Demain comme Jamais 10.47

  • Published on
    10-Mar-2016

  • View
    218

  • Download
    4

Embed Size (px)

DESCRIPTION

...SITE WEB :: http://demain-comme-jamais.toile-lib... Je travaille actuellement l'criture d'une pice de thtre... Il y est question de notre perception du monde par nos souvenirs, nos idaux... Poursuite onirique dans le monde Veugle; contrainte de la CoMdia et d'un dictateur n'acceptant qu'un ordre, le sien... Brumes, contes et myths au travers des yeux d'un homme encore Veugle... Travail en volution, construction d'histoires se chevauchant, se compltant, flot dans un temps dform.

Transcript

  • Demain comme jamais 10.47.docx : Date : 2009-03-21 Pages : 45 / Mots : 19529 // LAL NC . ME CONTACTER : 7 rue Anatole France 78110 Le Vsinet // Site : http://demain-comme-jamais.toile-libre.org

    Demain Comme Jamais 10.47.Docx >> http:/demain-comme-jamais.toile-libre.org >> vincent.bonnefille@gmail.com 1

    1

    PROLOGUE

    H2 va et vient travers des rangs de chaises identiques. Les yeux ferms, comme si

    aveugle (si possible jusqu ce quindiqu), il ttonne pour se dplacer ; au sol de la laine.

    Quand le public est assis des H0 (groupe dindividus unis, identiques, ayant un sac o 5

    ranger leurs journaux) rentrent et retirent les chaises. H1 (Grand CoMdiateur, dicta-

    teur omniprsent) les presse de sortir et les suit. H2 stonne de ne plus trouver de

    chaises, PF ("Petite Fille" est vtue dun large costume lenglobant toute entire dans

    une poche pleine de pelotes de laine) rentre la sortie des autres et se place derrire H2

    au devant de la scne elle ne le touche pas. (Voir les croquis des costumes sur le site / fin du 10

    document. NB : Mme dcor/agencement qu la fin.)

    H2 ne sadressant pas au public justement install : Jai 8 ans, je vois encore devant

    moi Puis quelques docteurs ont affirm que cela ne durerait pas alors, 10

    ans, me voil parti pour le Franklinzin, petite bourgade o vivait seul un oncle

    un ami quelquun de connu de mes parents du moins je crois. Jai pris le train 15

    pour la premire fois Il est magnifique, merveilleux mme le plus beau de

    tous les trains qui naient jamais exist Souvenirs de gamin dj nourris

    dimaginaire dinventions blotties, pioches au fond dun sac. H1 et un H0 (nu-

    mro "4") rentrent chacun de leur ct sur la scne ils sont en fond et ne perturbent

    en rien H2 et PF au premier plan (H2 continue de parler). H1 croise lautre, ils vont cha-20

    cun l do sen vient lautre De lintrieur il me semble le sentir rugir comme

    font les chats la veille des neiges. On me bouscule pour monter. Les portes en

    fracas, le brouhaha, les appelles... Elle s'loigne avec les bruits dj convertis au

    silence ! Je restais l, assis sur une sorte de banquette rembourre de

    mousse aux extrmits froides, glaces mme (dcouvre ce qui lentoure par le 25

    touch). Des H0 rentrs progressivement lentourent sans bruit. Pas un bruit (ou si-

    lence). Puis il me semble qu'il y eut un lan en avant, indcis. Je suis seul pour la

    premire fois de ma vie. Ma voix rsonne les autres sloignrent avec les pas,

    les bousculades. Le calme raisonne celui qui lcoute. Les reflets des rails traver-

    sent mon oreille Les secousses incessantes du wagon, chaque cris du dehors, 30

    chaque silence, chaque frisson, chaque parfum... H1 sort 4 des coulisses et le

    pousse violemment. 4 est moins vtu qu sa prcdente apparition au contraire de H1

    Ils ne font pas de bruit, H2 est dans ses penses. Les H0 rentrs avec H1 entourent H2

    sans le toucher. Et pour moi tant de vitesse, dindcision capter, garder l,

    tout contre. Sy retrouver dans ce chaos : des films de westerns, et dindiens, 35

    des dparts, des images. Le sol siffla pour la cent trente-quatrime fois, alour-

    dissant mon corps sous le poids du temps et de l'ivresse fulgurante dun pay-

    sage... invention de mouvements verdoyants le temps dfile. (Courte pause o il

    Distribution + costumes la fin du document !

  • 2 >> vincent.bonnefille@gmail.com

    semble sendormir debout) Les H0 sortent (et donc 4 galement). PF, qui ne touche H2,

    sapproche le plus possible de lui (derrire pour limage). Jai chaud et 40

    PF/voix off : O allons-nous ?

    H2 : Attend ! O es-tu ? Comment es-tu entre ? Je

    PF : Avec toi Cela fait bien longtemps que je t'observe. Je peux

    masseoir maintenant ?

    H2 (mfiant) : Non ! 45

    PF : Bien, comme tu veux. Dis, tu te souviens o nous nous rendons ? (Attend sa

    rponse) Alors ?

    H2 : Mon pre m'a dit...

    PF : Bien ! Si tu prfre discuter tout seul (Fait mine de partir.) Et puis je ne suis

    pas vraiment inconnue. (H2 ne fait signe et regarde ailleurs) Faites votre guise 50

    H2 : Cest que je ne me souviens pas de vous !

    PF : Tu aurais pu moublier, moi ? Non, mme mon visage, tu le connais... sans le

    voir ni leffleurer ! Quel naf tu fais Tu ne veux plus de moi ?

    H2 : Pourquoi faire ? Pourquoi t'oublier, pour quoi

    PF : Il y en a qui rvent de moublier Pour voir quelle question ! 55

    H2 : Tu n'as qu' partir, je te laisserai, va !

    PF : On ne se dbarrasse pas de moi comme a ! Et si je de restais plante l ?

    H2 : Cest pour cela que nous partons Nous partons ? Je ne sais mme plus si

    nous rentrons ou si nous nous en allons.

    PF : Je ne sais pas... Quelle heure penses-tu qu'il soit ? (Elle ferme les yeux pour 60

    lcouter.)

    H2 attentif : Cest comme quand quand papa va bientt retourner travailler

    pour les machines qui lui font peur.

    PF (dtails habillant lOncle cf. costumes) : Tout fait ! Il met son gros blouson

    marron, serre ses chaussures Il ajuste sa casquette en lembrassant Elle est 65

    toute des images qui lui restent de a Elle a la peur quil

    H2 : Elle dpose un sandwich au fond de sa poche il voit ces traces de boue

    PF : Et les fleures sur le papier peint. Pour une fois en avance pour

    H2 : En avance ? Les cours ! Maman jy vais mon sac je suis en retard

    PF (place de la mre) : Calme toi ! Voil, du calme, regardes-moi ici l bien. 70

  • Demain Comme Jamais 10.47.Docx >> http://demain-comme-jamais.toile-libre.org 3

    H2 : Tu vas faire le voyage avec moi ? Il est long, tu sais mais mais Loncle sera

    content de te voir ! Jespre quon arrive bientt.

    PF : En tout cas je ne partirai pas sans toi Et arrte : je ne suis pas ta mre !

    H2 : Ils savent que tu es l ? Qui sont-ils pour que je sois l avec toi ? Quas-tu

    fais ? Pourquoi ce voyage 75

    PF le coupe : Tu nas pas le savoir Tu m'as invite monter ici, t'accompa-

    gner en quelques sortes. Et, mme si tu leur disais, ils ne t'couteraient pas. Ils

    ont peur Oh regarde, le cloch, la tour Nous arrivons Veugle ! (Regarde par la

    fentre.)

    H2 : cette poque-l, je lui disais "tu" ( tu es dit avec PF). Elle tait ma petite 80

    sur avant de faire partie de moi. Pause. Immobile le train ouvrit ses portes...

    PF : 2 minutes darrt en bordure du quai attention la fermeture des portes !

    H2 : J'ai entendu ce mme frottement de tle rouille qu'au dpart, qu

    larrive. Elle m'avait laiss des cendres (Elle lui donne une pelote de laine tire de

    sa poche puis scarte.) Rentrer chez soi. Au pied dun chne en feu aux racines 85

    baignes dencre ou de mots volant en fume si loin dj.

    PF : Prends a et, quand tu voudras te souvenir de moi, serres-la trs fort contre

    ton cur. (H2 sort une pelote de laine de sa poche.)

    H2 : Cest doux !

    PF : Oh a vient de chez nous Je te laisse, on m'atend. H2, joueur, serre la pelote 90

    contre lui puis la tend vers PF en essayant de la trouver pour la toucher Jai plus le

    temps Lui arrive [ Lui fait rfrence H1 omniprsent et est accompagn dune

    mimique quand il est nomm (H1 a ce toc inconscient)]

    H2 touche PF avec la pelote. Diminution progressive de la lumire : Je suis rentr ! Il y a

    de la lumire ici, ma chambre est grande (parle moins fort) tout le monde dort 95

    PF en sloignant : Il ny a plus que toi ici ( lcart elle se rapproche doucement de H2

    alors que la lumire revient et que H2 cherche autour de lui). Loncle nest pas encore

    l Mais nes pas magnifique ? a ne te rappelle rien ? On est dj venu ici

    H2 : Je ne sais pas de quoi parles-tu ?

    PF : Quels sont ces couleurs qui tentourent ? Et ce souffle, cette 100

    H2 : Je

    PF : Tout seul enfin te voil ! Pause, H2 ne parle pas. O allons-nous ?

    H2 : Nous

    PF : Ne soit pas si timide avec moi Tu trouve a orang, pourpre, corail ?

  • 4 >> vincent.bonnefille@gmail.com

    H2 : Non ! 105

    PF : Cest beau ?

    H2 : Oui !

    PF : Quy a-t-il ?

    H2 : Du calme

    PF : O ? 110

    H2 : Loin de tout !

    PF : Tu aimes cet

    H2 : Oui

    PF : Et cette Primalodrodonna ?

    H2 : Oui ! 115

    PF : Tu mens ! Tu nen a jamais vu !

    H2 : Cest un mlange de Primanelade du Granth mridionale et dune Dronna

    des terres Thlrines

    PF : Tu mas manqu, cest si silencieux ici, si vide sans toi.

    H2 est tout essouffl et sassoit puis se recroqueville en boule, il est dans le contact avec 120

    lui-mme, avec son corps PF se rapproche de lui, elle le rassure puis elle place son dos

    contre le sien (comme chacun dun ct dune porte ferme ils ne se touchent pas).

    H2 ttonnant : Ne h ! Toi, reste, je suis derrire la porte !

    PF : Nous attendons loncle, montons la garde ! Tout va bien de ton ct ?

    H2 regarde derrire lui, colle son oreille contre celle de PF : Il Tu lentends, il ronfle ! 125

    PF : Quand pourrons nous la franchir, entrer ? De ce ct tout est calme Tu

    cest vrai quil ronfle ! Tu es l ?

    H2 : Il est assis dans son fauteuil en cuir rembourr. Il ne le quitte presque plus.

    PF : Pourquoi donc ? Il naime plus le soleil ?

    H2 : En fait il est fatigu ou peut-tre Cest quil nen a plus besoin, plus envie. 130

    PF : Tout autour un cercle aux fes des cendres ici tout autour de lui ?

    H2 : Il Il est seul, abrit des lueurs des leurres

    PF : Emmitoufl dans sa robe de nuit loin des leurres.

    H2 : Oui Tout autour, une robe de suie et des toiles dessiner

  • Demain Comme Jamais 10.47.Docx >> http://demain-comme-jamais.toile-libre.org 5

    PF + (avec) H2 : destiner deviner 135

    PF : Tu vois que tu te souviens de toute cette

    PF se lve, fait quelques pas, attentive quelque chose de lextrieur (coulisses).

    H2 : Cest eux ? Eux ils ne mont pas quitt, je men souviens. (Ils se dirigent cha-

    cun un bout de la scne, vrifier si quelquun vient en symtrie.)

    PF : Ils ont condamn portes et caveaux pour eux il nexiste rien au-dedans 140

    Lui a dcrt, ils ont entendu puis suivi la dance Tout le monde sest ds-

    habit, ds-intim, appelle a comme tu veux ! Il ny aurait plus de secret, ils sont

    partis. On dirait des abris avec leurs fentres, leurs portes barricades de

    lextrieur pas du vide . -Cf. plus bas, ordre denfermement partie 4)-

    PF et H2 : Sans moi tu nes rien leurs yeux 145

    PF : LOncle a raison tu nes pas comme eux.

    H2 : Il devait tre bon quand je lai connu (Rflchi un instant) on nattend pas

    linconnu avec cette envie tenace qui me tient ici, dans mon oubli, ttonnant.

    PF : Tu es homme de Veugle sil ya quelquun qui va se souvenir et donner un

    son sa vie cest bien toi ! Ce pauvre oncle Et pourtant ce ntait pas un ca-150

    deau ! Tu ne le reconnaitrais pas. -- cf. PARTIE 4, loncle infect) --.

    H2 : Je ne sais pas si je pourrai me rinventer demain

    PF : Tu lcheras ma main pour voir de tes propres ailes All viens nous avons

    bien assez attendu, rentrons !

    H2 : Je taime ! Je taime ! Je taime ! 155

    PF en sloignant quand il lappelle : Moi aussi H2 la cherche. Elle tente de sen loi-

    gner puis, aprs un long silence : Contente toi de cette Primaldor a ira.

    H2 : Et comment tout cela finira-t-il ?

    PF : Cest toi de voir ! Je sais juste que tout commena ainsi, dans ce wagon.

    H2 : Nous allons 160

    PF : Aveugles, plus que jamais Elle observe H2 absorb, pensif tu retomberas sur

    terre ! Tu me semble si fou, dans ton monde

    H2 hsitant : Je sais

    PF (H2 laccompagne) : La guerre clate Bangkok au 7 de la rue de Batheft,

    Prague, une oie se maquille la vie continue. Le train en partance marque un 165

    arrt ou boissons fraches vous sont agrable bar vous souhaite un joyeux parmi

    nous 2 minutes darrt bordure du voyage sil vous plait

  • 6 >> vincent.bonnefille@gmail.com

    PF sort et trois H0 (dont 4) rentrent sur scne. H1 retire une pelote de la poche de 4 puis sort. 4 est un temps dboussol, apeur ; H1 rentre et lhabille comme les autres H0 puis il observe H2. 170

    H2 : Je finissais ma phrase en serrant ce bout de laine, cette pelote, comme si stait ma vie des odeurs de dparts. Comme si tout tait l, au creux de ma main la peau de ma paume pose. Les gens portaient des chapeaux aux formes. Ils taient dans leurs villes affubls de cette joie de se reconnatre ainsi les uns les autres. Autres formes cousues sur leurs ttes. Comment 175 maccueilleraient-ils, moi, sans tte couverte ? (Il observe les H0 un moment) Je ne suis personne. Tous les matins Lui parle et rveille ces ttes perdues dans les toiles quils ne regardent jamais Alors que moi je ne les oublie pas ces mortes (H1 sort. Pause durant laquelle les H0 sassoient, dos au public, prs dun cran blanc qui descend leur niveau). Ils lcoutent (H1 est lcran.) Lui est cou-180 t, comme un de ses contes qui nous inspire, qui nous guide mme. Et tout les matins ils coutent leur histoire, ils sinspectent pour savoir, pour sinstruire. Ils sinforment, ils suni-forment dun haut de forme, ils se dforment, se rfor-ment Veugle je prenais le temps dinscrire au grand chne quelques signes sans noms ni hypothse, sans soucis ni avis Elle elle tait l, cest sr ! Avec 185 moi, perdu dans mes calcules sans rsultats, dans mes constructions sans fonda-tions loin, assez loin (avec les H0 dans les coulisses) : nulle part . H2 : Le soleil changeait aussi souvent de robe que les pierres changent de sou-venirs. Un jour, alors que je dormais, elle est revenue. Elle ntait presque plus 190 Comme morte ? Je ne veux pas leur ressembler ! Cest a que jai d lui dire. Eux ils ont rpondu : (avec les H0) Rendors toi si on ne te plait pas ! (Lcran steint -H1 disparait-. H2 se couche. Les H0 lisent debout, peuvent sortir/rentrer sur scne, sans bruit, identiques, imperturbables. 4 ramnage les chaises en une seule ligne/range comme sur un quai, face aux railles.) 195

  • Demain Comme Jamais 10.47.Docx >> http://demain-comme-jamais.toile-libre.org 7

    PREMIRE PARTIE

    Lcran sallume, prsence de H1 mme si non prsent, H2 se lve, apeur et reste de-

    bout tourn vers les coulisses... Dialogue entre les deux H0 : numro "1" et "2". 4 sest

    assis lcart, absorb dans sa lecture (absent). 200

    Cf. Ce passage sur le quai est vu diffremment par H2 en PARTIE 5 o il en raconte un avant et un aprs : mise en situa-tion, autre temporalit. Des lumires dans les mmes tons sont bienvenues.

    1 : Tu viens, on sassoit. Il y a de la place, l, un peu plus loin.

    2 : Attend, on ne se met pas trop loin non plus

    1 lui tendant un journal : Tiens ! 205

    2 : Merci jallais loublier. Comme que donc, dit donc que je suis absent ! (Lcran

    steint.)

    1 : Il a lair bien triste, celui-l ! Tu ne trouves pas ? (H2)

    2 : O ? Lautre, l ? Assis sa place (parle de 4) ? Dailleurs lis puis plutt, on

    naura peut-tre pas le temps sur le trajet ! 210

    1 : Non l, le grand, debout, derrire la ligne (H2). Il regarde lheure

    2 : Bien oui, sur le quai dune gare

    1 : Attends ! Tu crois quil nous a vus ?

    2 : Mais

    1 : Il nous a vus ? 215

    2 : Je pense que Lui il le voit alors lui il peut nous voir Cest dans lordre de ces

    choses ! Arrte un peu : On (Lui) va nous entendre, calme-toi tu veux ?!

    1 : Il est louche ! Il narrte pas de regarder autour de lui Et puis, il tient

    quelque chose au niveau de son ventre. Avoue que cest bizarre de se tenir

    comme a, face un public, sur un quai ! 220

    2 : Tu as raison, il est mme trs trange vtu ainsi ! Lis, on ne devrait pas sen

    occuper ! (Lis un titre) Les Plums prenne...

Recommended

View more >