Chaire de gestion des risques - Chaire de recherche cha ?· La Chaire de gestion des risques a en effet…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Chaire de gestion des risques

    Rapport dactivits 1er juin 2003 au 31 dcembre 2003

    par Georges Dionne Titulaire

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    Introduction

    Dans ce dernier rapport annuel, nous reprenons les principales orientations de la

    Chaire et nous mettons jour ses principaux domaines de recherche et de formation.

    Dans une deuxime tape, nous dcrivons les principales activits des sept mois

    dactivit de lanne 2003. La Chaire de gestion des risques a en effet termin ses

    activits le 31 dcembre 2003 et est devenue la Chaire de recherche du Canada en

    gestion des risques, finance par le gouvernement canadien.

    La gestion des risques a connu une volution trs significative au cours des dix

    dernires annes. Par exemple, en 1996, aucun cours sur ce sujet n'tait donn dans la

    plupart des facults de gestion. Aujourd'hui, la grande majorit des programmes de ces

    mmes facults contiennent au moins un cours de gestion des risques. Seulement

    HEC Montral, au moins dix tudiants de doctorat crivent actuellement des thses sur

    diffrents aspects de la gestion des risques, plus de vingt tudiants rdigent

    annuellement des mmoires de matrise sur le sujet et plus de cinquante tudiants du

    baccalaurat en administration des affaires suivent au moins un cours en gestion des

    risques et assurances. Des cours sont galement donns au programme de MBA et au

    programme des certificats en gestion.

    La gestion des risques comprend trois tapes essentielles : l'identification des

    risques, leur mesure et leur gestion. Cette dernire tape est la fois la plus difficile et

    la plus importante. Trop d'entreprises ou d'institutions sous-estiment cette tape et se

    limitent aux aspects techniques des deux premires. La planification des activits

    correctives est essentielle une gestion des risques bien planifie. La crise du verglas

    de 1998 ou les vnements du 11 septembre 2001 ont bouscul plusieurs gestionnaires

    et renforc la ncessit de bien couvrir et bien grer les risques. Bien sr, chaque

    entreprise ou individu ne doit pas subir un sisme pour comprendre cette leon.

    Trois activits importantes de la Chaire de gestion des risques durant lanne 2003

    sont souligner.

    1

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    Comme indiqu dans le rapport annuel 2002-2003, le titulaire de la Chaire de

    gestion des risques a prsent le dossier de la Chaire pour que celle-ci devienne une

    Chaire de recherche du Canada. lautomne 2003, nous avons reu une rponse

    positive. compter du 1er janvier 2004, la Chaire sera finance par le CRSH pour une

    priode de sept ans. Ce financement est renouvelable.

    En collaboration avec le CREF, le CIRPE et IFM2, la Chaire a entrepris la

    prparation de la Deuxime confrence internationale sur le risque de crdit, qui se

    tiendra HEC Montral en avril 2004. Le comit scientifique de la confrence est

    compos de Michel Crouhy, vice-prsident senior gestion des risques la CIBC,

    Michael Gordy, conomiste la Federal Reserve Board de Washington et du titulaire de

    la Chaire.

    Durant lanne 2003, la revue Assurances et gestion des risques a entrepris la

    publication de trois numros spciaux sur lassurance automobile. La plupart des

    rgimes des diffrentes provinces canadiennes y sont traits, avec cependant une

    emphase sur le rgime qubcois dassurance automobile.

    I. Mission et domaines de recherche et de formation

    La Chaire a une mission en trois volets :

    1. la formation de gestionnaires et de chercheurs de premire qualit qui seront

    capables daffronter la concurrence internationale et aspireront devenir des chefs

    de file;

    2. le dveloppement des connaissances par la ralisation de projets de recherche

    dfinis en collaboration avec des partenaires industriels engags dans la gestion

    des risques ;

    2

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    3. le transfert doutils de gestion des risques dans des entreprises de diffrents

    marchs.

    La Chaire est galement responsable de la gestion de la revue Assurances et

    gestion des risques, proprit de HEC Montral. Cette revue est un instrument privilgi

    la Chaire qui lui permet de diffuser les rsultats de ses travaux de recherche sur les

    problmes dassurances et de gestion des risques dans diffrents milieux. Il est vident

    quelle nest pas le seul instrument de diffusion. Des travaux plus acadmiques

    continuent tre publis dans des revues scientifiques internationales.

    Trois domaines de recherche et de formation sont privilgis par la Chaire :

    1. la gestion des risques des entreprises ;

    2. la gestion des risques des particuliers ;

    3. la gestion des risques dassurance.

    Domaines de recherche

    1. Gestion des risques des entreprises

    La gestion des risques des entreprises est devenue trs populaire dans diffrents

    milieux. Des grandes banques ont mis sur pied des services de recherche et de gestion

    des risques ; certaines institutions financires investissent beaucoup de ressources pour

    former leur personnel afin de rorienter leur gestion en fonction du risque global de leur

    portefeuille ; des bureaux de conseillers financiers et de consultants proposent

    diffrentes formules de mesure de risque ; des gouvernements se demandent comment

    rglementer ces nouveaux risques ou contrler les entreprises qui les subissent... Bref,

    tous cherchent sadapter des nouvelles ralits de march.

    La dfinition du concept de risque a galement beaucoup volu au cours des

    dernires annes. En particulier, les notions traditionnelles de diversification de

    portefeuille et de risque de march ont t remises en question par plusieurs

    3

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    chercheurs et praticiens de la finance. Pendant plusieurs annes, les produits drivs

    ont connu une croissance leve, car ils reprsentaient des instruments de

    diversification peu coteux, mais ils sont maintenant perus comme pouvant tre

    dangereux, car ils peuvent tre la cause de pertes financires ou de faillites

    importantes.

    Le risque oprationnel est devenu important pour les banques au cours des deux

    dernires annes. En effet, le Comit de Ble veut que ce risque soit pris en compte

    dans le calcul du capital requis. Par contre, trs peu de chercheurs ont dvelopp des

    modles prcis permettant de pondrer ce risque. La rforme de la rglementation

    internationale a donc t reporte de plusieurs annes afin que les principales banques

    puissent crer des bases de donnes permettant de mieux estimer ce risque.

    Les risques environnementaux non assurables sont une autre forme de risque non

    bien diversifi. Leur prise en compte a un effet sur toute la gestion des risques des

    entreprises en fonction de leur position de crdit et de leur diversification internationale.

    Finalement, les portefeuilles des assureurs sont eux-mmes devenus trs risqus.

    Le rflexe traditionnel de reporter les grands risques et les risques collectifs des

    rassureurs ne reprsente plus, aux yeux de plusieurs, un instrument de diversification

    attrayant, les rassureurs ayant eux-mmes des difficults diversifier leur portefeuille.

    Des produits financiers sont devenus des substituts ou des complments de certaines

    formes de rassurance, mais leur gestion dans un contexte de mesure du risque global

    du portefeuille des compagnies demeure encore trs problmatique.

    Nos travaux rcents dans ce domaine sont concentrs, pour le moment, sur cinq sujets. Notre quipe de recherche travaille sur l'explication des carts de taux entre

    les obligations prives et publiques. Depuis plusieurs annes, ces carts sont expliqus

    par le risque de crdit dans diffrentes publications en finance, mais des tudes

    empiriques rcentes montrent que le risque de crdit (probabilit de dfaut et taux de

    recouvrement de la dette) ne reprsente que trente pour cent des carts de taux. Notre

    quipe de recherche (Genevive Gauthier, Jean-Guy Simonato et Georges Dionne) a

    4

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    entrepris un projet d'envergure (thorique et appliqu) pour expliquer les fondements

    des carts de taux. En particulier, l'quipe utilise un portefeuille de plus de 95 000

    obligations et l'information dtaille sur les cotes de crdit pour proposer une explication

    empirique des carts de taux fonde sur les risques de crdit, de march et de liquidit.

    Une attention particulire est accorde la prime de risque de crdit, ce qui reprsente

    la plus grande contribution du projet de recherche. Les rsultats des travaux de

    recherche seront prsents la confrence sur le risque de crdit HEC Montral en

    avril 2004 et une autre confrence internationale sur le risque de crdit en Italie, en

    septembre 2004.

    En collaboration avec une banque canadienne, deux aspects du risque de crdit

    sont tudis plus en dtail :

    1. lidentification des facteurs permettant une banque de segmenter les entreprises

    entre diffrents modles de calcul des probabilits de dfaut;

    2. l'identification des variables expliquant lutilisation des marges de crdit par les

    entreprises.

    Le titulaire de la Chaire est galement impliqu dans un projet dvaluation du

    risque oprationnel dune banque. Une tudiante de doctorat est stagiaire cette

    banque dans le cadre de son projet de thse.

    Un cinquime projet touche la microfinance. Le titulaire de la Chaire a t invit,

    par la Banque du Canada, dvelopper un modle permettant de prdire les faillites

    des entreprises au Canada. Ce modle sera soumis la Banque durant lanne 2004.

    En dcembre 2003, le titulaire a prsent une confrence sur les fondements de la

    rglementation des banques la Banque du Canada.

    5

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    2. Gestion des risques des particuliers

    Les particuliers sont constamment confronts des risques : risques daccidents

    dautomobile ou de travail, loteries, pollution, maladie, incendie, faillite, mortalit

    (suicide), retraite, ... Ces risques sont plus ou moins corrls entre eux et plus ou moins

    choisis. Souvent, les risques individuels ne sont pas observables (antislection) par

    diffrents interlocuteurs (banque, compagnie dassurances, mdecin) et ils sont

    influencs par des comportements individuels non observables (risque moral) dans la

    plupart des marchs.

    Il est surprenant de constater que trs peu de chercheurs ont propos des modles

    de comportement qui tiennent compte de faon simultane de ces diffrents risques et

    comportements en prsence dasymtrie dinformation. Cette constatation vaut

    galement pour les praticiens qui offrent souvent des produits financiers qui ne tiennent

    pas vraiment compte des portefeuilles globaux de leurs clients. On se limite trop

    souvent aux portefeuilles financiers et on oublie les risques non assurs (plus ou moins

    choisis).

    Notre but est donc danalyser comment la prise en compte des diffrents risques

    (assurables ou non) dun portefeuille individuel peut influencer les choix dactivits de

    prvention et dactifs. Le point de dpart naturel est le modle traditionnel de choix de

    portefeuille qui permet de considrer plusieurs risques financiers la fois. Des

    extensions peuvent tre apportes ce modle pour tenir compte de diffrents actifs

    plus ou moins contrls par les dcideurs mais qui ont un effet sur la rentabilit et le

    risque des portefeuilles individuels. Lassurance vie collective et les caisses de retraite

    sont des exemples. Le lien banque-assurance en est un autre. Ce lien peut tre

    naturellement analys comme un problme de distribution de produits financiers

    complmentaires, mais il peut devenir galement une source de gestion des risques.

    Par exemple, il est bien connu que des comportements dpargne peuvent avoir une

    influence sur les incitations la prvention contre les risques daccidents dans un

    modle de choix sur plusieurs annes du cycle de vie des individus.

    6

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    Une autre proccupation concerne la mesure des risques individuels. Est-ce que

    les portefeuilles individuels sont vraiment diversifis lorsque les comportements des

    particuliers ou des gestionnaires de leur portefeuille et de leurs dpts peuvent

    influencer leurs distributions daccidents ? Peut-on parler de risque agrg ou global

    dun portefeuille individuel ? Si oui, comment le mesurer ?

    Nos travaux durant lanne 2003 se sont dabord tendus sur la perception des loteries par les individus. En particulier, nous avons dvelopp un modle de choix de processus de dcision optimal des loteries. Cette approche, base sur

    l'analyse psychologique des choix des individus, a plutt tendance regrouper les

    comparaisons de probabilit entre elles et regrouper les comparaisons des montants

    montaires entre eux, plutt que d'agrger les probabilits et les montants montaires,

    comme dans les modles dits conomiques, qu'ils soient d'esprance d'utilit linaire ou

    non. Cette partie de notre recherche est fondamentale, car trs peu de chercheurs sont

    capables de prdire les choix de loteries des individus. Cette recherche nous permet de

    solutionner 14 faits non rsolus dans la littrature. Un autre projet propose la rsolution

    dun nouveau paradoxe propos par des chercheurs anglais. Un texte sera soumis au

    Economic Journal ce sujet.

    3. Gestion des risques dassurance

    Ltude des dcisions optimales dassurance dans diffrents marchs a galement

    t trop souvent ralise sans tenir compte des portefeuilles de risques des particuliers,

    des entreprises et des assureurs. Est-ce que, par exemple, la demande dassurance

    dune entreprise pour pertes dexploitation ou pour des risques de pollution est fonction

    de son ratio dendettement ? Est-ce que les entreprises qui achtent ces formes

    dassurance ont des meilleures conditions de financement auprs des banques ? Qui

    est le responsable ultime devant les tribunaux en cas de poursuite judiciaire la suite

    dun accident environnemental qui gnre une faillite dentreprise ? La banque ou le

    pollueur ? Est-ce que lassurance responsabilit des grandes entreprises doit tre

    tarife en fonction de son portefeuille financier ou doit-elle tre limite la prise en

    compte de facteurs actuariels dpendant des risques assurables ? Finalement,

    7

  • Rapport dactivits 2003 Chaire de gestion des risques

    comment assurer les risques agrgs des parcs de vhicules ? Comment pouvons-nous

    mesurer l'importance des problmes d'information dans les portefeuilles des

    assureurs ? Trois projets de recherche sont relis ce thme.

    Dans un important projet financ par la SAAQ, nous tudions les liens entre la

    prvention routire et les habitudes de consommation dalcool. En particulier, nous

    tudions comment la perception du risque dtre arrt pour facults affaiblies affecte le

    comportement des individus. Le rapport final a t remis en dcembre 2003.

    Dans un autre projet en collaboration avec la SAAQ, nous avons ralis une

    recherche sur les risques des flottes de vhicules. Nos rsultats montrent quil est

    possible de trs bien estimer les risques des vhicules laide du modle propos. La

    formule de tarification dveloppe durant ce projet de recher...

Recommended

View more >