Des fantasmes maternel à la constitution du fantasme ...· capter l’attention d’un bébé pour

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Des fantasmes maternel à la constitution du fantasme ...· capter l’attention d’un bébé pour

  • 1

    Des fantasmes maternel la constitution du fantasme infantile : une anne de vie chez un bb.

    Joan est un bb qui refuse tout contact de regard. Mme avec la puricultrice

    domicile. Une consultation nous est demande en urgence.Le docteur Dominique

    Brengard et moi-mme, nous recevons la famille quand le bb na encore que deux

    mois.

    A la premire sance, la puricultrice accompagne la mre et le bb.

    Trs dprime, cette dernire se montre incapable de dire un seul mot.

    Puricultrice : Maman a une histoire un petit peu douloureuse par rapport cet

    enfant. Maman a eu quatre garons en tout. Un an qui est ne en Roumanie, qui

    avait une maladie qui a t opre et qui est dcd lge de dix mois. La mre

    pleure silencieusement.

    Puricultrice: Ensuite, papa et maman sont venus en France et Patricio est n en

    France. Patricio a 6 ans. Et puis, il y a eu encore une histoire douloureuse avec la

    naissance de Filippo. Vous voulez en dire deux mots ? Cest trop triste ?

    La mre, en larmes, narrive qu ajouter : Je lai abandonn ! ...Le cerveau nallait

    pas Je nai rien vu la naissance, ctait un bb normal.

    Japprends que le pre a refus tout aide de la psychologue de la maternit pour leur

    permettre de faire des crmonies de deuil autour de ce bb. Dans un filet de voix,

    la mre insiste sur la culpabilit qui laccable : On la laiss l bas

    Les crmonies symboliques autour du nouveau-n mort sont vitales pour

    quune place soit possible pour le bb qui viendra aprs. Pour quune mre ne reste

    pas ente ternellement par la prsence du fantasme du bb perdu.

    La mre raconte comment la situation entre les parents est trs tendue. Joan

    se met hurler.Laznik, parlant la place de Joan : Oh, l, l ! Je pleure voil

    quest-ce que je fais, moi quand ils discutent papa et maman. Je pleure ! Je vous

    montre comment je fais. Le bb se calme.

    La mre a dit au pre quelle venait une consultation pour les yeux de leur bb.

  • 2

    M : Parce que comme il ne nous regarde pas il bouge tout le temps la tte

    La mre exprime le fantasme dune malformation crbrale qui rendrait compte de ce

    non regard de leur enfant. Ils avaient bien compris que les deux dcs prcdents

    taient dus des malformations. Ce fantasme, les parents le garderont longtemps.

    Laznik la mre : Il vite la tristesse de papa et de maman. La mre essaye

    encore, en vain : Joan ! Joan ! Et a me fait mal au cur quil ne me regarde

    pas.

    Laznik Joan: Oui ! Cest dur! Jentends tout a, on va travailler ensemble,

    promis! Joan regarde Laznik, quil ne quittera plus.

    L : Oui on va se voir, pour rendre maman plus rigolote et joyeuse, pour que, toi,

    tu puisses lui sourire, du coup maman puisse te sourire. Du coup, tu puisses sourire

    maman et que, maman, elle puisse sourire son petit garon. Joan regarde

    intensment. Laznik poursuit sur un mode incantatoire : Eh oui ! Quelle

    saperoive que son petit garon est tellement sensible Eh oui ! Que ds quil voit

    du souci, il ne veut pas regarder. Oui ! Oui ! Oui ! Joan garde les yeux rivs sur le

    visage de lanalyste.

    M : Mais il ne me regarde pas comme a !

    Laznik la mre : Parce que Mme Laznik elle est na pas tous les soucis de

    maman ! Faon de parler des fantasmes qui entent la mre.

    Nous laisserons ici de ct la thorie de la technique qui permet un analyste de

    capter lattention dun bb pour nous concentrer sur les fantasmes maternels qui le

    font fuir.

    La mre devient plus loquace mme si sa voix reste encore presque inaudible. Elle

    raconte sa propre fratrie et la mort de deux de ses petits frres, en prinatalit aussi.

    Elle parle de la perte de son pre, dans un accident et du fait quelle se sentait bien

    plus proche de lui que de sa propre mre.

    La semaine suivante, elle vient avec son mari. Cette sance, vritable prise en

    charge familiale, a lieu avec le pre et le fils ain.

    Demble, je rtabli le contact avec Joan, et pendant toute la sance ce lien exclusif

    du bb lanalyste se maintiendra, sans aucun effort de ma part. Comme je suis

    surtout attentive son pre, cest Joan qui, diverses reprises, insistera vocalement

  • 3

    pour que je le regarde et lcoute. Il est en plein dans ce que nous appelons la

    pulsion invocante.

    Monsieur parle de sa propre famille et je valorise son pre qui faisait des journes

    harassantes pour les nourrir tous. Cet change devait sceller un transfert positif

    avec le pre qui ne sest jamais dmenti depuis.

    Comme nous savons que lasthnie due la dpression de madame est

    source de grands conflits avec son mari, qui refuse par ailleurs quelle puisse voir

    une psychothrapeute, jexplique alors au pre ce quest une dpression du post-

    partum. Que cela peut tre assez grave, quil faut la soigner, car on ne sen sort pas

    toute seule.

    Monsieur parle alors de son fils : L, on stait inquit. On se dit que peut tre que

    Joan ne voit pas clair.

    L : Est-ce que vous avez remarqu que si jarrte de le regarder, il fait Eh ! a

    veut dire regarde-moi nouveau ! Je nai pas le droit de parler aux

    autres !. Soyez assur pour la vision de votre fils. Elle est trs bonne, cest pour a

    quil a vu la dpression de maman. Dautres bbs ne lauraient pas vu. Lui, il voit

    plus que les autres

    Le pre raconte alors pourquoi il avait refus toute aide des psychologues.

    Prcdemment, loccasion dun vanouissement de sa femme pendant une

    crmonie religieuse o il y avait beaucoup dansent, ils staient retrouvs aux

    urgences o le psychologue stait permis dinterroger leurs croyances religieuses.

    Nous signifions clairement notre dsapprobation absolue contre une semblable

    ingrence. Cela termine de nouer le transfert positif de cet homme envers nous.

    A la sance suivante, la mre raconte que son bb la regarde : En tout cas,

    quand on change la couche. Cest comme il a fait lautre fois ! Moi, je suis contente !

    Jai pleur lautre jour : il me regardait longtemps, longtemps, longtemps !

    Le bb et la mre se regardent et elle lui parle en roumain. Patricio, qui est venu

    avec eux, traduit : Elle a dit Tu vas grandir beaucoup !

    Plus loin, dans cette sance, Patricio joue avec le Dr Brengard. A un moment donn

    de son jeu, il prend un bb dans la main, en expliquant : Lui, il va dans le

    frigidaire, il dort dans le frigidaire

    Surprise, je lui demande sil est mort car il me semble que ce sont les morts que lon

    met dans le frigidaire. Or ,on venait justement de reparler de son petit frre mort.

  • 4

    Patricio : Jai deux petits frres quils sont morts. Parce quils taient tellement

    malades, ils ont attrap un gros rhume et ils sont morts .

    L : Ah non ! Ce ntait pas un rhume, pas de tout ! Toi, tu peux attraper des gros

    rhumes, tu ne vas pas mourir, ne tinquite pas !

    Patricio: Mais ils taient malades !

    Les trois femmes expliquent Patricio quil sagissait dune autre maladie, quils

    avaient dj en naissant.

    L : Et Joan non plus, sil a un rhume, il ne va pas mourir.

    Patricio : Mais maman, tu mas dit quils taient malades et quils taient morts !

    Je te demandais pourquoi ils taient morts. Et toi, tu mas dit quils taient

    malades !

    M : Mais tu ne mas pas demand quelle maladie !

    Patricio: Oui, mais Joan, bien sur, il est petit ! Joan il ne doit pas attraper les

    microbes des autres.

    un jour, la mre arrive terrorise. Elle a t appele lcole de Patricio parce quil

    tait souffrant. Sur tout le trajet, elle avait eu lintime conviction que Patricio allait

    mourir.

    jJe lui demande de nous raconter la mort du fils an. Sur un ton monocorde la

    mre dcrit la naissance de Lauro. Un trs beau bb, dont elle nous montrera, plus

    tard, des photos. Il tait nanmoins n avec une malformation: le tube neural ne se

    refermait pas d vraisemblablement un mylo-mningocle, mot que la mre na

    jamais prononc.

    Un bb ainsi malform doit tre opr au plus vite. Mais dans la Roumanie

    daprs lre dite communiste la chirurgie est devenue payante et rserve ceux

    qui en avaient les moyens. Lauro, un beau bb, trs souriant, a pass ses premiers

    dix mois entre la maison et lhpital de leur rgion, jusqu ce que le frre ain de

    madame qui travaillait dj en Europe ait pu leur prter largent pourf cette

    intervention. La capitale, seul lieu o cette intervention pouvait se faire, est de lautre

    ct du pays.

    Le bb meurt pendant lopration. Il ny a plus qu rcuprer le corps mort

    du bb la morgue. A chacun de ces moments dextrme douleur, la mre raconte

    avoir rpondu en svanouissant.

  • 5

    Les parents entreprennent les milles kilomtres de retour avec le corps du

    bb dans une bote en bois sur la banquette arrire. Cest lt, il fait trs chaud. La

    mre gardera pour toujours lodeur du corps du bb qui commence se

    dcomposer. Elle dit que parfois, quelle a limpression de retrouver cette odeur sur la

    tte de Joan. Dans une des premires sances, la mre avait racont un cauchemar

    quelle avait fait la maternit, lors de la naissance de Joan. Lauro tait sur un lit

    dopration, ct du lit o elle tait couche. Il tombait et sa tte heurtait le pied du

    lit. Elle criait pour appeler au secours. Les infirmires de la maternit sont accourues

    pour lui demander ce quil se passait. Ctait un cauchemar.

    A une autre sance, la mre nous avait dit quau dbut, quand elle r