Click here to load reader

Cannes Soleil spécial 63e Festival de Cannes

  • View
    230

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Cannes Soleil spécial 63e Festival de Cannes

Text of Cannes Soleil spécial 63e Festival de Cannes

  • Mai 2010www.cannes.com

  • La rdaction

    12

    Quinzaine des ralisateurs Like a Rolling stone . . . . . . . . . . P. 16

    La Quinzaine La Bocca Le Festival au cur du quartier .P. 19

    Cannes Cinphiles Le Festival dans le Festival . . . . P. 20

    Pratique - Circulation, scurit,embellissement : La Ville dploie sonsavoir-faire . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 22

    Plan de circulation . . . . . . . . . . . P. 24

    64

    16

    20

    Une certaine vision du Festival

    1969. La Quinzaine des ralisateurs voit le jour Cannes

    et sinscrit en marge de la slection officielle. Une sec-

    tion parallle ne de la fronde soixante-huitarde pour

    dfendre une autre conception du septime art.

    2010. Cette mme Quinzaine, qui revendique avec une

    passion intacte la programmation duvres diffren-

    tes, enrichit sa dmarche dune initiative nouvelle,

    amorce avec succs deux ans auparavant : sensibiliser

    les Cannois, et notamment le jeune public, cette ap-

    proche cinmatographique peu familire en leur offrant

    de devenir partie prenante de la manifestation.

    Grce au soutien de la Ville, elle choisit de simplanter au

    cur de louest cannois. La Quinzaine La Bocca voit

    ainsi le jour cette anne, invitant tous les habitants du

    quartier cette mobilisation festive, fidle lesprit ori-

    ginel de la section.

    Car plus de quatre dcennies aprs sa cration, aprs

    avoir dfendu une certaine ide du cinma, la Quinzaine

    des ralisateurs sengage prsent en faveur dune cer-

    taine vision du Festival. Une vision base sur louver-

    ture, la sensibilisation, le partage avec la population

    Qui rejoint en tous points laction mene par la munici-

    palit depuis dix ans pour que les Cannois soient

    convis la fte.

    La Quinzaine La Bocca, cest une fentre grande ou-

    verte sur le monde du cinma, une passerelle pour aller

    de lautre ct de lcran. limage de celles que satta-

    che difier la Ville danne en anne, offrant ses ha-

    bitants daccder cette part de rve dont Cannes est le

    thtre annuel privilgi.

    Un passeport vers le pays des merveilles que ne renie-

    rait pas le prsident de cette 63e dition

    Edito

    Portrait - Tim Burton prsident du jury du 63e Festival de Cannes : Vers un merveilleuxpalmars ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 4

    Rendez-vous Un Festival trs cannois . . . . . . . . P. 6

    Slection officielle Surprise, surprise ? . . . . . . . . . . . P. 8

    Un certain regard Latin, langue vivante . . . . . . . . . P. 12

    49e Semaine de la critique La semaine de tous les talents . .P. 14

    Som

    mai

    re14

    Cannes Soleil - Spcial 63e Festival de Cannes - mai 2010Publication Ville de Cannes Ville de Cannes - Dpartement Communication CS 30 140 06406 CANNES Cedex. Directeur de la Publication : Franck Scarlatti. Rdaction-Ralisation-Maquette : Dpartement Communication. Couverture : G. Traverso Impression : SeaCom Cannes ISSN 1140 9681 Dpt lgal : mai 2010 cannessoleil@cannes.fr

    Cannes Soleil est imprim sur du papier rpondant aux labels FSC (certifie que lebois utilis pour fabriquer le produit papetier provient dune fort gre durablementsur les plans environnemental, social et conomique) et PEFC (certifie une gestiondurable de la fort).

  • 4 - Cannes Soleil spcial Festival de Cannes > mai 2010

    Portrait

    G. T

    rave

    rso

    BurtonTim

    On en attendmon(stres) et merveilles

    C,a ne sinvente pas : Tim Burtonest n Burbank, dans la ville

    mme du sige de Disney. Ironiedu sort pour ce ralisateur dont ona souvent pu penser quil tait un

    Disney sombre, tant le got par-tag du merveilleux se teinte chezlui dironie et de noirceur. Pas tou-jours nanmoins, certaines de sesuvres ntant que pure fantaisie,

    mme si la mlancolie ou le dramenest jamais trs loin. Personnageatypique, sympathique et dcal,

    Burton est surtout lun des plusimportants cinastes de ces 25

    dernires annes. Il lui reste im-primer sa patte sur le palmars duFestival de Cannes en lui apportant

    une touche de merveilleux...

  • concevoir sans lironie et la posie qui emp-chent de basculer dans le gore ironique.Tout nest pas sombre chez Burton, dautantque lhumour, mme noir, nest ja-mais loin. Le grand enfant quil estparfois, aime samuser commeavec Charlie ou la chocolaterie etses dcors inoubliables, Big Fishavec notre Marion Cotillard natio-nale, ou Ed Wood, lhistoire vraiede celui que beaucoup consid-rent comme le plus mauvais ra-lisateur de lhistoire de cinma. Si chaque film est loccasion decrer un nouveau monde, presque un nouvelunivers, le ralisateur est en revanche particu-lirement fidle ses acteurs. Michael Keatonest la fois Batman et Beetlejuice, HelenaBonham-Carter, son pouse la ville est, de-puis leur rencontre, de tousses films. Et, surtout, sonalter-ego Johnny Depp a tson interprte principal septfois jusqu aujourdhui !En ce mois de mai, cest unralisateur aurol du succsmondial dAlice au pays desmerveilles, produit par...Disney (!), qui arrive Cannespour prsider le jury duFestival, aprs en avoir tmembre sous la direction dIsabelle Adjani. quel palmars peut-on sattendre, quel lapin-film va sortir du chapeau du merveilleux presti-digitateur ? Aprs avoir pass mes jeunesannes voir des triples programmes et fairedes marathons de 48 heures de films dhorreur,je me sens prt pour Cannes. Cest un grandhonneur et je suis trs impatient de me retrou-ver avec mes camarades jurs pour voir debeaux films venus du monde entier. Quand onpense Cannes, on pense cinma du monde. Etpuisque jai toujours vcu les films comme desrves, je vais vivre un rve devenu ralit , pr-cise Burton.Ceux qui ont dj crois Tim Burton les soirs defestival, tard dans la nuit cannoise sur laCroisette savent quil aime avoir la tte dansles toiles...

    Ds son premier long mtrage, tout est l :Pee Wee Big Adventure met en vedette unpersonnage de la TV amricaine, sorte den-fant dans un corps dadulte qui vit dans unemaison multicolore et remplie des inventionsles plus absurdes. Le succs, surprise pourbeaucoup, est immdiat et Burton ne quitteraplus le devant de la scne.

    Batman et BeetlejuiceTout au long de sa carrire, le ralisateur va cu-muler les succs critiques et publics, et quel-ques trs rares checs. Ses hros sappellentnotamment Batman, Beetlejuice, Edward auxmains dargent, ce qui suffit dterminer leurtranget. Batman, lun des plus clbres hrosde lAmrique, affronte un Jack Nicholson dia-bolique en Joker malfaisant dans un Gothamcr de toutes pices. Beetlejuice, un exorcisteironique, est un esprit trs rigolo pour les spec-tateurs, beaucoup moins pour le couple dont ilhante la maison, Edward aux mains dargent,un gentil jeune homme dont le seul tort estdavoir des ciseaux la place des mains (etgalement un maquillage et une coiffure qui nefavorisent pas la prise de contact !)...Les martiens peu amnes de Mars Attack, lestourtes la chair humaine de Sweeney Todd,les dcapitations de Sleepy hollow sajoutent,entre autre, au tableau de son uvre. Trs in-fluenc par Edgar Allan Poe et le gothique, cefan des films dhorreur ne sest pourtant tou-jours pas attaqu lheure actuelle au matredu genre, Stephen King. Assez tonnant toutde mme car pour lun comme pour lautre, lefantastique, voire lhorreur, ne peuvent se

    Cannes Soleil spcial Festival de Cannes > mai 2010 - 5

    IIllusionniste du 7e art dont la camraserait la baguette magique, prestidigi-tateur aux trucs insolubles, TimBurton a cr un univers cinmatogra-phique nul autre pareil, entre posie,fantastique, horreur et fantaisie. Un uni-vers qui remonte loin, puisque le jeuneTim durant son enfance comme pendantson adolescence, navait rien, mais vrai-ment rien du jeune surfeur californien : auxplages il prfre les salles obscures o il voitfilms dhorreur et films de monstres, aux fillesil prfre la solitude et une vie d introverti comme il aimera se qualifier lui-mme.

    Premier boulot chez Disney Le cinma lattendait 21 ans, l ou pourtant ilsavait dj quil ne serait pas sa place, chezDisney. Repr par ses dons de dessinateur, ilentre dans le domaine de Mickey, au plus mau-vais moment lorsque lempire vacille au dbutdes annes 80, tant artistiquement que finan-cirement. Il travaille sur Taram et le chaudronmagique, lun des plus mauvais films estampillDisney, et nest pas satisfait de ce quil fait. Etcomme ses patrons ne sont gure contents delui, laffaire est mal engage. Mais les direc-teurs artistiques ne sont pas fous, ils voient enlui un vrai potentiel et dcident de lui confier laralisation dun court mtrage danimation dontil a crit le scnario : Vincent, pour lequel il a lajoie de bnficier de la voix de Vincent Price, legrand acteur des films dhorreur des annesquarante et cinquante, lidole de Tim. Le rsul-tat plombe lambiance : le ton trop noir pousseDisney mettre le film au placard, il ne sortiraquen 93 distribu par Burton lui-mme. Mmecause, mmes effets pour son film suivantFrankenweenie. Pour Burton, la coupe est pleine et il est tempsde voir ailleurs si la pellicule est plus noire. Letemps pass chez Disney laura confort dansson impression dtre en quelque sorte enmarge de la socit et de ses courants domi-nants sans quil le cherche sciemment.Dsormais, les principaux thmes de Burtonne demandent plus qu tre dvelopps :droit la diffrence, tolrance, personnagestrs, trs dcals, mlange dhorreur et demerveilleux, cration dun monde unique pourchaque film.

    Puisque jai toujours vcu les films comme

    des rves,je vais vivre

    un rve devenu ralit

    Membre de la Cinfondation en 2006, en compagnie notamment de Sandrine Bonnaire, pour une nouvelle visite Cannes.

    Membre du jury, Tim Burton gravit les marches en 1997

    Accompagn de Marion Cotillard, il remet le Prix spcial du jury en 2006 Inarritu