Click here to load reader

1969 Mon Retour Au Tibet

  • View
    37

  • Download
    3

Embed Size (px)

Text of 1969 Mon Retour Au Tibet

Mon Retour au Tibet Samal Aun Weor ______________________________________________________________________

Mon Retour au Tibet ou Message de Nol 1969

Samal Aun Weor

1

Mon Retour au Tibet Samal Aun Weor ______________________________________________________________________ Chapitre 1 Les Sept Eternits L'Espace Abstrait Absolu est la Causa Causorum de tout ce qui est, a t, et sera. L'espace profond et heureux est l'incomprhensible Sit, l'ineffaable et mystique racine des 7 Cosmos, l'origine mystrieuse de tout ce que nous connaissons en tant qu'esprit, matire, univers, soleils, mondes, etc. "Cela", le Divin, l'espace de la flicit, est une terrible ralit par del l'Univers et les Dieux. "Cela" n'a pas la moindre dimension et, en vrit, c'est ce qui est, ce qui a toujours t et qui sera toujours ; c'est la vie qui palpite intensment en chaque atome et en chaque soleil. Parlons maintenant du grand ocan de l'esprit. Comment pouvoir le dfinir ? Certes, il est Brahma, la premire diffrentiation ou modification de "Cela" devant lequel tremblent les Dieux et les hommes. "Cela" est la racine de l'esprit et de la matire, mais ce n'est ni l'un ni l'autre. "Cela" transcende les lois des nombres, mesures et poids, de part en part, quantit, qualit, devant, derrire, au-dessus, en-dessous, etc. "Cela" est ce qui est ralit par del la pense, le verbe et l'acte. "Cela" n'appartient pas au temps et se trouve trop au-del du silence, du son, et des oreilles pour tre peru. "Cela" est l'immuable lumire, en profonde abstraction divine, qui n'a jamais t cre par aucun Dieu, ni par aucun homme ; c'est ce qui n'a pas de nom. Brahma est esprit, mais "Cela" n'est pas Esprit. L'Absolu, l'immanifest, est lumire incre. O tait la matire premire du Grand-Oeuvre ? Il est vident qu'elle reposait avant l'aurore de la cration au sein profond de l'Espace Abstrait Absolu. En ralit, cette matire primordiale est finalement l'me de l'unique, le noumne vivant de toute substance, matire cosmique indiffrencie. La sagesse antique dit que Brahma, le Pre, l'ocan de l'esprit universel de vie, la venue de la Grande Nuit (ce que les Hindoustans appellent Pralaya ou dissolution de l'Univers) se submerge dans l'Espace Abstrait Absolu pendant 7 ternits. Les 7 ternits signifient "Evos" (conserv de l'espagnol) ou priodes de temps totalement dfinies, claires et prcises. On nous a dit qu'un Mahakalpa, grand ge ou jour cosmique, a effectivement un total de 311 040 000 000 000 ans. Un Mahapralaya, une nuit cosmique, quivaut videmment la mme quantit de temps.

2

Mon Retour au Tibet Samal Aun Weor ______________________________________________________________________ L'espace est rempli d'univers. Tandis que quelques systmes de mondes sortent de la nuit profonde, d'autres parviennent leur crpuscule ; ici, des berceaux, plus loin, des spulcres. Avant que ne se lve ce Grand Jour dans lequel nous vivons, nous nous mouvons et avons notre Etre, qu'existait-il ? Le Rig-Veda rpond en disant : "Ni quelque chose ni rien n'existait Le ciel resplendissant n'existait pas. Mme l'immense vote cleste ne s'tendait pas l-haut. Qu'est-ce qui recouvrait tout ? Qu'est-ce qui l'abritait ? Qu'est-ce qui l'occultait ? C'tait l'insondable abme des eaux. La mort n'existait pas, mais il n'y avait rien d'immortel. N'existait aucune limite entre le jour et la nuit, Seul l'Un respirait, inanim et par soi Car il n'a jamais eu d'autre que Lui. Rgnaient les tnbres et tout le principe tait voil Dans une obscurit profonde, un ocan sans Lumire ; Le germe, jusqu'alors cach dans l'enveloppe Fait jaillir une nature, de la chaleur fervente. Qui connat le secret ? Qui l'a rvl ? D'o a surgi cette cration multiforme ? Mme les Dieux vinrent plus tard l'existence. Qui sait d'o vint cette grande cration ? Ce dont procde toute cette cration immense Que sa volont ait cr, ou qu'elle ait t muette, Le voyant le plus lev, au plus haut des cieux Le connat ou, Lui-mme non plus peut-tre, ne le sait pas. Contemplant l'ternit. Avant que fussent jets les fondements de la terre Tu tais. Et quand la flamme souterraine Rompra sa prison et dvora la forme Tu seras encore, comme Tu tais avant, Sans souffrir aucun changement quand le temps n'existera plus. Intelligence Infinie, divine Eternit !"

3

Mon Retour au Tibet Samal Aun Weor ______________________________________________________________________ Chapitre 2 Gens d'autres Mondes Nous, pauvres et misrables vers de terre de la boue, serions-nous par hasard si niais que nous ayons besoin d'enquter plus encore sur cette question de possibles visiteurs extra-terrestres ? Toutes les donnes que nous possdons ne seraient-elles pas plus que suffisantes ? Serions-nous, pour notre malheur, si obtus, si lents et balourds que nous ne puissions comprendre que depuis les temps antiques des gens d'autres mondes nous ont toujours rendu visite ? Ils nous vitent ? Ils nous fuient ? Ils ne sortent pas la lumire du jour ? Ne ferionsnous pas de mme, par hasard, devant une tribu de cannibales ? Les gens des autres mondes savent trs bien que, prcisment, nous ne sommes pas de douces brebis, et ils prfrent, avant de tomber entre nos flines griffes fratricides, disparatre furtivement dans le ciel toil. Que feraient les grandes puissances avec ce type de vaisseaux cosmiques ? Il n'est pas difficile de le deviner. Comme ces "soucoupes volantes" charges de bombes atomiques se rvleraient pouvantables ! Se retrouver en prison ; sans aucun motif, comme cela ; ou se convertir en cobaye dans un laboratoire fin d'expriences pour qu'on vous enlve des glandes ou qu'on vous injecte diverses substances, dans le but de connatre vos ractions, n'a certes rien d'agrable. N'est-ce pas ? Les visiteurs extra-terrestres, c'est vident, ne veulent pas subir pareil sort, raison pour laquelle ils prfrent nous viter, ne pas faire attention nous. Ceci ne signifie pas que les gens des autres mondes ne puissent pas se dfendre ; il est clair que s'ils ont dj conquis l'espace, ils doivent galement possder des armes formidables ; mais ils ne sont pas des assassins et il vaut mieux, de toute vidence, viter les problmes. Et quand nous ? Quand serons-nous capables de rendre des visites nos amis extraterrestres ? Certains spculateurs romantiques des XVIIIme et XIXme sicles envisageaient la possibilit de voyager jusqu' la Lune pousss par des ailes ou au moyen de ballons arostatiques. De telles fantaisies disparurent videmment du milieu intellectuel quand on dcouvrit la limite de notre atmosphre plantaire.

4

Mon Retour au Tibet Samal Aun Weor ______________________________________________________________________ Les moyens scientifiques du voyage spatial dfini revcurent avec les oeuvres merveilleuses de Konstantin Eduardovitch Tsiolkovski dans lesquelles sont mentionnes les fuses cosmiques. En 1920, le savant en question prdit que dans un futur assez proche, les ondes courtes des radios pntreraient dans notre atmosphre et se convertiraient en le moyen de communication stellaire principal. Cette prophtie est en train de s'accomplir ; les scientifiques modernes, malheureusement, ne sont pas encore capables d'interprter les messages cosmiques. Tsiolkovski croit que sur une plante au moins, situe un endroit quelconque, les tres humains ont dj atteint une technologie qui leur permet de vaincre la force de gravit et de coloniser l'Univers. Il est vident que nous autres, les gnostiques, nous allons beaucoup plus loin. Nous savons trs bien, par exprience mystique directe, que toute humanit inoffensive de l'espace cosmique infini peut s'offrir le luxe de voyager vers d'autres mondes habits. On parle beaucoup en ces temps modernes de la possibilit de voyages dans des systmes solaires, et mme de fantastiques fuses propulses par l'nergie atomique et guides par la pression de la lumire. Il existe actuellement de trs belles thories spatiales, aussi bien les russes que les nord-amricains luttent consciencieusement pour la conqute de l'espace. Il est malheureusement vident que pour arriver n'importe quelle toile semblable au Soleil qui nous claire, l'intrieur d'une priode de temps bien humain, il est ncessaire de rompre tout d'abord la barrire de la vitesse de la lumire. Dans cette barrire existe le monde tridimensionnel ; la rompre, la transcender quivaut de ce fait pntrer rellement dans la quatrime dimension ; cette dernire, en soi, est le temps. La conqute suprme de l'espace toil est impossible si le temps n'a pas t conquis auparavant. Sans doute, nous affirmons radicalement que la conqute du temps est impossible tant que nous restons enferms dans ce monde tridimensionnel de la vie, dtermin par la vitesse de la lumire. Dans la quatrime dimension, il est vident que nous pouvons voyager dans le temps, nous submerger dans le lointain pass, ou nous projeter dans le lointain futur ; rappelons-nous que le temps est rond. Si un vaisseau cosmique dcollait de notre monde afflig une vitesse suprieure celle de la lumire vers quelque mystrieux soleil resplendissant situ quelque part, l'incommensurable distance de 137 annes-lumires, il est certain, manifeste, qu'en revenant cette valle de larmes, tout en conservant pendant tout le trajet la mme vitesse, son quipage devrait passer par une terrible confusion en retrouvant notre Terre avance de 274 ans dans le temps. Cependant, quelle est la fuse cosmique capable, en vrit, de voyager une vitesse suprieure celle de la lumire ?

5

Mon Retour au Tibet Samal Aun Weor ______________________________________________________________________ Il est certain que le fameux systme de fuses, s'il peut vraiment nous emmener jusqu' la Lune avec quelques difficults et ventuellement jusqu' Mars, se rvle au fond compltement absurde pour la conqute de l'espace infini. Purcell, minent homme de science, analysa srieusement la quantit d'nergie indispensable pour raliser un hypothtique voyage sidral aller-retour n'importe quelle rutilante

Search related