Des prestations complémentaires contre la pauvreté des familles monoparentales

  • Published on
    22-Jul-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Service de presse 6/2015 Des prestations complmentaires contre la pauvret des familles monoparentales Ne plus avoir la force. Cest ma plus grande crainte. (Bettina Fredrich)

Transcript

  • Service de presse 6 Le 25 juin 2015

    Des prestations complmentaires contre la pauvret des familles monoparentales

    Ne plus avoir la force. Cest ma plus grande crainte. Bettina Fredrich

    Le service de presse de Caritas Suisse propose la libre utilisation des articles de fond. Les auteures

    et auteurs sont disposition pour rpondre dventuelles questions.

  • - 2 -

    Caritas Suisse, Service de presse 6, 25 juin 2015

    Des prestations complmentaires contre la pauvret des familles monoparentales

    Ne plus avoir la force. Cest ma plus grande crainte.

    La pauvret en Suisse a plusieurs visages. Par exemple celui des familles monoparentales. Une

    famille monoparentale sur six est touche par la pauvret. La pauvret se rpercute sur tous les

    domaines de leur vie. La politique ne peut pas rester les bras croiss face aux conditions de vie

    prcaires des familles monoparentales. Il sagit de combler les lacunes dans la garantie du mi-

    nimum vital. Les expriences positives ralises avec les prestations complmentaires pour fa-

    milles dans les cantons de Vaud, de Genve, du Tessin et de Soleure indiquent la voie suivre.

    Ces dernires annes, le nombre de mnages monoparentaux a fortement augment. Ils sont actuelle-

    ment prs de 200 000 en Suisse, soit deux fois plus quen 1970. Dans 86 % des cas, les enfants vivent

    chez leur mre. Avec une proportion de 16,5 %, les familles monoparentales sont quatre fois plus sou-

    vent touches par la pauvret que les familles comportant deux parents et deux enfants. Bien que ces

    faits soient connus depuis longtemps, les conditions de vie prcaires des familles monoparentales

    nont jusqu prsent pas t suffisamment mises en lumire. Quels sont leurs dfis quotidiens ? Et les

    motifs de leur prcarit grandissante ? Caritas a mandat une tude auprs du Centre interdisciplinaire

    pour la recherche en tudes de genres de lUniversit de Berne, afin de mieux comprendre les condi-

    tions de vie des familles monoparentales en situation de pauvret et dindiquer des possibilits dagir.

    Des pensions alimentaires trop modiques conduisent laide sociale

    Les familles monoparentales sont financirement trangles. Souvent, les pensions alimentaires

    quelles touchent aprs une sparation ou un divorce ne suffisent pas assurer leur subsistance. Beau-

    coup de personnes concernes commencent par consquent par rogner sur leurs propres besoins. Elles

    renoncent leurs loisirs et lachat de vtements, sont laffut des actions et repoussent autant que

    possible les visites chez le dentiste. Bien que beaucoup peuvent compter sur un soutien financier de

    leurs parents, les personnes prises dans cette situation difficile se trouvent souvent court dargent et

    doivent avoir recours laide sociale. Un pas souvent difficile franchir. Les intresses craignent fort

    la stigmatisation. Si elles se rsolvent malgr tout demander laide sociale, elles en ont souvent honte

    et se retirent de la socit. Cela entrane solitude et isolement : Pour moi, a nentrait tout simple-

    ment pas en ligne de compte, mais ensuite, je nai plus trouv de solution. () Jai d aller laide

    sociale. () Jessaie de dissimuler la chose et me rends rarement au village en semaine. L-bas, on

    colporte des ragots sur les personnes comme moi. Beaucoup de mensonges circulent propos des

    bnficiaires de laide sociale. () Quand des gens parlent dune manire ngative, ils regardent

    indirectement dans ma direction. Cest trs pnible quand les gens ragissent ainsi.

    Si je meffondre, tout seffondre avec moi !

    Les familles monoparentales touches par la pauvret ne sont pas seulement aux prises avec un budget

    serr. Souvent, la situation se rpercute aussi sur leur bien-tre et celui de leurs enfants. Le fardeau qui

    pse sur les mres et les pres qui lvent seuls leurs enfants peut entraner stress, angoisses, surmena-

    ge et problmes de sant. Chez quelques-uns, la charge stend bien au-del de la phase dducation et

    occasionne une prcarit durable. cause des responsabilits multiples que reprsentent les enfants et

  • - 3 -

    Caritas Suisse, Service de presse 6, 25 juin 2015

    le travail, beaucoup de personnes levant seules leurs enfants nont plus de temps pour elles-mmes,

    pour se reposer : Durant les deux premires annes, je nai pas eu un instant de libre. Cest pour-

    quoi beaucoup expriment le souhait dtre mieux soutenues et davoir un peu de loisirs : Un peu plus

    de temps, un peu plus de marge de manuvre. Pas pour du wellness, mais simplement pour des choses

    comme le-banking. Les enfants ne sont pas insensibles lpuisement et au stress des parents.

    Daprs certains tmoignages, cela se traduit chez eux par de brusques difficults scolaires et des

    clats de colre. En plus de subir les consquences de la surcharge du parent qui soccupe deux, ces

    enfants sont aussi dfavoriss sur le plan conomique. Ils ont moins accs aux offres de promotion

    prcoce et leurs loisirs sont dtermins par les cots. Leurs parents nont pas les moyens de les emme-

    ner en vacances. Les enfants concerns risquent ainsi de se trouver exclus de la socit.

    La statistique de la pauvret illustre le fait que deux facteurs en particulier influencent le risque de

    pauvret en Suisse : la difficult de concilier famille et travail dune part, une formation insuffisante

    de lautre. Les familles monoparentales en situation de pauvret cumulent ces deux facteurs. Elles ont

    ainsi plus souvent besoin de recourir une solution de garde extrafamiliale que les familles avec deux

    parents. Cependant, loffre en matire de crches et dcoles horaire continu est encore insuffisante ;

    elles sont souvent trop chres et incompatibles avec des horaires de travail flexibles. La situation est

    encore pire quand les intresss travaillent dans le secteur bas salaires. Outre un salaire trop modique

    pour assurer la subsistance, en particulier en cas de temps partiels, le travail dans le secteur bas salai-

    res implique souvent aussi des conditions prcaires. Le travail sur appel, le travail temporaire ou les

    contrats dure limite ne sont pas rares. Or, ces horaires irrguliers compliquent nouveau la possi-

    bilit de concilier vie familiale et professionnelle. Les familles monoparentales en situation de pauvre-

    t sont par consquent tributaires de solutions prives informelles. Et une majorit dentre elles restent

    pauvres en dpit dune activit lucrative. Il y a en effet quatre fois plus de working poor parmi les

    familles monoparentales que dans lensemble de la population.

    Les prestations complmentaires pour familles, une approche explorer

    En Suisse, le systme de scurit sociale couvre mal les nouveaux risques. cause des lacunes dans le

    systme des pensions alimentaires, de nombreuses familles monoparentales ne sont pas en mesure

    dassurer leur subsistance. Il faut donc complter ces mesures par lintroduction dune allocation

    dentretien denfant sous condition de ressources par des possibilits de prise en charge extrafamiliales

    accessibles et avantageuses partout, ainsi que par des rgles plus strictes permettant de rduire la pr-

    carit des emplois des secteurs bas salaires. Les prestations complmentaires pour familles reprsen-

    tent aussi un bon moyen de lutter contre la pauvret des familles monoparentales. Les cantons de

    Vaud, de Genve, du Tessin et de Soleure, qui ont introduit cet instrument, ont dj men plusieurs

    valuations qui confirment son efficacit. Cest pourquoi il sagit de prendre ces rsultats au srieux et

    dintroduire des prestations complmentaires pour familles dans tous les cantons.

    Bettina Fredrich, responsable du Service Politique sociale, Caritas Suisse,

    courriel : bfredrich@caritas.ch, tl. 041 419 23 37

    tude (en allemand) et prise de position de Caritas : www.caritas.ch/familles-monoparentales

Recommended

View more >