Comment rédiger et évaluer un article scientifique?: À propos de… Lecture critique et rédaction médicale scientifique. Comment lire, rédiger et publier une étude clinique ou épidémiologique

  • Published on
    01-Nov-2016

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • I&o1 Psychiatr 1999 ; 64 : 395-8 0 Elsevier, Paris A propos de...

    Comment rhdiger et bvaluer r un article scientifique ? Y. Thoret * A propos de. . . Lecture critique et rbdaction medicale scientiique. Comment lit-e,

    hdiger et publier une 6tude dinique ou 6pid6miologique de Louis Rachid Salmi l *

    L auteur de cet ouvrage, medecin, a travail16 au departement depidemiologie clinique de luniversite McGill a Montreal, puis a Atlanta et travaille main- tenant B Bordeaux. Son ouvrage est redige en francais.

    Ce livre de 287 pages constitue un manuel de reference sur les methodes de lecture et de redaction de travaux cliniques. 11 est riche en conseils pratiques et presente une reflexion approfondie sur les qualites requises pour lelaboration dun sujet de recherche, la strategic detude et une presentation rigoureuse des resultats. Trop souvent, cette troisieme &ape est negligee, faute de temps dispo- nible ou par lassitude. Lauteur insiste sur la necessite de prevoir les contraintes de la redaction dbs le debut dune recherche, avec un effort permanent de rigueur et de creativite. 11 vise a Ctayer le travail du chercheur en lui recommandant, tout dabord, une certaine modestie, une presentation Claire, une methode Cprouvee, une formulation juste, un langage p&is. Tous ces conseils sonnent juste et consti- tuent les regles de base de lelaboration dun travail.

    11 convient aussi de menager une place specifique a des qualites plus person- nelles du chercheur, son audace, sa creativite, sa combativite et surtout son style. Louis Rachid Salmi rappelle quun rapport de recherche doit informer des publics trk divers (chercheurs, cliniciens de terrain, administrateurs) tandis quun article scientifique original est destine a Ctre publie pour des specialistes. Le tra- vail expose dans larticle doit 6tre inedit, percutant et sobre. Le texte dun article ne doit pas depasser vingt pages ; lauteur devra selectionner avec grand soin les elements quil inclura dans son texte.

    Lauteur dun article engage son nom dans une publication. 11 doit maintenir une integrite totale : les signataires doivent Ctre les artisans effectifs du travail,

    * Dr Yves Thoret, Laboratoire de psychopathologic de lidentitb, de la pensee et des processus de Sante

  • 396 Y. Thoret

    tome source sera mentionnee, les contributions des collaborateurs seront expli- cites, la litterature sera exploree de facon complete, les methodes quantitatives respecteront les regles standardisees, les limites dune recherche seront d&rites avec prudence. Le style sera precis, clair, fluide, concis. La I( precision B consistant a rien de moins que de garantir la reproductibilite des experiences, ce qui leur confer-e le caractere de fait scientifique.

    LintCrCt de cet ouvrage se revble double. 11 constitue

  • A prom3 de.. . 397

    apparait alors que la modestie recommandee initialement Ctait surtout formelle et que lauteur de larticle devait se donner les moyens de convaincre le lecteur ou levaluateur de la qualite et de loriginalite de son travail.

    Cet ouvrage ne se contente pas dtnumtrer les informations a inclure dans un article. 11 conseille le chercheur sur la construction de son texte et le choix des elements Cnonces, en repetant que les articles de jeunes chercheurs ont toujours le defaut detre trop longs.

    On trouve ces qualites de concision quand Salmi rassemble, en six pages (p. 59-65) les trois systemes de references bibliographiques : auteur-annee, alpha- betique numerique et numerique sequentiel (ou convention de Vancouver). Deux tableaux illustrent cela avec des exemples simples. Le souci daboutir au systbme le plus ltger possible apparait de lui-meme, de m&me que la necessite decarter les references de seconde main. Le resume sera, au choix du chercheur, infor- matif, indicatif ou structure. Le titre Cnoncera les mots-clts ou les mots les plus charges dinformation.

    ***

    Dans la seconde partie de louvrage, Salmi depasse ces questions de forme pour decrire les ressorts de la lecture critique dun texte scientifique. 11 ne sagit pas sim- plement de lecture rapide, permettant de rejeter larticle dbs que, successivement, le titre, le resume, les resultats ou les sites ne paraissent pas suffisamment inte- ressants ou utiles. Lauteur developpe les critbres de qualite auxquels doit satis- faire chaque &ape du travail de recherche et demontre comment on les Cvalue dans le texte, a la lecture. 11 ne sagit plus de presentation mais de coherence, de logique, de rigueur dans la validation dune hypothese.

    La lecture du compte-rendu doit permettre 2 levaluateur dun comite de redaction de juger du degre de possibilites derreurs selon les

  • 398 Y. Thor&

    critique que Salmi instille dans ses pages dCclenche chez le lecteur une attitude critique portant sur son ouvrage mCme, cest la loi du genre.

    Aprks un bilan serrC de lusage des tableaux et graphiques, Salmi rassemble ces Mments pour donner des conseils de rCdaction. On retrouve alors les conseils pratiques de la premibre partie du livre, que Salmi appelle des ) [l].

    Les pays industrialis% se donnent les moyens de faire respecter lkthique de la recherche et de mettre en place des systkmes de contr6le. Cest 1intCrCt de toute la communautk scientifique de dkvelopper la vigilance qui simpose pour Cviter le plagiat, la falsification de don&es, les atteintes & la propriCtC intellec- tuelle et les carences dencadrement des jeunes chercheurs.

    Avant de mettre en place les instances lourdes, un recours aux cc bonnes pratiques B &impose et cet ouvrage ne peut quaider les auteurs B respecter les codes dkontologiques rkgissant actuellement, explicitement ou implicitement, la recherche scientifique. En France, 1Institut national de la sank? et de la recherche mkdicale (Inserm) vient de crter une DClCgation B 1intCgritC scientifique [2]. Souhaitons que la vigilance des cornit& de rkdaction et des directeurs de recherche limite le recours aux prockdures disciplinaires devant ces instances.

    11 convient dutiliser largement les ouvrages qui, tel celui de Louis Rachid Salmi, Cnoncent de faGon Claire les rkgles de bonne conduite dans la recherche, sans limiter loriginalitk et la capacitk dinnovation des travaux prCsentCs.

    En conclusion, un ouvrage stimulant et exigeant qui deviendra vite indispen- sable aux chercheurs, auteurs et membres dun comitC de rkdaction.

    Ill RtFf?RENCES n

    1 Vincent C. La fraude scientifique est-elle un ma1 kradicable ? Le Monde 26 mars 1999 ;

    2 Anonyme. LInserm c&e une dClCgation h

    p. 27. Iint6grit6 scientifique. Le Monde 2 avril 1999 ; p. 29.