Arrêt de l’entraînement et déconditionnement à l’effort aérobie

  • Published on
    28-Oct-2016

  • View
    221

  • Download
    6

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com</p><p>Science &amp; Sports 23 (2008) 136144</p><p>Article original</p><p>Arrt de lentranement et dconditionnement leffort arobieDetraining and aerobic exercise</p><p>a,b,c, b a b d</p><p>Rsum</p><p>Introductiles donnesresponsable</p><p>Rsultats.(V O2max). Lbaisse de laconcentratiopourrait tredu volume dsont moindr</p><p>Conclusiooxydatives e 2008 Else</p><p>Abstract</p><p>Introductiliterature cofor this deco</p><p>Results. gradually duby a reductiviscosity cothe musculainsulin sensi</p><p>Conclusiofall the oxiddeterioration 2008 Else</p><p>Mots cls : A</p><p>Keywords: A</p><p> Auteur coAdresse e</p><p>0765-1597/$doi:10.1016/jN. Olivier , R. Legrand , J. Rogez , S. Berthoin , T. Weisslanda Polyclinique de Riaumont, rue Entre-deux-Monts, 62800 Livin, France</p><p>b Laboratoire dtudes de la motricit humaineEA3608, universit Lille-2, 9, rue de luniversit, 59790 Ronchin, Francec Centre de rducation les Hautois, place de la rpublique, 62590 Oignies, France</p><p>d Facult des sportsEA3300, universit de Picardie, alle Paschal-Grousset, 80025 Amiens, FranceRecu le 23 janvier 2007 ; accept le 18 fevrier 2008</p><p>Disponible sur Internet le 3 avril 2008</p><p>on. Une priode dinactivit sportive engendre une relle dsadaptation leffort. Lobjectif de cet article est de prsenter, traversde la littrature, la variation des paramtres physiologiques suite une priode de non entranement et dexpliquer les mcanismes</p><p>s de cette dsadaptation. Quatorze jours dinactivit sportive sont suffisants pour induire une diminution significative de la consommation maximale doxygnee dconditionnement leffort augmente progressivement pendant les huit premires semaines de cessation de lactivit sportive. Laptitude arobie est corrle la diminution du volume sanguin total. Cette hypovolmie sexplique la fois par une diminution de lan des catcholamines circulantes et une baisse de protines plasmatiques. Aprs une priode de dsentranement, la viscosit du sangaugmente et le retour veineux perturb, entranant alors une diminution du remplissage ventriculaire et par consquence une baisse</p><p>jection systolique. Au niveau musculaire, une rapide diminution des enzymes oxydatives est aussi observe, les stocks de glycogneses et une baisse de la sensibilit de linsuline est observe.n. Les mcanismes du dconditionnement sont multiples, mais il semble que lhypovolmie, la baisse de lactivit des enzymest la diminution des stocks de glycogne musculaire soient les premiers lments responsables de la dsadaptation leffort.vier Masson SAS. Tous droits rservs.</p><p>on. Training cessation generates a real deterioration of physical fitness. The aim of this review is to summarize the data of thencerning the variation of the physiological parameters in response to a detraining period and to explain the mechanisms responsiblenditioning.Fourteen days of detraining are sufficient to induce a significant reduction in V O2max. Deterioration of physical fitness increases</p><p>ring the first eight weeks of detraining. The deconditioning is related with the reduction in total blood volume. This could be explainedon of total plasma protein and catecholamine. After a detraining period, a disturbance of the venous return is possible and blooduld be increased. This phenomenon could generate a reduction in the ventricular filling and consequently a fall of stoke volume. Atr level, a rapid reduction in the oxidative enzymes is also observed, the muscle glycogen concentration is diminished and a decline intivity is recorded.n. There are many mechanisms responsible for the deconditioning during exercise, but the reduction in total blood volume, theative enzymes activity and the reduction in muscle glycogen concentration seems to be the main elements responsible for the loss of</p><p>of physical fitness.vier Masson SAS. Tous droits rservs.</p><p>robie ; Dsadaptation ; Hypovolmie</p><p>erobic; Deconditioning; Hypovolemia</p><p>rrespondant.-mail : oliviern@neuf.fr (N. Olivier).</p><p> see front matter 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs..scispo.2008.02.006</p></li><li><p>N. Olivier et al. / Science &amp; Sports 23 (2008) 136144 137</p><p>1. Introduction</p><p>La carridinactivitsinsrent dsont inattede blessurde lentraner les ent[57]. La rcorps mdpar exempdu dcondjours seule(Tableau 1)</p><p>De nomde laptitud[8,63]. Dessur un 400[8]. Chezperformancjoueurs de flpuisemedclin de 212 semaineformancesnon entraninvitablem</p><p>Les mcarobie suicomplexesest dordreculaire) [5variation dnon entrandu dcondi</p><p>2. La dsa</p><p>2.1. La con</p><p>Les mopriode detoire, mtapouvant inmation mraison queculaire utiarobie.</p><p>Un arrsion une dathltes, ledarrt [12a en moyendures detion leffqui stoppen</p><p>une diminution de 7 % de V O2max au vingt et unime jour etde 16 % au cinquante-sixime puis le V O2max se stabilise. Les</p><p>s de la littrature [1,13,20,45] indiquent que le V Oe pratiotionrteinutysiqs aye, p</p><p>gnprite apail. Fes d</p><p>prs72] snem</p><p>r conne p</p><p>[36]onse</p><p>nemes. Cs hectiotranps pnes s</p><p>e db</p><p>baissponsunetranal e</p><p>es pephysntagque</p><p>La fs uignifi,36,4nrege, u</p><p>sem</p><p>s aulvavolympre dun sportif passe invitablement par des priodessportive. Certaines coupures sont programmes etans un cycle dentranement, en revanche dautres</p><p>ndues. Elles sont la consquence de maladies oues. Les connaissances actuelles dans le domainenement et la physiologie du sport doivent ame-raneurs et thrapeutes la plus grande vigilanceeprise de lactivit va se faire avec laccord duical, en rapport avec les dlais de cicatrisationle, mais cette reprise doit galement tenir compteitionnement physique car un arrt de quelquesment va engendrer une dsadaptation leffort.breuses tudes mettent en vidence une diminutione arobie aprs une priode de non entranementnageuses ont diminu leur performance de 2,6 %m aprs seulement dix jours dinactivit sportive</p><p>des athltes, aprs quatre semaines, la baisse deses est comprise entre 8 et 21 % [11,43]. Pour desootball, le temps dpuisement (temps pour atteindrent lors dun exercice une intensit donne) est en3,8 % aprs cinq semaines de repos et de 37 % aprss [21,72]. Quelle que soit lactivit pratique, les per-sont significativement diminues aprs une phase deement. Ainsi, un arrt est toujours nfaste et engendreent une dsadaptation leffort.anismes explicatifs de la diminution de laptitude</p><p>te une priode de non entranement sont nombreux,et de natures diffrentes (Fig. 1). La dsadaptationcentral (cardiorespiratoire) et/ou priphrique (mus-456]. Lobjectif de cet article est de prsenter laes paramtres physiologiques suite une priode deement et dexpliquer les mcanismes responsablestionnement leffort arobie.</p><p>daptation centrale</p><p>sommation maximale doxygne</p><p>difications physiologiques observes aprs unenon entranement peuvent tre dordre circula-</p><p>bolique et respiratoire [36,55,56]. Le seul paramtreclure lensemble de ces lments est la consom-aximale doxygne (V O2max). Cest pour cette</p><p>la plupart des physiologistes de lexercice mus-lisent le V O2max comme tmoin de laptitude</p><p>t dentranement de 14 jours aura pour rpercus-iminution de 4,7 % du V O2max [36,39]. Chez desV O2max est diminu de 6 % aprs trois semaines</p><p>]. Aprs quatre semaines un groupe de basketteusesne une diminution 13,8 % de V O2max. Lorsque les</p><p>non entranement sont plus longues, la dsadapta-ort est plus importante (Fig. 2). Chez des athltest leur activit sportive pendant 84 jours, on observe</p><p>donnediminude cessdiminution fode dimtion phsportifgramm[53].</p><p>Encourteprsende travsemainparu aet al. [dentrarepos.</p><p>Poutant deet al.nes cdentrasemainsanceest fonnon en</p><p>de temperson</p><p>2.2. L</p><p>Latie ressuite dnon en</p><p>maximchez dcicespourcelementsujets.</p><p>2.2.1.Apr</p><p>tion s[17,20[43] esportivquatrepart decette lhypotonus s2maxogressivement pendant les huit premires semainesn de lactivit sportive. En fonction de la dure, cetteest comprise entre 4 et 20 %. Il existe une rela-</p><p>(r = 0,93) entre le niveau initial et le pourcentageion de V O2max [14]. Suivant le niveau de condi-ue des sujets tests, les rsultats peuvent varier, lesant des V O2max suprieurs 56 ml/min par kilo-rsentent une dsadaptation leffort plus leve</p><p>ral, laugmentation de V O2max acquise aprs uneode dentranement (huit 12 semaines) nest plusrs une dure dinactivit quivalente aux semainesringer et Stull [25] ont montr que les effets de huit</p><p>entranement sur le V O2max ont compltement dis-huit semaines dinactivit. Les conclusions de Wangont similaires, les gains obtenus aprs dix semainesent ne sont plus prsents aprs dix semaines de</p><p>server un mme niveau de V O2max il est donc impor-as stopper lentranement de facon brutale. Houmardont montr que des personnes rcemment entra-rvent leur acquis lorsque la rduction des chargesent nexcde pas 50 % sur une priode de deuxela est vrai pour des sujets sentranant peu (deux</p><p>bdomadaire). La rcupration de V O2max antrieuren la fois du niveau pralable et de la dure deement. Pour des sportifs, il faudra quatre fois plusour rcuprer leur niveau antrieur compar desdentaires [66].</p><p>it cardiaque maximal</p><p>e du dbit cardiaque maximal serait en grande par-able de la diminution de V O2max enregistre la</p><p>priode de non entranement. Aprs 21 jours deement, une diminution de 8 % du dbit cardiaquest observe chez des sportifs [14]. En revanche,rsonnes neffectuant quoccasionnellement des exer-iques, il faudra six mois pour obtenir ce mmee de diminution [50]. Ces rsultats soulignent ga-la dsadaptation est dpendante du niveau initial des</p><p>rquence cardiaque maximalene phase de non entranement, une augmenta-cative de la FCpic est gnralement observe7]. Cullinane et al. [17] ainsi que Madsen et al.</p><p>istrent respectivement, aprs dix jours dinactivitne augmentation de 8,5 et 6 % de la FCpic. Aprsaines, la FCpic est augmente de 11 % [12]. La plu-teurs mettent en avant deux lments pour expliquertion de la FCpic : la premire hypothse concernemie, la seconde fait rfrence une augmentation duathoadrnergique.</p></li><li><p>138N.O</p><p>livieret</p><p>al./Science&amp;</p><p>Sports23(2008)136144</p><p>Tableau 1Modifications principales aprs un dsentranement</p><p>Rfrences Dsentranement (en jours) Pourcentage de variation Rfrences Dsentranement (en jours) Pourcentage de variationClaude et Sharp [8] 10 2,6 % du temps sur 400 m (natation) Madsen et al. [43] 28 21 % du temps sur demi-fondCoyle [11] 28 8 % du temps sur demi-fond Fardy [21] 35 24 % du temps dpuisementOlivier et al. [57] 5 8 % de PMA Wang et al. [72] 60 37 % du temps dpuisementCostill et al. [10] 56 7 % de force des bras Costill et al. [10] 94 12 % de force des brasCullinane et al. [17] 10 = V O2max Coyle et al. [12] 20 8 % du V ; O2maxClaude et Sharp [8] 10 = V O2max Fardy [21] 35 8 % du V ; O2maxBangsbo et Mizuno [3] 22 = V O2max Ghosh et al. [26] 28 14 % du V O2maxHouston et al. [39] 15 4 % du V O2max Coyle et al. [14] 55 17 % du V ; O2maxHoumard et al. [36] 14 5 % du V O2max Martin et al. [45] 40 20 % du V O2maxOlivier et al. [54] 5 8 % du V ; O2max Martin et al. [45] 62 20 % du V O2maxGhosh et al. [26] 28 9 % du V Emax Fardy [21] 94 11 % du V V EmaxDrinkwater et Horvath [20] 35 10 % du V Emax Miyashita et al. [50] 168 14 % du V EmaxMadsen et al. [43] 10 +6 % de FCpic Cullinane et al. [17] 10 +8,5 % de FCpicHoumard et al. [36] 14 +7 % de FCpic Coyle et al. [12] 28 +11 % de FCpicCoyle et al. [12] 12 11 % du VESmax Martin et al. [45] 42 17 % du VESmaxCoyle et al. [12] 21 12 % du VESmax Coyle et al. [14] 21 8 % du QmaxThompson et al. [69] 10 5 % de la volmie Coyle et al. [12] 21 9 % de la volmieHoumard et al. [36] 14 5 % de la volmie Coyle et al. [12] 21 12 % de la volmieChi et al. [7] 21 64 % activit enzymes oxydatives Coyle et al. [13] 56 +20 % du taux de LDHCostill et al. [10] 7 20 % stocks de glycogne Costill et al. [10] 25 40 % stocks de glycogneHouston et al. [39] 15 6,3 % de la capillarisation Coyle et al. [14] 94 = Concentration myoglobineTemps dpuisement : temps pour atteindre lpuisement lors dun exercice une intensit donne ; PMA : Puissance maximale arobie ; V O2max : Consommation maximale doxygne ; V Emax : Ventilation maximale ;FCpic : Frquence cardiaque de fin dpreuve deffort ; VESmax : volume djection systolique maximal ; Qmax : dbit cardiaque maximal.</p></li><li><p>N. Olivier et al. / Science &amp; Sports 23 (2008) 136144 139</p><p>2.2.2. Le vcardiaques</p><p>Une deslaugmentaIl est clairune prioddiminutionsemaines dVESmax deChez desment engeet 17 % dutantes sontdpasse paVES est elguin total [(dextran) ption ventricpriode dela contractVES pourrvolume ddes paroisFig. 1. Les mcanismes du dconditionneme</p><p>olume djection systolique et dimensions</p><p>principales adaptations lentranement arobie esttion du VES au repos et pendant lexercice [4,9,65].que la diminution des performances arobies aprse de dsentranement est essentiellement due unede ce mme paramtre [58,59,62,68]. Aprs trois</p><p>inactivit, Coyle et al. [12] observent une baisse du12 % lors dexercices raliss en position debout.</p><p>sportifs 12, 21, 28 et 42 jours de non entrane-ndrent respectivement une rduction de 10, 11, 12</p><p>VESmax [12,45]. Les variations les moins impor-relates par Miyashita et al. [50], la diminution nes 4 % aprs six mois darrt. Cette diminution dule-mme explique par une baisse du volume san-14]. Une augmentation artificielle du volume sanguinermet de conserver le mme niveau de contrac-ulaire et par consquent un mme VES [12]. Unenon entranement naurait aucune rpercussion sur</p><p>ilit intrinsque myocardique [12]. La variation duait sexpliquer par la loi de Starling selon laquelle lejection systolique est fonction du degr dtirementventriculaires [27]. En ralit, aprs une priode de</p><p>non entrantant, la prune contrasang quelev.</p><p>Il existele volumepriode dediaques. Mrepos, unetricule gaude la mastasio et algauche entaires et unannes leursibles.</p><p>En revacardiaqueseffectuenque le VESelle-mmesanguin totnt leffort.</p><p>ement, le volume tldiastolique est moins impor-charge ventriculaire sen trouve rduite engendrantction myocardique plus faible. Ainsi, le volume depeut jecter le cur chaque systole est moins</p><p>rait un rapport direct entre le volume sanguin total,du ventricule gauche et le VES [23,24,40]. Unenon entranement va altrer les dimensions car-</p><p>artin et al. [45] rapportent, aprs trois semaines dediminution significative de la dimension du ven-che en diastole de 11,8 %. Une baisse de 20 %se de ce mme ventricule est constate. Ginnat-. [28] ont montr que le diamtre du ventriculediastole est identique entre des personnes sden-groupe dathltes ayant stopp pendant plusieurs</p><p>entranement, ainsi les bnfices sont toujours rver-</p><p>nche, les effets du dsentranement sur le plansont davantage significatifs lorsque les valuationst en position debout [30,45,61]. Cet lment confirme</p><p>est dpendant de la prcharge ventriculaire [27],dpendante de la compliance veineuse et du volumeal.</p></li><li><p>140 N. Olivier et al. / Science &amp; Sports 23 (2008) 136144</p><p>Fig. 2. voluentranement.</p><p>2.3. Le vol</p><p>Une dimseulementune baissenon entrannution dudiminutionsemaines edu volumearobies ala rductiotions modi[12].</p><p>La dimila rsistanccette rsistarait en treune priodguine entra lexercicele retour venant une dnon entranphrique esce qui ne fdiaques.</p><p>La bais la diminusente 556plus de 10Cette dimicatcholamplus particument la pvariation dtion leffoinduire unesensibilitpour engen</p><p>2.4. La fonction ventilatoire</p><p>issuntilaeptmaint mimin(p</p></li></ul>

Recommended

View more >