Campus Lycée HIVER 2011-2012

Embed Size (px)

Text of Campus Lycée HIVER 2011-2012

  • 1.Lycewww.planetecampus.com Le magazine des annes lyce Hiver 2011 - 2012HERBIE BRENNAN Musique oRELsAN Cinma: RencontRe avec KevIn McHaLe FoRmAtIoN : isir Comment Chos? ses tude Paolo Barbieri Mode : CommENt CHoIsIR soN jEAN ? 2011-2012 - hiver - campus lyce / 1

2. SommaireEDItOmme si les journes se raccourcicent et que vous frisonnez en sortant de chez vous le matin, ne ngligeons pasles avantages du froid car toute saison apporte son lot de consolations. lhiver cest un bon chocolat chaud, passerune soire emmitoufl sous un plaid et dguster une raclette entre amis. Je sens dj votre sourire revenir, puisquequen plus, les vacances de nol approchent ! loccasion de se retrouver en famille, desprer avoir t assezsage pour quon vous offre le cadeau de vos rves et, pour les plus chanceux, profiter de la neige la montagne.Dans ce numro, campus lyce vous fait rencontrer lacteur Kevin mchale de la srie Glee et le rappeur franaiscontrovers Orelsan. ct tudes, on vous apporte de prcieux conseils pour vous orienter et aussi choisir descours domicile. Bonne lecture et davance tous nos vux de russite et de bonheur pour 2012 !20 rue VoltaireCINma p.06 93100 montreuiltl. 01 41 63 29 80LIVREp.12 fax. 0141 63 29 89redaction@campusmag.frmusIquEp.16Directrice de la publication Johanna Naonsecrtariat lydia Faribault l.faribault@campusmag.frmODE p.20Rdaction : ont particip ce numro: Docteur Flou, Ornella lamberti,mlissa idbazzi, Jean michel cathelotte, Jonathan pretro, marine Bpoix, sarah riahi,bEaut p.23emmanuelle Germain, Grgoria, Jonathan GuezfORmatIONp.28 publicit publicite@campusmag.frple culture : Guillaume courchay g.courchay@campusmag.frLCtIONple orientation : Karelle roussin karelle@campusmag.frpRsIDENtIELLE p.31 ple grande consommation : sabrina dubois sabrina@campusmag.frmaquette scOB maket@campusmag.frImpression vic servicesCouverture paolo BarbieriDpt lgal parution. Toute reprodution darticles, dannonces, publicits estformellement interdite et engage les contrevenants des poursuites judiciaires.campusmag est dit par 2NK meDias,s.a.r.l au capital de 90 000 euros.Grante : Johanna Naonla rdaction dcline toute responsabilit duissN 1267-7876.contenu rdactionnel des magazines campusculture, campus mag et campus lyce 2011-2012 - hiver - campus lyce / 3 3. EXTRAIT ExtraitEXTRAITExtrait Puis il saperut que la bestiole qui se dbattait dans la - Je ne veux pas te faire de mal, dit Henry. Sans moi, legueule de Hodge ntait pas un papillon. chat taurait mang. Hoche la tte si tu me comprends. () Lelfe acquiesa. Le garon lemmena dans la remise et chercha du regard un bocal vide. Il en dnicha un,Henry se figea, bouche be. Ses yeux papillotaient y dposa la crature avec prcaution, puis le rebouchanergiquement alors quil essayait de dterminer quellesoigneusement. Lelfe porta les mains sa gorge, commechose il avait aperu dans la gueule de Hodge. Une petitesi il suffoquait dj.silhouette aile. Les ailes elles-mmes ressemblaient des ailes de papillon ; en revanche, la silhouette, elle - Daccord, daccord, pousse toi, grommela le garon.Henry nen revenait pas. La chose quil tait en traindexaminer tait un elfe. Tout simplement. Enfin, pas si Il navait pas lintention dter le couvercle ; mais, avecsimplement que a : les elfes nexistaient pas.son couteau de poche, il y pratiqua quelques ouvertures pour laisser passer lair. Lelfe stait install tout auDaccord, M. Fogarty croyait aux elfes, comme il fond du pot tandis que Henry trouait le couvercle. Acroyait aux fantmes et aux soucoupes volantes. M. lvidence, il ntait pas idiot.Fogarty croyait aussi que le monde tait gouvern parune socit secrte de banquiers suisses. Mais ce nestBon, et maintenant, quallait- il en faire ? Qutait-onpas parce que M. Fogarty croyait en quelque chose quecens faire quand on avait attrap un elfe ?ce quelque chose existait.Il eut une ide. Il essaya de loublier, mais elle revenait, Ce jour l, M. Fogarty ouvrit la porte si vite que - Dsol, marmonna Henry. Jai d faire un truc pour - Hodge ! cria le garon. Lche a, imbcile !insistante. Il finit par cder et, conscient de sa navet, Henry aurait jur quil tait post derrire, en train de mon pre, et il chuchota :Il se jeta sur le gros matou et le prit par la peau du lattendre.- Tu veux quon en parle, ou tu prfres te mettre tout cou, comme font les chattes avec leurs chatons. Hodge - Est-ce que tu exauces trois souhaits ? Le vieil homme avait un corps frle et noueux, le crne de suite au boulot ? protesta en miaulant et lcha le... la Bref, HodgeLelfe indiqua quil navait pas entendu. Henry chauve et une hanche qui lui donnait des douleurs Henry estimait quil avait assez parl comme a pour relcha ce quil avait dans la bouche. Alors, Henry libra shumecta les lvres et reprit, un peu plus fort : atroces quand le temps virait la pluie. Cependant,la matine. son tour le matou. Lanimal le fixa dun air accusateur son visage semblait taill dans le granit, et son regard et sloigna de deux pas avant de sasseoir. Henry- Est-ce que tu exauces trois souhaits ? redoutablement perant.- Je prfre my mettre tout de suite.enferma lelfe dans ses mains en coupe en prenant garde Lelfe opina vigoureusement, puis demanda par gestes - Tu es en retard, constata-t-il. Et tu nas pas lair en - Trs bien. Je ne peux plus entrer dans le cabanon du de ne pas froisser ses ailes.au garon douvrir le bocal. forme.jardin. Jette ce qui doit tre jet, range le reste. Mais ne Il carta lgrement ses doigts pour jeter un autre petit - Non, non, non, dit Henry sans hsiter. touche pas la tondeuse ! coup dil. La crature tait un jeune homme dunetaille minuscule, pourvu dailes, qui devait tre peineIl avait limpression de stre laiss aller. Il ny avait que Le jardin de M. Fogarty tait constitu dune tendue les petits enfants pour simaginer que les elfes exauaient de pelouse sche, comme recouverte de poussire, et dun plus vieux quHenry. Il portait une veste et un pantalon non, des hauts-de-chausses vert bouteille tirant sur letrois vux, non ? Mais il ny avait aussi que les petits buddleia fatigu. Ctait peu prs tout. Il tait entour enfants pour simaginer que les elfes existaient Henry dun haut mur de pierre, et agrment dun cabanon.marron. Ses ailes taient gristres. tait perplexe. Ledit cabanon tait une vieille baraque branlante en- Qui es-tu ? demanda le garon. bois qui avait connu des jours meilleurs. Trois poubelles Peut- tre M. Fogarty saurait-il le conseiller. M. Fogarty roulette taient poses devant. Apparemment, M.Lelfe ctait forcment un elfe, un elfe mle maisavait un avantage de taille sur Henry : il croyait en Fogarty esprait que Henry trouverait des choses un elfe quand mme plaqua ses mains sur ses oreilles lexistence des elfes, lui. Ce qui signifiait probablement jeter. et essaya de schapper. Henry se dpcha de placer sesquil les avait tudis. Quil les connaissait. Mme sil nenpouces de manire bloquer la sortie. Puis il redemanda,avait jamais vu, il avait pu lire un livre o on expliquait Le garon carra ses paules. Un travail dur et salissant moins fort : la marche suivre. Avant mme davoir pu balayer ses lattendait. Ca ne le drangeait pas. Au contraire. Undernires objections, Henry avait gliss le bocal dans sa travail dur et salissant, cest exactement ce dont il avait - Qui es- tu ? poche et tait parti la recherche du vieil homme. besoin pour ne plus penser ce qui lui encombrait Il se rendit compte que sa question montrait quil avait lesprit. Au moins quelques temps. accept beaucoup de prsupposs. Comme il appuyait sur la poigne de la porte du 1. Il avait admis que, comme dans les livres, lelfeLe coup de coeur de la rdaction Paolo Barbieri cabanon, un petit papillon marron se dtacha dupouvait parler. buddleia et voleta un moment vers la fentre de la 2. Il avait aussi admis que les elfes existaient ; or, quest- remise avant de se poser sur lherbe. Hodge, le matouce que ctait, un elfe ? Peut-tre juste un petit insecte. de M. Fogarty, bondit de nulle part pour lattraper dans Enfin, juste un petit insecte trs rare. sa gueule.3. Pourtant, en sadressant un elfe en anglais, Henry - Hodge, arrte ! sexclama Henry. On ne mange pas avait galement admis quun elfe peut-tre intelligent les papillons !(plus quun insecte en tout cas) et susceptible de La guerre des eLfesLe garon aimait les chats, mais il dtestait les voir sen comprendre langlais. auteur : Herbie Brennan prendre aux oiseaux ou aux insectes. Nombre de Pages : 1408 pages Il ne distinguait pas trs bien ce que fabriquait lelfePrix : 22,90 - Allez, Hodge, rpta-t-il avec fermet, relche cedans ses mains ; il crut cependant voir bouger sa bouche. editeur : Pocket Jeunesse papillon immdiatement ! Aucun son nen sortit. 4 / campus Lyce - t - 20112011-2012 - hiver - campus lyce / 5 4. CInmA Cinma CInmA CinmapROpOs RECuEILLIs paR JONathaN GuEz FOOtNOteFuilm choc prsent en comptition du 64me Festivalde cannes, michael dcrit les relations dun homme n vieux professeur puriste, dur et un peu grin-de 35 ans et du jeune enfant vivant chez lui. sauf que cheux, a travaill toute sa vie dans la recherchelenfant y est enferm contre son gr, dans le sous- mais na eu droit quasiment aucune reconnais-sol. et que lhomme est pdophile. sance, hormis une note en bas de page (footnote)markus schleinzer, ralisateur du film, sintressele citant dans un livre clbre. son fils, qui suit ladepuis longtemps la manire daborder les criminels. en ne voie paternelle, est reconnu par ses pairs. un jour,tombant pas dans le drame absolu mais en dcrivant le quotidienltat appelle le pre pour lui annoncer quil va recevoir le prix ledun homme qui tente davoir une vie normale de comptable mal- plus prestigieux de sa discipline. lorsque le fils comprend quemON PIRegr ses crimes, il parvient nous toucher dune faon inattendue.lobjectif de dpart tait de partir du point de vue et de luniversde ce pdophile et, surtout, de le faire de la manire la plus cr-le cAsse Deltat sest tromp et que le prix devait lui tre dcern, il est confront un dilemme inattendu... pr