Contrat PECOSUDE Caract©ristiques des petites ."Caract©ristiques des petites pches c´ti¨res

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Contrat PECOSUDE Caract©ristiques des petites ."Caract©ristiques des petites pches...

  • Contrat PECOSUDE

    "Caractristiques des petites pches ctires etestuariennes de la cte atlantique du sud de l'Europe"

    EC./DG FISH (DGXIV) : Contrat N 99/024

    RAPPORT FINAL

    Site atelier de l'AdourFranois-Xavier Cuende, Nathalie Caill-Milly, Patrick Prouzet

    ifremer

    Ifremer, Laboratoire Halieutique d'Aquitaine

    This report does not necessarily reflect the views of the European Commission and in no wayanticipates any future opinion of the CommissionThe contents of this report may not be reproduced unless the source of the material is indicatedThis project has been carried out with the financial assistance of the European Commission

    Pche

    Pesca

    Arrantzu

    PECOSUDE

  • 2

    SOMMAIREINTRODUCTION1. 1.CONTEXTE GOGRAPHIQUE 3

    1.1. HYDROLOGIE ET CLIMAT 31.2. DCOUPAGE ADMINISTRATIF ET CADRE RGLEMENTAIRE GNRAL 41.3. LIEUX DE PCHE 5

    2. 2.MATRIELS ET MTHODES 72.1. ORIGINE DES DONNES ET CHANTILLONNAGE POUR LES MARINS PCHEURS 72.2. ORIGINE DES DONNES POUR LES PCHEURS FLUVIAUX 8

    3. 3.DESCRIPTION DE L'ACTIVIT DE PCHE 103.1. LES NAVIRES 103.1.1. Nombre de navires 103.1.2. Types 103.1.3. Caractristiques techniques 103.2. LES EFFECTIFS EMBARQUS 113.3. LES ENGINS DE PCHE 123.4. CALENDRIER DEXPLOITATION 133.5. LES PRODUCTIONS EN QUANTIT ET EN VALEUR 143.5.1. Les productions en 2000 143.5.2. volution des dbarquements des marins pcheurs depuis 1987 153.5.3. Productions des marins pcheurs par espce et tendances long terme 18

    4. 4.SOCIO-CONOMIE ET COMMERCIALISATION 244.1. LES FACTEURS DE PRODUCTION 244.1.1. Le facteur travail 244.1.2. Le navire 314.2. COT ET PRODUCTIVIT DES FACTEURS 334.2.1. Cot du facteur travail 334.2.2. Principaux cots lis lutilisation du navire 334.2.3. Mesures de la productivit 344.3. TABLISSEMENT DU CHIFFRE DAFFAIRES PAR ENTREPRISE 344.4. COMMERCIALISATION 354.4.1. Le matriel dexploitation autre que les engins de pche 354.4.2. Pratiques en matire de manipulation et de commercialisation des produits 354.4.3. Effets de la dispersion gographique des apports 354.4.4. Dbouchs commerciaux de premire mise en march 36

    5. 5.LES DIFFRENTS USAGES ET LES CONFLITS 36

    CONCLUSION

    BIBLIOGRAPHIEANNEXES

  • 3

    INTRODUCTIONLes pches professionnelles continentales franaises (estuariennes, fluviales et lacustres) sont

    pratiques par environ 1.800 pcheurs, temps plein ou temps partiel. Les informations sur lescaptures et les chiffres daffaires de premire mise en march sont issues de sources varies et defiabilit parfois non assure. Par ailleurs, les variations du cours de la civelle entranent des fluctuationsfortes du chiffre daffaires. Il peut toutefois tre indiqu quen 1998, les captures totales des pchecontinentales taient de lordre de 2000 tonnes, pour un chiffre daffaires de premire mise en march delordre de 250 millions de francs, soit 38 millions deuros (Cuende, 1999). Les cinq rencontresnationales organises en commun par la Commission des poissons migrateurs et des estuaires (CIPE) etla Coordination nationale de la pche professionnelle en eau douce (CNAPPED) entre 1990 et 1998montrent la position relativement fragile dune profession trs fortement axe sur languille, que ce soitau stade civelle (plus de 70% du chiffre daffaire pour la trs grande majorit des pcheries de la faademaritime) ou son stade sub-adulte (dans les eaux intrieures) ; les lacs alpins, avec leur gammedespces beaucoup plus varie font un peu figure dexception (Cuende et al., 1997 ; Gagnaire, 1999).

    Dans le panorama gnral des pches professionnelles continentales franaises, le bassin delAdour reprsentait, en 1998, environ 11% des effectifs totaux de pcheurs, 3% des volumes dbarquset 5% du chiffre daffaires de premire mise en march (Cuende, 1999).

    La pche sur lAdour est une activit ancienne puisque la liste des parts possdes par lesmoines de labbaye de Sordes dans certaines pcheries des Gaves sont prsents ds le XIme sicle dansle cartulaire de cette mme abbaye (Anonyme, 1873).

    Aujourdhui, la pche professionnelle dans le bassin de lAdour et les courants ctiers estpratique par environ 200 pcheurs, temps plein ou temps partiel. Elle exploite principalement despoissons migrateurs amphihalins (anguille au stade civelle et au stade subadulte, lamproie marine,grande alose, saumon atlantique, truite de mer), des espces marines (bar, dorade, marbressentiellement) dans la partie proche de lembouchure, et du poisson blanc (sandre, brochet,) dansles zones fluviales.

    La plupart des donnes historiques de capture des diffrentes espces au cours des quinzedernires annes (1986-2000) mettent en vidence de fortes variations de niveaux. Ces variationspeuvent tre dues, en partie, au fonctionnement naturel de ces populations exploites. Pour certainesespces, toutefois, les fluctuations trs fortes observes semblent lies des problmes de dgradationde lenvironnement du bassin versant, surtout si lon se place une chelle de temps plus grande quicorrespond la seconde moiti du vingtime sicle (Pautrizel et al., 1992).

    Lobjectif vis dans ltude dun site atelier tel que lAdour est de complter ltude nationalefranaise en permettant danalyser plus finement les spcificits des types de pche pratiqus et deconsidrer les perspectives davenir par la prise en compte de plusieurs annes dactivit.

    1. CONTEXTE GEOGRAPHIQUE

    1.1. Hydrologie et climat

    La zone gographique retenue est celle o existe une activit de pche professionnelle sur lebassin hydrographique de lAdour et de ses affluents. Elle nintgre par consquent pas la pchepratique sur les courants landais.

    Le bassin de lAdour et des Gaves (16 000 km) se situe au sud de la cte atlantique franaise.Les conditions gomorphologiques et mtorologiques du bassin, et la diversit des apports du systmeAdour-Gaves-Nive rendent le rgime hydrique du bas-Adour complexe. Linfluence nivale des GavesRunis se fait sentir par des hautes eaux de printemps (maximum en avril-mai), tandis que le caractrepluvial de lAdour se traduit par un tiage marqu fin dt (aot, septembre), et des eaux assez hautespendant la saison froide. Le dbit fluvial annuel moyen, en aval du confluent avec la Nive, est denviron

  • 4

    240 m3/s, avec des extrema mensuels de 56 et 720 m3/s. En priode de crue, le dbit journalier moyenpeut atteindre 2 000 m3/s.

    La partie aval du bassin de lAdour est soumise linfluence de la mare dynamique. En tiage,la pntration de leau sale se fait sentir jusqu Urt, 22 km de lembouchure.

    Dans la partie proche de lembouchure, la pente au lieu gomtrique des basses mers est delordre de 3,5 cm/km. A titre de comparaison, il est respectivement de 1 cm et 2 cm pour la Garonne enaval de Bordeaux et pour la Loire entre Saint-Nazaire et Nantes. De plus, la gomtrie du plan delAdour et des sections transversales est rgulire et continue, plus canalise que celle de la Loire ou dela Garonne.

    1.2. Dcoupage administratif et cadre rglementaire gnral

    Comme les autres grands bassins fluviaux franais, le bassin de lAdour est dcoup en troiszones administratives1. Les principaux points rglementaires sont rapports dans le tableau 1.

    Tableau 1 - Principaux points rglementaires appliqus aux trois zones administratives de lAdour.Eau sale Eau douce

    Zones zone maritime zone fluviale mixte zone fluviale stricte

    Limite aval limite transversale de lamer

    limite de salure des eaux ( 22 kmde lembouchure sur lAdour)

    limite de la mare dynamique

    Ouverture lapcheprofessionnelle

    en totalit

    total : environ 22 km

    en totalit, rparties sur 7 lots, (5dans les Landes, 2 dans lesPyrnes-Atlantiques)total : environ 44 km

    en partie, sur 9 lots (tousdans les Landes)

    total : environ 47 km

    Rglementationde la pche

    DRAM dAquitaine DDAF des LandesDDAF des Pyrnes-Atlantiques

    DDAF des Landes

    Conditionsparticulires depche

    pche au filet interditedans les parties salesdes affluents de lAdour(Nive, Bidouze, etc.)

    Contingentementde laccs audroit de pchepublic

    licences CIPE pourtoute la zone maritime(70 licences)

    affermage par licences DDAFpour chaque lot (35 50 licencesde grande pche2, et 85 100licences de pche la civelle selonles lots)

    affermage par locationDDAF pour chaque lot (1seul pcheur professionnelpar lot)

    Cot annuel delaccs au droitde pche

    licence CIPE = 60 en20023

    licence DDAF40 grande pche=550 F (83,8 )licence DDAF40 civelle = 470 F(71,6 )

    lot DDAF40 = de 700F 5600F (106,7 853,7 )

    Espcescommercialesinterdites depche

    non (sauf arrt temporaire exceptionnel de la pche au filet, dans un programmeexprimental de reconstitution du stock de Saumon atlantique sur la priode 1999-2001)

    1 Pour plus de dtails, se rapporter la prsentation rglementaire gnrale relative aux bassins fluvio-estuariens dans la synthse nationale franaise.2 Dans le cadre de lexploitation du droit de pche de ltat en eau douce dans le bassin de lAdour et descourants ctiers, la licence de grande pche donne accs la pche de lensemble des espces (y compris lacivelle) et des engins autoriss la pche professionnelle. La licence pibale ne donne accs qu la pche dela civelle.3 390 F (59,46 ) en 2000 et 2001.

  • 5

    Les saisons rglementaires douverture de la pche des principales espces exploites sont lessuivantes : alose vraie (Alosa alosa) : du 1er janvier au 31 dcembre ; anguille (Anguilla anguilla) stade subadulte : du 1er janvier au 31 dcembre ; anguille (Anguilla anguilla) stade civelle : du 1er janvier au 31 mars et du 1er novembre au 31

    dcembre ; lamproie marine (Petromyzon marinus) : du 1er janvier au 31 dcembre ; saumon atlantique4 (Salmo salar) : du 2me samedi de mars au 31 juillet inclus. truite de mer (Salmo trutta, f. trutta) : du 2me samedi de mars au 31 juillet inclus.

    1.3.