Divine Comedie

  • View
    101

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of Divine Comedie

LA

DIVINE

COMDIE

DE DANTE

ALIGHIERI

(ENFER

PURGATOIRE

PARADIS)

traduite en vers franais PAR J. A. DE MON GIS Procureur de a gnral rslaCourimpriale Dijon, ncien p prsident de de de la Socit Philotechnique Paris, membre es Acadmies Dijon, d de l'Aube,etc.,etc. Onorate l' ltissimo poeta. cant. (INFERNO, IV.)

DIJON 41 PEUTET-POMMEY, DITEUR,RUEDESGODRANS, PARIS J. HACHETTE et Cie, libraires, rue Pierre - Sarrazin, 14 libraire, au Palais-Royal, galerie d'Orlans LEDENTU, 1857

LA

DIVINE

COMEDIE.

LA

DIVINE

COMDIE

DE DANTE

ALIGHIERI

(ENFER

PURGATOIRE

PARADIS)

traduite en vers franais J. A. DE MONGIS de a p i prsident Procureur gnral rsla Courmpriale Dijon, ncien de de Paris,membre esAcadmies Dijon, d Socit de la Philotechnique de l'Aube,etc.,etc. PAR Onorate l' altissimo poeta. cant. (INFERNO, IV.)

DIJON PEUTET-POMMEY, RUEDES LIBRAIRE-DITEUR-PR0PRITAIRE, GODRANS, 41 PARIS J. HACHETTE et Cie, libraires, rue Pierre -Sarrazin, 14 LEDENTU, libraire, au Palais-Royal,galerie d'Orlans 1857

AVERTISSEMENT.

Le l'aide

traducteur d'un travail

ne doit tout

tendre

qu'

s'effacer.

la fois pnible parvenu faire revivre son modle, le faire admirer comme aimer comme il l'aime, sa tche est remplie, il l'admire, son ambition satisfaite. Plus on l'oublie, plus il est heureux dire en le lisant : Dante tait et fier; sa gloire est d'entendre

Quand, il est et charmant,

un grand pote. ne prenant la de commentaires; J'ai donc t trs-sobre notes rejetes la fin du pome, que parole dans quelques beaut cache, claircir quelque pour faire mieux ressortir un passage tueuse. obscur, hasarder parfois une critique respecde ce ma-

La vie de DANTE devait gnifique lments esprit palais

tre comme

lev par son gnie. l'aide des et sans puiss dans son oeuvre mme, simplement mais heureux de repousser d'un mot les de systme,

le pristyle Je l'ai trace

dont on a cherch dans ces derniers temps fltrir outrages sa mmoire. Le gnie est une calamit, quand il n'est pas anim par le souffle de la vertu. tre Des vers ne sauraient mon sens, s'ils expriment ou reclent une pense beaux, et dshonnte. Si DANTE et t hrtique, rvolutionnaire

VI socialiste,

AVERTISSEMENT.

traduit. je ne l'aurais pas aim, je ne l'aurais pas il y a vingt ans, un essai sur Lorsque je laissai paratre, la pense de DANTE avait t dj creuse par de l'Enfer, mais son oeuvre, on peut le dire, savants commentaires; tait encore inconnue : le public tait rduit l'admirer sur mme dire que Dante ne pouvait tre depuis cette poque, bien des tentatives Cependant, ont t faites et de vritables succs ont t obtenus. La Divine Comdie presque tout entire, dgage des bandelettes parole; traduit. on s'accordait mystrieuses enveloppe, Si le peuple donner o les grands prtres du temple la tenaient est apparue tous les yeux dans sa grandeur. de nos villes n'en est pas encore arriv fre-

comme les gondoliers de Venise, tout homme de got l'a lu, du moins, et tous savent aujourd'hui que Dante n'est pas tout entier dans les pisodes d'Ugolin et de Francesca. comme en Depuis dix ans, en France, comme en Allemagne, on comprend Angleterre, le lit, on l'admire. Le moment m'a donc paru bien choisi pour Dante, tirer on de la

les tercets du Paradis

qui, suivant le conseil d'Horace, poussire un manuscrit y sommeillait depuis dix ans : car, dfaut d'autre mrite, il a du moins celui d'offrir le premier une traduction complte et en vers de la Divine Comdie. Ce n'est pas que l'preuve ne ft pour l'auteur bien rude et bien prilleuse..... Ahi ! quanto a dir qual' era cosa dura... Traduire un pome vant notre poque. la littrature l'harmonie en vers, c'est, je le sais, aprs bien un crime de-

des carts, Dj revenue, srieuse et honnte, elle ne l'est pas encore du rhythme et de la cadence. De nos jours, on

AVERTISSEMENT.

VII

ne tolre la posie qu'en prose; et en travaillant vingt ans, j'ai d avoir le courage de me dire chaque matin : Je cours grand risque de n'tre pas lu : ce qui est triste pour un crivain, autant au moins que pour son diteur. un jour qu'elle et malgr tout

Mais la foi m'a soutenu. dire Puiss-je m'a sauv ! Quoi qu'il puisse en advenir,

mon respect pour d'illustres contradicteurs, je ne comprends pas un pome traduit autrement que par un pome. Pour redresser mon erreur ou me confirmer dans ma croyance, et je suis arriv au rsultat j'ai essay des deux systmes, que nos professeurs nous faisaient jadis obtenir au Lyce en nous donnant rduire en prose le rcit de Thramne ou de Julie. les imprcations suis pas rapport mes faibles lumires. J'ai soumis le dbat des juges minents, et dans leur balance, la prose a t trouve lgre. Ceux-l qui, plus haut placs, plus haut anathme contre la rime, m'ont dit au la fin ils m'ont dit : Publiez. dbut : Continuez; Et voil pourquoi mon livre parat aujourd'hui. criaient La grce que je demande aux hommes de got et d'intelligence pour qui j'ai travaill, c'est de lire au hasard, avant de me condamner, deux chants de la Divine Comdie, tels autant qu'il m'a unissant, que j'ai essay de les reproduire; t possible, une rigoureuse exactitude une lgance sobre et svre; laissant toujours sentir sous un vtement empures et les fiers contours du modle; mais sans les effacer, sous les plis de sa robe dissimulant, nouvelle, les couleurs trop tranches qui feraient tache aux prunt m'attachant yeux de notre poque; semble les allures, l'accent, l'esprit, conserver le parfum dans l'ende l'oeuvre, les formes Je ne m'en

VIII

AVERTISSEMENT.

et qui constitue ce je ne sais quoi qui s'appelle la physionomie du visage, mais la ressemblance, qui n'est pas dans les traits des formes ce que la grce est la qui est la rgularit n'oublier enfin et surtout jamais que beaut ; cherchant Dante non pas des Italiens du je devais faire admirer du XIXe, et que, suivant un XIVe sicle, mais des Franais excellent prcepte, Sur le ton des Franais il faut chanter en France. Mais ceux qui, demandent qu'on de respect et de scrupule, sous prtexte leur livre, la place d'un chef-d'oeuvre,

ne tenant aucun compte je ne sais quelle grossire, copie, qui, et mconnaissant des lieux et des temps, de la diffrence nous forcent parler un les gnies divers de deux langues, Dante de nous italien barbare plutt que de permettre parler le franais de Racine et de Corneille ct de ce modeste passer ddaigneux de leur superbe esclavage. la hauteur dans une adoration moins milit , il se croit plus intelligent comme tout le monde servile. Certes, j'ai lu avec admiration et l' Indiffrence en matire de le Gnie du Christianisme mais je ne voudrais pas faire religion; Etaient chrtiens tous ses ennemis. Et moins encore : Tu sauras combien descendre Est-ce prose Dante de l'escalier donc la peine est dur d'autrui. ainsi le degr dire Dante : ; ceux-l devront essai : il n'est pas Fier dans son hu-

du monter allures

et du de la ainsi

de se donner

les libres

pour

comprendre est-ce Alighieri,

l'exactitude? lui faire honneur,

Traduire

ou le profaner?

Onorate l' altissimo poeta. Si j'attache un grand prix me dfendre devant les sa-

AVERTISSEMENT. vants rendre et les hommes favorable de lettres, je tiens plus ce monde de la magistrature encore

IX me et du Palais

auquel toute ma vie j'ai eu l'honneur d'appartenir. L surtout, est svrement l'amour des lettres jug, avec l'tude du droit; et, parce qu'on le croit incompatible d peut-tre, comme Cante pour me rhabiliter, j'aurais de' Gabrielli, condamner Dante au feu; mais les hommes, comme les livres, ont leur destine, et j'accepte celle que l'opinion a pu me faire. Je crois seulement qu'il y a rigueur sinon injustice, rejeter, mme en la couronnant extrme, de fleurs, la littrature du sein de l'empire o ont trn les l'Hospital tour tour les Dmosthnes et les Cicron, : ceux-l, d'admirables et les d'Aguesseau livres, composant o la loi des Douze Tables lgres charmant les ennuis de l'exil ou n'tait pour rien ; ceux-ci, allgeant le fardeau des affaires par des chants et des rimes dont leur mmoire n'a point rougir. voire mme des fables des lettres, que la culture que le ont plus de part qu'on ne le supsecret de la versification, du ministre public. C'est par pose aux succs de l'orateur les vers que l'on apprend faire de la prose ; car on apprend Il me semble mme pour la rendre plus docile; par eux chtier sa pense, la resserrer, pour la faire mieux ressortir. et t choisi pour tenir Et s'il arrivait qu'un magistrat les plus difficiles, tte aux situations que par l'oreille du assembles jury il ft arriv son coeur, que de solennelles lui eussent fait l'honneur de l'couter en grande partie devrait-il peut-tre des penchants tincts qui font sourire, des tudes que l'on condamne. Je n'ai pas, d'ailleurs, bienveillance, ces faveurs des insque l'on critique, une seule minute b avec

donn ce travail

X

AVERTISSEMENT,

Le les devoirs de ma profession. du temps que rclamaient livre que j'ai fait en dehors du Palais, je l'ai recueilli pour en vingt ans, ainsi dire vers par vers, feuille par feuille, dans mes veilles, dans mes promenades, pendant les heures de loisir que je drobais aux distractions du monde et pour en un mot, trop nglig peut-tre; l'humble liane sous l'abri du cdre superbe, j'ai traduit les 18,000 vers de la Divine Comdie dans ces minutes perdues que j'ai placer ici

trouva pour tous, pendant lesquelles Montesquieu moyen d'crire la moiti de l'Esprit des lois. On me pardonnera, ces quelques j'espre, lignes o le moi n'apparat Je m'emque pour s'excuser et se dfendre. de laisser la parole