ANALYSE DE DONNÉES EN AUDIT - ?· la visualisation et des statistiques descriptives, de l’analyse…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • 1

    Sondage sur lutilisation de lanalyse de donnes en audit au CanadaRsultats et implications possibles

    SEPTEMBRE 2017

    Alerte Analyse de donnes en auditANALYSE DE DONNES EN AUDIT

    Sommaire des rsultats du sondage men par CPA Canada sur lutilisation de lanalyse de donnes en audit (ADA)

    Principaux sujets Nature et tendue de lutilisation de lADA, et facteurs contribuant ou nuisant

    cette utilisation.

    Rpondants Au total, 394 auditeurs ont rpondu au sondage; ils proviennent de cabinets et de

    bureaux de toutes tailles et de divers endroits au Canada, et ralisent des auditsdorganisations de toutes tailles et de diffrents secteurs dactivit.

    Parmi les rpondants, 49 % sont des associs daudit.

    Points saillants* Prs de la moiti (46 %) des rpondants ont dj utilis lADA dans une certaine

    mesure (63 % des rpondants exerant dans de grands cabinets et 39 % de ceuxexerant dans de petits ou moyens cabinets).

    Un rpondant sur cinq a dj utilis des outils avancs dADA (voir la page 6).

  • 2 Alerte Analyse de donnes en audit Septembre 2017

    Presque tous les rpondants (92 %) ont dj utilis des outils analytiques (surtout des outils bass sur Excel) dans une certaine mesure, y compris dautres fins que lADA (voir la page 7).

    Lutilisation de lADA nest pas significativement corrle aux caractristiques dmographiques (par exemple, lge ou le sexe) des rpondants (voir la page 8).

    Plus le bureau est grand, plus le pourcentage dutilisateurs de lADA est lev (voir la page 7).

    LADA est surtout utilise pour laudit dassertions qui nexigent pas un grand degr de jugement ni de comptences pousses en prise de dcisions (voir les pages 8 et 9).

    La question de savoir si lADA est utilise comme source principale ou encore comme source corroborante dlments probants dpend de facteurs comme la taille du cabinet, la taille du client et le fait que les assertions audites se rapportent des flux doprations ou des soldes (voir la page 10).

    Les attentes des clients, la volont dobtenir un avantage concurrentiel et laccs de la formation en ADA sont des facteurs qui contribuent lutilisation de lADA (voir les pages 11 et 12).

    Les entraves lutilisation de lADA les plus souvent mentionnes sont le manque de connaissances techniques, le manque de connaissances en statistique, le peu de possibilits de formation et les cots (voir les pages 12 et 13).

    Il semble que la mesure dans laquelle le cadre rglementaire fait entrave lintgration de lADA dans les audits dtats financiers va croissant avec la taille du cabinet et lenvergure des missions daudit (voir la page 12).

    * Les pages indiques entre parenthses ci-dessus renvoient la section du prsent bulletin qui dtaille le point saillant en question.

    Implications possibles Il faudra mener dautres recherches pour savoir ce qui amne les cabinets de

    diffrentes tailles adopter des approches distinctes. Les cabinets ont des dcisions importantes prendre sur les moyens de formation

    en ADA privilgier (ils peuvent choisir, par exemple, doffrir une formation appro-fondie quelques auditeurs pour en faire des experts, ou doffrir une formation de base sur diffrents outils dADA lensemble de leurs auditeurs).

  • Septembre 2017 Alerte Analyse de donnes en audit 3

    Objet de la prsente publicationLes auditeurs canadiens font-ils appel lanalyse de donnes en audit (ADA)? Quels sont les facteurs qui contribuent ou qui nuisent lutilisation de ce type danalyse? Voici les deux principales questions examines dans le cadre dun sondage de 2016 que CPA Canada a command pour comprendre la faon dont les auditeurs canadiens ont recours lADA lorsquils ralisent des audits dtats financiers.

    Lanalyse de donnes retient de plus en plus lattention dans le domaine de laudit. Les audi-teurs dici et dailleurs doivent composer avec un march en constante volution dans lequel une utilisation accrue des technologies, y compris de lADA, pourrait bien savrer essentielle la ralisation daudits de grande qualit rpondant aux besoins actuels des utilisateurs de linformation financire. Les constats tirs de ce sondage pourraient avoir des implications importantes que les auditeurs, les cabinets et la profession en gnral devront prendre en considration lorsquils prendront des dcisions importantes sur la faon dintgrer les tech-nologies dans les audits dtats financiers.

    Le prsent bulletin dcrit brivement le contexte du sondage, les principaux rsultats obtenus et certaines implications possibles de ces rsultats.

    ContexteLe Comit de CPA Canada sur lanalyse de donnes en audit et deux professeurs en sys- tmes dinformation lUniversit de Waterloo, Clark Hampton1, professeur adjoint, et Theo Stratopoulos, professeur agrg, ont contribu llaboration du sondage et lanalyse des rsultats.

    Donnes dmographiquesAu total, 394 personnes ont rpondu au sondage. Le graphique 1 montre les caractristiques des rpondants daprs leurs rponses aux questions dmographiques. Comme on peut le voir, 81 rpondants (21 %) travaillaient dans lun des sept plus grands cabinets, dans de grands bureaux. Les 313 autres rpondants (79 %) exeraient dans un petit ou moyen cabinet, la moi-ti travaillant dans des bureaux de moyenne taille, et lautre, dans des bureaux de petite taille.

    Outre les donnes dmographiques prsentes dans le graphique 1, soulignons que les rpondants taient gs de 45 54 ans. Par ailleurs, 37,8 % dentre eux taient des femmes et 49 %, des associs daudit (ci-aprs, associs ). Les rpondants provenaient des quatre coins du Canada et prsentaient des profils trs diffrents quant au type de clientle et au nombre moyen dheures consacres chaque mission daudit.

    1 Clark Hampton, Ph. D., a t recrut par lUniversit de Caroline du Sud entre la ralisation du sondage et la date de publication.

  • 4 Alerte Analyse de donnes en audit Septembre 2017

    GRAPHIQUE 1CARACTRISTIQUES DES RPONDANTS

    Petite (de 1 9)Moyenne (de 10 49)Grande (>50)

    Rpartition des rpondants selon la taille du bureau

    81

    156

    157

    Lorem ipsum

    Rpartition des rpondants selon la taille du cabinet

    AutresSept plus grands

    81

    313

    Associ193

    Professionnelexerant seul

    70

    Directeurprincipal

    36

    Directeur52

    Chef de mission adjoint34

    Non prcise 9

    Catgorie professionnelle

    Anciennet dans le cabinet

    < 10 ans> 10 ans

    233

    161

    On a aussi demand aux rpondants sils ralisaient principalement des missions daudit de grande ou de petite envergure. La distinction entre ces deux catgories a t laisse lapprciation de chaque rpondant (aucun seuil na t donn quant au nombre dheures consacres la mission daudit). Le tableau 2 rsume les rponses obtenues.

  • Septembre 2017 Alerte Analyse de donnes en audit 5

    TABLEAU 2RPARTITION DES RPONDANTS SELON LA TAILLE DU CABINET ET LENVERGURE DES AUDITS

    Audits de grande

    envergure

    Audits de petite

    envergure Total

    Rpondants exerant dans de grands cabinets

    40 41 81

    Rpondants exerant dans de petits ou moyens cabinets

    23 290 313

    Total 63 331 394

    Renseignements fournis aux rpondants au sujet des types dADA et des outils connexesLADA fait appel lanalyse, la modlisation et la visualisation aux fins didentification de profils et dcarts dans les donnes qui peuvent rvler dventuelles anomalies, attirer lattention de lauditeur sur les lments prsentant un risque lev et fournir des lments probants. Elle permet, grce au potentiel des technologies de linformation, danalyser ou de tester la totalit des lments, mme quand la population statistique est importante. Cette stratgie daudit se distingue, par exemple, de la mthode du sondage en audit , qui consiste analyser ou tester seulement un chantillon.

    Lannexe du prsent bulletin contient les renseignements fournis aux rpondants au sujet des types dADA et des outils connexes pouvant tre utiliss dans le cadre dun audit. Il sagit de la visualisation et des statistiques descriptives, de lanalyse statistique avance, de loptimisa-tion et de la fouille de textes.

    Une grande varit doutils, dont le logiciel Excel, taient donns en exemple. Les rpondants devaient indiquer tous les autres types dADA ou doutils connexes quils avaient utiliss.

    Sujets abordsLe sondage visait recueillir des donnes et des impressions utiles la comprhension des tendances en matire dutilisation de lADA au Canada. Voici les sujets propos desquels des renseignements ont t recueillis : Nature et tendue de lutilisation de lADA

    Qui utilise lADA (cabinets et personnes travaillant pour ceux-ci)? Quels types dADA et quels outils sont utiliss? quelles tapes de laudit lADA est-elle utilise? Quelles assertions sont audites au moyen de lADA? LADA est-elle utilise comme source principale ou comme source corroborante

    dlments probants? Facteurs contribuant ou nuisant lutilisation de lADA

  • 6 Alerte Analyse de donnes en audit Septembre 2017

    Rsultats concernant la nature et ltendue de lutilisation de lADA et des outils connexes

    tendue de lutilisation de lADA et types doutils analytiques employs

    tendue de lutilisation de lADAComme le montre le graphique 3a, environ 46 % des rpondants ont affirm avoir dj utilis au moins un type dADA (par exemple, les statistiques descriptives et la visualisation, la fouille de textes, lanalyse statistique avance ou loptimisation) pour raliser un audit2. Toutefois, moins de 20 % des rpondants avaient dj eu recours lADA dite avance , qui compre-nait, pour les besoins du sondage, lanalyse statistique avance, loptimisation et la fouille de textes, mais non la visualisation ni les statistiques descriptives.

    GRAPHIQUE 3AUTILISATION DE LADA

    0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 %

    20 %

    46 %

    Pourcentage des rpondants

    Utilisation d'au moins un type d'ADA

    tendue de l'utilisation

    Utilisation d'au moins un type d'ADA avance (qui comprend l'analyse statistique avance, l'optimisation et la fouille de textes, mais non la visualisation et les statistiques descriptives)

    Types doutils analytiques employsLes outils les plus utiliss, et de loin, sont ceux bass sur Excel. Ainsi, lorsquon retire ces outils de la liste qui a servi pour le sondage, on constate que moins de 26 % des rpondants ont dj utilis dautres outils analytiques ddis (par exemple, des outils de veille strat-gique, des progiciels danalyse statistique avance, des outils de visualisation, des systmes de gestion de bases de donnes, et des langages de programmation).

    2 Soulignons que cette donne nindique pas la frquence dutilisation de lADA dans le cadre dun ou de plusieurs audits.

  • Septembre 2017 Alerte Analyse de donnes en audit 7

    GRAPHIQUE 3BTENDUE DE LUTILISATION DES OUTILS

    Pourcentage des rpondants

    0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % 90 % 100 %

    Utilisation d'au moins un type d'outil analytique

    tendue de l'utilisation

    Utilisation d'outils autres que des outils basssur Excel 26 %

    92 %

    Le pourcentage de rpondants ayant dj utilis lADA varie selon la taille du cabinet, comme lindique le graphique 4. En effet, 63 % des rpondants exerant dans de grands cabinets avaient dj utilis lADA, contre 39 % des rpondants exerant dans de petits ou moyens cabinets. Le graphique 4 montre aussi les rsultats concernant lutilisation de lADA aux diffrentes tapes de laudit.

    GRAPHIQUE 4UTILISATION DE LADA AUX DIFFRENTES TAPES DE LAUDIT

    Grandscabinets

    Petits oumoyenscabinets

    Grandscabinets

    Petits oumoyenscabinets

    Grandscabinets

    Petits oumoyenscabinets

    Grandscabinets

    Petits oumoyenscabinets

    0 %

    5 %

    10 %

    15 %

    20 %

    25 %

    30 %

    35 %

    40 %

    45 %

    50 %

    55 %

    60 %

    65 %

    54,3 %

    35,5 %

    63,0 %

    34,5 %

    63,0 %

    38,7 %

    13,6 %14,1 %

    Travail pralable la mission

    Planification /valuation des risques

    Procduresde corroboration

    Conclusion gnralede l'audit

    Po

    urce

    ntag

    e d

    es r

    po

    ndan

    ts

    tape de l'audit / Taille du cabinet

  • 8 Alerte Analyse de donnes en audit Septembre 2017

    Variation de ltendue de lutilisation de lADA selon la taille du bureauComme le montre le tableau 5, plus le bureau est grand, plus le pourcentage dutilisateurs est lev, et ce, pour tous les types dADA. Par exemple, parmi les 81 rpondants travaillant dans de grands bureaux, 31 (38 %) utilisaient lanalyse statistique avance pour leurs audits, contre peine 6 (4 %) des 156 rpondants travaillant dans de petits bureaux.

    TABLEAU 5POURCENTAGE DE RPONDANTS UTILISANT LUN OU LAUTRE DES TYPES DADA SELON LA TAILLE DU BUREAU

    Taille du bureau

    Visualisation et statistiques descriptives Optimisation

    Analyse statistique

    avanceFouille

    de textes

    Petite (de 1 9)

    28% 12% 4% 8%

    Moyenne (de 10 49)

    36% 13% 6% 9%

    Grande ( 50) 53% 25% 38% 20%

    Nombre de rpondants par catgorie : 156 pour les petits bureaux, 157 pour les moyens et 81 pour les grands.

    Corrlation entre les caractristiques dmographiques et lutilisation de lADADaprs les rsultats, le fait quun auditeur utilise ou non lADA et la manire dont il lutilise, le cas chant, ne semblent pas tre corrls ses caractristiques dmographiques (par exemple son ge, son sexe, son poste au sein du cabinet ou son anciennet).

    Utilisation de lADA pour laudit dassertionsSelon les rsultats du sondage, tous les rpondants ayant dj utilis lADA y ont fait appel pour laudit dassertions. Dans les Normes canadiennes daudit (NCA), les assertions sont dfinies comme tant des affirmations de la direction, explicites ou non, qui sous-tendent les tats financiers et auxquelles se rfre lauditeur pour examiner les diffrents types dano-malies susceptibles de se produire.

    Comme le montre le graphique 6, ltendue de lutilisation de lADA varie grandement selon lassertion contenue dans les tats financiers auditer. En rgle gnrale, lADA est surtout utilise pour laudit dassertions qui nexigent pas un grand degr de jugement ni de comp-tences pousses en prise de dcisions. Par exemple, 52 % des rpondants ont utilis lADA pour auditer lassertion relative lexhaustivit (cest--dire pour dterminer si des lments sont manquants dans une population statistique) comparativement 10 % pour auditer lassertion relative aux droits et obligations (cest- dire pour dterminer si les droits et obli-gations sont reflts adquatement dans les comptes et dans les informations fournies).

  • Septembre 2017 Alerte Analyse de donnes en audit 9

    GRAPHIQUE 6POURCENTAGE DE RPONDANTS AYANT UTILIS LADA POUR AUDITER LUNE OU LAUTRE DES ASSERTIONS

    0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 %

    Droits et obligations (S, P)

    Intelligibilit (P)

    Classement (O, P)

    valuation (S, P)

    Sparation des priodes (O)

    Existence (S)

    Ralit (O, P)

    Exactitude (O, P)

    Exhaustivit (S, O, P)

    Pourcentage des rpondants

    Assertion

    52 %

    47 %

    44 %

    42 %

    32 %

    30 %

    22 %

    19 %

    10 %

    Lgende : (S) Assertions concernant les soldes de comptes en fin de priode(O) Assertions concernant les catgories doprations et les vnements de la priode audite(P) Assertions concernant la prsentation et les informations fournies

    Utilisation des rsultats de lADA comme source principale ou comme source corroborante dlments probantsLes rpondants devaient indiquer sils utilisaient les rsultats de lADA comme source princi-pale ou comme source corroborante dlments probants.

    Le tableau 7 prsente un rsum des rsultats.

  • 10 Alerte Analyse de donnes en audit Septembre 2017

    TABLEAU 7UTILISATION DE LADA COMME SOURCE PRINCIPALE OU COMME SOURCE CORROBORANTE DLMENTS PROBANTS...