Capter les signaux faibles d’un avenir inCertain .d’un avenir inCertain ... des idées d’investissement

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Capter les signaux faibles d’un avenir inCertain .d’un avenir inCertain ... des idées...

  • LHebdo 31 mai 2012 31 mai 2012 LHebdo

    C M Y K C M Y K

    Capter les signaux faibles dun avenir inCertain

    Dbats. Le 8e Forum des 100 de LHebdo sest tenu le 24 mai lUniversit de Lausanne. Entre gravit et volontarisme, plusieurs points de bascule de notre poque taient discuts, tandis que le rseautage battait son plein. Rcit.

    NUMRO SPCIAL

    PERSONNALITS QUI FONT

    LA SUISSE ROMANDEDITION 2012

    ww

    w.he

    bdo.

    ch

    LH

    EBDO

    N

    21

    SE

    MAI

    NE

    DU

    24 M

    AI 2

    012

    SPC

    IAL

    FORU

    M D

    ES 10

    0

    Fr. 5.90 No 21 Semaine du 24 mai 2012

    C M Y K

    forumdes10073

    dentalisation de lconomie globale, vritable prouesse dlocution face une telle assemble, en ce jeudi matin.

    la jeunesse au cur. Le second point de bascule soulign par la futurologue est dmogra-

    phique. si 1970 marqua la fin du baby-boom, nous vivons aujourdhui un deuxime moment cl: laccroissement des populations de 65 ans et plus. Lorsque les lecteurs auront en majorit plus de 50 ans, voudront-ils plutt

    financer les bourses dtudiants ou le remboursement des pro-thses de la hanche?La voici, la question au cur de ce huitime Forum des 100: celle de la jeunesse. LHebdo avait notamment invit quatre jeunes politiciens romands, Guillaume barazzone, adrien Genecand, Raphal Mahaim et Rebecca Ruiz, venir prsenter des ides dinvestissement novatrices (lire LHebdo du 24 mai). Nombre de confren-ciers ont fait de la jeunesse un cheval de bataille, comme len-seignant Georges Pasquier, pr-sident du syndicat des ensei-gnants romands, venu dfendre la conception dune cole refu-sant lobsession de la perfection et de lgalitarisme: Lcole doit russir faire progresser les moins bons. Elle doit offrir chacun son progrs. Mme le conseiller dEtat neu-chtelois Claude Nicati, venu plaider la cause du futur RER de son canton, a rebondi sur le sujet. Le message de notre jeunesse est clair: si les condi-tions-cadres ne sont pas ru-nies, nous partirons.Un homme, cependant, fait du problme de surdit dune socit vieillissante envers la situation des jeunes son leit-motiv: le maire de Genve, Pierre Maudet, 33 ans, prsi-dent de la Commission fdrale pour lenfance et la jeunesse. avec des for-

    Foru

    m d

    es 10

    0

    AmphimAx Au cur de lUniversit de Lausanne, une salle comble pour le coup denvoi du huitime Forum des 100, anim par Bruno Giussani et toutes les quipes rdactionnelles et marketing de LHebdo.

    Foru

    m d

    es 10

    0

    matthieu ruf

    l a recette est simple. Prenez une salle de 1366 m2 et ins-tallez-y 880 personnes pen-dant une matine. ajoutez une pince de hasard et, parmi dautres, les ingrdients suivants.Une ministre de la Justice (simonetta sommaruga) qui

    croise le fer avec un patron dentreprise (andr Kudelski) sur la garde des enfants. Un comdien pourvu dune fausse moustache (Vincent Kucholl) qui tente dembrasser la ministre de la Justice. Un Libanais conseiller adminis-tratif (sami Kanaan) qui fait la connaissance dune Libanaise crivaine (Yasmine Char).

    Un entraneur succs (Lucien Favre) et un chef de la police cantonale (Jacques antenen) qui se rappellent leur poque de juniors b au Lausanne-sports, il y a quarante ans. Des contacts qui se nouent ou se renouent, voire des problmes qui se rglent. Mlangez bien: si cest en suisse romande, vous obtien-drez coup sr le Forum des 100.

    Pour la huitime anne cons-cutive, la grande confrence organise par LHebdo runis-sait, jeudi 24 mai lUniversit de Lausanne, 100 nouvelles personnalits qui font la suisse romande. Mais aussi tant dautres participants qui ne comptent pas moins dans la prise des dcisions politiques, conomiques, sociales et cultu-relles de notre rgion. Huit cent huitante personnes ru-nies pour parler de la suisse, du monde et, surtout, de la faon dont ils changent. avec, la cl, des constats graves, des pous-ses doptimisme, et beaucoup de cartes de visite.

    Voir les signes AVAnt-coureurs Points de bascule. Ctait le thme fdrateur des interven-tions de la journe. Ouvrant les feux, lhte, le recteur Domi-nique arlettaz, en rsumait le point de dpart par sa stu-pfaction face la rapidit avec laquelle des vrits, qui semblaient immuables, ont t battues en brche en quelques mois. Les printemps arabes, linfluence de Fukushima ou la crise de lEurope: points de bas-cule et de surprise, dont on na pas vu venir les signes avant-coureurs, les signaux faibles.Cette expression, plus dun intervenant laura utilise le 24 mai dernier. La premire, Virginie Raisson, est venue enceinte, beau symbolisme, pour inciter le public ne pas passer ct des indices des futures crises du monde. Citant stefan Zweig, elle a tent de secouer les esprits.Car les signaux faibles sont l, pour la chercheuse en gopoli-tique prospective: puisement de la biosphre, meutes de la faim. Mais on ne veut pas les voir. Parmi ceux quelle a vo-qus, deux points de bascule retenir. Le premier concerne le redploiement de lconomie et de la dmographie mon-diales, notamment des classes moyennes, des pays du Nord vers les pays du sud. Elle en tire le constat de la dsocci-

    rseAutAge Ds 13 heures et jusque vers 16 heures, les invits du Forum ont eu le temps dchanger ides et cartes de visite dans un cadre informel et convivial.

    Virginie rAisson La futurologue cite Stefan Zweig pour secouer les consciences.

    hl

    ne to

    bler

    mAr

    ino

    treV

    ison

    i

    bert

    rAnd

    cott

    et St

    rAte

    S

    simonettA sommArugA Invite vedette, la conseillre fdrale interroge par Chantal tauxe et Alain Jeannet de LHebdo.

    mAr

    ino

    treV

    ison

    i

  • LHebdo 31 mai 2012 31 mai 2012 LHebdo

    C M Y K C M Y K

    74forumdes100 forumdes10075

    que le spcialiste des rseaux sociaux Laurent Haug monte sur scne, les notes de son intervention rsumes au stylo, sur un bloc-notes.Car il faut faire du neuf avec du vieux ou, en ses propres termes, parler du pass pour avoir moins peur du futur. La p o u s s e t e c h n o l o g i q u e actuelle nest pas sans rappeler le Paris de la belle Epoque, ses automobiles et ses rfrigra-teurs. Il sagit donc dapprendre de cette priode. Prendre des risques, souvrir ltranger, lancer de grands vnements fdrateurs, comme ltait lExposition universelle: les formules sont gnrales, mais Laurent Haug fait mouche en rappelant que les start-up dalors se nommaient Renault, LOral ou Michelin.Innover, toujours innover: aucun fabricant de diligences na t plus tard un fabricant dautomobiles, conclut-il sa prsentation. Pas tout fait: le fondateur de General Motors, William Durant, a dabord t un grand fabricant de dili-gences et de chariots avant de crer la plus grosse entreprise automobile de lhistoire. Les vieux sont aussi capables de se rinventer.

    Mais lambiance est pose. Les mots innovation et risque sont repris de part et dautre, start-up aussi, dans la bouche du PDC genevois Guillaume barazzone. Il sen dgage de la confiance, notam-ment chez lentrepreneur en agriculture biologique Pierre

    Landolt, membre des conseils dadministration de Novartis et, jusquil y a peu, de syngenta (lire page 77). Cet obsd du long terme, selon le mot dalain Jeannet, en profite pour relancer quelques fleurs. Il y a vraiment, en suisse, une notion unique, la notion du travail, ainsi que la disponibilit dun rseau dapprentissage absolu-ment extraordinaire. Ce sont des plus dans cette rgion, o on ne vit pas si mal que cela.

    ministre quilibriste. Le point de bascule comme une chance saisir: on aurait pu voir davan-tage apparatre cette concep-

    tion dans le dbat sur lavenir de la place financire suisse, qui runissait lancien ambassa-deur alexis Lautenberg et les banquiers boris Collardi et anne-Marie de Weck (lire page 78). Dans la mme optique, on aurait pu imaginer plus de rponses concrtes sur limmi-

    gration de la part de simonetta somma-ruga (lire page 76), soumise aux ques-tions de Chantal tauxe, dalain Jean-net et du public. Mais difficile tait son exercice dquili-

    brisme, comme la rsum la conseillre dEtat vaudoise Jac-queline de Quattro, entre ses convictions partisanes et les exigences de son dparte-ment. La ministre, nanmoins laise, a en revanche t la pre-mire conseillre fdrale invi-te rester jusqu la fin.

    fAire clAter les cloisonsDepuis huit ans, le Forum des 100, cest aussi une formidable occasion de faire clater les cloisons entre culture, cono-mie et politique, comme le remarque le directeur de Payot, Pascal Vandenberghe, qui ajoute que lvnement lui per-

    pris lesprit du lieu: Jtais hier saint-Gall avec des hommes politiques, ils mont dit: Vous commencez nous nerver, vous les Romands, avec tous vos projets!Cest lautre facette du Forum des 100: un certain volonta-risme lamricaine. bien que nous ayons un prsident fran-ais normal, jespre que vous tes tous anormaux! sest exclam linvestisseur Pierre Landolt. Pour que les points de bascule deviennent des chances saisir et concrtiser. Et pour ne pas rechigner, en passant, lancer des fleurs la suisse, et particulirement aux Grecs de celle-ci. Le PIb romand ne fait-il pas mieux que la moyenne helvtique, comme la rappel Jean-Pascal baechler de la bCV?

    innover, toujours innover. Parmi les raisons desprer, le Forum a identifi, avant tout, peut-tre le point de bascule majeur de la dernire dcennie: la rvolution numrique. Des nouvelles technologies, il y en a foison dans laudi-toire, qui pianotant sur son smartphone, qui sur son iPad, comme Pierre Maudet en cou-tant Pierre Landolt. Or, voici

    Foru

    m d

    es 10

    0

    Foru

    m d

    es 10

    0

    Le forum sur Le web lenregistrement Vido de la totalit des dbats du Forum des 100, dition 2012, ainsi que les portraits des 100 personnali