ASBMR 2009 COORDONNATEUR Dr Dany Anglicheau (Paris) EXPERTS RÉDACTEURS Dr Dany Anglicheau (Paris) Dr Vincent Audard (Créteil) Dr Albane Sartorius (Paris)

  • View
    107

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of ASBMR 2009 COORDONNATEUR Dr Dany Anglicheau (Paris) EXPERTS RÉDACTEURS Dr Dany Anglicheau (Paris)...

  • Page 1
  • ASBMR 2009 COORDONNATEUR Dr Dany Anglicheau (Paris) EXPERTS RDACTEURS Dr Dany Anglicheau (Paris) Dr Vincent Audard (Crteil) Dr Albane Sartorius (Paris)
  • Page 2
  • 2 Sommaire (1) Les ARN messagers urinaires prdisent la survenue dun rejet aigu du greffon rnal (1-3) diapositives 4 6 tude phnotypique et fonctionnelle du lymphocyte B dans le rejet humoral chronique (1-3) diapositives 7 9 Comparaison de lefficacit dpuration des anticorps anti-HLA par immunoadsorption versus changes plasmatiques (1-2) diapositives 10 11 Suivi des anticorps anti-PLA2R1 en transplantation rnale (1-3) diapositives 12 14 SIRILYGRE : effet du sirolimus sur la balance inflammatoire (1-2) diapositives 15 16 Pronostic des anticorps anti-HLA naturels (1-3) diapositives 17 19 miR-21 et fibrose interstitielle rnale (1-3) diapositives 20 22 Une signature IgG prdictive de la rcidive de hyalinose segmentaire et focale aprs la transplantation (1-3) diapositives 23 25 Les anticorps anti-HLA spcifiques du donneur fixant le C1q ont-ils une valeur dltre sur la fonction rnale chez des patients prsentant une nphropathie chronique dallogreffe ? diapositive 26
  • Page 3
  • 3 Sommaire (2) volution de la densit minrale osseuse et du FGF23 aprs transplantation rnale (1-4) diapositives 27 30 Caractristiques et devenir des infections par le virus de lhpatite E dans une cohorte de transplants rnaux (1-3) diapositives 31 33 Hungry bone syndrome spontan aprs transplantation (1-3) diapositives 34 36 volution de la composition corporelle aprs greffe rnale : tude CORPOS (1-2) diapositives 37 38 Suivi des patients greffs rnaux au-del de la premire anne de greffe dans les rgions de France mtropolitaine : tude ANTICIPE (1-2) diapositives 39 40 tude nationale sur les greffes rnale et cardiaque pour cause damylose AL et de maladie des dpts dimmunoglobulines monoclonales (1-2) diapositives 41 42 Dtermination du traitement optimal par cholcalcifrol chez le patient transplant rnal : approche de population (1-2) diapositives 43 44 Quantification du virus BK in situ dans la biopsie rnale : un nouvel outil pour le diagnostic de la nphropathie virus BK (1-3) diapositives 45 47 Polymorphisme du gne PD-1, survie des greffons rnaux et pulmonaires et cytomgalovirus (1-2) diapositives 48 49
  • Page 4
  • 4 Les ARN messagers urinaires prdisent la survenue dun rejet aigu du greffon rnal (1) Ltude PREFIGUR est une tude de cohorte monocentrique dont lobjectif est dvaluer le caractre diagnostique et pronostique des ARN messagers (ARNm) urinaires pour le suivi des patients transplants rnaux 300 patients ont t inclus dans cette tude depuis janvier 2010 5 chantillons durine sont collects au cours de la premire anne de greffe (J10, M1, M3, M6, M9, M12) des biopsies systmatiques et des mesure de dbit de filtration glomrulaire sont ralises M3 et M12 La prsentation porte sur des rsultats prliminaires, obtenus chez 136 patients suivis pendant 1 an lhypothse teste ici est que les ARNm de la perforine et de CD25 quantifis au cours des premiers mois suivant la transplantation sont prdictifs de la survenue dun pisode de rejet aigu entre M3 et A1 Le Courrier de la TransplantationSN/SFD 2012 Daprs M. Rabant et al., abstract CT01, actualis
  • Page 5
  • 5 Les ARN messagers urinaires prdisent la survenue dun rejet aigu du greffon rnal (2) Trente-trois rejets aigus sont survenus chez 28 patients entre M3 et A1 (8 cellulaires, 21 humoraux, 4 mixtes). Il sagissait de rejets aigus infracliniques dans 28 cas Le nombre de copies du gne de rfrence 18S tait bien similaire dans les chantillons durine prlevs J10, M1 et M3 Si le nombre de copies de perforine et de CD25 J10 et M1 tait similaire chez les patients, quils dveloppent ou non un rejet entre M3 et A1, le niveau de perforine (p = 0,007) et de CD25 (p = 0,03) M3 tait significativement plus lev chez les patients qui allaient faire un pisode de rejet ultrieur Le Courrier de la Transplantation PerforineCD25 Pas de rejet Rejet J10 M1 M3 100 000 10 000 1 000 100 10 1 0,1 0,44 0,71 0,03 J10 M1 M3 100 000 10 000 1 000 100 10 1 0,1 0,50 0,36 0,007 Nombre de copies normalis par le 18S Nombre de copies normalis par le S18
  • Page 6
  • 6 SN/SFD 2012 Daprs M. Rabant et al., abstract CT01, actualis Les ARN messagers urinaires prdisent la survenue dun rejet aigu du greffon rnal (3) Le nombre de copies de perforine urinaire M3 prdisait la survenue ultrieure dun rejet aigu entre M3 et A1 avec une sensibilit de 76 % Des analyses complmentaires sont en cours pour valider ces rsultats sur lensemble de la cohorte et amliorer le potentiel prdictif en associant la quantification dautres gnes Le Courrier de la Transplantation Cette tude suggre donc la possibilit de prdire de faon strictement non invasive la survenue ultrieure dun accident immunologique
  • Page 7
  • 7 tude phnotypique et fonctionnelle du lymphocyte B dans le rejet humoral chronique (1) - Mthodologie Comparaison des lymphocytes dans un groupe de greffs stables (n = 15) : greffe > 1 an, protinurie < 0,5 g/j, pas dantcdent de rejet, DSA ngatif, BRA1 normale un groupe rejet humoral chronique (n = 6) : dysfonction rnale, DSA positif, glomrulopathie dallogreffe et/ou C4d positif un groupe de tmoins sains (n = 32) tude phnotypique par un double marquage en cytomtrie de flux CD19 IgD CD38 CD27 : lymphocytes B (LB) matures et LB mmoires pr- et post-switch CD19 CD24 CD38 CD5 : LB rgulateurs (transitionnels et CD5 + ) tude fonctionnelle par coculture lymphocytaire des LB et LT, avec une mesure de la prolifration lymphocytaire au CFSE Le Courrier de la TransplantationSN/SFD 2012 Daprs I. Sgalen et al., abstract CT02, actualis
  • Page 8
  • 8 tude phnotypique et fonctionnelle du lymphocyte B dans le rejet humoral chronique (2) - Phnotype LB matures : diminution des Bm2, augmentation des Bm5 Le Courrier de la Transplantation LB mmoires : LB pr-switch non modifis, augmentation des LB post-switch SN/SFD 2012 Daprs I. Sgalen et al., abstract CT02, actualis LB rgulateurs : diminution des LB transitionnels et CD5 + 0 10 20 30 40 TmoinStaCHR CD19 + IgD + CD27 + (%) Tmoin StaCHR 0 2 4 6 Bm2 (%) TmoinStaCHR 0 5 10 20 15 Bm5 (%) Sta : groupe stable ; CHR : rejet humoral chronique. * p < 0,05, ** p < 0,01, *** p < 0,001
  • Page 9
  • 9 SN/SFD 2012 Daprs I. Sgalen et al., abstract CT02, actualis tude phnotypique et fonctionnelle du lymphocyte B dans le rejet humoral chronique (3) - Fonctionnalit Les LB ninhibent pas la prolifration des LT autologues, entranent un dfaut de rgulation des cytokines Th1, ninduisent pas de LT rgulateurs Foxp 3+, diminuent la production dIL-10 et de TGF- conduisant un dfaut dinduction des LB rgulateurs et des LT rgulateurs Tr1 et Th3 Le Courrier de la Transplantation 0 Tmoin J3 100 -100 -200 -300 Ratio de prolifration des LT Tmoin J4Tmoin J5Sta J3Sta J4Sta J5RHC J3RHC J4RHC J5 TmoinsStables RHC NS** Modification du phnotype des LB au cours du rejet humoral chronique, avec une augmentation des LB matures post-switch et un dfaut dimmunorgulation par les LB dans les cas de rejet humoral chronique
  • Page 10
  • 10 SN/SFD 2012 Daprs N. Maillard et al., abstract CT03, actualis Comparaison de lefficacit dpuration des anticorps anti-HLA par immunoadsorption versus changes plasmatiques (1) Comparaison de lvolution des anticorps (Ac) anti-HLA (Luminex single antigen) dans un groupe changes plasmatiques (EP) [n = 13] : avant et aprs 3 EP (plasmafiltration ou plasmacentrifugation 40 ml/kg/sance) un groupe immunoadsorption (IA) [n = 2] : avant et aprs chaque sance dIA Analyse de 157 Ac anti-HLA dans le groupe EP et de 253 dans le groupe IA Le Courrier de la Transplantation IAEP -65,0 % -65,4 % p = 0,42 Avant Aprs 3 518 1 638 2 330 5 475 p < 0,001 0 4 000 8 000 12 000 16 000 IA EP
  • Page 11
  • 11 Ac anti-cIasse I : rduction IA > EP SN/SFD 2012 Daprs N. Maillard et al., abstract CT03, actualisLe Courrier de la Transplantation Ac anti-classe II : rduction EP > IA Augmentation de la MFI de certains Ac anti-classe II dans le groupe IA, non observe dans le groupe EP. Cette augmentation est artfactuelle, lie un effet prozone (Schnaidt M et al., Transplantation 2011;92:510-5) LIA semble plus efficace que les EP, avec une bonne tolrance. Lartfact de mesure li leffet prozone risque de faire sous-estimer la pathognie de certains Ac anti-HLA Comparaison de lefficacit dpuration des anticorps anti-HLA par immunoadsorption versus changes plasmatiques (2) IAEP -72 % -69 % p = 0,01 IAEP -32 % -50 % p = 0,006
  • Page 12
  • 12 SN/SFD 2012 Daprs B. Seitz-Polski et al., abstract CT04, actualis Suivi des anticorps anti-PLA2R1 en transplantation rnale (1) PLA2R1 est lantigne majeur dans les glomrulonphrites extra- membraneuses (GEM), avec 70 % de positivit chez des patients porteurs dune GEM idiopathique La GEM peut rcidiver dans 30 40 % des cas sur le greffon rnal et pourrait en altrer la survie Les objectifs de cette tude taient de dvelopper un test ELISA, plus performant que le test actuel utilisant une technique dimmunofluorescence indirecte valider ce test sur une cohorte de GEM utiliser ce test pour suivre les Ac anti-PLA2R1 chez des transplants Le Courrier de la Transplantation
  • Page 13
  • 13 Suivi des anticorps anti-PLA2R1 en transplantation rnale (2) La technique ELISA a pu tre dveloppe et sest avre plus sensible pour dtecter des Ac anti-PLA2R1 que les techniques dimmunofluorescence et de Western-Blot Des Ac anti-PLA2R1 ont t ensuite recherchs chez 12 patients transplants rnaux entre 1997 et 2012 (5 hommes/7 femmes ; 10 GEM de type I et 2 GEM de type II lies au VHB et un lupus) Chez 8 de ces 1