Dossier de presse Van Gogh, rêves de Japon Hiroshige l’art ...· Van Gogh, rêves de Japon met

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Dossier de presse Van Gogh, rêves de Japon Hiroshige l’art ...· Van Gogh, rêves de Japon met

Dossier de presse Van Gogh, rves de Japon Hiroshige, lart du voyage

Expositions du 3 octobre 2012 au 17 mars 2013

SAISON AUTOMNE HIVER 2012 2013

Van Gogh, rves de Japon

Pinacothque 2 - 8, rue Vignon 75009 Paris

Hiroshige, lart du voyage

Pinacothque 1 - 28, place de la Madeleine 75008 Paris

SOMMAIRE ..........................................................

VAN GOGH-HIROSHIGE : dEdo Arles, le voyage intrieur 3 Prface de Marc Restellini

EXTRAITS DES CATALOGUES 4

VISUELS DISPONIBLES POUR LA PRESSE 8

LISTE DES UVRES EXPOSES 13

PUBLICATIONS 24

OFFRES CULTURELLES 25

OFFRES COMMERCIALES POUR LES PROFESSIONNELS 27

INFORMATIONS PRATIQUES 28

En couverture : Vincent van Gogh, Oliveraie Juin 1889, huile sur toile, 72,4 x 91,9 cm. Signe en bas gauche : Vincent Collection Krller-Mu !ller Museum, Otterlo, the Netherlands Utagawa Hiroshige, Plage des Danseuses, Maiko , dans la province de Harima, srie des Vues des sites clbres des soixante et quelques provinces du Japon, 1853/XII, nishiki-e (estampe partir dune gravure colore), 36 x 24,1 cm. Museum Volkenkunde, Leiden/Muse national dEthnologie, Leyde, inv. 2494-46 Conception et ralisation graphique : Gilles Guinamard

.......................................................... Van Gogh-Hiroshige : dEdo Arles, le voyage intrieur

Van Gogh est sans aucun doute lartiste le plus clbre au monde. Rien ne surpasse la puissance de son uvre dans ce que nous connaissons de la priode moderne et impressionniste. La draison et le tourment caractrisent le plus son uvre puisquil est, en effet, lun des personnages les plus torturs que la priode ait connu. Tout a t dit sur la fragilit psychologique de Van Gogh, sur ses troubles bipolaires, sa schizophrnie et sur ses crises de dlire accompagnes dhallucinations, ainsi que sur leurs consquences directes sur son uvre et sa manire de voir le monde. Mais il est lgitime de se demander si lanalyse de ses troubles graves, mise en relation avec lanalyse de ses uvres na pas finalement fait oublier lessentiel. Une approche plus traditionnelle de son uvre permet de constater avant tout que ses rfrences vont se tourner vers un art qui est le contraire de celui quil a produit : celui de Hiroshige. Un art dont toute la philosophie repose sur la solidit, la composition, la srnit, le voyage et la paix intrieure. Au temps des impressionnistes, Hiroshige est de loin lartiste qui a le plus fascin lensemble du groupe des jeunes contestataires des Salons. Et pourtant, tout le monde en France est persuad que lartiste japonais le plus clbre est Hokusai. Cest une erreur qui amuse beaucoup au Japon. En effet, le Lonard de Vinci japonais nest pas le matre de La Vague mais un autre qui na encore jamais eu lhonneur des muses en France : Utagawa Hiroshige. Malgr sa notorit unique au Japon et dans le monde, la France semble lavoir ignor, oubli ou nglig. Hiroshige est lun des derniers matres dans la tradition de lukiyo-e. Il a port ce genre, le plus remarquable de la prospre priode dEdo, jusqu un niveau ingal. Lukiyo-e, littralement image du monde flottant dsigne le style destampes trs color propre lpoque dEdo. Il est question dy reprsenter la nature aux quatre saisons, le passage du temps, mais aussi la vie de la cit dans lexcs des sensations quelle offre au corps. En effet, le bouddhisme met en garde contre les plaisirs des sens et rappelle que le monde, comme en tmoigne le passage des saisons, nest quune illusion, un monde flottant , dont il convient de se dtacher. Les habitants dEdo reprennent leur compte ce terme, lassument, le dtournent, et en font un des symboles de leur socit de plaisir. Lexposition que la Pinacothque de Paris prsente aujourdhui est avant tout une rparation de cet oubli majeur de la musographie franaise puisquil ny a jamais eu dexposition du Matre dEdo. Hiroshige, lart du voyage permet donc aujourdhui de faire la lumire sur cet univers rfrentiel, avant tout celui du voyage. Au-del des vues aujourdhui classiques dEdo, le Tokyo davant 1868, Hiroshige va nous entraner dans deux voyages mythiques, en nous faisant emprunter les deux routes qui relient Edo Kyoto. Il y a la route du sud dite T!kaid! et la route du nord dite Kisokaid!. En sarrtant dans chacun des villages de ces deux routes, une cinquantaine par trajet, les uvres de Hiroshige nous font pntrer dans ce Japon imaginaire et ancestral, ce monde rv. La rencontre organise entre le Japonais et le Hollandais est tonnante mais rendue possible aujourdhui grce lexposition simultane de lart de Van Gogh et de celui de Hiroshige la Pinacothque de Paris. Jamais une tude aussi pousse des rfrences de Van Gogh navait t faite et jamais une confrontation aussi audacieuse navait t tente. Elle permet de se rendre compte que les rfrences de Van Gogh au japonisme en gnral et Hiroshige en particulier ne sont pas seulement rduites quelques uvres phares, copies videntes du Matre dEdo, mais que la majorit de ses paysages partir de 1887 sont construits autour dun systme rfrentiel au centre duquel se retrouve, presque systmatiquement, luvre de Hiroshige. En montrant une quarantaine duvres et principalement des paysages, lexposition qui est aussi la premire consacre uniquement lartiste hollandais depuis des dcennies Paris est une dmonstration claire de limportance du japonisme dans lart impressionniste. La comparaison avec Hiroshige grce ces deux expositions concomitantes est videmment une premire qui permet une confrontation dune prcision incomparable.

Van Gogh, rves de Japon met enfin en lumire ce que pourtant tout le monde pressentait dj : les rfrences au japonisme dans luvre de Van Gogh. Souvent on considre quil sagit de deux ou trois exemples isols, des copies presque serviles destampes de Hiroshige. Mais cette rfrence va trs au-del. La dcouverte du Japon par Van Gogh se fait travers les uvres de plusieurs artistes nippons dans la boutique dun marchand parisien destampes et de gravures japonaises. Siegfried Bing tient commerce prs de la rue de Provence, il y est possible de consulter librement tout ce que lon veut, de fouiller dans les armoires et dadmirer sans limite les rserves de ce fou du Japon. On imagine Van Gogh, le tourment, dcouvrir le monde de Hokusai, Hiroshige, Utamaro ou Harunobu dans le grenier de Siegfried Bing et acheter, avec son frre Theo, tout ce quil est possible dacheter de ces photographies parfaites dun autre monde, presque idal par sa beaut, son achvement esthtique, sa srnit et ses perspectives apaisantes. En saventurant dans ce monde, Van Gogh franchit un pas supplmentaire, jusqualors insouponn, dans sa nvrose. Il va faire du Japon fantasm un refuge, une ralit rve, sy transporter avec une intensit encore accentue par ses troubles psychiques. Ainsi lit-on dans lune des lettres de Van Gogh son frre : Pour ce qui est de rester dans le midi, meme si cest plus cher Voyons, on aime la peinture Japonaise, on en a subi linfluence tous les impressionistes ont ca en commun et on nirait pas au Japon c. d. ce qui est lequivalent du Japon, le midi. Je crois donc quencore aprs tout lavenir de lart nouveau est dans le midi. Cette phrase extraordinaire est indubitablement une cl de lecture incontournable de luvre de Van Gogh. Que ce soit par le biais de son trouble bipolaire ou par simple et pure imagination, Van Gogh va dans son dlire voir le Midi de la France comme tant le Japon. Comme une pure transposition mentale. Cest galement un voyage intrieur que nous invite Hiroshige, un voyage de mditation. Grce lui, il nous est permis, nous, public occidental, de comprendre comment une uvre dart est perue au Japon et plus largement en Asie. Notre manire de voir une uvre en Europe et en Occident est finalement trs superficielle, purement esthtique ou simplement intellectuelle et sattache apprcier la forme, les couleurs, la composition ou la signification. La vision de lart au Japon est trs diffrente et un Japonais ne regarde pas une uvre comme un Occidental. Le Japonais sattache moins lapparence, mais vit la vision de luvre comme un support de mditation. Une uvre est avant tout un prtexte un voyage intrieur. Ainsi une estampe est un objet qui lui permet de pntrer lintrieur de luvre. Cest la raison pour laquelle la perspective dans les gravures japonaises est si vidente et si profonde. Elle aide accompagner lil dans son voyage lintrieur de lestampe. Il est toujours frappant dobserver un Japonais qui contemple une uvre. Il est beaucoup plus concentr quun Occidental parce quil effectue virtuellement le voyage que lartiste linvite faire et ne se contente pas dun simple rapport esthtique ou intellectuel luvre. Ainsi, au bout dun moment, il est trs probable quil sy soit dplac trs loin, quil ait t accompagn par lartiste dans ses plus lointains mandres. Le temps davancer mentalement dans luvre et den revenir est parfois un voyage qui peut durer une ternit pour un amateur dart japonais. La sortie dun tel voyage donne souvent un sentiment dextase et de plnitude intrieure profonde. Cet exercice mditatif mrite dtre tent ne serait-ce que pour comprendre lesthtique japonaise et lesprit de mditation qui lhabite. Le voyage chez Hiroshige est donc double, il est intrieur et extrieur. Photographe dun monde aujourdhui disparu, Hiroshige va en tirer la quintessence en rinventant la perspective. Il donne naissance un style grce auquel on dira quil est sans doute, dans lesprit, le premier des impressionnistes. Cette cl de lecture, celle du voyage intrieur, montre que la rfrence au japonisme nest plus seulement un modle analytique parmi dautres, elle devient un vritable code de lecture pour tout son uvre, ds linstant o Van Gogh se rend dans le Midi de la France. La confrontation iconographi