CAHIER D'ETUDES WORKING PAPER

  • View
    224

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of CAHIER D'ETUDES WORKING PAPER

  • CAHIER DETUDESWORKING PAPER

    N 3

    ECONOMIES DECHELLE, ECONOMIES DE DIVERSIFICATION ETEFFICACITE PRODUCTIVE DES BANQUES LUXEMBOURGEOISES:

    UNE ANALYSE COMPARATIVE DES FRONTIERES STOCHASTIQUES SUR DONNEES EN PANEL

    par Abdelaziz ROUABAHMars 2002

  • CAHIER DETUDESWORKING PAPER

    N 3

    ECONOMIES DECHELLE, ECONOMIES DE DIVERSIFICATION ETEFFICACITE PRODUCTIVE DES BANQUES LUXEMBOURGEOISES:

    UNE ANALYSE COMPARATIVE DES FRONTIERES STOCHASTIQUES SUR DONNEES EN PANEL

    par Abdelaziz ROUABAHMars 2002

  • Banque centrale du Luxembourg, 2002

    Adresse : 2, Boulevard Royal - L-2983 LuxembourgTlphone : (+352) 4774 - 1Tlcopie : (+352) 4774 - 4901Internet : http://www.bcl.luE-mail : sg@bcl.luTlex : 2766 IML LU

    Les photocopies usage ducatif et non commercial sont autorises si la source est cite.

  • Economies dchelle, conomies de diversification etefficacit productive des banques luxembourgeoises:

    une analyse comparative des frontires stochastiques sur donnes en panel*.

    par Abdelaziz ROUABAH**

    Rsum

    Dans cette contribution, nous tentons de mener une analyse comparative sur lefficacitproductive et sur les conomies dchelle et de varit dans lexercice de lactivit bancaire.La technique retenue est celle des frontires stochastiques. La priode tudie (1995-2000)correspond celle dune grande transformation de lespace bancaire europen et uneconcurrence revivifie dans ce secteur. Les rsultats que nous obtenons nous conduisent conclure que les banques luxembourgeoises de notre chantillon ne prsentent pas degrands problmes dinefficacit et que la source de cette performance sexplique, en partie,par des variables indpendantes de la fonction des cots et du processus technologique. Parailleurs, nous nous interrogeons sur les caractristiques du processus technologique desbanques (rendements dchelle et de gamme). Dans ce cadre, les estimations des lasticitsdchelle cartent la prsence de telles conomies. Quant aux conomies de varit, les testsconomtriques mens ne nous permettent pas, en gnral, de rejeter avec certitude laprsence de sub-additivit de cots pour les trois couples de produits (dpts-crdits, crdits-titres et dpts-titres).

    Abstract

    This study analyses productive efficiency in banking and scale and scope economies usingstochastic frontier analysis. The European banking sector underwent great changes duringthe period under study (1995-2000), featuring a marked increase in competition. Empiricalresults suggest that Luxembourg-based banks in our sample are relatively efficient and thattheir good performance can in part be explained by independent variables in the costfunction and by technological progress. Estimated scale elasticities do not provide evidencein favour of economies of scale. However, test results generally cannot reject the existence ofcost-complementarities across the following output pairs: deposits-loans, loans-securities,and deposits-securities.

    Mots Cls: X-efficiency; Stochastic Cost frontier; Banking; Panel data.Classification JEL: G21, D21, C23.

    * Ce document de travail nengage que son auteur. Les opinions mises doivent tre considres comme propres lauteur etne refltent aucunement celles de la Banque centrale du Luxembourg. Je tiens remercier les personnes suivantes pour leur aide prcieuse:M. Paolo Guarda**: assistance technique et conomtrique.Mariette Thilges, Lucia Mengoni, Elvire Trierweiler et Serge Pentori**: collecte des donnes.

    ** Montary, Economic and Statistics DepartmentE-mail: mes@bcl.lu

  • Table des matires

    Page

    Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7

    1. Mthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10

    1.1 Concepts et mesure de lefficacit (X-efficiency) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10

    1.2 Lestimation des frontires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12

    2. Donnes, approche adopte et forme fonctionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16

    2.1 Deux modles du caractre multiproduit de la firme bancaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16

    2.2 Le choix de la forme fonctionnelle de la production bancaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

    2.3 Description des donnes de lchantillonet des variables utilises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

    3. Rsultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

    3.1 Les paramtres estims . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24

    3.2 Les degrs dX-efficiency estims . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26

    3.3 Facteurs explicatifs de lefficacit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

    3.3.1 Les facteurs endognes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

    3.3.2 Les facteurs environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29

    3.4 Economies dchelle et de varit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

    3.4.1 Les conomies dchelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

    3.4.2 Les conomies de gamme ou de varit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34

    4. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37

    Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38

  • Liste des tableaux

    Page

    Tableau 1: Structure de lchantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18

    Tableau 2: Moyenne des variables par pays (1995-2000) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

    Tableau 3: Paramtres estims de la fonction de cot translogarithmique . . . . . . 25

    Tableau 4: Degr defficacit des banques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

    Tableau 5: Relation Efficacit Variables socio-conomiques . . . . . . . . . . . . . . . . 31

    Tableau 6: Economies dchelle globales et spcifiquesPremier quartile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

    Tableau 7: Complmentarits-cots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

    Liste des graphiques

    Graphique 1: Efficacit technique et allocative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11

    Graphique 2: Frontire de production stochastique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14

  • 7

    Economies dchelle, conomies de diversification et efficacit productive des banques luxembourgeoises:

    une analyse comparative des frontires stochastiques sur donnes en panel.

    Introduction

    Depuis quelques annes, les services bancaires europens, jusqu lors fournis principalementpar des oligopoles nationaux, subissent une profonde volution qualifie de drgulation.La drgulation comprend deux aspects lis: louverture progressive du secteur laconcurrence et une redfinition du processus de rglementation prenant en compte cetteouverture. Ces changements ont t conus dans le but datteindre la fois une libreprestation de service bancaire dans un espace harmonis et une concurrence beaucoupplus vive entre les acteurs de ce secteur. Dans ce contexte, la ncessit de matriser les cotsde production a conduit une vague de fusions et dacquisitions dans lindustrie bancaire.Ces restructurations sont justifies souvent par trois types dconomies possibles: lesconomies dchelle lies llargissement de la taille du march et laugmentation duniveau de la production, les conomies de varit induites par la diversit de la gamme desproduits offerts, et enfin, la baisse des cots lie lamlioration de lefficacit productive(X-efficiency) par la rorganisation des structures.

    En effet, devant la perspective doprer sur un march plus vaste et dune probable croissancedes besoins financiers privs et publics, les dcideurs des tablissements financiers ont ragicomme si les rendements dchelle taient croissants, comme si les conomies de productionjointe (conomies de gamme) taient substantielles et que les alliances par fusion-acquisitions reprsentaient une source damlioration de lefficacit productive des banques.

    Pourtant, dans un espace bancaire harmonis, il est difficile dchapper la fois auxinterrogations souleves par la problmatique des conomies dchelle, des conomies devarit et du lien entre la taille et le degr defficacit productive. En effet, une multitude defacteurs exognes au processus technologique et propres chaque pays (structure dumarch, climat socio-conomique, cycles conomiques,) sont susceptibles dinfluencer, pardivers canaux, la structure des cots des tablissements bancaires et par l mme, leurperformance. Lintgration de ces variables conduirait probablement relativiser les gainsrelatifs la taille et la synergie des activits bancaires.

    En Europe, comme la soulign U. Muldur (1991)1, la politique de concurrence telle quelleest suggre par le paradigme structure-comportement-performance na jamais tvraiment applique dans le secteur bancaire. Les autorits europennes de contrle ont t

    1 Muldur, U. (1991): Echelle et gamme dans les marchs bancaires nationaux et globaux, Revue dconomie financire, n 17,pp.167-196.

  • 8

    2 Berger, A.N. and Humphrey, D.B.