Click here to load reader

Analyse des pratiques culturales maraîchères dans les … · 3.1-5. Analyse des données collectées ... 4.1-5. Rentabilité financière de la culture du crincrin, du gombo et du

  • View
    224

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Analyse des pratiques culturales maraîchères dans les … · 3.1-5. Analyse des données...

  • UNIVERSITE DABOMEY-CALAVI (BENIN)

    @@@@@ FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES (FSA)

    @@@@@

    THESE

    Pour lobtention du Diplme dIngnieur Agronome

    Option : Sciences et Technique de Production Vgtale

    Prsente et soutenue par:

    ALISSOU Amvi Eugne

    Le 16 Fvrier 2011

    Superviseur : Prof. AMADJI Guillaume (FSA/UAC)

    Analyse des pratiques culturales marachres

    dans les bas-fonds rizicoles dAgbdranfo-

    Vovokanmey (Couffo) et de Houinga (Mono) au

    sud-Bnin, et effet de lazote sur la croissance et

    la production du crincrin (Corchorus olitorius L.)

    Composition du Jury:

    Prsident : Prof. KOSSOU Dansou (FSA/UAC)

    Rapporteur : Dr HUAT Jol (CIRAD & Africa Rice)

    Examinateur : Dr. AHOTON Lonard (FSA/UAC)

    Examinateur : Dr. SAIDOU Aliou (FSA/UAC)

    Co-superviseur :

    Dr HUAT Jol (CIRAD & Africa Rice)

    &

    Dr ASSOGBA KOMLAN Franoise

    (PCM/INRAB)

  • UNIVERSITY OF ABOMEY-CALAVI (BENIN)

    @@@@@ FACULTY OF AGRONOMIC SCIENCES

    @@@@@

    THESIS

    Submitted to obtain the degree of Ingenieur Agronome

    Option: Sciences and Techniques of Crops Production

    Presented and defended by

    ALISSOU Amvi Eugne

    The February, 16 th, 2011

    Supervisor: Prof. AMADJI Guillaume (FSA/UAC)

    Analysis of vegetable crop practices in lowland

    rice-based systems of Agbdranfo-Vovokanmey

    (Couffo) and Houinga (Mono) in South-Benin, and

    nitrogen effect on crincrin (Corchorus olitorius L.)

    growth and yield

    Co-supervisors:

    Dr HUAT Jol (CIRAD & Africa Rice)

    &

    Dr ASSOGBA KOMLAN Franoise

    (PCM/INRAB)

    Composition of Jury :

    Chairman: Prof. KOSSOU Dansou (FSA/UAC)

    Reporter: Dr HUAT Jol (CIRAD & Africa Rice)

    Examiner : Dr. AHOTON Lonard (FSA/UAC)

    Examiner : Dr. SAIDOU Aliou (FSA/UAC)

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page i

    CERTIFICATION

    Je certifie que ce travail a t ralis sous ma supervision par Monsieur ALISSOU Amvi

    Eugne, tudiant en fin de formation la Facult des Sciences Agronomiques de lUniversit

    dAbomey-Calavi, option: Sciences et Techniques de Production Vgtale (STPV).

    Le superviseur

    Prof. Dr. Ir. Guillaume L. AMADJI

    Matre de Confrences en Sciences du Sol, Enseignant- Chercheur la Facult des Sciences

    Agronomiques de lUniversit dAbomey-Calavi.

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page ii

    SOMMAIRE

    CERTIFICATION ............................................................................................................................ i

    SOMMAIRE ................................................................................................................................... ii

    DEDICACES .................................................................................................................................. v

    REMERCIEMENTS ...................................................................................................................... vi

    RESUME ....................................................................................................................................... vii

    ABSTRACT ................................................................................................................................. viii

    LISTE DES ABREVIATIONS ...................................................................................................... ix

    LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................... x

    LISTE DES FIGURES ................................................................................................................... xi

    LISTE DES PHOTOS .................................................................................................................. xiii

    LISTE DES ANNEXES ............................................................................................................... xiv

    CHAPITRE 1 : INTRODUCTION GENERALE A LETUDE ................................................... 15

    1.1- CONTEXTE ................................................................................................................... 15

    1.2- JUSTIFICATION DE LETUDE ................................................................................... 16

    CHAPITRE 2 : REVUE DE LITTERATURE ............................................................................. 18

    2.1- DEFINITION DE QUELQUES CONCEPTS ................................................................ 18

    2.2- MONOGRAPHIE DU CRINCRIN ................................................................................ 18

    2.1.1- Importance des lgumes feuilles traditionnels en Afrique ...................................... 18

    2.1.2- Origine et rpartition gographique du crincrin ...................................................... 19

    2.1.3- Botanique du crincrin .............................................................................................. 20

    2.1.4- Usages ..................................................................................................................... 20

    2.1.5- Proprits ................................................................................................................. 21

    2.1.6- Dormance et traitements des graines ....................................................................... 22

    2.1.7- Conditions cologiques ........................................................................................... 22

    2.1.8- Maladies et ravageurs .............................................................................................. 22

    2.1.9- Rcolte ..................................................................................................................... 23

    2.3- THEORIES SUR LA NUTRITION AZOTEE DES PLANTES ................................... 24

    2.3.1- Dfinition de ltat de nutrition azote des plantes ................................................. 24

    2.3.2- La courbe de rponse lazote ................................................................................ 30

    2.4- CYCLE GEOCHIMIQUE DE LAZOTE ...................................................................... 32

    CHAPITRE 3 : MATERIEL ET METHODES ............................................................................ 34

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page iii

    3.1- ANALYSE DES PRATIQUES CULTURALES DANS LES BAS-FONDS RIZICOLES

    DAGBEDRANFO-VOVOKANMEY (COMMUNE DE DOGBO) ET DE HOUINGA

    (COMMUNE DE HOUEYOGBE) ........................................................................................... 34

    3.1-1. Objectifs et hypothses ........................................................................................... 34

    3.1-2. Prsentation des milieux dtude ............................................................................. 35

    3.1-3. Echantillonnage ....................................................................................................... 39

    3.1-4. Collecte de donnes ................................................................................................ 39

    3.1-5. Analyse des donnes collectes ............................................................................... 40

    3.2- EFFET DE LAZOTE SUR LA CULTURE DU CRINCRIN (CORCHORUS

    OLITORIUS L.) ET ELABORATION DE LA COURBE DE DILUTION CRITIQUE DE

    LAZOTE .................................................................................................................................. 40

    3.2-1. Objectifs et hypothses de l'exprimentation .......................................................... 40

    3.2-2. Choix des sites exprimentaux ................................................................................ 41

    3.2-3. Matriel biologique ................................................................................................. 41

    3.2-4. Dispositif exprimental ........................................................................................... 42

    3.2-5. Collecte des donnes ............................................................................................... 44

    3.2-6. Traitement des donnes .......................................................................................... 45

    3.2-7. Conduite de lessai .................................................................................................. 46

    Chapitre 4 : RESULTATS ET DISCUSSION .......................................................................... 51

    4.1- ANALYSE DES PRATIQUES CULTURALES DANS LES BAS-FONDS RIZICOLES

    DAGBEDRANFO-VOVOKANMEY (COMMUNE DE DOGBO) ET DE HOUINGA

    (COMMUNE DE HOUEYOGBE) ........................................................................................... 51

    4.1-1. Prsentation des principaux systmes de culture observs ......................................... 51

    4.1-2. Capital de production .................................................................................................. 53

    a. La terre ........................................................................................................................ 53

    b. La main-duvre ......................................................................................................... 54

    c. Choix des varits et gestion des semences .................................................................... 55

    4.1-3. Les oprations culturales ............................................................................................. 57

    a- Prparation du sol ....................................................................................................... 57

    b- La ppinire ................................................................................................................ 58

    c- Le semis ...................................................................................................................... 59

    d- Dsherbage .................................................................................................................. 61

    e- Irrigation ..................................................................................................................... 61

    f- Fertilisation ..................................................................................................................... 64

    g- Protection phytosanitaire ............................................................................................ 65

    h- Rcolte ........................................................................................................................ 67

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page iv

    4.1-4. Calendriers culturaux .................................................................................................. 69

    4.1-5. Rentabilit financire de la culture du crincrin, du gombo et du mas en frais .......... 74

    CONCLUSION PARTIELLE ................................................................................................... 79

    4.2- EFFET DE LAZOTE SUR LA CULTURE DU CRINCRIN (CORCHORUS

    OLITORIUS L.) ET ELABORATION DE LA COURBE DE DILUTION CRITIQUE DE

    LAZOTE .................................................................................................................................. 80

    4.2-1. Caractristiques physico-chimiques des sols des sites dessai ................................... 80

    a- La texture .................................................................................................................... 80

    b- Le complexe adsorbant .............................................................................................. 80

    4.2-2. Effet de lazote sur la croissance du crincrin .............................................................. 83

    a- Effet sur la hauteur du plant ........................................................................................ 83

    b- Effet sur le nombre de feuilles produites .................................................................... 84

    c- Taux de croissance ...................................................................................................... 85

    4.2-3. Effet de lazote sur les biomasses frache et sche produites ..................................... 86

    a- Biomasse frache ......................................................................................................... 86

    b- Biomasse sche ........................................................................................................... 89

    4.2-4. Effet de lazote sur lindice de surface foliaire ........................................................... 90

    4.2-5. Coefficients dutilisation de lazote ........................................................................... 91

    a- Exportation de lazote par le crincrin .......................................................................... 91

    b- Coefficient apparent dutilisation de lazote par le crincrin ....................................... 92

    4.2-6. Dtermination de la courbe de dilution critique de lazote pour le crincrin (Corchorus

    olitorius L.) ................................................................................................................................ 93

    a- Evolution de la Biomasse sche dans les diffrentes parties de la plante ................... 93

    b- Relation entre la teneur en azote et la biomasse sche produite suivant les traitements

    94

    c- Courbe de dilution critique de lazote dans les diffrentes parties ariennes de la

    plante 95

    d- Relations entre Indice de Nutrition Azote et paramtres de croissance du crincrin . 97

    e- Utilit pratique de lindice de nutrition Azote (INN) pour la gestion de la

    fertilisation azot ................................................................................................................... 99

    CONCLUSION PARTIELLE ................................................................................................. 100

    CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS ..................................................... 102

    REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................................... 103

    ANNEXES .................................................................................................................................. 107

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page v

    DEDICACES

    Je ddie ce travail,

    A mon Pre ALISSOU Codjo, qui a toujours uvr pour mon ascension sociale, cette

    uvre est un aboutissement de ses efforts consentis ;

    A ma Mre ALISSOU Adanyro ne BOSSOU, qui a inlassablement lutt pour que je sois

    un homme bien duqu ;

    A mes frres et surs ainsi qu tous mes proches qui ont souffert de mon indiffrence

    durant cette priode de recherche, que cette uvre comble tous leurs sacrifices

    consentis ;

    A mon amie GBEGAN Lucrce, qui ma toujours soutenu et encourag aller de

    lavant ;

    Enfin ma fille chrie Ahoufa Mates Merveille, qui a du supporter labsence de la

    chaleur paternelle afin que ce travail soit ralis. Ce mmoire est le fruit de sa parfaite

    sagesse, puisse le Seigneur bnir son existence.

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page vi

    REMERCIEMENTS

    Ce travail a t possible grce lappui de plusieurs personnes qui je tiens tmoigner ici toute

    ma gratitude :

    Je rends tout dabord grce Dieu pour son soutien quil ma accord tout au long de ma

    formation et plus particulirement au cours de ce travail ; Quil en soit lou.

    Je remercie le corps enseignant de la Facult des Sciences Agronomiques (FSA) pour tout

    ce quil fait au quotidien pour assurer une formation de qualit ;

    Au Professeur Guillaume AMADJI (vice doyen de la FSA) qui a accept de superviser

    ce travail malgr ses multiples occupations, je prsente ma profonde reconnaissance ;

    Au Dr Jol HUAT (chercheur en agronomie au CIRAD et coordonateur rgional du

    projet RAP/AfricaRice), je dis sincrement merci pour son accompagnement et sa

    sollicitude constante mon gard. Avec lui, jai tellement appris que ces petits mots me

    paraissent insuffisants ;

    Au Dr Franoise ASSOGBA KOMLAN (responsable du programme cultures

    marachres lINRAB) et tous ses collaborateurs pour laccompagnement technique et

    le soutien moral dont ils mont combl tout au long de la ralisation de ce travail ;

    A tous les responsables dAfricaRice, divers niveaux hirarchiques, pour avoir accept

    de mettre ma disposition des moyens logistiques ;

    A Monsieur AGUEMON Bavo Ignas, pour son soutien moral et son amour paternel, je

    lui dis infiniment merci ;

    Au Professeur NAGO Coffi Mathurin (Prsident de lAssemble Nationale, ex Doyen de

    la FSA), pour avoir uvr pour mon inscription titre de drogation la Facult des

    Sciences Agronomiques (FSA), je lui prsente une reconnaissance particulire ;

    Aux ans ASSOGBA Thierry, MENSAH Armel, HODOMIHOU Richard, FASSINOU

    Nicodme et PADONOU Elie, pour leurs contributions ;

    A tous les producteurs des villages dAgbdranfo, Vovokanmey et Houinga, pour

    mavoir accord leur prcieux temps au cours des entretiens.

    Enfin, tous ceux qui de prs ou de loin ont contribu la ralisation de ce travail et dont les

    noms nont pas t cits, jexprime ma profonde reconnaissance.

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page vii

    RESUME

    La prsente tude intitule Analyse des pratiques culturales marachres dans les bas-

    fonds rizicoles dAgbdranfo-Vovokanmey (Couffo) et de Houinga (Mono) et effet de lazote

    sur la croissance et la production du crincrin (Corchorus olitorius), vise lamlioration de la

    production et des pratiques de fertilisation dans les zones de bas-fond, et de rduire les risques

    environnementaux des engrais minraux utiliss par les producteurs. Elle prsente deux volets :

    (i) enqute en milieu paysan sur les pratiques culturales dans des bas-fonds rizicoles ; (ii)

    recherche exprimentale base sur ltude de l'effet de l'azote sur la production du crincrin. La

    dernire partie traite de la dtermination de la courbe de dilution critique de lazote.

    Les rsultats issus de nos enqutes ont rvl que les modes de conduite des cultures sont

    similaires pour les diffrentes zones enqutes lexception des pratiques de fertilisation, de

    contrle phytosanitaire et dirrigation. Les pratiques culturales sont globalement caractrises par

    des interventions manuelles avec une utilisation de varits locales hauteur de 87,5% et

    lemploi arbitraire des intrants (pesticides et engrais). Ainsi, la performance agronomique des

    systmes de culture observs pourrait tre amliore travers: llaboration de paquets

    technologiques respectueux des normes environnementales ; la formation des producteurs sur les

    bonnes pratiques et lintroduction de varits amliores (rsistantes ou tolrantes aux maladies

    et ravageurs).

    Concernant la recherche exprimentale, deux dispositifs de Blocs Alatoires Complets

    (BAC) quatre rptitions ont t installs la FSA et au PCM. Lapplication de doses

    croissantes dazote a eu des effets significatifs au seuil de 5% sur la croissance et la production

    de biomasse du crincrin au niveau des deux sites exprimentaux.

    La courbe de dilution critique de lazote tablie avec la plante entire rpond aux principes

    gnraux de dilution de lazote (y=3,32x-0,18

    ; R= 0,99). Cette courbe doit tre valide au

    pralable et constituera une rfrence de fertilisation que pourront exploiter les agents techniques

    du dveloppement rural notamment ceux intervenant dans les zones de bas-fonds du Mono et du

    Couffo pour tablir des programmes de fertilisation azote du crincrin (frquences et doses)

    afin de limiter les applications excessives dazote au crincrin et damliorer le revenu agricole

    des producteurs.

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page viii

    ABSTRACT

    This study entitled Analysis of vegetable crop practices in lowland rice-based systems of

    Agbdranfo-Vovokanmey (Couffo) and Houinga (Mono), and nitrogen effect on crincrin

    (Corchorus olitorius L.) growth and yield, aims at improving yield and fertilization

    management in lowland rice based systems, and to reduce the environmental risks of inputs used

    by farmers. Two steps was implemented: (i) a survey in lowland rice-based systems to

    characterize famers cropping system (ii) agronomic trials carried out to study nitrogen effect on

    crincrin growth and yield. This last part was followed by the elaboration of critical nitrogen

    dilution curve for crincrin.

    Driving patterns of vegetable crops cultivation practices were similar for the different

    studied areas excepted for fertilization, pest management and irrigation. Cultivation practices

    were generally manual with the use of local varieties and the misuses of pesticides and fertilizers.

    Thus, the agronomic performance of cropping systems observed could be improved through the

    development of technological packages that protect the environment, with better farmers training

    on best practices and uses of inputs.

    As to the experimental research, two fisher blocks with four replications was installed at

    FSA and PCM site. The application of increasing nitrogen level had a significant effect on

    crincrin growth and yield (P

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page ix

    LISTE DES ABREVIATIONS

    ABE : Agence Bninoise pour l'Environnement

    ADRAO : Association pour le Dveloppement de la Riziculture en Afrique de

    lOuest et du Centre

    AfricaRice Center : Centre du Riz Pour lAfrique

    CEC : Capacit dEchange Cationique

    CeRPA : Centre Rgional pour la Promotion Agricole

    CIRAD :

    Centre de Coopration Internationale en Recherche Agronomique pour

    le Dveloppement

    Corg : Carbone organique

    CTA : The Technical Centre of Agriculture and Rural Co-operation

    Ctotal : Carbone total

    DAGRI : Direction de lAgriculture

    DANA : Direction de lAlimentation et de la Nutrition Applique

    ECVR : Enqutes sur les Conditions de Vie des Mnages Ruraux

    EMICOV : Enqute Modulaire Intgre sur les Conditions de Vie des mnages

    FA : Facult dAgronomie

    FAO : Food and Agriculture Organisation

    FCFA Franc de la Communaut Franaise d'Afrique

    FIDA Fonds International de Dveloppement Agricole

    FSA : Facult des Sciences Agronomiques

    IITA International Institute of Tropical Agriculture

    INRAB : Institut National des Recherches Agricoles du Bnin

    MAEP : Ministre de lAgriculture, de lElevage et de la Pche

    Mq/100g : Milliquivalent pour 100 gramme de sol

    MO : Matire organique

    OMD : Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement

    ONASA : Office National dAppui la Scurit Alimentaire

    PAM : Programme Alimentaire Mondial

    PAPA : Programme dAnalyse de la Politique Agricole

    Pass : Phosphore assimilable

    PCM Programme Culture Marachre

    PIB : Produit Intrieur Brut

    PNUD : Programme des Nations Unis pour le Dveloppement

    ppm : Partie pour million

    PSRSA : Plan Stratgique de Relance du Secteur Agricole

    Ptotal : Phosphore total

    PUASA : Programme dUrgence dAppui la Scurit Alimentaire

    SCRP : Stratgies de Croissance pour la Rduction de la Pauvret

    TSP : Tri superphosphate

    UP : Universit de Parakou

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page x

    LISTE DES TABLEAUX

    Tableau 1 : Correspondances des mesures locales ........................................................................ 39

    Tableau 2: Calcul des doses et planning des apports dengrais .................................................... 44

    Tableau 3 : Rcapitulatif des variables observes ......................................................................... 45

    Tableau 4 : Systmes de culture tudis Agbdranfo ................................................................. 51

    Tableau 5 : Effectif des producteurs enquts par systme de culture .......................................... 52

    Tableau 6 : Principales varits observes dans les trois bas fonds .............................................. 56

    Tableau 7 : Modes de prparation du sol observs au niveau des diffrents systmes de culture 57

    Tableau 8 : Modes de semis observs au niveau des diffrents systmes ..................................... 60

    Tableau 9: Modes de dsherbage observs au niveau des diffrents systmes ............................. 61

    Tableau 10 : Modes dirrigation observs au niveau des diffrents systmes .............................. 63

    Tableau 11 : Diversit des modes de fertilisation observs Agbdranfo et Vovokanmey ......... 64

    Tableau 12 : Rendement du crincrin dans les diffrents systmes tudis ................................... 69

    Tableau 13 : Rendement du gombo dans les diffrents systmes tudis ..................................... 69

    Tableau 14 : Calendrier cultural des trois villages tudis ............................................................ 70

    Tableau 15 : Compte dexploitation de 200 m de culture du crincrin ......................................... 74

    Tableau 16 : Compte dexploitation de 400 m de culture du Gombo .......................................... 75

    Tableau 17 : Compte dexploitation de 200 m de culture du mas vert ou mas frais ................. 77

    Tableau 18: Caractrisation texturale des sols des sites dessai ................................................... 80

    Tableau 19 : Principales caractristiques chimiques du sol de la FSA et du PCM avant essai ... 80

    Tableau 20 : Principales caractristiques chimiques du sol de la FSA aprs essai ....................... 81

    Tableau 21 : Principales caractristiques chimiques du sol du PCM aprs essai ......................... 81

    Tableau 22 : Rsultats dANOVA de la taille des plants (site de la FSA) .................................... 83

    Tableau 23 : Rsultats dANOVA de la taille des plants (site du PCM) ...................................... 83

    Tableau 24 : Rsultats dANOVA du nombre de feuilles par plant (site de la FSA) .................. 84

    Tableau 25 : Rsultats dANOVA du nombre de feuilles par plant (site du PCM) ...................... 84

    Tableau 26 : Rsultats dANOVA de la biomasse frache produite (site de la FSA) .................. 87

    Tableau 27: Rsultats dANOVA de la biomasse frache produite (site du PCM) ...................... 87

    Tableau 28 : Rsultats dANOVA de la biomasse sche produite (site de le FSA) .................... 89

    Tableau 29: Rsultats dANOVA de la biomasse sche produite (site du PCM) ........................ 89

    Tableau 30 : Rsultats dANOVA de lindice foliaire (site de la FSA) ........................................ 90

    Tableau 31: Rsultats dANOVA de lindice foliaire (site du PCM) ........................................... 90

    Tableau 32 : Exportations moyennes dazote par la plante diffrentes priodes dobservation

    (Kg N/ha) ............................................................................................................................... 91

    Tableau 33 : Coefficient apparent dutilisation de lazote ............................................................ 92

    Tableau 34 : Teneur en azote de la biomasse sche ...................................................................... 97

    Tableau 35 : Indice de nutrition azot des diffrents traitements ................................................. 97

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page xi

    LISTE DES FIGURES

    Figure 1 : Teneur en N maximale des feuilles de bl comme fonction de ltat de dveloppement

    (daprs Van Dobben, 1962). ................................................................................................ 24

    Figure 2 : Evolution du rapport surface/volume entranant la dilution de lazote dans la

    matire sche vgtale. .......................................................................................................... 25

    Figure 3 : Effet des diffrentes fertilisations azotes (de N1 au N5) dans le profil dazote foliaire

    du haut vers le bas du couvert en relation avec le rayonnement transmis dans le couvert

    (daprs Gastal et Lemaire, 2002). ........................................................................................ 25

    Figure 4: Relation entre laccumulation de biomasse et la concentration dazote du couvert dune

    culture de ftuque leve quatre niveaux de fertilisation azote (du N1 au N4) (daprs

    Gastal et Durand, 2000). ....................................................................................................... 27

    Figure 5 : Courbes critiques des diffrentes espces regroupes par route mtabolique (daprs

    Gastal et Lemaire, 2002). ...................................................................................................... 28

    Figure 6 : Principes de la courbe de dilution (daprs Gastal et Lemaire, 2002) .......................... 29

    Figure 7: Ensemble et fonction de production (daprs Varian, 2003) ......................................... 30

    Figure 8 : Courbe de rponse du rendement l'azote attendue par l'agronome (d'aprs

    l'Encyclopdie des techniques agricoles, 1999) .................................................................... 31

    Figure 9 : Cycle gochimique de lazote (source : http://fr.wikipedia.org) .................................. 32

    Figure 10 : Situation gographique des Zones dintervention ...................................................... 35

    Figure 11 : Diagramme ombrothermique de la zone des essais (station AfricaRice, 2010) ........ 41

    Figure 12: Schma du dispositif exprimental .............................................................................. 43

    Figure 13 : Plan de prlvement des chantillons ......................................................................... 45

    Figure 14 : Superficies moyennes des parcelles observes par systme de culture (Source :

    Rsultats denqute 2010) ..................................................................................................... 53

    Figure 15 : Types de main-duvre exploite par bas-fond ........................................................ 54

    Figure 16 : Main duvre familiale utilise par opration culturale et par bas-fond (Source :

    Rsultats denqute 2010) ..................................................................................................... 55

    Figure 17: Schma dune planche de ppinire en ligne Houinga (Source : Rsultats denqute

    2010) ...................................................................................................................................... 58

    Figure 18:Variabilit des dates de semis des cultures de diversification (Source : Rsultats

    denqute 2010) ..................................................................................................................... 59

    Figure 19 : Usage des produits phytosanitaires Agbdranfo (Source : Rsultats denqute 2010)

    ............................................................................................................................................... 66

    Figure 20 : Evolution des quantits moyennes de crincrin rcolt dans les diffrents systmes

    tudis (Source : Rsultats denqute 2010) ......................................................................... 68

    Figure 21 : Evolution des quantits de gombo rcolt dans les diffrents systmes tudis

    (Source : Rsultats denqute 2010) ...................................................................................... 69

    Figure 22 : Organisation spatiale du primtre amnag dAgbdranfo au cours de la campagne

    de contre saison 2010 (Source : Rsultats denqute 2010) .................................................. 72

    Figure 23 : Hauteur moyenne des plants par traitement ................................................................ 85

    Figure 24: Nombre moyen de feuille par plant par traitement ..................................................... 85

    Figure 25 : Taux de croissance en hauteur .................................................................................... 86

    Figure 26 : Taux de production de feuilles ................................................................................... 86

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page xii

    Figure 27 : Courbe de production du crincrin ............................................................................... 88

    Figure 28 : Evolution de la matire sche par partie arienne ...................................................... 93

    Figure 29 : Evolution de la matire sche produite et sa teneur en azote suivant les traitements 94

    Figure 30 : Courbes de dilution critiques dazote dans les diffrentes partes ariennes du crincrin

    (Corchorus olitorius) ............................................................................................................. 96

    Figure 31: Relation entre lindice de nutrition azote et la taille .................................................. 98

    Figure 32 : Relation entre lindice de nutrition azote et le nombre de feuilles ........................... 98

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page xiii

    LISTE DES PHOTOS

    Photo 1 : Vue du site de Houinga .................................................................................................. 36

    Photo 2 : Puits grand diamtre du site de Houinga .................................................................... 37

    Photo 3 : Canaux dirrigation et parcelle de crincrin Agbdranfo ............................................. 38

    Photo 4 : Canaux dirrigation et parcelles rizicoles Vovokanmey ............................................. 38

    Photo 5 : Puits artsien du village dAgbdranfo .......................................................................... 38

    Photo 6 : Bacs de ppinire de crincrin ......................................................................................... 46

    Photo 7: Situation initiale du site de la FSA ................................................................................. 47

    Photo 8: Situation initiale du site du PCM .................................................................................... 47

    Photo 9 : Etat de la ppinire 24 jours aprs semis ....................................................................... 48

    Photo 10 : Mode dirrigation adopt ............................................................................................. 48

    Photo 11 : Prsentation des raies de fertilisation........................................................................... 49

    Photo 12 : Mode dirrigation gravitaire observ Agbdranfo .................................................... 63

  • Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page xiv

    LISTE DES ANNEXES

    Annexe 1 : Valeurs moyenne des paramtres phnologiques par priode dobservation ........... 107

    Annexe 2: valeurs moyennes de la biomasse frache et sche produite par priode dobservation

    ............................................................................................................................................. 108

    Annexe 3 : Valeurs moyenne de la surface foliaire et de lindice de surface foliaire ................. 109

    Annexe 4 : rsultats dANOVA des paramtres chimiques du sol ............................................. 110

    Annexe 5 : caractristiques chimiques des chantillons de sols ................................................. 112

    Annexe 6 : description de la mthode des Analyses chimiques au laboratoire ........................... 114

    Annexe 7 : Photos des diffrents traitements au 37me

    Jours Aprs Repiquage .......................... 116

    Annexe 8 : Photos des principaux matriels utiliss ................................................................... 118

    Annexe 9 : guide dentretien ....................................................................................................... 120

    Annexe 10 : fiche de collecte des donnes de lessai ................................................................. 125

  • Introduction gnrale

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 15

    CHAPITRE 1 : INTRODUCTION GENERALE A LETUDE

    1.1- CONTEXTE

    Les zones de bas-fond en Afrique Subsaharienne constituent un capital trs important

    de diversification et dintensification de la production agricole. Leur surface est estime 130

    millions dhectares soit 5% de la superficie des terres cultivables, dont seulement 10 15%

    sont exploits (ADRAO, 2002). Lintensification durable de la mise en valeur des bas-fonds

    semble alors selon Midingoyi (2003), la voie la plus indique pour stabiliser lutilisation des

    terres fragiles du plateau et combler le dficit important et croissant entre la production et la

    consommation sur le continent.

    Au Bnin, les bas fonds reprsentent environ 322 000 ha de terres cultivables dont 5%

    sont rellement exploits (DGR/CBF, 2002). Ces cosystmes sont mis en valeur par les

    producteurs pour la riziculture en saison pluvieuse et le marachage en saison sche. Selon les

    tudes socioconomiques ralises par Adtonah et al. (2010) dans des bas-fonds du Mono et

    du Couffo, les cultures marachres de contre saison participent fortement lamlioration des

    revenus des producteurs et par consquent lamlioration de leurs conditions de vie. Mais,

    pour mettre en valeur les bas-fonds de manire durable, les contraintes environnementales

    doivent tre rsolues en mme temps que les proccupations conomiques car ces agro

    cosystmes ont une plus grande sensibilit environnementale comparativement aux plateaux.

    Lazote considr comme deuxime facteur le plus limitant aprs leau, pour la

    production agricole (Gonzalez, 2006), est galement un important facteur de risque pour

    lenvironnement. Il devient donc indispensable de dvelopper des stratgies de gestion

    efficiente de la fertilisation azot pour pallier les problmes environnementaux et amliorer

    les revenus agricoles au regard de laccroissement continu du prix de lnergie qui engendre

    la chert du prix des engrais.

    La prsente tude est finance par le projet RAP Ralisation du Potentiel Agricole

    des zones de bas-fond en Afrique Subsaharienne tout en maintenant leur services

    environnementaux gr par AfricaRice et sinscrit dans le cadre de mon cursus de

    formation pour lobtention du diplme dingnieur agronome. Elle vise lamlioration de la

    fertilisation azote dans les systmes de production agricole notamment ceux des zones de

    bas-fonds du Mono et du Couffo (zone dintervention du projet RAP au Bnin).

  • Introduction gnrale

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 16

    1.2- JUSTIFICATION DE LETUDE

    LAfrique subsaharienne est lune des rgions les plus pauvres du monde et la

    pauvret semble sy augmenter (FIDA, 2001), plus en milieu rural quurbain. Selon une tude

    de la Banque Mondiale en 2003, 70% des pauvres en Afrique vivaient en milieu rural au

    dbut des annes 2000. Ainsi, pour lutter efficacement contre la pauvret en Afrique, il est

    important de porter une attention particulire au secteur du dveloppement rural. Les

    ressources naturelles et lenvironnement doivent occuper une place considrable dans les

    programmes de lutte contre la pauvret car selon FIDA (2001), les ressources naturelles

    disponibles dans une rgion ont une influence majeure sur le mode de vie et le bien-tre des

    pauvres ruraux.

    Dans les Pays en Voie de Dveloppement (PVD), dont le Bnin, le besoin

    daugmentation de la production agricole suite la croissance dmographique exponentielle, a

    conduit les producteurs une utilisation intensive des intrants agricoles (engrais et pesticides)

    sans vraiment se soucier de leurs impacts sur lenvironnement (Sadou, 2008). Les questions

    environnementales deviennent donc une proccupation majeure pour les nouvelles politiques

    agricoles qui se veulent durables. Lazote considr comme deuxime facteur le plus limitant

    aprs leau, pour la production agricole (Gonzalez, 2006), est galement un important facteur

    de risque pour lenvironnement (pollution des nappes et des eaux superficielles, mission de

    gaz effet de serre, acidification des sols...). Selon Lemaire et al (2008), le cot de lengrais

    azot devrait tre valu en termes de CO2 quivalent diffus dans latmosphre par les usines

    de fabrication de cet engrais et en termes dmission de N2O dans les cosystmes agricoles

    en tant que gaz effet de serre. La rationalisation de la fertilisation azote apparait ainsi

    comme une ncessit incontestable, sans tenir compte du prix des engrais qui va sans cesse

    croissant.

    En effet, lorsque lon veut connatre la quantit dazote ncessaire pour obtenir un

    rendement donn dune culture, il faut tenir compte de la fourniture du sol travers les

    processus de minralisation et dimmobilisation de lazote du sol caractriss pas le rapport

    C/N (C/N< 20-25 implique minralisation nette et C/N>20-25 implique immobilisation nette).

    Ainsi, la quantit dazote potentiellement fournie par le sol aux plantes est dpendante de

    plusieurs facteurs (nature du sol, pratiques culturales et le climat de lanne). Cette

    dpendance multiple rend difficile la dtermination de la quantit dazote ajouter au sol pour

    obtenir un rendement donn dune culture. Alors, des mthodes destimation bases sur la

    nutrition azote des plantes sont utilises pour dterminer la concentration critique des plantes

    en azote qui induit un taux de croissance maximal chez la plante (Ulrich, 1952) cit par Noura

  • Introduction gnrale

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 17

    et al. (2008). Ces mthodes destimations peuvent tre bases sur la concentration en azote

    dune partie spcifique de la plante (feuille, ptiole) ou la plante toute entire. A cet effet, le

    concept dune courbe critique dazote a t dvelopp par (Lemaire et al, 1985) sur lespce

    (Festuca arundinacea) et a t appliqu avec succs au bl (Triticum aestivum L.) (Justes et

    al, 1994), colza (Brassica napus L.) (Colnenne et al, 1998), pomme de terre (Solanum

    tuberosum L.) (Greenwood et al, 1990; et Blanger, 2001), riz (Oryza sativa L.) (Sheehy et al,

    1998), sorgho (Sorghum bicolor L.) (Fourgon Oosterom et al. 2001), et mas (Zea mays)

    (Plnet et Lemaire, 2000; Herrmann et Taube, 2004). La teneur critique dazote (Nc) au cours

    de la phase de croissance des plantes a t reprsente par une fonction gomtrique

    dcroissante: Nc = aW-b

    . avec W la matire sche arienne totale produite un instant (t) ; a

    et b sont des coefficients (Juste et al, 1994).

    Le crincrin (Corchorus olitorius L.) compte parmi les lgumes feuilles traditionnels

    les plus consomms au Bnin et dans la sous-rgion de lAfrique de lOuest, a t peu tudi

    malgr son intrt conomique et nutritionnel. Des travaux au Soudan et au Nigeria ont port

    sur la production et la nutrition minrale de la plante (Schippers, 2004). Au sud Bnin, le

    crincrin est souvent cultiv pendant la saison sche dans les zones de bas fond pour satisfaire

    les demandes de contre saison. Cest lune des principales cultures pratiques dans les zones

    de bas fond du Mono et du Couffo (zones dinterventions du projet RAP) et sa fertilisation se

    fait gnralement avec de lure (engrais azot). Ce qui prsente un important risque

    environnemental pour les zones de bas-fonds au regard des phnomnes deutrophisation et

    de pollution des eaux souterraines

    Cest au regard de ce qui prcde que nous avons choisi de contribuer lamlioration de

    la fertilisation azote dans les systmes de production agricole notamment ceux des zones de

    bas-fonds du Mono et du Couffo travers llaboration de la courbe de dilution critique de

    lazote pour le crincrin. Pour y parvenir, nous avons dans un premier temps (i) men des

    enqutes dans trois bas-fonds du Mono-Couffo pour caractriser des pratiques culturales

    notamment celle de fertilisation et dans un second temps (ii) conduit un essai agronomique

    pour tudier leffet de lazote sur la croissance et la production du crincrin et tablir la courbe

    de dilution critique de lazote (outil de diagnostic de ltat de nutrition azot).

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 18

    CHAPITRE 2 : REVUE DE LITTERATURE

    2.1- DEFINITION DE QUELQUES CONCEPTS

    Le systme de culture: le systme de culture tel que dfini par Sebillotte (1974, 1990), cit

    par Huat (2008) est lensemble des modalits techniques mises en uvre sur des parcelles

    traites de manire homognes. Chaque systme de culture se dfinit par : (i) la nature des

    cultures et leur ordre de succession, (ii) les itinraires techniques appliqus ces diffrentes

    cultures, ce qui inclut le choix des varits pour les cultures retenues .

    Litinraire technique : litinraire technique dsigne quant lui lorganisation des

    techniques appliques une culture, c'est--dire la combinaison logique et ordonne de

    techniques mises en uvre sur une parcelle en vue den obtenir une production .

    La parcelle culturale : la parcelle culturale est dfinie comme une pice de terre dun seul

    tenant portant, au cours du cycle cultural donn, la mme culture ou la mme association de

    cultures gre par un seul individu ou par un groupe dtermin dindividus (Milleville 1972,

    1976). Cette dfinition fait donc rfrence au cycle cultural comme chelle temporelle.

    Courbe critique de dilution de lazote : selon Greenwood et al. (1986, 1991), la teneur en

    azote critique ou optimale est dfinie comme la teneur en azote minimale ncessaire pour

    avoir un taux de croissance maximal.

    La concentration en azote chaque point de la courbe critique de dilution est la

    concentration minimale observe un temps (t) donn parmi les traitements qui produisent le

    maximum de matire sche ce moment (t). Il correspond au niveau de concentration en

    azote de la biomasse partir duquel la quantit de matire sche arienne produite

    naugmente plus significativement quand bien mme on augmente la dose dazote apporte

    la plante et que la plante en absorbe davantage (Justes et al, 1994).

    2.2- MONOGRAPHIE DU CRINCRIN

    2.1.1- Importance des lgumes feuilles traditionnels en Afrique

    Les lgumes feuilles traditionnels sont des espces africaines de grande diversit et

    usages multiples. Ils jouent un rle important dans les rgimes alimentaires de toutes les

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 19

    populations du monde, particulirement en Afrique, en Asie et en Ocanie, o ils assurent la

    partie essentielle des besoins nutritionnels et mdicinaux. Les lgumes traditionnels (ou

    indignes, par opposition aux lgumes exotiques des pays temprs) sont gnralement plus

    riches en lments minraux, vitamines et facteurs nutritionnels, sans prsenter de facteurs

    antinutritionnels rdhibitoires (Bailey, 2003). Les richesses en fer, vitamines A et C

    correspondent des enjeux de sant particulirement significatifs dans les pays o lon

    compte de nombreux cas danmie causs par le paludisme, et de dficience immunitaire. Les

    fortes concentrations minrales assimilables allies aux faibles teneurs en substances anti-

    nutritionnelles (acides phytique ou tannique, oxalates) en font de recommandables

    supplments dittiques. Ces lgumes prsentent galement la particularit dtre fortement

    colors, traduisant une concentration leve en carotnodes, qui ont des proprits anti-

    oxydantes favorables la sant humaine. Ainsi, ils pourraient jouer un rle extrmement

    important dans la scurit alimentaire et la lutte contre la pauvret en Afrique (Attere, 1999).

    Et ce, dautant plus que cest dans ce continent on note les problmes aigus de pauvret et de

    malnutrition et les personnes les plus touches sont les groupes vulnrables (enfants, femmes

    et les personnes ges) (FAO, 1996).

    2.1.2- Origine et rpartition gographique du crincrin

    Lorigine gographique du crincrin est souvent controverse, car on le cultive depuis

    des sicles tant en Asie quen Afrique, et il est prsent ltat sauvage sur les deux continents.

    Certains auteurs considrent lInde ou la rgion indo-birmane comme le centre origine du

    crincrin et de plusieurs autres espces de Corchorus. Cependant, la prsence en Afrique dun

    plus grand nombre despces sauvages de Corchorus et plus grande diversit gntique

    lintrieur de Corchorus olitorius indiquent que lAfrique serait le premier centre dorigine du

    genre avec un centre secondaire de diversit dans la rgion Indo-birmane. Actuellement,

    Corchorus olitorius est largement rpandu dans toutes les rgions tropicales.

    En Afrique tropicale il est signal comme lgume sauvage ou cultiv dans de

    nombreux pays. Cest un lgume-feuilles important en Cte-dIvoire, au Bnin, au Nigeria, au

    Cameroun, Soudan, au Kenya, en Ouganda et au Zimbabwe. Le crincrin ou la corte potagre

    est galement cultive comme lgumes-feuilles dans les Carabes, au Brsil, en Inde, au

    Bangladesh, en Chine, au Japon, en Egypte et au Proche-Orient. Elle est cultive pour la

    production de jute en Asie (Inde, Bangladesh, Chine) comme Corchorus capsularis L. mais

    en Afrique elle ne joue aucun rle en tant que plante fibres, mme si on peut faire un usage

    domestique de cette fibre.

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 20

    2.1.3- Botanique du crincrin

    Famille : Tiliaceae (APG : Malvaceae) ;

    Nombre de chromosome 2n= 14 ;

    Noms locaux : Ninnouwi (Fon), Ayoyo (If), Ooyo (Tchab), Yoyo (Idatcha), Nnouwi

    (Mahi), Admain (Cotafon), Aluilui (Wm), Ayoyo, Yoyo (Anii, Dendi, If, Idatcha,

    Kotocoli, Lokpa), Dmi (Adja), yo (Holly), inapouwopouwona (Gourmantch), Ninnouwi

    (Fon, Mahi), Oyo (Tchab), Yoyora, Skfma (Waama), Tifanhanti (Ditamari), Yykoun

    (Bariba), Yygoula (Boko), Kprala (Baoul, Cte dIvoire) ;

    Noms communs : Corte potagre, Mauve du juif, Jute longs fruits, Jute potager, crincrin

    (Franais) ;

    Nalta jute, Tussa jute, Jews mallow, Jute mallow, crincrin, Bush okra,

    (English).

    Lespce Corchorus olitorius contient plusieurs varits. Les caractres foliaires

    permettent de les distinguer aisment : dentelure, forme, couleur et brillance du limbe. Les

    deux varits les plus frquentes au Nigria sont Oniyaya, qui atteint 150cm de haut et

    possde de nombreuses branches ainsi que des feuilles larges, profondment dentes, et

    Amugbadu, encore plus haut et dot de grandes feuilles oblongues finement dentes. On

    trouve plusieurs autres morphotypes mineurs locaux, tels que Eleti ehoro, avec de petites

    feuilles ovales semblables des oreilles de lapin, finement dentes, Eti eku, dont la forme des

    feuilles rappelle les oreilles dun rat ou encore Yaya. Des varits similaires se rencontrent

    galement au Bnin et au Togo.

    2.1.4- Usages

    Le crincrin est utilis comme lgume-feuilles mucilagineux. Les feuilles cuites

    donnent une sauce gluante, comparable celle de gombo. Au Nigeria, on trouve que cette

    sauce accompagne bien la consommation des boulettes fculentes faites avec du manioc, de

    ligname ou du mil. Pendant la saison sche, on utilise la poudre des feuilles sches pour

    prparer cette sauce. Les fruits immatures, quon appelle bush Okra ( gombo de

    brousse ), sont galement schs et rduits en poudre en vue de la prparation de cette sauce

    gluante. En Afrique de lEst, il existe plusieurs recettes : le crincrin peut tre cuit avec du

    nib, du potiron, des feuilles de taro, de la patate douce, du lait et du beurre, de la viande, et

    releve avec du piment et du citron.

    Le jute a t pendant plus de 100 ans la fibre la plus largement utilise pour

    lemballage grce sa solidit, sa facilit de fabrication et sa disponibilit en grande quantit

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 21

    homogne. Nanmoins, la production de jute est insignifiante en Afrique. Les types de

    Corchirus olitorius utilises comme lgume feuilles sont assez diffrents de ceux utiliss

    pour la production de jute

    Des lamelles de racine de crincrin sont utilises au Kenya pour traiter les maux de

    dents, une dcoction de racine sert de tonique, des jeunes pousses de feuilles servent contre

    les troubles cardiaques au Congo, une infusion de feuille est absorbe contre la constipation

    en Tanzanie, linfusion de feuille plus du citron est absorbe contre la fivre typhode et le

    paludisme au Bnin et les graines servent de purgatif et de fbrifuge au Nigeria.

    2.1.5- Proprits

    La composition des feuilles de Corchorus olitorius est la suivante pour 100 g de partie

    comestible : eau 80,4 g (74,2-9,1 g), nergie 243KJ (58 Kcal) , protine 4,5 g , lipides 0,3g ,

    glucides 12,4 mg ,fibres 2,0 g Ca 360 mg P 122 mg , Fe 7,2 mg B-carotne 6410 g ,

    Thiamine 0,15 mg, riboflavine 0,53 mg, niacine 1,2mg, acides ascorbique 80 mg (Leung ,W.-

    T.W.,Busson , F.& Jardin , 1968). Cette composition correspond celle dautres lgumes

    feuilles vert-foncs, mais la teneur en matire sche des feuilles fraches de la corte est plus

    leve que la moyenne. La composition et en particulier la teneur en micronutriments sont

    fortement influences par des facteurs externes tels que la fertilit du sol et la fertilisation.

    Lutilisation dengrais azot amliore largement la teneur en micronutriments, par Ex. le Fe,

    le P, le Ca, le carotne et la vitamine C.

    Le polysaccharide mucilagineux des feuilles est riche en acide uronique 65% et est

    compos de rhamnose, de galactose, de glucose, dacide galacturonique et dacide

    glucuronique dans un rapport molaire de 1,0: 0,2 : 0,2 : 0,9 : 1,7 en plus des 3,7% de

    groupement actyles.

    Les fibres de jute proviennent du liber. Leur utilisation se limite la fabrication de

    produits grossiers, car le rapport longueur/diamtre des filaments de jute nest que de 100-

    120, bien au dessous du minimum de 1000 ncessaire pour avoir une bonne qualit de filage.

    Les cellules de fibres font 2-2,5 mm de long et 15-20 m de diamtre. Les cellules de fibres

    sont colles entre elles en filaments atteignant 250 mm de long. La rsistance la rupture du

    jute est de 395-775 MPa, lallongement la rupture est seulement de 1-2%. Le jute a une

    temprature dinflammation faible de 193C, ce qui prsente un risque non ngligeable

    dincendie dans les entrepts

    Les feuilles du crincrin contiennent des composs phnoliques antioxydants, dont le

    plus important est lacide 5-caffoylquinique. Certaines ionones glucosides ont galement t

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 22

    isoles des feuilles; ils ont montr une activit inhibitrice de libration dhistamine partie de

    cellules dexsudat pritonal du rat induite par raction antigne anticorps. Les grains sont

    toxiques pour les mammifres et les insectes. Elles contiennent des htrosides cardiaques.

    2.1.6- Dormance et traitements des graines

    La dormance des graines constitue un problme majeur pour la production du crincrin.

    Une solution gnrale consiste les chauffer dans un sac de tissu quon plonge dans leau

    frmissante (75C 80C) pendant 5 10 secondes. Il faut ensuite crer un second choc

    thermique en plaant le sac dans de leau froide (20C 25C) pendant 5 15 minutes. On

    tend ensuite les graines sur un linge sec pour les faire scher lombre pendant une journe

    au maximum. Les graines traites doivent tre semes immdiatement car elles ne peuvent

    tre conserves. Cette mthode permet dobtenir une excellente germination et des plantules

    homognes. Les graines traites la chaleur peuvent en effet germer au bout de quatre sept

    jours alors que le temps de germination de graines non traites est dune semaine un an.

    2.1.7- Conditions cologiques

    Le crincrin est cultiv dans des zones climatiques trs diverses des altitudes allant du

    niveau de la mer 1200 m environ. Il est peu adapt aux tempratures froides et sa croissance

    est ralentie durant les mois dharmattan (de Janvier Mars au Bnin), secs et froids, que

    connaissent les rgions stendant entre 8 de latitude nord et la mditerrane (Schippers,

    2004). Les conditions optimales sont un climat humide (600 2000 mm de prcipitations/an),

    des tempratures comprises entre 25 et 32 C, des sols limono-sableux riches en matire

    organique. Il se dveloppe moins bien sous des arbres ou quand il est en permanence

    lombre. Au Nigria, le rendement varie de 20 t 25t /ha mais des essais complets raliss par

    MBAH-NGAMI en 1998 au Cameroun ont donns 38 t/ha pour la varit Ewondo avec 20

    tonnes de fumier de volaille/ha ha (Grubben et al., 2004).

    2.1.8- Maladies et ravageurs

    Le crincrin rsiste plutt bien aux maladies et aux ravageurs. Sclerotium rolfsii,

    responsable de la pourriture du pied et de fltrissement, reprsente parfois un problme. Des

    espces de Curvularia donnent des taches noires sur les feuilles, et des Cercospora des taches

    circulaires sur des feuilles. Ces maladies fongiques sont contenues par une culture sur les

    planches bien draines et par des espacements larges. Une maladie virale transmise par des

    cicadelles et causant une dformation des feuilles et un retard de croissance a t identifie au

    Nigeria.

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 23

    Les ravageurs les plus nuisibles sont le criquet puant (Zonocerus variegatus), des

    chenilles (Acrea spp.), la lgionnaire (Spodoptera littoralis) et des altises (Podagrica spp.).

    Pendant la saison sche, des acariens rouges (Tetranychus cinnabarinus) attaquent souvent les

    feuilles. La lutte par pulvrisation avec des pesticides recommands est rarement applique.

    Le crincrin est trs sensible aux nmatodes galle (Meloidogyne spp.). Les mthodes

    de lutte comprennent la rotation des cultures, en vitant de mettre en culture des plantes

    sensibles aux nmatodes galle pendant au moins un an, et le maintien dune bonne teneur du

    sol en matire organique.

    2.1.9- Rcolte

    La premire rcolte lieu environ 4-6 semaines aprs le repiquage en coupant des

    pousses longues de 20 -30 cm une hauteur de 10-20 cm au dessous du sol. Cette coupe

    favorise le dveloppement de rejets latraux. Ensuite, on peut effectuer une coupe toutes les

    2-3 semaines, avec un total de 2-8 coupes. Pour une rcolte unique dune culture en semis

    direct, les plantes sont arraches ou coupes au ras du sol lorsquelles font 30-40 cm de haut,

    3-5 semaines aprs la leve et avant le dveloppement des fruits. Les plantes sont mises en

    bottes pour la vente. Dans les systmes de cultures associes, les paysans ont tendance

    rcolter intervalles irrguliers. Le crincrin sauvage est rcolt dans la nature au fur et

    mesure des besoins, et habituellement pour la consommation domestique.

    Une culture pour la production de jute est gnralement rcolte 100-120 jours aprs le

    semis, lorsque les plantes commencent fructifier

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 24

    2.3- THEORIES SUR LA NUTRITION AZOTEE DES PLANTES

    2.3.1- Dfinition de ltat de nutrition azote des plantes

    La caractrisation de ltat de nutrition azote est plus complexe que celle de ltat

    hydrique des plantes. En effet, la thorie de la tension - cohsion offre un cadre purement

    physique qui est bien dfini et ltat physique potentiel de leau libre (=0) correspond le plus

    souvent un optimum physiologique. Par contre, le cas de ltat de nutrition azote est trs

    diffrent. La relation entre laccumulation de matire sche et labsorption dazote rend

    difficile la dtermination dune teneur optimale dazote. En effet, la demande en N est pilote

    par la croissance en matire sche, la relation ntant pas linaire. Il a t dmontr que la

    teneur en N maximale diminue au cours du cycle (Figure.1) (Angus et Moncur, 1985 ; Van

    Keulen et Seligman, 1987).

    Figure 1 : Teneur en N maximale des feuilles de bl comme fonction de ltat de dveloppement (daprs Van

    Dobben, 1962).

    La cause de cette diminution est la dilution de lazote dans le volume de la plante. La

    teneur en N des plantes, essentiellement prsent dans les parties mtaboliquement actives des

    organes ariens, est plus corrl avec la surface quavec le volume du vgtal (Figure 2).

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 25

    Figure 2 : Evolution du rapport surface/volume entranant la dilution de lazote dans la matire sche

    vgtale.

    Cette relation entre la teneur en N de la plante et sa surface merge aussi du rapport

    existant entre la quantit dazote dans les feuilles et le rayonnement incident. Gastal et

    Lemaire (2002) ont dmontr, pour cinq niveaux de fertilisation azote diffrents, quil existe

    une relation linaire trs troite entre la teneur en N des feuilles et le rayonnement incident

    (Figure 3). Ce sont les feuilles directement exposes au rayonnement qui ont la teneur en N

    maximale dans le couvert, ce qui permet loptimisation de lutilisation de lazote par rapport

    lassimilation du carbone (Hirose et Werger, 1987 ; Hikosaka et al., 1994 ; Gastal et Lemaire,

    2002).

    Figure 3 : Effet des diffrentes fertilisations azotes (de N1 au N5) dans le profil dazote foliaire du haut vers le

    bas du couvert en relation avec le rayonnement transmis dans le couvert (daprs Gastal et Lemaire, 2002).

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 26

    Dautre part, au fur et mesure que la plante crot, la proportion (en masse) des tissus

    structuraux et de stockage, pauvres en N, augmente et en consquence la teneur en N total de

    la plante diminue (Greenwood et al., 1990). Les travaux de recherche des indices permettant

    la caractrisation de ltat de nutrition azote ont t nombreux. Overman et al. (1995) ont

    dvelopp un modle qui relie la croissance de la culture avec le rgime de fertilisation, mais

    il ne prend pas en compte lazote rellement disponible pour la culture et il est difficilement

    extrapolable en dehors des conditions du dveloppement du modle (Jeuffroy et al., 2002 ;

    Nkoa et al., 2003). Les indices utilisant la teneur en N du sol semblent insuffisants pour la

    caractrisation de ltat de nutrition azote. En conditions contrles, il a t dmontr que le

    rapport entre labsorption dazote (soit NO3 - ou NH4 +) et la concentration des ions dans la

    solution du sol suit une loi du type hyperbolique avec plusieurs phases cintiques (Rao et

    Rains, 1976 ; MacDuff et al., 1989 ; Tischner, 2000 ; Glass et al., 2002). Devienne- Barret et

    al. (2000) ont galement dmontr ce type de relation au champ. Lemaire et Meynard (1997)

    montrent que lazote disponible pour les plantes nest pas dtermin exclusivement par la

    teneur en azote du sol, mais aussi par les conditions existant au sein du sol, qui dterminent la

    croissance radiculaire et lactivit des racines. Ils citent le dficit hydrique et la structure du

    sol comme les deux facteurs principaux qui limitent la nutrition en azote des plantes.

    Toutefois, comme on la dj dit, la relation entre labsorption dazote et ltat de nutrition

    azote nest pas directe, mais dpend de la croissance. Dautres travaux ont cherch, au

    niveau de la plante, le meilleur indice pour dfinir ltat de nutrition azote. Chez les cultures

    grains (le bl, par exemple), lindice typiquement utilis est lindice dazote de rcolte

    (IAR), dfini comme la teneur en azote des grains par rapport la teneur en azote totale de la

    plante (Birch et al., 1997). Lecoeur et Sinclair (2001) ont propos une analyse de la

    distribution de lazote base en IAR, mais lIAR est dcrit comme un paramtre dpendant

    dautres variables que la distribution dazote. Lutilisation de lIAR reste valable pour les

    cultures grains mais il ne dcrit que le rsultat la rcolte et pas ltat de nutrition azote

    pendant lvolution de la culture. Porter (1993), ainsi que Hunt et Pararajasingham (1995), ont

    dvelopp respectivement, les indices utiliss dans les modles AFRCWHEAT2 et

    CROPSIM_Wheat o des valeurs minimales et maximales sont fixes en fonction de ltat de

    dveloppement de la culture de faon similaire Van Keulen et Seligman (1987). Olesen et

    al. (2002) ont utilis lindice de nutrition azote dvelopp par Angus et Moncur (1985) pour

    ltude de leffet du dficit de nutrition azote sur le dveloppement de la surface foliaire. Le

    dsavantage de ces types dindices est que lazote considr maximal peut tre nettement

    plus lev que la teneur optimale, partir de laquelle, laugmentation de lazote absorb

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 27

    nentrane pas une augmentation de matire sche forme. Les indices de ltat de nutrition

    azote bass sur ltat de dveloppement ne permettent pas non plus la comparaison entre

    espces, tant donn que les diffrentes phases de cultures sont variables dune espce

    lautre. Vidal et al. (1999) ont propos lutilisation des mesures de chlorophylle chez le bl

    comme indice de ltat de nutrition azote dans le modle CERES. Chez le brocoli, Nkoa et

    al. (2003) ont dvelopp un modle mathmatique o la demande en azote est calcule au

    moyen des fonctions qui relient dans le temps la teneur en azote de la plante et une teneur en

    azote critique. La teneur en azote optimale ou critique est dfinie comme la teneur en

    azote minimale ncessaire pour avoir un taux de croissance maximale (Greenwood et al.,

    1986, 1991).

    Figure 4: Relation entre laccumulation de biomasse et la concentration dazote du couvert dune culture de

    ftuque leve quatre niveaux de fertilisation azote (du N1 au N4) (daprs Gastal et Durand, 2000).

    Lemaire et Salette (1984) ont tudi le rapport entre la teneur en azote de la partie

    arienne chez la ftuque leve et le dactyle (en %) rcolte la motofaucheuse et sa teneur

    en matire sche. A partir de plusieurs niveaux de fertilisation azote (Figure 4), ils ont

    dtermin la teneur en azote critique, i.e., la teneur en azote partir de laquelle il ny a pas

    daugmentation de la teneur en matire sche. Cette courbe, dnomme courbe critique,

    semble trs stable entre les deux espces. La fonction de cette courbe est du type : %N =

    aMS-b

    (1) a tant gal 4.8 et b 0.36 chez la ftuque leve.

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 28

    A partir de ce travail, dautres expriences ont montr la validit de cette courbe pour

    un grande nombre despces (bl : Justes et al., 1994 ; petit pois : Ney et al., 1997 ; colza :

    Colnenne et al., 1998 ; patate : Blanger et al., 2001 ; mas et sorgho : Greenwood et al., 1990

    ; mas : Plnet et Lemaire, 1999). Parmi toutes les espces, le principal facteur introduisant

    des diffrences est le type mtabolique, C3 et C4 (Figure 5) (Greenwood et al.1990).

    Figure 5 : Courbes critiques des diffrentes espces regroupes par route mtabolique (daprs Gastal et

    Lemaire, 2002).

    a : ftuque leve et dactyle (Nc% = 4.8W-0.33 ; Lemaire et Salette, 1984) ;

    b : bl (Nc% = 5.35W-0.442 ; Justes et al., 1994) ;

    c : petit pois (Nc% = 5.08W-0.32 ; Ney et al., 1997) ;

    d : colza (Nc% = 4.48W-0.25 ; Colnenne et al., 1998) ;

    e : mas et sorgho (Nc% = 4.1W-0.5 ; Greenwood et al., 1990) ;

    f : mas (Nc%=3.4W-0.37 ; Plnet et Lemaire, 1999).

    La variation au sein de chaque voie mtabolique est nettement infrieure aux

    diffrences entre C3 et C4. Les espces C4 ont une teneur en azote critique infrieure celles

    des espces C3 la mme biomasse, probablement due leur plus faible teneur en protines

    photosynthtiques (Gastal et Lemaire, 2002). La courbe de dilution implique que la dilution

    de lazote, en fonction de ltat de dveloppement est, en ralit, lie la croissance arienne.

    Lavantage de la courbe de dilution est quelle dpend exclusivement de la croissance,

    indpendamment des conditions externes, permettant lextrapolation dans lespace ou le

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 29

    temps. La courbe critique spare ainsi lespace en deux rgions (Figure 6): une rgion supra

    optimale (au dessus de la courbe) et une rgion sub-optimale (en dessous de la courbe). Tous

    les points qui se trouvent dans la rgion sub-optimale indiquent une dficience en azote pour

    la croissance.

    Chez les gramines fourragres, un autre avantage de la courbe de dilution est la

    possibilit de faire rapidement le lien avec la productivit (kg MS ha-1j-1 ou lg Nha-1j-1). A

    partir de la courbe de dilution, Lemaire et Gastal (1997) ont dvelopp lindice de nutrition

    azote (INN), qui est le rapport entre la teneur en azote arien un moment donn et la teneur

    en azote critique donne par la courbe pour sa biomasse (Figure 6).

    Avec

    Figure 6 : Principes de la courbe de dilution (daprs Gastal et Lemaire, 2002)

    En consquence, tout INN avec une valeur gale ou suprieure 1 indique un tat de

    nutrition azote optimale. Par contre, une valeur infrieure 1 indique une dficience en

    azote.

    NNI= Indice de nutrition azot dun peuplement au champ ;

    No= teneur en azote dun chantillon prlev au champ ;

    Nc= teneur critique de lazote correspondant au rendement

    observ

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 30

    2.3.2- La courbe de rponse lazote

    En conomie, la notion de fonction de rponse du rendement lazote dune culture

    envoie la notion de fonction de production. En effet, lazote est considr comme un facteur

    de production, i.e. il fait partie des entits, personnes physiques ou objets conomiques, dont

    les services sont utiliss lors des oprations de production (Varian, 2003). Dans le cas dune

    production agricole, les facteurs de production peuvent tre lazote, leau, le travail de

    lagriculteur, etc. Lensemble de toutes les combinaisons dintrants (ou facteurs de

    production) et de produits correspondant un processus de production techniquement

    ralisable est appel un ensemble de production (voir Figure7). Les intrants reprsentant un

    cot pour lexploitation agricole, on ne considre que le produit maximum correspondant

    chaque niveau dintrant donn : cette frontire est reprsente par une fonction appele de

    production. Elle mesure la quantit de produit maximum quil est possible dobtenir partir

    de quantits fixes dintrants. Les fonctions de production en agriculture ne sont pas un

    concept nouveau mais elles ont t exploites par Godard et al. (2008) pour dcrire une

    relation spcifique de lazote et du rendement des cultures avec un aspect conomique de la

    production.

    Figure 7: Ensemble et fonction de production (daprs Varian, 2003)

    Plusieurs mthodes peuvent tre utilises pour construire des fonctions de production.

    En conomie agricole en particulier, les statistiques, mais aussi les informations provenant de

    modles techniques peuvent tre utilises. En se basant sur les rsultats des travaux les plus

    X : Intrant

    Y=Product

    ion

    Y= f(x)= fonction de production

    ymax

    ymin

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 31

    rcents, et lanalyse de la littrature, Godard et al. (2008) ont choisi la fonction exponentielle

    pour construire la courbe de rponse lazote. Selon eux, cette fonction permet de rpondre le

    mieux possible aux critres agronomiques et conomiques. Ils ont explicit cette fonction

    ainsi :

    r = B - (B - A) e-tN

    Avec

    r : rendement de la culture

    A : rendement minimum de la culture

    B : rendement maximum de la culture

    t : taux daccroissement

    N : quantit totale dazote issue de lengrais de synthse apporte la culture

    Figure 8 : Courbe de rponse du rendement l'azote attendue par l'agronome (d'aprs l'Encyclopdie des

    techniques agricoles, 1999)

    La dtermination de la courbe de rponse du rendement de chaque culture lazote,

    repose principalement sur lhypothse de rationalit conomique de lagriculteur. Ainsi, la

    maximisation de la marge brute, pour un hectare dune culture j, se traduit par :

    maxj /N = Pj . rj(N) w. N et N 0

    OE : optimum conomique, dose au del de laquelle le gain marginal li au supplment de rcolte ne compense plus a dpense due lapplication dazote supplmentaire

    OP : optimum physique correspondant la dose dengrais la plus faible permettant davoir le rendement le plus lev (si conjointement la qualit de la rcolte nest pas amliore, il y a

    consommation de luxe )

    M : Dose qui permet dobtenir le rendement maximal (gal celui obtenu avec Op), au del, le

    rendement dcrot, ceci peut tre d une toxicit de llment fertilisant.

    OE OP M N apport

    Rendt

    T/ha

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 32

    avec

    pj : prix de vente de la culture j

    rj : rendement de la culture j

    wj : prix de lazote de lengrais attribu la culture j

    N : quantit dazote issu de lengrais attribu la culture j

    Ce qui signifie qu loptimum conomique (profit maximal), la pente de la tangente la

    courbe rj (N) (valeur de la drive) gale le rapport du prix de lazote sur le prix de vente de

    la culture. Cette proprit permet de dfinir loptimum conomique.

    2.4- CYCLE GEOCHIMIQUE DE LAZOTE

    Figure 9 : Cycle gochimique de lazote (source : http://fr.wikipedia.org)

    L'atmosphre est la principale source d'azote, sous forme de diazote, puisqu'elle en

    contient 79 % en volume. L'azote, compos essentiel de nombreux processus biologiques, se

    retrouve entre autres dans les acides amins constituant les protines, et dans les bases azotes

    prsentes dans l'ADN. Des processus sont ncessaires pour transformer l'azote atmosphrique

    en une forme assimilable par les organismes.

    L'azote atmosphrique est fix par des bactries prsentes dans le sol, telles que

    Azobacter vinelandii, grce une enzyme, la nitrognase. Celles-ci produisent de

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Cycle_azote_fr.svghttp://fr.wikipedia.org/wiki/Diazotehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_amin%C3%A9http://fr.wikipedia.org/wiki/Prot%C3%A9inehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Base_azot%C3%A9ehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_d%C3%A9soxyribonucl%C3%A9iquehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Bacteriahttp://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Azobacter_vinelandii&action=edit&redlink=1

  • Revue de littrature

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 33

    l'ammoniaque (NH4OH) partir de l'azote atmosphrique et de l'hydrogne de l'eau. Certaines

    de ces bactries, comme Rhizobium, vivent en symbiose avec des plantes, produisant de

    l'ammoniaque ncessaire aux plantes, en contrepartie des glucides de la plante dans la

    rhizosphre. L'ammoniaque peut aussi provenir de la dcomposition d'organismes morts par

    des bactries saprophytes sous forme d'ions ammonium (NH4+).

    Dans les sols bien oxygns, mais aussi en milieu aquatique oxygn, des bactries

    transforment l'ammoniac en nitrite (NO2-), puis en nitrates (NO3

    -), au cours du processus de

    nitrification. On peut dcomposer cette transformation en nitritation et nitratation. Les

    vgtaux absorbent grce leurs racines les ions nitrate (NO3-) et, dans une moindre mesure,

    l'ammonium prsent dans le sol, et les incorporent dans les acides amins et les protines. Les

    vgtaux constituent ainsi la source primaire d'azote assimilable par les animaux. En milieu

    Anoxique, (sol ou milieu aquatique non oxygn) des bactries dites dnitrifiantes

    transforment les nitrates en gaz diazote, c'est la dnitrification.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ammoniaquehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrog%C3%A8nehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Rhizobiumhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Symbiosehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Plantehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Glucidehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Saprophytehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Ionhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Ammoniumhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Nitritehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Nitratehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Nitrificationhttp://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Nitritation&action=edit&redlink=1http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Nitratation&action=edit&redlink=1http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9g%C3%A9talhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Racine_(botanique)http://fr.wikipedia.org/wiki/Ionhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Nitratehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Ammoniumhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Animalhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Anoxie_(eau)http://fr.wikipedia.org/wiki/Diazotehttp://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9nitrification

  • Matriel et mthodes

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 34

    CHAPITRE 3 : MATERIEL ET METHODES

    Lapproche mthodologique adopte se prsente en deux parties :

    une premire partie qui concerne lanalyse des pratiques culturales dans les bas-fonds

    rizicoles dAgbdranfo-Vovokanmey (commune de Dogbo) et de Houinga (commune

    de Houyogb) ;

    et une deuxime partie qui concerne lessai agronomique portant sur effet de lazote

    sur la culture du crincrin (Corchorus olitorius L.) et laboration de la courbe de

    dilution critique de lazote.

    3.1- ANALYSE DES PRATIQUES CULTURALES DANS LES BAS-FONDS

    RIZICOLES DAGBEDRANFO-VOVOKANMEY (COMMUNE DE DOGBO)

    ET DE HOUINGA (COMMUNE DE HOUEYOGBE)

    3.1-1. Objectifs et hypothses

    a- Objectifs

    Lobjectif gnral de cette tude est danalyser les pratiques culturales dans les bas-fonds

    rizicoles dAgbdranfo-Vovokanmey (commune de Dogbo) et de Houinga (commune de

    Houyogb) en vue de lamlioration des performances des systmes de culture

    spcifiquement travers des pratiques de fertilisation efficiente.

    De faon spcifique, il sagira de:

    1- identifier les diffrents itinraires techniques des principales cultures pratiques en contre

    saison Agbdranfo-Vovokanmey (commune de Dogbo/Couffo) et Houinga (commune de

    Houyogb/Mono) ;

    2- tablir les calendriers culturaux pratiqus Agbdranfo, Vovokanmey (commune de

    Dogbo/Couffo) et Houinga (commune de Houyogb/Mono).

    b- Hypothses

    Ces objectifs sont soutenus par les hypothses suivantes:

    H1: Les pratiques culturales observes dans les bas fonds dAgbdranfo, Vovokanmey et

    Houinga sont peu variables dun bas-fond un autre.

    H2 : Les calendriers culturaux diffrent dun bas-fond un autre.

  • Matriel et mthodes

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 35

    3.1-2. Prsentation des milieux dtude

    La prsente tude est ralise dans trois bas-fonds du Mono-Couffo pralablement

    identifis comme sites pilots du projet RAP. Il sagit des bas-fonds dAgbdranfo et de

    Vovokanmey dans la commune de Dogbo/Couffo et le bas-fond de Houinga dans la commune

    de Houyogb/Mono. Nous avons port le choix sur ces agro cosystmes compte tenu de la

    place importante quils occupent dans la diversification des revenus agricoles. La figure 10

    indique la situation gographique des milieux dinterventions au Bnin et dans les communes

    respectives.

    Figure 10 : Situation gographique des Zones dintervention

    Zones dintervention

    Dpartement du Couffo

    Dpartement du Mono

  • Matriel et mthodes

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 36

    Les trois bas-fonds tudis sont sous un climat subquatorial. Ils sont marqus par des

    tempratures leves, mais non excessives qui tournent autour de 27,5C. Lhumidit relative

    moyenne est de 80%. (MAEP et al, 2008b).

    a- Prsentation du bas-fond de Houinga

    Le bas-fond de Houinga localement appel Sissotannou est localis dans le

    village Houinga dans la commune de Houyogb et dans larrondissement de Zoungbonou. Il

    est situ au Nord-Est 150 m du village et 6 km de laxe routier Cotonou-Lokossa. Le bas-

    fond de Houinga couvre selon lavis des producteurs plus de 200 ha. Cependant la superficie

    exploite au cours de la campagne 2009-2010 tait denviron 7 ha.

    Le bas-fond de Houinga peut tre class dans la catgorie des bas-fonds fond plat.

    En effet, il est trs large et sallonge dOuest en Est sur plusieurs kilomtres. Les pentes

    longitudinales et transversales sont trs faibles. Les caractristiques hydrologiques du bas-

    fond sont inhrentes aux ressources en eau du village. Le bas-fond draine en effet les eaux de

    ruissellement qui transitent par la mare Sissotan situe en aval de la partie exploite avant de

    se jeter dans le lac Toho. Cest dailleurs cette mare qui donne son nom au bas-fond

    Sissotannou. Les crues ne sont pas violentes, et il ny a pas de lit mineur trs marqu. La

    priode dinondation se situe entre aot et septembre. La priode des hautes eaux est observe

    en septembre avec une lame deau moyenne de 0,50 m dans le lit mineur juste aprs les

    averses. Lalimentation du bas-fond par les eaux de ruissellement fait que lasschement

    intervient aussitt aprs larrt des pluies. Cette situation est lorigine des difficults

    dexploitation surtout en saison sche (MAEP et al, 2008b).

    La pnurie deau observe en saison sche et qui entrave la poursuite des activits de

    marachage dans le bas-fond de Houinga a amen lONG PROTOS initier la ralisation dun

    puits grand diamtre. Malheureusement le forage du puits a t entrav 22 m de sa

    profondeur par une roche et il faudra plus de moyens que prvus pour finaliser les travaux.

    Lentreprise qui conduisait les travaux a d les abandonner en attendant quune disposition

    soit prise.

    Photo 1 : Vue du site de Houinga

  • Matriel et mthodes

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 37

    Photo 2 : Puits grand diamtre du site de Houinga

    b- Prsentation du bas-fond dAgbdranfo

    Le bas-fond dAgbdranfo est situ dans le village dAgbdranfo, commune de Dogbo

    dans larrondissement dAyomi. Il stend lOuest du village sur plus de 40 ha le long de la

    valle qui lui a donn naissance et a reu un amnagement sur une superficie de 10ha 13a.

    Cest une valle qui draine des eaux du puits artsien du village, des eaux de pluies et des

    eaux provenant de linondation du fleuve Mono. Ainsi, les sources deau du bas-fond sont le

    puits artsien dont le dbit mesur est de 20 l/s, les eaux de ruissellement et les crues du

    fleuve Mono. Il prsente une pente longitudinale (Nord-Sud) de 3% dans la partie haute

    contre 0,8% dans la partie basse.

    Le bas-fond dAgbdranfo subit rgulirement dinondation dans sa partie basse

    partir doctobre du fait du dbordement du fleuve Mono. La hauteur deau ruisselante atteint

    parfois 1,80 m dans le lit mineur. Cette hauteur deau empche toute activit agricole dans la

    partie non amnage pendant les saisons pluvieuses. Linondation sur la portion rserve la

    riziculture qui peut atteindre 0,40 m de lame deau occasionne parfois des dgts (MAEP et

    al, 2008a). Lamnagement du bas-fond est compos de bassins pour la prise deau, des prises

    deau en regard avec vanne, des canaux dapport et de drainage de leau, des casiers rizicoles

    et des tangs piscicoles.

    Notons que le bas fond de Vovokanmey a environ les mmes caractristiques que le

    bas fond dAgbdranfo : les deux bas-fonds sont aliments par des puits artsiens qui rendent

    leau permanente sur les sites, ils se situent dans une mme commune (Dogbo) et dans un

    mme arrondissement (Ayomi). Mais Vovokanmey, les canaux dirrigation sont raliss sur

    des diguettes qui laissent facilement leau sinfiltrer (voir photo 4). Cest la raison pour

    laquelle le problme de matrise deau se pose encore dans ce bas-fond car lorsquon irrigue

    une parcelle donne, leau sinfiltre sur les parcelles voisines o lon ne dsire pas deau en ce

    moment.

  • Matriel et mthodes

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 38

    Photo 3 : Canaux dirrigation et parcelle de crincrin Agbdranfo

    Photo 4 : Canaux dirrigation et parcelles rizicoles Vovokanmey

    Photo 5 : Puits artsien du village dAgbdranfo

  • Matriel et mthodes

    Thse dIngnieur Agronome - E. ALISSOU/ FSA-2011 Page 39

    3.1-3. Echantillonnage

    Au dmarrage de cette tude, une phase exploratoire a t ralise dans les trois bas-

    fonds tudis (bas-fonds dAgbdranfo, de Vovokanmey et de Houinga). Cette phase

    exploratoire a consist au recensement des producteurs qui font les cultures de diversification

    en saison sche dans les bas fonds rizicoles dAgbdranfo, Vovokanmey et Houinga. Une liste

    de 121 producteurs a t constitue et une typologie des producteurs a t faite suivant les

    systmes de cultures identifis par bas-fond. Ainsi, lchantillon des producteurs enquts

    pour la phase de ltude approfondie reprsente 5 producteurs choisis par tirage alatoire au

    niveau de chaque catgorie de producteurs soit 40 producteurs sur 121 au niveau des trois bas-

    fonds. La distribution de cet chantillon par bas-fonds et par systme de culture se prsente

    dans le tableau 5.

    3.1-4. Collecte de donnes

    Les 40 producteurs rpartis dans les trois bas-fonds ont t enquts au cours de la

    campagne de contre saison 2009-2010 (janvier 2010 mars 2010) suivant un questionnaire

    semi structur qui