of 6 /6
Seizième Année. — N J 53 P r i x d u n u m é r o : 10 centimes p A Dimanche 7 Juillet 1901. Bureaux: Rue de la Serre, 58 ^ 4 SUIS ABONNEMENTS Un an: Sii mois: Suisse .... Fr.6»— Fr. 3»— Union postale » 12»— » 6»— On s'abonne a lous les bureaux de poste Paraissant le Jeudi et ANNONSES suisses 20 et., étrangères 25 et. la ligne Offres et demandes de place 10 centimes la ligne. Les auaouces se paient d'avance. Organe de la Chambre suisse de l'Horlogerie, des Chambres de commerce, des Bureaux de contrôle et des Syndicats professionnels. Les Consulats suisses à l'étranger reçoivent le journal. Bureau des Annonces: HAASENSTEIN & VOGLER, 32, rue Leopold Robert, CHAUX-DE-FONDS et succursales en Suisse et à l'étranger. Ecole de commerce de la Chaux-de-Fonds Celte école, qui est un établissement communal, vient de publier le rapport de l'année scolaire 1900-1901, dont la durée a été du 23 avril 1900 au 11 avril 1901. Nous y puisons, les renseignements suivants : Au mois d'avril 1900; dit M. J.-P. Soupert, le distingué directeur de l'Ecole, dans son rapport, 2't- nouveanx élèves prirent des inscriptions ; 20 furent admis à suivre les cours. En tenant compte des élèves non promus, les classes étaient composées comme suit : première année 52 deuxième » '18 et troisième » 12 élèves soit pour les trois divisions réunies 52 élèves. De mômes que les années anlérieures, peu d'é- lèves quittent les éludes sans se présenter aux examens-, cette fois, deux seulement sont partis pour desfconsideralions d'avenir. Il convient de relever le chiffre toujours ré- jouissant de jeunes gens que nous rencontrons dans notre division supérieure; il sera particu- lièremont élevé pour 1901-1002 avec 18 élèves suivant tous les cours. En considérant que lous les élèves de la divi- sion supérieure, à de rares exceptions près, con- courent chaque^annôe pour le diplôme de fin d'é- tudes et réussissent à l'obtenir, on peut être sa- tisfait de ^comparaison de l'école de commerce de la Chaux-de-Fonds avec d'autres établisse- ments d'instruction commerciale. Ajoutons, pour bien déterminer le caractère de l'école, que les 7'» des parents de nos élèves habitent la localité. La commission s'occupe depuis quelque temps déjà de qucslionsde programmes et d'extension des études dont la solution augmentera la pros- périté de notre école. Fuissent ses intelligents efforts aboutir le plus tôt possible, pour le plus grand bien de notre commerce et de notre industrie. Les examens de fin d'année, pour les promo- tions et pour l'obtention du diplôme de fin d'é- tudes, ont eu lieu du (S nu 11 avril; ils ont élô précédés de visites de classes. Ces examens ont eu lieu d'après le plan et sui- vant les instructions élaborés par la commission. Les rapports de Messieurs les experts s'expriment d'une manière très satisfaisante sur le travail des élèves, les efforts du personnel enseignant et la marche de l'école. Nous croyons nécessaire d'en'dégager le désir qu'il seit donné à l'élude des langues modernes et particulièrement de l'allemand toute l'étendue que nos affaires universelles sonl en droit de ré- clamer. Messieurs les experts pensent qu'il fau- drait que l'école, dans ce domaine, arrive à des résultats tout à fait pratiques, tant au point de vue de la conversation qu'à celui de la corres- pondance. Bien des efforts ont déjà été faits pour y abou- tir. Les résultats, sans être parfaits, ne sont pas à dédaigner; ils contenteraient peut-être toutes les justes exigences si le nombre d'heures d'étu- des de langues étaient augmenté. Nous sommes aussi d'accord avec Messieurs les experts qui, au courant des discussions, ont émis l'avis que les études commerciales devraient avoir pour centre de gravité l'élude des langues le calcul commercial et la scierce des comptes, brandies auxquelles les coefficients de notes les plus élevés seraient attachés. Monsieur le secrétaire fédéral pour renseigne- ments commercial m'a honoré d'une visite pen- dant les examens. Il aimerait que l'école présente au déparlement fédéral un règlement pour les examens de fin d'études, prévoyant des examens écrits el oraux pour les différentes branches. Ces examens ne devraient pas durer plus de trois jours. Je ne puis pus me dispenser de vous présenter mon humble avis sur cette question. J'apprécie beaucoup la manière de procéder que nous re- commande Monsieur le secrétaire pour l'ensei- gnement commercial. Je crois même qu'il serait avantageux de remplacer les examens de I et II années d'études par des visites de classes très approfondies faites pendant le dernier trimestre ci réserver les épreuves de fin d'année pour les jeunes gens de troisième année qui désirent ob- tenir le diplôme de sortie. Les jeunes gens qui terminent leurs études ar- rivent à trouver facilement des places. C'est aussi le cas cette année où nous n'avons pas pu satis- faire à toutes les demandes qui nous étaient adressées. En moyenne, la moitié des diplômés se rend à l'étranger. Tous les ans, un certain nombre de jeunes gens de III, II et même de première année se présentent aux examens postaux. Comme celte année, ils ont tous élô admis comme apprentis poslaux. La discipline a été bonne dans les trois divi- sions, particulièrement dans le cours moyen où les éludes ont donné des résultais les plus réjouis- sants. La troisième année n'a pas atteint le niveau de ses devancières. Faul-il en rendre responsable l'âge critique où elle a trouvé la plupart de ses élèves ! La première année, très fuible au début, dé- barrassée déjeunes gens rôfractaircs au travail, formera une bonne année intermédiaire 11 est regrettable que malgré nos avertisse- ments, certains parents ne veuillent pas obliger leurs fils à observer à la maison des lieu res d'é- tudes régulières. Ils ne sont pas en droit de compter sur des résultais satisfaisants, s'ils ne nous aidenl pas de leur concours. Nous ajoutons comme complément à ce rapport, quelques renseignements sur son organisation intérieure et le tableau des branches d'enseignement, qui pourront être utilement consultés par les parents qui désirent, vouer leurs (ils à la carrière commerciale. L'école de commerce de La Ghaux-de- Fonds, tout en donnant à ses élèves une bonne instruction générale, les préparc par des éludes spéciales aux carrières commer- ciales. La durée des études est de trois ans. Sont admis, après un examen satisfaisant, comme élèves de première année les jeu- nes gens de 14 ans révolus. L'année sco- laire commence en mai et finit en avril. Il y a six semaines de vacances en été, douze jours au Nouvel-an el douze jours à Pâ- ques. L'école ne reçoit que des élèves régu- liers prenant une inscription pour lous les cours. Elle n'admet pas d'élèves internes ; les jeunes gens dont les parents ne sont pas domiciliés à La Chaux-de-Konds, ont à leur disposition de nombreuses familles, très recommandables, cpii reçoivent des pensionnaires. La finances scolaire anuelle est de : 1° fr. 50 pour les Neuchàlelois et Suisses d'autres cantons et pour les étran- gers dont les parents habitent la localilé depuis cinq ans, 2° fr. 200 pour tous les autres étrangers à la Suisse. La totalité de la linance payée sera remboursée à lout élève de la première catégorie qui aura ac- compli ses trois années d'études el subi l'examen de lin d'année. La commission peut exceplionncllement dispenser des élè- ves du paiement de l'écolage. Un nouveau programme d'études étant en préparation, le présent rapport ne con- tient pas. comme les précédents, l'exposé des matières enseignées. Pour lous renseignements et l'envoi des publications concernant l'élablisseinent s'a- dresser au directeur de l'école.

ABONNEMENTS - bibliothèque numérique RERO DOC - RERO DOC · jours. Je ne puis pus me ... gnement pour réussir dans votre future carrière. Pour M. Andrew Carnegie, le roi du fer

  • Upload
    lytu

  • View
    222

  • Download
    0

Embed Size (px)

Citation preview

Seizième Année. — NJ 53

P r ix du n u m é r o : 10 centimes

p A

Dimanche 7 Juillet 1901.

Bureaux: R u e de la Ser re , 58

^ 4 S U I S ABONNEMENTS

Un an: Sii mois: Suisse . . . . Fr.6»— Fr. 3»— Union postale » 12»— » 6»—

On s'abonne a lous les bureaux de poste Paraissant le Jeudi et

ANNONSES suisses 20 et., étrangères 25 et. la ligne

Offres et demandes de place 10 centimes la ligne.

Les auaouces se paient d'avance.

Organe de la Chambre suisse de l'Horlogerie, des Chambres de commerce, des Bureaux de contrôle et des Syndicats professionnels.

Les Consulats suisses à l 'étranger reçoivent le journal .

Bureau des Annonces: HAASENSTEIN & VOGLER, 32, rue Leopold Robert, CHAUX-DE-FONDS et succursales en Suisse et à l'étranger.

Ecole de commerce de la Chaux-de-Fonds

Celte école, qui est un établissement communal, vient de publier le rapport de l'année scolaire 1900-1901, dont la durée a été du 23 avril 1900 au 11 avril 1901. Nous y puisons, les renseignements suivants :

Au mois d'avril 1900; dit M. J.-P. Soupert, le distingué directeur de l'Ecole, dans son rapport, 2't- nouveanx élèves prirent des inscriptions ; 20 furent admis à suivre les cours.

En tenant compte des élèves non promus, les classes étaient composées comme suit :

première année 52 deuxième » '18 et troisième » 12 élèves

soit pour les trois divisions réunies 52 élèves. De mômes que les années anlérieures, peu d'é­

lèves quittent les éludes sans se présenter aux examens-, cette fois, deux seulement sont partis pour desfconsideralions d'avenir.

Il convient de relever le chiffre toujours ré­jouissant de jeunes gens que nous rencontrons dans notre division supérieure; il sera particu-lièremont élevé pour 1901-1002 avec 18 élèves suivant tous les cours.

En considérant que lous les élèves de la divi­sion supérieure, à de rares exceptions près, con­courent chaque^annôe pour le diplôme de fin d'é­tudes et réussissent à l'obtenir, on peut être sa­tisfait de ^comparaison de l'école de commerce de la Chaux-de-Fonds avec d'autres établisse­ments d'instruction commerciale.

Ajoutons, pour bien déterminer le caractère de l'école, que les 7'» des parents de nos élèves habitent la localité.

La commission s'occupe depuis quelque temps déjà de qucslionsde programmes et d'extension des études dont la solution augmentera la pros­périté de notre école.

Fuissent ses intelligents efforts aboutir le plus tôt possible, pour le plus grand bien de notre commerce et de notre industrie.

Les examens de fin d'année, pour les promo­tions et pour l'obtention du diplôme de fin d'é­tudes, ont eu lieu du (S nu 11 avril; ils ont élô précédés de visites de classes.

Ces examens ont eu lieu d'après le plan et sui­vant les instructions élaborés par la commission. Les rapports de Messieurs les experts s'expriment d'une manière très satisfaisante sur le travail des élèves, les efforts du personnel enseignant et la marche de l'école.

Nous croyons nécessaire d'en'dégager le désir qu'il seit donné à l'élude des langues modernes et particulièrement de l'allemand toute l'étendue que nos affaires universelles sonl en droit de ré­

clamer. Messieurs les experts pensent qu'il fau­drait que l'école, dans ce domaine, arrive à des résultats tout à fait pratiques, tant au point de vue de la conversation qu'à celui de la corres­pondance.

Bien des efforts ont déjà été faits pour y abou­tir. Les résultats, sans être parfaits, ne sont pas à dédaigner; ils contenteraient peut-être toutes les justes exigences si le nombre d'heures d'étu­des de langues étaient augmenté.

Nous sommes aussi d'accord avec Messieurs les experts qui, au courant des discussions, ont émis l'avis que les études commerciales devraient avoir pour centre de gravité l'élude des langues le calcul commercial et la scierce des comptes, brandies auxquelles les coefficients de notes les plus élevés seraient attachés.

Monsieur le secrétaire fédéral pour renseigne­ments commercial m'a honoré d'une visite pen­dant les examens. Il aimerait que l'école présente au déparlement fédéral un règlement pour les examens de fin d'études, prévoyant des examens écrits el oraux pour les différentes branches. Ces examens ne devraient pas durer plus de trois jours.

Je ne puis pus me dispenser de vous présenter mon humble avis sur cette question. J'apprécie beaucoup la manière de procéder que nous re­commande Monsieur le secrétaire pour l'ensei­gnement commercial. Je crois même qu'il serait avantageux de remplacer les examens de I et II années d'études par des visites de classes très approfondies faites pendant le dernier trimestre ci réserver les épreuves de fin d'année pour les jeunes gens de troisième année qui désirent ob­tenir le diplôme de sortie.

Les jeunes gens qui terminent leurs études ar­rivent à trouver facilement des places. C'est aussi le cas cette année où nous n'avons pas pu satis­faire à toutes les demandes qui nous étaient adressées. En moyenne, la moitié des diplômés se rend à l'étranger.

Tous les ans, un certain nombre de jeunes gens de III, II et même de première année se présentent aux examens postaux. Comme celte année, ils ont tous élô admis comme apprentis poslaux.

La discipline a été bonne dans les trois divi­sions, particulièrement dans le cours moyen où les éludes ont donné des résultais les plus réjouis­sants.

La troisième année n'a pas atteint le niveau de ses devancières. Faul-il en rendre responsable l'âge critique où elle a trouvé la plupart de ses élèves !

La première année, très fuible au début, dé­barrassée déjeunes gens rôfractaircs au travail, formera une bonne année intermédiaire

11 est regrettable que malgré nos avertisse­ments, certains parents ne veuillent pas obliger

leurs fils à observer à la maison des lieu res d'é­tudes régulières. Ils ne sont pas en droit de compter sur des résultais satisfaisants, s'ils ne nous aidenl pas de leur concours.

Nous ajoutons comme complément à ce rapport, quelques renseignements sur son organisation intérieure et le tableau des branches d'enseignement, qui pourront être utilement consultés par les parents qui désirent, vouer leurs (ils à la carrière commerciale.

L'école de commerce de La Ghaux-de-Fonds , tout en donnant à ses élèves une bonne instruction générale, les préparc par des éludes spéciales aux carrières commer­ciales.

La durée des études est de trois ans. Sont admis, après un examen satisfaisant, comme élèves de première année les jeu­nes gens de 14 ans révolus. L'année sco­laire commence en mai et finit en avril. Il y a six semaines de vacances en été, douze jours au Nouvel-an el douze jours à Pâ­ques.

L'école ne reçoit que des élèves régu­liers prenant une inscription pour lous les cours. Elle n'admet pas d'élèves internes ; les jeunes gens dont les parents ne sont pas domiciliés à La Chaux-de-Konds, ont à leur disposition de nombreuses familles, très recommandables, cpii reçoivent des pensionnaires. La finances scolaire anuelle est de : 1° fr. 50 pour les Neuchàlelois et Suisses d'autres cantons et pour les étran­gers dont les parents habitent la localilé depuis cinq ans, 2° fr. 200 pour tous les autres étrangers à la Suisse. La totalité de la linance payée sera remboursée à lout élève de la première catégorie qui aura ac­compli ses trois années d'études el subi l'examen de lin d'année. La commission peut exceplionncllement dispenser des élè­ves du paiement de l'écolage.

Un nouveau programme d'études étant en préparation, le présent rapport ne con­tient pas. comme les précédents, l'exposé des matières enseignées.

Pour lous renseignements et l'envoi des publications concernant l'élablisseinent s'a­dresser au directeur de l'école.

302 LA FÉDÉRATION H O R L O G E R E SUISSE

Tableau des branches d

bRANGIIES D'ENSEIGNEMENT

Français Allemand Anglais Histoire Géographie Droit Economie Arithmétique Bureau Algèbre Physique Marchandises, Chimie . . . Conférence Calligraphie Machine à écrire Sténographie Italien Espagnol Gymnastique

enseignement. I* année

Heures pa semaine

4 4 4 3 3 o

5 5 •A • >

1

2

1 — — 2

11' année III" année

Heures par semaine

4 4 4 2 o 2

4 10

2

2

2

1 2 2 2

Heures par

semaine

3 4 4 1 2 5 o

3 7

— — 5 2

2 1 2 2 2

41 45 41

Fabriques de montres américaines

Voici la force numérique des principales usines américaines, d'après leur impor­tance :

Ouvriers occupés American Waltham Watch O ,

Waltham, Elgin Hampden Waterbury Standard Trénlon Illinois United States Columbia Rockford Columbus Aurora Peoria

2700 Elgin, 2200 Canton, 1400 Waterbury, 1200 New-Jersey, 1000 Trenton, 1000 Springfield, 1000 Wallham, 400

» 200 Rockford, 350 Columbus, 300 Aurora, 300 Peoria, 230

Total 12,300

Nous présentons ces chiffres tels qu'ils ont été transmis par un spécialiste. Ils for­ment un total éloquent auquel feront bien de songer les promoteurs de grèves, ces dernières ayant pour résultat de favoriser la concurrence étrangère, au détriment de l'ouvrier autant au moins qu'à celui du patron. (Le Jura bernois.)

Comment on devient millionnaire.

Un magazine anglais, le Pearson's, a eu l'idée de demander à quelques-uns des millionnaires américains qui ont élevé eux-mêmes leur prodigieuse fortune, les moy­ens qu'ils estimaient les meilleurs pour arriver à en faire autant. Il a reçu d'eux des réponses, que M. B. de La Molhe a traduites à l'intention des lecteurs du Monde moderne.

M. Collis P. Huntington, fondateur de chemins de 1er, qui a débuté comme petit marchand de province et a maintenant 230 millions, répond «qu'i l ne faut pas trop bavarder pendant les heures consacrées aux affaires» et «prendre la résolution de travailler un certain nombre d'heures par jour» .

Mais, en outre de ces vertus, ajoute-t-il, il ne faut pas causer de ses-projets aux autres. Faites ce que vous croyez le mieux au bon moment, sans confier vos plans à des «conseillers confi­dentiels». Ne laissez pas vos concurrents soup­çonner quel sera votre prochain coup: mais, après avoir réfléchi à la question assez longtemps pour être sur de vous, frappez vite et fort, et vous enfoncerez le clou.

Le prince des financiers américains, M. Rüssel Sage, naguère saule-ruisseau dans une épicerie, aujourd'hui possesseur de 410 millions, donne cet avis honorable mais peu compromettant :

Un jeune homme ne doit jamais désespérer : s'il veut réussir, il n'a qu'à prendre la résolution d'être honnête et laborieux, et, avec l'économie convenable, il réussira.

Le banquier D. O. Mills (123 millions) conseille aux jeunes gens de prendre soin de leur santé, de dormir huit heures, de travailler sérieusement douze heures par jour au plus, de ne prendre que des dis­tractions saines. II ajoute :

Prenez soin de mettre de coté au moins une pièce de 5 francs sur chaque somme de 25 fr. que vous gagnerez et de la placer, non pas en d'imprudentes spéculations, mais dans quelque bonne opération de banque, ou de chemin de fer, ou dans quelque entreprise foncière. L'expérience que vous gagnerez en économisant votre argent pour la* caisse d'épargne sera le meilleur ensei­gnement pour réussir dans votre future carrière.

Pour M. Andrew Carnegie, le roi du fer (350 millions), le secret de la fortune con­siste en cinq choses : l'activité entrepre­nante, la rondeur, la netteté de vues, l'é­conomie et la précaution de ne jamais se surmener. En outre, il faut éviter d'être trop avide. « Mieux vaut faire un petit bé­néfice par des moyens sûrs, que d'essayer d'en faire un plus grand par des mesures douteuses et risquées. »

M. John Wanamaker, le prince des draps et tissus, devenu homme politique, qui fut d'abord commis à quinze francs par se­maine et dont la fortune est aujourd'hui de 75 millions, répond :

Vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne une route quelconque pour arriver au succès. Ce qu'il vous faut apprendre, c'est à faire une chose bien, et à y mettre toute votre énergie. L'ambition vraie et un bon sens solide assure­ront le succès à n'importe quelle entreprise légi­time.

Ces conseils sont bons ; mais on peut ajouter philosophiquement qu'il est tou­jours facile, quand on est arrivé, de don­ner des conseils, et qu'il serait aussi inté­ressant de consulter ceux qui ont travaillé et sont quand même restés pauvres.

Invention électrique

Les commentaires vont leur train aux Etats-Unis sur le nouvel accumulateur électrique que vient de construire Edison. Son poids n'est que le tiers, à peine, de celui des accumulateurs ordinaires : il se charge en deux fois moins de temps, et il évite, grâce à une heureuse combinaison des substances employées, la détérioration des cellules métalliques. En attendant de le voir à l'œuvre, ce sont les suppositions sans lin sur la révolution qu'il va opérer dans des domaines divers : il pourra four­nir la force à un automobile pour un par­cours de 100 milles (trente-trois lieues) ; il rendra les moteurs électriques moins coû­teux que la traction à chevaux, et quant aux chevaux, ils semblent désormais con­damnés à n'être plus qu'un objet de fan­taisie et de luxe. Des automobiles de grande dimension circuleront bientôt sur toutes les roules pour le transport des fardeaux et des voyageurs.

Enfin on fait prévoir que celle nouvelle façon d'emmagasiner l'électricité et la ca­ractère éminemment transportable de l'ap­pareil permettront d'appliquer l'accumula­

teur Edison à toutes sorte de travaux, par exemple, aux machines agricoles, ainsi qu'à certaines industries domestiques pour lesquelles on a dû jusqu'ici s'adresser à la fabrique. Tout ceci aura pour résultat de réagir très heureusement contre les gran­des agglomérations humaines consécutives aux grandes agglomérations industrielles.

Voilà les impressions qui circulent dans la presse et qui trouvent du crédit même dans les cercles les mieux informés. Tou­tefois, il convient d'attendre, pour se pro­noncer, d'avoir vu à l'œuvre l'Edison Sto­rage Battery.

Le Jury

Le Genevois publie, sous la signature T. R. l'intéressant article suivant, que plus d'un lec­teur trouvera à son goût :

On parle beaucoup en ce moment, et un peu partout, de l'institution du jury à coup sûr légè­rement discréditée dans l'opinion publique.

Il en est de cela comme du suffrage universel dont on s'enthousiasma outre mesure et qui dé­çut tant d'espérances chimériques pour l'excel­lente raison qu'on attendait d'une innovation ce qu'elle ne pouvait point donner.

La nécessité du suffrage universel est indiscu­table : on ne saurail admettre dans les pays li­béraux que l'égalité Jes charges entre les ci­toyens n'entraînât pas l'équivalence des droits. En pratique cela ne marche pas très bien faute d'une culture suffisante dans le peuple.et du bien-être matériel sans lequel on n'a guère à cœur de s'intéresser passionnément à la politique pure.

Du côté du jury, c'est le même état de choses qui crée en partie semblable phénomène. Chez nous, par exemple, une affaire de coups et bles­sures est jugée avec plus d'indulgence par un jury « campagnard » que par un jury « citadin ». C'est que les paysans «cognent» facilement et n'attachent que peu d'importance aux «gnons» donnés ou reçus.

Au contraire, le vol n'a pas à attendre de pitié de la part des ruraux ; je ne veux pas-dire que les urbains sont des modèles de générosité, mais on peut dénier que c'est surtout aux champs que le tien et le mien s'affirment avec le plus de fé­rocité.

Les conséquences de ces opinions divergentes sont fort graves ; c'est une drôle de justice en effet que celle qui du tout au tout varie, punit ou absout, selon le hasard d'un groupement d'hom­mes : un jour des agriculteurs, le lendemain des banquiers ou des commis.

Pourquoi? Manque d'instruction. Et autant d'un côté que de l'autre, car c'est

faire preuve dans n'importe quelle condition de la même élroitesse d'esprit que d'être incapable do s'abstraire, pour quelques heures seulement, doses «goûts», de ses préjugés, lorsque la li­berté d'un homme est en jeu.

Ce n'est pas tout. Le jury rend non seulement des verdicts qui

apparaissent injustes, mais encore fait preuve souvent, par l'étrange manière dont 11 répond aux questions qui lui sont posées, d'une vérita­ble démence.

C'est ainsi que dans certaines poursuites qui passionnent l'opinion parce qu'on ne sait au juste si un accusé est coupable ou innocent, on voit des jurés se tirer d'affaire en répondant oui cl en accordant les circonstances atténuantes.

Quatre-vingt dix-neuf fois surcenl ces verdicts sont absolument idiots, car il faut bien admettre qu'un système de dénégations soutenues suppose, ou la conviction sereine d'un homme dont la conscience est tranquille, où une remarquable maîtrise chez un coquin très fort. Dans le pre­mier cas, l'acquittement s'impose, dans le se­cond, je ne vois pas bien ce qui peut militer en fa­veur de l'indulgence.

Pourquoi cette négation si caractéristique de sens commun ?

Assurément parce que nombre de jurés, crai­gnant les conséquences d'une erreur capitale croient mettre leur conscience en repos grâce à un «oui» mitigé d'une certaine restriction. Cela prouve que ces jurés ignorent leur devoir ou qu'ils sont incapables de se faire une opinion assise. Ce n'est pas en effet avec des sophismes qu'on endort des scrupules particulièrement gra­ves, et d'autre part, l'impuissance, parfois l'im-

LA FÉDÉRATION HORLOGERE SUISSE 303

possibi l i té réel le de se former u n e convic t ion , i m p l i q u e n t l 'obl igat ion d ' acqui t t e r , ou tout au m o i n s l ' abs ten t ion ,

Ce n ' es t pas là l ' un ique c a u s e de ces verdic ts s tupéf ian ts .

Minis tère publ ic et défense qu i , si a i s é m e n t , son t les p r e m i e r s à s 'en p l a i n d r e et à h a u s s e r les épaules avec u n e d é d a i g n e u s e pit ié, a p p a r a i s s e n t la p lupa r t du temps c o m m e les p r e m i e r s coupa­bles en la m a t i è r e .

Le ro le de l ' accusa t ion en effet est de r e q u é r i r le c h â t i m e n t l o r sque les faits r e p r o c h é s au p ré ­v e n u ou à l ' accusé pa r a i s s en t é tabl i s a u x yeux d 'un j u g e impar t i a l ; il n e cons is te n u l l e m e n t à c h e r c h e r mid i à qua to r ze h e u r e s , à t i rer d ' une c i r c o n s t a n c e ins igni f ian te mi l le c o n c l u s i o n s p lus ou m o i n s i ngén i euse s ou sub t i l es , et d 'un a u t r e cô té , le devoir de la défense est de t âche r d 'é­c la i r e r l 'opinion, d ' éc la i rc i r les dou t e s , non de d é d u i r e , c o m m e l ' adve r sa i r e q u ' o n c r i t ique , u n e foule de co ro l l a i r e s imngina t i f s d ' une chose in­d é m o n t r é e .

P r i s e n t r e les deux « m a l i n s », le j u r y ou bien se fat igue et n ' écou te p lus (c 'est s o u v e n t le m i e u x qu ' i l a à faire) ou se re l i re d a n s la sa l le des dé­l ibé ra t ions p r e s q u e a h u r i . Le ré su l t a t n e se fait pas a t t e n d r e : on veut d o n n e r ra i son a u x d e u x m e s s i e u r s qu i v i e n n e n t de j o u t e r à côté du but , et s o m m e toute , c 'est le p révenu qui est « refait », p o u r p a r l e r c r û m e n t .

Aut re r e p r o c h e .

Si un délit est p rouvé , m a i s q u ' a u fond la pou r su i t e a p p a r a i s s e c o m m e en dél ica tesse avec la p rocédu re , l ' avocat se place s u r le seul t e r ra in l éga l , et code en m a i n r é c l a m e l ' é l a rg i s semen t de son cl ient ; le min i s t è re publ ic , lu i , fail appel à la seu le consc ience des j u r é s . Si au con t r a i r e il peu t y avo i r dou te s u r la culpabi l i té du pré­v e n u et non s u r la légal i té de la p rocédu re , le m i n i s t è r e publ ic a de la « loi » plein la b o u c h e et l ' avoca t « j o u e » d e l à consc ience du j u r y avec u n e vér i t ab le m œ s t r i a .

Ainsi , t an tô t on veut que les j u r é s so ient j u g e s , t an tô t on les suppl ie de res te r h o m m e s .

C'est à no t re av i s la seconde idée qu i est jus te : e n c o r e faudrai t - i l qu 'e l le fût u n e fois p o u r tou­tes affirmée et q u e , s u i v a n t les beso ins de la c a u s e , on ne la déc l a râ t point r a i s o n n a b l e ou inepte , parfois à u n e h e u r e d ' in te rva l l e .

Il n o u s s e m b l e q u e le j u r y j u g e r a i t équi table-m a n t le j o u r où il se t r ouve ra i t c o m p o s é d ' hom­mes a c c o u t u m é s à réfléchir et où l ' a ccusa t ion et la défense s ' ab s t i end ron t d ' e n t r e p r e n d r e de le t roub le r , voi re de l ' épa ter .

Ce n ' es t pas de si lôt , m a l h e u r e u s e m e n t , q u e tous les c i toyens s e ron t capab le s de réHexion, pu i sque cela v i e n d r a s e u l e m e n t avec l ' ins t ruc­tion tou jours p lus l a r g e m e n t d i spensée .

Mais c 'est d e m a i n m ê m e q u e le min i s t è r e pu ­blic el les a v o c a t s p o u r r a i e n t se c o r r i g e r du tra­ve r s q u e n o u s leur s i g n a l o n s , et con t r e lequel le publ ic s ' i n s u r g e p lu s q u ' o n ne le pense .

On est a r r i v é à c ro i re que s a n s cesse le P a r ­que t e x a g è r e , veut t r o u v e r u n c o u p a b l e en tout ind iv idu i n c a r c é r é , et q u e s y s t é m a t i q u e m e n t l 'a­voca t e n t r e p r e n d de b l a n c h i r les cana i l l e s les p lus avé rées . Il est t rès r eg re t t ab l e q u e cet te idée soit si r é p a n d u e , pa r la faute m ê m e des in­té ressés ; cette profession de m a g i s t r a t , si g r a n d e lo r squ ' e l l e est h o n o r é e p a r un D ' A g u e s s e a u , ce sace rdoce de l ' avocat , si nob le e n t r e tou tes les c a r r i è r e s l ibé ra les , s 'en t r o u v e n t r a b a i s s é s , et d 'exce l len ts j u g e s , des défenseurs s incè res en re ­cue i l len t les s é r i eu x i n c o n v é n i e n t s , quelquefois i m m é r i t é s .

Cote de l 'argent du 6 Juillet igoi

A r g e n t fin en g r e n a i l l e s . . fr . 1 0 3 . — le k i lo

A r g e n t fin l a m i n é , d e v a n t s e rv i r de base p o u r

le ca lcu l des t i t res de l ' a r g e n t des boî tes de

m o n t r e s fr. 1 0 5 . — le k i l o .

©

S c

- H O OS

1Q

0 0 CO

i >

^ 3 a o fe 92 T3

X

ai 00

O O

=3

s L U X =s «J

t t i

O

X LU

Cb co

ce (~-

•ta

Ss

e o

Q 3

^ 0 0

-S "à « e o

o T* O o or e «* d> CD

- 0 0 — • • *

ai

U r ­ea <^

>} co

<u e <a

K| m

co 2

<a S3 s» F

Ci

Q3 •>

i> 0)

> »•. N S o* T3 TTI

S «> £ ̂ 1 g lO bD «

"* CO ai io

•£, lO &._; S "5 o •*-< Ü

>? o "--' lO CD lO

o? no •=* r~ 00

co co

lO lO CD

m co 00 O)

GO CO c-CO lO t-

co lO •sH o O) lO

CD CO 00 -ri

0 0 O O 0 0

o^oo^ T< CO

-o co cO_

t > (M

--* co

cT

3 C

M)

o

w

>2 *3 os c o CJ

•b 2 „S 3

1 a O o

"S 'S

CJ C-D O

W C)

fcc _o

•-

o

O) fcD

_o "S o M

co 3

•.Ef 3

a 3 <U o a -.r^ o m m

A\MS Nous pr ions ceux de nos abonnés

que cela concerne, de bien vouloir r ése rver bon accueil au r e m b o u r s e ­m e n t que nous p renons pa r la poste, de l 'abonnement du deuxième s e -m e s t s r e 1901.

L 'Adminis t ra t ion du journa l .

G r a n d P r i x Exposition universelle de Paris 1900

P A U L D I T I S H E I M F a b r i q u e d ' H o r l o g e r i e

1 1 , Tiue d e l a P a i x , a L a C h a i i x - c l c - F o n d - 4

Assortiment très complet en montres décorées et montres bijoux MONTRES UNIES POUR DAMES

(H 88 C) C h r o n o m è t r e s 989

23 Récompenses de 1" ordre dans dernières Expositions et Prix généraux aux Concours de l'Observatoire.

S E E B S a e S ä H E S S S ^ S t & K a a S k s ï i c a c i Ë 2 K ä E 3 K K B K 3 £ S £ s

Fabrique d'Horlogerie par procédés mécaniques

P A T E N T (H 1844c) CHAUX-DE-FONDS (Suisse) 1337

Montres de précision anti-magnétiques g r a n d e u r 1 2 à 2 1 l i g n e s

o r , a r g e n t , m é t a l e t a c i e r

— Prix-courants et échantillons sur de/nantie — hääETÖ^ft <OJSW3D£ ZSSZSÏStâ

G. BRAILLARD P A B E I C A N T

58, Rae Lsopold Robert C H A U X - D E - F O N D S RUB Leopold Robert, 58

Horlogerie en qualité soignée Montres fantaisie en tous genres

5 à 10 l ignes c y l i n d r e | 6 à 14 l ignes a n c r e Modèles nouveaux

Cicclés. - Repoussés. - Emaux. - Peintures. - Châtelaines. - Boules, etc. Répétitions, Chronographes et Chronomètres à ancre

Toujours un stock de /j à ~>oo pièces décorées prêtes à être livrées aux clients. T o u t e c o m m a n d e est exécu tée à t rès bref dé la i .

II 241 C Réglages des montres dans trois positions. 1021 I t o c o m i i c i i s c n i é t l u i l l c tl 'ui*, G e n è v e 1 8 0 C

UNTRES HUIT JOURS ( H 3 4 1 8 C ) tous g e n r e s , toutes compl i ca t i ons 781

GINDRÄT DELACHAUX, Cliaux-de-Fonds, n, m Leopold Robert

MACHINES INDUSTRIELLES en tous genres

O U T I L S D E P R É C I S I O N Chézard, Holey, Lorch, etc.

Déposi ta i res des Aciers a n g l a i s P e t e r S t u b s el autres lionnes marques

Laiton, Nickel, Cuiore Aluminium, Similar

1078 et a u t r e s m é t a u x

Schürch, Bohnenblust & C Neuchâtel

ie

FABRIQUE D'ÉBAUCHES DE SONCEBOZ Soc ié té A n o n y m e pa r Act ions . Di rec teu r : J . PERLET.

M a i s o n f o n d é e e n 1 8 4 6 Usine hydraulique et électrique Procédés mécaniques perfectionnés

Manufacture d'Ebauches et Finissages de 13 à 36 lignes Pièces à Clef et Remontoirs en tons genres, Ancre et Cylindre, à Terre et Savonnettes

Systèmes en TUB, donù-vnc, courre-rocliets, Revolwr, Bascule, etc., etc., A ponts et % platines

Spécialités en genres Boston et lîoskonf, Seconde au Centre, Double touns-d'licurcs, clc. .

— P i è c e s à C e r c l e s e t à C a l o t t e s — ^> E t u d e e t e n t r e p r i s e d e C a l i b r e s g e n r e s s p é c i a u x ^y /

LA FABRIQUE NE TERMINE PAS LA MONTRE il ('.n j in.'iii

304 LA FEDERATION HORLOGERE SUISSE

POUR LA

Fabrication du plaqué or sur fous métaux pour horlogerie et bijouterie ET l 'OUIl LA

Fabrication des pendants, couronnes, anneaux, lunettes et carrures de boîtes

à St—Imier (Suisse)

P e n d a n t s , c o u r o n n e s et a n n e a u x en tous genres, et tous métaux simples ou plaqués, depuis la qualité la plus soignée aux qualités les plus courantes, en grandeurs de 8 à 50 lignes. — S y s t è m e interchangeable.

Gouronnes facettes et demi breguet à losanges, modèles déposés. (HTI25J) 787 Couronnes et anneaux en véritable plaqué or 9, 12, 14 et 18 karats , n'ayant rien de commun avec le plaqué

or nouveau, môme dans les qualités bon marché. Lunettes refrottées simples et à crans prolongés Lunettes refrottées à réhaut rouge ou blanc d'une pièce brevetées Carrures galonné unies et à facettes refrottées — brevetées

Soudure forte, tendre, douce, extra tendre, pièces pour charnières, olivettes, charnière argent et argent sur métal. Chaînes de montres. — Epingles pour cravates. — Boutons pour manchettes.

Maison sérieuse et de confiance dont les produits sont renommés dans toutes les parties du monde pour leur qualité, leur élégance et leur solidité.

E x t r ê m e r a p i d i t é d e l i v r a i s o n .

ÎOOO

o u t i l l a g e s

en or sur argent (galonné)

en or sur métal

de 8 à 40 lignes

Fabrique de Fournitures d'Horlogerie

VICTOR DONZELOT, PORRENTRUY Usine hydraulique à C o u r f a i v r e

S p é c i a l i t é s : B a l a n c i e r s en nickel et en dardene. — R e s s o r t s de barillets. — A s s o r t i m e n t s cylindre et roues. — Aigui l l es , heurqs, minutes et secondes. — P l a q u e s serties grenat et incassables. •— P i e r r e s brutes et diamants. — P i e r r e s f inies grenant et rubis, moyennes et échappements. — C h a p e a u x avec cl sans oreilles. — Ecuel les . — T a m p o n s pivotes. — Chev i l l o t s ronds et carrés. — T e n o n s et pieds. — S P I R A U X . — P o u s s e t t e s en tous genres. — Goupi l les pour boites et cuvettes. — Visse r i e , e tc . , e tc .

ARTIGES DIVERS POUR: Fabricants d'Horlogerie. — Monteurs de boites. — Doreurs. — Planteurs. — Achevenrs. — Régleurs. — Graveurs. — Polisseurs. — Pierristes. — Fabricants de secrets, etc.

Fabrication et Vente en Gros 927 d'Outils et Fournitures pour Rhabilleurs (II HS!)!) P)

E X P É D I T I O N P O U R T O U S P A Y S Albums et Catalogues i l lustrés sur demande

P R I X E X C E P T I O N N E L L E M E N T AVANTAGEUX

BANQUE FÉDÉRALE (S. A.) CAPITAL : Fr. 25,000,000

Le comptoir de La Chaux-de-Fonds recommande son Trésor (Safe-Deposit), se trouvant dans la chambre d'acier, établie au sous-sol de son nouvel hôlcl et qui offre toules les sécurités désirables pour la garde de valeurs, documents, bijoux, argen­terie, etc. Le tard' de location des coffrets est fixé comme suit:

Moilclo 1 » 2 » 3

Dimension des coffrets

Haut.

0.16 0.22 0.40

Larg.

Moires

0.35 0.35 0.35

Profond.

Mètres

0.45 0 45 0.45

Prix de location

1 mois

Fr.

5.— G.—

10.—

3 mois

Fr.

10.— 12.— 20.—

0 mois

Fr.

15.— 20.— 25.—

1 an

Fr.

20.— 25.— 35,—

Des~cabines spéciales sont à disposition pour la manuten­tion des objets ou titres déposés et assurent au déposant une discrétion absolue. (H 3787 C) 900

Le trésor est ouvert tous les jours non-fériés, de 9 heures du matin à midi, et de 2 à 5 heures du soir.

La Banque continue à recevoir tous litres en dépôt pour leur administration. L a D i r e c t i o n .

F A B R I Q U E D ' H O R L O G E R I E C o m m i s s i o n pour tous pays E x p o r t a t i o n

i:i;io

NATHAN WEIL LA CHAUX-DE-FONDS

MT N O U V E A U ~m Lépine 19 lignes, système Roskopf, qualité soignée

balancier visible sur le cadran B r e v e t c^p c a l i b r e d é p o s é (iiisscc)

M a r q u e „ T o r e r o " e n b o i t e s n i c k e l , a c i e r , a r g e n t , f a n t a i s i e e t p l a q u é o r

Fabrique d'Horlogerie C. MEYER-GRABER

[129010 Rue de la Paix, 8 5 680

La Chaux-de-Fonds Spécialité de montres système R o s k o p f

17 18 19, 21 cl 24 lignes, avec ou sans seconde et seconde au centre. ' Boites argent, métal, acier et fantaisie en tous genres.

Marques de Fabrique déposées:

Horoscope, Mandolina, Sélection. :3193 c ÉTUDE D'AVOCATS

737

E U G È N E A V I L L E & D " L É O N R O B E R T 58, Rue Leopold Robert, LA CHAUX-DE-FONDS

Consultations et procès en matière de propriété industrielle Brevets d'invention. —Marques de fabrique. —Concurrence i l l ici te.

Grande variété en FONDS de BOITES Inscriptions et sujets cariés, sur fonds acier oxydés.

Grande variété de CADRANS à bosses flinquées et opaques 1451 CARTOUCHES H3943I

Nouveaux 24 heures, déposé. C A D R A N S M É T A L , guillochés et à bosses .

Damasquinages en tous genres.

JULES ARNOULD, St-Imier. Imprimerie de la Fédérat ion hor logère su isse (R. Haefeli & 0 e ) , Chaux~de-Fonds

Wm LA FÉDÉRATION HORLOGERE SUISSE 305

Régleur On d e m a n d e un bon horlo­

ger - rég leur capab le de régle-d e s p ièces de précision et au­t r e s genres et l'aire les r e tou r c h e s : H2106 C

S'adresser à M. C h a r l e s E m i l e T l s so t , fabr icant d'hor-logerle , a u Loc le . 1512

Qui fait des finissages 0 size

savonne t t e à t a rge t t e s , cylin­dre à v u e , l iges a v e c ca r rés femelles. 1511

Adres se r les offres sous chiffres H 2 1 6 2 C à l 'agence de publici té H a a s e n s t e i n & V o g l e r , C h a u x - d e - F o n d s .

BALANCIERS Compensés soignés

e t f a ç o n c o m p e n s é s

Biiliiiieiers pour horlogerie civile, garantis trempés p'couper

P r i x c o u r a n t et é c h a n t i l l o n s sur demande sont à disposition

P roduc t ion journa l i è re 60 dz

PH. FAVRE 4 CIE

PONTS-DE-MARTEL (Suisse) H1309C E x p o r t a t i o n 1391

Téléphone — Téléphone

Fabrique mécanique de

PIVOTÄGES s / jauges p r é c h a p p e m e n t s

à a n c r e depu i s 10 lignes

Prix hors concurrence

Emile-Ge.s Quartier LES BRENETS

m u e (Suifse) Il

A.WALLER CHA UX-DE^FONDS

H 1372 C l:iiil

Fabrication d'Horlogerie U l i p o u r t o u s p a y s HCS2C

JULES JUNOD S O N V I L L I E R

p r è s .La. Olifcivix-cle-Foriclö Mont res or, a rg . , ac ier e t met . Remontoirs de 9 à 19 lig., Cylindre

S p é c i a l i t é d e f a n t a i s i e , c œ u r s , c a r r é e s , f e u i l l a g e s , e t o c t o g o n e s , e t c . en 10 e t 11'", or , a r g . et acier , et Re­monto i r s 18'" a n c r e .

FABRIQUE d'AIGUILLES 1102 oour tous pays (H91GC)

KAUFMANN FRÈRES F L E U R I E R

Téléphone Maison fondée en 1850 Telephone

Petits lots de montres et

Montres égrenées Une maison hol landaise

achè te au c o m p t a n t p iè­ces ég renées et pet i t s lots de m o n t r e s d ' h o m m e s e t de d a m e s en a r g e n t et o r 1 4 e t J 8 k t s c y l i n ­d r e e t a n c r e . Exclusi­v e m e n t de bonne mar ­c h a n d i s e .

Offres dé ta i l lées , c.-à-d. g r a n d e u r , forme, po ids , déco r s , é c h a p ' , e tc . , e t c . , sous chiffres F 9 1 5 G à H a a s e n s t e i n & V o g l e r , C h a u x - d e - F o n d s . 1191

CARILLONS 4 marteaux Urcvet il" 11948

H. Barbezat-Bole Le Locle

H 1907 C 1435

Horlogerie en gros

Aug. REYMOND T r a m e l a n

Fabrication d'horlogerie soignée et bon courant en pièces 113/-«. 17 et 18 l ig . cy l .

Spécialité pour VA llema-gne, la Hollande, la France et la Belgique. 1001

Prix très avantageux ponr séries Moavement IB lig. Brevets - | - 1 4 3 7 8

FABRIQUÉ DE BALANCIER Compenses et façon comperisës

.. tous genres, grandeurs erprjxS'.:-

MEDAIllES-ÄMENTIONS-HONORABLES 1 , . R&RÏS-Î&78.- m CHATJX-J^FONDS/1879* ät: 1881:

GENÈVE-1896: &':1899:..;

50 ouvr iers . Téléphone.

Il 19« G 1450

ELZAS FRÈRES à ZUTPHEN (HoMe)

f ü Achat au comptant de montres en or, argent et métal. ii 1881 c 1427

Caisses pour l'horlogerie t rava i l soigné, p r ix modérés .

H3978JL. J O L I D O N 1457 à B o l l e m e n t , S t - B r a i s .

U Y v l n l i t h est le p lancher A j l U l l l I l le p lus a p p r é ­

cié pour a te l i e r s et bu reaux . D e m a n d e z échant i l lons , ren­

se ignemen t s e t références à la Fabrique suisse de Xylolith à Wildegg, ou à Mr'Emile Vermot, rcpréscnlant, à Fribourg. (I13fflF) 679

Jl 487 i

HORLOGERIE COMPLIQUEE GARANTIE Spécialité de Répétitions

avec toutes les c o m p l i c a t i o n s o r , a r g e n t et ac i e r

Nouveau système solide pour la sonnerie H203C || BREVET H-17270 | 101! )

Assortiment de pièces égrenées

P GROBÉTY FILS i Jaquct-Droz, 12, Chaux-de-Fonds

- TÉLÉPHONE -

H O O P Ï I (Hollande) Achat a u c o m p t a n t

de m o n t r e s en or , ar­gent et méta l . HO:IG 959

Employé bureau

J e u n e h o m m e , mar i é , ex­e m p t du service mil i ta i re , sé­r ieux, conna i s san t à fond la fabricat ion de la m o n t r e sim­ple, expé r imen té en par t icul ier d a n s la co r r e spondance fran­çaise e t a l l emande , a y a n t voyagé , cherche p o u r époque à conveni r , e n g a g e m e n l s l a b l e d a n s maison d 'hor loger ie de la p lace ou d u dehors .

Adres se r offres sous chiffres U 2111 C à l 'agence de publi­cité Haasenstein & Vogler, La Chaux-de-Fonds. ' 1497

ON DEMANDE un

chef d'atelier pour di r iger u n e fabricat ion de m o n t r e s anc res , sy s t ème in t e r changeab le à levées l ixes .

Adres se r les offres a v e c cert if icats de capac i té et de condui te sous chiffres B 809 Y à l 'agence de publ ic i té Haa-senstein & Vogler, Bienne. 1498

A v e n d r e faute d 'emploi à prix a v a n t a g e u x : 1 2 m o u v e m . r em. cyl. 13 lig. Pon tene t et Kun/.li; 30 m o u v e m . r em. Ro­ber t , 16 et 18 lig. cyl., 19 lig. anc re ; 72 m o u v e m . rem. 11 et 11 '/.' l ig. Rober t , cyl. ; 60 mou­v e m cyl. r em. 10 lig. Kunzl i , tous p lan tés et en bonne qua­lité. H 2094 C 1494

S 'adresser rue d u P o n t I I, 2e étage, La C h a u x - d e - F o n d s .

On offre à remettre à Besançon, pour cause de santé une 1491

fabrique d'horlogerie a y a n t clientèle en F r a n c e , fai­san t elle-me*me les échappe ­men t s el p ropr ié ta i re d 'un calibre spécial déposé.

S'adresser* sous chiffres N 2 0 8 I C à [ H a a s e n s t e i n & Vogler , C h a u x - d e - F o n d s .

Répétions minutes

Chronographes compteurs ra t t rapan tes

D. G0LAY, Sentier 1122581. 1131

H O R L O G E R I E

Arthur SCHNEGG Pa ix , 21 - LA CHAUX-DE-FONDS

Spécial i té de mon t r e s or et a r g e n t fantaisies en 10, 11 et 12 l ignes, cha te la ines , p a v é s , pe in tu re s e l lout ce qui concerne l 'émail el la joai l ler ie . 111545 C 1330

Mécaniciens L'Usine du MARTINET

d e N o i r a i g u e

forge tou jours , soit pièces acier ou fer de tous po ids , à prix ré­duits et à bref délai. II . . .N 1466

Agence et Commission H o r l o g e r i e en tons genres H803C En Gros. -"Export. 1176

J.DEGRAAN Amsterdam Les f ab r i can t s son t pr iés

de faire offres dé ta i l lées a v e c pr ix el cond i t i ons .

Horlogerie Uu jeune homme de 27 a n s ,

actif, coiiiuiissant l 'horlogerie à fond, pa r l an t et correspon­dan t en français et angla i s et possédan t que lques connais­sances commerc ia les cherche place pour se perfect ionner d a n s cel le dern iè re b ranche d a n s u n e sér ieuse maison d 'expor ta t ion . Fidéli té à tou t e ép reuve . Références d e 1er ordre à disposi t ion.

Adres se r les d e m a n d e s sous chiffres Zc 2133 C à l 'agence de publ ic i té Haasenstein & Vogler, La Chaux-de-Fonds. 1505

C o m p t a b l e expé r imen té , connaissant le français , l 'alle­m a n d et l 'anglais e t muni des mei l leures références , cherche place s tab le d a n s u n e maison sér ieuse ou admin i s t r a t ion . Pré ten l ions modes t e s . Offres sous chiffres Hc 3566 N à l 'ag. de p u b . Haasenstein & Vogler, Neuchâtel. 1504

Jeune homme, actif, sé r i eux , exempté d u serv ice mil i ta ire , mun i d 'excel lents certif icats, conna i s san t la mach ine à écr i re , demande place de

Commis chez un fabr icant d 'horlogerie ou ma i son impor t an t e de la Suisse a l l emande .

Adre s se r offres sous chiffres H 2134 C à l ' agence de publ ic i té Haasenstein & Vogler, La Chaux-de-Fonds. 1506

N A R D I N L O C L E

CHRONOMÈTRES

G R A N D P R I X PARIS I8S9 ET IQOO

(H2709C) C2fi

U n h o r l o g e r t rès a u couran t de la mon t r e compl iquée dés i re se met t re en re la t ions a v e c maison d 'horlogerie p o u r 1507

posage ou remontage de me'canismes

pa r pe t i tes ou g r a n d e s quan ­tités. S 'adresser

ARTHUR MEYLAN, Brassus (Vnmi)

Voyageur bien in t rodui t , cherche la

représentation ^ p o u r l'Allemagne du Sud d 'une p remiè re maison d 'hor loger ie ( m o n t r e s p o u r mess i eu r s e t d a m e s , or, a rgen t e l m é t a l ) .

Chi f f re d 'a f fa i res annue l au m i n i m u m f r . IOO.OOO.

Adres se r les offres sous chiffres Ec 2153 C à l ' agence do publici té H a a s e n s t e i n & Vog­l e r , La C h a u x - d e - F o n d s .

de 14 à 21 lig., tous gen res de boî tes , mon t r e s a u t o m a t i q u e s ancre , lép. et s a v . 19'" m a r q u e S a l v a s o i g n é ; pr ix rédui t . P . S a u c y , Bienne (Milieu 1). 979

en tous genres

Paul Jeannerei 1 6 , R u e d u P a r c , 1 6

Assor t iments fixes eu levées vis ibles depu i s 8 lig., soignés et bon couran t . Assor t imen t s ang la i s . (Il 136 C) 986 K \ | i o r ( : i ( i ' J V - l é p l u m o .

P r i x m o d é r é s .

Fabrique d'Assortiments à Ancres

L. JEANNERET-WESPY Numa Droz, 3S, CHAUX-DE-FONDS

Assort, ancres levées visibles fixes. In te rchangeabi l i t é ob t enue

p a r p rocédés m é c a n i q u e s per­fect ionnés.

Levées couve r t e s so ignées et o rd ina i res . — E n t r e p r e n d par série à u n pr ix défiant tou te concur rence . 987

Force é lec t r ique . Téléphone.

J. ISAAC & F ILS N Y O N ( S u i s s e )

Fiibricalimi il« vis et filières pour horlogerie petite et grosse mécanique

A p p a r e i l l a g e é l e c t r i q u e , e t c .

FABRIQUE D'HORLOGERIE

IRÉNÉEAUBRY 1030 24, Rue du Grenier, 24 (1127«'.)

LA CHAUX-DE-FONDS Spécialité de montres bre­vetées marchant 8, 15 et 30 jours, depuis 14 à20 lig., el 30 à 42 lig., genres nouveaux et soignés, régla-ges supérieurs. SecondB an centre.

p o u r l 'horlogerie

Henri Christinal LANDERON

Caissettes avec couvercle à tiroir Cartons ponr fabricants d l a n c t e s II 7.19 C P r i x r é d u i t s 1140

Livres d'établissage D e r n i e r s modè le s

livrable par retonr dn courrier: Modèle A (3 ca r tons à la p a g e ) N ° 1 . — Pap ie r surfin fort, 500

p a g e s , rel iure so ignée , toute toile noire , dos el coins p e a u , é t ique t t es d o r é e s , incrus­tées F r . 1 9 . —

N° 2. — P a p i e r fin mi-forl, 500 pages , bonne re l iure toute toile, é t ique t t es impr imées

F r . 1 5 . —

Modèle B (6 ca r tons à l a p a g e )

Na 3. — P a p i e r surfin fort, 500 p a g e s , re l iure so ignée , toute toile no i re , dos e t coin p e a u , é t ique t t es dorées , incrus­tées F r . 2 5 . —

N" 4. — Pap ie r fin mi-fort, 500 p a g e s , bonne rel iure tou te toile, é l ique l t e s i m p r i m é e s ,

F r . 2 1 . — Feuilles spécimens à dispositon

a° / , d'escompte au comptant.

Pour les envois an dehors : Fort en sus Imprimerie artistique

R. HAEFELI & Cle

L a C h a u x - d e - " P o n d s Hue Leopold Robcrl, 13 bis et 14

Smile C affin 14, Rue du Stand, 14

LA CHAUX-DE-FONDS H o r l o g e r i e soignée et garantio

en tous genres et ponr tons pays Spécialité de montres fantaisie pour

dames, ancre et cylindre., depuis 5 lignes. 112030 C 1478 Décors hau t e n o u v e a u t é en

joail lerie, é m a u x , pe in tu re , c iselure et r epous sé s , e tc .

T é l é p h o n e ——

306 LA FEDERATION HORLOGERE SUISSE

FABRICATION D'HORLOGERIE SOIGNÉE ET COMPLIQUÉE H 409 G Spécialité de 1055

Grande sonnerie Système breveté, fonctions irréprochables, interchangeabilité, rouage

silencieux, calibre déposé, verre et savonnette, 12 à 20 lig.

médaille dor C é s a r R A C I N E Sra.nd.™ G e n e v e 2,AvenueduNonveau Collège, 2

1896 LOGLE (Suisse)

Paris 1900 Collectivité Locloise

Outils et Fournitures complètes pour toutes les branches de l'horlogerie et de mécanique

We Hummel Fils CHAUX DE FONDS

Importation directe :

de Tours de précision américains Stark, Cataract - Boley, Wolf-Jaün

Vente exclusive pour la Suisse

des outils de mcsurage

L. S. STARRETS Co

t Micromètres, équerres, compas, etc. Outils aux l î « » et 1 0 « c.-R.

Perceuse^multiple pour trous de finissages — — — —

Cette perceuse donne les meilleurs résultats sur toutes celles em­ployées à ce jour. On perce 3 grosseurs de trous sans changer de platine. Sa forme procure un jour parfait sur la table, point essentiel pour des perçages précis. Elle est sensible, les broches sont trempées et tournent dans un cylindre aussi trempé et rectifié.

Très recommandable pour fabriques d'horlogerie et d'ébauches. Pr ix et renseignements complémentaires sur demande. H1000G 1207

Fabrique d'Horlogerie soignée pour tous pays

S H s R O D É - S T U C K Y Rue Leopold Robert, 61, CHAUX-DE-FONDS

S P É 6 I A L I T É S : M o n t r e s d e d a m e s , dcp. 6'" ancre et cylindre. M o n t r e s d ' h o m m e s , de tous calibres, systèmes Glashütte, Pateck, extra

plat serpentin LeCoultre, etc. 1360 R é p é t i t i o n s en t o u s g e n r e s . 111G17 G M o n t r e s 2 4 h e u r e s , système automatique instantané breveté. M o n t r e s 3/3 q u a n t i è m e s et p h a s e s d e l u n e , système perfectionné.

USINE Pour raison d'ùge, o n offre à r e m e t t r e dans un centre industriel,

la s u i t e d ' u n e f a b r i q u e d e f in i s s ages e t de m o n t r e s en pleine prospérité, comprenant le matériel avec marques très connues.

Force électrique de 3 '/2 H P . — Outillage moderne. — Peisonnel de 50 ouvriers. — Clientèle fidèle. — E x c e l l e n t e affaire, prouvée par des chiffres.

Adresser offres sous chiffres E 2 0 3 8 6 G à l'agence de publicité H a a s e n s t e i n & V o g l e r , G h a u x - d e - F o n d s . 1477

Ecole d'Horlogerie deBienne Place au concours d'un maître

pour l'enseignement pratique du Repassage - Remontage et Rhabillage

Des connaissances complètes et de la pratique sont exigées dans les trois branches. — Traitement initial fr. 3000. II 2087 G

L'entrée en l'onction est lixée au 9 septembre 1901. 1493 Adresser les offres de services et références jusqu'au 15 Juillet 1901,

au président de la Commission d'école, M. J a c o b S t r a u b , fabricant à B i e n n e .

FABRIQUE DE BALANCIERS

WYSS & HAECHLER GRANGES, Soleure (Suisse)

B a l a n c i e r s c y l i n d r e s e n t o u s g e n r e s e t t o u t e s g r a n d e u r s , d a r d a i n e t n i cke l . — B a l a n c i e r s f a ç o n v i s , p o u r m o n t r e s c y l i n d r e s e t a n c r e s . — B a l a n c i e r s p o u r m o n t r e s Roskopf.

11 1770 G Demandez échantillons 1397 Outillage mécanique. — Force électrique. — Production normale: 80 grosses par jour

Un Fabricant d'Horlogerie ayant une spécialité désire s'entendre avec mécaniciens pour

l'installation d'une petite fabrique d'après les derniers perfectionnements. Cas échéant on louerait ou achè­terait une fabrique en activité bien outillée.

Adresser offres sous chiffres N 2 I 7 9 C à l'agence de publicité Haasenstein & Vogler, Chaux-de-Fonds. 1513

USINE DES REÇUES Exportation Société anonyme

pour la Exportation

Fabrication du galonné pendants, couronnes et anneaux

Fabriques : Téléphone. Locle et Chaux-de-Fonds.

Bureaux :

Chaux-de-Fonds.

A^nrtiïïlPTltQ ' Pendants, couronnes et anneaux pour la APPUI UlllClllO . b o î t e d e m o n t r e ) e n galonné, argent, pla­qué, métal et acier, en tous genres et pour tous pays.

S P É C I A L I T É S " d u n e t t e s r e f r o t t é e s p o u r b o î t e s d e 1 m o n t r e s e n g a l o n n é , d ' u n e f ab r i ca ­

t i o n i r r é p r o c h a b l e , d a n s t o u t e s l e s g r a n d e u r s , f o r m e s e t d e s s i n s . M o d è l e s d é p o s é s . 759

C a r r u r e s r e f r o t t é e s e n t i è r e m e n t g a l o n n é e s p o u r b o î t e s a C h â t e l a i n e » . H 3354 C

B a n d e s e n a r g e n t a v e c c e n t r e g a l o n n é p o u r c a r r u r e s .

Prix, renseignements, essais, échantillons, fournis immédiatement

Toute commande est exécutée à très bref délai.

SpaliLn'scIrie Etuis-Rettorik: GAINERIE ERNEST SCHMIDT, propriétaire GAINERIE

E I S E N B E R G i . T h u r ( A l l e m a g n e ) GROS (11520 C) Fondée on 1833 E X P O R T A T I O N

L a m e i l l e u r e s o u r c e p o u r T O U S G E N R E S D ' É T U I S

Boîtes échantillons, étalages, etc. 1085

Nouvelle Machine

à tourner les b oîtes de montres or, argent, acier et_nlckel, flep. 6 à 36 lig. La production journalière de celte machine

représente le travail tic G ouvriers tourneurs à la main.

De tous les connaisseurs, celle machine est réputée commo produisant un travail supé­rieur à lous les aulres systèmes.

Cello machine est indispensahlc à chaque ouvrier tourneur. i<J«

Fabriquée par la

Société d'Horlogerie de Porrentrny Duhil,

ci'dcvtint Monniii, Frossiii'd & C i c

Nous livrons ces machines en location payables par acomptes mensuels. II P

H O R L O G E R I E S O I G N É E Grand choix do Montres égrenées pour Dames et Messieurs

Conditions spéciales d MM. lesjabricants

S A N D O Z & B R E I T M E Y E R C H A U X - D E - F O N D S

— Fournisseurs des Montres argent du Tir fédéral — 101'. Neuchâtel 1898 (H209C)