie marocaine en assurant les changes entres les agents en </p><p>excs de fonds et ceux en dficit. </p><p>Dans le premier chapitre de ce mmoire, on va prsenter la bourse de </p><p>Casablanca et son rle dintermdiation, les diffrents marchs qui y existent, on </p><p>va survoler les diffrents titres changeables sur cette place, ainsi que le </p><p>fonctionnement de cette entit. </p><p>Par ailleurs, dans le deuxime chapitre, on va mettre en clair les </p><p>fondements thoriques du MEDAF, tant un modle de gestion de portefeuille </p><p>de valorisation des rentabilits des titres, ce modle, malgr les critiques qui lui </p><p>ont t adress, a eu beaucoup dapport dans le domaine de la finance. </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>10 </p><p>Chapitre 1 : la bourse de Casablanca : une place financire </p><p>dexcellence pour une conomie en dveloppement. </p><p>Introduction du chapitre : </p><p>On ne peut juger la performance et la sant dune conomie que si celle-</p><p>ci permet aux agents en qute de fonds pour mener leurs activits conomiques </p><p>cratrices de la valeur de trouver des investisseurs en surplus de liquidit ou </p><p>agents pargnants voulant ainsi rentabiliser leurs avoirs. De cette faon, on peut </p><p>dire que la qute de cration des richesses peut tre affaire rsolue, grce ce </p><p>quon appelle lintermdiation financire. En effet, partout dans le monde, ce </p><p>rle est attribu plusieurs institutions et socits quelle soit de droit public ou </p><p>priv, qui dune faon ou dune autre, remplissent cette mission. La bourse est </p><p>un march qui remplit cette attribution dintermdiation de faon directe parce </p><p>quelle permet la rencontre directe de ces deux intervenants. A limage de la </p><p>bouse de Casablanca, au Maroc, cette place financire qui a t cre depuis </p><p>lre du protectorat a connu beaucoup de rforme et de restructuration sous la </p><p>tutelle du ministre de la finance afin quelle accompagne les bouleversements </p><p>ainsi que les changements du contexte conomiques depuis cet re. </p><p>Dans ce chapitre, on va essayer dans un premier temps de se rapprocher </p><p>de la notion de la bourse et lessentiel de son mtier, ainsi que lhistoire de la </p><p>bourse de Casablanca, puis dans une deuxime section on va essayer dtayer la </p><p>structure et lorganisation de notre sujet, pour enfin, dcrire le fonctionnement </p><p>de cette place financire. </p></li><li><p>Management et finance dentreprise 2014/2015 </p><p>11 </p><p>Section 1 : la bourse de Casablanca : mtiers et histoires. </p><p>I. Le march boursier : quel est son rle ? </p><p>Les Bourses de valeurs ou marchs financiers sont des lieux o </p><p>s'changent diffrents produits financiers, parmi ceux-ci les plus connus sont les </p><p>actions et les obligations, cependant il existe une multitude d'autres produits </p><p>(options, warrants, bons de souscription...) dont le nombre n'est limit qu' </p><p>l'imagination des financiers. </p><p>La Bourse joue le double rle d'tre la fois un lieu de financement pour </p><p>les entreprises (mission d'actions ou d'obligations) mais galement un lieu de </p><p>placement (investisseurs). </p><p>C'est pour cette raison que le march boursier est scind en deux sous </p><p>marchs qui sont respectivement le march primaire et le march secondaire. Le </p><p>rle du march primaire est d'organiser la rencontre de socits cherchant </p><p>financer leur dveloppement et des dtenteurs de capitaux (on peut faire un </p><p>parallle entre le march primaire et le march du neuf). Le march secondaire </p><p>tient plutt le rle du march de l'occasion o les diffrents intervenants peuvent </p><p>s'changer les titres, c'est ce march qui est bien sur le plus actif. </p><p>La bourse joue donc un rle primordial dans l'conomie contemporaine, </p><p>les entreprises y trouvent une partie des capitaux ncessaires leur expansion </p><p>tandis que l'Etat y finance le dficit de ses comptes. </p><p>Les personnes autorises exercer en Bourse sont limites certaines </p><p>catgories d'oprateurs, ce sont les socits de bourse qui sont seuls </p><p>intermdiaires agres pour oprer en bourse. En effet un particulier ne peut pas </p><p>intervenir directement sur le march, il doit obligatoirement transmettre ses </p><p>ordres un intermdiaire financier (socit de bourse, tablissement financier). </p></li><li><p>Management et...</p></li></ul>