Click here to load reader

Cocteau-Marais - Comédie-Française ... Cocteau-Marais Par Pierre Notte, secrétaire général de la Comédie-FrançaiseJ’étais le véhicule d’une force qui veut vivre à ma

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Cocteau-Marais - Comédie-Française ... Cocteau-Marais Par Pierre Notte,...

  • 7 juillet 2009

    doss ie r de presse

    La troupe de la Coméd i e- França i se présen te au Studio-Théâtre du 24 septembre au 8 novembre 2009 relâche le 1 er novem b r e

    Cocteau-Marais Conception et réalisation de Jean Marais et Jean-Luc Tardieu D’après l’œuvre de Jean Cocteau mise en scène de Jean-Luc Tardieu

    Avec Jacques Sereys, Soc ié ta i r e hono ra i r e de la Coméd i e- França i se

    Déco r de Jean Ma ra i s, recons t i t u é par Pie r re-Yv es Lep r i n c e Lum i è r es de Jacques Rou ve y r o l l i s

    Pou r la prem i è r e fo is à la Coméd i e- França ise

    Coréa l i sa t i o n Coméd i e- França i se, Stud i o- Théâ t re / Le Cado, Cent re nat i o na l de créat i o n Or léans- Lo i r e t .

    Représen ta t i o n s au Stud i o- Théâ t re du merc red i au dimanc he à 18h30 Pr i x des places de 8 € à 17 € Rense i g nem e n t s et locat i o n : par téléph o ne au 01 44 58 98 58 du merc red i au diman c he de 14h à 17h , sur le site inter ne t ww w . c o m e d i e- franca ise. f r

    Contact presse et partenariats médias Vanessa Fresney : Tél 01 44 58 15 44 - Ema i l vanessa. f resne y@ c o m e d i e- franca ise.o r g

    1

    mailto:vanessa.fresney@comedie-francaise.org http://www.comedie-francaise.fr/

  • Cocteau-Marais Par Pierre Notte, secréta i r e généra l de la Coméd i e- França i se

    J’étais le véhicule d’une force qui veut vivre à ma place. Qu’elle vive ! Elle verra ce que c’est. Coc teau

    Jean Cocteau, Jean Marais. Fin des années quat re- vi ng t- di x, dans le Sud, à Va l l a u r i s où i l s’est insta l l é, Jean Ma ra i s raccom pa g ne un ami met teu r en scène, Jean-Luc Tard i e u, au pas de la por te. Celu i- ci s’ inqu i è t e : « Tu n’as pas peur de l’ennu i ? ». Jean Ma ra i s ri t : « L’enn u i ? Tu es fou ! J’attends ma mor t avec une ext rême cur i os i t é ! ». En 1983, comp l i c es, Tard i e u et Ma ra i s ava ien t composé un tab leau théât ra l singu l i e r, homma ge int i m e au poète Coc teau, ma î t r e et amou r de Ma ra i s. Sous le ti t re Cocteau-Marais, l’ac teu r, à 69 ans, of f r a i t un voyage parm i les mys tè res de la vie fo ison na n t e du dém i u r g e, touche- à-tout de gén ie. Ma ra i s signa i t le déco r et super v i sa i t le col l age des tex tes, apho r i s mes assemb l és en un mono l o g ue biog ra ph i q u e, tissé de près de quat re- vi ng t s sources : romans, théât re, f i l m s, jou r nau x inéd i t s ou cor respo n dan ces par t i c u l i è r es. Cocteau-Marais, par la vo i x du M i c he l des Enfants terribles ou du pr i n ce et mons t r e de La Belle et la Bête, évoqua i t tous les visages de Coc teau ; l’en fa n t au père suic i dé, l’ado l escen t engagé dans une guer re qu i ne veut pas de lui, l’ i n co nso l a b l e veu f de Rad i g ue t, le monda i n luc i de, le dou l o u r e u x fumeu r d’op i u m , l’ar t i s t e pro v o c a te u r , casseu r et passeu r de m i r o i r s, exposé à tous les risques d’une créat i o n éclatée et sans cesse nova t r i c e …

    Jacques Sereys Br i c o l e u r , con f ec t i o n ne u r de couss i ns, de meub l es, pein t re, im i t a teu r, amou re u x des plantes et des animau x, et soc ié ta i r e hono ra i r e de la Coméd i e- França i se, Jacques Sereys reprend la place et le tex te de Ma ra i s. I l se souv i e n t d’avo i r cro i sé dans les années cinquan t e le poète Coc teau, « une élégance rare, disc rè te, racon t e- t-i l. I l étai t entou ré des mys tè res qu’ i l n’a jama i s cessé de cul t i v e r, d’exp l o r e r . » Comme Jean Ma ra i s, ma is à d’aut res pér i o des, Jacques Sereys fréquen t e la Ma i so n de Mo l i è r e à plus i eu rs repr i ses, y passe trente ans jusqu ’en 1997 par interm i t t e n c e. I l trave rse auj ou r d ’ h u i les m i r o i r s de Coc teau, évoca t i o n lib re et lim p i d e des parado xes du poète. « I l est pou r tan t très lo i n de mo i, di t- i l, cet homm e qui a fou i l l é toutes les formes de l’ar t, et lut té toute sa vie pour comp re n d r e en va i n le mys tè re de la mor t. »

    Jean-Luc Tardieu Quand Sereys vo i t et adm i r e Edw i g e Feu i l l è re, seule en scène, i l éprou v e le dési r d’un risque indécen t : joue r seul et pou r q u o i pas Prous t. Il rencon t r e alors le met teu r en scène Jean-Luc Tard i eu, crée Du côté de chez Proust, et raf l e le Mo l i è r e du coméd i e n. Il recom m e n c e r a l’expé r i e n ce au fest i v a l d’ A v i g n o n O f f , à 78 ans, avec Daude t don t il interp r è t e seul les contes, sous l’oe i l dél i ca t du même comp l i c e. Jean-Luc Tard i e u a di r i gé Edw i g e Feui l l è re, Jean Ma ra i s, Geo rges W i l s o n, M i c he l Blan c, M i c he l Sardou, ma is aussi la Ma i s o n de la Cu l t u r e de la Lo i r e- At l an t i q u e de Nan tes ou plus ieu rs cérémo n i es des Mo l i è r e s. I l se rappe l l e le voeu cher de Jean Ma ra i s : « Il faud ra que ce tex te vi ve, hors de mo i. Tu n’au ras qu’à ret i re r mon nom … ». En 2008, le déc l i c, tard i f , est impa ra b l e. Jacques Sereys, m ieu x que personne, reprend r a la vo i x de Coc teau- Ma ra i s, et avec el le, le pér i p l e dans un sièc le et une ex istence troub l es, tous deux « sou f f r a n t s, saignan ts », parsemés de fant ômes et d’e f f r o i s, de joies et de deu i l s, d’amou r s, de haines, et d’ép reu v es qui n’entamè r e n t jama i s pou r tan t une apt i t ude inou ï e à l’éme r v e i l l e m e n t .

    Pierre Notte, ju i n 2009

    2

  • Cocteau-Marais Par Jean-Luc Tardieu, met teu r en scène

    Cocteau, autoportrait Jean Ma ra i s ne vou l a i t pas organ i se r seu l un por t r a i t de Coc teau, il se senta i t trop proche, trop int i m e avec lu i. I l étai t par t i san. Pour répond r e à sa demande, il y a près de trente ans, j’a i cherché dans l’œuv r e de Coc teau de quo i const r u i r e un por t ra i t , j’a i pu isé le maté r i au du spectac l e dans les tex tes autob i o g r a p h i q u e s, et davan tage enco re dans ses romans, ses f i l m s, ses inven t i o ns. Jean Ma ra i s m’a laissé une tota le li ber t é dans mes reche r c hes et mes propos i t i o ns. Il n’éta i t jama i s di rec t i f ; i l souha i t a i t seu leme n t que le fantôm e de Coc teau vienne le m iss i o n ne r pou r le représen te r sur terre. « To i c’est mo i, mo i c’est toi. Je suis mo r t, ma vi tesse n’est pas la tienne, et je peux te par le r car nos vi tesses me perme t t en t de me rapp r o c he r de toi. » C’es t son idée, son dési r. Quand Ma ra i s m’a ouve r t la por te de sa bib l i o t hè q ue, j’a i été pr is d’un bonheu r dou l o u r e u x ! Il y ava i t tant de choses. Je décou v r a i s des ent re t i ens ou des con f i de n c es di rec tes, à l’époque inéd i ts, comme les cor respo n dan ces ou les jou r nau x int i m es de Coc teau, je rassemb l a i s des élémen ts de por t r a i t dans les personnages de ses romans, où il se dévo i l e int i m em e n t plus enco re que partou t ai l l eu r s. « Un pein t re fai t tou j o u r s son prop r e por t ra i t », disa i t Coc teau, qu i se racon ta i t par tou t et sans cesse. Il aura pour tan t passé sa vie à lut te r cont re l’ i mage qu’ i l renv o y a i t , cette image que l’on véh i c u l a i t de lu i avec comp l a i sa n ce ou méchance t é : « Si j’éta is cela, disa i t- i l, je ne serais pas de mes am is ». On le cons i dé r a i t comme un prest i d i g i t a t eu r insp i r é, un mag i c i e n. Ma i s i l s’en défenda i t : « I l n’y a pas de mag ie, disa i t- i l, je trava i l l e ! » I l n’y ava i t dans l’œuv r e de Coc teau aucune insp i r a t i o n di v i ne, mais une exp i ra t i o n pro f o n de, dans les zones dangereuses des êtres, là où on se risque à rencon t r e r des démons.

    Radiguet, Marais, les amours de Cocteau Jean Ma ra i s tena i t à évoque r la l ia ison de Coc teau à Raym o n d Rad i g ue t , dont la mor t et le deu i l furen t à l’o r i g i n e de tous les dérèg l eme n t s, le chag r i n inconso l a b l e, le recou rs à l’op i u m … Jean Ma ra i s sava i t racon t e r cet amou r avec une in f i n i e tend resse, un magn i f i q u e respec t. Au momen t de cette séquence, i l étai t bou l e ve rsé. Non pas parce qu’ i l étai t quest i o n de l’amo u r de Rad i g ue t, mais parce qu’ i l évoqua i t le chag r i n de Coc teau, et ce chag r i n le trave rsa i t. L’am o u r les unissa i t. Jean Ma ra i s ava i t avoué que, quand Coc teau lui ava i t déc la ré son amou r, c’éta i t le jeune acteu r inté ress

Search related