(2004) Misères du désir

  • Published on
    25-Nov-2015

  • View
    64

  • Download
    8

Embed Size (px)

Transcript

  • Alain Soral

    Misres du Dsirfiction

    2004, Editions Blanche

    A Robert Wyatt, dont la musique maccompagne depuis tant dannes

    Prambule

    Misres du dsir, cest un beau titre.Quand on pense tous les emmerdes que vous attire lentreprise de conqute sexuelle : humiliation du

    non, frais de table, maladies vnriennes, mariage, divorce et pension, prison pour pdophilie, voire pire... on se dit, comme Bertrand Cantat, que sabstenir et t prfrable.

    Quon se contente seulement dcrire sur le plaisir, comme certain puceau lettr chauve aux yeux verts, cest alors lart lui-mme qui vous rappelle sa hirarchie : si Dante avait bais Batrice, point de Divine Comdie.

    Misres du dsir donc, on me demande den faire un livre... a me va.Comment dire non un diteur qui vous veut, cest si rare, surtout avec un gentil chque la clef...

    Mais dabord pourquoi moi ?Sans doute parce que javais par le pass, dans un autre livre, avant mon mariage lglise, revendiqu

    sept cents conqutes. Sur ces fameuses sept cent conqutes dment pntres et homologues, je dois au lecteur qui maime, comme aux fministes qui me hassent, une petite explication. Moi je voulais pas crire "conqutes", je trouvais le terme prcieux et prtentieux, je voulais crire "sondes". Sondes cest le terme exact du point de vue sociologique, mais mon diteur trouvait "sondes" trop gyncologique, fort de lautorit du payeur il opta pour "conqutes" qui lui semblait plus romantique. Du coup, ce qui tait dans mon esprit pure volont de rigueur scientifique, humilit, forfanterie, passa pour de la forfanterie, et le panel reprsentatif de celui qui sadonne la pratique avant dcrire, par souci de ralit, pour de la prtention et de labattage, voire du mpris. Quelle gloire peut-on tirer des filles quand on sait quelles sont physiquement, psychologiquement et socialement dtermines pour a ? Assez sur ce sujet, on laura compris, faire crire un loge de la retenue par un ex-baiseur est un paradoxe plus attractif que de commander le titre Christopher Reeves ou au pre de la Morandais.

    En plus, aprs deux livres sur les dangers du communautarisme, labstinence ctait pour moi loccasion de changer de sujet. Parler sans ambages des fministes, des gays, des Arabes et des Juifs, outre mattirer certaines sympathies dont je ne veux pas, ma cot dtre abusivement rang dans la catgorie "nouveaux ractionnaires". Quelques mots sur ces fameux nouveaux ractionnaires : ds quil y a "nouveau" dans le titre (beaujolais, philosophe...) et que les mdias en parlent un peu trop, on peut tre sr que cest du marketing et de la merde. Dnoncer la trahison de la "deuxime gauche" nimplique pas quon soit devenu de droite, au contraire ; comme Lindenberg, je ne vois aucune raison de rhabiliter la raction, le colonialisme, lanti-universalisme, comme le font de plus en plus ouvertement Finkielkraut, Adler et Klarksfeld junior dans le seul but de dfendre un tat racial et confessionnel. Dsol, mais entre le progressisme et Isral, je choisis encore et toujours le progressisme ; mais cest peut-tre parce que je ne suis pas juif...

  • Bref, il tait temps pour moi de changer de sujet si je ne voulais pas changer de mtier. Outre jouer les minorits opprimes, quand vous attaquez les minorits agissantes, elles agissent. Le lobby gay, un peu chatouill, dbutant, maladroit, ma dj fait comprendre, par lentremise de la milice communautaire Act Up, sa dsapprobation par trois fois (chez mon diteur, chez un animateur qui minvite et au journal qui memployait). Quand au lobby sioniste, messieurs Mermet et Boniface vous conformeront quel point il nexiste pas.

    Une chance pour moi, je crois au hasard ; comme jai beaucoup dennemis dans la communaut du livre mais quelques lecteurs fidles (soit la situation inverse de la plupart des dits), on me propose ce petit ouvrage. Va pour Misres du dsir ; seulement, de labstinence suppose du moine celle du taulard, mme en comptant les citations et autres renvois bibliographiques, le sujet tient en quelques dizaines de feuillets, un gros article. Une critique du dsir crite par un repenti, on va tout droit vers lessai paradoxal pour cadres format 192 pages la Pascal Bruckner, genre La tentation de linnocence ou Misre de la prosprit, lquivalent de la littrature de confort pour madame. A moins de digresser, faire mieux et pire que le sujet. Mais il faut encore viter les procs. Quand je vois la libert dont jouissent les Mrot, les Y.B., les Houellebecq sur les mmes sujets, je me dis que bourgeois nest pas si mauvais bougre, juste faux-cul. Il veut bien quon dise ses bassesses condition que ce soit au pass, de ntre plus physiquement impliqu. Il veut bien quon lui fasse admettre par de petites histoires ce quil refuse dentendre sur le plan du concept, pour a il faut juste quil y ait marqu "fiction" sur la couverture ; un roman cest de lart, et lartiste na-t-il pas tous les droits ?

    Cest pourquoi, contrairement aux apparences, ce livre nest pas un essai mais un roman, moderne, davant-garde, un pur dlire sorti de ma tte ne juger que par son style. Ce style qui fait lcrivain juste subversif comme on les aime, bien dsespr et sans aucune, aucune solution politique.

    Ecrivain, voil ce que je suis dsormais, cest entendu nest-ce pas ?

    1

    Lessai paradoxal pour cadres la Pascal Brucknerou

    du dsir transgressif lidologie du dsir Chapitre o jexpliquerai pourquoi, dsormais, cest la chastet qui est subversive... ou presque.

    La femme en string est lavenir de lhomme.

    Bon, lessai paradoxal pour cadres la Pascal Bruckner l quivalent de la littrature de confort pour madame , je vais vous le faire ; a sera vite torch.

    Misres du dsir.Je vais tenter de reproduire ici la dmonstration faite il y a dix ans Virginie Despentes. Elle ne men

    voudra pas, depuis elle a fait son chemin, rempli son petit bas de laine. Maintenant le truc est vent, elle ne ramassera plus rien ; je peux balancer.

    Un jour, dbut 90, je reois par la poste une lettre damour dune certaine Virginie. Une lettre poste du quatorzime arrondissement crite au Bic bleu sur du papier dcolire, avec des ronds sur les "i" comme en font les jeunes filles lge o elles rves de se les faire remplir.

    Il faut prciser quun mois auparavant, jtais pass dans le poste lmission Bas les masques de Mireille Dumas pour La vie dun vaurien, un roman autobiographique que jtais parvenu faire publier sur les dragueurs de rue. On sait limpact qua le petit cran sur les jeunes filles, surtout les varits, mais pour un crivain qui ne compte pas jouer les animateurs, une fille qui vous crit aprs un passage tl quelle a "senti" quelque chose en vous et quelle veut vous connatre (traduit en langage mle : quelle aimerait sentir votre truc en elle et que pour a il faut vous rencontrer), cest toujours inquitant. La groupie, moi je prfre laisser a aux chanteurs ; je nai pas rpondu.

    Javais mme oubli quand, une anne aprs, je reois par la poste un roman ddicac dune certaine Virginie, la mme, moins les ronds sur les "i", mais cette fois avec un nom propre : Despentes. Un roman au titre explicite : Baise-moi ! o lex-lycenne qui, visiblement, nhabitait plus chez sa mre, stait

  • invent un pass sulfureux : violence, drogue, parfum de prostitution... avec en prime juste pour bibi, son numro de tlphone crit en gros lintrieur.

    Une pro du pipe show ? Ni une ni deux, cette fois je prends mon tlphone et je lui file rencard, vers quinze heures, au caf juste en face de chez moi, des fois que... (A lpoque le pote chez qui je vivais bossait laprs-midi et moi jtais chmeur, je pouvais donc inviter qui je voulais.)

    Arriv en retard, exprs, histoire de respecter la hirarchie (cest quand mme elle qui demandait), je tombe sur une grosse vache assise en terrasse avec deux gros yeux globuleux et une dent jaune casse sur le devant. Toujours poli avec les dames, en me penchant plus prs pour lui faire la bise, je dcouvre chose rare de nos jours chez les jeunes filles quelle a en plus deux, trois poils au menton. Vous voulez le fond de ma pense ? Jai connu une Virginie qui travaillait dans un peep-show en haut de la rue Saint Denis, avant quil ne la mettent pitonne et ne la changent de sens pour tuer le mtier. Une bombe, droguer mais belle comme un cur, et gentille. Cest grce elle que je sais aujourdhui que les demi-putes margent la Scurit sociale sous lintitul artiste chorgraphe . Je laimais beaucoup mais jai quand mme d men dfaire, un pauvre qui veut devenir crivain ne peut pas se permettre de multiplier les handicaps. Lautre Virginie, l ? Montreuse dans un sex-shop ? Jamais ! Mme au fin fond du 93. Les grants de ce genre de commerce ne travaillent pas pour les bonnes oeuvres.

    Comme vous lavez compris, le sexe savrant impossible, je me retrouve donc parler du livre ; du sien bien sr qui vient de sortit, et comme il mest tomb des mains mais que je ne peux pas lui dire (toujours galant avec les dames) pour ne pas dcourager une dbutante qui na aucun avenir dans le peep-show, ni a fortiori comme chanteuse, actrice ou animatrice tl, jentreprends de lui expliquer, en une vaste priphrase, pourquoi en 1990 le sexe ne peut plus tre subversif.

    Elle a parfaitement compris. Elle nest pas si bte la Despentes, mais comme lpoque elle prparait Baise-moi !, le film, quelle sapprtait passer srieusement la caisse en jouant les rebelles fministo-trash sympathie Jack Lang avec manifs et ptitions Saint-Germain, elle sest vite dpch doublier et la Virginie sur la mauvaise pente, je nen ai plus entendu parler.

    Seulement le lecteur qui ne compte pas spcialement sur le cul pour chapper aux misres du travail salari a le droit de sinstruire. Pour lui je vais donc tout recommencer.

    Dabord, pourquoi prtend-on que le sexe est subversif ?Je crois que a nous vient tout droit de Georges Bataille, sociologue autodidacte et bibliothcaire qui a,

    entre autres, crit Lrotisme aprs guerre. Sartre laimait beaucoup, ce qui est mauvais signe. Disons que son "psychologisme sociologique" qui le poussait voir la production comme un fait de nature, et, consquemment, les fruits du travail exploit comme un excdent vgtal, appel "part maudite", que la classe dirigeante et parasitaire se dvouait pour consommer tait une vision quand mme bien plus marrante que le faux marxisme individualiste de lternel tudiant chassieux de Flore. Mais pour tre impartial, coutons ce quen dit le Petit Robert :

    Georges Bataille axa sur lide de transgression son interprtation de la socit et de lhistoire. Considrant la sexualit comme un facteur de dsordre, la socit la frappe dinterdit, appelant ainsi la transgression dans les religions : ftes, rituels, sacrifices... ou la rvolte chez les individus.

    Do toute la quincaillerie no-romantique hard : du retour en grce du marquis de Sade pour son vice salvateur aux films de Los Carax qui voit, comme Bataille, le sommet de la rvolte dans lacte de coucher avec sa mre (joue par Catherine Deneuve, mais quand mme).

    Corollaire politique immdiat : face une bourgeoisie puritaine et dissimulatrice qui cache son or et ses organes , il ne sagit plus de changer le monde par le combat des classes mais en dchanant la transgression du sexe.

    La rvolution en baisant !Imaginez limpact sur ces ternels branleurs que sont les tudiants en sciences molles : lettres, psycho,

    socio... ; le formidable alibi. Le droit, mieux, le devoir moral de renoncer lengagement politique au ct des travailleurs exploits, pour retourner faire ce que les ados nantis ont toujours fait pendant que leurs parents schinent faire bosser les pauvres : baiser. Baiser plus seulement pour passer le temps et se faire plaisir, non ! Pour subvertir lordre bourgeois. Coup double ! La rvolution la queue la main allong sur le plumard papa, Cohn-Bendit, sacr bandard, sacr veinard, vit la-dessus depuis quarante ans ! Quelle rigolade, quelle somptueuse arnaque !

    Bon, daccord, mais comment arrive-t-on Lle de la tentation sur TF1 ? Mougeotte rvolutionnaire ?

  • Disons-le tout net, si cette petite thorie pouvait encore faire illusion face lhypocrisie de la bourgeoisie catholique davant-guerre, le genre "Travail, Famille, Patrie" de lpoque Bataille, depuis quelque chose a chang. Et comme souvent, pour comprendre lvolution des mentalits, il nous faut faire un petit dtour par le srieux peu littraire de lconomie politique. Comprendre notamment la "socit de consommation" comme passage planifi, patronal et gouvernemental, du "dsir transgressif" lidologie du dsir. Du dsir comme interdit et comme paresse du travailleur producteur, au dsir comme pulsion encadre et obligation du salari consommateur. Une idologie du dsir dont le mcanisme simple, implacable, fonctionne comme un moteur deux temps :

    Un. La libert rduite au dsir. (Passant ainsi de la libert conue comme matrise de ses dterminations inconscientes et domination de ses pulsions, la libert comme laisser-aller la toute-puissance de son inconscient et de ses pulsions, soit son exact contraire.)

    Deux. Le dsir rduit lacte dachat.Vous pigez ?Achat de quoi ? Mais des objets que produit en masse la socit de consommation. Non plus ces objets

    utilitaires trop durables, trop indmodables et fatalement en nombre limit que produisait la socit de grand-papa : gazinires, TSF, pataugas... au charme si pris aujourdhui aujourdhui par les matres du design qui sacharnent les copier, mais des objets chargs de rves, de fantasmes, drotisme par la propagande publicitaire ; cette vaste animation-stimulation de la consommation appele "spectacle" depuis Guy Debord, le philosophe le plus lu Canal+. Une culture de masse faite daccessoires de mode, de gadgets technologiques standing et autres objets transitionnels "panliss" promus par la femme-objet et censs vous conduire au plaisir par lacte dachat. Du broute-minou au lche-vitrines.

    Si le dsir put tre une aventure toujours individuelle, indite, dans une socit de linterdit et du srieux de la production utilitaire, lidologie du dsir de la socit de consommation des objets du dsir a transform irrmdiablement cette aventure en injonction ; le frisson en plan marketing.

    Do ce sentiment confus et dprimant pour les moins avilis, les plus sensibles, que le March salit tout : la contre-culture en Nova Magazine, la gauche engage en Lib, la grce de la jeunesse marginale en marge bnficiaire des boutiquiers la vente, et des rentiers aux capitaux.

    Pour ne pas collaborer cette infamie, ne pas vivre cette dchance qui mne implacablement de la libration sexuelle la pornographie tl de lpope rock aux Inrockuptibles les pionniers, les meilleurs, surent disparatre temps. Cest Jimi Hendrix, Jim Morrison, Janis Joplin morts doverdose ; cest Syd Barrett retir dans son monde intrieur ; cest Robert Wyatt irrmdiablement mutil la suite dune controverse dfenestration o les dpressifs virent un suicide, les dops la consquence dune prise dacide et son fameux effet envol de loiseau , les initis la tentative de passer par la...

Recommended

View more >