3. Les activités de phonologie - académie de Caen ?· Les comptines, les formulettes et les jeux de…

Embed Size (px)

Text of 3. Les activités de phonologie - académie de Caen ?· Les comptines, les formulettes et les jeux...

  • Ministre de lducation nationale, de lEnseignement suprieur et de la Recherche

    Ressources maternelle - Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Partie II.2 Lien oral-crit, Activits phonologiques au service de lentre dans le code alphabtique

    http://eduscol.education.fr/ressources-maternelle

    9

    pour quils clarifient la tche raliser : les enfants, ds la moyenne section, doivent savoir quils sont en traindapprendreunecomptinepourjouersurleson[k]ou[g]ouquilsvontdcouperlesmotsenplusieursmorceaux quon appelle syllabes ;

    pour quils fassent fonctionner la langue (comptines, chant) mais surtout quils comprennent explicitement comment elle fonctionne ;

    pour quils orientent leur attention sur les manires dy parvenir : comment a marche ;

    pour quils prennent conscience quils sont capables de rflexion et de progrs afin quils identifient les enjeux de la tche ;

    pour quils dveloppent un sentiment de contrle en prenant la langue pour objet dtude explicite ;

    pour quils parviennent reprer des rgularits dans la langue afin de proposer une rgle de fonctionnement (un mot peut comporter une ou plusieurs syllabes, par exemple).

    3. Les activits de phonologie

    3.1. Des jeux spontans aux activits rflexives

    Les lments attendus en fin dcole maternelle dans ce domaine - manipuler des syllabes et discriminer des sons (syllabes, sons-voyelles ; quelques sons-consonnes hors des consonnes occlusives) - mettent bien en vidence les deux ralits sonores qui doivent tre travailles : la syllabe et le phonme, en limitant les attentes relatives aux constituants les plus fins de la langue (36 phonmes) qui sont difficilement perceptibles pour le jeune enfant et restent ingalement accessibles pour des enfants de grande section.

    On constate dimportants dcalages temporels dun enfant lautre dans lanalyse de la chane parle et la dcouverte de la dimension sonore de la langue. On peut proposer les repres suivants :

    3 ou 4 ans, lintuition des rimes est possible, mais le reprage nest pas conscient ;

    4 ou 5 ans, apparaissent lidentification et la segmentation en syllabes orales ;

    6 ans environ, les premiers signes dune conscience phonique chez les enfants exposs au contact de lcrit.

    Par ailleurs, diverses recherches dmontrent que la lecture samliore si lon ajoute le geste dcriture, cest--dire un code moteur, au rpertoire mental des lettres rduisant ainsi des erreurs de perception (entre p et q par exemple). Do limportance des activits dcriture cursive.

    Pour amener llve dtacher son attention de la signification et lattirer vers la ralit phonique du langage, lenseignant sappuie sur les activits favorites des jeunes enfants : chanter, jouer avec les organes phonateurs, vivre corporellement les comptines2. Elles sollicitent chez le jeune enfant des capacits cognitives essentielles pouvant ensuite faciliter laccs la complexit de la langue franaise crite.

    Ds la petite section, les chants et les comptines sont rpts et mmoriss ; la prosodie pour les comptines, la mlodie et le rythme pour les chants facilitent la mmorisation. Laccompagnement du corps frapps des pieds ou des mains, balancements rappelle le plaisir des berceuses et chansons de la toute petite enfance. Peu peu, laccompagnement

    2. Voir la section II.3. Les comptines, les formulettes et les jeux de doigts.

    http://cache.media.education.gouv.fr/file/Langage/18/7/Ress_c1_langage_oralecrit_comptines_529187.pdf

  • Ministre de lducation nationale, de lEnseignement suprieur et de la Recherche

    Ressources maternelle - Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Partie II.2 Lien oral-crit, Activits phonologiques au service de lentre dans le code alphabtique

    http://eduscol.education.fr/ressources-maternelle

    10

    corporel est doubl ou remplac par une activit instrumentale (avec des objets ou des instruments de musique) pour marquer les rythmes de ces textes, ou dautres textes dits par le matre.

    Lenfant, ds quil a acquis un peu daisance avec la parole, peut associer dire et frapper ; progressivement, il va savoir marquer le rythme oralement et le faire varier. Les rondes et les jeux danss aident la structuration de ses mouvements ; il passe dun rythme spontan et naturel un rythme conscient, de mieux en mieux matris. Il peut, par exemple, jouer au robot qui ne sait que parler de manire saccade en grenant les syllabes.

    Lenseignant organise des jeux dcoute (couter et pratiquer de petites comptines3 trs simples qui favoriseront lacquisition de la conscience des sons : voyelles en rimes essentiellement), de reconnaissance, de rptition de rythmes varis. Simultanment, la perception saiguise pour un meilleur traitement de linformation auditive par des jeux avec les bruits divers, les sons des instruments, les voix : des jeux de comparaison, dappariement, de localisation entranent lattention et la capacit discriminer (jouer avec les formes sonores de la langue).

    En moyenne et grande sections, tout nonc peut devenir prtexte des jeux vocaux : on produit, on coute, on rpte, onimite,oncontinue,ontransformeprnoms,comptines,textescourts,motsisolsOnjouesurlaformeoraledesmots, en allongeant une syllabe, en modifiant la hauteur ou lintensit dune syllabe, on sessaie diverses intonations pour marquer ses sentiments, on articule de manire exagre, on double et on inverse. Ces jeux phoniques, proches des jeux potiques ou des jeux de langage, ractivent une comptence que les enfants ont utilise de manire non-consciente quand ils apprenaient parler ; ce moment, ils dveloppent la conscience de la matrialit de la langue.

    La frquence de ces moments (courts et quotidiens), lexplicitation de leur objectif, la clart des consignes et du vocabulaire de travail du matre amnent peu peu les lves dpasser le plaisir de dire, de jouer, de chanter ensemble pour se centrer sur lapprentissage, la reconnaissance et la production des sonorits de la langue. Lenseignant vrifie la participation de tous ses activits sur la langue, certains prouvant de manire durable de la difficult se dcentrer vis--vis de la signification pour sintresser des aspects plus linguistiques.

    3.2. Segmenter loral en syllabes

    La syllabe a une existence physique : on peut frapper le nombre de syllabes, on peut sauter en les nommant, on peut les associer un geste (objet que lon pose, figure que lon colorie, symboles que lon trace, etc.). Il faut veiller stabiliser les types dexercice et les jeux, donner des repres lenfant pour quil repre bien la nature de la tche accomplir.

    Ce reprage est possible ds la moyenne section, mais cest en grande section que la syllabe est vritablement identifie. partir de l, lenseignant va faire :

    scander les syllabes orales ;

    dnombrer les syllabes orales des prnoms et de tout mot familier ;

    comparer et classer les mots selon le nombre de syllabes orales (voir photo ci-contre) 4 ;

    3. De nombreux exemples dans la section Comptines de cette partie.

    4. Squence les activits phonologiques , Banque de squences didactiques, Bloc 11, Reprer les premires difficults . Linscription est gratuite. https://www.reseau-canope.fr/BSD/

  • Ministre de lducation nationale, de lEnseignement suprieur et de la Recherche

    Ressources maternelle - Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Partie II.2 Lien oral-crit, Activits phonologiques au service de lentre dans le code alphabtique

    http://eduscol.education.fr/ressources-maternelle

    11

    trier des images en fonction de la prsence ou pas dune syllabe ;

    reprer la longueur des mots loral (nombre de syllabes). Lenseignant va explicitement faire reprer que des mots courts du point de vue phonologique peuvent reprsenter un objet de grande taille (train et bicyclette, lion et coccinelle..), faire rechercher des mots courts dsignant des entits physiquement importantes et des mots longs dsignant des ralits de petite taille (activit complexe qui sera facilite si un thme est donn : animaux, objetsdelaclasse,instrumentsdemusique);

    reprsenter graphiquement la structure syllabique sonore des mots, comme avec des vagues ci-dessus. Les difficults varient avec la morphologie et la longueur des mots ;

    localiser une syllabe dans un mot, en coloriant par exemple la vague dans laquelle elle se trouve. Il existe aussi le jeu de loie o lon remplace le d par des images que lon pioche. On avance son pion du nombre de syllabes du mot que lon identifie sur limage.

    Prcisons que la segmentation des syllabes se travaille prioritairement partir de ce que lon entend et que les pratiques portant sur des localisations graphiques ne peuvent pas les remplacer, de mme que le fait de rajouter du symbolique (geste accompagnant le comptage) nassure pas obligatoirement une meilleure perception pour lenfant en difficult.

    3.3. Jouer avec les syllabes, les manipuler consciemment

    Lunit syllabique simple constitue dune consonne et dune voyelle est la plus frquente, la plus facilement isolable. Elle constitue la structure de base sur laquelle sexerce la premire sensibilit phonologique de lenfant. La conscience syllabique est alors lie la capacit de reprer une syllabe lintrieur dun mot. Des virelangues, des jeux de langage (jeuxderimes,motsvalises,motstordus),laccentuationdelaprosodieinvitentlenfantrpteretreprerdesrgularits, puis les localiser (fin, dbut, intrieur des noncs). La conscience de la syllabe finale est assez facile installer chez les jeunes enfants : comptines, pomes mettent souvent en vidence la syllabe finale des mots.

    reprer une syllabe dans un nonc avec plusieurs jeux possibles :

    La chasse la syllabe : Proposer oralement une syllabe (par exemple, TO), puis dire une phrase ou un texte court, les lves doivent lever la main ds quils entendent cette sy