Click here to load reader

Analyse financière - s362ca3f4b6e21b3e.jimcontent.com · Section 1 La méthode des ratios et les ratios de rentabilité 190 1 La méthode des ratios 190 2Les ratios de rentabilité

  • View
    221

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Analyse financière - s362ca3f4b6e21b3e.jimcontent.com · Section 1 La méthode des ratios et les...

  • AnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalyseAnalysefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancirefinancirefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalyseAnalyseAnalysefinancireAnalysefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancireAnalysefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancirefinancire

    Information financire, diagnostic et valuation

    4 e d i t i o n

    Hubert de La Bruslerie

    G E S T I O N - F I N A N C E

    m A N A G E m E N T S u p

    limsGestions_DeCoussergues.indd 1 15/05/10 23:30

  • Dunod, Paris, 2010ISBN 978-2-10-055554-3

    limsGestions_DeCoussergues.indd 2 15/05/10 23:30

  • III

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .

    Introduction

    1

    Linformation comptable

    14

    Section 1 Principes comptables

    15

    1 Principe de primaut du droit sur le fait

    16

    2 Principe de continuit de lexploitation

    16

    3 Principe de spcialisation des exercices

    17

    4 Principe de lvaluation au cot historique

    17

    5 Principe du nominalisme

    17

    6 Principe de prudence

    18

    7 Principe de permanence des mthodes

    18

    8 Principe de non-compensation

    18

    9 Principe de primaut de la ralit conomique

    19

    10 valuation la juste valeur

    19

    11 Lextension du champ de la comptabilit dintention

    21

    Section 2 Systmes et documents comptables

    21

    1 Les systmes de prsentation des comptes sociaux annuels

    21

    2 Le bilan individuel (ou bilan social)

    23

    3 Le compte de rsultat individuel (ou social)

    31

    Section 3 La liasse fiscale

    36

    1

    Table des matires

    BRUSLERIE.book Page III Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    IV

    Le bilan financier

    47

    Section 1 Analyse de lactif

    48

    1 Capital souscrit

    48

    2 Immobilisations incorporelles

    48

    3 Immobilisations corporelles

    53

    4 Immobilisations financires

    59

    5 Stocks

    63

    6 Crances et avances

    66

    7 Trsorerie Actif

    71

    8 Comptes de rgularisation Actif

    75

    Section 2 Analyse du passif

    77

    1 Capitaux propres

    78

    2 Provisions pour risques et charges

    81

    3 Dettes

    84

    4 Comptes de rgularisation Passif

    88

    5 Trsorerie Passif

    88

    Section 3 Les comptes consolids

    89

    1 Principe

    89

    2 Actif consolid

    92

    3 Passif consolid

    96

    Section 4 Objectif : le bilan financier

    100

    1 Bilan-liquidit, bilan fonctionnel et bilan pool de fonds

    101

    2 La construction du bilan financier fonctionnel

    108

    3 Fonds de roulement fonctionnel et ratios de structure

    116

    4 Prsentation du bilan pool de fonds

    118

    Le compte de rsultat et les autres documents

    120

    Section 1 Analyse financire du compte de rsultat

    120

    1 Les oprations dexploitation

    121

    2 Les oprations financires

    130

    3 Les oprations exceptionnelles

    133

    4 Participation des salaris

    136

    5 Impt sur les bnfices

    136

    6 Le compte de rsultat consolid

    138

    7 Compte de rsultat et rfrentiel IFRS

    139

    2

    3

    BRUSLERIE.book Page IV Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • V

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .

    Table des matires

    Section 2 Lannexe et les autres documents

    143

    1 Lannexe

    143

    2 Les autres documents dinformation (normes PCG)

    149

    3 Les autres documents dinformation (normes IFRS)

    157

    La dynamique des flux et lautofinancement

    164

    Section 1 Les soldes intermdiaires de gestion

    165

    1 La marge commerciale

    165

    2 La production

    166

    3 La valeur ajoute

    167

    4 Lexcdent brut dexploitation

    168

    5 Le rsultat dexploitation

    169

    6 Le rsultat courant

    170

    7 Le rsultat exceptionnel

    171

    Section 2 Lautofinancement

    175

    1 Lautofinancement dexploitation

    175

    2 La capacit dautofinancement

    176

    Section 3 Lexcdent de trsorerie

    182

    1 Lexcdent de trsorerie dexploitation (ETE)

    183

    2 Lexcdent de trsorerie global (ETG)

    185

    Le diagnostic de la performance et de la rentabilit

    189

    Section 1 La mthode des ratios et les ratios de rentabilit

    190

    1 La mthode des ratios

    190

    2 Les ratios de rentabilit

    192

    Section 2 Lanalyse financire boursire et bancaire

    200

    1 Lanalyse financire boursire

    200

    2 Lanalyse financire du prteur

    205

    Section 3 Lanalyse Cot-Volume-Profit

    210

    1 Cots fixes (ou de structure) et cots variables (ou oprationnels)

    210

    2 Dtermination du seuil de rentabilit dexploitation

    212

    3 Le levier dexploitation

    214

    4 Limites de lanalyse CVP

    215

    4

    5

    BRUSLERIE.book Page V Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    VI

    Section 4 Rentabilit financire et levier financier

    216

    1 Prsentation

    216

    2 Formulation

    218

    3 Limites

    221

    Section 5 Lanalyse de la Centrale de Bilans de la Banque de France

    222

    La dynamique du cycle dexploitation

    226

    Section 1 Les ratios de gestion

    227

    1 Dlai dcoulement des crances clients

    227

    2 Dlai dcoulement des dettes fournisseurs

    229

    3 Dlais dcoulement des stocks

    229

    Section 2 Analyse bilantielle du BFE

    232

    1 Le besoin de financement dexploitation

    232

    2 Estimation bilantielle

    233

    3 Caractristiques du BFE

    235

    Section 3 Dynamisation de lanalyse du BFE

    246

    1 Homognisation des flux

    247

    2 Tableau synthtique

    248

    3 Cas limite dune ressource de financement

    252

    Lquilibre financier fonctionnel et la trsorerie

    254

    Section 1 La relation fondamentale de lquilibre financier fonctionnel

    255

    1 Le besoin en fonds de roulement

    255

    2 Lquilibre financier fonctionnel

    256

    Section 2 Les choix optimaux dquilibre

    261

    1 La rgle dquilibre financier fonctionnel

    262

    2 Critique et amnagement de la rgle dquilibre financier fonctionnel

    264

    3 BFE, quilibre financier et scnarios dvolution de lentreprise

    267

    Section 3 Trsorerie potentielle et endettement

    270

    1 Notion de trsorerie potentielle

    270

    2 Trsorerie potentielle et analyse du risque de dfaillance

    275

    3 Vers une thorie de la trsorerie ?

    277

    6

    7

    BRUSLERIE.book Page VI Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • VII

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .

    Table des matires

    Section 4 Les tableaux de situation de trsorerie et les limites de lapproche liquidit

    281

    1 Principe

    281

    2 Modles de tableaux de situation de trsorerie

    282

    3 Critique de lapproche liquidit

    287

    Les tableaux de flux

    289

    Section 1 Les tableaux emplois-ressources fonctionnels

    291

    1 Le tableau de financement fonctionnel du PCG 2912 Construction du tableau de financement 294

    Section 2 Lapproche pool de fonds 3061 Prsentation 3062 Exemple dapplication 3083 Interprtation 3104 Limites 312

    Section 3 Les tableaux de flux de trsorerie 3131 Le tableau de flux de lOrdre des experts-comptables PCG 3132 Le tableau de flux de trsorerie CNC-IFRS 321

    valuation de lentreprise 326

    Section 1 Lestimation patrimoniale 3281 Principe 3282 Les corrections des valeurs dactifs et de passifs 330

    Section 2 Lvaluation par les flux de trsorerie 3361 Principe 3362 Estimation des FTD 3373 Calcul de la valeur conomique 3414 La mthode APV (Adjusted Present Value) 348

    Section 3 Les mthodes de multiples 3511 Principe 3512 Les multiples de rsultat net (ou Valeur de rentabilit) 3523 Les multiples de flux bruts 3544 Prcautions dutilisation et limites de la mthode des comparables 358

    8

    9

    BRUSLERIE.book Page VII Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    VIII

    Section 4 Les mthodes mixtes et la notion de goodwill 3591 Principe 3592 Calcul direct du goodwill 3613 Mthode des praticiens et calcul indirect du goodwill 363

    Section 5 Difficults dapplication 3651 Primes et dcotes 3652 Lvaluation fiscale 368

    Politique dinformation financire et cration de valeur 371

    Section 1 La politique dinformation financire 3721 Lvolution du cadre de rfrence comptable 3722 Lincidence des normes comptables sur linformation financire 3763 Lenjeu des normes comptables sur lanalyse financire 389

    Section 2 LEVA (Economic Value Added) et la cration de valeur conomique 4011 Dfinition 4012 MVA (Market Value Added) 4023 EVA, rente du goodwill et valeur de rentabilit 4034 Approches interne et externe de la cration de valeur : EVA et MVA 405

    Section 3 Les dmarches danalyse 4061 Lvolution des besoins 4062 valuation en vue dune introduction sur le march 4083 Analyse boursire 4104 Analyse financire de lentreprise en difficult 4125 Audit comptable 4146 Analyse de lendettement et ncessit de normes 418

    La dfaillance et le risque de crdit 421

    Section 1 Caractristiques des entreprises dfaillantes 4221 La dfaillance dentreprise 4222 Du dfaut de paiement la dfaillance 434

    Section 2 La responsabilit du banquier prteur 4351 Responsabilit dans le financement abusif dune entreprise 4362 Responsabilit en cas de rupture de crdit 439

    10

    11

    BRUSLERIE.book Page VIII Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • IX

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Table des matires

    Section 3 La gestion du risque de crdit dans la banque 4401 La politique de garanties 4402 La politique de provisionnement 441

    Lanalyse du risque crdit par le prteur 444

    Section 1 Les sources dinformations financires externes 4451 Fiben 4452 Le fichier central des chques et le service des risques 4513 Le greffe du tribunal de commerce 452

    Section 2 Les fonctions score 4531 Principe et mthode 4532 Fonctions score de la Banque de France 4543 Porte et limites 458

    Section 3 La notation 4611 La notation externe (ou rating) 4612 La notation interne 472

    Section 4 La mthodologie danalyse des risques 4751 Le diagnostic financier 4752 Le dossier danalyse 4773 La procdure de dcision 481

    Section 5 Les procdures de partage du risque et de contrle 4831 Partage du risque et pool bancaire 4832 Les procdures de contrle 4853 Analyse de la relation banque-entreprise 487

    Section 6 La gestion dun portefeuille de risques de crdit 4961 Lvaluation du risque de crdit 4972 La constitution dun portefeuille 498

    Conclusion 501

    Lexique anglais-franais des termes comptables et financiers 505

    Bibliographie 509

    Index 513

    12

    BRUSLERIE.book Page IX Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • BRUSLERIE.book Page X Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 1Chapitre

    1

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .

    ne entreprise est dabord un projet conomique dont le droulement dansle temps est expos un risque multiforme. Ce projet implique la mise en

    uvre de ressources dont lensemble constitue le capital conomique de la firme. Les conditions de mise en uvre du capital conomique viennent compliquer les

    choses car elles font rfrence un montage juridico-conomique souvent complexeentre diverses parties prenantes. La thorie financire moderne prsente lorganisa-tion conomique comme un nud de contrats entre ayants droit. Ces contrats ontpour objet le contrle des ressources mises en uvre et surtout la rpartition de larichesse cre.

    Les parties prenantes, au premier rang desquels figurent les actionnaires et lesprteurs, ont par contrat des droits reconnus sur cette richesse. Lanalyse financirede lentreprise est donc lanalyse financire que ces parties prenantes font de larichesse de lentreprise la lumire de leurs objectifs et de leurs droits contractuels.La nature de leurs relations modle la lecture que lanalyste fait de lentreprise etconditionne lobjectif de lanalyse financire. Certains auteurs avancent mme lidequil y a sept lectures financires et apprhensions diffrentes de lentreprise1.

    1. Cf. E. Ginglinger, F. Turq, ouvr. cit.

    U

    Introduction

    BRUSLERIE.book Page 1 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    2

    Parmi ces approches, le prsent ouvrage privilgie lanalyse financire de laction-naire et du prteur. Ce dernier affronte un risque de non-remboursement de lacrance quil possde sur lentreprise. Cette analyse est indispensable dans lestablissements de crdits ou sur les marchs financiers lorsque se prend la dcisionde prt. Cela ne signifie pas cependant quil y a autant de mthodes et doutilsdanalyse financire quil y a dutilisateurs potentiels dans lentreprise ou en dehorsdelle. Lanalyse financire a pour objet initial et unique le capital et la richesseconomique actuelle et future de lentreprise. La mthodologie danalyse est audpart la mme car le phnomne expliquer est le mme pour tous : la productionet la rpartition de la richesse conomique de lentreprise. Ce qui diffrencie lediagnostic financier est lutilisateur destination de qui lanalyse est effectue. Lalecture, linterprtation nest pas la mme sil sagit dinformer un actionnaire ou unprteur. Ainsi, lanalyse financire du prteur est largement un diagnostic du risquede crdit. Bien que voisine, lanalyse financire boursire destination des action-naires sarticule sur un diagnostic boursier. Les mthodes et les outils sont largementsemblables ; les concepts de rentabilit et de performance sont les mmes ; lesobjectifs et linterprtation seront en revanche diffrents.

    Lanalyse de la richesse est la partie commune toute analyse financire. Elle seraprsente ci-aprs en rappelant que la cration de valeur est le mcanisme conomi-que la base de lentreprise. Un autre trait commun est linscription du projet cono-mique de lentreprise dans le temps. Or, la dimension du temps introduit unedynamique dvolution qui se traduit par des rptitions de dcisions conomiques.Les cycles de lentreprise, qui se superposent et se rpondent, doivent tre au prala-ble resitus. Enfin, la rentabilit et la solvabilit doivent tre mises en exergue enelles-mmes car ces notions apparaissent comme des contraintes financires desurvie pour peu que le projet conomique de lentreprise vise la prennit.

    1 La cration de valeur

    Lentreprise est le lieu de cration de la valeur1 . Cette valeur dcoule delagencement dans le temps de ressources conomiques coteuses. La richesse nettecre est la diffrence entre la richesse cre et la richesse consomme. chaquepriode, par exemple annuelle, lentreprise dgage un flux de richesse qui, dans uneconomie dchange montaire, sapprhende et se mesure comme un flux net deliquidits. Ce flux net est gal la diffrence entre le rendement de lactif conomi-que investi et le cot exig pour la mise en uvre de ces ressources. Ce cot esttraditionnellement appel cot du capital. Ce surplus est le profit conomique (PE), encore appel rente conomique ou Economic Value Added (EVA). Ona donc :

    1. Cf. G. Charreaux, ouvr. cit., p. 22.

    BRUSLERIE.book Page 2 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 3

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Introduction

    PE = Rsultat conomique Rmunration des capitaux investisPE = r CE k CE = (r k) CE

    PE : profit conomique, cest--dire flux de richesse gnr par priode.CE : capital conomique investi.r : rendement du capital conomique investi, lui-mme gal au rsultat conomi-

    que dgag avant rmunration des apporteurs de capitaux divis par CE.k : cot du capital investi prenant en compte le risque.Si le profit conomique PE est positif, il y a cration de valeur car lentreprise

    utilise des ressources mises en uvre de manire habile et russit couvrir la rmu-nration normalement exige pour les ressources quelle consacre son projet. Si, linverse, PE est ngatif, il y a destruction de richesse.

    La notion de profit conomique, PE, est utilise comme outil de pilotage delentreprise en servant de cadre oprationnel des choix stratgiques. Lentreprisedistingue ainsi des secteurs dactivit (ou des mtiers) crateurs de valeur et dautresdestructeurs de richesse. Elle procde alors des remaniements de son portefeuillede mtiers ou dactivits en se recentrant sur les premiers1.

    Les flux de richesse nets crs sont videmment incertains et soumis un risquedans le temps. Le profit supplmentaire de lentreprise, au-del du rendement exig,exprime lefficacit de lentreprise dans son environnement. Il est, par dfinition,fragile et fugace. La valeur globale de lactif conomique de lentreprise un instantdonn est gale la valeur actuelle nette des flux bruts de richesse conomique avantrmunration des apporteurs de capitaux, actualiss au cot du capital :

    Cette valeur globale appartient aux apporteurs de ressources conomiques quesont traditionnellement les actionnaires et les prteurs. La valeur, un instant,rsume donc lensemble des flux de richesse futurs esprs dont on suppose que lesintervenants sur un march peuvent prvoir le montant et la chronologie. La valeurde lentreprise ainsi rvle est une sanction externe que les apporteurs de capitauxeffectuent au travers du march des titres qui les concernent : actions pour les action-naires, obligations et crances pour les prteurs. En finance, la valeur est une projec-tion de lavenir et du risque queffectuent les investisseurs.

    On remarque que la valeur de march de lentreprise recouvre la fois une compo-sante correspondant au capital conomique investi, CE, et la valeur actuelle delensemble des profits conomiques supplmentaires correspondant la richessenette cre sur un horizon de long terme.

    1. Cf. E. Cohen, ouvr. cit., p. 474.

    VE Rsultat conomiquek

    -------------------------------------------------------------=

    VE Rmunration des capitaux PE+k

    ------------------------------------------------------------------------------------------------ CE Valeur actuelle des PE+= =

    BRUSLERIE.book Page 3 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    4

    La valeur dune entreprise qui utilise efficacement les capitaux conomiques mis sa disposition est gale aux montants investis augments dun gain actuel correspon-dant la cristallisation de la richesse nette cre, cest--dire les profits conomi-ques supplmentaires futurs. Plus lentreprise est efficace, plus sa dynamique danslenvironnement incertain est visible, plus le march a une apprciation favorable deses performances et de sa gestion, et plus sa valeur marchande VE sera leve suite une apprciation favorable de ses PE futurs1.

    Ce processus de cration de la valeur est une donne conomique absolue.Lanalyste financier lintgre dans llaboration de son diagnostic. Il doit, de mme,reconnatre que la vie de lentreprise est caractrise par une dynamique qui super-pose des cycles dopration diffrents selon leur objet.

    2 La dynamique des cycles dans lentreprise

    On distingue trois types de cycles dopration dans la dynamique de lentreprise :le cycle dexploitation, le cycle dinvestissement et le cycle de financement.

    2.1 Le cycle dexploitation

    Lactivit courante de lentreprise se concrtise par des oprations renouveles defourniture de biens ou de services des tiers qui sont ses clients. Les oprationsdexploitation ont deux caractristiques :

    ce sont des transactions qui, chance immdiate ou courte, donnent lieu unflux montaire en provenance de tiers. Le client acheteur rgle sa dette par unflux qui constitue une recette pour lentreprise. La transaction sinscrit dans unelogique marchande et commerciale : lentreprise vend ;

    elles sinscrivent dans une logique rptitive. Les oprations dexploitationtmoignent dun savoir-faire de lentreprise sur un march. Celle-ci souhaiterenouveler les transactions auprs dautres clients, capitalisant ainsi une exp-rience ou des conomies dchelle qui sont la consquence de processus indus-triels. plus forte raison si les transactions sinscrivent dans une logique derenouvellement auprs des mmes clients. Intervient ici la cration dune rpu-tation commerciale long terme.

    1. Sur un march financier, les analystes parlent alors de surcote par rapport aux investissementscomptables, de ratio Q de Tobin suprieur lunit ou de Market Value Added (MVA) positive.Cf. chapitre 9, art. cit.

    BRUSLERIE.book Page 4 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 5

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Introduction

    Le cycle dexploitation recouvre une srie doprations conomiques de produc-tion dun bien ou dun service qui sera chang contre paiement. Cette productionest ponctue par un acte commercial : la transaction. Il y a donc trois phases succes-sives dans le cycle dexploitation :

    la phase dapprovisionnement correspond lacquisition auprs de fournisseursde biens ou de services qui sont des pralables ncessaires la production :matires premires, fournitures, nergie. Ces approvisionnements sont stocks( lexception des services) ;

    la phase de production est articule sur la mise en uvre dun processus techno-logique qui lui-mme exige des inputs : un capital conomique, un savoir-faireet des biens ou des services transformer. La phase de production est plus oumoins longue selon les donnes du processus technologique mis en uvre. Ilpeut y avoir des tapes intermdiaires qui donnent lieu des stocks temporairesde produits semi-finis ou dencours ;

    la phase de commercialisation dbute avec les stocks de produits finis. Lemoment important est celui de la vente : laccord dchange se traduit par unedouble transaction physique et montaire.

    Le cycle dexploitation est continu ; les oprations dapprovisionnement et devente sont en revanche intermittentes de telle sorte que lapparition de stocks entreles phases est indispensable. La figure 0.1 prsente le droulement du cycledexploitation.

    Source : P. Conso, ouvr. cit., p. 29.

    Figure 0.1 Reprsentation du cycle dexploitation

    Stocksmatires

    Productions(en cours)

    Achats

    1re phaseApprovisionnement

    2e phaseProduction

    3e phaseCommercialisation

    Stocksproduits

    finis

    Ventes

    BRUSLERIE.book Page 5 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    6

    Le droulement du cycle dexploitation se traduit par un enchanement de dettes etde crances entre lamont et laval . Lentreprise est dabord endette auprsdes fournisseurs, puis, au fur et mesure du processus, elle doit financer les chargeset les cots intermdiaires. Ce nest qu la fin quelle rentre dans ses fonds, aprs lavente, lors des rglements dfinitifs par lacheteur. Le droulement du cycledexploitation induit donc un besoin financier sur une partie plus ou moins longue dela priode. Le rle du crdit interentreprises consenti par les fournisseurs, mais aussiconsenti par lentreprise ses clients, est de toute premire importance. La figure 0.2illustre laugmentation du besoin de fonds li au droulement du cycle dexploita-tion, jusqu sa rsorption finale lchance du dlai de crdit accord au client.

    Figure 0.2 Besoin de financement du cycle dexploitation

    Le cycle dexploitation est une caractristique propre de lentreprise. Sa dure etlimportance des besoins en terme de financement de stocks ou de crances clientssont lexpression de choix techniques et commerciaux. De plus, dans lentreprisemultiproduits, ou prsente dans des branches dactivits diffrentes, il faut consid-rer la dure moyenne du cycle dexploitation, sachant que cette moyenne peut recou-vrir des situations trs diverses au sein de lentreprise.

    loppos des secteurs industriels pour lesquels la dure du processus de produc-tion proprement dit peut sexprimer en mois (btiment, travaux publics, biensdquipement), les secteurs des services se caractrisent par une absence dopra-

    Stockagem.p.

    Crdit fourn.

    Stockagep.f.

    Cycle de production

    Temps

    Bes

    oin

    enfo

    nds

    dero

    ulem

    ent

    Livr

    aiso

    n m

    .p.

    Dbu

    t fab

    ricat

    ion

    Rgl

    emen

    t fou

    rni.

    Fin

    de fa

    brica

    tion

    Livr

    aiso

    n/fa

    ctur

    atio

    n

    Rgl

    emen

    tde

    s fra

    is de

    fabr

    icatio

    n

    Enca

    issem

    ent

    Crdit clients

    BRUSLERIE.book Page 6 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 7

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Introduction

    tions de production. lextrme, une entreprise de prestations de services qui se faitpayer comptant a un cycle dexploitation de dure nulle.

    Dans la vie courante de lentreprise, les cycles dexploitation senchanent demanire continue et se superposent. La date darrt de lexercice comptable restitue un instant donn lavancement des cycles dexploitation en cours. Linventaire desstocks distingue ainsi les stocks de matires premires, de produits semi-finis et deproduits finis. De mme, les tats des crances clients en attente de rglement, ou dedettes fournisseurs en attente de paiement, sont la photographie dune situation tran-sitoire qui dbouchera sur des flux de liquidits.

    2.2 Le cycle dinvestissement

    Linvestissement est la cration du capital conomique ncessaire la mise enuvre de la fonction de production au travers du cycle dexploitation1. Dun pointde vue financier, linvestissement sanalyse comme une affectation de fonds lacration ou lacquisition dactifs physiques ou dactifs financiers destins treutiliss dans le cadre du cycle dexploitation. Cette affectation de fonds est uneimmobilisation de monnaie sur la dure de vie de linvestissement. Cette derniredtermine le cycle dinvestissement. En effet, dans lentreprise se superposent etsenchanent des oprations dinvestissement selon des rythmes qui ne sont pasrguliers. Il existe des phases daccumulation qui correspondent des dcisionsvolontaires et squentielles visant mettre en uvre un certain capital conomiquelui-mme porteur dun ensemble doprations dexploitation/production.

    Le retour la liquidit des investissements physiques peut tre trs long. Il couvreplusieurs cycles dexploitation successifs et dpend en premire analyse de lusuredes biens investis. Le mcanisme damortissement conomique exprime le retour la liquidit progressif et tal dans le temps des actifs corporels. Lhorizon dinves-tissement en actifs physiques relve du long terme. Celui-ci peut durer jusqu trenteans ! Il peut mme tre repouss linfini en cas de biens physiques qui ne se dpr-cient pas avec le temps, tels les terrains. loppos, le cycle dinvestissement peuttre rompu par la vente ou la mise au rebut des actifs avant la fin de leur dure de viephysique (cf. figure 0.3).

    1. Cf. P. Conso, ouvr. cit., p. 37.

    BRUSLERIE.book Page 7 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    8

    Figure 0.3 Le cycle dinvestissement

    Les investissements en actifs financiers suivent la mme logique daccumulationglobale de capital conomique. Le cycle dinvestissement de lentreprise se mani-feste indirectement par le contrle quelle peut avoir sur dautres entreprises. Pourcela, lentreprise peut acqurir les actions dautres entreprises et financer leur dve-loppement par des prts. Ce qui est important est la stratgie densemble daffecta-tion de ressources la constitution dun capital conomique coordonn. Ladiffrence, par rapport aux actifs physiques, est que le retour progressif la liquiditdes investissements nest pas rythm par le mcanisme de lamortissement, maisuniquement par celui des cessions. Cest ce niveau quinterviennent des logiquesdiffrentes qui guident le droulement du cycle dinvestissement et sa longueur.Lacquisition de titres de participation peut sinsrer dans une logique industrielle etcommerciale ; elle peut aussi relever dune logique de portefeuille de placements.Dans ce dernier cas, les motivations des cessions sont largement guides par desarbitrages entre mtiers et perspectives de revenus. Le cycle dinvestissement finan-cier en portefeuille peut donc avoir une dure rduite, privilgiant selon les cas unevalorisation court terme permise par la grande flexibilit quoffre la forme ngo-ciable des actifs financiers.

    2.3 Le cycle de financement

    Le cycle de financement nest pas que le ngatif des cycles dexploitation etdinvestissement1. Le cycle de financement sanalyse financirement comme la mise

    1. Cf. P. Vernimmen, ouvr. cit., p. 20.

    Cession oumise au rebut

    Dure du cycle

    Amortissement

    Investissementinitial

    Temps

    BRUSLERIE.book Page 8 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 9

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Introduction

    la disposition de lentreprise de liquidits par des apporteurs externes que sont lesactionnaires et les prteurs. Cette mise disposition de liquidits est une ressourcesur la dure de lopration. lchance, un flux de liquidit de sens oppos vientmettre un terme lopration. Le caractre cyclique vient de la dure courte, longue,voire infinie dans le cas des actionnaires, pendant laquelle lentreprise peutemployer ces fonds. Les oprations de financement sont multiples, possdent deschances diffrentes, se superposent. En ce sens, elles constituent non pas un, maisplusieurs cycles de financement.

    On distingue ainsi des oprations longues qui constituent le cycle de finance-ment long de lentreprise et des oprations courtes assurant des ressources courtes lentreprise.

    Le cycle de financement de lentreprise nest pas le simple dcalque en ressourcesde la structure des emplois de fonds effectus dans les cycles dinvestissement etdexploitation. Les flux de financement ne sont pas mcaniquement la contrepartiedes prcdents ; il existe des flux financiers autonomes qui sont lexpression dechoix volontaires de financement de lentreprise1. En cas de besoin non couverts,lentreprise peut mettre en place un ou plusieurs financements qui se renouvellent.De mme, en cas dexcdent de ressources, elle peut procder des remboursementsponctuels ou placer le surplus montaire auprs de tiers financiers.

    Cette politique sexprime notamment par le recours plus ou moins accentu lendettement compar au financement par capitaux propres en provenance desactionnaires. La diffrence rside dans lobligation de remboursement lie unemprunt qui induit une gestion des chances du cycle de financement.

    Au-del de leur statut juridique de dettes ou de capitaux propres, au-del de leurscaractristiques dchance, le point commun des oprations de financement est leurpassage rythm et oblig par la trsorerie de lentreprise. La mise en place et lednouement des oprations de financement se traduit de manire continue et renou-vele par des flux de liquidits. Ceux-ci, leur tour, sajoutent, modifient et contre-balancent les autres flux dencaissement et de dcaissement dans le creuset uniquequest la trsorerie de lentreprise.

    Les trois cycles dexploitation, dinvestissement et de trsorerie sont prsents danslentreprise, chacun imprimant sa propre temporalit et conduisant des squencesde flux de liquidits. Il peut paratre artificiel de rechercher des points communs quidonnent un sens financier commun ces trois cycles. Ce nest pas le cas : en amont,les deux concepts centraux de la gestion financire qui ressortent sont le capitalconomique et la trsorerie. Le capital conomique, son suivi et les conditions deson emploi efficace dans le temps, conduisent une proccupation de rentabilit. La

    1. Cf. P. Conso, ouvr. cit., p. 26 .

    BRUSLERIE.book Page 9 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    10

    trsorerie, son quilibre au jour le jour mais aussi dans le temps, conduit des proc-cupations de solvabilit. Rentabilit et solvabilit constituent donc des contraintesabsolues pour la survie terme de lentreprise1.

    3 Les contraintes financires de survie

    3.1 La rentabilit

    La rentabilit se manifeste sous deux aspects diffrents mais lis dans lactivitcourante de lentreprise :

    elle est un revenu, et donc un moyen de rmunrer certains apporteurs deressources, tel les actionnaires ;

    elle est un indicateur du rendement et de lefficacit dans lallocation desressources. Ce dernier point est dpourvu dambigut. Fondamentalement, larentabilit rsulte dune comparaison des rsultats par rapport aux moyens misen uvre pour les obtenir :

    Le capital conomique reprsente une mesure traditionnelle des ressources et desmoyens mis en uvre dans lentreprise. Ces ressources sont rares et onreuses. Ilfaut donc les allouer rationnellement. Lide de bon sens du calcul conomique estde diriger les ressources disponibles vers les emplois dont le rapport rsul-tats/moyens est le meilleur possible, ou au moins suprieur lunit.

    On retrouve ici la logique conomique de cration de valeur. Cette valeur creservant rmunrer les apporteurs de capitaux et les parties prenantes de lentre-prise. Le non-respect de cette contrainte absolue de cration de valeur long termeentrane la fin de lentreprise en tant quentit conomique efficace et utile.

    Est-ce dire pour autant que la finalit de lentreprise rside invariablement dansla maximisation de la richesse des actionnaires ? Cet objectif est bien celui queretient la thorie financire moderne. Celle-ci prsente limmense avantage dabou-tir des rgles normatives simples qui sont des guides utiles pour la prise de dci-sion. On peut, en effet, montrer que maximiser le montant des flux issus duninvestissement quivaut maximiser la richesse nette des actionnaires. Ce rsultatest cependant une premire approximation et fait limpasse sur la rmunration desautres apporteurs de ressources que sont les prteurs. Il peut apparatre des phno-mnes de transfert de richesse des prteurs vers les actionnaires ou inversement.

    1. Cf. H. de La Bruslerie, 1980, ouvr. cit.

    Rsultat obtenuMoyens mis en uvre-----------------------------------------------------------------

    BRUSLERIE.book Page 10 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 11

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Introduction

    Cest le cas, par exemple, en cas de dfaillance de lentreprise lorsque les cranciersne sont pas rembourss.

    La rentabilit est donc une contrainte financire qui ne se dfinit pas uniquementpar rfrence la rmunration des actionnaires. Elle est un des lments qui entredans le calcul long terme des exigences des prteurs, notamment des banques dansle cadre de lanalyse crdit1.

    3.2 La solvabilit

    La solvabilit est la seconde contrainte financire de survie de lentreprise. Elle estlaptitude de lentreprise assurer durablement le paiement de ses dettes exigibles.Il sagit dune contrainte majeure : lincapacit de lentreprise rembourser sesdettes est le constat de sa dfaillance qui gnralise la cessation des paiements lensemble des relations quelle entretient avec ses partenaires conomiques, enparticulier les prteurs et les fournisseurs. Ce constat est le fait gnrateur de proc-dures amiables ou judiciaires qui, dans la gnralit des cas, mnent la disparitionde lentreprise originelle ou au dpart de ses dirigeants. Lentreprise, en tantquentit conomique autonome, ne survit pas une absorption, une reprise ou une liquidation de biens.

    Ltat de solvabilit rsulte dune correspondance entre les flux de monnaie, entreles diverses recettes et les diverses dpenses. Lanalogie est possible avec un rser-voir qui serait aliment par une vanne (les encaissements de toutes natures), et quiserait vid par une autre vanne (les dcaissements de toutes natures). La contraintede solvabilit trs courte chance, aussi appele liquidit, impose que le rservoirne soit jamais totalement vide. Limage du rservoir symbolise lencaisse de lentre-prise. Il faut quil soit suffisamment rempli.

    Il y a deux manires diffrentes dapprhender la contrainte de solvabilit :

    trs court termeLe problme est celui de la solvabilit immdiate. Pour assurer les paiements

    quelle ne peut diffrer, lentreprise ne peut compter que sur les encaissements et lesdisponibilits montaires en caisse. Pour tre solvable le jour j, il faut que lingalitsuivante soit satisfaite :

    Dcaissements j Encaissements j + Stock monnaie (j 1)

    1. Ou encore, dans le cadre encore plus large dune valeur partenariale avec lensemble des partiesprenantes de lentreprise. Cf. H. de la Bruslerie, 1980, ouvr. cit., chapitre 4, ou G. Charreaux etP. Desbrires, 1998, art. cit.

    BRUSLERIE.book Page 11 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    12

    Ce qui prdomine est ici la liquidit de lentreprise. Linsolvabilit immdiate estlexpression dune illiquidit qui ne peut tre quune simple panne technique passa-gre et qui ne signifie pas forcment la dfaillance irrversible de lentreprise vis--vis des tiers.

    Une analyse de la solvabilit uniquement trs court terme serait cependant criti-quable, car elle conduirait privilgier une attitude au jour le jour. Il ne faut pasoublier que la solvabilit un instant donn peut tre uniquement lanticipation duntat dinsolvabilit futur. Les deux exemples suivants en sont des illustrations :

    lentreprise aux abois vend en catastrophe ses quipements et ses actifs. Celaentrane naturellement des rentres importantes de fonds, mais en dilapidant soncapital conomique, lentreprise na plus de substance ;

    lentreprise qui a utilis au maximum toutes ses possibilits de recours au crditse retrouve dans une situation critique mme si elle nest pas aujourdhui insol-vable. Dans de telles circonstances, il suffit dun accident conjoncturel pourrvler linsolvabilit latente.

    plus long termePour que lentreprise soit solvable de manire durable, il faut quelle puisse payer

    ses dettes de manire continue dans le futur prvisible. Cela nest possible que siglobalement lensemble constamment renouvel des flux dencaissements est struc-turellement suprieur lensemble constamment renouvel des flux de dpenses.Cest la notion fondamentale dquilibre financier entre flux qui est la base de lasolvabilit structurelle de lentreprise.

    Les contraintes financires de rentabilit et de solvabilit ne sont ni redondantes,ni indpendantes : il se peut trs bien quune entreprise soit la fois solvable et peuou pas rentable un moment donn. Cependant, sur la longue priode, la rentabilitest un des ressorts structurels de la solvabilit. Ce nest cependant ni le seul, ni leplus direct.

    Loptique du prteur, banque, tablissement financier, autres entreprises, est cellequi est privilgie la fin de cet ouvrage. Aux yeux des cranciers, le risque majeurest le dfaut de paiement gnralis, cest--dire la dfaillance. Lanalyse financiredu risque de crdit donne donc une place centrale la notion de solvabilit.

    Celle-ci doit cependant dpasser la contrainte de liquidit immdiate pour identi-fier les dterminants de lquilibre structurel des flux demplois et de ressourcesdans lentreprise parmi lesquels la rentabilit joue un rle ne jamais ngliger.

    La prsentation de la dmarche danalyse financire fera lobjet des douze chapi-tres suivants :

    1. Linformation comptable2. Le bilan financier3. Lanalyse du compte de rsultat et de lannexe4. La dynamique des flux et lautofinancement

    BRUSLERIE.book Page 12 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 13

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Introduction

    5. Le diagnostic de la performance et de rentabilit6. La dynamique du cycle dexploitation7. quilibre financier fonctionnel et trsorerie8. Les tableaux de flux9. valuation de lentreprise10. Politique dinformation financire, valuation et dmarches danalyse11. La dfaillance dentreprise et le risque crdit12. Lanalyse du risque crdit par le prteur.

    BRUSLERIE.book Page 13 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 14

    1Chapitre

    l sagit, dans ce chapitre, de rappeler que la matire premire de lanalyse finan-cire est linformation comptable. Obligation lgale, la comptabilit rpond

    une logique premire dvaluation destination de tiers qui trouve son origine dansle droit. Lvaluation dont il est question est celle effectue par les apporteurs decapitaux propritaires de lentreprise et, quoique de manire diffrente, par lesapporteurs de capitaux prteurs de lentreprise.

    Le systme comptable suit une logique propre et des rgles internes qui rendentindispensable un retraitement de linformation vhicule afin de lui donner un sensfinancier dans le cadre dune analyse visant un diagnostic externe. Malgr desefforts, la traduction de la ralit conomique par la maquette comptable donne uneimage partielle et quelque peu tronque de cette ralit. Le premier rflexe delanalyste financier est de reconstruire sa vision de la ralit conomique de lentre-prise en corrigeant limage comptable, cest--dire en retraitant linformation comp-table prsente dans les documents de synthse.

    Section 1 Principes comptablesSection 2 Systmes et documents comptablesSection 3 La liasse fiscale

    I

    Linformation comptable

    BRUSLERIE.book Page 14 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 15

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    PRINCIPES COMPTABLES

    En amont de la production que matrialisent les documents, il y a la rfrence des principes comptables qui conditionnent le systme dinformation quest lacomptabilit de lentreprise. Lobjectif ultime assign par la loi linformationcomptable est de projeter une image fidle et sincre du patrimoine, de la situationfinancire et du rsultat de lentreprise. On retrouve la notion de true and fairview , centrale dans la comptabilit anglo-saxonne. Ce principe de base est reconnude faon internationale par lInternational Accounting Standard Board (IASB) quiregroupe les organisations dexperts-comptables de plus de 100 pays, dont la France.Il a t repris expressment par les textes qui sont la base de lobligation lgale detenir une comptabilit prvue dans le Code du commerce. Les principaux texteslgaux de rfrence en France sont le Plan comptable gnral (PCG 1999), la loicomptable du 30 avril 1983 et son dcret dapplication du 29 novembre 1983. LePCG 1999 reprend largement et sans changement le dispositif antrieur. Il apparatcomme une rcriture et une refonte droit constant ou quasi constant du PCG1982. Adopt par le Comit de rglementation comptable (Rgl. CRC n 99-03), lePCG 1999 a t approuv par arrts ministriels en date du 22 juin 1999.

    La refonte de 1999 distingue formellement les rgles (publies au JO du 21septembre 1999) relatives aux comptes individuels et les rgles relatives aux comp-tes consolids (publies au JO du 31 juillet 1999).

    Le principe gnral dimage fidle et sincre relve en fait dun objectif gnral, ilest articul sur un ensemble complet de principes reconnus par tous1. Les principescomptables traditionnels les plus importants sont les suivants :

    principe de primaut du droit sur le fait ; principe de continuit de lexploitation ; principe de spcialisation des exercices ; principe de lvaluation au cot historique ; principe du nominalisme ; principe de prudence ; principe de permanence des mthodes ; principe de non-compensation.Dans le cadre des normes internationales IFRS, une volution noter est la place

    grandissante, dune part, de lide de la primaut de la ralit conomique surlapparence juridique et, dautre part, de lvaluation la juste valeur (ou fairvalue).

    1. Pour une tude complte des principes comptables et de leur volution, voir P. Lassgue, ouvr. cit.,chapitre 6, pp. 246-309, ou P. Vernimenn, ouvr. cit., chapitre 7.

    Section 1

    BRUSLERIE.book Page 15 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    16

    1 Principe de primaut du droit sur le fait

    Ce principe est directement hrit de la conception franaise traditionnelle quisouligne la fonction juridique de la comptabilit : celle-ci doit servir de preuve dansdes relations conomiques avec les tiers. Elle doit donc recenser dabord des actesjuridiques en ce quils affectent le patrimoine au sens large, cest--dire les cranceset les dettes entre commerants et envers les tiers. Un acte juridique doit treobjectif : chaque enregistrement correspond une pice comptable justifiant la nais-sance de la crance ou de la dette.

    Cette conception est importante car elle permet en cas de litige de se prvaloir dela comptabilit : une comptabilit rgulire peut servir de preuve pour faire valoirses droits. La marque de ce principe est particulirement importante dans la logiquedtablissement des comptes individuels. Ces comptes, dits comptes sociaux, sontdabord destins aux tiers dtenteurs de droits sur lentreprise. Dans cette optique, laralit conomique passe au second plan. Lexemple des biens financs en crdit-bail lillustre : lentreprise ntant pas juridiquement propritaire de ces biens, ceux-ci ne peuvent figurer lactif de son bilan.

    Une consquence du caractre objectif de lcriture comptable est de retarder lacomptabilisation la date de facturation, cest--dire lmission dune crance lencontre de lacheteur, ou encore la date de livraison du bien ou de la prestationde service. En cela, il ny a pas respect de la ralit conomique qui est lie unetransaction commerciale1. La date conomiquement importante est celle de lacommande laquelle il y a un accord dchange entre les parties. Cette date est biencelle qui est centrale, notamment dans les oprations de commerce international.Cest bien la commande que nat le risque conomique attach toutes transac-tions2.

    2 Principe de continuit de lexploitation

    Lentreprise est un projet conomique qui doit normalement se poursuivre danslavenir prvisible. Loptique de la comptabilit est donc de considrer le patrimoinenon pas dans une optique de liquidation, mais dans une optique de continuit (goingconcern). Les lments dactifs seront donc valus par rapport un usage taldans le temps. Cette valeur conomique dusage est traditionnellement suprieure la valeur de liquidation des biens.

    1. Juridiquement, la vente est dite parfaite ds quil y a un accord, mme oral, sur la chose et leprix (article 1583 du Code civil). Cependant, la comptabilisation nest pas possible tant quil ny apas une trace objective : bon de commande sign, contrat, facturation Jusqu' cette date, lescommandes figurent hors bilan en engagements reus.

    2. Tout comme le risque de change nat la commande. Cf. H. de La Bruslerie, ouvr. cit., pp. 398 sq.

    BRUSLERIE.book Page 16 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 17

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    3 Principe de spcialisation des exercices

    Mme si lactivit de lentreprise est continue, le comptable dcoupe le temps enexercices indpendants. Il introduit un rythme particulier et conventionnel qui estcelui de la production annuelle de linformation comptable. La priodisation comp-table vise tablir une fois par an linventaire des actifs et des passifs, et prsenterle rsultat et la valeur du patrimoine de lentreprise.

    Le dcoupage en exercice est une fiction comptable qui correspond la ncessitde rattacher prcisment les charges et les produits un exercice de manire cequils contribuent la formation du rsultat de cet exercice, et non de celui quiprcde ou qui suit. Ce principe conduit ce que les charges non encore supporteset les produits non encore perus, mais qui trouvent leur origine dans un exercicedonn, lui sont rattachs. Cela se traduit par lutilisation de comptes de rgularisa-tion lactif ou au passif du bilan.

    4 Principe de lvaluation au cot historique

    Les biens sont entrs dans le patrimoine sur la base de leur valeur historique lacquisition. La valeur historique en tant que cot dacquisition a un caractreobjectif qui vient de la transaction avec un tiers. Elle est particulirement simple mettre en uvre et suivre ; de plus, elle est constante. Les notions de valeur cono-mique ou de valeur dusage ne sont pas retenues en raison de leur caractre profon-dment subjectif et fluctuant.

    5 Principe du nominalisme

    Li au prcdent, le nominalisme implique que les valuations des acquisitionssont maintenues constantes au cours du temps. La stabilit de la valeur montairevaut galement pour les dettes. Seuls les mcanismes de lamortissement et duprovisionnement viennent altrer lvaluation comptable des actifs. Cette rgle,combine lvaluation au cot historique, tourne compltement lapprhensioncomptable vers le pass. Elle suppose implicitement constante la valeur de lamonnaie. Or, on sait quen situation de hausse des prix, la valeur de remplacementtend sloigner de la valeur nominale : lcart tant gnralement fonction delcoulement du temps depuis la date de comptabilisation initiale du bien. Parailleurs, lvaluation des crances et des dettes en devises introduit une brche dansle principe du nominalisme. Les lments dactif et passif en devises sont ainsi valo-riss au cours de march des devises.

    BRUSLERIE.book Page 17 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    18

    6 Principe de prudence

    Ce principe conduit prendre en compte les charges ds que leur ralisation estseulement probable ; linverse, les produits ne sont comptabiliss que sils sontraliss. Il y a donc une dissymtrie dapprhension qui est la marque dun pessi-misme systmatique. Entre deux valuations, lentreprise retient systmatiquementla plus dfavorable. Le principe de prudence conduit provisionner systmatique-ment au cas par cas, sans prendre en compte dventuelles plus-values potentielles.

    Le principe de prudence est au cur de la doctrine comptable. Il permet dexpri-mer le caractre fondamentalement incertain de lenvironnement conomique delentreprise. Cependant, le traitement quil effectue est fondamentalement borgne etextraordinairement pauvre. Sappliquant lment par lment, il fractionne lesconsquences dun risque qui peut tre global. Il nglige la possibilit de compensa-tion entre plus et moins-values potentielles. Par exemple, le portefeuille titres dunesocit holding comptabilisera les moins-values dune filiale et ignorera les plus-values potentielles sur une autre, alors que la ralit conomique est constitue parlensemble du portefeuille.

    La valeur comptable est donc systmatiquement sous-value par le principe deprudence. Le financier ne peut se satisfaire de lignorance des plus-valuespotentielles ; il procdera donc un redressement systmatique de lvaluation dupatrimoine de lentreprise en essayant dintgrer ces dernires.

    7 Principe de permanence des mthodes

    Les mmes rgles et procdures comptables doivent tre appliques dans le tempsde manire permettre une comparaison homogne des comptes annuels de lentre-prise. Il sagit ici de limiter la possibilit de modifier les mthodes, par exemple,dvaluation des stocks ou de provisionnement, pour viter la manipulation desrsultats de lentreprise par les dirigeants. En cas de modifications des mthodescomptables, celle-ci doivent tre expliques scrupuleusement.

    8 Principe de non-compensation

    Aucune compensation ne peut tre opre entre les postes dactif et de passif dubilan, ou entre les postes de charges et de produits du compte de rsultat. Il convientici dviter toutes pertes dinformation, en affichant des crances (ou des dettes)nettes. Par exemple, une crance sur un client ne peut tre diminue par une detteenvers ce mme client. Ce principe peut expliquer la prsence de compte clientscrditeurs au passif. De mme, pour corriger la comptabilisation dune charge, onutilise un compte de transfert de charge qui est un compte de produit.

    BRUSLERIE.book Page 18 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 19

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    Les principes prcdents sont sujets une volution qui se traduit par la reconnais-sance de nouveaux principes comptables influencs par la comptabilit anglo-saxonne et qui sont la base du rfrentiel international IFRS.

    9 Principe de primaut de la ralit conomique

    Ce principe est li une conception gestionnaire de la comptabilit ; il soppose lapproche juridico-patrimoniale traditionnelle en France. Ce principe de primautest particulirement important dans le rfrentiel comptable IFRS ( Substance overform ). Lapprhension conomique de la valeur est tourne vers lavenir. La visionjuridique sefface partiellement et avec elle la rfrence au nominalisme contractuelsi utile dans la relation dbiteur-crancier. Lenregistrement des dettes au cot histo-rique cde la place une interrogation exigeante sur la juste valeur conomiqueou fair value . Cette optique tait dj prsente dans la prsentation des comptesconsolids. Par exemple, les biens lous en crdit-bail dont elle a lusage conomi-que bien quils nappartiennent pas juridiquement lentreprise, seront repris dansles comptes. Au niveau des comptes individuels, le principe de ralit conomiqueest reconnu ponctuellement lors de la comptabilisation de ventes soumises laclause de rserve de proprit. Juridiquement, le transfert de proprit lacheteurest suspendu au paiement intgral du prix. Cependant, la comptabilit du vendeurretient la crance au prix la facturation, considrant la ralit conomique de lavente plutt que son statut juridique.

    Cette approche conduit privilgier la valeur conomique dusage ou la valeurvnale plutt que la valeur historique comme critre dapprciation des actifs.

    10 valuation la juste valeur

    La valeur dusage, ou encore de remplacement, a un contenu prospectif et subjec-tif. Elle conduit prendre en compte lvolution des prix et le progrs technique. Lecot de remplacement nest pas forcment la valeur vnale, il dcoule dune appr-ciation qui intgre lactualisation des recettes futures lies au bien dtenu.

    La notion de juste valeur a t particulirement dfinie dans la norme IAS 39consacre aux instruments financiers. Il sagit du montant pour lequel un actif pour-rait tre chang ou une dette rgle entre des parties avises et consentantes dansune transaction conclue des conditions normales. La juste valeur correspond auprix de march de linstrument financier lorsque celui-ci est trait sur un marchdactif. Si le march de linstrument nest pas liquide, la juste valeur est dterminepar rfrence des instruments similaires dont le march est actif. En labsence demarch pour un instrument donn, il est procd un calcul de juste valeur par unemthode conforme celles pratiques sur les marchs financiers.

    BRUSLERIE.book Page 19 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    20

    Repres Principes dvaluation dansle Plan comptable gnral (PCG) lentre dans le patrimoineBiens acquis : enregistrement leur cot dacquisition historique, cest--dire prix dachatmajor des frais accessoires (mise en tat dutilisation, frais de transport, dinstallation).Les droits de mutation, commissions, honoraires sont des charges qui peuvent tre talesdans le temps. Biens produits : enregistrement au cot de production, cest--dire incluant les chargesindirectes raisonnablement rattaches la production du bien. Sont toutefois exclusles frais de recherche et dveloppement et les frais dadministration gnrale. Quant auxcharges financires lies des emprunts, celles-ci sont imputables dans le cot duneimmobilisation produite par lentreprise pour elle-mme ; elles ne sont, en revanche, pasincluses dans lestimation des stocks (1). linventairevaluation systmatique la valeur vnale.

    (1) Sauf pour les stocks des entreprises dont le cycle de fabrication dpasse la dure de lexercice. Surle plan fiscal, en revanche lincorporation des charges financires dans le cot de production nestjamais admis.

    Repres Principe dvaluation dans le rfrentiel IFRSDans son cadre conceptuel, lIASB identifie quatre conventions dvaluation possibles : le cot historique lentre des actifs, des passifs ou des engagements ; le cot actuel ou valeur de remplacement quil faudrait acquitter pour faire entrerllment aujourdhui ; la valeur de ralisation ou valeur de rglement pour vendre lactif ; la valeur actualise, les actifs sont comptabiliss pour la valeur actualise des entresnettes futures de trsorerie que llment gnre dans le cours normal de lactivit .LIASB reconnat la coexistence possible de plusieurs conventions dvaluation. Elle admetle cot historique et reconnat que son utilisation est frquente. Cependant le conceptcentral privilgi est celui de juste valeur . Celui-ci revient privilgier les conventionsdvaluation telle la valeur de ralisation ou la valeur actualise. Ainsi, le cot historiqueavait t initialement rejet par lIASB pour les instruments financiers dans le cadre dellaboration des IAS 32 et IAS 39. Depuis, il y a eu un assouplissement.Contrairement une ide rpandue, la juste valeur nest pas la seule et unique appro-che dvaluation reconnue en normes IFRS.

    BRUSLERIE.book Page 20 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 21

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    11 Lextension du champ de la comptabilit dintention

    Dans le rfrentiel IFRS, lapplication de la rgle dvaluation pertinente est dter-mine par lintention qui a prvalu lors de lacquisition de lactif et du passif. Cetteapproche est relativement nouvelle ; elle situe la valeur comme le fruit dun calculconomique projet sur un horizon donn du futur. Concernant les instrumentsfinanciers, le cot historique continue sappliquer pour les crances ou les dettesque lentreprise lintention de dtenir jusqu leur chance. La juste valeurdevient la rfrence pour des horizons plus courts.

    Cette comptabilit dintention apparat aussi en cas dacquisition dimmobilisa-tions corporelles o la dure damortissement retenir correspond la priodedutilisation conomique du bien. Cette priode est celle pendant laquelle lentre-prise lintention de consommer les avantages conomiques tirs du bien. Ce nestpas la dure de vie totale (cf. rglement CRC n 2004-06).

    SYSTMES ET DOCUMENTS COMPTABLES

    Les documents comptables prvus par le Code de commerce sont le livre-journal,le Grand Livre et linventaire. Le journal enregistre chronologiquement chaqueopration qui affecte le patrimoine de lentreprise. Le Grand Livre regroupe cesoprations en suivant larchitecture du plan de comptes que lentreprise sest donnen fonction de ses besoins. Les enregistrements comptables doivent respecter leprincipe de la partie double de mme que la structure des comptes de lentreprisedoit respecter la nomenclature du Plan comptable gnral.

    Chaque anne, lentreprise doit produire des documents de synthse comptablesqui sont reports sur linventaire. Ces documents de synthse sont le bilan, le comptede rsultat et lannexe. Ils peuvent tre complts par le tableau de financement delexercice. Ils sont couramment appels comptes annuels de lentreprise1.

    1 Les systmes de prsentation des comptes sociaux annuels

    Les comptes sociaux annuels sont construits avec un dtail croissant selon le choixdun systme de prsentation qui fait rfrence :

    au systme abrg ;

    1. Toute socit est tenue de dposer ses comptes annuels au greffe du tribunal de commerce (ou degrande instance) dans le mois qui suit lapprobation des comptes. Ces comptes sont accessibles auxtiers. En cas dinexcution de la formalit de dpt, des sanctions sont prvues et la socit peut sevoir mise en demeure de dposer ses comptes.

    Section 2

    BRUSLERIE.book Page 21 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    22

    au systme de base ; au systme dvelopp1.

    1.1 Le systme abrg

    Il concerne les entreprises dont la dimension ne justifie pas le recours au systmede base . Il se caractrise par la production minimale dun bilan avant et aprsrpartition, et dun compte de rsultat. Les entreprises vises sont les petitesentreprises ; les informations comptables sont souvent agrges et les documents desynthse sont simplifis. Le dcret comptable du 3 aot 1994 fixe les seuils quidterminent la prsentation facultative des comptes dans le cadre du systmeabrg :

    un total de bilan de 267 k2 ; un chiffre daffaires net de 534 k ; un nombre moyen de salaris de 10. Relvent de la prsentation abrge les entreprises qui ne dpassent pas deux des

    trois critres prcdents. Si elles dpassent deux de ces seuils, les entreprises doiventse situer dans le cadre du systme comptable de base.

    1.2 Le systme de base

    Il sapplique aux entreprises de moyenne et grande dimension . Il se traduit parla production dun bilan avant et aprs rpartition, dun compte de rsultat et duneannexe dtaille. Les modles proposs sont plus complets que dans le cas dusystme prcdent.

    Lannexe publie dans le cadre du systme de base peut tre simplifie ou aucontraire tre plus complte. La prsentation de lannexe simplifie est rserve auxpersonnes morales qui sont en-de de certains seuils :

    total de bilan de 3,65 M ; chiffre daffaires net de 7,3 M ; nombre de salaris de 50. On remarque que ces seuils sont plus larges que ceux dfinissant le systme de

    base. Le niveau de dtail de lannexe peut donc tre diffrent au sein du systmecomptable de base.

    1. Sur ces points, cf. E. Cohen, ouvr. cit., pp. 144 sq ; J.-P. Jobard, ouvr. cit., pp. 206 sq ; Mmentocomptable, pp. 1044 sq.

    2. Dans ce qui suit m ou k dsignent les milliers deuros, M les millions deuros.

    BRUSLERIE.book Page 22 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 23

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    1.3 Le systme dvelopp

    Il propose des documents destins mieux clairer la gestion . Il est essentiel-lement facultatif. Les documents de synthse prvus dans lannexe sont plusnombreux et plus dtaills :

    bilan avant et aprs rpartition ; compte de rsultat ; tableau des soldes intermdiaires de gestion ; annexe ; tableau de dtermination de la capacit dautofinancement ; tableau de financement. La norme IAS 1 dfinit le systme dtats financiers publier. Celui-ci comprend

    chaque anne : un bilan (balance sheet ou statement of financial position), un compte de rsultat (comprehensive income statement), un tableau de variation des capitaux propres (statement of changes in equity), un tableau des flux de trsorerie (cash flows statement) une description de la politique comptable, des notes explicatives.

    2 Le bilan individuel (ou bilan social)

    Le bilan et le compte de rsultat sont les deux principaux documents de synthsecomptable, mme si le PGC a mis lannexe au mme niveau juridique. Le premierrcapitule une date donne les droits de proprit et de crance, qui figurent lactif, et les engagements vis--vis des tiers et lgard des propritaires, figurantau passif. Le PCG a organis le bilan en grandes rubriques de manire faire ressor-tir la situation patrimoniale nette identifie sous la rubrique capitaux propres .Ceux-ci sont les engagements vis--vis des actionnaires qui ne sont assortis daucunengagement ferme de remboursement1.

    1. Cf. E. Cohen, ouvr. cit., p. 147.

    BRUSLERIE.book Page 23 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    24

    Tableau1.1 Actif et passif du bilan (PCG Systme dvelopp)

    Actif

    Exercice N Exercice (N1)

    BrutAmortisse-

    ment et pro-visions

    ( dduire)Net Net

    Actif

    imm

    obili

    s

    Capital souscrit non appelImmobilisations incorporelles

    Frais dtablissementFrais de recherche et de dveloppementConcessions, brevets, licences, marques, procds, droits et valeurs similairesFonds commercial (1)AutresAvances et acomptes

    Immmobilisations corporelles :TerrainsConstructionsInstallations techniques, matriel et outillageindustrielsAutresImmobilisations corporelles en coursAvances et acomptes

    Immobilisations financires (2)ParticipationsCrances rattaches des participationsTIAPAutres titres immobilissPrtsAutres

    Total I x x x x

    Actif

    circ

    ulan

    t

    Stocks et en-coursMatires premires et autres

    approvisionnementsEn-cours de production (biens et services)Produits intermdiaires et finisMarchandises

    Avances et acomptes verss sur commandesCrances dexploitation (3) :

    Crances Clients et Comptes rattachsAutres

    Com

    ptes

    de

    rgu

    laris

    atio

    n

    Crances diverses (3)Capital souscrit appel, non versValeurs mobilires de placement :

    actions propresautres titres

    Instruments de trsorerieDisponibilitsCharges constates davance (3)

    BRUSLERIE.book Page 24 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 25

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    Actif

    Exercice N Exercice (N1)

    BrutAmortisse-

    ment et pro-visions

    ( dduire)Net Net

    Com

    ptes

    de

    rgu

    laris

    atio

    n

    Total II x x x x

    Charges rpartir sur plusieurs exercices (III) x x x x

    Primes de remboursement des emprunts (IV) x x x

    carts de conversion actif (V) x x x

    Total gnral (I + II + III + IV + V) x x x x

    (1) Dont droit au bail.(2) Dont moins dun an.(3) Dont plus dun an.

    Passif Exercice NExercice

    N1

    Capi

    taux

    pro

    pres

    Capital (dont vers) (a)Primes dmission, de fusion, dapportcarts de rvaluation (b)cart dquivalence (c)Rserves :

    Rserve lgaleRserves statutaires ou contractuellesRserves rglementesAutres

    Report nouveau (d)Rsultat de lexercice (bnfice ou perte) (e)Subventions dinvestissementProvisions rglementes

    Total I x x

    Autr

    esfo

    nds

    prop

    res Produit des missions de titres participatifs

    Avances conditionnes

    Total I bis x x

    Prov

    ision

    spo

    ur ri

    sque

    set

    char

    ges Provisions pour risquesProvisions pour charges

    Total II x x

    BRUSLERIE.book Page 25 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    26

    La classification comptable de lactif obit une logique fonctionnelle. Lactifimmobilis correspond lensemble des biens et des crances figurant dans le patri-moine de lentreprise et destins tre utilises de faon durable1. Cette dfinitionfait ressortir la fonction conomique que remplissent les lments de lactif immobi-lis au-del de leur diffrenciation par nature : immobilisations corporelles, incorpo-relles ou financires.

    Dett

    es (1

    ) (g)

    Emprunts obligataires convertiblesAutres emprunts obligatairesEmprunts et dettes auprs des tablissements de crdit (2)Emprunts et dettes financires divers (3)Avances et acomptes reus sur commandes en coursDettes fournisseurs et comptes rattachs (f)Dettes fiscales et socialesDettes sur immobilisations et comptes rattachsAutres dettesInstruments de trsorerie

    Com

    ptes

    de

    rgu

    lari-

    satio

    n (1)

    Produits constats davance

    Total III x x

    carts de conversion Passif (IV) x x

    Total gnral (I + II + III + IV) x x

    (1) Dont plus dun an.Dont moins dun an.

    (2) Dont concours bancaires courants et soldes crditeurs et banques.(3) Dont emprunt participatifs.

    (a) Y compris capital souscrit non appel.(b) dtailler conformment la lgislation en vigueur.(c) Poste prsenter si des titres de participation lactif sont valus par quivalence.(d) Montant entre parenthses ou prcd du signe moins () lorsquil sagit de pertes reportes.(e) Montant entre parenthses ou prcd du signe moins () lorsquil sagit dune perte.(f) Dettes sur achats ou prestations de services.(g) lexception pour application de (1) des avances et acomptes reus sur commandes.

    1. Cf. P. Conso, ouvr. cit., pp. 132 sq.

    Passif Exercice NExercice

    N1

    BRUSLERIE.book Page 26 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 27

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    La rubrique Actif circulant apparat comme regroupant les postes de lactifautres que ceux relevant de lactif immobilis, des comptes de rgularisation, desprimes de remboursement et de lcart de conversion. On pourrait donc a prioriimaginer quil sagit dun fourre-tout comptable sans grand sens conomique. Cenest pas le cas. Le PCG, en qualifiant de circulants ces actifs, rappelle quils sonttraverss par une logique temporelle cyclique. Ils suivent, dans leur majorit, unelogique conomique de renouvellement rgulier imprime par le cycle dactivit delentreprise. Ce dernier donne son unit et son sens la rubrique Actif circulant .

    Les rubriques dites Comptes de rgularisation , Primes de remboursement , cart de conversion seront analyses ci-aprs ; elles figurent en bas de lactifparce que, le PGC souhaitant les faire ressortir, il fallait bien les mettre quelque part.

    La structuration de lactif, en fonction de la destination conomique des actifs etnon de leur liquidit, est particulirement claire. Cest moins le cas pour le passif quidistingue les ressources de lentreprise selon leur nature juridique et financire. Lagrande distinction seffectue entre la rubrique de Capitaux propres et celle des Dettes ; elle exprime une ralit simple : les dettes, quelle que soit leur origine,doivent tre rembourses lorsquelles deviennent exigibles leur chance.

    Les Capitaux propres correspondent une dfinition largie du patrimoine netdes actionnaires puisque les subventions dinvestissement et les provisions rgle-mentes sont agrges la situation nette au sens strict. Le systme dveloppdistingue une petite rubrique dautres fonds propres qui relve de la mmevolont dafficher une vision plus large de la notion de fonds propres de lentreprise.

    Les Provisions pour risques et charges regroupent des dettes de lentreprisedont la ralisation est incertaine, mais cependant probable. Ces provisions ont unsens en elles-mmes et ne se rattachent pas la dprciation dlments dactif.

    La rubrique Dettes met en vidence labandon du classement des lments dupassif par exigibilit croissante. La seule mention de lchance des dettes est faiteen bas du bilan (et dans lannexe) sous forme dune information complmentaire surla ventilation des dettes plus dun an et moins dun an . Les dettes sontregroupes selon leur origine :

    dettes financires (par exemple, auprs dtablissements de crdit) ; dettes dexploitation ; dettes diverses (impts).On retrouve ici la distinction fonctionnelle qui renvoie aux cycles conomiques

    traversant lentreprise et qui met en vidence les deux cycles fondamentaux delendettement et de lexploitation.

    Les Comptes de rgularisation Produits constats davance en bas du passifcorrespondent au souci dun affichage symtrique de ceux de lactif.

    BRUSLERIE.book Page 27 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    28

    La structuration du bilan selon le PCG se caractrise par une non-symtrie dans laprsentation de lactif et du passif. Ainsi, la logique premire dun classement fonc-tionnel lactif ne donne pas lieu, par exemple, une rubrique de passif circulant quiaurait correspondu celle dactif circulant . Des retraitements sont donc ncessairespour analyser, sous un angle financier homogne, le bilan comptable.

    2.1 Affectation des rsultats

    Rappelons, enfin, que les bilans comptables diffrent selon quils sont prsentsavant affectation ou aprs affectation des rsultats. Dans le premier cas, le poste dersultat net (bnficiaire ou dficitaire) figure au sein des capitaux propres au passif.La dcision daffectation du rsultat relve juridiquement de lassemble gnraledans les socits de capitaux.

    La dcision daffectation sintgre dans le cadre plus vaste de la dcision de distri-bution de dividendes. Le bnfice nest quun lment de ce qui est globalementdistribuable aux actionnaires. Le conseil dadministration propose une affectation dursultat, qui correspond un choix donn de distribution ; lassemble gnraledcide en dernier ressort.

    Le droit des socits dfinit le montant distribuable et limite les dividendes au totalform par :

    le bnfice de lexercice, diminu dune fraction que la loi ou les statuts obligent porter en rserve ;

    les reports bnficiaires antrieurs ; les rserves accumules (hors rserves lgale et statutaires) sur lesquelles des

    prlvements peuvent tre effectus1. Les sommes distribuables peuvent donc tre suprieures au montant du bnfice.

    De mme, une entreprise peut envisager une distribution de dividendes mme si elleest en pertes dans la mesure o elle a accumul des rserves.

    Dans lordre, le montant distribuable va tre affect aux rserves, distribu en divi-dendes ou tre mis en attente dans un poste de report nouveau .

    1. Article L. 346 du Code des socits. Sur ces points, cf. J.-P. Jobard, ouvr. cit., pp. 229 sq.

    BRUSLERIE.book Page 28 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 29

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    La mise en rservesOn distingue quatre types de mise en rserves selon les contraintes qui psent sur

    laffectation des sommes. La rserve lgale est impose par la loi sur les socits commerciales qui

    commande daffecter obligatoirement 5 % du bnfice de lexercice un poste de Rserve lgale jusqu' ce que celui-ci atteigne 10 % du capital social. La rservelgale ainsi constitue ne peut tre utilise ultrieurement pour distribuer des divi-dendes.

    La rserve spciale de plus-values long terme correspond une contrepartieimpose lentreprise pour bnficier davantages fiscaux. Les plus-values ralisessur des lments dactifs sont ainsi imposes un taux rduit de 19 % conditionque la plus-value nette dimpt soit affecte en fin dexercice un poste de rserverglemente.

    Les rserves statutaires relvent des statuts de lentreprise qui prvoient daffecterun certain pourcentage des bnfices un ou plusieurs fonds de rserve.

    Les rserves libres correspondent ce que le conseil dadministration propose deconserver dans lentreprise. Elles sont dtermines par diffrence avec le montanttotal des dividendes que lentreprise dcide de distribuer.

    La distribution de dividendesLe dividende distribu regroupe deux composantes : le dividende statutaire et le

    superdividende. Le dividende statutaire est fix dans les statuts de la socit qui prvoient le verse-

    ment dun dividende minimal aux actionnaires, souvent sous la condition de rsul-tats bnficiaires suffisants. Ce premier dividende est exprim en pourcentage(souvent 5 ou 6 %) du montant nominal du capital social1.

    Le superdividende est le complment que lentreprise dcide dajouter librementau dividende statutaire pour former le dividende global distribu qui seul importejuridiquement et financirement.

    Le report nouveauLe bnfice distribu devient, aprs la dcision formelle daffectation du rsultat,

    une dette de lentreprise envers ses actionnaires. Le poste Dettes sociales dupassif va donc augmenter du montant du dividende distribuer.

    Cette dette relve du court terme puisquen principe les dividendes doivent tredistribus dans un dlai de neuf mois aprs la date de clture de lexercice (sachantque dans la pratique, les assembles gnrales qui approuvent les comptes et dci-dent de laffectation du rsultat ont lieu quatre six mois aprs la clture). La partie

    1. Plus prcisment, de la fraction libre du capital social.

    BRUSLERIE.book Page 29 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    30

    non distribue est vire en rserves ou en report nouveau, ce qui conduit la dispa-rition du rsultat dans le passif du bilan aprs rpartition.

    Le report nouveau est un reliquat de fraction de bnfice qui est juridiquement enattente daffectation. Il peut sagir de sommes de faible montant lorsque les dividen-des conduisent des arrondis de calcul.

    Une entreprise peut aussi dcider daffecter la totalit de son bnfice en report nouveau, renvoyant une assemble gnrale ultrieure la dcision dfinitivedaffectation.

    2.2 Laffectation des pertes

    En cas de rsultats dficitaires, celui-ci est affect par dfaut en report nouveau. La prsence dun poste de report nouveau dficitaire permet de solder lersultat au passif et de cumuler dans un poste prcis des capitaux propres les perteshistoriques. Limputation prcise de la perte sur tel ou tel poste de rserves ou sur lecapital social ncessite une dcision formelle de lAssemble Gnrale1.

    Exemple : Affectation du rsultat de lentreprise XYZLentreprise XYZ possde un capital social de 100 000 actions de 500 euros de valeur nomi-nale. Au cours de lexercice N, elle a ralis un bnfice net de 10 millions deuros (M).Celui-ci provient en partie dune plus-value brute de 1 M lie une cession dactifs dtenus long terme taxe au taux de 19 %. Les statuts prvoient un dividende minimum de 5 %, soit 25 euros par action et une mise enrserve systmatique de 10 % du bnfice. La direction de lentreprise prvoit une distributionglobale de 6 M conduisant un dividende global de 60 euros par action. Le montant dusuperdividende discrtionnaire est donc de :

    6 M 100 000 actions 25 = 3500 k (milliers deuros)Cette distribution est compatible avec : la mise en rserve lgale

    10 M 5 % = 500 k laffectation en rserve des plus-values long terme nettes dimpt

    1M 1 M 19 % = 810 k une mise en rserve statutaire de 10 % des bnfices

    10 M 10 % = 1 000 kOn suppose que la Direction dcide daffecter 1 M en rserve libre, le solde tant report surun poste Report nouveau dont le solde antrieur tait crditeur de 550 k. Le tableau daffectation du rsultat rsume et prsente synthtiquement les tapes de calcul dela rpartition du rsultat. La forme de ce tableau est prvue dans le PCG. Laffectation en

    1. Dans lventualit o laffectation du rsultat modifie le capital social, une assemble gnraleextraordinaire est ncessaire. Cf. J.-P. Jobard, ouvr. cit., p. 233.

    BRUSLERIE.book Page 30 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 31

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    Autres rserves reprend la mise en rserve statutaire de 1000 k et en rserve libre de1 500 k.

    Origines (en k)

    1. Report nouveau antrieur 550

    2. Rsultat de lexercice 10 000(dont rsultat courant avant impts)

    3. Prlvement sur les rserves

    Affectations

    4. Affectations aux rserves

    rserve lgale 500

    rserve spciale de plus-values 810

    autres rserves 2 500

    5. Dividendes 6 000

    6. Autres rpartitions

    7. Report nouveau 740

    Total 10 550 10 550

    3 Le compte de rsultat individuel (ou social)

    Au niveau de lentreprise vue individuellement, le compte de rsultat socialreprend les produits et les charges qui concourent la gnration du bnfice ou dela perte nette de lexercice. Lquilibre du compte de rsultat est assur par linscrip-tion de son solde dans la colonne oppose. On trouvera ainsi le bnfice au bas de lacolonne des charges.

    La construction de rsultat dans le PGC suit une logique fonctionnelle qui vise faire ressortir :

    les oprations dexploitation ; les oprations financires ; les oprations exceptionnelles.

    BRUSLERIE.book Page 31 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    32

    Le compte de rsultat privilgie donc lide dune relation transversale qui faitcorrespondre les produits et les charges de mme nature. Il met en vidence desrsultats fonctionnels :

    un rsultat dexploitation calcul hors incidence des oprations financires ; un rsultat financier ; un rsultat exceptionnel qui, la diffrence des prcdents, reprend les lments

    non habituels. Le tableau 1.2 prsente la structuration gnrale du compte de rsultat dans le

    PCG.

    La structure fonctionnelle ainsi privilgie va simposer la notion de chargescalcules. On sait, en effet, que provisions et amortissements se manifestent auniveau du compte de rsultat par des dotations qui constatent comptablement uneperte de richesse. Ces mcanismes sont dune extrme importance pour le financiercar les charges calcules ne se traduisent pas par des dcaissements immdiats. Lacomptabilit rattache lexistence damortissement et de provisions chaque catgo-rie doprations. Cest pourquoi on trouvera des dotations aux amortissements etprovisions chacun des trois niveaux transversaux du compte de rsultat (cf.tableau 1.3).

    Tableau1.2 Structure du compte de rsultat

    Charges (dbit) Produits (crdit)

    Charges dexploitation Produits dexploitation

    = Rsultat dexploitation

    Charges financires Produits financiers

    = Rsultat financier

    Charges exceptionnelles Produits exceptionnels

    = Rsultat exceptionnel

    Bnfice de lexercice Perte de lexercice

    Total gnral Total gnral

    BRUSLERIE.book Page 32 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 33

    D

    unod

    L

    a ph

    otoc

    opie

    non

    aut

    oris

    e e

    st u

    n d

    lit

    .Linformation comptable

    Tableau1.3 Produits et charges du compte de rsultat (systme dvelopp)

    Compte de rsultat Systme dvelopp (charges)

    Charges (hors taxes) Exercice N Exercice N1

    Totaux partiels

    Totaux partiels

    Charges dexploitation (1) :Cot dachat des marchandises vendues dans lexercice

    Achats de marchandises (a) Variation des stocks de marchandises (b)

    xx

    x x

    Consommation de lexercice en provenance des tiers Achats de matires premires et autres approvisionnements (a) matires premires autres approvisionnements variation des stocks dapprovisionnements (b) Autres charges et charges externes : achats de sous-traitances achats non stocks de matires et fournitures services extrieurs :

    personnel extrieur loyers en crdit-bail mobilier loyers en crdit-bail immobilier autres

    xxx

    xx

    xxxx

    x x

    Impts, taxes et versements assimilsSur rmunrationsAutres

    xx

    x x

    Charges de personnel Salaires et traitements Charges sociales

    xx

    x x

    Dotations aux amortissements et aux provisionsSur immobilisations : dotations aux amortissements (c)Sur immobilisations : dotations aux provisionsSur actif circulant : dotations aux provisionsPour risques et charges : dotations aux provisions

    xxxx

    x x

    Autres charges x x

    Total x x

    (1) Dont charges affrentes des exercices antrieurs.

    (a) Y compris droits de douane.(b) Stock initial moins stock final : montant de la variation en moins entre parenthses ou prcd du signe ().(c) Y compris ventuellement dotations aux amortissements des charges rpartir.

    BRUSLERIE.book Page 33 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • ANALYSE FINANCIRE

    34

    Charges (hors taxes) Exercice N Exercice N1

    Totaux partiels

    Totaux partiels

    report x x

    Quotes-parts de rsultat sur oprations en commun

    Charges financires

    x

    x

    x

    x

    dotations aux amortissements et aux provisions x

    intrts et charges assimiles (2) x

    diffrences ngatives et change x

    charges nettes sur cessions de valeurs mobilires de placement x

    Charges exceptionnelles x x

    sur oprations de gestion x

    sur oprations en capital : valeurs comptables des lments immobiliss et financiers cds (d) autres

    xx

    dotations aux amortissements et aux provisions : dotation aux provisions rglementes dotations aux amortissements et aux autres provisions

    xx

    Participation des salaris aux rsultats x x

    Impt sur les bnfices x x

    solde crditeur = bnfice x x

    Total gnral x x

    (2) dont intrts concernant les entreprises lies.(d) lexception des valeurs mobilires de placement.

    BRUSLERIE.book Page 34 Mercredi, 16. juin 2010 10:35 22

  • 35