290
Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels / 46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais 75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels pour le site du Marais d’Orx (40) DOSSIER D’ENQUETE PUBLIQUE

Dossier enquete publique 24052013

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Dossier enquête publique projet aménagement du Marais d'Orx

Citation preview

Page 1: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 1

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

DOSSIER D’ENQUETE PUBLIQUE

Page 2: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 2

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 3: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 3

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

DEMANDEUR

Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais

Représenté par M. Jean-Claude Deyres, Vice-Président par délégation

1005, Maison du Marais 40530 Labenne

DOCUMENT REALISE PAR

Sociétés : BIOTOPE Agence Béarn Pays-Basque, 2 Avenue Pierre Angot, Hélioparc - immeuble Berthelot – BP 83 64 053 Pau Cedex 9 // INTERSCENE 46 rue

Beaunier 75 014 Paris

Auteurs : BIOTOPE J. Cassaigne chef de projets écologue spécialiste faune, M. Cosson ingénieur écologue généraliste, P. Legay expert ornithologue, T. Luzzato expert

entomologue, F. Mora expert botaniste et phytosociologue, C. Pichon hydrobiologiste, L. Simon expert malacologue // INTERSCENE A. Girard et F. De Ladreit //

SYNDICAT MIXTE DE GESTION DES MILIEUX NATURELS (SMGMN), P. Dulau Directeur SMGMN, F. Savary Directrice de la Réserve Naturelle, R. Debats

Conservatrice de la Réserve Naturelle, Y. Montane, C. Lavigne et P. Puyau gardes-naturalistes de la Réserve Naturelle du Marais d’Orx.

ANNEES : 2011-2012

Page 4: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 4

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 5: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 5

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Pièce A – Objet de l’enquête, informations juridiques et administratives .............................................................................................................................................................................. 11

I. Objet et conditions de déroulement de l’enquête publique ............................................................................................................................................................. 12

II. Informations juridiques et administratives et textes regissant les études d’impact et les enquêtes publiques ................................................................................................. 13

III. Autres autorisations nécessaires pour réaliser le projet d’aménagement du site du Marais d’Orx ................................................................................................................ 16

Pièce B – PLAN DE SITUATION ................................................................................................................................................................................................................................................ 17

Pièce C – NOTICE EXPLICATIVE ............................................................................................................................................................................................................................................... 19

I. Objet et justifications de l’opération ............................................................................................................................................................................................ 20

I.1. Historique général du projet ............................................................................................................................................................................................... 20 I.1.1 Le site du Marais d’Orx ......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 20

I.1.2 La Gestion par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais ......................................................................................................................................................................................................................................................................................... 20

I.1.3 Le Plan pluriannuel d’aménagement et de développement du Site du Marais d’Orx ......................................................................................................................................................................................................................................................................... 20

I.2. La situation actuelle en termes d’accueil du public .................................................................................................................................................................... 22 I.2.1 Le Site du Marais d’Orx dans son contexte .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 22

I.2.2 Les activités pratiquées dans le site du Marais d’Orx ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 22

I.2.3 La fréquentation du site du Marais d’Orx ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 22

I.3. Les objectifs et enjeux du projet ......................................................................................................................................................................................... 23 I.3.1 Les enjeux du projet ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 23

I.3.2 Les grands objectifs du projet .............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 23

I.4. Les réponses apportées : le choix du parti général d’aménagement ................................................................................................................................................ 23 I.4.1 Un environnement respecté, un investissement durable .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 23

I.4.2 Projet, environnement et temporalité ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 24

I.4.3 L’espace Béziers, la porte du Marais respecté ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 24

I.4.4 Le Marais Barrage et le Marais Burret, mise en scène du parcours pédagogique ............................................................................................................................................................................................................................................................................... 24

I.4.5 Une ouverture et une complémentarité avec les territoires alentours ............................................................................................................................................................................................................................................................................................... 24

II. Présentation du projet soumis à l’enquête ..................................................................................................................................................................................... 25

II.1. Le schéma général d’organisation ...................................................................................................................................................................................... 25 II.1.1 Introduction ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 25

II.1.2 Le concept ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 26

II.1.3 La démarche ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 27

II.2. L’Espace Béziers ........................................................................................................................................................................................................... 30 II.2.1 Les espaces extérieurs...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 31

II.2.2 La Maison Béziers ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 34

II.2.3 La Maison du Marais ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 35

II.2.4 Le Pôle technique ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 37

II.3. L’espace des Pompes ...................................................................................................................................................................................................... 38 II.3.1 Les espaces extérieurs...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 38

SOMMAIRE

Page 6: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 6

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.3.2 Pompes / Fontaine Tosi .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 38

II.3.3 Les Pompes Napoléoniennes ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 39

II.3.4 Maison et grange Bachacou ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 39

II.4. Les circuits de découverte du Marais Barrage et du Marais Burret ................................................................................................................................................. 40 II.4.1 Le Marais Barrage ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 40

II.4.2 Les Installations ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 40

II.4.3 Le Casier Burret ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 41

II.5. Les aménagements du Marais Nord et du Marais Central ............................................................................................................................................................ 43 II.5.1 Le Casier Nord, Casier Central et lieu-dit l’Encluse .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 43

II.5.2 Hangar l’Encluse ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 43

II.6. Appréciation sommaire des dépenses .................................................................................................................................................................................. 44

II.7. Les travaux ................................................................................................................................................................................................................. 44 II.7.1 Planning prévisionnel des travaux ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 44

II.7.2 L’espace Béziers, la porte du Marais ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 45

II.7.3 Les pompes, espace témoin de l’histoire et porte secondaire du marais ........................................................................................................................................................................................................................................................................................ 46

II.7.4 Le parcours pédagogique ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 46

II.7.5 Espaces dédiés à l’entretien du site. ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 46

II.8. La mission de maîtrise d’œuvre et les honoraires divers ............................................................................................................................................................ 47

II.9. Récapitulatif général ..................................................................................................................................................................................................... 47

Pièce D – ETUDE D’IMPACT .................................................................................................................................................................................................................................................... 49

Introduction .............................................................................................................................................................................................................................. 50

I. Présentation générale .............................................................................................................................................................................................................. 52

I.1. Méthode ....................................................................................................................................................................................................................... 52 I.1.1 Cadrage réglementaire de l’étude d’impact ......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 52

I.1.2 Protection des espèces ......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 52

I.1.3 Statut de rareté des espèces ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 53

I.2. L’équipe ....................................................................................................................................................................................................................... 54

I.3. Recueil de données .......................................................................................................................................................................................................... 54

I.4. Santé humaine, bruit et pollutions ........................................................................................................................................................................................ 55

II. Etude des milieux naturels, de la faune et de la flore : méthodologie .................................................................................................................................................... 56

II.1. Prospections de terrain ................................................................................................................................................................................................... 56

II.2. Méthodologie ............................................................................................................................................................................................................... 56 II.2.1 Habitats naturels et flore ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 56

II.2.2 Mammifères aquatiques et semi-aquatiques .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 56

II.2.3 Les chiroptères ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 57

II.2.4 Autres mammifères .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 57

II.2.5 Avifaune ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 57

II.2.6 Amphibiens et reptiles ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 57

II.2.7 L’entomofaune (insectes)................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 58

II.2.8 L’ichtyofaune (poissons) .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 58

II.2.9 Les mollusques ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 58

Page 7: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 7

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

III. Prise en compte des différents types de périmètres ......................................................................................................................................................................... 60

III.1. Périmètres d’inventaires ................................................................................................................................................................................................. 60

III.2. Périmètre de protection réglementaire ................................................................................................................................................................................ 60

III.3. Périmètre de protection législatif direct .............................................................................................................................................................................. 62

III.4. Périmètres de protection issus d’un texte européen ou international ............................................................................................................................................ 63 III.4.1 Réseau Natura 2000 ......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 63

III.4.2 Zone humide internationale RAMSAR.............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 64

IV. Description de l’aire d’étude et notion d’aire d’influence du projet ..................................................................................................................................................... 65

V. Analyse de l’état initial ........................................................................................................................................................................................................... 67

V.1. Environnement physique ................................................................................................................................................................................................. 67 V.1.1 Le climat ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 67

V.1.2 Le contexte géologique et pédologique ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 68

V.1.3 Le contexte hydrographique ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 71

V.1.4 Patrimoine paysager, bâti et culturel ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 74

V.2. Environnement humain ................................................................................................................................................................................................... 75 V.2.1 L’organisation territoriale du secteur .............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 75

V.2.2 La population ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 75

V.2.3 Le tourisme ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 76

V.2.4 L’éducation à l’environnement ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 77

V.2.5 L’agriculture ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 78

V.2.6 Les réseaux ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 78

V.3. Environnement naturel ................................................................................................................................................................................................... 81 V.3.1 Description de l’aire d’étude ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 81

V.3.2 Les habitats naturels ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 81

V.3.3 Cartographie des habitats naturels .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 82

V.3.4 Présentation des habitats d’intérêt communautaire ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 92

V.3.5 Bioévaluation des habitats d’intérêts communautaire .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 93

V.3.6 Présentation des habitats non désignés par la Directive Habitat .................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 102

V.3.7 La flore ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 109

V.3.8 L’avifaune ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 111

V.3.9 Les amphibiens et les reptiles ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 129

V.3.10 Les insectes .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 136

V.3.11 L’ichtyofaune .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 145

V.3.12 Les mollusques ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 146

V.3.13 Les mammifères ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 146

V.3.14 Zoom sur l’observatoire avancé n° 2 du Casier Barrage ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 149

V.4. Synthèse des enjeux écologiques ..................................................................................................................................................................................... 154 V.4.1 Les habitats naturels et la flore ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 154

V.4.2 La faune .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 154

VI. Définition des impacts .......................................................................................................................................................................................................... 157

VI.1. Impacts sur les habitats naturels et la flore ......................................................................................................................................................................... 157 VI.1.1 Impacts sur les habitats naturels ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 157

VI.1.2 Impacts sur la flore ......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 158

Page 8: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 8

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VI.2. Impacts sur la faune .................................................................................................................................................................................................... 158 VI.2.1 Impacts sur les mammifères .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 158

VI.2.2 Impacts sur les oiseaux .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 158

VI.2.3 Impacts sur les amphibiens-reptiles ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 159

VI.2.4 Impacts sur les insectes .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 161

VI.3. Impacts sur la santé humaine .......................................................................................................................................................................................... 162 VI.3.1 Les effets cumulés des différents projets ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 163

VII. Définition des mesures ......................................................................................................................................................................................................... 164

VII.1. Mesures de suppression ................................................................................................................................................................................................. 164 VII.1.1 MS1 : intervention en dehors des périodes sensibles.................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 164

VII.1.2 MS2 : mise en place d’une zone en défens pour la station de Lotier velu ..................................................................................................................................................................................................................................................................................... 168

VII.1.3 MS3 : végétalisation des pontons et des zones à enjeux ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 168

VII.1.4 MS4 : instauration d’un chantier respectueux du site ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 168

VII.1.5 MS5 : minimiser l’emprise du chantier .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 168

VII.2. Mesures de réduction ................................................................................................................................................................................................... 168 VII.2.1 MR1 : instauration d’un suivi de chantier ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 168

VII.2.2 MR2 : réalisation d’un document de communication .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 169

VII.2.3 MR3 : conseils d’utilisation de la structure « escaladune » ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 169

VII.2.4 MR4 : mise en place de systèmes d’assainissement non collectif et de récupération des eaux pluviales adaptés ...................................................................................................................................................................................................................... 169

VII.3. Mesures d’accompagnement ........................................................................................................................................................................................... 172 VII.3.1 MA1 : mesures en faveur des zones potentielles de ponte de la Cistude ..................................................................................................................................................................................................................................................................................... 172

VII.3.2 MA2 : amélioration du substrat de ponte des Cistudes d’Europe ................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 172

VII.4. Modalités de suivi des mesures d’atténuation ...................................................................................................................................................................... 174 VII.4.1 Définition (source : guide sur la prise en compte des milieux naturels dans les études d’impact) ............................................................................................................................................................................................................................................... 174

VII.4.2 Contenu du plan de suivi d’exploitation ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 174

VII.4.3 Le bilan environnemental .............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 174

Conclusion ............................................................................................................................................................................................................................... 174

Introduction ............................................................................................................................................................................................................................. 176

VIII. La Loi Littoral ................................................................................................................................................................................................................... 178

VIII.1. Présentation générale .................................................................................................................................................................................................. 178

VIII.2. Aménagement et urbanisme en zone littorale...................................................................................................................................................................... 178

VIII.3. Règles relatives aux aménagements des espaces naturels remarquables ...................................................................................................................................... 178

IX. Présentation technique du projet ............................................................................................................................................................................................. 181

IX.1. Caractéristiques techniques ........................................................................................................................................................................................... 181

X. Analyse des éléments d’aménagements ....................................................................................................................................................................................... 184

X.1. Secteur Béziers .......................................................................................................................................................................................................... 184

X.2. Secteur du Casier Barrage .............................................................................................................................................................................................. 184

X.3. Secteur des pompes Tosi et pompes Napoléoniennes .............................................................................................................................................................. 184

X.4. La Maison Bachacou ..................................................................................................................................................................................................... 184

X.5. Secteur du Casier Burret ............................................................................................................................................................................................... 184

X.6. Secteur du Casier Central .............................................................................................................................................................................................. 184

X.7. Secteur Casier Nord ..................................................................................................................................................................................................... 184

X.8. Secteur de l’Encluse .................................................................................................................................................................................................... 184

Page 9: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 9

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

XI. Démarche d’enquête publique ................................................................................................................................................................................................. 185

XI.1. Principe de l’enquête publique ........................................................................................................................................................................................ 185 XI.1.1 Cas du site du Marais d’Orx............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 185

Conclusion ............................................................................................................................................................................................................................... 185

Bibliographie ............................................................................................................................................................................................................................ 186

Annexes .................................................................................................................................................................................................................................. 187

Annexes Loi Littoral .................................................................................................................................................................................................................... 197

Bibliographie ............................................................................................................................................................................................................................ 201

Pièce E – RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’IMPACT ................................................................................................................................................................................................. 203

Pièce F – ETUDE D’INCIDENCES NATURA 2000 ..................................................................................................................................................................................................................... 213

Introduction ............................................................................................................................................................................................................................. 214

I. Méthodologie ....................................................................................................................................................................................................................... 215

I.1. Contexte juridique ......................................................................................................................................................................................................... 215

I.2. Contenu de l’évaluation des incidences Natura 2000 ................................................................................................................................................................ 217

I.3. Description de l’aire d’étude et notion d’aire d’influence de l’aménagement .................................................................................................................................. 217 I.3.1 Emprise directe ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 217

I.3.2 Aire d’étude élargie ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 217

I.3.3 Aire d’influence .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 217

I.4. Inventaires naturalistes ................................................................................................................................................................................................... 218 I.4.1 Recueil de données............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 218

I.4.2 Méthodologie pour la flore et les habitats naturels d’intérêt communautaire ................................................................................................................................................................................................................................................................................. 218

I.4.3 Méthodologie pour la faune et les habitats d’espèces ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 219

II. Pré-diagnostic ..................................................................................................................................................................................................................... 221

II.1. Localisation du projet .................................................................................................................................................................................................. 221

II.2. Présentation du projet .................................................................................................................................................................................................. 222

II.3. Patrimoine naturel ...................................................................................................................................................................................................... 222 II.3.1 Les périmètres d’inventaires .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 222

II.3.2 Les périmètres réglementaires ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 223

II.4. Analyse de l’état initial ................................................................................................................................................................................................ 225 II.4.1 Les habitats naturels ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 226

II.4.2 Cartographie des habitats .............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 227

II.4.3 Cartographie des habitats d’intérêt communautaires ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 238

II.4.4 La flore ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 247

II.4.5 La faune et les habitats d’espèces ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 248

II.4.6 Synthèse et bioévaluation .............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 258

III. Diagnostic : Evaluation des incidences ....................................................................................................................................................................................... 259

III.1. Descriptif synthétique du projet ...................................................................................................................................................................................... 259

III.2. Les incidences ............................................................................................................................................................................................................ 264 III.2.1 Les incidences temporaires ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 264

III.2.2 Les incidences permanentes .......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 265

Page 10: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 10

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IV. Mesures d’insertion .............................................................................................................................................................................................................. 271

IV.1. Mesures de suppression des incidences .............................................................................................................................................................................. 271 IV.1.1 MS1 : mise en place d’un chantier respectueux de l’environnement ............................................................................................................................................................................................................................................................................................ 271

IV.1.2 MS2 : instauration d’un suivi de chantier ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 271

IV.1.3 MS3 : planification des périodes d’intervention des travaux......................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 272

IV.2. Mesures de réduction des incidences ................................................................................................................................................................................. 274 IV.2.1 MR1 : mesures visant à limiter la destruction d’habitats d’intérêt communautaire .................................................................................................................................................................................................................................................................... 274

IV.2.2 MR2 : mesures visant à limiter le dérangement d’espèces en phase d’exploitation ..................................................................................................................................................................................................................................................................... 274

IV.2.3 MR3 : mesures visant à limiter la perte de surface en faveur de la Cistude d’Europe. ................................................................................................................................................................................................................................................................. 274

IV.3. Mesures d’accompagnement des incidences ........................................................................................................................................................................ 274 IV.3.1 MA1-MA2 : mesures visant à accompagner l’installation de l’APMR en faveur de la Cistude d’Europe ....................................................................................................................................................................................................................................... 274

IV.4. Estimation financière des mesures.................................................................................................................................................................................... 276

IV.5. Bilan des incidences résiduelles ....................................................................................................................................................................................... 277

Conclusion ............................................................................................................................................................................................................................... 278

Bibliographie ............................................................................................................................................................................................................................ 279

Annexes .................................................................................................................................................................................................................................. 280

Pièce G – RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’INCIDENCES NATURA 2000 ................................................................................................................................................................... 283

Introduction ............................................................................................................................................................................................................................. 284

I. Description sommaire du projet ................................................................................................................................................................................................ 284

II. Evaluation des incidences Natura 2000........................................................................................................................................................................................ 285

III. Analyse du l’état initial du secteur d’étude ................................................................................................................................................................................. 285

IV. Evaluation des incidences ...................................................................................................................................................................................................... 287

V. Proposition de mesures .......................................................................................................................................................................................................... 288

Conclusion ............................................................................................................................................................................................................................... 290

Page 11: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 11

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

Pièce A – Objet de l’enquête, informations juridiques et administratives

Page 12: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 12

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I. Objet et conditions de déroulement de l’enquête publique

I.1 Objet de l’enquête

L’objet de l’enquête publique est d’assurer l’information et la participation du public sur la mise en œuvre du projet d’aménagement et de développement du site du Marais d’Orx conformément à l’article L123-1 du Code de l’environnement.

Ce projet d’aménagement et de développement s’inscrit dans la démarche de valorisation et de protection du site du Marais d’Orx, propriété du Conservatoire du Littoral, dont la gestion a été confiée au Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais.

Le site du Marais d’Orx (Landes) s’étend sur le territoire de quatre communes de :

- Labenne,

- Orx,

- Saint André de Seignanx,

- Saubrigues.

I.2 Maître d’ouvrage du projet

La maîtrise d’ouvrage du projet d’aménagement du site du Marais d’Orx

(Landes) est assurée par la collectivité :

Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais

1005, route du Marais

40530 – LABENNE

qui est le pétitionnaire au profit duquel est mise en œuvre la présente procédure

d’enquête publique.

I.3 Eléments juridiques ayant rendu nécessaire la

réalisation d’une enquête publique

L’enquête publique relative au projet d’aménagement et de développement du Marais d’Orx est réalisée en application des dispositions suivantes :

- Code de l’Environnement : projets de travaux, d'ouvrages ou d'aménagements publics et privés qui,

par leur nature, leurs dimensions ou leur localisation sont susceptibles d'avoir des incidences notables sur l'environnement (procédure au cas par cas – décision de la DREAL Aquitaine en date du 30 juillet 2012) ;

- Code de l’Urbanisme : aménagements nécessaires à la gestion ou à l’ouverture au public des espaces ou milieux littoraux.

I.4 Conditions de déroulement de l’enquête publique

L’enquête publique est effectuée dans les conditions prévues par les articles L.123-1 à L.123-16 du Code de l’Environnement qui codifient la loi du 12 juillet 1983 relative à la démocratisation des enquêtes publiques et la protection de l’environnement.

L'enquête publique a pour objet d'assurer l'information et la participation du public ainsi que la prise en compte des intérêts des tiers lors de l'élaboration des décisions susceptibles d'affecter l'environnement.

L'enquête publique est ouverte et organisée par l'autorité compétente pour prendre la décision en vue de laquelle l'enquête est requise.

Lorsque l'enquête publique porte sur le projet, plan, programme ou autre document de planification d'une collectivité territoriale, d'un établissement public de coopération intercommunale ou d'un des établissements publics qui leur sont rattachés, elle est ouverte par le président de l'organe délibérant de la collectivité ou de l'établissement.

L'enquête est conduite, selon la nature et l'importance des opérations, par un commissaire enquêteur ou une commission d'enquête, choisi par le président du tribunal administratif ou le conseiller délégué par lui à cette fin parmi les personnes figurant sur les listes d'aptitude.

La durée de l'enquête publique ne peut être inférieure à trente jours.

Quinze jours au moins avant l'ouverture de l'enquête et durant celle-ci, l'autorité compétente pour ouvrir et organiser l'enquête informe le public :

- de l'objet de l'enquête ;

- de la ou des décisions pouvant être adoptées au terme de l'enquête et des autorités compétentes pour statuer ;

- du nom et des qualités du commissaire enquêteur ou des membres de la commission d'enquête, de la date d'ouverture, du lieu de l'enquête, de sa durée et de ses modalités ;

- de l'existence d'une évaluation environnementale, d'une étude d'impact ou, à défaut, d'un dossier comprenant les informations environnementales se rapportant à l'objet de l'enquête, et du lieu où ces documents peuvent être consultés ;

- lorsqu'il a été émis, de l'existence de l'avis de l'autorité administrative de l'Etat compétente en matière d'environnement mentionné aux articles L. 122-1 et L. 122-7 du présent code ou à l'article L. 121-12 du code de l'urbanisme, et le lieu où il peut être consulté.

L'information du public est assurée par tous moyens appropriés, selon l'importance et la nature du projet, plan ou programme, notamment par voie d'affichage sur les lieux concernés par l'enquête, par voie de publication locale ou par voie électronique.

Les observations du public peuvent, soit lui parvenir directement, soit être reportées sur les registres mis à

Page 13: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 13

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

disposition sur les lieux d’enquête.

Compte-tenu de la localisation des travaux prévus dans le plan d’aménagement du site, l’enquête publique concerne les communes de Labenne, Orx et Saint André de Seignanx dans le département des Landes (40).

II. Informations juridiques et administratives et textes regissant les études d’impact et les enquêtes publiques

L’organisation d’une l’enquête publique est nécessaire dans deux cas :

- soit dans le cadre des articles L.123-1 et R.123-1 et suivants du Code d l’Environnement (application de la loi du 12 juillet 1983 relative à la démocratisation des enquêtes publiques et la protection de l’environnement) ;

- soit dans le cadre des articles L.11 et suivants du Code de l’Expropriation (expropriation d'immeubles, en tout ou partie, ou de droits réels immobiliers).

L’enquête publique relative à la mise en œuvre du projet d’aménagement et de développement du site du Marais d’Orx s’inscrit dans le cadre des articles L.123-1 et R.123-1 et suivants du Code de l’Environnement.

II.1 Textes principaux régissant les études d’impact

II.1.1 Champ d’application de l’étude d’impact

L’article L.122-1 du Code de l’Environnement dispose, notamment que :

« I. - Les projets de travaux, d'ouvrages ou d'aménagements publics et privés qui, par leur nature, leurs dimensions ou leur localisation sont susceptibles d'avoir des incidences notables sur l'environnement ou la santé humaine sont précédés d'une étude d'impact.

Ces projets sont soumis à étude d'impact en fonction de critères et de seuils définis par voie réglementaire et, pour certains d'entre eux, après un examen au cas par cas effectué par l'autorité administrative de l'Etat compétente en matière d'environnement.

Pour la fixation de ces critères et seuils et pour la détermination des projets relevant d'un examen au cas par cas, il est tenu compte des données mentionnées à l'annexe III à la directive 85/337/ CEE du Conseil du 27 juin 1985 concernant l'évaluation des incidences de certains projets publics et privés sur l'environnement.

II. - Lorsque ces projets concourent à la réalisation d'un même programme de travaux, d'aménagements ou d'ouvrages et lorsque ces projets sont réalisés de manière simultanée, l'étude d'impact doit porter sur l'ensemble du programme. Lorsque la réalisation est échelonnée dans le temps, l'étude d'impact de chacun des projets doit comporter une appréciation des impacts de l'ensemble du programme. Lorsque les travaux sont réalisés par des maîtres d'ouvrage différents, ceux-ci peuvent demander à l'autorité administrative de

l'Etat compétente en matière d'environnement de préciser les autres projets du programme, dans le cadre des dispositions de l'article L. 122-1-2.

Un programme de travaux, d'aménagements ou d'ouvrages est constitué par des projets de travaux, d'ouvrages et d'aménagements réalisés par un ou plusieurs maîtres d'ouvrage et constituant une unité fonctionnelle. »

L’article R.122-1 du Code de l’Environnement dispose que :

« Les études d'impact préalables à la réalisation de travaux, d'ouvrages ou d'aménagements prescrites par la présente section sont réalisées sous la responsabilité du pétitionnaire ou du maître d'ouvrage. »

L’article R.122-21 du Code de l’Environnement dispose, notamment, que :

« I. - Les travaux, ouvrages ou aménagements énumérés dans le tableau annexé au présent article sont soumis à une étude d'impact soit de façon systématique, soit après un examen au cas par cas, en fonction des critères précisés dans ce tableau. »

En application de ces textes, il apparait que le projet d’aménagement et de développement du Marais d’Orx relève de la catégorie suivante :

Catégories d'aménagements, d'ouvrages et de travaux

projets soumis à étude d’impact

projets soumis à la procédure de « cas par cas »

11° Travaux, ouvrages et aménagements dans les espaces remarquables du littoral et visés au b et au d du R. 146-2 du code de l'urbanisme.

Tous travaux, ouvrages ou aménagements.

Par décision rendue le 30 juillet 2012, la DREAL Aquitaine a indiqué que le projet d’aménagement et de développement du Marais d’Orx est soumis à étude d’impact au titre de la procédure dite du « cas par cas ».

II.1.2 Composition et contenu du dossier d’étude d’impact

L’article R122-5 du code de l’environnement précise le contenu de l’étude d’impact.

Il dispose, notamment que :

« I. - Le contenu de l'étude d'impact est proportionné à la sensibilité environnementale de la zone susceptible d'être affectée par le projet, à l'importance et la nature des travaux, ouvrages et aménagements projetés et à leurs incidences prévisibles sur l'environnement ou la santé humaine.

II. - L'étude d'impact présente :

1° Une description du projet comportant des informations relatives à sa conception et à ses dimensions, y compris, en particulier, une description des caractéristiques physiques de l'ensemble du projet et des exigences techniques en matière d'utilisation du sol lors des phases de construction et de fonctionnement et, le cas échéant, une description des principales caractéristiques des procédés de stockage, de production et de fabrication, notamment mis en œuvre pendant l'exploitation, telles que la nature et la quantité des matériaux utilisés, ainsi qu'une estimation des types et des quantités des résidus et des émissions attendus résultant du fonctionnement du projet proposé.

2° Une analyse de l'état initial de la zone et des milieux susceptibles d'être affectés par le projet, portant notamment sur la population, la faune et la flore, les habitats naturels, les sites et

Page 14: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 14

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

paysages, les biens matériels, les continuités écologiques telles que définies par l'article L. 371-1, les équilibres biologiques, les facteurs climatiques, le patrimoine culturel et archéologique, le sol, l'eau, l'air, le bruit, les espaces naturels, agricoles, forestiers, maritimes ou de loisirs, ainsi que les interrelations entre ces éléments ;

3° Une analyse des effets négatifs et positifs, directs et indirects, temporaires (y compris pendant la phase des travaux) et permanents, à court, moyen et long terme, du projet sur l'environnement, en particulier sur les éléments énumérés au 2° et sur la consommation énergétique, la commodité du voisinage (bruits, vibrations, odeurs, émissions lumineuses), l'hygiène, la santé, la sécurité, la salubrité publique, ainsi que l'addition et l'interaction de ces effets entre eux ;

4° Une analyse des effets cumulés du projet avec d'autres projets connus. Ces projets sont ceux qui, lors du dépôt de l'étude d'impact :

-ont fait l'objet d'un document d'incidences au titre de l'article R. 214-6 et d'une enquête publique ;

-ont fait l'objet d'une étude d'impact au titre du présent code et pour lesquels un avis de l'autorité administrative de l'Etat compétente en matière d'environnement a été rendu public.

Sont exclus les projets ayant fait l'objet d'un arrêté au titre des articles R. 214-6 à R. 214-31 mentionnant un délai et devenu caduc, ceux dont la décision d'autorisation, d'approbation ou d'exécution est devenue caduque, dont l'enquête publique n'est plus valable ainsi que ceux qui ont été officiellement abandonnés par le pétitionnaire ou le maître d'ouvrage ;

5° Une esquisse des principales solutions de substitution examinées par le pétitionnaire ou le maître d'ouvrage et les raisons pour lesquelles, eu égard aux effets sur l'environnement ou la santé humaine, le projet présenté a été retenu ;

6° Les éléments permettant d'apprécier la compatibilité du projet avec l'affectation des sols définie par le document d'urbanisme opposable, ainsi que, si nécessaire, son articulation avec les plans, schémas et programmes mentionnés à l'article R. 122-17, et la prise en compte du schéma régional de cohérence écologique dans les cas mentionnés à l'article L. 371-3 ;

7° Les mesures prévues par le pétitionnaire ou le maître de l'ouvrage pour :

-éviter les effets négatifs notables du projet sur l'environnement ou la santé humaine et réduire les effets n'ayant pu être évités ;

-compenser, lorsque cela est possible, les effets négatifs notables du projet sur l'environnement ou la santé humaine qui n'ont pu être ni évités ni suffisamment réduits. S'il n'est pas possible de compenser ces effets, le pétitionnaire ou le maître d'ouvrage justifie cette impossibilité.

La description de ces mesures doit être accompagnée de l'estimation des dépenses correspondantes, de l'exposé des effets attendus de ces mesures à l'égard des impacts du projet sur les éléments visés au 3° ainsi que d'une présentation des principales modalités de suivi de ces mesures et du suivi de leurs effets sur les éléments visés au 3° ;

8° Une présentation des méthodes utilisées pour établir l'état initial visé au 2° et évaluer les effets du projet sur l'environnement et, lorsque plusieurs méthodes sont disponibles, une explication des raisons ayant conduit au choix opéré ;

9° Une description des difficultés éventuelles, de nature technique ou scientifique, rencontrées par le maître d'ouvrage pour réaliser cette étude ;

10° Les noms et qualités précises et complètes du ou des auteurs de l'étude d'impact et des études qui ont contribué à sa réalisation ;

11° Lorsque certains des éléments requis en application du II figurent dans l'étude de maîtrise des risques pour les installations nucléaires de base ou dans l'étude des dangers pour les installations classées pour la protection de l'environnement, il en est fait état dans l'étude d'impact ;

12° Lorsque le projet concourt à la réalisation d'un programme de travaux dont la réalisation est échelonnée dans le temps, l'étude d'impact comprend une appréciation des impacts de l'ensemble du programme.

IV. - Afin de faciliter la prise de connaissance par le public des informations contenues dans l'étude, celle-ci est précédée d'un résumé non technique des informations visées aux II et III. Ce résumé peut faire l'objet d'un document indépendant.

V. - Pour les travaux, ouvrages ou aménagements soumis à autorisation en application du titre Ier du livre II, l'étude d'impact vaut document d'incidences si elle contient les éléments exigés pour ce document par l'article R. 214-6.

VI. - Pour les travaux, ouvrages ou aménagements devant faire l'objet d'une étude d'incidences en application des dispositions du chapitre IV du titre Ier du livre IV, l'étude d'impact vaut étude d'incidences si elle contient les éléments exigés par l'article R. 414-23. »

II.2 Textes principaux régissant les enquêtes publiques

II.2.1 Champ d’application de l’enquête publique

L’article L.123-2 du Code de l’Environnement énonce le champ d’application de l’enquête publique. Il dispose, notamment, que :

« I. ― Font l'objet d'une enquête publique soumise aux prescriptions du présent chapitre préalablement à leur autorisation, leur approbation ou leur adoption :

1° Les projets de travaux, d'ouvrages ou d'aménagements exécutés par des personnes publiques ou privées devant comporter une étude d'impact en application de l'article L. 122-1 à l'exception :

― des projets de création d'une zone d'aménagement concerté ;

― des projets de caractère temporaire ou de faible importance dont la liste est établie par décret en Conseil d'Etat ;

2° Les plans, schémas, programmes et autres documents de planification soumis à une évaluation environnementale en application des articles L. 122-4 à L. 122-11 du présent code, ou des articles L. 121-10 à L. 121-15 du code de l'urbanisme, pour lesquels une enquête publique est requise en application des législations en vigueur ;

3° Les projets de création d'un parc national, d'un parc naturel marin, les projets de charte d'un parc national ou d'un parc naturel régional, les projets d'inscription ou de classement de sites et les projets de classement en réserve naturelle et de détermination de leur périmètre de protection mentionnés au livre III du présent code ;

4° Les autres documents d'urbanisme et les décisions portant sur des travaux, ouvrages, aménagements, plans, schémas et programmes soumises par les dispositions particulières qui leur sont applicables à une enquête publique dans les conditions du présent chapitre.

II. ― Lorsqu'un projet, plan ou programme mentionné au I est subordonné à une autorisation administrative, cette autorisation ne peut résulter que d'une décision explicite.

Page 15: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 15

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

III. ― Les travaux ou ouvrages exécutés en vue de prévenir un danger grave et immédiat sont exclus du champ d'application du présent chapitre. Il en est de même, afin de tenir compte des nécessités de la défense nationale, des travaux, constructions et aménagements d'ouvrages militaires déterminés dans des conditions fixées par décret.

IV. ― La décision prise au terme d'une enquête publique organisée dans les conditions du présent chapitre n'est pas illégale du seul fait qu'elle aurait dû l'être dans les conditions définies par le code de l'expropriation pour cause d'utilité publique. »

Le projet d’aménagement et de développement du site du Marais d’Orx étant soumis à étude d’impact en application de l’article L. 122-1 du Code de l’Environnement, Il doit donc faire l’objet d’une enquête publique.

II.2.2 Composition du dossier d’enquête publique

La composition du dossier d’enquête publique est fixée par l’article R.123-8 du Code de l’Environnement qui dispose, notamment, que :

« Le dossier soumis à l'enquête publique comprend les pièces et avis exigés par les législations et réglementations applicables au projet, plan ou programme.

Le dossier comprend au moins :

1° Lorsqu'ils sont requis, l'étude d'impact et son résumé non technique ou l'évaluation environnementale et son résumé non technique, et, le cas échéant, la décision d'examen au cas par cas de l'autorité administrative de l'Etat compétente en matière d'environnement visée au I de l'article L. 122-1 ou au IV de l'article L. 122-4, ainsi que l'avis de l'autorité administrative de l'Etat compétente en matière d'environnement mentionné aux articles L. 122-1 et L. 122-7 du présent code ou à l'article L. 121-12 du code de l'urbanisme ;

2° En l'absence d'étude d'impact ou d'évaluation environnementale, une note de présentation précisant les coordonnées du maître d'ouvrage ou du responsable du projet, plan ou programme, l'objet de l'enquête, les caractéristiques les plus importantes du projet, plan ou programme et présentant un résumé des principales raisons pour lesquelles, notamment du point de vue de l'environnement, le projet, plan ou programme soumis à enquête a été retenu ;

3° La mention des textes qui régissent l'enquête publique en cause et l'indication de la façon dont cette enquête s'insère dans la procédure administrative relative au projet, plan ou programme considéré, ainsi que la ou les décisions pouvant être adoptées au terme de l'enquête et les autorités compétentes pour prendre la décision d'autorisation ou d'approbation ;

4° Lorsqu'ils sont rendus obligatoires par un texte législatif ou réglementaire préalablement à l'ouverture de l'enquête, les avis émis sur le projet plan, ou programme. Dans le cas d'avis très volumineux, une consultation peut en être organisée par voie électronique dans les locaux de consultation du dossier ;

5° Le bilan de la procédure de débat public organisée dans les conditions définies aux articles L. 121-8 à L. 121-15, ou de la concertation définie à l'article L. 121-16, ou de toute autre procédure prévue par les textes en vigueur permettant au public de participer effectivement au processus de décision. Lorsqu'aucune concertation préalable n'a eu lieu, le dossier le mentionne ;

6° La mention des autres autorisations nécessaires pour réaliser le projet, plan ou programme, en application du I de l'article L. 214-3, des articles L. 341-10 et L. 411-2 (4°) du code de l'environnement, ou des articles L. 311-1 et L. 312-1 du code forestier. »

II.2.3 Condition du déroulement et organisation de l’enquête publique

Les conditions de déroulement et l’organisation de l’enquête publique sont régies par les articles R 123-3 à R 123-27 du Code de l’environnement.

II.3 Références des principaux textes applicables

L’enquête publique est requise par les dispositions législatives et réglementaires suivantes :

- la loi n°83-630 du 12 juillet 1983 modifiée relative à la démocratisation des enquêtes publiques et à la protection de l’environnement :

- la loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 modifiée relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, dite « loi Littoral ».

La commune de Labenne, sur le territoire de laquelle des travaux sont prévus, est une commune riveraine de l’océan.

II.3.1 Composition du dossier d’enquête publique

Code de l’Environnement notamment les articles suivants :

• Articles L 110-1 relatif, notamment, à la protection, la mise en valeur et la gestion des espaces et milieux naturels, des sites et paysages ainsi que des espèces animales et végétales

• Articles L 122-1 à L 122-3-5 et articles R 122.1 à R 122-16 relatifs aux études d’impact des projets de travaux, d’ouvrages et d’aménagements

• Articles L 122-4 à L 122-12 et articles R 122-17 à R 122-24 relatifs à l’évaluation de certains plans et documents ayant une incidence notable sur l’environnement

• Articles L 123-1 à L 123-19 et articles R 123-1 à R 123-33 relatifs au champ d’application, à l’objet, à la procédure et au déroulement de l’enquête publique

• Articles L 322-1 à L 322-10-4 et articles R 322-1 à R 322-16 relatifs au Conservatoire du Littoral et à la gestion de son patrimoine

• Articles L 332-1 à L 332-9 et articles R 332-1 à R 332-27 relatifs à la création et aux modifications de l’état ou de l’aspect d’une réserve naturelle

• Articles L 414-1 à L 141-7 et articles R 414-1 à R 414-29 relatifs à la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore dans les sites Natura 2000

Code de l’Urbanisme notamment les articles suivants :

• Articles L 146-1 à L 146-9 et articles R 146-1 à R 146-4 relatifs aux dispositions particulières applicables au littoral

II.3.2 Lois

Loi n°93-24 du 8 janvier 1993 modifiée relative à la protection et la mise en valeur des paysages et modifiant certaines dispositions législatives en matière d’enquêtes publiques.

Loi n°83-630 du 12 juillet 1983 modifiée relative à la démocratisation des enquêtes publiques et à la protection de l’environnement, dite « loi Bouchardeau ».

Loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 modifiée relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, dite « loi Littoral ».

Page 16: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 16

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

III. Autres autorisations nécessaires pour réaliser le projet d’aménagement du site du Marais d’Orx

Au-delà de l’enquête publique, interviennent diverses études et procédures.

III.1 Etudes de détails

Le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, maître d’ouvrage du projet d’aménagement et de développement du site du Marais d’Orx, confiera à l’équipe de maîtrise d’œuvre les études de détails nécessaires à la définition précise du projet et à la passation des marchés de travaux.

Les études de détails devront être conformes à l’enquête publique.

III.2 Le projet et le dossier au titre de la

réglementation relative à Natura 2000

Le projet est entièrement inclus dans le périmètre de deux sites Natura 2000 :

• le site n° FR7210063 « du Domaine d’Orx » ;

• le site n° FR7200719 « des zones humides associées au Marais d’Orx »

La démarche Natura 2000 n’exclut pas la mise en œuvre de projets d’aménagements ou la réalisation d’activités humaines dans les sites Natura 2000, sous réserve qu’ils soient compatibles avec les objectifs de conservation des habitats et des espèces qui ont justifié la désignation des sites.

L’outil de prévention qu’est l’évaluation des incidences permet d’assurer l’équilibre entre préservation de la biodiversité et activités humaines.

Un dossier d’évaluation des incidences au titre de Natura 2000 a été établi en ce sens.

III.3 Le projet et le dossier au titre de la réglementation

relative aux Réserves Naturelles Nationales

Une part importante du projet d’aménagement et de développement du Marais d’Orx est située dans le périmètre de la Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx.

Conformément à la réglementation en vigueur, le projet de Plan de Gestion de la Réserve Naturelle du Marais d’Orx, établi pour la période 2013 – 2017, a prévu la réalisation de ces aménagements. Le dossier AVP – APD du projet d’aménagement et de développement a été annexé au projet de Plan de Gestion.

Le projet de Plan de Gestion de la Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx sera examiné pour approbation par le Ministère chargé de l’Environnement après avis du Conseil National de la Protection.

III.4 Le projet et le dossier au titre de la loi sur l’eau et

les milieux aquatiques

Toute personne (physique ou morale, publique ou privée, propriétaire, exploitant ou entreprise) qui souhaite réaliser une installation, un ouvrage, des travaux ou une activité ayant un impact (direct ou indirect) sur le milieu aquatique doit soumettre son projet à l’application de la loi sur l’eau du 3 janvier 2009 amendée par la nouvelle loi sur l’eau du 30 décembre 2006 (art. L214-1 et suivants du Code de l’Environnement), au régime de Déclaration ou d’Autorisation selon la nomenclature Eau.

En effet, son contenu est en relation avec l’importance du projet et soumis à l’article R214-1 du Code de l’Environnement modifié par le décret n°2008-283 du 25 mars 2008 relatif aux procédures d’autorisation et de déclaration. La rédaction du dossier est codifiée par les articles R214-6 à R214-32 du Code de l'Environnement.

Un dossier spécifique sera établi dans ce cadre.

Page 17: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 17

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

Pièce B – PLAN DE SITUATION

Page 18: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 18

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais PAGES (§)

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Situation géographique du projet

Les Landes en France

Le projet dans le département des Landes

Page 19: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 19

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

Pièce C – NOTICE EXPLICATIVE

Page 20: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 20

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I.Objet et justifications de l’opération

I.1. Historique général du projet

I.1.1 Le site du Marais d’Orx

L’abandon, en 1984, de la culture dans le Marais d’Orx marque un tournant important dans l’histoire de ce site qui avait jusqu’alors fait l’objet de multiples tentatives de valorisation, essentiellement agricoles.

En raison de l’arrêt de cette exploitation agricole, le Marais Central, puis le Marais Barrage se remplissent d’eau et le site devient un site ornithologique majeur.

En 1989, une partie du site du Marais d’Orx (Marais Nord, Marais Central et Marais Barrage) est acquise par le Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres, avec la participation financière du WWF France et ce, grâce à un legs de Monsieur Stocker.

Le classement en Réserve Naturelle de cette partie du site qui intervient le 8 février 1995 (décret n° 95-148) constitue une véritable reconnaissance nationale de la richesse du patrimoine naturel, essentiellement avifaunistique, de ce site.

En 1994, le Conservatoire acquiert le Marais Burret portant ainsi la superficie du site du Marais d’Orx à environ 1 000 hectares.

I.1.2 La Gestion par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais

Conformément au Code de l’Environnement, deux procédures conventionnelles de délégation de gestion ont été mises en œuvre :

- par l’Etat, au titre de la gestion de la partie du site classée en Réserve Naturelle Nationale ;

- par le Conservatoire de l’Espace Littoral pour la totalité du site, en sa qualité de propriétaire.

Ces délégations de gestion sont intervenues au bénéfice d’un établissement public de coopération intercommunale :

- dans un premier temps, le Syndicat Mixte pour l’Aménagement et la Gestion du Marais d’Orx ;

- depuis le1er janvier 2004, le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais qui regroupe, pour la gestion du Marais d’Orx, la Région Aquitaine, le Département des Landes, la Communauté de Communes Maremne Adour Côte Sud et la Commune de Saint André de Seignanx.

Le Syndicat Mixte a pour objet la mise en œuvre de toute action concourant à :

la protection et la gestion des espaces naturels, boisés ou non, afin de préserver la qualité des sites, des paysages, des milieux naturels ;

la sauvegarde des habitats naturels ainsi que des espèces animales et végétales ;

l’ouverture au public des espaces naturels, là où elle est compatible avec les impératifs environnementaux des sites concernés ;

l’éducation et la sensibilisation à l’environnement ;

la valorisation économique, notamment touristique, dans le respect de leur équilibre écologique, des territoires concernés, dans une perspective de développement durable.

Ces structures se sont attachées, dans le respect des orientations fixées aux réserves naturelles, à

notamment mettre en œuvre une politique d’accueil du public. C’est ainsi que le public a librement accès sur les digues du Marais Barrage et que des visites guidées sont régulièrement mises en œuvre dans les autres espaces constitutifs du Marais d’Orx qui ne sont pas en accès libre.

Dans ce cadre, divers travaux ont été réalisés avec l’autorisation et le concours du Conservatoire de l’Espace Littoral :

- aménagement de la Maison du Marais et démolition de divers bâtiments industriels et agricoles ;

- enfouissement des lignes électriques basses et moyenne tension et des lignes téléphoniques ;

- dévoiement de la route desservant le site du Marais d’Orx et l’entreprise Sol / Bonduelle ;

- aménagement de la Maison Béziers ;

- aménagement en « gîtes » des fermes Lencluse, Lacoste, Sable et Junca.

Au fil des années, la fréquentation du public s’accroit et les aménagements existants ne permettent plus de répondre aux attentes du grand public ni aux nécessités de gestion.

C’est pourquoi le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels a décidé de mettre en œuvre un projet d’aménagement et de développement du Marais d’Orx qui puisse répondre à ces attentes.

I.1.3 Le Plan pluriannuel d’aménagement et de développement du Site du Marais d’Orx

Lors de sa réunion du 25 novembre 2009, le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais a approuvé le Plan d’Aménagement et de Développement du Site du Marais d’Orx.

Ce Plan d’Aménagement et de Développement est un document cadre dont la fonction est de mettre en perspective la démarche pluriannuelle de développement du site, engagée par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, et qui permette de répondre :

aux objectifs liés au classement en Réserve Naturelle Nationale et aux principales missions confiées au gestionnaire dans la convention de gestion qui sont :

- protection et entretien général du milieu naturel ;

- réalisation des travaux de génie écologique éventuellement nécessaires à la conservation et à l’enrichissement du patrimoine naturel de la réserve ;

- réalisation et entretien des équipements permettant d’améliorer l’accueil et l’éducation (pédagogie, sensibilisation, information) et de promouvoir la réserve.

aux attentes du Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres, qui a exprimé le désir que le Marais d’Orx devienne un site d’exemplarité ;

aux attentes des acteurs locaux qui souhaitent que le site du Marais d’Orx se dote d’une nouvelle ambition dans une perspective d’amélioration des conditions d’accueil et d’ouverture au public ;

à la nécessité de se doter des infrastructures (locaux administratifs et techniques) adaptées aux nécessités de gestion du Site du Marais d’Orx.

Page 21: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 21

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 22: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 22

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I.2. La situation actuelle en termes d’accueil du public

I.2.1 Le Site du Marais d’Orx dans son contexte

Le Site du Marais d’Orx est caractérisé par un double contexte patrimonial.

Sur les plans culturel et historique, le Site du Marais d’Orx est riche, notamment au travers de :

- la configuration en polder, qui illustre l’action de l’homme dans sa tentative d’assèchement et d’exploitation à des fins agricoles du marais. L’importance du rôle des digues et des canaux reste ancrée dans la mémoire locale, notamment pour la population locale qui a été employée sur le site.

- son bâti (fermes de Junca, sables et Lacoste, station pompage, ...) témoignage de l’action et de la politique d’aménagement des Landes voulue par Napoléon III. Ce bâti qui a, pour l’essentiel, été réhabilité concourt à l’image valorisante du site.

Sur le plan environnemental, le site du Marais d’Orx est caractérisé par :

- un contexte paysager d’une extrême qualité avec, tout autour du marais, des coteaux boisés qui ont été préservés de toute urbanisation ;

- un contexte écologique et environnemental de tout premier plan qui a justifié le classement de ce site en Réserve Naturelle Nationale, ainsi que son intégration en Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique et dans le réseau Natura 2000 (Directive Oiseaux et Directive Habitats).En février 2012, le site bénéficie également de la reconnaissance RAMSAR (zone humide d’importance internationale).

En outre, la localisation du Site du Marais d’Orx, à proximité immédiate du littoral landais et de la conurbation bayonnaise, en fait un site naturel majeur dont l’attractivité et le rôle d’espace de nature se situe en parfaite complémentarité avec le tourisme balnéaire développé aux alentours.

I.2.2 Les activités pratiquées dans le site du Marais d’Orx

En termes d’accueil du public, les activités pratiquées dans le site du Marais d’Orx, sont exclusivement liées à la découverte du patrimoine naturel :

• la découverte du patrimoine naturel par le grand public. Cette découverte s’effectue :

- soit librement sur les digues du Marais Barrage ;

- soit dans le cadre de visites guidées, qui sont organisées sur la totalité du site et permettent, notamment, d’accéder à la zone en accès limité.

• l’éducation à l’environnement avec l’accueil de scolaires. Les classes sont accueillies sur le site soit dans le cadre de projets pédagogiques, soit dans le cadre de visites à la demi- journée ou journée qui s’inscrivent dans les programmes scolaires.

• les activités de loisirs de pleine nature (promenade, randonnée pédestre, pêche). Ces activités ne sont que très marginales et correspondent à des pratiques libres :

- la pêche sur des emplacements réservés le long de la route départementale 71 ;

- la randonnée en raison de la présence d’itinéraires inscrits au Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée non motorisée et du GR8.

L’amélioration des conditions de découverte du patrimoine naturel constitue une des ambitions principales du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels Landais.

I.2.3 La fréquentation du site du Marais d’Orx

Un système de comptage du public (Eco-compteur®) a été installé en mai 2010 aux deux entrées (pompes et Béziers) du circuit de visite du Marais Barrage. Ce dispositif permet de compter le flux piétonnier passant devant ou sur des capteurs. Ce flux s’est élevé à 27 500 visiteurs en 2011 et à 25 970 pour l’année 2012, dont la répartition mensuelle est illustrée par le diagramme ci-dessous.

Ces diagrammes mettent en évidence plusieurs points :

- une forte fréquentation estivale liée à l’accroissement de la population présente sur le littoral ;

- une fréquentation permanente hors période estivale en lien avec l’attractivité du site du Marais d’Orx sur le plan naturaliste et ornithologique en particulier ;

- quelle que soit la saison, le public visite la Réserve Naturelle approximativement aux mêmes heures. Les pics principaux de présence sont sur les tranches horaires de 11h-12h et 16h-17h.

Ces comptages permettent également de mieux connaître les pratiques des visiteurs. Ils mettent en évidence que la majorité des visiteurs préfère effectuer un aller-retour sur le Marais Barrage plutôt que son

1 939 2 147 2 357 2 948

2 252

3 313

5 155

7 311

2 614 3 131

2 373

1 405

0

1 000

2 000

3 000

4 000

5 000

6 000

7 000

8 000

Fréquentation 2011 : 27 500

Béziers

Pompes

1 452

2 101 2 073 2 319

3 083

2 430

4 429

6 062

2 950

2 035 1 856 1 842

0

1 000

2 000

3 000

4 000

5 000

6 000

7 000

Fréquentation 2012 : 25 970

Béziers

Pompes

Page 23: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 23

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

tour complet.

Cette pratique est essentiellement liée au manque d’intérêt de cheminer le long de la route départementale 71 pour boucler le tour du Casier Barrage (dangerosité, manque d’intérêt environnemental…).

I.3. Les objectifs et enjeux du projet

I.3.1 Les enjeux du projet

Les grands enjeux du projet sont de diverses natures :

• des enjeux sociaux

En raison de son histoire, le Site du Marais d’Orx a été trop longtemps perçu comme un territoire de confrontation. Le projet prend en compte ce fait social sans pour autant se restreindre à cette dimension.

Il permet, par son exemplarité, de conforter l’appropriation du site par la population locale tout en étant un vecteur de développement (tourisme, …).

• des enjeux en termes de valorisation du bâti

La démarche d’accessibilité et d’accueil dans les bâtiments et sur le site et les circuits de visites du Marais d’Orx permet de s’adresser à tous les types de public : classes d’âge, catégories socio-professionnelles, population locale, tourisme, scientifiques et tourisme scientifique, scolaires…

Cette démarche inclut également la prise en compte de tous les handicaps : accessibilité aux personnes handicapées et à mobilité réduite, prise en compte des déficiences visuelles ou auditives par la mise en place de dispositifs adaptés…

• des enjeux paysagers

En raison de sa situation et de ses caractéristiques paysagères actuelles, le Site du Marais d’Orx apparaît comme un espace préservé qui se situe en rupture totale avec les paysages alentours.

Le projet, au travers de la définition de la signalétique et des aménagements réalisés, prend en compte cette composante afin de garder cette unité et cette richesse paysagère.

• des enjeux en termes de développement durable

Le projet participe, à travers la conception de la signalétique, la scénographie et le design des supports mis en place pour réaliser la signalétique, à créer une véritable « identité visuelle » qui a vocation à devenir une véritable signature pour ce site.

• des enjeux en termes de valorisation du bâti

Le Site du Marais d’Orx est riche d’un patrimoine bâti, témoignage de son histoire.

Le projet s’inscrit dans le respect des architectures représentatives à la fois de l’histoire du lieu « architecture de type Napoléon III » dont on trouve d’autres exemples sur le territoire des Landes (Solférino, notamment) et du bâti traditionnel des Landes, sans pour autant refuser une attitude contemporaine en terme de conception des espaces, des volumes, du clos et du couvert.

• des enjeux en termes de développement durable

Le projet, sans rechercher une quelconque certification, HQE, ou tout autre label environnemental, se situe dans une démarche ambitieuse, au plan du développement durable, et justifiée au tout premier chef par son objet même, à savoir la valorisation, la gestion et la préservation d’un espace naturel sensible, ce qui engendre une exigence absolue d’exemplarité.

I.3.2 Les grands objectifs du projet

Les objectifs majeurs du projet sont :

• de conforter les conditions d’accueil du public dans les secteurs en accès libre, particulièrement en :

- créant des infrastructures adaptées (observatoires, itinéraires aménagés, …) sur le Marais Barrage;

- redéfinissant les fonctions de chaque bâtiment (Maison du Marais, Maison Béziers) et en organisant le stationnement afin de mieux structurer l’espace Béziers ;

- organisant les flux du public et en rationalisant les liaisons entre les différents points d’intérêt du site ;

• de réaliser les aménagements permettant de développer les visites guidées dans le secteur en accès limité ;

• de favoriser les liens fonctionnels avec les infrastructures (itinéraires pédestres, voies vertes, …) existantes ou à créer à la périphérie du site ainsi qu’avec les communes ;

• de doter le Syndicat Mixte de locaux de gestion adaptés aux besoins.

I.4. Les réponses apportées : le choix du parti général d’aménagement

I.4.1 Un environnement respecté, un investissement durable

Trois impératifs incontournables ont orienté le projet :

- l’exigence de symbiose du projet envers son environnement, le marais et les réseaux de rus et rivières, les communes d’Orx, de Labenne, de Saint-André-de-Seignanx, de Saubrigues, la forêt, la lisière de l’océan… ;

- la proposition d’une offre d’accueil basée sur l’immersion dans la nature et la rencontre avec la faune et la flore du marais, en adéquation avec la politique d’ouverture et de partage affichée par le département des Landes, dans le respect des règles établies par le Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres, et par le classement du site en Réserve Naturelle Nationale ;

- l’absolue nécessité de s’inscrire dans une démarche de qualité évolutive et durable.

Le projet présenté respecte cette démarche volontariste :

• en préservant les relations avec les communes et les repères ancrés dans l’histoire de chacun et la mémoire collective.

• en s’attachant à la qualité du nouveau cadre de vie proposé, pour permettre une bonne appropriation des lieux par ses habitants :

- qu’ils soient permanents, il offre alors à ses premiers occupants, qui sont la faune et la flore, un habitat protégé à partir duquel peut être exposé l’ensemble des situations de leur vie courante,

- qu’ils soient intermittents, il permet alors à qui y travaille de remplir les missions d’accueil, d’hébergement et d’entretien du site qui lui sont confiées dans les conditions les plus sereines,

- qu’ils soient occasionnels, il propose alors aux visiteurs un accès aisé, un accueil généreux, une offre de loisirs innovante et originale : s’immerger, se perdre dans la nature, mais aussi s’orienter, savoir trouver ou retrouver, parmi les propositions qui leur sont faites, celles qu’ils recherchent.,

• en proposant une intervention adaptée, sensible, efficace, par la création d’une nouvelle écriture,

Page 24: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 24

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

engagée, structurée et structurante, un nouveau langage interprétant l’étroite relation entre l’Architecture, le Paysage, et le monde Animal.

Au-delà d’une intégration maitrisée, le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable en privilégiant les aspects énergétiques et la qualité environnementale des matériaux de construction.

I.4.2 Projet, environnement et temporalité

Accueil, médiation culturelle, détente, patrimoine, parcours, paysage, faune et flore, l’eau et l’air purs… le sujet semble clair : créer un lieu de vie sensible et équilibré, un lieu préservé de toute pollution sur un territoire naturel exceptionnel. L’environnement est le théâtre de la vie du domaine. Les scènes se succèdent au gré des compositions : tantôt dedans, tantôt dehors, l’intérieur est une séquence ultime, l’aboutissement d’un cheminement extérieur, d’une expérience de l’alentour.

Bien intégrer le projet dans son environnement passe par une lecture sensible de cet alentour. Il s’agit d’interpréter les rythmes et les matières suggérés par le paysage, d’instaurer un dialogue en parfaite harmonie entre tous les éléments qui composent le territoire, aujourd’hui comme demain.

Le projet s’inscrit dans une démarche globale, aussi bien dans la gestion propre du site et sa conservation environnementale (gestion de l’eau, des espèces invasives, maintien des peuplements d’oiseaux, entretien et diversification de la flore et des habitats….), que sur les notions d’accueil du public, de pédagogie et de communication autour du site.

La prise en compte de cette démarche globale implique, au-delà de son incidence intellectuelle et scientifique, l’acceptation de l’ouverture du site, son rayonnement sur l’ensemble du secteur géographique.

I.4.3 L’espace Béziers, la porte du Marais respecté

Lieu d’échange entre deux mondes, l’espace Béziers est le dispositif qui marque le passage, l’élément médiateur entre l’univers structuré d’un paysage péri-urbain, et celui fantastique du marais.

Il est le territoire d’accueil, la porte. Dispositif qui marque le passage.

Cette porte est matérialisée par les « Maison Béziers » et « Maison du Marais », qui si elles ont des qualités intrinsèques indéniables, ne sont pas aujourd’hui exploitées à hauteur de leur potentiel. Les espaces extérieurs souffrent de leur non organisation.

L’intervention est minimale, l’objectif de réorganiser les éléments existants, de les réorienter autour d’aménagements de qualité, de façon à influer les déambulations intuitives : repenser le dispositif d’entrée du marais afin de rendre évidente la lecture des espaces.

La maison Béziers est l’élément fort du processus d’entrée dans le parcours scénographique.

I.4.4 Le Marais Barrage et le Marais Burret, mise en scène du parcours pédagogique

Le Marais Barrage, au sud de la route départementale 71, est pour tous l’espace représentatif du Marais d’Orx, tant pour la diversité du paysage (densités vertes variables, iles, secteur des pompes marquant l’histoire du génie civil), que pour la diversité des espèces.

Le parcours pédagogique serpente dans le marais, rythmé par les observatoires et quelques évènements structurels. Il prend naissance sur l’Espace Béziers, porte du marais et il se poursuit sur les digues Ouest, Sud et Est du Marais Barrage puis se poursuit au Marais Burret sur les digues Ouest et Nord.

Le concept d’intervention est d’impacter le site le moins possible tant d’un point de vue paysager (impact

visuel des aménagements) que d’un point de vue environnemental (minéralisation des sols, dégâts sur les écosystèmes présents, travaux de fondations lourds…..).

En ce sens, les aménagements proposés ont un caractère réversible, et un impact minimal, à commencer par un chantier à très faible nuisance. Chacune des opérations sur le site doit s’inscrire dans le cadre d’un «chantier propre».

I.4.5 Une ouverture et une complémentarité avec les territoires alentours

Dans ce projet, il s’agit de rendre accessible et de communiquer, de faire du Marais d’Orx une des bornes remarquables du paysage landais, ouverte au tourisme et à la culture.

Cette complémentarité se manifeste au travers de :

- l’aménagement du sentier sur la lisière nord du Marais Burret, afin de permettre aux visiteurs de bénéficier d’une liaison qualitative avec le bourg d’Orx ;

- des connexions des sentiers vers le sud, vers Saint-André-de-Seignanx ;

- des liens avec les itinéraires de randonnée inscrits au Plan Départemental des Itinéraires de Randonnée ;

- de la réalisation de la voie verte de Labenne à Saubrigues.

Le projet de voie verte, mis en œuvre par la Communauté de Communes Maremne Adour Côte Sud, se situera en complémentarité avec le projet d’aménagement du Marais d’Orx car il offrira :

- des liaisons piétonnes et cyclables sécurisées avec le littoral mais également avec l’intérieur (Orx, Saubrigues, …), permettant de desservir le site du Marais d’Orx ;

- aux visiteurs du Marais d’Orx, qui le souhaitent, la possibilité de quitter le parcours pédagogique pour revenir à l’Espace Béziers en toute sécurité.

Page 25: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 25

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.Présentation du projet soumis à l’enquête

II.1. Le schéma général d’organisation

II.1.1 Introduction

L’opération présentée ici consiste en l’amélioration des conditions d’accueil et d’accès au site du Marais d’Orx et la valorisation du patrimoine bâti existant en lien étroit avec le projet paysager et scénographique.

Les aménagements proposés s’étendent sur un linéaire important et sur des espaces assez éloignés les uns des autres. Il en découle une démarche de projet qui ne s’applique pas uniquement à l’échelle du site mais bien à l’échelle du territoire incluant les communes avoisinantes et leurs réseaux de cheminements existants.

Le site peut se parcourir à partir de deux points d’entrées, l’espace Béziers situé sur la commune de Labenne et le secteur des Pompes situé sur la commune de Saint André de Seignanx.

L’espace Béziers, qui regroupe la majeure partie des infrastructures, constitue la porte d’accès privilégiée du site.

Depuis ces deux points d’entrée, les visiteurs parcourent le sud et l’ouest du Marais Barrage en cheminant sur la digue.

C’est sur cette portion que se trouvent la plupart des installations d’observation du milieu naturel. Le circuit de visite peut se parcourir en aller-retour ou bien dans le cadre d’un circuit plus long se connectant au circuit de visite du casier Burret et au maillage de chemins de randonnée existants et GR8.

Les principes d’aménagement ont été conçus de façon à permettre au projet de ne pas se « suffire » à lui-même, mais au contraire de s’inscrire de manière plus globale dans son territoire. La partie traitée n’est finalement qu’un tronçon parmi tous les cheminements qu’offre l’ensemble des communes alentours.

Page 26: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 26

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.1.2 Le concept

L’idée générale de l’aménagement est d’impacter le site le moins possible tant d’un point de vue paysager (impact visuel des aménagements) que d’un point de vue environnemental (minéralisation des sols, dégâts sur les écosystèmes présents, travaux de fondations lourds…..). En ce sens, les aménagements proposés ont un caractère réversible, et un impact minimal, à commencer par un chantier à très faible nuisance environnementale. Chacune des opérations sur le site s’inscrit dans le cadre d’un «chantier propre».

Certaines pistes ont été explorées pour répondre au confort des usagers, tout en respectant le cadre fragile et la tranquillité requise pour les oiseaux nicheurs : une réflexion est menée dans notre projet, autour des notions « d’observer », « se camoufler » et « se dissimuler ».

2 types de réponses :

- Une réponse végétale, la moins coûteuse, permettant de masquer les visiteurs sur de grands linéaires à moindre frais. Les végétaux sélectionnés sont proches des milieux humides présents sur site, avec des variétés de saules plantés en tête de berge, ainsi que des roselières (roseaux, massettes…) ou des graminées de grand développement en évitant les cortaderias (herbe de la pampa) ou similaires.

- Une réponse « construite » au travers d’une série de dispositifs de type plate-forme d’observation, observatoire du milieu naturel depuis les berges, observatoire du milieu naturel sur les îles, observatoire scientifique « Héronnière », ou palissades d’observation, depuis des points de vues spécifiques (proximité du site Béziers, certaines séquences de la RD 71, digue sud…)

Ci-après sont décrits la démarche du projet, les différents espaces et les circuits et aménagements réalisés.

Page 27: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 27

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.1.3 La démarche

Techniquement, une grande partie des aménagements (plateformes, postes de vision, passerelles, cheminements bois…..) est réalisée avec des procédés récurrents :

• fondations sur semelles bois permettant de se poser sur tous les sols du marais (sable, vasières, milieux humides…..) sans créer des fondations lourdes et parfois profondes (cube de béton…).

• utilisation de matériaux locaux comme le bois ou le chaume de roseaux pour minimiser les transports de matières premières.

• prise en compte et préservation des écosystèmes spécifiques, comme par exemple les accotements sableux de la digue parallèle au marais ou les cistudes viennent pondre. L’idée est de préserver ces zones et de les mettre en scène pour communiquer sur leur importance perçue comme anodine par les visiteurs.

• limitation des zones de minéralisation des sols, notamment pour les cheminements et les parkings. Les parkings seront engazonnés (dalles alvéolées), stabilisés par un mélange terre – pierre ou en grave stabilisé.

• utilisation de noues (dépressions) et de tranchées drainantes pour conduire et filtrer l’eau par le principe de phyto remédiation.

• Tout sol stabilisé sera maintenu par des traverses posées sur le sol.

Page 28: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 28

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 29: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 29

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 30: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 30

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.2. L’Espace Béziers

Page 31: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 31

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.2.1 Les espaces extérieurs

Canaliser la route départementale 71 :

- le carrefour d’entrée au site est requalifié de manière légère par une meilleure signalisation du tourne à gauche, et de la surface de voirie. Celle-ci reçoit une couche de réfection en enrobé jusqu’à la future traversée piétonne, puis une couche de pépites résinées de couleur ocre / jaune. Un filtre végétal composé de saules viminalis, de saules à feuilles de romarin, de miscanthus, vient intégrer les bâtiments, et empêcher les piétons de traverser à cet endroit vers le canal. Une signalétique contemporaine de type totem horizontal (découpe dans une plaque d’acier corten) vient marquer l’entrée et indiquer l’aire de stationnement).

- un parking de service est implanté de l’autre côté de la voie par rapport à la Maison du Marais, afin d’offrir 12 stationnements. Il profite d’une dépression en pied de dunes boisées, pour éviter des terrassements supplémentaires. La voirie d’accès et de manœuvres ainsi que les stationnements sont traités en grave stabilisée. Un marquage peint sur la voirie permet la traversée piétonne.

1.1 Le parking

Trois bandes parallèles sont organisées dans le parking

- Une promenade linéaire végétalisée occupe la partie comprise entre les parkings et la voie. Elle se compose d’un cheminement, d’une bande drainante réceptionnant les eaux du parking et de parties végétalisées.

D’un point de vue paysager, le principe est de passer progressivement d’un paysage de pinède (pin maritime – Pinus pinaster plantés en isolés) à une végétation de feuillus de milieux humides plus ouverte (saules cendrés, saules vîmes, bouleaux……). Les végétaux existants sont conservés (saules et bouleaux). Les surfaces engazonnées sont semées d'une prairie rustique.

- Les aires de parking à proprement dit, se partagent en voirie et zones de stationnement en mélange terre-pierre engazonné. La voirie d’accès et de manœuvres est traitée en enrobé bicouche.

Les stationnements quant à eux sont traités en mélange terre-pierre engazonné.

Une bande d’1,50m en béton balayé permet le déplacement vers les bâtiments principaux. L’infiltration des eaux pluviales se fera uniquement sur site par des tranchées drainantes ou des noues (dépression) de faible profondeur situées de part et d’autre de la voie, dans les espaces verts.

Concernant l’aire technique au droit du hangar technique, les eaux de surface sont dirigées vers une tranchée drainante. Des bacs déshuileurs sont implantés en plusieurs points en entrée des tranchées et noues afin de limiter la pollution par les hydrocarbures des eaux infiltrées.

Des traversées en béton matricé façon bois sont organisées perpendiculairement à la voie.

L’aire de parking fonctionne sous la forme d’une boucle circulatoire de sens antihoraire, afin de tendre directement l’arrivée sur la maison Béziers, symbole de la porte du marais.

La boucle circulatoire reprend exactement le tracé de la voie existante, minimisant notre intervention en terme de voirie lourde. L’entrée de cette boucle permet l’arrêt ponctuel des cars, en toute sécurité à proximité de la maison Béziers, avant de laisser place de part et d’autre de la voie à des bandes de stationnements engazonnées, aptes à recevoir 70 véhicules. A proximité immédiate de la Maison Béziers trois stationnements sont réservés aux véhicules de PMR.

- Une aire de pique-nique végétalisée occupe la partie comprise entre les parkings et le canal de ceinture. Elle se compose d’une grande prairie fleurie et de plusieurs tables de pique-nique.

1.2 Les abords des bâtiments

- Entre la Maison Béziers et la Maison du Marais, s’étend un véritable parvis d’accueil qui souligne les axes de la composition. Ce parvis est le lieu du rassemblement, premier espace de frottement du piéton avec l’air du marais, ainsi qu’avec son histoire par la présentation d’une pompe Tosi, élément remarquable de l’emprise de l’homme sur le marais.

- Côté marais, 2 jardins sont aménagés. Ils ont pour objectif de présenter et mettre en scène les plantes humides visibles dans les marais. Un jardin pédagogique est implanté entre les 2 bâtiments, et un jardin d’agrément des plantes des marais au droit de la maison Béziers

o Espace pédagogique. Ce jardin présente bassins en eau et banquettes végétales basses présentant les différents milieux du marais. Ils accueillent certaines plantes des marais de manière isolée. Les parties plantées, présentent les végétaux de milieux humides en association, dans leurs milieux naturels en reconstituant des mini – écosystèmes du marais.

o Espace d’agrément. Ce jardin, en pente douce jusqu’au canal, présente des plantes des marais extraites de leur milieu, et plantées dans des bandes parallèles de granulats (calcaire, ardoise, brique et tuile pilée, graviers…) afin de faire ressortir leur côté esthétique. Ce jardin présente des variétés de typhas, de roseaux, de massettes, d’iris d’eau, de carex, de joncs, de phalaris, de sagittaires, de lobelias, de saules...

1.3 Traversée du canal

Le platelage bois au départ de la maison Béziers se transforme en passerelle franchissant le canal. Le cheminement garantit les pentes nécessaires à l’acessibilité des personnes à mobilité réduite. Elle aboutit sur l’autre rive à une placette avec signalétique et plans du site.

La placette constitue ensuite un point d’arrêt avant le début du parcours dans les marais.

Le traitement de la traversée piétonne de la RD71 est réalisé en plateau traversant surélevé, résiné avec une couche de finition en pépite.

Page 32: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 32

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Plan masse du secteur Béziers © Interscene 2012

La maison Béziers aujourd’hui Perspective du secteur Béziers © Art’ur Architectes, Interscene 2011

Page 33: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 33

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 34: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 34

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.2.2 La Maison Béziers

Cette bâtisse est inscrite dans l’histoire du Marais. Elle est l’évènement structurel du dispositif et marque le passage de « l’autre coté », de l’urbanisation au paysage et à l’observation de la faune et la flore.

La vaste nef est traversée d’est en ouest par le platelage de bois qui souligne le parcours. Elle est la première phase du scénario d’accueil.

Cette nef est un espace d’accueil et d’exposition. Elle est dotée de locaux de rangement et de présentoirs pour la vente. Sa configuration autorise une libre déambulation, sans cul de sac, ainsi qu’un accès immédiat aux escaliers qui desservent le belvédère aménagé sous la toiture.

Notre intervention consiste à clore l’espace par une enveloppe intérieure, doublage et menuiseries aluminium.

Le nouveau plafond de la Nef présente une sous face en bois, sa surface permettant d’augmenter considérablement la capacité d’accueil du belvédère au niveau R+2.

Le niveau intermédiaire (R+1) est le lieu de passage intérieur/extérieur, préservant de tout édicule bâti (hors ascenseur) sur la plateforme.

Les escaliers conservés sont quand à eux, revalorisés dans la logique du projet.

Plan maison Béziers niveau rez-de-chaussée, © Art’ur Architectes, 2012

Elevations et coupe maison Béziers © Art’ur Architectes, 2012

Images de synthèse représentant le hall et les escaliers de la maison Béziers après travaux, © Art’ur Architectes, 2011

Page 35: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 35

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.2.3 La Maison du Marais

Au bout du parvis sur l’espace Béziers, elle se situe en marge du processus de découverte.

Elle reçoit les fonctions pédagogiques et administratives, l’accueil des groupes.

Là encore l’intervention se veut minimale. Il s’agit de mettre les espaces aux normes de confort et d’en simplifier la lecture.

Une épaisse couche isolante sous le plan de toiture permet d’obtenir d’excellentes performances thermiques et acoustiques. Elle est en outre l’opportunité d’absorber visuellement la trop forte présence de bois en camouflant le chevronnage. L’espace est plus clair, les fermes principales s’expriment totalement.

Le faitage est traité en verrière pour accentuer le caractère longitudinal du hall, lui conférer l’apparence d’une « rue intérieure », en continuité du parvis, inondée de lumière naturelle. L’ensemble des espaces d’activités sis sur les collatéraux bénéficient de cet éclairement.

Les espaces dédiés au personnel sont clairement identifiés sur la partie sud de la maison du marais.

Une paroi séparative délimite la partie destinée à l’accueil des groupes à celle du personnel. A l’image d’une paroi « meuble », des étagères sont mises à dispositions du personnel côté administration et la paroi lisse coté accueil crée un véritable fond de scène au Hall d’entrée.

De part et d’autre de cette paroi meuble, sont prévues deux façades vitrées avec porte vitrée afin d’assurer un confort acoustique côté administration tout en conservant la transparence du hall et la continuité visuelle de cet espace central.

Un percement est créé dans la salle de réunion sur le pignon Nord. Cette ouverture, symétrique et de gabarit similaire à celle existante dans la salle des gardes actuelle, offre - outre un apport de lumière naturelle évident - une véritable perspective visuelle sur le parvis d’entrée du secteur Béziers.

Coté personnel, l’agencement de l’espace central - espace partagé des Gardes - est un agencement libre grâce au mobilier séparatif de chacun des bureaux. L’espace est modulable suivant les souhaits de répartition des différents postes.

Les sous-espaces de petite superficie sont quand à eux répartis sur les latéraux de la maison: bureaux et réunion côté marais à l’Est avec percements offrant une vue sur le marais et le départ du circuit / locaux sanitaires et vestiaires côté « opaque » à l’Ouest.

Le traitement du pignon Sud respecte le parti pris architectural d’accentuer la « rue intérieure » du bâtiment. Le pignon est entièrement ouvert, composé d’une façade vitrée toute hauteur à haute performance énergétique afin de garantir le confort thermique de la maison. Un brise-soleil horizontal en bois est intégré à cette façade afin d’éviter les rayonnements du soleil et les surchauffes.

Le traitement de l’angle Sud-Est de la maison, est une composition de percements simples qui répondent aux besoins programmatiques. Ces percements sont traités de manière identique et de proportions similaires, de sorte à ne pas altérer à la lecture du bâtiment et à son identité.

Perscpectives avant-après façade est de la maison du marais © Art’ur Architectes, 2011

Perscpectives avant-après façade sud de la maison du marais © Art’ur Architectes, 2011

Page 36: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 36

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Plan maison du marais niveau rez-de-chaussée, © Art’ur Architectes, 2012

Coupes maison du marais © Art’ur Architectes, 2012 Elevation maison du marais, © Art’ur Architectes, 2012

Perspective intérieure sur le hall de la maison du marais, © Art’ur Architectes, 2011

Page 37: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 37

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.2.4 Le Pôle technique

Le pôle technique est une construction en bois, en structure, en vêture, à l’intérieur comme dehors.

Le principe constructif proposé privilégie la filière sèche, par préfabrication de cadres et panneaux en atelier, aisément transportables. Cette méthode permet de minimiser l’impact sur le site, de construire rapidement par assemblages, de maîtriser les délais de construction, de maîtriser les coûts.

Les murs ossature bois sont réalisés par trame de 1250 mm, autour de montants en bois massif. Des panneaux OSB assurent le contreventement. Le pare-pluie est bardé de pin douglas hors aubier brut. Les panneaux OSB constituent la peau intérieure.

Les toitures inclinées en lames de bois rainées, bouvetées, sont directement clouées sur les fermes en bois lamellé-collé, assurant la rigidification du plan de couverture. De longues feuilles de zinc pré patiné posées à joints debouts couvrent l’ensemble. Sont prévues l’isolation et la ventilation naturelle des sous-faces de la toiture pour éviter les surchauffes.

Ce procédé propose un agencement par trame, une forte modularité, chaque trame bénéficiant d’une ouverture totale sur l’aire d’évolution extérieure vers l’est, protégée des vents dominants de l’ouest par un large auvent. Les portes du hangar, toutes hauteurs sur la façade Est, sont coulissantes pour limiter l’encombrement et optimiser l’aire d’évolution.

Cette façade Est ouverte sur l’aire d’évolution est une alternance de parois à bardage bois vertical plein et à bardage bois vertical ajouré avec superposition de panneaux de polycarbonate. Cette composition confère un apport en lumière naturelle aux locaux techniques également lieux de travail (atelier / labo / établis…).

Plan hangar technique niveau rez-de-chaussée, © Art’ur Architectes, 2012

Coupes et élévation hangar technique , © Art’ur Architectes, 2012

Page 38: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 38

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.3. L’espace des Pompes

II.3.1 Les espaces extérieurs

Le secteur est réaménagé de manière légère pour intégrer une zone de stationnement de 9 véhicules dont une place PMR ainsi qu’une zone de parcage pour les vélos.

L’accès technique aux pompes est maintenu et protégé par une clôture et un portail.

Quelques plantations typiques du marais viennent masquer les véhicules à la vue des promeneurs.

Enfin un petit parvis en béton est mis en place au droit du bâtiment des pompes. Ce seuil marque l’entrée du bâtiment mais aussi l’accès à la digue sud du Marais Barrage.

Dans l’axe de l’entrée, le canal béton existant est quant à lui nettoyé et recouvert d’un caillebottis métallique afin d’assurer la sécurité des visiteurs.

II.3.2 Pompes / Fontaine Tosi

Le bâtiment des Pompes Tosi devient l’évènement de ce secteur, la mise en scène des éléments forts structurant ce lieu. Il offre au visiteur un panorama global de l’histoire mécanique du marais : découverte des pompes Tosi, observation des nouvelles pompes en fonctionnement, perspective sur les pompes napoléoniennes, sur le refoulement des pompes actuelles, sur le canal longiligne au nord du bâtiment, à l’image d’une véritable ligne de nage, et perspective sur l’ensemble du marais Barrage.

La structure béton est mise à nue, les pompes Tosi ancrées dans le sol se dévoilent, l’histoire ressurgit, le fonctionnement mécanique est analysé, accentué… Une passerelle légère en métal traverse le bâtiment et survole les pompes Tosi pour s’arrêter sur les nouvelles pompes installées à l’arrière. Les volées d’escaliers s’entremêlent alors au gré des structures métalliques qui prolifèrent autour de l’existant. Le visiteur est amené à parcourir le circuit, à monter sur le toit de ce bâtiment en béton, à parcourir la passerelle métallique qui survole les structures métalliques à l’image d’un nageur prêt à plonger. Enfin, point ultime de notre intervention sur ce lieu, le visiteur pourra grimper et se nicher sur l’observatoire qui s’élève au dessus du reste.

Plan masse – Espace des Pompes , © Art’ur Architectes - Interscene, 2012

Page 39: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 39

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.3.3 Les Pompes Napoléoniennes

Elles sont un témoignage historique du site et une œuvre patrimoniale à conserver absolument. Elles sont actuellement embroussaillées et très peu visibles. Elles sont constituées de plusieurs piliers en pierre dont un porte un magnifique aigle impérial sculpté dans la pierre.

L’intervention consiste à dégager les murs en pierre de ces pompes afin de permettre un accès visuel au public.

Un panneau d’information sera installé au niveau du pont qui passe sur le canal de ceinture et qui donne accès à l’actuelle maison Bachacou.

II.3.4 Maison et grange Bachacou

Aujourd’hui, la maison Bachacou, située à proximité des anciennes pompes napoléoniennes offre un cadre privilégié pour la conception de nouveaux gites.

Cependant, l’état actuel de la bâtisse nécessite une restructuration lourde.

Aussi, et compte tenu des divers éléments, diagnostics et relevés fournis en phase APS, le bien-fondé de cette opération n’est pas justifié. La solution retenue est la démolition de la maison Bachacou et de sa grange.

Plan de toiture des pompes Tosi, © Art’ur Architectes, 2012

Elevation sud des pompes Tosi, © Art’ur Architectes, 2012

Perspective du secteur des Pompes © Art’ur Architectes, Interscene 2012

Page 40: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 40

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.4. Les circuits de découverte du Marais Barrage et du Marais

Burret

II.4.1 Le Marais Barrage

Le marais Barrage, au sud de la route départementale, est pour tous l’espace représentatif du Marais d’Orx, tant pour la diversité du paysage que pour la diversité des espèces.

Ce parcours prend naissance sur l’espace Béziers, porte du marais et rejoint l’espace des Pompes situé sur la partie Sud-Est du marais Barrage.

Le premier tronçon de ce chemin (environ 500m) ainsi que ses installations sont totalement accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR). Cette zone comporte de nombreux aménagements et propose un condensé de tout ce que le marais peut offrir à ses visiteurs.

Ce parcours à caractère pédagogique sertit le marais. Il est rythmé par des observatoires, des palissades d’observation, des pontons fixes ou flottants, des stations / bancs pour se reposer et s’informer et quelques autres évènements structurels.

II.4.2 Les Installations

- Le ponton « marais pédagogique » : ce ponton en boucle de 120 mètres de long est flottant afin de pouvoir palier au problème de marnage. Il cible les enfants, pouvant en accueillir 30 répartis sur plusieurs points. Il y aura un panneau à l’entrée et des panneaux sur la structure (5 postes sont prévus). Un accès PMR sera garanti par un accès en pente douce.

- Les palissades d’observation : elles sont réparties sur la digue ouest et digue sud. Elles jouent un rôle de camouflage du public afin de permettre une quiétude aux animaux et une observation de ceux-ci par le public.

Les palissades seront accompagnées de part et d’autre de plantations sur plusieurs mètres linéaires qui masqueront l’arrivée des visiteurs au lieu d’observation.

- La boucle exploratrice : c’est un ponton en bois fixe qui part de la digue, descend dans la peupleraie actuelle, parcours quelques mètres et revient au niveau de la digue. Elle mesure environ 75 mètres et elle comprend deux sur-largeurs axées sur les alignements de peupliers afin de permettre un arrêt observation pour le public.

- Ponton protégé : c’est un ponton partant de la digue et s’avançant sur un peu plus de 370 mètres dans le marais. Il aboutit à un observatoire couvert flottant. Il est qualifié de protégé car tout le long il y a de chaque côté des palissades ou de la végétation protégeant les visiteurs et permettant une quiétude pour les oiseaux et la possibilité de les observer pour le public.

- Abri et panneaux d’orientation : un abri bois sera installé à l’angle sud-ouest du casier Barrage, avec un panneau d’orientation et une signalétique sur la jonction des deux canaux.

A ce point nous nous trouvons quasiment à la moitié du parcours entre l’espace Béziers et la zone des pompes.

Page 41: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 41

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

- Passerelle de cheminement : c’est une petite passerelle bois qui part de la digue et descend 1 mètres en dessous de la digue dans l’aulnaie côté marais avec à chaque angle une palissade d’observation. Elle mesure environ 36 mètres de long.

- Les observatoires : ils seront au nombre de trois sur l’ensemble du Casier Barrage dont un qualifié de grande capacité couvert, accessible aux PMR grâce à l’APMR prévu dans le projet. Un deuxième est qualifié de flottant couvert rattaché au ponton flottant protégé. Le troisième est un observatoire surélevé permettant une observation sur le marais Barrage mais également sur le marais Originel vers le sud. Les trois sont en bois et présentent un habillage de chaume de roseaux de façon à être inclus dans leur environnement sans porter atteinte au paysage et permettant une quiétude aux oiseaux.

- Les stations pictogrammes et les bancs bois : ce sont des stations thématiques avec des panneaux d’information où des pictogrammes font référence à une partie du livret d’accompagnement du circuit. Ces stations comprennent un banc bois comme autre structure. Ces bancs ne sont pas fixés dans le sol mais la gravité terrestre sera utilisée pour leur stabilité.

- Passerelles (en option) : deux passerelles bois pourraient être installées afin de faire la jonction entre le Casier Barrage et le Casier Burret. Cette passerelle passerait au-dessus du canal de ceinture qui sépare les deux casiers. Cette option permettrait aux visiteurs de ne pas cheminer sur l’accotement routier et de bénéficier de l’agrément du casier Burret.

II.4.3 Le Casier Burret

Le Casier Burret est pour l’instant peu concerné par les aménagements. Il est actuellement fermé au public, ne fait pas partie du périmètre réglementaire de la réserve naturelle et il est la propriété du Conservatoire du Littoral.

L’objectif suite aux aménagements, est l’ouverture au public afin de permettre à un certain public d’aller jusqu’aux palissades et à un autre d’effectuer une boucle. Seulement deux palissades d’observation doivent y être installées. Des zones seront végétalisées afin de garantir une quiétude aux oiseaux d’eau présents sur ce marais. L’accès pourra se faire au moyen de 2 passerelles (optionnelles) ou par le pont existant au niveau de la RD71.

L’option passerelle serait un vrai atout pour le confort de visite et permettrait de relier les casiers entre eux de manière fluide.

(1) Observatoire grande capacité, © Interscene, 2012

(2) Observatoire avancé, © Interscene, 2012

(3) Observatoire surélevé, © Interscene, 2012

Page 42: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 42

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Zooms sur les différentes installations du Marais Barrage, © Interscene, 2012

Page 43: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 43

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.5. Les aménagements du Marais Nord et du Marais Central

II.5.1 Le Casier Nord, Casier Central et lieu-dit

l’Encluse

Le casier Nord et casier Central sont actuellement interdits au public en circulation libre. Le public n’y a accès que dans le cadre de visites accompagnées avec un garde-naturaliste de la réserve naturelle.

Le projet d’aménagement ne changera pas cet aspect ; seule une palissade d’observation sera installée au niveau de la digue ouest afin de permettre une observation optimale des oiseaux hivernants par le personnel de la réserve naturelle.

La digue séparant le Casier Central et le Casier Nord, doit être végétalisée à certains endroits et des structures

(poteaux bois) doivent être installées afin de servir de tuteurs à la végétation présente (ronciers) pour qu’elle prenne un peu de hauteur pour permettre au personnel de la réserve naturelle d’être dissimulé lors des suivis et des comptages des oiseaux hivernants (Oies cendrées, Grues,…).

II.5.2 Hangar l’Encluse

Le nouvel hangar proposé, en lieu et place du hangar actuel, est une halle de bois qui répond aussi à un principe évolutif et flexible fonction des besoins.

Conçue sur une trame de 3600 mm, la structure bois lamellé-collé tient sur des poteaux bois. Les bois traités en autoclave restent bruts, sans peinture. Ce système constructif ne génère aucune poussée sur les fondations.

Les murs de contreventement des structures sur trois côtés périphériques de la halle, la protègent des vents dominants.

Une nef de 16,25 mètres par 10,80m (équivalent à 3 trames de 3,60 m) permet l’évolution de l’ensemble des véhicules du site. L’espace de manœuvre est donc d’une surface de 175m².

Les collatéraux, situés de part et d’autre de la nef centrale sont les espaces de stockage pour matériaux divers.

La couverture, en bacs acier autoportants, minimise les surcharges de masse, et de coût. La teinte des bacs est très claire en sous face.

Page 44: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 44

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.6. Appréciation sommaire des dépenses

II.7. Les travaux

II.7.1 Planning prévisionnel des travaux

Page 45: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 45

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.7.2 L’espace Béziers, la porte du Marais

Les espaces extérieurs, organisation du plan de masse

Canaliser la route départementale : Une signalétique de ralentissement et un talus dense végétalisé isole

le virage et préserve l’espace piéton.

Mise en place d’une boucle circulatoire, afin de tendre directement l’arrivée sur la maison Béziers. La

boucle reprend le tracé de la voie existante, minimisant l’intervention en voirie lourde. L’entrée sur le parvis

autorise l’arrêt ponctuel des cars, en toute sécurité à proximité de la maison Béziers, avant de laisser place

de part et d’autre de la voie à des bandes de stationnements engazonnées pour 70 véhicules.

Création d’un véritable parvis d’accueil, lieu du rassemblement, premier espace de frottement du piéton

avec l’air du marais. Une pompe Tosi, extraite du sol, est présentée sur un socle, constitue l’icône.

Les jardins : Des cheminements orientent les piétons vers le parvis ou les jardins d’agrément, espaces de

détente et de pique-nique, sis à proximité.

Des jardins pédagogiques sont aménagés de part et d’autre de la maison Béziers pour les animations

scolaires, outils d’observation et de médiation.

Départ du parcours pédagogique : Le platelage bois depuis la maison Béziers se transforme en

passerelle pour franchir le canal.

Scénographie : Grand panneau introductif: les différentes échelles de protection / Où suis-je ? Qui êtes-

vous ? Qu'est-ce qu'il y a à faire? Graphisme avec carte / Panneau Pompe TOSI.

Récupération des eaux de ruissellement dans des noues et bassins filtrants et création d’un réseau

d’assainissement pour l’ensemble des besoins autour de 2 micro-stations.

Le parking du personnel de 12 places, est inséré en pied de dune, en marge du projet, en grave

stabilisée.

Création d’une cour de services devant le hangar technique.

Mise en place d’un système de protection incendie par citerne souple.

Coût des travaux :

Infrastructures 519 854 € HT

Scénographie 21 200 € HT

La maison Béziers

Clore l’espace par une enveloppe intérieure, doublage et menuiseries acier. Le niveau Rdc est décaissé

sur son ensemble de 20 cm afin d’intégrer un plancher chauffant alimenté par une PAC Air / Eau. L’air

sera traité en simple flux. Les réseaux eau, courant forts et faibles seront créés, ainsi que deux sanitaires

publics accessibles PMR, depuis l’extérieur.

La nef devient l’espace d’accueil et d’exposition, traversée par le platelage de bois qui souligne le

parcours. Elle est dotée de locaux de rangement et de présentoirs pour la vente. Le nouveau plafond

présente une sous face en bois, ce plancher permettant d’augmenter considérablement la capacité

d’accueil du belvédère au niveau R+2.

Les deux escaliers qui desservent ce belvédère sont conservés et revalorisés : ils sont enveloppés sur

leurs trois dernières volées pour permettre le passage intérieur à extérieur sur le niveau intermédiaire. Une

légère intervention en charpente favorisera l’intervention des pompiers par voie d’échelle.

Scénographie : Banque d'accueil / Étoles longues et étroites de présentation thématique / Zootrope géant

/ Dioramas des milieux naturels / Viseurs paysage / Grill et éclairages.

Coût des travaux :

Bâtiment 182 215 € HT

Scénographie 164 000 € HT

La maison du Marais

Elle reçoit les fonctions pédagogiques et administratives, l’accueil des groupes. Il s’agit de mettre les

espaces aux normes de confort et d’en simplifier la lecture. Une épaisse couche isolante sous le plan

de toiture permet d’obtenir les performances thermiques et acoustiques. Le faitage est traité en verrière

éclairant le hall et l’ensemble des espaces d’activités. Les parois vitrées sont optimisées, des stores

occultant intégrés dans le plafond. Un percement est créé dans la salle de réunion sur le pignon Nord, baie

occultable pour la projection. Les salles sont réaménagées (placards de rangements, paillasse avec point

d’eau).

Une paroi séparative « filtre » préserve la partie destinée au personnel, qui bénéficie d’un réagencement

global (espace partagé des Gardes, bureaux, salle de réunion, locaux sanitaires et vestiaires).

Le pignon Sud est vitré toute hauteur, doublé de lames brise-soleil horizontales pour éviter les

rayonnements du soleil et les surchauffes.

Le chauffage et refroidissement est assuré par un Groupe à condensation par air, sauf pour la salle de

projection où la Pompe à Chaleur à condensation par air alimente les ventilo convecteurs.

L’air sera traité en simple flux, les réseaux eau, courant forts et faibles refaits.

Scénographie : Grill et éclairage

Coût des travaux :

Bâtiment 233 490 € HT

Scénographie 10 000 € HT

Page 46: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 46

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.7.3 Les pompes, espace témoin de l’histoire et porte secondaire du marais

Deuxième point d’entrée du site, l’espace des pompes retrace la conquête des territoires inondés à travers

l’histoire du génie civil, depuis Napoléon III. Le parcours vertical créé sur la plateforme fédère le lieu,

marque un signal sur le site, en dialogue visuel avec le secteur Béziers.

Les espaces de stationnement et d’évolution entre les différentes pompes

Ce secteur est aménagé de façon à accueillir 9 places de stationnement et des racks à vélos, à orienter les

cheminements vers les espaces d’observation et d’expérimentation.

Les surfaces de circulation automobile seront reprises en bi-couche au niveau du parking.

Le circuit de visite met en scène les vestiges des pompes napoléoniennes : le bassin est nettoyé de la

végétation envahissante, les murs de pierres et l’aigle royal sont dégagés.

L’exutoire maçonné en aval du bâtiment des pompes nécessite un nettoyage des végétaux pour bien

mettre en scène le passage de l’eau et la résurgence. Un caillebotis métallique traité en corrélation avec

l’espace pompes permettra de sécuriser le lieu.

Scénographie : Table d'orientation extérieure / Panneaux intérieurs / Bâche intérieure

Coût des travaux :

Aménagements 83 575 € HT

Pompes Napoléoniennes 40 000 € HT

Scénographie 20 000 € HT

Les pompes Fontaine/TOSI

Création d’un parcours sensoriel articulé autour d’une structure métallique. L’ensemble est recouvert de

plantes grimpantes telles que chèvrefeuilles ou autres plantes endémiques.

Coût des travaux :

Evènement Structurel TOSI 122 000 € HT

La maison Bachacou

La maison Bachacou est située à proximité des pompes napoléoniennes. L’état de la bâtisse ne permet

pas d’envisager sa restructuration. Elle sera démolie.

Coût des travaux :

Démolition Ferme Bachacou 18 000 € HT

II.7.4 Le parcours pédagogique

Parcours marais Barrage

Traitement d’une placette à l’entrée du parcours. Traversée de la RD, en plateau surélevé, résiné avec une

couche de finition en pépite. Le cheminement en tête de berge a une largeur totale variant de 5 à 7m

environ, conservé en l’état. Un cheminement PMR est aménagé suivant le procédé « escaladune ».

Descente vers le marais : platelage bois fixes et flottants, des stations d’observation, des protections

visuelles, des rambardes bois anti chutes.

Les protections sont réalisées en structure bois, et remplissage par fagots de roselières. Les percements

sont réalisés de manière aléatoire

Les ouvrages sont implantés dans le terrain au moyen de semelles bois posées sur le sol, afin de limiter les

terrassements, les impacts sur le terrain. Le principe est d’adapter le platelage et ses fondations à la

végétation existante, et de jouer avec les troncs, les racines et les branches des végétaux.

Les plantations accompagnant le cheminement sont réalisées majoritairement en saules, de variétés

endémiques et de chênes. Ces plantes sont sélectionnées en jeunes plants ou en racines nues, dans des

pépinières locales. Elles seront conformes aux variétés définies dans les cahiers des charges de la DREAL

concernant les réserves naturelles.

Coût des travaux :

Parcours Barrage 815 450 € HT

Marais Central, Nord, Burret 75 000 € HT

Scénographie, Médiation Extérieure 115 700 € HT

II.7.5 Espaces dédiés à l’entretien du site.

Le pôle technique – Secteur Béziers

Le pôle technique est une construction en bois. Les toitures sont en zinc. Sont prévues l’isolation et la

ventilation naturelle des sous-faces pour éviter les surchauffes.

Les portes du hangar, toutes hauteurs sur la façade Est, sont coulissantes pour limiter l’encombrement et

optimiser l’aire d’évolution.

Cette façade Est est une alternance de parois à bardage bois vertical plein et à bardage bois vertical ajouré

avec superposition de panneaux de polycarbonate. Cette composition confère un apport en lumière

naturelle aux locaux techniques également lieux de travail (atelier / labo / établis…).

Le hangar - Secteur Lencluse

Le nouvel hangar proposé, en lieu et place du hangar actuel, est une halle de bois de 360m² en lamellé-

collé. Les bois traités en autoclave restent brut, sans peinture. La couverture est en bacs acier.

Coût des travaux :

Hangar Technique 224 930 € HT

Hangar Lencluse 101 052 € HT

Page 47: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 47

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.8. La mission de maîtrise d’œuvre et les honoraires divers

L’équipe de maitrise d’œuvre s’organise autour de l’Agence Art’ur Architectes qui en assure la

mandature.

Art’ur Architectes et Jean Michel MOGAN sont les architectes du projet.

Interscène a pour mission le traitement de l’ensemble des aménagements extérieurs.

Biotope, bureau d’étude environnemental, est garant d’un projet bienveillant, écologique, positif sur

l’environnement.

Climelecassure la gestion énergétique, Chauffage, Climatisation, Ventilation, Electricité.

IGC est le BET Structures

Créatimeest le scénographe de l’ensemble de l’opération

Tranche infrastructures et paysage

Coût Travaux Rémunération 1 493 879,20 € HT 156 857,32 € HT

Tranche bâtiments

Coût Travaux Rémunération

921 687 € HT 115 091,21 € HT

Tranche scénographie

Coût Travaux Rémunération 330 900 € HT 34 744,50 € HT

MC1 Mission complémentaire sur gestion et entretien

Rémunération 25 000 € HT

MC2 Mission complémentaire sur Etude d’Impact / Dossier environnemental

Rémunération 47 000 € HT

MC3 Mission complémentaire sur programme scénographique

Rémunération 20 000 € HT

Mission OPC

Rémunération bâtiments 10 599,40 € HT

Rémunération infrastructure 17 179,61 € HT

Rémunération Scénographie 3 805,35 € HT

II.9. Récapitulatif général

Coût travaux 2 746 466,20 € HT

Coût études (hors actualisation) 430 277,38 € HT

Assurances DO-TCR 17 000,00 € HT

Coût Total opération 3 193 743,58 € HT

Page 48: Dossier enquete publique 24052013
Page 49: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 49

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

Pièce D – ETUDE D’IMPACT

Page 50: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 50

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Introduction

Le site naturel du Marais d’Orx est situé sur le territoire de quatre communes, Orx, Labenne, Saint-André-de-Seignanx et Saubrigues, dans le département des Landes (40).

Le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, gestionnaire du site du Marais d’Orx, dont 774 hectares sont classés en Réserve Naturelle Nationale, prévoit sur certaines zones du site des aménagements pédagogiques (observatoires, sentiers,…) en réponse à son objectif de valorisation du site et d’amélioration des conditions d’accueil du public.

La présente étude d’impact, sur l’environnement, les milieux naturels et la santé humaine, concerne l’aménagement de structures d’accueil du public. En effet, dans le cadre de ce projet d’aménagement, la réalisation d’une étude d’impact au titre de l’article L.122-1 et la mise en œuvre d’une procédure d’enquête publique au titre de l’article L.123-1 du code de l’environnement sont nécessaires.

Le bureau d’études BIOTOPE a été missionné pour réaliser cette étude d’impact : il s’agit de réaliser un état des lieux au sein de l’aire d’étude et de définir les impacts éventuels des opérations d’aménagement. Cette étude vise également à proposer des mesures afin de limiter voire supprimer les possibles impacts de ces opérations. La conclusion définira le caractère notable ou non d’un possible impact résiduel sur l’environnement, les milieux naturels ou la santé humaine après l’adoption des mesures préconisées.

Page 51: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 51

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Ire partie

Cadrage

Page 52: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 52

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I.Présentation générale

I.1. Méthode

I.1.1 Cadrage réglementaire de l’étude d’impact

Les différents éléments devant figurer dans une étude d'impact sont définis par le décret n°77-1141

du 12 octobre 1977, modifié par le décret n°2003-767 du 1er août 2003 puis par la loi n° 2010-788

du 12 juillet 2010 art-230.

Elle introduit donc la possibilité d’un examen « au cas par cas », le remplacement des seuils

financiers par des seuils techniques, la procédure de cadrage préalable, la mise en place de

sanctions administratives en cas de non-respect des mesures compensatoires, la prise en compte

des résultats de consultation du public, les mesures de publicités…

Le décret n° 2011-2019 du 29 décembre 2011 modifie le champ d’application de l’étude d’impact

et de son contenu et opère un toilettage des dispositions intégrées dans le code de

l’environnement (art. R. 122-1 et suivants C. env) ou d’autres codes. Par ailleurs, la notice d’impact

disparait.

De même que l’étude d’incidence, qui est une déclinaison particulière aux sites Natura 2000 de la

zone d’étude, la réalisation de l’étude d’impact est basée sur 4 phases distinctes mais totalement

interdépendantes :

Description du projet comportant des informations relatives à sa conception et à ses

dimensions, y compris en particulier, une description des caractéristiques physiques de l’ensemble

du projet et des exigences techniques en matière d’occupation du sol lors des phases de

construction et de fonctionnement.

Analyse de l’état initial puis des enjeux : Il s’agit de définir le contexte de l’étude en

s’appuyant sur un descriptif du projet d’aménagement, de la zone d’étude (diagnostic faunistique

et floristique, bioévaluation) ainsi que des différents inventaires officiels et réglementations

concernés.

Appréciation de l'importance des impacts : cette phase comprend une analyse

rigoureuse des impacts du projet sur chaque élément du milieu naturel. Elle débouche sur une

évaluation globale permettant de vérifier ses conséquences sur l’environnement.

Propositions de mesures d’atténuation ou de suppression : cette phase définit les

conditions à remplir pour limiter les impacts négatifs du projet. Une réévaluation de l'importance

des impacts est réalisée en intégrant les mesures précédentes. Enfin, dans le cas de la mise en

évidence d'impacts résiduels, le dossier donnera lieu à la proposition de mesures de

compensation des impacts.

I.1.2 Protection des espèces

Une espèce protégée est une espèce pour laquelle s’applique une réglementation contraignante

particulière. L’étude d’impact se doit d’étudier la compatibilité entre le projet d’aménagement et la

réglementation en matière de protection de la nature. Les contraintes réglementaires identifiées

dans le cadre de cette étude s’appuient sur les textes en vigueur au moment où l’étude est

rédigée.

Droit européen

En droit européen, la protection des espèces est régie par les articles 5 à 9 de la directive

79/409/CEE du 2 avril 1979, dite directive « Oiseaux », ainsi que par l’annexe II de cette directive,

et par les articles 12 à 16 de la directive 92/43/CEE du 21 mai 1992, dite directive « Habitats /

Faune / Flore » et par l’annexe IV de celle-ci. L'Etat français a transposé les directives « Habitats

» et « Oiseaux » par voie d'ordonnance (ordonnance n°2001-321 du 11 avril 2001).

Droit français

En droit français, la protection des espèces est régie par le code de l’Environnement : « Art. L. 411-

1. Lorsqu’un intérêt scientifique particulier ou que les nécessités de la préservation du patrimoine

biologique justifient la conservation d’espèces animales non domestiques ou végétales non

cultivées, sont interdits :

1° La destruction ou l’enlèvement des œufs ou des nids, la mutilation, la destruction, la capture ou

l’enlèvement, la perturbation intentionnelle, la naturalisation d’animaux de ces espèces ou, qu’ils

soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur détention, leur mise en

vente, leur vente ou leur achat ;

2° La destruction, la coupe, la mutilation, l’arrachage, la cueillette ou l’enlèvement de végétaux de

ces espèces, de leurs fructifications ou de toute autre forme prise par ces espèces au cours de

leur cycle biologique, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur mise en vente, leur vente

ou leur achat, la détention de spécimens prélevés dans le milieu naturel ;

3° La destruction, l’altération ou la dégradation du milieu particulier à ces espèces animales ou

végétales ; […]. »

Ces prescriptions générales sont ensuite précisées pour chaque groupe par un arrêté ministériel

fixant la liste des espèces protégées, le territoire d’application de cette protection et les modalités

précises de celle-ci (article R. 411-1 du CE - cf. tableau ci-après).

Remarque : des dérogations au régime de protection des espèces de faune et de flore peuvent

être accordées dans certains cas particuliers listés à l’article L.411-2 du code de l’Environnement.

L’arrêté ministériel du 19 février 2007 en précise les conditions de demande et d’instruction.

Page 53: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 53

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I.1.3 Statut de rareté des espèces

Les listes d’espèces protégées ne sont pas nécessairement indicatrices du caractère remarquable

des espèces. Si pour la flore les protections légales sont assez bien corrélées à leur statut de

conservation, aucune considération de rareté n’intervient par exemple dans la définition des listes

d’oiseaux protégés. Cette situation nous amène à utiliser d'autres outils de bioévaluation, établies

par des spécialistes, pour évaluer la rareté des espèces présentes: listes rouges, synthèses

régionales ou départementales, littérature naturaliste... Elles rendent compte de l'état des

populations d'espèces dans le secteur géographique auquel elles se réfèrent : l'Europe, le territoire

national, une région, un département. Ces listes de référence n'ont pas de valeur juridique.

TABLEAU 2 : SYNTHESE DES OUTILS DE BIOEVALUATION FAUNE/FLORE UTILISES DANS LE CADRE DE CETTE ETUDE

NIVEAU EUROPEEN NIVEAU NATIONAL NIVEAU LOCAL

Flore

2004 Red List of threatened

species – A global species

assessment (UICN, 2004) Manuel d’interprétation des habitats de l’Union

européenne EUR 25 (Commission européenne,

2003)

Livre Rouge de la flore

menacée de France. Tome I

: espèces prioritaires

(MNHN, CBNP, MEDD, 1995)

Liste des espèces déterminantes en Aquitaine

(DREAL Aquitaine 2009) Guide des milieux

forestiers en Aquitaine (CRPF, 2004)

Insectes

2004 Red List of threatened

species – A global species

assessment (UICN, 2004)

Inventaire de la faune

menacée en France (MNHN,

1994)

Les Papillons de jour de

France, Belgique,

Luxembourg (LAFRANCHIS,

2000) Les Libellules de France, Belgique, Luxembourg (Duguet & Melki, 2006)

Liste des espèces déterminantes en Aquitaine

(DREAL Aquitaine 2009)

Oiseaux

2004 Red List of threatened

species – A global species

assessment (UICN, 2004)

Birds in Europe 2 (BirdLife

International, 2004) Birds in the European Union

– a status assessment (BirdLife, 2004)

Liste rouge des espèces en

France. Chapitre des

oiseaux nicheurs (UICN,

MNHN, 2008).

Liste des espèces menacées

en France, dans Oiseaux

menacés et à surveiller en

France, Liste rouge et

priorité (YEATMAN-

BERTHELOT D. &

Liste des espèces déterminantes en Aquitaine

(DREAL Aquitaine 2009)

TABLEAU 1 : SYNTHESE DES TEXTES DE PROTECTION FAUNE/FLORE APPLICABLES SUR L’AIRE D’ETUDE

NIVEAU

EUROPEEN NIVEAU NATIONAL

NIVEAU REGIONAL ET/OU

DEPARTEMENTAL

Flore

Directive 92/43/CEE du 21 mai 1992, dite

« Directive Habitats Faune/Flore », articles 12 à 16

Arrêté du 20 janvier 1982 (modifié) relatif à la liste des espèces végétales protégées sur l’ensemble du

territoire

Arrêté du 8 mars 2002 relatif à la

liste des espèces végétales protégées en région Aquitaine complétant la liste nationale,

l’article 4 de cet arrêté précisant la liste des espèces végétales

protégées dans le département des Landes.

Insectes

Directive 92/43/CEE du 21 mai 1992, dite

« Directive Habitats Faune/Flore », articles 12 à 16

Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste

des insectes protégés sur l’ensemble du territoire et les

modalités de leur protection

Néant

Reptiles-Amphibiens

Directive 92/43/CEE du 21 mai 1992, dite

« Directive Habitats Faune/Flore », articles 12 à 16

Arrêté du 19 novembre 2007 fixant

la liste des amphibiens et

reptiles protégés sur l’ensemble du

territoire et les modalités de leur

protection

Néant

Oiseaux

Directive 79/409/CEE du 2 avril 1979, dite

« Directive oiseaux »

Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste

des oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire et les

modalités de leur protection

Néant

Mammifères

Directive 92/43/CEE du 21 mai 1992, dite

« Directive Habitats Faune/Flore », articles 12 à 16

Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste de

mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire et les

modalités de leur protection

Arrêté du 9 juillet 1999 fixant la liste

des espèces de vertébrés protégées

menacées d’extinction en

France et dont l’aire de répartition excède

le territoire d’un département

Néant

Page 54: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 54

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

ROCCAMORA G. 1999)

Rapaces nicheurs de France

(THIOLLAY &

BRETAGNOLLE, 2004) Oiseaux marins nicheurs de

France métropolitaine (CADIOU et al.,2004)

Reptiles-Amphibiens

2004 Red List of threatened

species – A global species

assessment (UICN, 2004) Atlas of amphibians and

reptiles in Europe (GASC et al., 2004)

Liste rouge des espèces en

France. Chapitre des

reptiles et des amphibiens.

(UICN, MNHN, 2008).

Inventaire de la faune

menacée en France (MNHN,

1994) Les Amphibiens de France,

Belgique, Luxembourg (DUGUET & MELKI, 2003)

Liste des espèces déterminantes en Aquitaine

(DREAL Aquitaine 2009)

Mammifères

2004 Red List of threatened

species – A global species

assessment (UICN, 2004) The atlas of european

Mammals (MITCHELL-JONES A. J. & al. 1999)

Inventaire de la faune

menacée en France (MNHN,

1994) SFEPM, CPEPESC (1999) – Plan de restauration des

chiroptères.

Liste des espèces déterminantes en Aquitaine

(DREAL Aquitaine 2009)

I.2. L’équipe

Une équipe pluridisciplinaire a été mise en place afin de réaliser une analyse la plus complète

possible.

Jean CASSAIGNE : chef de projet écologue chargé de la coordination de l’équipe, la

synthèse et l’analyse des données, la rédaction globale du dossier.

Maxime COSSON : directeur d’agence et ingénieur écologue chargé du contrôle qualité.

Philippe LEGAY : expert fauniste pour les oiseaux, les reptiles et les amphibiens

Thomas LUZZATO : expert fauniste pour les insectes et les chiroptères.

Frédéric MORA : expert en botanique pour les inventaires floristiques et l’analyse des

milieux

Charlie PICHON : hydrobiologiste, expert pour l’ichtyofaune (poissons).

Ludwick SIMON : expert malacologue pour les mollusques

L’équipe de la Réserve Naturelle du Marais d’Orx : Patrick Dulau, Directeur du Syndicat

Mixte, Fabienne SAVARY Directrice de la Réserve Naturelle, Raphaëlle DEBATS Conservatrice

de la Réserve Naturelle, Yohann MONTANE, Christelle LAVIGNE et Pierre PUYAU, gardes-

naturalistes de la Réserve Naturelle.

I.3. Recueil de données

Le recueil des informations est une étape indispensable permettant d’appréhender et de

comprendre le site de la façon la plus complète possible. Cette recherche documentaire est

d’autant plus fondamentale qu’elle oriente les experts lors de leurs investigations de terrain. Un

échange de données bibliographiques essentiel a été réalisé avec l’équipe de la réserve naturelle

nationale du Marais d’Orx.

Bibliographie :

Les sources bibliographiques locales, régionales et nationales consultées sont les suivantes :

Résultats des études et suivis réalisés par l’équipe de la réserve naturelle nationale du

Marais d’Orx

Sources cartographiques : carte IGN au 1 :25000 série bleue, les photos aériennes

couvrant l’ensemble de l’aire d’étude.

Les atlas de répartition des espèces patrimoniales (site Faune Aquitaine) et également

diverses publications scientifiques et naturalistes

Les Formulaires Standards de Données (FSD) des sites Natura 2000

Les bordereaux des Zones Naturelles d’Intérêts Ecologiques Faunistiques et Floristiques

(ZNIEFF)

Données concernant les Zones d’Importances pour la Communauté des Oiseaux (ZICO)

Les listes d’espèces déterminantes en Aquitaine (DREAL)

Le plan de gestion de la Réserve Nationale du Marais d’Orx (Plan de Gestion transitoire et

projet de Plan de Gestion 2013-2017) et plan d’aménagement et de développement

Sources juridiques : loi sur l’eau et les milieux aquatiques (loi n°2006-1772 du 30 décembre

2006), Code de l’environnement reprenant la loi n°76-629 du 10 juillet 1976 relative à la

protection de la nature, procédure relative à l’article L432.3 du code de l’environnement,

procédure d’enquête publique, Directive Habitats, Directive Oiseaux

Consultations :

Les personnes et organismes consultés pour cette étude sont présentés dans le tableau suivant.

Certaines de ces consultations n’ont pas abouti à des informations utilisables.

Page 55: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 55

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

LISTE DES CONSULTATIONS REALISEES

Structure Contact Commentaire

Faculté de Pau et des

pays de l’Adour

(secteur sciences

Anglet)

Frank D’Amico Pas d’informations

complémentaires

Association Cistude

Nature Matthieu Berroneau

Pas d’informations

complémentaires

Syndicat de rivière

Bourret-Boudigau Magalie Costa

Données sur

l’ichtyofaune

DDTM M. Tarozzi Cadrage réglementaire

DREAL M. Gesta Cadrage réglementaire

I.4. Santé humaine, bruit et pollutions

Selon l’article R. 122 -3 du Code de l’Environnement relative à l’étude d’impact « Le contenu de

l’étude d’impact doit être en relation avec l’importance des travaux et des aménagements projetés

et avec leurs incidences prévisibles sur l’environnement ».

Seront analysés dans la présente étude, les impacts du projet d’aménagement et de

développement du site du Marais d’Orx, sur la commodité du voisinage (bruits, vibrations, odeurs,

émissions lumineuses), l’hygiène, la santé, la sécurité et la salubrité publiques.

Page 56: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 56

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.Etude des milieux naturels, de la faune et de la flore : méthodologie

II.1. Prospections de terrain

Les visites et expertises de terrain permettent de dresser l’état initial sur les secteurs directement

concernés par les opérations d’aménagement, en tenant compte de l’état général de conservation de

l’habitat et de la proportion d’habitats « impactés » par rapport à la totalité de l’habitat présent. Bien que

des sites particuliers soient prospectés, la vision des experts est basée sur l’unité écologique fonctionnelle

des espèces.

Les prospections de terrain se sont déroulées durant les mois de mars, avril, mai, juin, juillet et septembre

2011. Le découpage des journées de terrain est le suivant :

LISTE DES VISITES ET EXPERTISES DE TERRAIN

Expertises Dates

Inventaires habitats et floristiques 19 avril, 13, 14 et 20 juillet 2011

Inventaires faunistiques Amphibiens / reptiles Oiseaux Insectes mollusques

29 mars, 5, 6, 15 et 28 avril, 12,13 mai, 9, 15, 16 juin 2011 23 et 24 mars, 5 et 28 avril, 18 mai, 15 juin et le 28 juillet 2011 12 mai, 20 et 28 juillet 2011 7 octobre 2011

II.2. Méthodologie

II.2.1 Habitats naturels et flore

Sur le terrain, la végétation (par son caractère intégrateur synthétisant les conditions de milieux et le

fonctionnement de l’écosystème) est considérée comme le meilleur indicateur permettant d’identifier les

habitats naturels.

Une reconnaissance floristique des structures de végétation homogènes a ainsi été menée le 19 avril et

les 13, 14 et 20 juillet sur l’ensemble de l’aire d’étude afin de les rattacher à la typologie CORINE Biotopes

à l’aide des espèces végétales caractéristiques de chaque groupement phytosociologique. La

phytosociologie fournit pour toutes les communautés végétales définies, une classification dont s’est

inspirée la typologie CORINE Biotopes. L’unité fondamentale de base en est l’association végétale

correspondant au type d’habitat élémentaire ; les associations végétales définies se structurent dans un

système de classification présentant plusieurs niveaux emboîtés (classe > ordre > alliance > association).

Dans le cadre de cette étude, nous n’avons pas réalisé de relevés phytosociologiques mais nous avons

préféré des relevés phytocénotiques qui rassemblent toutes les espèces observées entrant dans la

composition d’un habitat donné.

L’expertise de terrain a eu pour but d’identifier et de cartographier les habitats naturels présents sur les

sites selon la typologie CORINE Biotopes et de mettre en évidence les habitats d’intérêt communautaire.

Les espèces protégées et patrimoniales ont été également prospectées méthodiquement.

Les surfaces d’habitats ont été délimitées sur la base de fonds Orthophotoplan agrandis. Les éléments

linéaires (limites d’habitat) ou ponctuels (espèces végétales patrimoniales et protégées) ont été localisés

au moyen d’un GPS Garmin Etrex Venture HC. Les informations collectées ont enfin été digitalisées au

moyen d’un Système d’Information Géographique MapInfoTM.

La nomenclature des plantes à fleurs et des fougères utilisée dans cette étude est celle de la Base de

données Nomenclature de la Flore de France (BDNFF, consultable et actualisée en ligne sur le site

www.tela-botanica.org.

En ce qui concerne les habitats naturels, la nomenclature utilisée est celle de CORINE Biotopes,

référentiel de l’ensemble des habitats présents en France et en Europe. Dans ce document, un code et un

nom sont attribués à chaque habitat naturel décrit.

Concernant les habitats naturels d’intérêts communautaires listés à l’annexe I de la Directive Habitats, le

manuel d’interprétation des habitats de l’Union européenne (EUR 15) ainsi que les cahiers d’habitats

seront utilisés. Le code Natura 2000 ainsi que l’habitat élémentaire concerné sont précisés. La

bibliographie sera exploitée pour caractériser les autres habitats remarquables. Parmi ces habitats

d’intérêt européen, certains possèdent une valeur patrimoniale encore plus forte et sont considérés à ce

titre comme « prioritaires » (leur code Natura 2000 est alors complété d’un astérisque *).

Limites méthodologiques

D’une manière globale, les inventaires floristiques sont suffisants pour identifier et caractériser les habitats

naturels présents sur le site d’étude. De la même manière, les dates des prospections étaient favorables à

la recherche de plantes végétales remarquables et/ou protégées.

II.2.2 Mammifères aquatiques et semi-aquatiques

La Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx est un site propice à la présence de mammifères

aquatiques et semi-aquatiques comme le Vison d’Europe (Mustela lutreola), le Campagnol amphibie

(Arvicola sapidus), le Putois (Mustela putorius) et la Loutre d’Europe (Lutra lutra). De plus, le Vison

d’Europe est intégré dans le plan de gestion du site comme enjeu prioritaire. Le projet d’aménagement

prévoit l’implantation de structures sur des sites pouvant être potentiellement des zones de chasse ou de

gîte de ces espèces. D’enjeux patrimoniaux forts, et sensibles aux aménagements, il convient d’évaluer si

ces espèces peuvent présenter une contrainte pour le projet. L’inventaire des espèces présentes sur le

site d’étude s’appuie sur le relevé d’indices de présence (crottes, laissées, empreintes,…) et la mise en

place de pièges photographiques à des endroits stratégiques comme perpendiculaires aux coulées,

proches de structures d’ouvrage comme les ponts ou encore à proximité d’un terrier.

Méthode de pose des pièges photographiques

Les pièges photographiques ont pour but de photographier des espèces sans l’intervention de la présence

humaine. Le modèle utilisé dans le cadre de l’étude est le RECONNYX 3.1 mpx, de coloris camouflage

afin de limiter sa visibilité. Ces espèces de mammifères étant très sensibles aux changements de leur

territoire, il convient de manipuler les pièges avec précaution (avec des gants) pour éviter d’y laisser une

Page 57: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 57

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

odeur, ainsi que de les placer de façon judicieuse pour maximiser les chances de réussite.

Les pièges sont posés et laissés sur site plusieurs jours afin d’éviter une récurrence des perturbations sur

le territoire des espèces. Après la relève des pièges, les photos sont déchargées puis analysées afin de

déterminer la présence des espèces ciblées, ainsi que leur comportement (proies dans la gueule,

éléments de confection d’un gîte,…) permettant de définir l’utilisation faite du site.

Méthode de relevé d’indices de présence

Les indices de présence sont le principal élément utilisé pour les mammifères du fait de leur discrétion et

donc de leur faible probabilité de détection visuelle. La recherche de ces indices nécessite une bonne

connaissance de l’écologie et de l’éthologie des espèces recherchées. Ces données vont conditionner les

zones favorables à la recherche.

Limites méthodologiques

Concernant les pièges photographiques, l’absence de photos des espèces recherchées ne définit pas une

absence de ces espèces sur le site d’étude. En effet la prospection de ces espèces sur leur territoire

(parfois plusieurs kilomètres de linéaire) est impossible à prévoir. Il est donc important de pondérer

l’analyse. La distinction des sexes au travers des photos n’est pas chose évidente surtout pour les

espèces ne présentant pas de dimorphismes sexuels.

Pour les indices de présence, le cas du Vison d’Europe dont les laissées et les empreintes ne sont

quasiment pas différenciables avec celles du Putois et du Vison d’Amérique (de Bellefroid et Rosoux,

2005) est à prendre en compte. De plus, lors de contacts visuels, le morphe mélanique du Putois peut être

confondu avec le Vison d’Europe, ainsi que celui du Vison d’Europe avec le Vison d’Amérique.

II.2.3 Les chiroptères

De par la nature du projet d’aménagement (installation de structures légères et réfection du bâti existant)

porté par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, les chiroptères ont été déterminés comme

groupe ne présentant pas d’enjeu et n’ont pas fait l’objet d’un inventaire spécifique. En effet, aucune coupe

d’arbre à cavités ou autre gîte potentiel, ainsi qu’aucune destruction d’habitat de chasse ne sera réalisée.

II.2.4 Autres mammifères

Une étude bibliographique constitue la base de départ à l’étude mammalogique. Elle a été axée sur le

cortège des mammifères fréquentant l’aire d’étude et déterminés par contact direct ou recherche d’indices

de présence (restes de repas, empreintes, gîte de reproduction,…). Tout indice de présence est noté.

II.2.5 Avifaune

La Réserve Naturelle du Marais d’Orx est un des sites majeurs du département des Landes pour l’avifaune

(ZICO, ZPS). On y observe une faune diversifiée avec des statuts d’hivernants, migrateurs, et sédentaires.

Cette particularité du site a conduit à utiliser les ressources bibliographiques et informations détenues par

le gestionnaire de la réserve naturelle, afin de prendre en compte les espèces qui ne seraient pas

présentes lors de la phase terrain.

Méthode de prospection de l’avifaune

Même si des journées spécifiques sont attribuées à la prospection de l’avifaune, les experts sont sollicités

lors de toutes les phases de terrain afin d’acquérir un maximum de données. L’ensemble de l’aire d’étude

a été prospectée à vue. Plusieurs parcours à pied à travers l’éventail des milieux présents ont été

effectués et combinés avec des points d’écoute et d’observation réguliers répartis sur l’ensemble de l’aire

d’étude et au-delà. Sur chaque point d’écoute, l’expert a noté tous les contacts visuels et auditifs sans

limite de distance. La durée d’observation sur chaque point d’écoute est fixée à 15 minutes.

Pour chaque espèce observée, un indice de reproduction est affecté selon trois classes :

Indices certains : construction de nid et/ou transport de matériaux, alarme des adultes,

nourrissage des jeunes, nid découvert, observations d’immatures non émancipés.

Indices probables : observation d’un couple, parade d’un mâle seul ou en couple, accouplement,

chant, interaction ou poursuite entre mâles.

Indices possibles : observation d’un individu ou d’une espèce en période de reproduction.

Limites méthodologiques

Les périodes de prospections s’étalant sur le printemps et l’été, les données relatives à la présence des

espèces hivernantes et migratrices nous a été communiquées par le gestionnaire du site avec une

recherche bibliographique en complément, ceci afin de réaliser un inventaire le plus exhaustif possible.

Pour permettre d’affiner l’expertise une partie est basée sur les potentialités d’accueil et l’intérêt des

habitats d’espèce présents sur l’aire d’étude.

II.2.6 Amphibiens et reptiles

Les amphibiens possèdent une répartition spatio-temporelle particulière et utilisent pour la plupart trois

types de milieux au cours de l’année : zone d’hivernage, zone de reproduction, zone d’estivage.

Ils empruntent par ailleurs des corridors de manière assez systématique d’une année sur l’autre,

l’ensemble correspondant à leur habitat. Chaque espèce suit un cycle temporel particulier. C’est au cours

de la période de reproduction que les espèces sont les plus visibles (essentiellement de mars à mai). Les

méthodes suivantes ont été utilisées :

recherche des zones de pontes (zones de regroupement des individus : mares, ruisseaux, bassins,

prairies humides, etc.) ;

écoute des chants pendant quelques minutes pour l’identification des anoures ;

observation de nuit à la lampe pour l’identification des urodèles et anoures en bords de berges ou

en surface, identification des pontes ;

pêche au filet pour l’identification des urodèles et anoures (états larvaires notamment)

tous les objets pouvant servir de refuge en phase terrestre à ces animaux ont par ailleurs été

soulevés comme des pierres, tôles, morceaux de bois…le soin a été pris de remettre chaque

élément à sa place.

Page 58: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 58

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Pour les reptiles, les prospections ont été faites pendant les périodes favorables et à des endroits

stratégiques : couloirs de déplacements, écotones, zones propices à la thermorégulation. Une recherche

des exuvies (appelées aussi « mues ») est effectuée. La détermination de l’espèce est réalisée grâce à

l’étude de l’écaillure au niveau de la tête. La période la plus propice à cette recherche se situe au

printemps (mai ou juin). L’utilisation de pièges passifs (plaques à reptiles) viendra en complément et peut

parfois permettre le contact avec des espèces plus discrètes.

II.2.7 L’entomofaune (insectes)

Les groupes d’insectes recherchés sont principalement les Odonates (libellules et demoiselles), les

Rhopalocères (papillons de jour) et les Orthoptères (sauterelles, criquets et grillons). Ce sont des groupes

qui ont pour avantage d’être représentatifs de l’ensemble des groupes d’insectes et d’être bien connus. Ils

sont par ailleurs relativement sensibles aux changements des milieux et sont considérés comme de bons

indicateurs de la qualité de leur environnement.

Les inventaires entomologiques portent sur l’ensemble des espèces visibles, dans le but de bien

appréhender les cortèges entomologiques présents. Un effort particulier a été porté sur les espèces

protégées par la loi française et les espèces de l’annexe II de la Directive «Habitats» qui sont susceptibles

de se trouver dans les biotopes prospectés. Les espèces dites patrimoniales et/ou rares notamment celles

inscrites dans les listes rouges nationales ou dans la liste des espèces déterminantes ZNIEFF ont

également été recherchées assidûment.

Quelques espèces de macrohétérocères diurnes (papillons assez éloignées au niveau de la systématique

des Rhopalocères) et les deux Coléoptères saproxyliques les plus communs de la Directive Habitats

(Grand Capricorne et Lucane cerf-volant) ont également été notés quand ils étaient présents sur une

station.

Méthodes de prospection

Pour les inventaires, différentes méthodes de captures ont été utilisées en fonction du groupe d’insectes

recherché :

Pour les Odonates, le relevé des imagos se fait soit après capture au filet à papillons, soit par

l'identification lointaine à l’aide d'une paire de jumelle. Certaines espèces relativement communes et ayant

un comportement spécifique peuvent également être identifiées directement, sans accessoires particuliers.

L'identification des larves a également son importance. En effet, leur existence sur un site permet de

confirmer la reproduction de l'espèce. Pour identifier une larve d'odonates, on peut capturer à l'aide d'une

épuisette les larves visibles sur les bords des points d’eau ou des cours d'eau. Il faut également signaler

que les larves de libellules laissent une "mue" appelée exuvie quand elles sortent de l'eau afin d'atteindre

leur stade adulte (métamorphose). Ces exuvies sont également identifiables et donnent un nombre

intéressant d'informations sur la reproduction de l'espèce. La plupart des larves et des exuvies sont

identifiées à l’aide d'une loupe binoculaire.

Les relevés sur ce groupe se font le long des cours d'eau et autour des points d'eau mais aussi le long des

lisières qui forment des territoires de chasse pour un grand nombre d'espèces. Dans le sud de la France,

les prospections peuvent être réalisées d'avril à octobre.

Pour les Rhopalocères, la capture se fera également à l'aide du filet à papillons. L'identification d'un bon

nombre d'espèces peut être faite directement de visu. Pour les espèces à statut de protection ou de

conservation, les chenilles sur les plantes hôtes ont également été recherchées.

Les relevés pour ce groupe se feront en prospectant l'ensemble des biotopes les plus favorables (prairies,

pelouses…). Les zones boisées sont à exclure pour ce groupe et les inventaires seront focalisés

essentiellement sur les milieux ouverts. Les observations sur ce groupe sont pertinentes de mars à

septembre.

Pour les Orthoptères, plusieurs méthodes de relevés sont possibles :

Capture des espèces à l'aide d'un filet à papillons en piégeant les espèces au sol. On peut également

capturer directement les espèces à la main, notamment dans les strates herbacées hautes où les espèces

sont moins mobiles.

Utilisation d’un « parapluie japonais ». Certaines espèces d'orthoptères, notamment quelques sauterelles,

peuvent être cachées dans le feuillage d'un arbre ou de buissons. Pour les capturer, on utilise un parapluie

japonais : à l'aide d'un bâton, on bat le feuillage et les espèces sont piégées dans le parapluie.

Enfin, un nombre important d'espèces d'Orthoptères peuvent être identifiées grâce à leur chant. Ceci

permet notamment un gain de temps dans les relevés. Il faut souligner que certaines espèces sont

uniquement identifiables à partir de leur chant.

Une bonne partie des espèces sont adultes durant les mois d'août et septembre qui sont les périodes les

plus favorables aux inventaires de ce groupe. Néanmoins, pour les grillons et la famille des Tetrigidés

(famille de petits criquets dont certaines espèces sont patrimoniales) un inventaire durant le mois de mai

est plus approprié. Les milieux ouverts et le long des haies ont été privilégiés pour l'étude de ce groupe. A

noter que seuls les stades adultes sont indentifiables chez les orthoptères.

Pour la plupart des groupes présents dans la zone du projet, la détermination des espèces sur le terrain

est plus ou moins difficile. Certains insectes sont assez caractéristiques (de grosses tailles et uniques

dans leurs couleurs et leurs formes) et peuvent être directement identifiés à l’œil nu ou à l’aide de

jumelles. D’autres nécessitent une observation plus fine pour distinguer certains critères de différenciation

entre espèces proches (utilisation de clés de détermination).

II.2.8 L’ichtyofaune (poissons)

Pour le groupe des poissons, seule une recherche bibliographique a été effectuée. La nature du projet

d’aménagement n’a pas fait ressortir les poissons comme groupe à enjeux. De plus la mise en place de

pêches aurait nécessité une logistique lourde et un coût financier trop élevé. Un expert hydrobiologiste a

donc fait des recherches bibliographiques approfondies afin de déterminer le peuplement présent sur le

Marais d’Orx et de produire une analyse vis-à-vis du projet.

II.2.9 Les mollusques

Les prospections de terrain concernant les mollusques terrestres ont porté essentiellement sur la

recherche d’espèces patrimoniales telles que le Vertigo de Des Moulins (Vertigo moulinsiana), le Vertigo

étroit (Vertigo angustior), la Clausilie basque (Neniatlanta pauli) ou encore l’Hélice de Navarre

(Trissexodon constrictus) gastéropode terrestre remarquables potentiellement présent sur l’aire

d’investigation.

Page 59: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 59

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

NB : Les Vertigos sont des escargots de petite taille inféodés aux zones humides. Aujourd’hui et dans le

département, ces deux espèces (V. angustior, V. moulinsiana) n’ont pas encore été observées, mais la

présence de leur habitat au sein du Marais d’Orx a justifié leurs investigations.

Pour effectuer les prospections deux techniques ont été utilisées : les prospections à vues et la méthode

du tamisage.

La première technique consiste à rechercher les escargots à l’œil nu (chasse à vue). Dans ce cas, tous les

milieux favorables à proximité de la digue (boisements humides, marais, formations végétales humides

(jonçaies, cariçaies, roselières, mégaphorbiaies), petites dépressions humides, etc.) ont été contrôlés.

La seconde technique, plus ciblé, pour inventorier les espèces de petites tailles (du genre Vertigo), a

consisté à récolter de la litière végétale se trouvant à l’intérieur d’un cadre de dimension 25 x 25 cm. Ces

quadras de litière ont été effectués dans les diverses formations végétales constituées d’hélophytes

favorables aux espèces, présentes sur le site. Ces quadras de litière sont tamisés sur un drap blanc et les

espèces récoltées ont été identifié in situ. Cette technique permet de compléter les recherches à vue et de

donner des informations le cas échéant, sur l’abondance des espèces.

Page 60: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 60

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

III.Prise en compte des différents types de périmètres L’aire d’étude est concernée par plusieurs types de périmètres : périmètres d’inventaires, périmètres de

protection réglementaires et législatifs, et périmètres de protection issus de textes internationaux ou

européens. Les différents zonages sur le site du Marais d’Orx sont présentés dans le tableau ci-dessous et

détaillés ci-après :

INVENTAIRE / CLASSEMENT

CODE / N° DE REFERENCE

SUPERFICIE EN ha DATE DE CLASSEMENT

ZNIEFF de type II 721001984 2183 1983

ZICO AN18 4270 1991

ZPS FR7210063 752 26/10/2004

ZSC FR7200719 988 20/03/2007

RNN FR36OO123 775 8/02/95

RAMSAR 1995 955 27/10/2011

Source : Projet de Plan de gestion de la RNN 2013-17

III.1. Périmètres d’inventaires

Les périmètres d’inventaires correspondent aux Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et

Floristique (ZNIEFF), de type I ou de type II et aux Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux

(ZICO). Ce sont des outils de connaissance apportant la preuve de la richesse biologique des espaces

naturels concernés. Il ne s’agit pas d’un instrument de protection réglementaire des espaces naturels.

III.2. Périmètre de protection réglementaire

Le périmètre de la Réserve Naturelle Nationale (RNN) est un périmètre de protection réglementaire. La

réglementation propre du site est fixée dans le décret de classement de la Réserve Naturelle du 8 février

1995. En application du décret de classement, diverses activités ont été réglementées par arrêté

préfectoral du 28 juillet 2005 portant règlement intérieur de la Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx

après avis du Comité Consultatif de Gestion du 3 février 2005.

Carte n°2, 3 et 4. Localisation des différents types de périmètres

Page 61: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 61

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 62: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 62

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

III.3. Périmètre de protection législatif direct

Une partie de la superficie du site du Marais d’Orx est située sur la commune de Labenne soumise à la Loi

littoral. Les dispositions particulières au littoral sont issues de la loi du 3 janvier 1986 relative à

l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, reprenant les orientations de la directive

d’aménagement national du 25 août 1979.

L’objectif poursuivi est l’équilibre entre la préservation et le développement des activités économiques liées

à la proximité de l’eau, la maitrise de l’urbanisation, la protection des équilibres biologiques et écologiques

et la préservation des sites, des paysages et du patrimoine naturel et culturel du littoral. La mise en œuvre

de ces dispositions renvoie à l’interprétation, nourrie par une jurisprudence importante, des notions

avancées par la loi de 1986 : espaces proches du rivage, extension limitée de l’urbanisation, espaces

urbanisés, coupures d’urbanisation, hameaux nouveaux,... Les textes législatifs et réglementaires tendent,

depuis la loi SRU de décembre 2000, à renforcer l’articulation entre la protection des espaces littoraux,

leur fréquentation par le public et le maintien des activités économiques qui leur sont liées.

Carte n°5 : zone du projet d’aménagement soumise à la loi littoral

Page 63: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 63

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

III.4. Périmètres de protection issus d’un texte européen ou

international

III.4.1 Réseau Natura 2000

Les sites du réseau Natura 2000 sont des périmètres de protection issus de textes européens : la Directive

« Habitats » et la Directive « Oiseaux ».L’aire d’étude du projet est entièrement concernée par le

classement en ZPS (Zone de Protection Spéciale) dite « Domaine d’Orx » et celui du ZSC (Zone Spéciale

de Conservation) dite « zones humides associées au Marais d’Orx ». Le DOCOB de la ZSC a été élaboré

par l’équipe de la RNN du Marais d’Orx et validé en juin 2012. Ce cadre (réglementaire par

transposition), conduira suite à l’étude d’impact, à la réalisation d’une étude d’incidences Natura

2000, conformément à l’article L. 414-4 du code de l’environnement relatif aux aménagements sur sites

Natura 2000.

La désignation du site en ZPS s’est appuyé sur un fort potentiel avifaunistique, avec 164 espèces dont 64

nicheuses et 50 espèces inscrites à l’annexe I de la Directive Oiseaux, « espèces faisant l’objet de

mesures de conservation spéciale concernant leur habitat, afin d’assurer leur survie et leur reproduction

dans leur aire de distribution ».La justification de la désignation en SIC (2004), s’est appuyée sur la

présence d’habitats, d’espèces animales et végétales présentés dans le tableau ci-dessous, nécessitant

ce classement.

HABITATS Code

EUR15 Code CORINE

Lacs eutrophes naturels avec végétalisation du magnopotamion ou de l’hydrocharition

3150 22.13 x (22.41 et 22.421)

Forêts alluviales à Alnus glutinosa et Fraxinus excelsior (Alno-Padion, Alnion-incanae, Salicion Albae)

91EO* 44.3, 44.2 et 44.13

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitaires et des étages montagnards à alpins

6430 37.7 et 37.8

ESPECES VEGETALES STATUTS DE PROTECTION

National Communautaire International

Le Fluteau nageant (Luronium natans) A1 DH An II & IV CB An I

ESPECES ANIMALES

La Loutre d’Europe (Lutra lutra) A2

DH A II & IV / Reg. CITES An A

CB An II / CITES An I

Le Vison d’Europe (Mustela lutreola) A2 DH An II & IV CB An II

Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposediros) A2 DH An II & IV

CB An II / CBo An II

Cistude d’Europe (Emys orbicularis) A2 DH An II & IV CB An II

Lamproie marine (Petromyzon marinus) A1 DH An II

CB An III / CBa An III / COsp An IV

Agrion de mercure (Coenagrion mercuriale) A3 DH An II CB An II

PN : protection nationale / DH : Directive Habitats / CB : Convention de Berne / CBo : Convention de Bonn / CBa : Convention de Barcelone / COsp : Convention OSPAR (Oslo-Paris)

Intérêt communautaire et prioritaire

Le Document d’Objectifs (DOCOB) de la ZPS a été réalisé par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux

Naturels et validé en octobre 2011. Le document est accessible sur le site internet de la Réserve Naturelle.

Espèces d’oiseaux de l’annexe I de la directive 79/409 de la ZPS

Espèces d'intérêt communautaire

Code Natura 2000

Estimation de la

population

Statut sur le site

Fréquence abondance sur le site

Structure et fonctionnalité de la population

Habitat de l'espèce

Aigle botté (Hieraaetus pennatus)

A092 3 Couples H PF Niche à la périphérie immédiate du site. Utilise le site comme territoire de chasse.

Aigle criard (Aquila clanga) A090 1 à 2

individus N à

proximité TR

Hivernage. Utilise un territoire plus vaste que la ZPS

Aigrette garzette Egretta garzetta)

A026 200

individus NS C

10 couples en reproduction. Site de reproduction à la périphérie de la ZPS.

Alouette lulu (Lullula arborea) A246 M PF Utilise les espaces prairiaux

Avocette élégante (Recurvirostra avosetta)

A132 40 individus M PF à C Hivernage et migration. Utilise les zones exondées de bordure

Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus)

A094 1 à 2

individus H PF à C

Migrateur et hivernant. Utilise la Marais en zone de gagnage.

Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax)

A023 18 en hivernage et

3 couples

NS à proximité

TR Reproduction et hivernage. Utilise les aulnaies saulaies inondables situées à l’intérieur et à la périphérie de la ZPS

Busard cendré (Circus pygargus)

A084 4 individus M

PF Hivernant. Utilise les prairies et les bordures en territoire de chasse

Busard des roseaux (Circus aeruginosus)

A081 12 individus N ? et H

? et C Hivernant. Suspicion de reproduction. Utilise les prairies et les iles en territoire de chasse

Busard Saint-Martin (Circus cyaneus)

A082 5 individus N ? et H

? et R Hivernant. Utilise les prairies et les bordures en territoire de chasse

Butor étoilé (Botaurus stellaris)

A021 1 à 2

individus N ? et H ? et R

Hivernant. Fréquente les bordures des saulaies et les zones à hélophytes

Chevalier sylvain (Tringa glareola)

A166 < 20

individus M PF à C

Migrateur et exceptionnellement hivernant. Utilise les vasières

Cigogne blanche (Ciconia ciconia)

A031 2 couples N R Reproduction avérée. Territoire de gagnage extérieur et éloigné du site.

Cigogne noire (Ciconia nigra) A030 1 couple M R Migrateur. Utilise les plans d’eau et les espaces prairiaux humides lors des haltes migratoires

Circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus)

A080 Donnée non disponible

N à proximité

R Migrateur. Utilise les espaces prairiaux comme territoire de chasse

Page 64: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 64

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Espèces d'intérêt

communautaire

Code

Natura

2000

Estimation

de la

population

Statut sur

le site

Fréquence

abondance

sur le site

Structure et fonctionnalité de la

population

Habitat de l'espèce

Crabier chevelu (Ardeola

ralloides) A024 1 couple N O

Reproduction avérée. Fréquente les

herbiers de Jussie. En diminution.

Echasse blanche

(Himantopus himantopus) A131 30 individus N et M O et C

Migrateur et hivernant. Suspicion de

reproduction. Utilise les zones

exondées de bordure

Elanion blanc (Elanus

caeruleus)

1 à 5

individus NS TR

Reproduction avérée. Utilise les prairies

comme territoire de chasse. Aire vitale

plus étendue que la ZPS

Engoulevent d’Europe

(Caprimulgus europaeus) A224

< 10

individus

N à

proximité PF

Utilise les digues du marais ainsi que

les pinèdeset les coupes rases situées

à proximité immédiate du marais.

Faucon pèlerin (Falco

peregrinus) A103

1 à 2

individus H R

Exceptionnel. Utilise essentiellement le

site comme zone de chasse.

Fauvette pitchou (Sylvia

undata) A302 A préciser O TR Utilise les zones de lisières.

Fuligule nyroca Aythya

nyroca) A060 H TR

Observations exceptionnelles liées à

des hivers froids et à des niveaux d’eau

élevés.

Gorge-bleue à miroir

(Luscinia svecica) A272 2 individus Migrateur PF 2 individus contactés en migration

Grande Aigrette (Egretta alba) A027

11 individus

en

hivernage

N et H O et PF

Hivernant. Suspicion de reproduction

avec observation d’individus en

plumage nuptial. Utilise la ZPS en

territoire de chasse.

Grue cendrée (Grus grus) A127

150

individus

environ

H C

Faibles populations hivernantes.

Effectifs en cours d’accroissement –

Utilise le site en gagnage et en remise

Guifette noire (Chlidonias

niger) A197

20 à 30

individus M C

Migrateur. Utilise le Marais Barrage

comme zone de gagnage

Hibou des marais (Asio

flammeus) A222

1 à 2

individus H O à TR

Halte migratoire et exceptionnellement

hivernage. Utilise le Marais Nord

Héron pourpré (Ardea

purpurea) A029

4 à 7

couples N PF

Nidification dans une saulaie au lieu-dit

« les Trois Couts », en bordure du

Marais Central. En régression

Ibis falcinelle (Plegadis

falcinellus) A032 1 individu H TR Très exceptionnel

Martin-pêcheur d'Europe

(Alcedo atthis) A229

10 à 20

couples NS PF Forte population qui utilise les canaux.

Espèces d'intérêt

communautaire

Code

Natura

2000

Estimation

de la

population

Statut sur

le site

Fréquence

abondance

sur le site

Structure et fonctionnalité de la

population

Habitat de l'espèce

Milan noir (Milvus migrans) A073

15 à 20

couples

86 individus

N PF à C

Reproduction à la périphérie de la

ZPS. Utilise le site en territoire de

chasse

Milan royal (Milvus milvus) A074 < 10

individus M C

Migrateur. Utilise occasionnellement le

Marais

Phragmite aquatique

(Acrocephalus paludicola) A294 A préciser M ? Migrateur. Reproduction à confirmer

Pie-grièche écorcheur

(Lanius collurio) A338 6 couples N PF

Site favorable. Utilise les haies et les

clôtures des espaces prairiaux.

Pygargue à queue blanche

(Haliaetus albicilla) A075 1 individu H TR Individu erratique

Spatule blanche (Platalea

leucorodia) A034

> 200

individus NSH PF

Reproduction avérée (8 couples).

Niche à la périphérie de la ZPS. Utilise

les plans d’eau pour se nourrir et en

dortoir.

Légendes « migrateur / hivernant » : M = migrateur, H = hivernant, MO = migrateur occasionnel O = occasionnel (moins de 5 observations de 1980 à aujourd'hui), TR = très rare (observation de fréquence non annuelle), R = rare (observation annuelle de moins de 5 individus), PF = peu fréquent (observation annuelle de quelques individus - 5 à 20), C = commun (observation annuelle de plusieurs dizaines d'individus), TC = très commun (observation annuelle de plusieurs centaines d'individus) Légendes « nicheurs » : N = nicheur, NS = nicheur sédentaire, NH = nicheur hivernant, NO = nicheur occasionnel, NR = nicheur rare O = (occasionnel nidification exceptionnelle - 1 fois de 1980 à aujourd'hui), TR = très rare (nidification non annuelle), R = rare (nidification annuelle de 1 à 5 couples), PF = peu fréquent (nidification annuelle de 5 à 20 couples), C = commun (nidification annuelle de plusieurs dizaines de couples), TC = très commun (nidification annuelle de plusieurs centaines de couples nicheurs)

Source : Docob de la ZPS janvier 2012, SMGMN

III.4.2 Zone humide internationale RAMSAR

Le 27 octobre 2011, le site du Marais d’Orx a été désigné site Ramsar. Le périmètre concerne celui de la

Réserve Naturelle Nationale et du casier Burret.

La Convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée Convention de Ramsar, est un

traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la

conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Page 65: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 65

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IV.Description de l’aire d’étude et notion d’aire d’influence du projet Le fonctionnement des espaces naturels, la complexité des relations entre les différents milieux, les enjeux

forts liés à leur protection et leur gestion, les effets cumulés des aménagements existants et programmés,

sont autant d’arguments pour que l’aire d’étude d’impacts liés aux aménagements s’étende au-delà de la

zone directement concernée par le projet. C’est pourquoi l’aire d’étude se compose :

de l’aire d’étude rapprochée du projet ;

de l’aire d’étude éloignée du projet.

L’aire d’étude rapprochée peut être décrite comme la zone directement affectée par la réalisation des

opérations d’aménagement. Elle correspond d’une part à la zone d’emprise des travaux, où les

destructions seront directes et, d’autre part, aux zones connexes, de chaque côté de l’emprise, qui seront

utilisées lors de la phase de travaux (zone de transport ou d’entreposage de matériaux, aire de diffusion

des matières en suspension,…)

L’aire de l’étude éloignée correspond à une entité écologique cohérente pour un habitat ou une espèce.

Elle peut être rapportée à une notion d’aire d’influence. Cette notion est importante car outre les impacts

directs, elle prend en compte les impacts indirects que peut avoir un projet. La notion d’aire d’influence,

varie selon les éléments de sensibilités que l’on considère : habitats, espèces animales ou végétales. Sur

cette aire, beaucoup plus vaste que la précédente, est analysé l’impact du projet sur les fonctionnalités

écologiques globales.

Cette aire est cohérente pour les prospections de terrain mais aussi pour raisonner en termes d’impacts à

l’échelle du projet.

Dans le cas précis de cette étude, le projet d’aménagement concernant plusieurs petites zones

ponctuelles, il a été décidé de prendre comme aire d’étude éloignée l’ensemble du périmètre

réglementaire de la réserve et des zones connexes (espace Béziers, espace des pompes, Casier Burret)

et comme aire d’étude rapprochée les zones d’emprise et de travaux du projet.

Page 66: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 66

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IIème partie

Etat initial

Page 67: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 67

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.Analyse de l’état initial

V.1. Environnement physique

V.1.1 Le climat

Compte tenu de sa situation géographique, très proche de l’Océan Atlantique, le site du Marais d’Orx

bénéficie d’un climat océanique qui est caractérisé par une forte pluviométrie et une douceur marquée.

LES PRECIPITATIONS

Les données pluviométriques relevées à la station météo de Soorts-Hossegor, entre 1998 et 2008, mettent

en évidence :

• une moyenne annuelle des précipitations qui atteint 1 106,28 mm. Cette importante pluviométrie est la

conséquence du passage fréquent des dépressions atlantiques ;

• une répartition saisonnière des précipitations

Les mois d’octobre à janvier et le mois d’avril sont caractérisés par une pluviométrie importante : des

moyennes mensuelles de plus de (ou très proches de) 100 mm et pouvant atteindre un maximum

d’environ 160 mm.

En février, puis de mai à septembre, la pluviométrie est de moindre importance : des moyennes

mensuelles inférieures à 100 mm et pouvant atteindre un minimum de 58 mm.

Des écarts notables de la pluviométrie moyenne mensuelle selon les années. Ces variations pouvant

intervenir selon une rythmicité très courte, par exemple deux années successives.

Des pluies d’intensités très variables selon les saisons. Au printemps et en été, les pluies sont plus rares

mais plus violentes, sous forme orageuse.

LES TEMPERATURES

Les températures sont douces tout au long de l’année avec seulement quelques jours :

• de gel par an ;

• de fortes chaleurs en été.

Des journées avec des températures relativement élevées ont parfois lieu, en automne et en hiver, du fait

de l’effet de foehn venant d’Espagne.

Source : Projet de Plan de gestion 2013-2017 de la RNN, Météo France,

station Soorts-Hossegor, pluviométrie 1998-2008

Source : Projet de Plan de gestion de la RNN 2013-2017, Météo France,

station Soorts-Hossegor, pluviométrie 1998-2008

Source : Projet de Plan de gestion

2013-2017 de la RNN, Météo France,

station Soorts-Hossegor,

températures 1998-2008

Page 68: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 68

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

LES VENTS

Les vents sont à dominance de secteur Ouest toute l’année. Ils peuvent atteindre 90 à 120 km/h,

principalement à la fin de l’automne et au printemps, lors des tempêtes d’équinoxe.

DIAGRAMME OMBROTHERMIQUE

Comme l’indique le diagramme ombrothermique, le site du Marais d’Orx n’est pas affecté par des périodes

de sécheresse et de déficit hydrique, même pendant la saison estivale (la courbe des températures en °C

ne dépasse jamais les histogrammes des cumuls de précipitations). Toutefois, durant les mois d’été,

l’évaporation peut être relativement importante sur les différents plans d’eau, la perte pouvant avoisiner

1 cm/jour de hauteur de la lame d’eau.

V.1.2 Le contexte géologique et pédologique

Le Marais d’Orx constitue une vaste étendue d’eau douce qui s’est créée dans une cuvette au fond

pratiquement plat. Dans son état actuel, le Marais présente une forme de croissant orienté Nord-Sud, et

formant un coude de 45° au niveau du Marais Nord. Il s’étend sur 1,5 km de large et 3,5 km de long

environ. Cette cuvette se situe entre le bourrelet dunaire aquitain à l’Ouest et les premiers coteaux

calcaires du pays de Seignanx à l’Est.

TOPOGRAPHIE

L’altitude du Marais d’Orx varie de 1 à 7 m NGF.

Les altitudes du Marais Central et du Marais Barrage se situent entre 1 m et 2 m NGF, tandis que celles du

Marais Nord sont comprises entre 5 m et 7 m NGF. L’altitude décroît donc, dans l’ensemble, de façon très

progressive, du Nord au Sud.

Par endroits, les travaux agricoles ont provoqué un tassement du terrain. Dans le Marais Central, par

exemple, les sables sous-jacents à l'Ouest ont mieux résisté à cette compaction tandis qu'au centre,

l'argile du sous-sol, épaisse de plusieurs mètres, s'est enfoncée de 1 à 2 mètres.

Le canal de ceinture et le Boudigau ont des digues qui dominent le marais de 2 à 3 mètres. Le fond du

canal de ceinture et celui du Boudigau sont également surélevés de 0,5 à 1 mètre par rapport au fond des

plans d'eau du marais.

Dans le Marais Barrage, des îlots, aménagés en 1994, modifient la topographie du sol. Ils forment des

buttes peu élevées dont la côte maximale avoisine 2-3 m NGF.

La transition entre le Marais d’Orx et les terres environnantes est particulièrement abrupte du fait de sa

position de cuvette.

A l’Est, des versants abrupts, avec des altitudes pouvant atteindre 50 m NGF, assurent la transition avec

les plateaux du pays de Seignanx. Du côté occidental, la transition n’est pas plus douce puisque le relief

dunaire, qui peut culminer à 30 m NGF, s’élève directement en proximité immédiate du Marais.

Source : Projet de Plan de gestion 2013-2017 de la RNN, Météo

France, station Soorts-Hossegor, températures 1998-2008

Source : Projet de Plan de gestion 2013-2017 de la RNN, Météo France, station

Soorts-Hossegor, pluviométrie-températuree 1998-2008

Page 69: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 69

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

GEOLOGIE et GEOMORPHOLOGIE

Les roches affleurantes du Marais d’Orx et des terres environnantes datent exclusivement des périodes

Tertiaire et Quaternaire.

Les strates les plus anciennes, datant de l’ère Secondaire, n’affleurent autour du Marais que de manière

très localisée. Elles ne sont donc pas représentatives du milieu.

Les dépôts de la période Tertiaire affleurent uniquement sur les coteaux au Sud et à l’Est du Marais d’Orx.

Au Sud du Marais d’Orx, affleurent des marnes et calcaires gréseux à Nummulites datant de l’Oligocène

inférieur. On ne les trouve à l’affleurement qu’à cet endroit car partout ailleurs, ils ont été enlevés par

l’érosion. Les principaux affleurements se situent près de la station de pompage, à Coudon et au Nord de

l’étang d’Yrieu.

A l’Est du Marais d’Orx, affleure le substratum marneux du Miocène inférieur, au niveau de la région

Saint-Martin-de-Hinx / Saubrigues.

Au Sud-Est du Marais d’Orx, affleurent des alluvions sableuses grossières datées vraisemblablement du

Pliocène avec des galets d'origine fluviale.

Les dépôts de la période Quaternaire et, plus précisément de l’Holocène, affleurent au niveau de la

cuvette du Marais d’Orx et dans la périphérie Nord et Ouest de celle-ci. En effet, la formation, qui borde le

Marais d’Orx au Nord, est constituée de sables éoliens continentaux typiques de la plaine landaise.

Cette formation se retrouve également sur le coteau d’Orx.

Ces Sables des Landes se sont mis en place au début de la glaciation du Würm (- 70 000 avant JC). Le

climat froid et sec de cette période a entraîné une importante mobilisation des sables provenant du

Massif Central par les vents dominants d’Est. S’est ainsi mise en place l'immense plaine sableuse des

Landes de Gascogne, ensemble géomorphologique qui borde le Marais au Nord. Ces Sables des

Landes ont subi des remaniements dès la fin de la glaciation (Würm IV) du fait de nouvelles conditions

climatiques et de l’apparition de vents dominants d’Ouest.

Ainsi, des sables éoliens remaniés plus ou moins argileux ou limoneux se retrouvent sur une large

superficie du coteau d’Orx, mais aussi dans la périphérie Sud et Est du Marais d’Orx. En effet, autour de

Saint-André-de-Seignanx, ce type de sédiment est venu recouvrir les sables fins pliocènes, et il est

d’ailleurs difficile de distinguer les deux dépôts sur le terrain.

Le Marais d’Orx et ses bords directs sont, quant à eux, constitués de dépôts alluvionnaires sableux et,

argileux mis en place lors de la transgression flandrienne (- 8000 avant JC).

La transgression flandrienne est l’épisode, où, à la fin de la glaciation du Würm, l’eau des inlandsis a

fondu. La fonte des glaces s’est alors traduite par une montée des eaux de – 120 à – 10 m entre 18 000 et

– 6 000 ans.

Ces eaux ont envahi la cuvette du futur marais. L’envahissement des eaux dans la cuvette a alors permis

le dépôt d’alluvions sableuses et argileuses. Une fois le marais formé, une couche de matériaux tourbeux

souvent épaisse de plusieurs mètres s’est créée dans la cuvette d’Orx.

La bordure occidentale du Marais d’Orx est occupée par des dunes de sables grossiers. Ces dunes se

sont formées au moment de la régression marine post-flandrienne, vers - 4000 avant JC, suite aux forts

vents d’Ouest qui ont provoqué une mobilisation des sables. Ces sables se sont donc déposés au dessus

des alluvions fluvio-marines de l’épisode flandrien.

Disposées en cordon parallèle au rivage, les dunes avançant vers l’Est ont barré les estuaires des petits

cours d’eaux côtiers, d’où la formation d’étangs (étang d’Yrieu, étang d’Orx, étang Blanc et étang

Noir) et la complication de l’écoulement du Marais d’Orx.

En effet, les eaux ont commencé à stagner lors de la formation du cordon dunaire. Néanmoins, le

rétrécissement et l’abaissement du cordon dunaire au Sud permettent à l’exutoire du Marais d’Orx, le

Boudigau, de rejoindre l’océan.

L’histoire géologique du Marais d’Orx est donc à l’origine des différents ensembles géomorphologiques

constituant le milieu.

En effet, le Marais d’Orx est cerné par des ensembles géomorphologiques aussi différents que : le cordon

dunaire et les chapelets d’étangs à l’Ouest, la plaine des sables des Landes au Nord, les coteaux à l’Est et

au Sud.

Source : Projet de Plan de gestion 2013-2017 de la RNN

Page 70: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 70

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 71: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 71

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

PEDOLOGIE

Les tourbes, résultat de conditions marécageuses et de dépôts organiques successifs, occupent la totalité

des sols du Marais d’Orx. Ces tourbes ont une consistance variable selon leur matériau d'origine (roseaux,

molinie, sphaignes,...). Elles se sont tassées (0,5 à 1 mètre entre 1973 et 1985) suite au drainage et au

passage répété des engins agricoles.

Marais Central :

Dans le Marais Central, on trouve tout d'abord une couche de sédiments plus ou moins vaseux et sableux

en surface.

La tourbe est située en dessous, à une épaisseur de - 40 cm à - 3 m environ. La couche d'argile, plus ou

moins tourbeuse ou sableuse, apparaît de 0 à - 4 m et selon les endroits le sable apparaît de - 1,5 m à -

7 m.

D'une façon générale, les zones les plus sableuses sont en bordure Ouest et les zones les plus argileuses

sont au centre et à l'Est.

Marais Barrage :

Dans le Marais Barrage, on trouve des niveaux sableux et vaseux en surface et jusqu’à 80 cm de

profondeur avec présence d’oxydes de fer à cette limite.

Puis, sur une profondeur d'environ 40 centimètres, se trouvent des horizons tourbeux suivis par les argiles

compactes. L'épaisseur de ces différents horizons est cependant variable et la tourbe ou l'argile peuvent

parfois affleurer.

Marais Nord :

Le Marais Nord présente la même organisation d'ensemble que celle des autres parties, mais son maintien

en culture ou en pâturage a empêché le dépôt de sédiments de surface.

De ce fait, la couche de tourbe, plus ou moins remaniée, est généralement affleurante.

Deux constatations peuvent être faites grâce à ces descriptions :

- l’imperméabilité des matériaux semble être dans l’ensemble assez élevée, bloquant ainsi les

mouvements verticaux de l’eau.

Néanmoins, la nature sableuse de certaines zones permet de penser que cette perméabilité ne peut pas

être considérée comme une règle générale et qu'il existe des circulations d'eau verticales non négligeables

(apports et fuites) sur certaines zones du Marais d’Orx.

- le pH naturel du sol est de l'ordre de 4 à 4,5 mais il a été maintenu autour de 6 par chaulage pendant

l'exploitation agricole.

De plus, le pH de l'eau (de 6 à 7) et la présence de plantes neutrophiles, voire calcicoles, laisse supposer

que le pH des sédiments est plus élevé que le pH du sol tourbeux.

V.1.3 Le contexte hydrographique

EAUX SOUTERRAINES

Le sous-sol du secteur présente trois types d'aquifères :

la nappe captive des sables et graviers antéflandriens ;

la nappe libre des sables des Landes ;

la nappe permanente du marais

La première sert de ressource en eau potable. Elle est piégée entre le substrat marneux sous-jacent et les

argiles supérieures.

La seconde circule dans les sables dunaires à l'Ouest du Marais, selon une direction moyenne Sud-

Ouest / Nord-Est, vers le canal de ceinture dans lequel elle se déverse. Elle repose sur des couches

d'argile plus ou moins continues. Au Nord, cette nappe circule vers le marais selon une direction Nord-

Est / Sud-Ouest.

Le Marais étant situé à un niveau inférieur à celui du canal de ceinture, et les digues ayant été, la plupart

du temps, édifiées avec des matériaux sableux, il est probable que la nappe du sable des Landes est en

relation directe avec celle du Marais.

HYDROGRAPHIE

Le Marais d'Orx se situe au sein du bassin versant du Boudigau dont la superficie totale est estimée à plus

de 11 000 hectares.

Ce bassin versant peut être scindé en quatre entités :

le sous-bassin d’Orx, d’une superficie de 4 502 hectares, qui se jette, via le ruisseau du Mourmaou,

dans le canal de ceinture à l’extrémité Nord du Marais d’Orx. Lorsque les eaux du Mourmaou

parviennent au Marais, elles se partagent entre les deux branches, Est et Ouest, du canal de

ceinture.

le sous-bassin de Burret, d’une superficie de 4 851 hectares, qui se déverse, via les ruisseaux de

Navachon et de Moura-Blanc, puis les deux branches, Nord et Sud, du canal de ceinture du Marais

Burret, dans le canal Est;

le sous-bassin de Saint-André-de-Seignanx, d’une superficie de 1428 hectares, qui se jette, via le

canal de Moussehouns, dans le Boudigau, au Sud-Est du Marais Barrage.

le sous-bassin d’Yrieu, d’une superficie de 625 hectares, qui se déverse dans le Boudigau, au Sud-

Ouest du Marais Barrage.

Source : Projet de Plan de gestion 2013-2017 de la RNN

Page 72: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 72

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Il existe également de nombreux ruisselets qui se déversent dans le canal de ceinture, en particulier dans

la partie Nord-Ouest de la Réserve Naturelle Nationale. Le régime hydraulique de ces ruisselets est très

influencé par l’existence des infrastructures routières et ferroviaires.

Le Marais d’Orx est, en période de crues, la seule zone d’expansion des eaux du bassin versant avant leur

rejet dans le Boudigau, seul exutoire pour ces eaux.

Le débit du Boudigau, qui rejoint l’océan à Capbreton, est conditionné par la très faible déclivité de ce

cours d’eau et son profil encaissé, voire chenalisé dans les secteurs les plus urbanisés. Lors des périodes

de forts coefficients, le mouvement des marées peut contrarier son écoulement.

Source : Projet de Plan de gestion 2013-2017 de la RNN

Page 73: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 73

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 74: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 74

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.1.4 Patrimoine paysager, bâti et culturel

CONTEXTE PAYSAGER

Le site du Marais d’Orx s’inscrit dans un contexte paysager d’une extrême qualité avec, tout autour du

marais, des coteaux boisés qui ont été préservés de toute urbanisation même si l’on retrouve quelques

habitations (Casier Barrage, Casier Nord), mais qui par leur très faible densité s’intègrent au paysage.

Néanmoins, la perception de l’usine « Soleal – Bonduelle » et les entrepôts de Guyenne et Gascogne

constituent des points noirs paysagers.

PATRIMOINE BATI

Les éléments du bâti situés sur le site du Marais d’Orx sont, du Nord au Sud :

grange Lencluse à Orx, situé sur la parcelle cadastrée n° 129 section A2, ce bâtiment (secteur du

Marais Nord) est à usage agricole (stockage de foin, stockage de matériel agricole, ...). Il s’agit d’un

hangar vétuste ne présentant aucun intérêt architectural et paysager ;

Ferme Junca à Orx, seule une partie de ce bâtiment, situé sur la parcelle cadastrée n° 16 section D

(secteur du Marais Central), a été réhabilité en 2005. Un gîte rural de 6 places a été aménagé en

son sein ;

Ferme Lecoste à Orx, situé sur la parcelle cadastrée n° 23 section D, ce bâtiment (secteur du

Marais Central,) a été réhabilité en 2005. Deux gîtes ruraux de 8 et 4 places ont été aménagés en

son sein ;

Ferme Sable à Orx, situé sur la parcelle cadastrée n° 24 section D, ce bâtiment (secteur du Marais

Central) a été réhabilité en 2005. Deux gîtes ruraux de 8 et 4 places ont été aménagés en son

sein ;

Ferme Lencluse à Orx, situé sur la parcelle cadastrée n° 129 section A2, ce bâtiment (secteur du

Marais Nord) a été réhabilité en 2005. Un gîte rural de 4 places a été aménagé en son sein ;

Tourelles du Marais Central et du Marais Barrage à Labenne, casemates au fort pouvoir identitaire

du site, elles ne sont peu/plus utilisées ; ce sont d’anciens bâtiments datant de la seconde guerre

mondiale qui servaient à la radiodétection des sous-marins et navires croisant au large ;

Maison du marais à Labenne, ancien bâtiment de ferme qui aujourd’hui sert de bâtiment

administratif pour le personnel de la réserve et également de maison d’accueil du public de la

réserve naturelle ;

Maison Béziers à Labenne, ancienne maison de maître ayant été restaurée sert aujourd’hui de

hangar technique (garage véhicules) ;

Ancien local des pompes Tosi à Saint-André-de-Seignanx, bâtiment ayant servi de local technique

pour le mécanisme des pompes lors de leur motorisation ;

Maison Bachacou et sont hangar à Saint-André-de-Seignanx, ancienne ferme assez délabrée dont

l’accès est fermé.

Il convient de préciser que les bâtiments utilisés comme lieu d’accueil du public et de locaux techniques et

administratifs pour les services du gestionnaire sont situés à l’extérieur du périmètre de la Réserve

Naturelle Nationale.

PATRIMOINE CULTUREL

Le patrimoine culturel et historique du site du Marais d’Orx est riche, notamment au travers de :

la configuration en polder, qui illustre l’action de l’homme dans sa tentative d’assèchement et

d’exploitation à des fins agricoles du marais. L’importance du rôle des digues et des canaux reste

ancrée dans la mémoire locale, notamment pour la population locale qui a été employée sur le

site ;

son bâti (fermes de Junca, Sables et Lecoste, station pompage, ...) témoignage de l’action et de la

politique d’aménagement des Landes engagée par Napoléon III.

Ce bâti qui a, pour l’essentiel, été réhabilité concourt à l’image valorisante du site.

Figure 1 : paysages du Marais d’Orx, Casier Nord et Casier Burret,©Biotope J. Cassaigne

Page 75: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 75

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.2. Environnement humain

V.2.1 L’organisation territoriale du secteur

Le site du Marais d’Orx est situé dans la région Aquitaine, dans le département des Landes.

Il s’étend sur quatre communes : Labenne, Orx, Saint-André-de-Seignanx et Saubrigues.

Le projet d’aménagement du site ne concerne e revanche que les 3 premières.

Le site est géré par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels.

V.2.2 La population

Commune de Labenne

Commune d’Orx

Commune de Saint-André-de-Seignanx

On constate que l’effectif de la population des trois communes concernées est en augmentation. Les

densités d’habitant au km² restent faibles, en raison de leur situation en zone agricole, mise à part la

commune de Labenne qui, étant sur la zone littorale, reste plus attractive.

Page 76: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 76

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.2.3 Le tourisme

Le site du Marais d’Orx accueille environ 20 000 personnes par an avec des pointes pouvant atteindre 300

personnes/jour. En l’absence de dispositif de comptage, ces chiffres correspondent à une estimation

basée sur une analyse sommaire des véhicules utilisant le parking de la Maison de la Réserve.

La mise en place, en mai 2010, d’éco-compteurs aux deux entrées du circuit de visite du Marais Barrage a

permis une meilleure appréciation de la fréquentation du site. Ce flux s’est élevé à 27 500 visiteurs en

2011 et à 25 970 pour l’année 2012, dont la répartition mensuelle est illustrée par le diagramme ci-

dessous.

Ce potentiel d’accueil est aujourd’hui contraint par l’exiguïté et l’absence d’aménagement de zones de

stationnement adaptées.

La Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx accueille du public dans 6 gîtes ruraux.

La pêche de loisirs n’est autorisée, dans le Marais Central, que sur deux emplacements aménagés le long

de la Route Départementale 71, et matérialisés par des panneaux signalétiques.

Cette pratique peut être considérée comme anecdotique : très peu de pêcheurs pendant très peu de jours.

1 939 2 147 2 357 2 948

2 252

3 313

5 155

7 311

2 614 3 131

2 373

1 405

0

1 000

2 000

3 000

4 000

5 000

6 000

7 000

8 000

Fréquentation 2011 : 27 500

Béziers

Pompes

1 452

2 101 2 073 2 319

3 083

2 430

4 429

6 062

2 950

2 035 1 856 1 842

0

1 000

2 000

3 000

4 000

5 000

6 000

7 000

Fréquentation 2012 : 25 970

Béziers

Pompes

Page 77: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 77

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.2.4 L’éducation à l’environnement

Divers thèmes pédagogiques sont, d’ores et déjà, développés, parmi lesquels :

l’histoire du site ;

la renaturation d’un site anthropisé, antérieurement voué à une maïsiculture intensive ;

l’impact de la gestion hydraulique sur la conservation des zones humides ;

l’avifaune migratrice.

Sont organisées diverses animations à destination du grand public et des scolaires. Ces animations

portent, notamment sur l’histoire du site, l’importance de la gestion hydraulique, la découverte du

patrimoine naturel et plus particulièrement de l’avifaune.

La Réserve Naturelle Nationale participe également à l’ensemble des manifestations d’éducation à

l’environnement organisées à l’échelle nationale ou régionale : Journée Mondiale des Zones Humides,

Journées Aquitaine Nature, ....

PLACE DANS LE RESEAU LOCAL

Le site du Marais d’ Orx est situé au coeur d’un ensemble d’espaces naturels protégés sur lesquels sont

développées des actions d’éducation à l’environnement.

Il convient de citer :

la Réserve Naturelle Nationale du Courant d’Huchet ;

la Réserve Naturelle Nationale de l’Etang Noir ;

le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) du Seignanx ;

les propriétés du Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres (Dunes de la côte

Sud des landes, Zone humide du Métro, Domaine d’Abbadia, Lac Mouriscot, Lac Marion, ...).

Les actions mises en oeuvre sur la Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx portent sur des

thématiques complémentaires de celles proposées sur les autres sites.

Page 78: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 78

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.2.5 L’agriculture

Depuis la création de la Réserve Naturelle Nationale, des agriculteurs ont continué à exercer des activités

agricoles à l’intérieur du périmètre de la Réserve Naturelle Nationale.

Actuellement, ces activités sont circonscrites au Marais Nord et s’exercent dans le cadre de conventions

entre l’agriculteur, le Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres, propriétaire et le

Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, gestionnaire. Le point principal de ces documents

contractuels réside dans le fait que les intrants sont strictement interdits. Il convient également de noter

que des Contrats d’Agriculture Durable, avaient été conclus, dans ce cadre.

Le Marais Nord sur lequel se concentrent ces activités, joue un rôle très important dans la gestion naturaliste du site : c’est une grande zone ouverte, hors d’eau constituée de prairies humides. Complémentaire avec les zones en eau, il permet d’accroître la disponibilité alimentaire et ainsi d’optimiser les conditions d’accueil de l’avifaune. Ce secteur est également très important pour d’autres groupes d’espèces tels que les insectes, orthoptères, odonates et micromammifères.

Compte tenu de ces objectifs, le gestionnaire depuis la création de la Réserve Naturelle Nationale a souhaité faire évoluer les pratiques en favorisant des activités agricoles plus favorables à la biodiversité (diminution puis abandon de la maïsiculture).

Les activités agricoles telles qu’elles sont pratiquées à ce jour en tant qu’outil de gestion, sont compatibles avec les objectifs poursuivis par le gestionnaire.

Toutefois, celui-ci, dans sa recherche d’optimisation de la ressource alimentaire disponible pour l’avifaune, pourra être amené à faire encore évoluer ces pratiques agricoles.

V.2.6 Les réseaux

VOIRIE ET CHEMINEMENT

Le site du Marais d’Orx est traversé par deux voies de circulation :

la Route Départementale 71 qui relie le bourg de Labenne au bourg d’Orx ;

la Voie Communale qui relie le Bourg de Saint-André-de-Seignanx à la R.D. 71 ;

Divers cheminements ont également été aménagés à l’intérieur du site :

les cheminements sur les digues du Marais Barrage qui sont en accès libre ;

les cheminements sur les digues du Marais Nord, du Marais Central et du Marais Burret qui sont

réservés à l’usage du gestionnaire dans l’exercice des tâches de gestion de la Réserve Naturelle

Nationale (et, lors de dates fixées dans le cadre de sorties accompagnées par le personnel du site,

accessibles à des

visiteurs)

Le site du Marais d’Orx est traversé par le GR 8, qui relie Hourtin-Plage (Gironde) à Sare

(Pyrénées Atlantiques), et dont l’itinéraire concerne les digues du Marais Barrage.

La Réserve Naturelle Nationale est également concernée par la boucle n° 7/6 dite de ”Moussehouns”

inscrite au Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée non Motorisée.

SERVITUDES

Le territoire du site du Marais d’Orx est grevé de servitudes qui concernent essentiellement :

une ligne électrique Haute Tension (63 000 V) qui traverse le Marais d’Orx selon un axe Nord-

Sud ;

une ligne électrique Moyenne Tension, enfouie sous la RD 71 ;

une ligne téléphonique enfouie sous la RD 71.

Page 79: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 79

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 80: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 80

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 81: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 81

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3. Environnement naturel

V.3.1 Description de l’aire d’étude

L’aire d’étude s’inscrit sur un secteur géographique aux sols essentiellement tourbeux (marais) même si

des digues sont tour à tour sableuses et argileuses (matériaux importés). Une trentaine d’habitats au sens

de la typologie CORINE biotopes a été inventoriée dont deux habitats génériques d’intérêt communautaire.

L’aire d’étude est dominée par la zone humide du marais (étangs et canaux extérieurs) bordée de

différents milieux humides comme les mégaphorbiaies et formation de saules (saussaies).

V.3.2 Les habitats naturels

Un travail préalable de consultation documentaire a été mené. Celui-ci a visé avant tout à rechercher les

habitats et espèces végétales d’intérêt communautaire recensés dans le FSD du site Natura 2000 Zone

Spéciale de Conservation FR7200719 « Zones humides associées au marais d’Orx ».

Les prospections de terrain visant l’inventaire et la cartographie des espèces et des habitats d’intérêt

communautaire, des autres espèces d’intérêt patrimonial, ainsi que ceux de l’ensemble des habitats, ont

été réalisées les 29 avril, 13, 14 et 20 juillet 2011. Ceci à deux périodes favorables et complémentaires à

l’observation de la flore et de la végétation du site d’étude. La 1ère au printemps, propice à l’identification

des espèces vernales (et des communautés qu’elles composent), en particulier celles se développant sur

les sols secs sableux des chemins. La 2ème estivale favorable à l’observation des espèces et des

végétations à développement phénologique tardi-vernal et estival, en particulier les éléments hygrophiles,

y compris ceux nécessitant une période d’exondation pour se développer (compte tenu des faibles

hauteurs d’eau sur les berges et de leur exondation précoce).

Les prospections ont été menées sur l’emprise directe du projet : chemin d’accès projeté, y compris les

berges et la marge d’au moins 5m de large qui est au contact du pied de berge (côté casiers), ainsi que

des secteurs surfaciques sur lesquels est prévu l’aménagement de chemins d’accès et d’observatoires.

Tableau 3 : typologie des habitats

Nom de l’habitat [Appartenance phytosociologique]

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne

(Code Cahiers

d'Habitats)

Végétations aquatiques ou amphibies

Herbier flottant à Nénuphar jaune [Nymphaeion albae Oberdorfer 1957]

22.13 x 22.4311

Groupement amphibie à Jussie à grandes fleurs [Glycerio fluitantis - Sparganion neglecti Br.-Bl. & Sissingh in Boer 1942]

Non décrit

Roselière et cariçaies

Phragmitaie des sols minéraux à Oenanthe safranée [proche du Solano dulcamarae - Phragmitetum australis (Krausch 1965) Succow 1974 / Phragmition communis Koch 1926]

53.112

Parvoroselière à Rubanier rameux

[Oenanthion aquaticae Hejny ex Neuhäusl 1959] 53.143

Cariçaie à Laîche des marais

[Caricion gracilis Neuhäusl 1959] 53.2122

Végétations hygrophiles annuelles

Végétations annuelles des vases exondables enrichies en azote à Renouée poivre d’eau ou Bident penché [Bidention tripartitae Nordhagen 1940]

22.33

Mégaphorbaies et ourlets

Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies [proche de l’Urtico dioicae-Calystegietum sepium Görs & Müller 1969 / Convolvulion sepium Tüxen in Oberdorfer 1957]

37.715 6430

(6430-4)

Autres mégaphorbiaies eutrophiles [Convolvulion sepium Tüxen in Oberdorfer 1957]

37.715 6430

(6430-4)

Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale [Thalictro flavi - Filipendulion ulmariae de Foucault in Royer et al. 2006]

37.1 6430

(6430-1)

Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble [Aegopodion podagrariae Tüxen 1967 nom. cons. propos.]

37.72 6430

(6430-6)

Végétations de prairies

Jonchaie basale à Jonc épars

[Mentho longifoliae - Juncion inflexi Müller & Görs 37.2

Page 82: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 82

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Tableau 3 : typologie des habitats

Nom de l’habitat [Appartenance phytosociologique]

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne

(Code Cahiers

d'Habitats)

ex de Foucault 2008]

Prairie hygrophile à Fétuque roseau et Laîche velue [Potentillo anserinae - Polygonetalia avicularis Tüxen 1947]

37.242

Prairie hygrophile à Laîche velue et Laîche cuivrée [Potentillo anserinae - Polygonetalia avicularis Tüxen 1947]

37.24

Végétation des sols piétinés à Chiendent Pied-de-Poule et Sporobole tenace [Plantaginetalia majoris Tüxen ex von Rochow 1951]

Non décrit

Prairie à Agrostide capillaire et Centaurée de Débaux [Arrhenatheretalia elatioris Tüxen 1931]

38.2

Pelouses sèches

Tonsures annuelles des sols sableux acides [Thero-Airion Tüxen ex Oberdorfer 1957]

35.21

Pelouse basale à Laîche des sables [Koelerio glaucae-Corynephoretea canescentis Klika in Klika & V. Novak 1941]

35.22

Lande

Lande à Callune et Ajonc d'Europe [Ulicenion minoris Géhu & Botineau in Bardat & al. 2004]

31.23 4030

Fourrés

Roncier des sols eutrophes [Prunetalia spinosae Tüxen 1952]

31.8

Fourré à Ajonc d'Europe et Genêt à balai [Ulici europaei-Cytision striati Rivas-Martínez, Báscones, T.E. Diáz, Fernández González & Loidi 1991]

31.84x31.85

Hallier à Fougère aigle et Ronce [Holco mollis - Pteridion aquilini (Passarge 1994) Rameau in Bardat & al. 2004 prov.]

31.861

Saulaie hygrophile [Salicion cinereae Müller et Görs 1958]

44.92

Friches

Friche prairiale à Avoine élevée et Ronce bleue [Convolvulo arvensis - Agropyrion repentis Görs 1966]

87

Friches ouvertes à Cardère commune ou Raisin 87

Tableau 3 : typologie des habitats

Nom de l’habitat [Appartenance phytosociologique]

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne

(Code Cahiers

d'Habitats)

d’Amérique [Artemisietea vulgaris Lohmeyer, Preising & Tüxen ex von Rochow 1951]

Végétations arborescentes

Peupleraies à mégaphorbiaie en sous-bois 83.3211

Autre peupleraie 83.3212

Alignement d'arbres 84.1

Habitats artificiels

Communauté à Bambou 85.15

Jardin 85.31

Habitations 86

V.3.3 Cartographie des habitats naturels

Carte n°6, 7, 8, 9, 10, 11, 12 et 13. Habitats naturels de la zone d’étude

Page 83: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 83

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 84: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 84

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 85: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 85

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 86: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 86

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 87: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 87

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 88: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 88

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 89: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 89

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 90: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 90

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 91: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 91

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 92: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 92

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.4 Présentation des habitats d’intérêt communautaire

La zone étudiée contient deux habitats génériques d’intérêt communautaire : les « Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets planitaires des étages montagnard à alpin » (Code EUR 6430) et les « Landes sèches européennes » (Code DEUR 4030).

« Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets planitiaires des étages montagnard à alpin » (Code EUR 6430) sont représentées sur le site par plusieurs communautés distinctes qui varient entre elles selon le degré trophique du substrat et celui lié au gradient hydrique. L’habitat générique est surtout représenté par des mégaphorbiaies eutrophiles à nitrophiles (alliance phytosociologique du Convovulion sepium) relevant l’habitat décliné des cahiers d’habitats « Mégaphorbiaies eutrophes des eaux douces » (Code CH 6430-4) (CORINE biotopes : code 37.715, intitulé « Ourlets riverains mixtes »). Parmi celles-ci, nous reconnaissons la Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies (proche de l’Urtico dioicae-Calystegietum sepium Görs & Müller 1969), surtout présente sur la berge de la digue sud du Marais Nord. D’autres mégaphorbiaies des sols eutrophes sont présentes sur le site, notamment des mégaphorbiaies eutrophiles à faciès à Phragmite commun (Phragmites australis) sous la plupart des peupleraies qui bordent la digue ouest du Casier Barrage. Les espèces floristiques qui composent ces communautés sont notamment le Liseron des haies (Calystegia sepium), l’Ortie dioïque (Urtica dioica), l’Oenanthe safranée (Oenanthe crocata), la Prêle d’ivoire (Equisetum telmateia), la Ronce bleue (Rubus caesius), la Salicaire commune (Lythrum salicaria) …

Figure 2 : Mégaphorbiaie nitrophile proche de l'Urtico dioicae-Calystegietum sepii

En tant qu’habitats naturels d’intérêt communautaire, la Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies ainsi que les autres mégaphorbiaies eutrophiles présentent un intérêt patrimonial fort. Toutefois, ces mégaphorbiaies ne sont pas menacées à l’échelle nationale ou de l’Aquitaine. Elles tendent même à s’étendre au dépend des mégaphorbiaies méso-eutrophiles compte tenu de la pollution trophique globalement élevée des eaux de surface.

Les mégaphorbiaies eutrophiles à nitrophiles représentent donc un enjeu moyen de conservation.

L’habitat est aussi représenté par une Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale (alliance phytosociologique du Thalictro flavi-Filipendulion ulmariae) relevant de l’habitat décliné des cahiers d’habitats « Mégaphorbiaies mésotrophes collinéennes » (Code CH 6430-1) (CORINE biotopes : code 37.1, intitulé « Communautés à Reine des prés et communautés associées »). Cette communauté se différencie des mégaphorbiaies eutrophiles par l’espèce différentielle qu’est la Reine des prés (Filipendula ulmaria). Elle est associée à d’autres espèces de mégaphorbiaies à spectre écologique plus large comme la Guimauve officinale (Althaea officinalis), la Prêle d’ivoire (Equisetum telmateia), l’Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum). Cette végétation est marginale à l’échelle du site où elle n’a été vue que de manière ponctuelle sur la berge nord du Casier Burret.

Figure 3 : Mégaphorbiaie mal structurée, à Reine des prés et Guimauve officinale

En tant qu’habitats naturels d’intérêt communautaire, la Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale présente un intérêt patrimonial fort. Il s’agit en outre d’une communauté peu étendue et marginale sur le site d’étude. La Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale représente un enjeu fort de conservation.

Enfin, l’habitat est associé à l’Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble (alliance phytosociologique de l’Aegopodion podagrariae) (CORINE biotopes : code 37.72, intitulé « Franges des bords boisés ombragés ») qui se développe sur la digue sud du Casier Barrage et qui occupe aussi tout un banc exondé prévu pour l’aménagement d’un observatoire. Cet ourlet est structuré par le Yèble (Sambucus ebulus) accompagné d’autres espèces des sols plus ou moins humides et riches en matières nutritives comme l’Ortie dioïque, le Liseron des haies, l’Oenanthe safranée, la Malaquie aquatique (Myosoton aquaticum) …. En marge du chemin, cet ourlet se rudéralise avec la présence de quelques espèces de friches comme des Cirses.

Page 93: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 93

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 4 : Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble

En tant qu’habitats naturels d’intérêt communautaire, l’Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble présente un intérêt patrimonial fort. Toutefois, cet ourlet n’est pas menacé à l’échelle régionale. Il tend aussi à se développer sur la réserve (exemple de son implantation récente sur l’île au sud de l’aire d’étude). L’Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble représente donc un enjeu moyen de conservation.

Le site renferme également un individu de Lande à Callune et Ajonc d'Europe qui relève de l’habitat d’intérêt communautaire « Landes sèches européennes » (Code EUR 4030) (CORINE biotopes : code 31.23, intitulé « Landes atlantiques à Erica et Ulex »). Elle relève de la sous-alliance phytosociologique de l’Ulicenion minoris. Cette communauté bistrate présente une strate supérieure structurée par l’Ajonc d’Europe (Ulex europaeus), et strate inférieure dominée par la Callune commune (Calluna vulgaris), associée à la Bruyère ciliée (Erica cinerea). La communauté comprend aussi des espèces des ourlets acidophiles comme la Fougère aigle (Pteridium aquilinum) et le Chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum). Elle s’étend linéairement en haut de la digue ouest du Casier Barrage.

En tant qu’habitats naturels d’intérêt communautaire, la Lande à Callune et Ajonc d'Europe présente un intérêt patrimonial fort. Toutefois, l’habitat EUR 4030 est assez commun dans le Département des Landes. Par ailleurs, l’individu de lande présent sur le site est fragmentaire au sens où il ne présente pas une surface suffisante pour se structurer (y compris au plan synfloristique).

La Lande à Callune et Ajonc d'Europe représente donc un enjeu moyen de conservation.

V.3.5 Bioévaluation des habitats d’intérêts communautaire

Tableau 4 : typologie des habitats

Nom de l'habitat

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne

(Code Cahiers

d'Habitats)

Intitulé Union européenne

Typicité Surface Etat de conservation

Enjeu

Lande à Callune et Ajonc d’Europe

31.23 4030 Landes sèches européennes

Moyenne 250 m² Mauvais Moyen

Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies

37.715

6430

Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Bonne 0,53 ha Bon Moyen

Autres mégaphorbiaies eutrophiles

37.715

6430

Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Moyenne

0,72 ha dont 0,42

sous peuplerai

e

Moyen Moyen

Mégaphorbiaie Méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale

37.1 6430

Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Moyenne 90 m² Mauvais Fort

Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble

37.72 6430

Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Moyenne 0,88 ha Bon Moyen

Carte n°14, 15, 16, 17, 18, 19, 20 et 21 habitats d’intérêt communautaire de la zone d’étude

Page 94: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 94

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 95: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 95

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 96: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 96

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 97: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 97

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 98: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 98

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 99: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 99

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 100: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 100

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 101: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 101

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 102: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 102

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.6 Présentation des habitats non désignés par la Directive Habitat

Habitat aquatique

L’Herbier flottant à Nénuphar jaune (CORINE biotopes : codes 22.13 x 22.4311, intitulés « Eaux

eutrophes x Tapis de Nénuphars») se développe sur certains canaux, en particulier le canal bordant au

sud le casier du Marais Nord. Il s’agit d’un herbier largement dominé par le Nénuphar jaune (Nuphar

lutea), accompagné du Myriophylle en épi (Myriophyllum spicatum), et éventuellement de quelques

Jussie.

Figure 5 : Herbier à Nénuphar jaune

En tant qu’habitat naturel, l’Herbier flottant à Nénuphar jaune ne constitue pas une entité patrimoniale. Il n’héberge aucun taxon d’intérêt patrimonial. Il se développe au sein de canaux et ne devrait pas être impacté par les futurs travaux. L’Herbier flottant à Nénuphar jaune représente donc un enjeu faible de conservation au regard du projet.

Le Groupement amphibie à Jussie à grandes fleurs (Ludwigia grandiflora) (habitat non décrit en

typologie CORINE biotopes) est une communauté invasive qui se développe principalement dans les

secteurs des casiers à faible profondeur d’eau, formant en particulier un liseré sur le pourtour des digues.

Cette communauté peut se trouver disposée en mosaïque avec des communautés hygrophiles annuelles

des vases exondables, en particulier sur le casier barrage.

Figure 6 : Groupement à Jussie à grandes fleurs à l'arrière-plan

En tant qu’habitat naturel, le Groupement amphibie à Jussie à grandes fleurs ne constitue pas une entité patrimoniale. Il s’agit en outre d’une communauté invasive. Le Groupement amphibie à Jussie à grandes fleurs représente donc un enjeu faible de conservation.

Roselières et cariçaies

La zone étudiée comprend trois types de communautés hélophytiques :

La Phragmitaie des sols minéraux à Oenanthe safranée (CORINE biotopes : code 53.112,

intitulé « Phragmitaies sèches »). Le Phragmite commun y domine des espèces de

mégaphorbiaies (Liseron des haies, Oenanthe safranée, Lysimaque commune) qui traduisent la

texture à dominante minérale du sol et les variations interannuelles de niveaux d’eau. Un individu,

riche en Iris des marais (Iris pseudacorus), se développe dans le fossé qui longe la parcelle à

l’extrémité sud-est du site. Un autre individu est localisé en pied de digue du Casier Barrage.

Précisons que la communauté à Phragmite commun et Ronce qui se développe çà et là sur les

berges des digues, sur des niveaux topographiques très hauts, ne relève en aucune manière des

roselières du Phragmition communis.

Page 103: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 103

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 7 : Phragmitaie peu inondée

En tant qu’habitat naturel, la Phragmitaie des sols minéraux à Oenanthe safranée ne constitue pas une entité patrimoniale. Les deux individus observés couvrent de très petites surfaces (quelques m2 à dizaines de m2). La Phragmitaie des sols minéraux à Oenanthe safranée représente donc un enjeu moyen de conservation.

La Parvoroselière à Rubanier rameux (CORINE biotopes : code 53.143, intitulé « Communautés

à Rubanier rameux ») est une communauté unique sur le secteur étudié. Elle est structurée par

Sparganium erectum, qui est un hélophyte vivace adapté aux fortes fluctuations de niveaux d’eau.

En tant qu’habitat naturel, la Parvoroselière à Rubanier rameux ne constitue pas une entité patrimoniale. Il s’agit d’une végétation commune dans les fossés des plaines alluviales du Sud-Ouest. La Parvoroselière à Rubanier rameux représente donc un enjeu faible de conservation.

La Cariçaie à Laîche des marais (CORINE biotopes : code 53.2122, intitulé « Cariçaies à laîche

des marais ») se développe uniquement au sein de la parcelle à l’extrémité sud-est du site. Elle est

dominée par la Laîche des marais (Carex acutiformis) qui est accompagnée de rares autres

espèces hygrophiles comme la Salicaire commune (Lythrum salicaria) et la Morelle douce-amère

(Solanum dulcamara).

Figure 8 : Cariçaie à Laîche des marais

En tant qu’habitat naturel, la Cariçaie à Laîche des marais ne constitue pas une entité patrimoniale. Le seul individu du secteur d’étude se développe sur des niveaux topographiques relativement hauts pour une cariçaie du Caricion gracilis (absence de Menthe aquatique, Lycope d’Europe, Gaillet des marais …). Elle se situe donc en limite du gradient écologique de ces cariçaies en principe inondables. La Cariçaie à Laîche des marais représente donc un enjeu faible de conservation.

Végétations hygrophiles annuelles

Les fortes fluctuations des niveaux d’eau des casiers qui amènent à l’exondation estivale de larges surfaces de « hauts fonds » envasés favorisent le développement des Végétations annuelles des vases exondables enrichies en azote1 (CORINE biotopes : code 22.33, intitulé « Groupements à Bidens tripartitus »). Ces communautés sont caractérisées par la Renouée poivre d’eau (Polygonum hydropiper), le Bident tripartit (Bidens tripartitus) ou le Bident penché (Bidens cernua). Elles sont généralement au contact du Groupement amphibie à Jussie à grandes fleurs et peuvent parfois être développées en intrication avec la Jonchaie basale à Jonc épars.

1 Les végétations annuelles pionnières des vases exondables enrichies en azote sont d’intérêt communautaire

(habitat DH de code EUR 3270) que lorsqu’elles sont liées à un cours d’eau. Ici, en contexte d’eaux « fermées », elles ne relèvent pas de la Directive Habitats.

Page 104: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 104

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 9 : communauté pionnière à Renouée poivre d'eau, au début de son développement phénologique

En tant qu’habitat naturel, les Végétations annuelles des vases exondables enrichies en azote ne constitue pas une entité patrimoniale. Il s’agit d’une végétation commune dans les fossés des plaines alluviales du Sud-Ouest. Les Végétations annuelles des vases exondables enrichies en azote représentent donc un enjeu faible de conservation.

Végétations de prairies

Trois types de prairies plus ou moins hygrophiles sont présents sur l’aire d’étude :

La Jonchaie basale à Jonc épars (Juncus effusus) (CORINE biotopes : code 37.2, intitulé

« Prairies humides eutrophes ») se développe principalement sur des zones exondées des Marais

Central et Barrage. On peut également retrouver une Jonchaie à Jonc épars sur la digue sud du

Casier Barrage, le long du cheminement.

Figure 10 : Ceinture à Jonc épars en pied de digue du Casier Barrage

En tant qu’habitat naturel, la Jonchaie basale à Jonc épars ne constitue pas une entité patrimoniale. Il s’agit d’une communauté très pauvre en espèces et qui se développe dans des conditions écologiques ne laissant pas entrevoir de possibilités de structuration synfloristique de l’habitat. La Jonchaie basale à Jonc épars représente donc un enjeu faible de conservation.

La Prairie hygrophile à Laîche velue et Laîche cuivrée (CORINE biotopes : code 37.24, intitulé « Prairies à Agropyre et Rumex ») est une communauté prairiale observée sur la parcelle située en limite sud-est du site. Elle est caractérisée par la Laîche velue (Carex hirta), la Laîche cuivrée (Carex cuprina), la Potentille rampante (Potentilla reptans), la Lysimaque nummulaire (Lysimachia nummularia) et la Renouée amphibie en écophase terrestre (Polygonum amphibia). Cette prairie est somme toute peu diversifiée et les espèces qui la composent sont communes.

Figure 11 : Prairie hygrophile à Laîche velue et Laîche cuivrée

En tant qu’habitat naturel, la Prairie hygrophile à Laîche velue et Laîche cuivrée ne constitue pas une entité patrimoniale. Il s’agit d’une prairie peu diversifiée et composée d’espèces du niveau supérieur de la classe phytosociologique des Agrostietea stoloniferea. La Prairie hygrophile à Laîche velue et Laîche cuivrée représente donc un enjeu faible de conservation.

Le cheminement sur la digue est favorable à l’expression de Communautés des prairies des sols piétinés à Chiendent Pied-de-Poule (habitats non décrit dans la typologie CORINE biotopes). Le Chiendent pied-de-Poule (Cynodon dactylon) est associé au Spororobole tenace (Sporobolus indicus), au Plantain corne-de-cerf sur les sols les plus sableux, parfois au Paspale dilaté (Paspalum dilatatum).

Page 105: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 105

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 12 : Communautés des sols piétinés à Chiendent Pied-de-poule

et Plantain corne-de-cerf

En tant qu’habitat naturel, les Végétations des sols piétinés des prairies des à Chiendent Pied-de-Poule ne constituent pas une entité patrimoniale. Il s’agit de communautés très communes, à déterminisme biotique. Les Végétations des sols piétinés des prairies à Chiendent Pied-de-Poule représentent donc un enjeu faible de conservation.

Enfin, la digue nord du casier du Marais Burret présente une Prairie à Agrostide capillaire et Centaurée de Débaux (CORINE biotopes : code 38.2, intitulé « Prairies de fauche de basse altitude »). Il s’agit d’une végétation peu diversifiée à Agrostide capillaire (Agrostis capilllaris), Centaurée de Débaux (Centaurea jacea subsp. debauxii), Achillée millefeuille (Achillea millefolium), Marguerite commune (Leucanthemum vulgare)… Cette communauté s’appauvrit souvent pour ne plus laisser place qu’à une communauté quasi monospécifique à Centaurée de Débaux.

Figure 13 : Prairie à Agrostide capillaire et centaurée de Débaux

En tant qu’habitat naturel, la Prairie à Agrostide capillaire et Centaurée de Débaux ne constitue pas une entité patrimoniale.

Il s’agit en outre d’une communauté paucispécifique qui aura du mal à se structurer au plan syntaxonomique compte tenu du milieu perturbé où elle se trouve. La Prairie à Agrostide capillaire et Centaurée de Débaux représente donc un enjeu faible de conservation.

Pelouses sèches

Les parties sableuses du chemin de la digue ouest du site sont favorables au développement de deux

communautés psammophiles :

Les Tonsures annuelles des sols sableux acides (CORINE biotopes : code 35.21, intitulé « Prairies siliceuses à annuelles naines »). Ces tonsures sont uniquement présentes de part et d’autre de la D71, aux entrées de chemins. Les espèces annuelles qui composent ces tonsures sont l’Aira précoce (Aira praecox), Aire caryophyllée (Aira caryophyllea), l’Ornithope délicat (Ornithopus perpusillus), la Crassule mousse (Crassula tillaea), l’Alchémille inattendue (Aphanes australis = A. inexpectata), Porcelle glabre (Hypochaeris glabra), le Gnaphale nain (Logfia minima) …

Figure 14 : Tonsure annuelle psammophile

En tant qu’habitats naturels, les Tonsures annuelles des sols sableux acides ne constituent pas une entité patrimoniale. Il s’agit en outre de communautés très communes dans le département des Landes. Les Tonsures annuelles des sols sableux acides représentent donc un enjeu faible de conservation.

la Pelouse basale à Laîche des sables (CORINE biotopes : code 35.22, intitulé « Pelouses siliceuses ouvertes pérennes »). Il s’agit d’une pelouse basale à Laîche des sables (Carex arenaria) qui longe le cheminement de la digue est, au contact de la Fougeraie à Fougère aigle ou

Page 106: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 106

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

des Alignements à Chêne pédonculé. Dans les endroits où le tapis est assez ouvert, elle peut s’enrichir en Brome à deux étamines (Bromus diandrus), dont la présence traduit une certaine rudéralisation.

En tant qu’habitat naturel, la Pelouse basale à Laîche des sables ne constituent pas une entité patrimoniale. Elle est uniquement caractérisée par une espèce de la Classe phytosociologiques des Koelerio glaucae-Kobresitea bellardii. La Pelouse basale à Laîche des sables représente donc un enjeu faible de conservation.

Fourrés

Les quatre types de fruticées identifiées traduisent les différences de niveaux hydriques et de trophie du

sol :

Les Ronciers des sols eutrophes (CORINE biotopes : code 31.8, intitulé « Fourrés ») se développent sur les berges, parfois sur leur partie inférieure lorsqu’elles ne sont pas inondées. La Ronce (Rubus sp.) est accompagnée d’espèces des sols riches en nutriments comme l’Ortie dioïque ou le Houblon (Humulus lupulus). Remarque : des Communautés à Phragmite et Ronce sont présentes çà et là sur les hauts de digues. Elles ne peuvent en aucune manière relever des Phragmitaies hygrophiles du Phragmition communis, ni même de Mégaphorbiaies à faciès à Phragmite (absence d’espèces caractéristiques). Difficiles à interpréter au plan phytosociologique, nous avons rattaché ces communautés aux Ronciers des sols eutrophes dans un souci de simplification cartographique.

En tant qu’habitats naturels, les Ronciers des sols eutrophes ne constituent pas une entité patrimoniale. Ces Ronciers sont des communautés très communes. Les Ronciers des sols eutrophes représentent donc un enjeu faible de conservation.

Le Fourré à Ajonc d'Europe et Genêt à balai (CORINE biotopes : codes 31.84x31.85, intitulés

« Landes à Genêts x Landes à Ajoncs ») se développe sur la digue est sur une courte longueur (quelques mètres). L’Ajonc d’Europe et le Genêt à balai (Cytisus scoparius) sont accompagnés de la Fougère aigle, de la Laîche des sables, du Ciste à feuilles de Sauge (Cistus salvifolius), de la Ronce…

Remarque : le Fourré à Ajonc d'Europe et Genêt à balai ne doit pas être confondu avec la Lande à Callune et Ajonc d’Europe qui est un habitat d’intérêt communautaire. Cette dernière s’en distingue par la présence de chaméphytes bas de la famille des Ericacées : Callune commune (Calluna vulgaris), Bruyère ciliée (Erica cinerea). Ces deux communautés peuvent correspondre à deux stades dynamiques successifs (le Fourré à Ajonc et genêt succédant à la lande), mais ce lien dynamique n’est pas systématique.

Figure 15 : Fourré à Ajonc d'Europe

En tant qu’habitats naturels, le Fourré à Ajonc d'Europe et Genêt à balai ne constitue pas une entité patrimoniale. Ce fourré, souvent disposé en manteau forestier, est commun en Aquitaine. Le Fourré à Ajonc d'Europe et Genêt à balai représente donc un enjeu faible de conservation.

Le Hallier à Fougère aigle et Ronce (CORINE biotopes : code 31.861, intitulé « Landes subatlantiques à Fougères »). Ce hallier se développe couramment sur les hauts de berges des digues. Il peut présenter différents faciès : fougeraie à Fougère aigle largement dominant, communauté codominée par la Ronce et la Fougère aigle …

Figure 16 : Fougeraie à Fougère aigle

Page 107: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 107

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

En tant qu’habitats naturels, le Hallier à Fougère aigle et Ronce ne constitue pas une entité patrimoniale. Cette végétation est très commune dans les Landes. Le Hallier à Fougère aigle et Ronce représente donc un enjeu faible de conservation.

La Saulaie hygrophile (CORINE biotopes : code 44.92, intitulé « Saussaies marécageuses ») est la communauté arbustive qui se développe en pied de berge. Elle est très présente le long de la digue sud du casier barrage. Le Saule roux (Salix atrocinerea) est associé à des espèces de roselières comme l’Iris faux acore, la Menthe aquatique, le Lycopode d’Europe et des espèces de mégaphorbiaies telles que l’Oenanthe safranée, l’Angélique des bois, l’Ortie dioïque… Cette Saulaie hygrophile des sols eutrophes se rapproche du Rubo caesii-Salicetum cinereae au plan syntaxonomique.

Figure 17 : Saulaie de pied de berge, sur la gauche de la photo

En tant qu’habitat naturel, la Saulaie hygrophile ne constitue pas une entité patrimoniale. Il s’agit en outre d’une communauté commune et non menacée en Aquitaine. La Saulaie hygrophile représente donc un enjeu faible de conservation.

Friches

Nous distinguons deux types de communautés rudérales à physionomie totalement différentes :

La Friche prairiale à Avoine élevée et Ronce bleue (CORINE biotopes : code 87, intitulé « Terrains en friche et terrains vagues »). Il s’agit de la végétation à physionomie de prairie qui borde la route et le chemin, située sur la digue est du Casier Barrage. Cette végétation, perturbée par le gyrobroyage d’entretien de la berme, associe des espèces de prairies comme l’Avoine élevée (Arrhenatherum elatius), le Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata), la Laîche velue (Carex hirta) et des espèces traduisant à la fois une perturbation du sol et une certaine humidité du sol

telles que la Ronce bleue (Rubus caesius), la Potentille rampante (Potentilla reptans) ou la Prêle d’Ivoire (Equisetum telmateia). Cette végétation relève donc des friches prairiales se développant sur des sols séchards (c’est-à-dire humides une partie de l’année puis s’asséchant) du Convolvulo arvensis-Agropyrion repentis.

Figure 18 : Friche prairiale sur la berme routière de la digue est du casier barrage

En tant qu’habitat naturel, la Friche prairiale à Avoine élevée et Ronce bleue ne constitue pas une entité patrimoniale. Il s’agit en outre d’une communauté commune et non menacée en Aquitaine. La Friche prairiale à Avoine élevée et Ronce bleue représente donc un enjeu faible.

Les Friches ouvertes à Cardère commune ou Phytolaque américain (CORINE biotopes : code 87, intitulé « Terrains en friche et terrains vagues ») s’apparentent à des communautés très claires, structurées par quelques espèces pionnières des sols perturbés, assez souvent des hémicryptophytes tels que la Cardère commune (Dipsacus fullonum) ou le Phytolaque américain (Phytolacca americana), parfois associées à des annuelles comme le Radis ravenelle (Raphanus raphanistrum). Elles sont plus ou moins colonisées par des espèces préforestières d’ourlets comme le Gléchome faux-lierre (Glechoma hederacea) ou la Ronce (Rubus sp.). La Friche à cardère commune se développe notamment sur la berge du côté du canal de la digue sud du Casier Barrage. Celle à Phytolaque est très visible le long du chemin du Marais Nord.

Page 108: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 108

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 19 : Communauté très peu structurée sur berge très abrupte

relevant de la Friche à Cardère

Figure 20 : Friche à Phytolaque américain sur la gauche du chemin

En tant qu’habitats naturels, les Friches ouvertes à Cardère commune ou Phytolaque américain ne constituent pas une entité patrimoniale. Ces communautés rudérales à déterminisme anthropique et pauvres en espèces, ne sont pas menacées. Les Friches ouvertes à Cardère commune ou Phytolaque américain représentent donc un enjeu faible.

Végétations arborescentes

Les peupleraies localisées le long de la digue ouest du Casier Barrage ainsi que celles situées au bord de

la digue nord du Marais Burret sont les seules communautés arborescentes surfaciques de l’aire d’étude.

Selon la nature de leur sous-bois, nous distinguons :

Les Peupleraies à mégaphorbiaie en sous-bois (CORINE biotopes : code 83.3211, intitulé

« Plantations de Peupliers avec une strate herbacée élevée (Mégaphorbiaies) ») qui abritent des

mégaphorbiaies pouvant être soit des communautés nitrophiles à Ortie dioïque et Liseron des

haies proches de l’Urtico dioicae-Calystegietum sepii, soit des mégaphorbiaies à faciès à

Phragmite commun.

Figure 21 : Mégaphorbiaie nitrophile sous peupleraie

En tant qu’habitat naturel, la Peupleraie à mégaphorbiaie en sous-bois constitue une entité patrimoniale car la communauté qu’elle abrite en sous-bois relève d’un habitat d’intérêt communautaire (Code EUR 6430). Toutefois, les mégaphorbiaies observées sous les peupleraies de l’aire d’étude, toutes eutrophiles à nitrophiles, (alliance phytosociologique du Convolvulion sepium) ne sont pas menacées en France et en Aquitaine et tendent même à s’étendre. Les Peupleraies à mégaphorbiaie en sous-bois représentent donc un enjeu moyen.

L’autre peupleraie (CORINE biotopes : code 83.312, intitulé « Autres plantations de Peupliers ») est la première rencontrée lorsqu’on emprunte le chemin de la digue ouest du Casier Barrage en se dirigeant vers le sud. Celle-ci abrite en sous-bois une Phragmitaie des sols minéraux (CB 53.112) colonisée par une jeune Saulaie hygrophile (CB 44.92).

En tant qu’habitat naturel, la peupleraie dépourvue d’une mégaphorbiaie en sous-bois ne constitue pas des entités patrimoniales. Cette autre peupleraie représente donc un enjeu faible de conservation.

Les bords de chemin de la digue ouest de l’aire d’étude sont par endroits occupés par des Alignements d’arbres (CORINE biotopes : code 84.1, intitulé « Alignements d'arbres »), le plus souvent de Chêne pédonculé (Quercus robur), parfois de Saule blanc (Salix alba) ou de Robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacaia). Les alignements de Chêne pédonculé sont le plus souvent associés à la Fougeraie à Fougère-aigle.

Page 109: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 109

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 22 : Alignement de Chêne pédonculé

En tant qu’habitats naturels, les Alignements d’arbres ne constituent pas des entités patrimoniales. Ils n’abritent aucune espèce d’intérêt patrimonial, ni ne sont associés à aucune communauté végétale à enjeu. Les Alignements d’arbres représentent donc un enjeu faible de conservation.

Habitats artificiels

Seuls sont classés dans cette catégorie les bâtiments (CORINE biotopes : code 86, intitulé « Villes,

villages et sites industriels ») et la pelouse ou bien le parc arboré (CORINE biotopes : code 85.31, intitulé

« Jardins ornementaux ») de la parcelle située devant la Maison de la Réserve et de la parcelle située en

limite sud-est du site étudié. Une communauté à bambou (CORINE biotopes : code 85.15, intitulé

« Communautés sub-naturelles des parcs ») borde le canal près des installations d’accueil de la Réserve.

Les Habitats artificiels, en tant qu’habitats, représentent un enjeu faible de conservation.

V.3.7 La flore

Espèces végétales d’intérêt communautaire de la ZSC « Zones humides associés aux

Marais d’Orx »

Un taxon d’intérêt communautaire est recensé au FSD. Il s’agit du Fluteau nageant (Luronium natans)

(Code EUR 1831), un hydrophyte qui se développe en principe au sein de communautés aquatiques des

eaux oligotrophes du Potamion polygonifolii. L’espèce peut aussi accompagner des gazons amphibies

oligotrophiles des Littorelletalia uniflorae. Toutefois, les végétations aquatiques mésotrophiles du Potamion

pectinati peuvent aussi héberger cette espèce. Cette espèce est absente de la réserve naturelle du Marais

d’Orx. Elle serait présente au sein de la forêt marécageuse qui se situe au sud de la réserve.

Nomenclature

La nomenclature des plantes à fleurs et des fougères utilisée dans cette étude est celle de la Base de

Données Nomenclaturale de la Flore de France (BDNFF, consultable et actualisée en ligne sur le site

www.Tela-botanica.org).

Inventaire floristique

L’inventaire floristique a permis de recenser quelque 170 espèces végétales. Aucun taxon identifié n’est

d’intérêt communautaire. En revanche, nous avons observé le Lotier velu (Lotus angustissimus subsp.

hispidus), espèce protégée en Région Aquitaine, dans une zone perturbée en face du parking du secteur

Béziers. 200 individus de cette espèce annuelle, en principe caractéristique des tonsures annuelles des

sols sableux acides des Tuberarietalia guttatae, sont disposé sur 100 m2.

Figure 23 : Lotier velu (Lotus angustissimus subsp. hispidus)

La flore du secteur d’étude est globalement composée d’espèces communes à très communes. On y trouve de nombreuses espèces de la série dynamique de la Chênaie landaise acidophile à Pin maritime (alliance phytosociologique du Quercion robori-pyrenaicae), depuis les espèces annuelles des tonsures sur sable, en passant par les formations préforestières de type lande, ptéridaie ou autres fourrés acidophiles. Nous distinguons aussi tout un lot d’espèces de zones humides des sols riches en nutriments (hélophytes, hémicryptophytes de mégaphorbiaies …). Enfin, nous distinguons un lot assez important d’espèces invasives : Jussie à grandes fleurs (Ludwigia grandiflora), Phytolaque d’Amérique (Phytolaca americana), Paspale distique (Pasapalum distichum), Paspale dilaté (Paspalum dilatatum), Conyze du canada (Conyza canadensis), Herbe de la pampa (Cortaderia sellonana), Baccharis à feuilles d’arroche (Baccharis halimifolia), Robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia) et Erable negundo (Acer negundo).

L’inventaire floristique réalisé est présenté en annexe.

Carte n°22 : localisation du Lotier velu

Page 110: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 110

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 111: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 111

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.8 L’avifaune

En Aquitaine, la réserve naturelle du Marais d’Orx est considérée comme un site ornithologique

majeur. Premièrement, cette vaste étendue protégée est située sur l’un des principaux couloirs de

migration en France à savoir l’axe atlantique. D’autre part, la réserve recèle une diversité de milieux

attractifs pour l’avifaune. Certains d’entre eux couvrent d’importantes superficies (eau libre, prairies,

saulaies, forêt etc.). Ainsi, le Marais d’Orx joue un rôle primordial pour les oiseaux migrateurs qui

bénéficient d’un lieu de halte de qualité. Par ailleurs, l’intérêt en période d’hivernage et au moment de la

nidification est tout aussi marqué. A ce jour 247 espèces d’oiseaux ont été recensées sur la réserve, avec

137 espèces hivernantes et/ou migratrices, rares et/ou occasionnelles. Le nombre d’espèces ayant niché

au moins une fois sur la réserve s’élève à 110 espèces dont environ 80 nichent régulièrement.

Lors de nos investigations, nous avons recensé 130 espèces d’oiseaux soit un peu plus de la

moitié des espèces recensées jusqu’alors sur la réserve. Les résultats de l’étude ont été amendés par des

éléments bibliographiques fournis par la réserve du Marais d’Orx (Comptages oiseaux d’eau, STOC-EPS

etc.). Dans un souci de clarté et pour des raisons d’affinités écologiques, nous présentons les résultats en

distinguant cinq cortèges principaux : les oiseaux d’eau, les oiseaux des milieux prairiaux, palustres et

buissonnants, les oiseaux des milieux forestiers, les rapaces et les oiseaux des milieux bâtis. La liste des

espèces est accessible à l’annexe 2. Les tableaux synthétiques listent les espèces traitées dans le texte

qui le plus fréquemment sont protégées ou inscrites à l’annexe 1 de la directive « Oiseaux », citées sur la

liste rouge des oiseaux menacés de France métropolitaine voire déterminantes ZNIEFF.

Les oiseaux d’eau

Figure 24 : zone d’eau libre au sud-ouest du Casier Barrage où la

Spatule blanche vient se nourrir (Philippe Legay – Biotope)

Figure 25 : vasière à l’est du Casier Barrage où des centaines de

limicoles viennent se nourrir au mois de mai (Philippe Legay –

Biotope)

Figure 26 : prairies du Marais Nord, zone de gagnage de l’Oie

cendrée, de la Grue cendrée et du Courlis cendré (P. Legay – Biotope)

Figure 27 : Marais Burret, zone de repos des anatidés de surface et

site de nidification du Héron pourpré (Philippe Legay – Biotope)

La réserve naturelle du Marais d’Orx est un site d’importance au niveau national et européen en hivernage

et en migration pour les nombreuses espèces inféodées aux zones humides. Nous regroupons sous

l’appellation « oiseaux d’eau » les cygnes, oies, canards, limicoles et les grands échassiers (Spatule,

Cigogne blanche, ardéidés arboricoles, Grue cendrée etc.). Les oiseaux d’eau sont les mieux représentés

au sein du Marais d’Orx avec au minimum 88 espèces recensées. La réserve s’illustre par l’accueil

d’effectifs importants chez certaines espèces (Oie cendrée, Canard souchet, Sarcelle d’hiver, Spatule

blanche etc.) qui accentue la responsabilité du site pour leur conservation. Les milieux occupés sont les

zones d’eau libre (parfois colonisées par la Jussie) et les vasières des différents casiers, du Marais Nord

et du Marais Burret. Nous présentons ici les espèces patrimoniales pour lesquelles le Marais d’Orx est

reconnu.

L’Oie cendrée Anser anser est l’une des espèces phare de la réserve naturelle du Marais d’Orx. En hiver,

la réserve abrite entre 4 et 9% des effectifs d’Oie cendrée en France lors des comptages « wetland »

organisés chaque année à la mi-janvier (Deceuninck B. & Maillet N. 2011, Theillout A. 2011). Par ailleurs,

la réserve abrite l’essentiel de la population hivernante d’Oie cendrée en Aquitaine ce qui lui vaut d’être

inscrite sur la liste des espèces déterminantes ZNIEFF en Aquitaine en hiver. En 2011, 72% de l’effectif

hivernant d’Oie cendrée présent à la mi-janvier en Aquitaine était regroupé sur la réserve naturelle du

Marais d’Orx (Theillout A. 2011, réserve naturelle du Marais d’Orx). Nous avons constaté durant nos

inventaires de terrain (entre mars et juillet 2011) la présence de 9 Oies cendrées dont l’origine férale est la

plus probable. La nidification extrêmement rare en Aquitaine n’est pas envisagée.

Les comptages hivernaux mettent également en exergue l’attractivité de la réserve pour le Canard

chipeau Anas strepera, la Sarcelle d’hiver Anas crecca et le Canard souchet Anas clypeata. Rappelons

que ces trois espèces sont considérées comme déterminantes en hiver au titre de l’inventaire ZNIEFF. Les

effectifs de Canard chipeau sur la réserve naturelle du Marais d’Orx (206 à la mi-janvier 2011) avoisinent

en hiver le seuil d’importance national fixé à 207 (Deceuninck B. & Maillet N. op. cit.). En revanche, les

effectifs de Sarcelle d’hiver et de Canard souchet dépassent chaque année le seuil d’importance national

fixés respectivement à 1085 et 293 individus. Fait plus remarquable encore, la réserve naturelle du Marais

d’Orx compte parmi les sites d’importance dans le nord-ouest de l’Europe pour ces deux dernières

espèces. En 2011, 7144 Sarcelles d’hiver (record pour le site) et 378 Canards souchets (effectifs

atteignant régulièrement plus de 800 individus) ont été dénombrés par les agents de la réserve.

La reproduction du Canard chipeau, de la Sarcelle d’hiver et du Canard souchet a déjà été constatée. Le

Canard souchet présente régulièrement des effectifs représentants plus de 1% de la population de

l’espèce au niveau mondial (un des critères retenu pour la désignation RAMSAR du site du Marais d’Orx

en octobre 2011). On soulignera que la Sarcelle d’hiver a été inscrite comme « vulnérable » sur la liste

rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine. Nos observations de terrain ne permettent pas

d’éveiller les soupçons quant à une éventuelle reproduction de l’une ou l’autre des espèces. Il semblerait

néanmoins que le Marais Burret et son abondante végétation aquatique soit favorable à la nidification des

Canards de surface. De ce site proviennent la plupart de nos contacts. Les anatidés (cygnes, oies et

canards) exploitent la réserve essentiellement en tant que zone de repos ou de nidification. Les sites de

gagnage sont pour l’essentiel situés en marge de la réserve (Barthes de l’Adour etc.). Les premières

prospections entre mars 2011 et mai 2011 ont mis en évidence une forte sensibilité des Canards de

surface sur le Marais Burret. Le simple passage à pied sur la digue fait envoler les oiseaux alors qu’ils

restent en place sur le Marais Barrage par exemple. La distance de fuite est importante. Ce constat peut

avoir des implications sur les mesures à mettre en place dans l’éventualité que la digue soit ouverte au

public.

Chez les grands échassiers, le Héron pourpré Ardea purpurea, les hérons arboricoles (Grande aigrette,

Page 112: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 112

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Héron cendré, Aigrette garzette, Héron gardeboeuf, Bihoreau gris), la Spatule blanche Platalea leucorodia

et la Grue cendrée Grus grus font l’objet de suivis de la part des gestionnaires. L’arrivée des premiers

Hérons pourprés est constatée dans les premiers jours d’avril. En 2011, 4 individus ont été observés le 4

avril (BIOTOPE 2011). La totalité des observations réalisées provient du Marais Burret où le Héron

pourpré se reproduit.

Malgré des prospections fines effectuées dans la partie ouest du Casier Barrage, aucune observation de

Héron pourpré n’a été réalisée. La disparition de cette espèce dans ce secteur du marais (au profit du

marais Burret notamment) coïncide avec le phénomène de régression des herbiers de Jussie dans le

Marais Barrage à partir de 2005.

L’ensemble des zones humides sont exploitées par les Hérons pour la recherche de nourriture. Ils sont

d’observation régulière sur l’ensemble de la réserve et sur le Marais Burret. Une importante colonie de

Hérons est suivie au nord-ouest du Casier Central. Plusieurs centaines de couples de Hérons sont

recensées.

A l’instar des ardéidés arboricoles, la Spatule blanche fréquente une grande partie de la réserve naturelle

et le Marais Burret à la recherche de nourriture et se reproduit dans les arbres au milieu des autres

Hérons. Cette espèce constitue l’un des enjeux majeurs de la réserve. D’une part, elle offre un site de

halte et d’hivernage et d’autre part elle héberge l’une des deux seules colonies connues à ce jour en

Aquitaine. Rappelons que la Spatule blanche ne se reproduit sur le Littoral atlantique que dans deux

départements : les Landes et la Loire-Atlantique. Dans l’aire d’étude, nous avons observé une

fréquentation régulière au sud-ouest du Casier Barrage (environ 50 individus posés le 28/07/11) ainsi qu’à

l’extrémité est du Marais Burret (20 individus le 15/06/11).

L’hivernage et la halte migratoire des Grues cendrées sur la réserve représente un pourcentage très faible

au regard de la population régionale. Néanmoins, près de 250 Grues ont été comptabilisées le 14 janvier

2011 (source réserve naturelle du Marais d’Orx) dans le marais nord.

Le Vanneau huppé et le Courlis cendré présentent des effectifs hivernants élevés sur la réserve avec 651

individus comptabilisés le 14 janvier 2011 pour le premier et 1010 pour le second (source réserve naturelle

du Marais d’Orx). Les vasières du Marais Central et Barrage ainsi que les prairies du Marais Nord

favorisent leur présence.

Bioévaluation des oiseaux d’eau en quelques chiffres :

- 88 espèces recensées au minimum dont 24 espèces nicheuses,

- 53 espèces protégées,

- 34 espèces inscrites à l’annexe 1 de la directive « Oiseaux »,

- 4 espèces nicheuses au statut de conservation défavorable (« RE : espèce éteinte », « CR : en danger

critique d’extinction », « EN : en danger », « VU : vulnérable » ou « NT : quasi menacée ») au titre de

la Liste rouge des oiseaux menacés de France métropolitaine : Oie cendrée, Sarcelle d’hiver et la

Spatule blanche,

- 12 espèces hivernantes au statut de conservation défavorable (« E : en danger », « V : vulnérable »,

« R : rare », « D : déclin » ou « L : localisé ») au titre de la Liste rouge des oiseaux menacés de France

métropolitaine : Oie cendrée, Spatule blanche, Courlis cendré etc.

- 9 espèces nicheuses répondent aux critères déterminant ZNIEFF,

- 8 espèces hivernantes répondent aux critères déterminant ZNIEFF.

Les oiseaux d’eau représentent une contrainte règlementaire pour le projet d’aménagement.

Cartes n°23, 24, 25, 26 et 27 : observations des oiseaux d’eau

Cartes n°28, 29, 30, 31, 32 : occupation du site par les oiseaux d’eau

Tableau 5 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire d’étude

Nom français et

nom latin

Statut

sur la

réserve

PN DH LRN Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Cortège des oiseaux d’eau Oie cendrée Anser anser

N,H

- - VU Oui fort

Canard chipeau Anas strepera

N,H

- - LC Oui moyen

Sarcelle d'hiver Anas crecca

N,H

- - VU Oui moyen

Canard souchet Anas clypeata

N,H

- - LC Oui moyen

Spatule blanche Platalea leucorodia

N, M, H Oui An1 VU Oui fort

Grue cendrée Grus grus

M, H Oui An1 CR Oui fort

Vanneau huppé Vanellus vanellus

H - - LC Oui moyen

Courlis cendré Numenius arquata

M, H - - VU Oui moyen

Page 113: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 113

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 114: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 114

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 115: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 115

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 116: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 116

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Source : Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

Page 117: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 117

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Source : Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

Page 118: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 118

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Source : Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

Page 119: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 119

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Source : Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

Page 120: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 120

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Source : Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

Page 121: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 121

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les oiseaux des milieux prairiaux, palustres et buissonnants

Figure 28 : zone buissonnante au sud-ouest du Casier

Barrage (Philippe Legay – Biotope)

Figure 29 : zone buissonnante au Marais Nord, les scirpaies,

cariçaies et mégaphorbiaies sont des milieux de halte du

Phragmite aquatique (Philippe Legay – Biotope)

Les milieux prairiaux, palustres et buissonnants montrent une richesse spécifique notable car ils

recouvrent d’importantes superficies sur l’ensemble de la réserve naturelle. Plus de 50 espèces d’oiseaux

montrent une affinité marquée pour ces biotopes. Presque la moitié d’entre elles ne se reproduisent pas

sur la réserve et sont notées soit à la période de migration, soit en hivernage. Le Phragmite aquatique

Acrocephalus paludicola est sans nul doute l’espèce migratrice la plus remarquable qui fréquente la

réserve naturelle du Marais d’Orx.

Ce petit migrateur transsaharien niche dans les prairies humides d’Europe de l’est et effectue chaque

année un long voyage pour rejoindre ses sites d’hivernage en Afrique de l’ouest. Durant la migration

postnuptiale, de fin juillet à fin septembre, la quasi-totalité de la population mondiale, estimée à 10 500

couples nicheurs et plus de 20 000 jeunes, fait halte en France à la recherche du repos et de la nourriture

nécessaires à la poursuite de son périple. Principalement localisés dans les marais littoraux, les sites de

halte migratoire du Phragmite aquatique sont dispersés le long des côtes de la Manche et de l’Atlantique.

En net déclin sur le territoire national, cet oiseau doit sa situation “Vulnérable” à la disparition de ses sites

de nidification en Europe de l’est et à la dégradation des roselières et des prairies humides côtières sur sa

route de migration. Un plan national d’action a donc été mis en place en 2010 pour assurer l’avenir du

Phragmite aquatique en France. Le 28 avril 2011, nous avons comptabilisé 9 chanteurs de Phragmite des

joncs Acrocephalus schoenobaenus sur la réserve. Un effectif remarquable de 8 chanteurs le long de la

digue du Marais Nord a été révélé dans un habitat hautement favorable à la nidification. Néanmoins, les

passages ultérieurs ont révélé le statut réel du Phragmite des joncs sur la réserve en 2011. Il s’agit

d’oiseaux en halte migratoire ayant stationné quelques jours tout au plus dans un milieu qui rappelle les

territoires où ils nichent habituellement. En Aquitaine le Phragmite des joncs se reproduit essentiellement

en Gironde et sa nidification dans les Landes est très localisée. Le Phragmite des joncs est une espèce

déterminante dans le cadre de l’inventaire ZNIEFF dans le département des Landes. La conservation des

passereaux paludicoles de la réserve est étroitement liée à la gestion des habitats. Ces espèces ne

montrent pas de sensibilité particulière au dérangement.

Le Bruant proyer Emberiza calandra est « quasi menacé » en France métropolitaine au titre de la Liste

rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine. Inféodé aux agrosystèmes prairiaux et toutes sortes

de milieux ouverts, le Bruant proyer connait une tendance à la baisse sur le long terme à l’instar d’autres

passereaux spécialisés des milieux agricoles que sont l’Alouette des champs ou la Linotte mélodieuse. Sa

présence dans la réserve est confirmée dans le Marais Nord où un chanteur a été entendu le 15 juin 2011

(BIOTOPE 2011). Sa conservation au sein de la réserve dépend des pratiques agricoles.

Au même titre que le Bruant proyer, la Fauvette grisette Sylvia communis est « quasi menacé » en France

métropolitaine. Cette dernière se rencontre sur la réserve à la faveur de milieux buissonnants comme

ceux que l’on peut observer sur la rive ouest du Casier Barrage ou au nord du Casier Central par

exemple. Le protocole STOC-EPS relayé par la réserve depuis 2007 a permis de contacter cette espèce

en 2007, 2009 et 2010 sur 4 stations différentes (source RN du Marais d’Orx). En 2011, nous n’avons pas

eu de contact avec la Fauvette grisette. La réserve ne semble pas accueillir une population importante de

ce passereau. Sa conservation sur la réserve passe par le maintien de ses habitats.

Bioévaluation des oiseaux des milieux prairiaux, palustres et buissonnants en quelques chiffres :

- 53 espèces recensées au minimum dont 31 espèces nicheuses,

- 48 espèces protégées,

- 7 espèces inscrites à l’annexe 1 de la directive « Oiseaux »,

- 2 espèces nicheuses au statut de conservation défavorable (« RE : espèce éteinte », « CR : en danger

critique d’extinction », « EN : en danger », « VU : vulnérable » ou « NT : quasi menacée ») au titre de

la Liste rouge des oiseaux menacés de France métropolitaine : Fauvette grisette et Bruant proyer,

- 7 espèces nicheuses répondent aux critères déterminant ZNIEFF.

Les oiseaux des milieux prairiaux, palustres et buissonnants représentent une contrainte

règlementaire pour le projet d’aménagement.

Tableau 6 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire d’étude

Nom

français et

nom latin

Statut

sur la

réserve

PN DH LRN Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Cortège des oiseaux des milieux palustres, prairiaux et buissonants Phragmite aquatique

Acrocephalus paludicola

MR

Oui An1 VU - très fort

Phragmite des joncs

Acrocephalus schoenobaen

us

N,M

Oui - - Oui moyen

Fauvette grisette Sylvia

communis

N

Oui - NT - moyen

Bruant proyer Emberiza calandra

N

Oui - NT Oui moyen

Carte n°33 : observations des oiseaux des milieux palustres, prairiaux et buissonnants

Page 122: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 122

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les oiseaux des milieux forestiers

Figure 30 : Engoulevent d’Europe

(Thomas Luzzato – Biotope), prise hors

site.

Figure 31 : Gobemouche gris (Olivier

Larrey – Biotope), prise hors site.

Figure 32 : Bouvreuil pivoine (Olivier

Larrey – Biotope), prise hors site.

Ce cortège compte quarante espèces quasi exclusivement inféodées aux milieux forestiers de la réserve.

En 2011, nous en avons observé 30 d’entre elles lors de nos prospections de terrain. Sont traités à part

les rapaces forestiers et les ardéidés coloniaux qui nichent pourtant en contexte forestier mais dont les

exigences ne sont pas exclusivement portées sur cet habitat.

Les enjeux concernant ce cortège sont essentiellement portés sur les espèces nicheuses. Nous avons

connaissance de la présence d’au moins 27 espèces ayant nichées au moins une fois dans les milieux

forestiers de la réserve. Parmi ces espèces, on note la nidification de quatre espèces patrimoniales au

titre de la directive « Oiseaux » (Engoulevent d’Europe et Pic noir) et de la liste rouge nationale des

oiseaux menacés de France métropolitaine (Gobemouche gris et Bouvreuil pivoine).

L’Engoulevent d’Europe Caprimulgus europaeus est largement répandu en Aquitaine. Les densités les

plus fortes sont atteintes sur le plateau landais à la faveur d’étendues importantes de plantations de Pin

maritime. En marge de la réserve, un chanteur a été contacté le 18 mai 2011 dans une pinède qui jouxte

le canal au sud-ouest du Casier Barrage. L’espèce est potentiellement présente dans les autres pinèdes

qui bordent la réserve mais des peuplements de feuillus sont majoritaires au contact de celle-ci. La

cartographie des habitats ne met pas en évidence la présence d’habitats favorables au sein de la réserve

naturelle du Marais d’Orx. A ce jour aucune menace ne pèse sur l’Engoulevent d’Europe.

En Aquitaine, le Pic noir Dryocopus martius est présent dans deux noyaux principaux. Il est désormais

bien implanté et largement répandu dans le bassin de l’Adour ainsi qu’en Dordogne et nord du Lot-et-

Garonne. Le 15 juin 2011, un chanteur est contacté dans un boisement à l’est du Casier Central vers les

gîtes de la réserve. L’ensemble des habitats forestiers en marge de la réserve semblent favorables au Pic

noir. En France, les effectifs de Pic noir ont explosés au cours des 20 dernières années en concordance

avec l’extension de son aire de répartition (MNHN). Son statut de conservation est jugé favorable du fait

d’une population prospère.

La réserve naturelle du Marais d’Orx abrite deux passereaux forestiers considérés comme « vulnérables »

au titre de la liste rouge des espèces menacées de France métropolitaine. Il s’agit du Gobemouche gris

Muscicapa striata et du Bouvreuil pivoine Pyrrhula pyrrhula. Le Gobemouche gris est présent de façon

relativement homogène sur l’ensemble du territoire aquitain. Il occupe les boisements de feuillus âgés

(chêne de préférence), les parcs boisés etc. Dans les landes de Gascogne, on observe une préférence

pour les ripisylves de cours d’eau et les airials (clairières forestières). Au Marais d’Orx, un chanteur a été

entendu dans un boisement de Chênes en bordure du canal de ceinture au nord-est du Casier Central.

Les plus vieux peuplements de feuillus sont susceptibles d’abriter ce passereau dont les effectifs en

Page 123: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 123

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Europe et en France sont en déclin (EBCC, MNHN). Le Bouvreuil pivoine en Aquitaine a une aire de

répartition assez proche de celle du Gobemouche gris. Cependant, il a une préférence beaucoup plus

marquée pour les forêts de montagne. En plaine les habitats occupés par le Bouvreuil pivoine sont

identique à ceux du Gobemouche gris. Les deux espèces sont régulièrement contactées dans les mêmes

habitats le plus souvent le long de cours d’eau. A l’instar du Gobemouche gris, le Bouvreuil pivoine est

rare sur la réserve. Un chanteur a été noté le 23 mars 2011 au niveau des Pompes Napoléoniennes. A ce

jour, aucune menace n’est identifiée sur la réserve naturelle du Marais d’Orx qui pourrait nuire à ces deux

passereaux.

Bioévaluation des oiseaux des milieux forestiers en quelques chiffres :

- 40 espèces recensées au minimum dont 27 espèces nicheuses,

- 30 espèces protégées,

- 2 espèces inscrites à l’annexe 1 de la directive « Oiseaux »,

- 2 espèces nicheuses au statut de conservation défavorable (« RE : espèce éteinte », « CR : en danger

critique d’extinction », « EN : en danger », « VU : vulnérable » ou « NT : quasi menacée ») au titre de

la Liste rouge des oiseaux menacés de France métropolitaine : Gobemouche gris et Bouvreuil pivoine,

Les oiseaux des milieux forestiers ne représentent pas de contrainte règlementaire pour le projet

d’aménagement.

Tableau 7 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire d’étude

Nom

français et

nom latin

Statut

sur la

réserve

PN DH LRN Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Cortège des oiseaux des milieux forestiers Engoulevent

d'Europe Caprimulgus europaeus

N

Oui An1 LC - moyen

Pic noir Dryocopus

martius

N,H

Oui An1 LC - moyen

Gobemouche gris

Muscicapa striata

N,M

Oui - VU - fort

Bouvreuil pivoine Pyrrhula pyrrhula

N,H

Oui - VU - fort

Carte des observations d’oiseaux des milieux forestiers : voir page 154

Les rapaces

Figure 33 : Elanion blanc (Benjamin

Adam – Biotope), prise hors site

Figure 34 : Busard des roseaux (Olivier

Larrey – Biotope), prise hors site

Figure 35 : Aigle botté (Olivier Larrey –

Biotope), prise hors site

Plus que n’importe quelle autre région de France, l’Aquitaine est considérée comme une terre de rapaces

avec plus de 30 espèces déjà observées sur son territoire. A elle seule, la réserve naturelle du Marais

d’Orx accueille 19 espèces parmi les plus régulièrement observées dans la région. Cette donnée révèle le

caractère remarquable de la réserve pour les rapaces. Les zones ouvertes ou en eau libre sont le théâtre

de scènes de chasse des oiseaux de proie tout au long de l’année. Les coteaux boisés qui ceinturent la

réserve (hors périmètre règlementaire) sont idéalement configurés pour favoriser leur nidification

(boisements en pentes, calmes, gros arbres, sous étage ne favorisant pas la circulation sous les aires

etc.). En période hivernale, la diversité est moins importante qu’au printemps. Cependant, c’est à cette

période de l’année que l’on peut observer les rarissimes Pygargue à queue blanche Haliaeetus albicilla et

Aigle criard Aquila clanga qui profitent des importants rassemblements d’oiseaux d’eaux (oies, canards,

échassiers). Durant cette saison, il est plus aisé de voir le Busard Saint-Martin Circus cyaneus, le Faucon

pèlerin Falco peregrinus et le Faucon émerillon Falco columbarius. L’hivernage du Balbuzard pêcheur

Pandion haliaetus est par ailleurs devenu quasi annuel. Au moment de la migration, les contingents de

rapaces sont importants et la réserve est survolée par des dizaines voire des centaines de rapaces

migrateurs en partance pour les quartiers d’hivernage. Le Busard cendré Circus pygargus n’est alors

observé qu’en migration dans les derniers jours d’août et début septembre mais ne dédaigne pas faire

une petite halte pour chasser dans les prairies qui regorgent de proies potentielles. Le Milan royal Milvus

milvus, quant à lui, s’observe à la fin septembre et en octobre. L’hivernage du Milan royal n’est pas connu

dans cette partie de la région.

La réserve naturelle du Marais d’Orx compte 11 espèces de rapaces nicheurs qui se reproduisent soit sur

la réserve en tant que telle, soit en périphérie. Pour ces dernières, la réserve est utilisée comme site de

chasse. Parmi les rapaces remarquables, on citera l’Elanion blanc Elanus caeruleus, l’Aigle botté

Hieraetus pennatus, le Busard des roseaux Circus aeruginosus et le Balbuzard pêcheur Pandion haliaetus

(seulement hivernant) qui sont inscrits sur la liste rouge des oiseaux menacés de France métropolitaine.

L’Elanion blanc est observé régulièrement sur le Marais d’Orx depuis quelques années. Les premiers

contacts étaient obtenus en période hivernale. Ce n’est qu’en 2009 que la première reproduction a été

concluante avec la naissance de deux jeunes. Aujourd’hui l’Elanion blanc est observé tout l’année sur la

réserve. Il fréquente essentiellement le Marais Nord qui lui offre un site de chasse privilégié. En 2011, le

couple a conduit au moins deux jeunes à l’envol (BIOTOPE 2011).

Trois couples d’Aigle botté se reproduisent à proximité immédiate de la réserve du Marais d’Orx. Un

couple est installé vers le Marais Nord, un autre dans le coteau qui domine le Marais Burret et un autre au

sud du Casier Barrage. L’Aigle botté a été observé à plusieurs reprises en chasse au-dessus du Marais

Page 124: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 124

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

d’Orx et le secteur de nidification de deux couples a même été cerné. La sensibilité de cette espèce est

marquée sur les sites de nidification de début avril à fin juillet. Les perturbations des espaces forestiers à

cette période et à proximité du nid sont préjudiciables.

Le Busard des roseaux est un nicheur rare sur la réserve et sa nidification n’a pas encore été attestée

mais fait l’objet d’une surveillance rigoureuse. A l’inverse des autres rapaces nicheurs de la réserve, le

Busard des roseaux niche au sol et c’est dans les secteurs marécageux et humides qu’il va installer son

nid. En 2011, une femelle est observée tout le printemps à l’extrémité est du Marais Burret. L’absence de

mâle ne permet pas d’envisager sa nidification. A l’instar de l’Aigle botté, c’est entre avril et fin juillet que

les nuisances sur le site de nidification suspecté seront à éviter.

Le Balbuzard pêcheur ne compte pas encore parmi l’avifaune nicheuse de la réserve malgré le fait qu’il

soit observé durant toute l’année et que la nourriture ne soit pas lacunaire. En revanche, ce sont les sites

de nidification qui font défaut. L’installation de plateformes est envisagée mais leur implantation en dehors

de la réserve est inévitable et ne facilite pas les démarches. A ce jour, aucune menace ne pèse sur le

Balbuzard pêcheur au Marais d’Orx.

Enfin, la réserve recèle deux espèces de rapaces déterminants ZNIEFF dans les landes dans la mesure

où le site héberge au moins un couple nicheur. Il s’agit du Circaète Jean-le-Blanc Circaetus gallicus et du

Faucon hobereau Falco subbuteo. Le Circaète niche de toute évidence en dehors de la réserve mais est

d’observation régulière au printemps et en été au-dessus de la réserve que ce soit au-dessus du Marais

Burret, au Marais Nord ou encore au niveau du Casier Barrage. Vu la faible superficie d’espaces boisés

que compte la réserve, tout porte à croire que l’essentiel des couples de Faucon hobereau soient installés

en marge de la réserve comme la plupart des rapaces forestiers. Un site de nidification a été trouvé au

printemps 2011 en lisière nord du Marais Burret non loin de la digue.

Bioévaluation des rapaces en quelques chiffres :

- 19 espèces recensées au minimum dont 11 espèces nicheuses,

- 19 espèces protégées,

- 14 espèces inscrites à l’annexe 1 de la directive « Oiseaux »,

- 3 espèces nicheuses au statut de conservation défavorable (« RE : espèce éteinte », « CR : en danger

critique d’extinction », « EN : en danger », « VU : vulnérable » ou « NT : quasi menacée ») au titre de

la Liste rouge des oiseaux menacés de France métropolitaine : Elanion blanc, Busard des roseaux et

Aigle botté,

- 6 espèces nicheuses répondent aux critères déterminant ZNIEFF.

Les rapaces représentent une contrainte règlementaire pour le projet d’aménagement.

Carte n°34 : observations des oiseaux des milieux forestiers et des rapaces

Carte n°35 et 36 : occupation du site par les rapaces

Tableau 8 : Statut des espèces contactées au sein de

l’aire d’étude

Nom français et

nom latin

Statut sur

la réserve PN DH LRN

Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Cortège des rapaces Bondrée apivore Pernis apivorus

N,M

Oui An1 LC - moyen

Elanion blanc Elanus caeruleus

N,H

Oui An1 EN - très fort

Milan noir Milvus migrans

N,M

Oui An1 LC - moyen

Milan royal Milvus milvus

M Oui An1 VU - fort

Pygargue à queue blanche Haliaeetus

albicilla

HR

Oui An1 RE - fort

Circaète Jean-le-Blanc

Circaetus gallicus

N,E

Oui An1 LC Oui moyen

Busard des roseaux Circus aeruginosus

N,M,H

Oui An1 VU Oui fort

Busard Saint-Martin Circus cyaneus

H

Oui An1 LC - moyen

Busard cendré Circus pygargus

M Oui An1 VU - moyen

Aigle criard Aquila clanga

HR

Oui An1 VU - fort

Aigle botté Hieraetus pennatus

N Oui An1 VU Oui fort

Balbuzard pêcheur Pandion haliaetus

M,H

Oui An1 VU - fort

Faucon hobereau Falco subbuteo

N Oui - LC Oui moyen

Page 125: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 125

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 126: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 126

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Source : Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

Page 127: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 127

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Source : Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

Page 128: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 128

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les oiseaux des milieux bâtis

Figure 36 : Effraie des clochers

( Biotope), hors site

Ce cortège est le moins bien représenté des 5 cortèges identifiés car les bâtiments sont rares au sein de

la réserve. D’autre part, ces milieux sont moins concernés par le projet d’aménagement et les espèces

qu’ils abritent n’ont pas fait l’objet d’autant d’attention que celles des autres cortèges. Il compte une

dizaine d’espèces quasi exclusivement inféodées aux milieux bâtis. Cependant, les Hirondelles et les

Martinets fréquentent également le marais lorsqu’ils recherchent des insectes et l’on peut ainsi observer

plusieurs dizaines voire quelques centaines d’individus survoler les zones d’eau libre au printemps et à

l’automne lors des migrations. Les espèces associées à ce cortège sont dans l’ensemble communes à

très communes en France de même qu’en Aquitaine. Toutefois, on note la présence de l’Effraie des

clochers Tyto alba dont les enjeux de conservation sont forts notamment en ce qui concerne les sites de

nidification. Sa présence est attestée par la découverte de pelotes de réjections dans les bâtiments

abandonnés situés au nord de la maison de la réserve (hors réserve naturelle) sans toutefois pouvoir

affirmer qu’elle y soit encore. Aucun contact auditif n’a été établi lors des prospections nocturnes à la

recherche d’amphibiens.

Bioévaluation des oiseaux des milieux bâtis en quelques chiffres :

- 12 espèces recensées au minimum dont 8 espèces nicheuses,

- 10 espèces protégées,

Les oiseaux des milieux bâtis représentent une contrainte règlementaire pour le projet

d’aménagement.

Tableau 9 : Statut des espèces contactées au sein de

l’aire d’étude

Nom français

et nom latin

Statut sur la

réserve PN DH LRN

Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Cortège des oiseaux des milieux bâtis Effraie des clochers Tyto alba

N,H

Oui - LC - moyen

Page 129: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 129

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.9 Les amphibiens et les reptiles

Amphibiens

Lors des prospections de terrains 6 espèces d’amphibiens ont été contactées au sein de l’aire d’étude : la

Grenouille verte (Pelophylax kl esculentus), la Grenouille rieuse (Pelophylax ridibunda) regroupées sous le

terme « complexe des grenouilles vertes », la Grenouille agile (Rana dalmatina), la Rainette verte (Hyla

arborea), la Rainette méridionale (Hyla meridionalis) et le Triton palmé (Lissotriton helveticus).

La Grenouille verte au sein de l’aire d’étude

Le principal des effectifs est situé en dehors des zones d’étude, dans des

milieux connexes comme les tonnes de chasse (Casier Nord) ou des mares

privées (Casier Burret). Sur les zones d’étude, on trouve l’espèce en petits

effectifs sur l’ouest de Casier Barrage, au niveau de la mare derrière le vieux

bâtiment qui est à proximité des pompes napoléoniennes et au niveau des

canaux du Casier Nord. L’écoute nocturne a été la principale méthode de

détection bien que quelques contacts visuels ont été réalisés. Ces faibles

effectifs peuvent s’expliquer par une pression de prédation élevée sur les

œufs, larves et juvéniles, dû à la pullulation d’écrevisses américaines

(Orconectes limosus) et de Louisiane (Procambarus clarkii) ainsi qu’une importante population de

poissons.

La Grenouille agile au sein de l’aire d’étude

Des vieilles pontes ont été observées dans la mare derrière le bâtiment à

proximité des pompes napoléoniennes. Un individu adulte a été contacté en

déplacement au niveau du portail des gîtes à l’est du Casier Central. Comme dit

précédemment, l’effort de prédation exercé sur les amphibiens peut expliquer la

faible population de Grenouille agile.

La Rainette verte au sein de l’aire d’étude

Un seul individu isolé a été contacté (contact auditif) au sud du Casier Barrage

au niveau d’un roncier sans doute en déplacement. Aucun autre contact n’a été effectué dans les

différentes zones d’études.

La Rainette méridionale au sein de l’aire d’étude

Plusieurs chœurs ont été répertoriés ainsi que des individus isolés. En début

de prospection, l’essentiel de l’effectif était situé dans des zones connexes à

l’aire d’étude et notamment sur des tonnes de chasse à l’ouest du Casier

Nord et sur des mares privées à l’ouest du Casier Burret. Un petit chœur ainsi

que des individus isolés ont été contactés à l’ouest du Casier Barrage. En fin

de période de prospection un chœur de plus de cent vingt individus, s’étalant

sur pratiquement deux kilomètres a été constaté au niveau de la deuxième

partie de la digue ouest et la première partie de la digue sud du Casier

Barrage (avec comme point de départ la maison d’accueil). Cette espèce est

l’espèce dominante sur l’aire d’étude. La disparité de la répartition de l’effectif sur le marais peut

s’expliquer par l’effort de prédation ainsi que des milieux peu favorables (faiblement végétalisés)

notamment sur le casier central. (cf. Carte 29 : habitats de reproduction).

La Crapaud commun au sein de l’aire d’étude

Un seul individu en déplacement a été contacté au niveau de la digue ouest du

Casier Barrage. Aucun autre contact n’a été effectué dans les différentes

zones d’études, que cela soit à l’état adulte ou larvaire (tétard).

Le Triton palmé au sein de l’aire d’étude

Seul deux individus ont été contactés en dehors de l’aire d’étude concernée par les aménagements. Le

lieu de contact est une mare située à l’est du casier central, devant les gîtes sur la parcelle de pâture des

bovins de race « Highland cattle ». L’accès aux différents casiers pour le Triton paraît assez difficile de par

la présence des canaux de ceinture. De plus l’effort de prédation exercé ne permet pas à cette espèce

sensible à la prédation de s’implanter.

Le peuplement des amphibiens est donc moyennement diversifié sur le site, avec des effectifs par

espèces très faibles sauf localement (Rainette méridionale). L’effort de prédation exercé sur ce

peuplement pourrait être la principale cause de cet état. Cependant, les prospections ayant été faites lors

de la période de reproduction (la probabilité de contact étant meilleure), l’approche de l’analyse doit se

faire au niveau de l’unité écologique fonctionnelle des espèces. Le cycle des amphibiens se déroulant sur

trois phases (reproduction, estivage, hivernage), l’utilisation du site au cours de celles-ci doit-être prise en

compte (déplacements, estivage,…).

Bioévaluation des amphibiens

La Grenouille verte et la Grenouille agile sont très communes en Aquitaine (BERRONEAU, 2010). La

Rainette méridionale, le Triton palmé sont considérés comme des espèces communes en Aquitaine

(BERRONEAU, 2010), notamment avec des densités importantes en Gironde et en Dordogne pour la

Rainette méridionale. Quant à la Rainette verte, elle est moins présente que la Rainette méridionale avec

une possible absence du département du Lot-et-Garonne. Le Crapaud commun est aussi une espèce

commune en Aquitaine même si un manque de données subsiste dans le nord des Landes, le nord-est du

Lot-et-Garonne et le sud-est de la Gironde (BERRONEAU, 2010).

Plusieurs espèces bénéficiant d’une protection règlementaire ont été contactées au cours des

prospections. Ainsi la Grenouille agile, la Rainette méridionale et la Rainette verte sont protégées au titre

de l’article 2 de l’arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes d’espèces d’amphibiens et de reptiles

protégées en France et sont inscrites à l’annexe IV de la Directive Habitats dite « faune-flore ». Leurs

milieux de vie sont strictement protégés. La Triton palmé et le Crapaud commun sont protégés au titre de

l’article 3 et le complexe grenouille verte au titre de l’article 5 de l’arrêté du 19 novembre.

Les amphibiens représentent une contrainte règlementaire pour le projet d’aménagement.

Figure 37 : ©Jean Cassaigne /

BIOTOPE 2011

Figure 38 : ©Philippe Legay /

BIOTOPE 2011

Figure 39 : ©Philippe Legay /

BIOTOPE 2011

Figure 40 : ©Philippe Legay /

BIOTOPE 2011

Page 130: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 130

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

DH : Directive Habitat Habitats. Annexe II (An.2) : espèces animales et végétales d’intérêt communautaire dont la

conservation nécessite des zones spéciales de conservation. Annexe IV (An.4) : espèces animales et végétales

strictement protégées. Annexe V (An.5) : espèces animales d’intérêt communautaire dont le prélèvement dans la

nature et l’exploitation sont susceptibles de faire l’objet de mesures de gestion.

PN : Protection nationale (arrêté du 19 novembre 2007 fixant la liste des amphibiens et reptiles protégés sur

l’ensemble du territoire)

LRN : liste rouge nationale

ZNIEFF : zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (présence dans les listes déterminantes)

Carte n°37, 38 : observations des espèces d’amphibiens – habitats de reproduction de la Rainette méridionale

Tableau 10 : Statut des espèces contactées au sein de

l’aire d’étude

Nom

français Nom latin PN DH LRN

Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Les anoures

Grenouille

verte

Pelophylax

kl

esculentus

Art.5 An V LC - faible

Grenouille

rieuse

Pelophylax

ridibundus Art.5 An V LC - faible

Grenouille

agile

Rana

dalmatina Art.2 An IV LC - moyen

Rainette

méridionale

Hyla

meridionalis Art.2 An IV LC - moyen

Rainette

verte

Hyla

arborea Art.2 An IV LC

Toutes

données moyen

Crapaud

commun Bufo bufo Art.3 - LC faible

Les urodèles

Triton

palmé

Lissotriton

helveticus Art.3 - LC - moyen

Tableau 11 : Légende des abréviations de la liste rouge

LISTE ROUGE FRANCE

E EN DANGER

VU VULNERABLE

NT QUASI MENACEE

LC PREOCCUPATION MINEURE

Page 131: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 131

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 132: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 132

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Reptiles

Sept espèces de reptiles ont été contactées au sein de l’aire d’étude. Il s’agit du Lézard des murailles

(Podarcis muralis), du Lézard vert occidental (Lacerta bilineata), de la Couleuvre à collier (Natrix natrix),

de la Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus), de la Couleuvre d’esculape (Zamenis longissimus),

la Cistude d’Europe (Emys orbicularis) et la Trachémyde écrite (Trachemys scripta elegans / Trachemys

scripta scripta) avec les deux sous-espèces.

Le Lézard des murailles au sein de l’aire d’étude

Le Lézard des murailles a été observé sur l’ensemble de l’aire d’étude avec des

effectifs plus élevés sur l’ensemble de la digue ouest et sud du Casier Barrage

et le début de la digue ouest du Casier central.

Le Lézard vert occidental au sein de l’aire d’étude

Pour le Lézard vert occidental la majeure partie de l’effectif se situe sur la

digue ouest et sud du Casier Barrage avec des effectifs bien plus élevés au

niveau de la digue ouest. Des dizaines d’individus ont été contactés avec la

présence d’adultes (mâles et femelles) et de juvéniles. A contrario très peu

d’individus ont été contactés (2 mâles adultes et deux juvéniles) sur la digue

nord du Casier Burret. Ces individus ont été observés en fin de période de

prospection (après de nombreux passages) démontrant une faible

abondance et donc une probabilité de détection faible.

Le peuplement des sauriens est représenté par les deux espèces, qui présentent une présence peu

homogène sur le site avec des densités parfois élevées. Les digues qui sont largement concernées par le

plan d’aménagement, représentent pour les lézards un élément très important de leur unité fonctionnelle

écologique (terrain de chasse, thermorégulation, déplacement, ponte). Elles représentent donc un enjeu

fort pour ces deux espèces.

La Couleuvre à collier au sein de l’aire d’étude

Quatre Couleuvres à collier ont été contactées sur l’aire d’étude. Un

individu au niveau de la digue sud du Casier Nord, deux au niveau de la

digue est du Casier Barrage dans le canal de ceinture en chasse ainsi

qu’un juvénile en chasse au niveau des pompes napoléoniennes,

derrière les vieux bâtiments (maison Bachacou) dans la petite mare.

La Couleuvre verte et jaune au sein de l’aire d’étude

Une dizaine de Couleuvres verte et jaune ont été contactées. Trois individus

au niveau du pont de la Maison d’accueil (à maintes reprises) en

thermorégulation. Une en chasse au niveau de la digue sud du Casier

Barrage, deux en accouplement au niveau de la digue est. Un individu au

niveau de la digue ouest du Casier Central et un au niveau de la digue ouest

et nord du Casier Burret en thermorégulation

La Couleuvre d’esculape au sein de l’aire d’étude

Au moins deux observations (dont un jeune) ont été faites sur le Marais d’Orx. Un individu a été contacté,

au niveau de la digue nord du Casier Burret. L’individu a été trouvé mort sur la partie supérieure de la

digue. Les prospections font ressortir que la Couleuvre d’esculape est une espèce rare sur le Marais

d’Orx.

Outre les espèces citées précédemment, le site peut accueillir potentiellement trois espèces : la Couleuvre

vipérine (Natrix maura), la Coronelle girondine (Coronella girondica) et la Vipère aspic (Vipera aspis).

Le peuplement ophidiologique avéré est peu diversifié, avec la dominance d’une espèce qui est la

Couleuvre verte et jaune. Les digues qui sont largement concernées par le plan d’aménagement et

représentent pour les serpents un élément très important de leur unité fonctionnelle écologique (terrain de

chasse, thermorégulation, déplacement, ponte).

La Cistude d’Europe au sein de l’aire d’étude

La Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx présente une

importante population de Cistude d’Europe. Un suivi de l’espèce a été

effectué de 2005 à 2008 (voir tableau ci-dessous) dans le cadre du

programme « étude et conservation de la Cistude en Aquitaine ». Cette

étude a permis de mettre en exergue le dynamisme de la population de

par sa reproduction effective et l’occupation du site par l’espèce répartie

sur l’ensemble de son cycle biologique (reproduction, ponte, hivernage).

Cette étude a montré l’importante population de Cistude d’Europe qui

fréquente la réserve et ses abords. L’action des gestionnaires de la

réserve de l’arrachage des herbiers de Jussie (espèce exotique

invasive) a eu un effet sur l’occupation du site de la Cistude d’Europe qui s’est reportée sur des zones

périphériques. La Cistude d’Europe représente un enjeu national élevé de par la destruction des zones

humides et la compétition engendrée par la présence de la Trachémyde écrite (tortue de Floride), espèce

exotique. En région Aquitaine, un programme d’étude et de conservation de la Cistude d’Europe a été mis

en place de 2004 à 2009 afin de combler un manque d’information et de connaissance concernant les

exigences et les besoins de l’espèce en Aquitaine. Au sein de l’aire d’étude, les effectifs les plus

Figure 45 : ©T. Luzzato / BIOTOPE 2011

Figure 43 : ©P. Legay / BIOTOPE

2011

Figure 42 : ©T. Luzzato / BIOTOPE 2011

Figure 41 : ©T. Luzzato / BIOTOPE

2011

Figure 44 : ©J. Cassaigne /

BIOTOPE 2011

Page 133: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 133

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

importants de Cistude d’Europe ont été observés au niveau de la partie ouest du Casier Barrage. Elle a

été observée également au niveau du canal de ceinture du Casier Barrage sur la partie sud et ouest, en

thermorégulation. Lors de niveaux d’eau bas du Casier Barrage, des individus ont été observés en

thermorégulation sur d’anciens chemins agricoles au centre du casier. De nombreux solarium (le plus

souvent des arbres morts) sont à la disposition de l’espèce favorisant sa présence. Un individu isolé a été

observé sur la partie ouest du Casier Central. A plusieurs reprises des juvéniles ont été observés dans

une petite mare appelée « nurserie » située en contrebas de la digue ouest du Casier Barrage (Yohann

Montané, com. pers.). Les digues du Casier Barrage étant des zones potentielles de pontes, elles

représentent un enjeu important pour l’espèce vis-à-vis du projet.

Tableau bilan des sessions de CMR (Capture Marquage Recapture)

Année Nombre de captures Nombre de mâles Nombre de femelles

2005 61 29 32

2006 38 22 16

2007 28 20 8

TOTAL 127 71 56

Source : RNN du Marais d’Orx

Le peuplement des chéloniens (ordre de la classe des reptiles dont les tortues font partie) représenté par

les deux espèces, présente une répartition très inégale avec une concentration sur le Casier Barrage. Les

digues qui sont largement concernées par le plan d’aménagement (notamment celles du Casier Barrage),

représentent pour la Cistude d’Europe un élément très important de son unité fonctionnelle écologique

(déplacement, ponte). L’aménagement des digues sera l’enjeu central pour cette espèce et pour le projet

dans sa globalité.

Bioévaluation des reptiles

La Couleuvre à collier est une espèce qui est commune et qui se rencontre partout en Aquitaine

(BERRONEAU, 2010). La taxonomie subspécifique compte 5 sous-espèces (validées) dont Natrix natrix

helvetica qui est la sous espèce présente en Aquitaine. La Couleuvre verte et jaune est présente partout

en Aquitaine et c’est le serpent le plus commun (BERRONEAU, 2010). La Couleuvre d’esculape est

principalement présente dans les zones humides d’arrière dune, dans les forêts de Dordogne et les

vallées des Pyrénées-Atlantiques (BERRONEAU, 2010), cette espèce est plus rare que les deux

précédentes. Pour les espèces potentielles, la Couleuvre vipérine est a priori présente dans une grande

partie des cours d’eau d’Aquitaine mais sa répartition est mal connue et doit-être affinée en Gironde, Lot-

et-Garonne et Landes (BERRONEAU, 2010). La Coronelle girondine semble présente sur l’ensemble

des départements de l’Aquitaine (BERRONEAU, 2010) mais les données sont rares. La Vipère aspic

semble présente sur l’ensemble des départements aquitains, mais les données sont plutôt rares, à

l’exception du milieu dunaire et de l’est des Pyrénées-Atlantiques où elle est abondante sur les reliefs

(BERRONEAU, 2010). Le Lézard des murailles est une espèce très commune en Aquitaine, c’est

certainement le reptile le plus fréquent de la région. Le Lézard vert occidental se rencontre partout en

Aquitaine sauf à haute altitude (BERRONEAU, 2010). Il semblerait absent du nord des Landes et de

l’ouest du Lot-et-Garonne. La Cistude d’Europe est présente dans les cinq départements mais avec des

densités très variables (BERRONEAU, 2010). Elle colonise surtout l’est de la Dordogne et du Lot-et-

Garonne, la vallée de l’Adour dans les Pyrénées-Atlantiques et les marais du littoral Atlantique. La

Trachémyde écrite qui est une espèce introduite et envahissante probable, est présente dans les cinq

départements où elle colonise tous les grands réseaux hydrographiques. On trouve deux sous-espèces,

Trachémyde à tempes rouges (Trachemys scripta elegans) et la Trachémyde à tempes jaunes (Trachemys

scripta scripta). Sa reproduction est effective dans la région.

Les reptiles présentent une contrainte règlementaire pour le projet d’aménagement

Figure 47 : Cistude d’Europe en ponte sur la digue sud

du Casier Barrage, ©Philippe Legay / BIOTOPE 2011

Page 134: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 134

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Espèces en gras : espèces avérées sur le site

Espèces caractère normal : espèces potentielles

Carte n°39, 40 et 41 : observations des espèces de reptiles, habitat de la Cistude d’Europe et zone

potentielle de ponte de la Cistude d’Europe.

Tableau 12 : statut des espèces contactées et potentielles au

sein de l’aire d’étude

Nom français Nom latin PN DH LRN Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Les ophidiens

Couleuvre à

collier

Natrix

natrix Art.2

An

IV LC - faible

Couleuvre

verte et

jaune

Hierophis

viridiflavus Art.2

An

IV LC - faible

Couleuvre

d’esculape

Zamenis

longissimus Art.2

An

IV LC

Toutes

données moyen

Couleuvre

vipérine Natrix maura Art.3 - LC - moyen

Coronelle

girondine

Coronelle

girondica Art.3 - LC

Populations

de plaine fort

Vipère aspic Vipera aspis Art.4 - LC - moyen

Les chéloniens

Cistude

d’Europe

Emys

orbicularis Art.2

An II

et IV NT

Populations

permanentes fort

Les sauriens

Lézards des

murailles

Podarcis

muralis Art.2

An

IV LC - faible

Lézard vert

occidental

Lacerta

bilineata Art.2

An

IV LC - faible

Page 135: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 135

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 136: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 136

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.10 Les insectes

L'analyse de l'état initial pour l'entomofaune (populations d'insectes) a porté sur 4 taxons principaux,

pouvant présenter un intérêt patrimonial et/ou une contrainte réglementaire :

Rhopalocères (papillons de jour)

Odonates (libellules et demoiselles)

Orthoptères (sauterelles et criquets)

Coléoptères saproxylophages patrimoniaux (se nourrissant de bois mort)

Au total, ce sont 16 espèces de Rhopalocères, 19 espèces d'Odonates, 11 espèces d'Orthoptères et 3

espèces de Coléoptères dont 1 saproxylophage qui ont été contactées sur l'aire d'étude.

Parmi ces espèces, 10 présentent un intérêt patrimonial et/ou une contrainte réglementaire.

L'ensemble du cortège des Rhopalocères est considéré comme relativement commun et ne présente pas

d'intérêt particulier. En revanche, le personnel gestionnaire de la réserve a effectué des prospections

spécifiques au printemps 2011 et a mis en évidence la présence du Cuivré des marais (Lycaena dispar)

sur les prairies humides du marais nord (1 individu observé, Yohann Montané, comm. pers.). La situation

de l'observation permet de dire que l'espèce ne sera pas impactée par le projet d'aménagement.

Le cortège des Odonates se compose d'espèces généralement peu exigeantes et pouvant s'accommoder

des divers milieux présents sur le Marais d'Orx, comme fossés et cours d'eau lentiques, plans d'eau riches

en végétation aquatique. L'Agrion de Mercure a été recensé uniquement à proximité d’une zone

présentant des alignements de fossés au sein de prairies humides. Sa situation ne devrait pas être

impactée par le projet d'aménagement qui ne prévoit pas l'installation de structures sur ce secteur (digue

ouest Casier Central).

Un cortège d'Orthoptères hygrophiles a été découvert sur les digues et les prairies humides, intéressant

tant par sa diversité que par les effectifs relativement importants qui ont été recensés.

De nombreux restes de Lucane cerf-volant prédatés ont été découverts sur les digues. L'espèce semble

présente en abondance sur les pourtours boisés de la réserve. Bien que non contacté lors des périodes

de prospection, le Grand Capricorne (Cerambyx cerdo) peut être considéré comme une espèce potentielle

sur l'aire d'étude en raison de sa grande occurrence en Aquitaine et dans les Landes. Les aménagements

prévus ne devraient pas impliquer la destruction d'arbres-gîtes potentiels.

Odonates

1. Les zygoptères (demoiselles)

Lors des prospections de terrain, 10 espèces de zygoptères ont été contactées. L’Ischnure élégante

(Ischnura elegans), l’Agrion porte-coupe (Enallagma cyathigerum), l’Agrion de mercure (Coenagrion

mercuriale), l’Agrion orangé (Platycnemis acutipennis), l’Agrion blanchâtre (Platycnemis latipes), l’Agrion

jouvencelle (Coenagrion puella) le Caloptéryx occitan (Calopteryx xanthostoma), et le Calopteryx

hémorroïdal (Calopteryx haemorrhoidalis), la Nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula), le Leste

brun (Sympecma fusca).

L’Agrion de mercure au sein de l’aire d’étude

Deux individus de cette espèce ont été contactés au début de la digue ouest

du Casier Central. Cette faible densité s’explique par la préférence de cette

espèce pour les petits cours d’eau, fossés, légèrement courant et bien

végétalisés. La présence de fossés dans la prairie près de l’espace Béziers

peut expliquer ce contact. Il est possible que le canal de ceinture soit utilisé

par l’espèce bien que sa préférence se porte sur des eaux de qualité et

courantes. L’espèce a été observée au stade adulte mature, ne permettant

pas d’affirmer qu’elle se reproduit sur site.

Le Calopteryx hémorroïdal au sein de l’aire d’étude

Un seul individu (1 femelle) a été contacté au niveau de la digue Nord du Casier Burret. Le marais n’est

pas un milieu favorable à cette espèce qui se reproduit dans des eaux limpides, propres et bien

oxygénées, non polluées et à courant assez rapide.

Le peuplement de zygoptères est moyennement diversifié. Mis à part l’Ischnure élégante et l’Agrion

blanchâtre, toutes les autres espèces présentent des densités faibles. On observe une diversité maximale

au niveau du Casier Burret qui peut s’expliquer par la végétation des digues, du canal de ceinture et de

l’étang. Le Casier Barrage présente une diversité et des densités très faibles qui peuvent s’expliquer par

son manque et sa différence de végétalisation de la strate herbacée des digues. Les digues jouent un

rôle important dans le cycle biologique des zygoptères, elles procurent des postes de cache nocturne, de

thermorégulation, de chasse et de rencontre d’un partenaire pour la reproduction. L’aménagement des

digues est donc à prendre en compte.

Figure 48 : ©Jean Cassaigne /

BIOTOPE 2011

Page 137: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 137

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Bioévaluation des zygoptères

L’Agrion de mercure est commun en Aquitaine et notamment dans les Landes (GRAND & al., 2006) avec

une densité plus forte en Gironde et assez rare en Lot-et-Garonne. Le Caloptéryx hémorroïdal est

commun en Aquitaine. A noter que cette espèce, en France, est présente au sud d’une ligne Angoulême-

Lyon (GRAND & al., 2006). Une seule espèce fait l’objet d’une protection règlementaire, l’Agrion de

mercure qui figure sur la liste des espèces d’insectes protégés au titre de l’article 3, de l’arrêté du 23 avril

2007. Cette espèce bénéficie d’une protection communautaire en étant inscrite en annexe II de la

Directive Habitat du 21 mai 1992. Cependant la nature des travaux du plan d’aménagement ne sont pas

de nature à impacter les individus ou l’habitat d’espèce.

L’Agrion de mercure ne présente pas une contrainte règlementaire pour le projet d’aménagement.

Tableau 13 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire d’étude

Nom

français Nom latin PN DH LRN

Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Les zygoptères

Agrion de

mercure

Coenagrion

mercuriale Art.3

An

II E oui fort

Caloptéryx

hémorroïdal

Calopteryx

haemorrhoidalis - - - oui faible

Carte n°42 : observations des espèces de zygoptères

Page 138: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 138

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

2. Les Anisoptères (libellules)

Au sein de l’aire d’étude 9 espèces d’anisoptères ont été contactées. L’Anax empereur (Anax imperator),

la Libellule déprimée (Libellula depressa), la Libellule fauve (Libellula fulva), la Libellule à quatre taches

(Libellula quadrimaculata), l’Orthétrum à stylets blancs (Orthetrum albistylum), l’Orthétrum bleuissant

(Orthétrum coerulescens), l’Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum), le Sympétrum de fonscolombe

(Sympetrum fonscolombii), le Crocothémis écarlate (Crocothemis erythrae).

La Libellule fauve au sein de l’aire d’étude

La Libellule fauve n’a été contactée sur le Casier Burret au niveau de la

digue nord. Huit individus ont été contactés dont 5 mâles et 3 femelles.

Sur la petite mare au niveau des pompes napoléoniennes (derrière les

vieux bâtiments) deux mâles ont été contactés. Le site étant favorable et

les observations de mâles et de femelles sur site en période de

reproduction, indiquent une forte probabilité que l’espèce se reproduise

sur site.

La Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii), l’Aeschne affine (Aeschna affinis) et l’Aeschne isocèle

(Aeschna isoceles) sont trois espèces d’anisoptères potentiellement présentes sur le site du Marais d’Orx,

leur présence étant signalée sur les listes d’inventaires ZNIEFF « Marais d’Orx et zones humides

associées ». La Cordulie à corps fin présente un intérêt patrimonial particulier.

Le peuplement des anisoptères est moyennement diversifié. Le Crocothémis écarlate, la Libellule fauve

sont les plus abondants. Les différents Orthétrums présentent une abondance moindre mais à peu près

équivalente entre eux. Les autres espèces ont une abondance faible. Comme pour les zygoptères, la

diversité est la plus grande sur le Casier Burret pour les mêmes facteurs écologiques décrits pour les

zygoptères. Les digues jouent un rôle important dans le cycle biologique des anisoptères, elles procurent

des postes de cache nocturne, de thermorégulation, de chasse et de rencontre d’un partenaire pour la

reproduction. L’aménagement des digues est donc à prendre en compte.

Bioévaluation des anisoptères

La Libellule fauve est une espèce commune en Aquitaine (GRAND & al., 2006).

La Cordulie à corps fin est une espèce assez commune dans la région méditerranéenne et sur la façade

atlantique et notamment dans les Landes (GRAND & al., 2006). L’Aeschne affine est localement

abondante dans une large moitié sud-ouest mais est de plus en plus fréquente et abondante dans le nord-

est (GRAND & al., 2006). L’Aeschne isocèle est plutôt présente dans une moitié est de la France. Elle est

assez rare sur la façade atlantique et notamment dans les Landes (GRAND & al., 2006).

Seule la Cordulie à corps fin présente une protection réglementaire. Cependant la nature des travaux

du plan d’aménagement ne sont pas de nature à impacter les individus ou l’habitat d’espèce.

Tableau 14 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire

d’étude

Nom français Nom latin PN DH LR

N

Déterminant

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Les anisoptères

Libellule fauve Libellula fulva - - - oui moyen

Cordulie à

corps fin

Oxygastra

curtisii

Art.

2

An

. II

et

IV

vu oui fort

Aeschne

affine Aeschna affinis - - vu oui moyen

Aeschne

isocèle

Aeschna

isoceles - - vu oui fort

Espèces en gras : espèces avérées sur le site mais contactées antérieurement à l’étude

Espèce caractère normal : espèces contactées lors de la phase terrain de l’étude d’impact

Carte n°43 : observations des espèces d’anisoptères

Libellule fauve (Libellula fulva) immature.

Les canaux de ceinture riches en végétation aquatique conviennent bien aux exigences écologiques de cette espèce déterminante en Aquitaine.

Figure 49 : photo prise sur site © T. Luzzato / Biotope 2011.

Page 139: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 139

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 140: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 140

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les Lépidoptères

Au sein de l’aire d’étude 17 espèces de lépidoptères (papillons) ou plus précisément de rhopalocères

(papillons de jour) ont été contactées.

Le Tabac d’Espagne (Argynnis paphia), le Myrtil (Maniola jurtina), l’Azuré du trèfle (Everes argiades),

l’Azuré des nerpruns (Celestina argiolus), le Fadet commun ou Procris (Coenonympha pamphylus), le

Soucis (Colias crocea), le Tircis (Pararge aegeria), le Paon du jour (Inachis io), le Citron (Gonopteryx

rhamni), la Mélitée du plantain (Melitaea cinxia), le Vulcain (Vanessa atalanta), le Sylvain azuré (Limenitis

reducta), le Cuivré commun (Lycaena phlaeas), le Cuivré fuligineux (Lycaena tityrus), la Carte

géographique (Araschnia levana), le Thécla de la ronce (Callophris rubi) et l’Hespérie sylvaine (Ochlodes

venatus).

L’ensemble du cortège des rhopalocères (papillons de jour), composé d’espèces de lisières et de friches,

est considéré comme relativement commun et ne présente pas d’intérêt particulier. Seule l’observation du

Cuivré des Marais (Lycaena dispar) par le personnel de la réserve naturelle au niveau du Casier Nord sur

les prairies humides, présente un intérêt.

Le peuplement des lépidoptères est moyennement diversifié. Il ne présente aucune espèce à enjeu

particulier. Le Myrtil, la Mélitée du plantain ou encore le Tircis sont les plus abondants. Le Casier Burret

reste pour ce groupe le site le plus diversifié sans doute à cause d’un entretien moindre de la partie

supérieure de la digue. Comme pour les odonates, les digues jouent un rôle important dans le cycle

biologique des lépidoptères, elles contiennent des plantes hôtes, des plantes nectarifères, permettent la

rencontre de partenaires,… L’aménagement des digues est donc en prendre en compte.

Bioévaluation des lépidoptères

Le Cuivré des marais est une espèce localisé, en populations souvent faibles à très faibles. Il est plus

répandu dans certaines régions (Bresse, Quercy). Il est présent dans le département des Landes

(LAFRANCHIS, 2000). Les travaux effectués ne sont pas de nature à impacter les individus ou l’habitat

d’espèce.

Carte n°44 : observations des espèces de lépidoptères

Tableau 15 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire d’étude

Nom français Nom latin PN DH LRN déterminant

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Les lépidoptères

Le Cuivré des

marais Lycaena dispar Art. 2

An

II et

IV

E oui fort

Le Cuivré des marais (Lycaena dispar) espèce protégée, est présent en faible

effectif sur le marais nord

Figure 50 : photo prise hors site © T. Luzzato / Biotope 2011.

Page 141: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 141

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 142: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 142

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les Coléoptères

Concernant ce groupe, la présence du Lucane cerf-volant est à signaler. De nombreux restes de

carapaces ont été trouvés sur la digue ouest du Casier Burret. Les boisements de feuillus limitrophes du

marais doivent abriter une population. On note la présence en grand nombre au niveau du Casier Burret

de la Hoplie bleue (Hoplia coerulea) dont le mâle est d’un bleu vif (cf. photo). Un individu de Hanneton

foulon (ou Hanneton des pins) a été contacté.

Bien que non contacté lors des périodes de prospection, le Grand capricorne (Cerambyx cerdo), espèce

protégée de coléoptères saproxyliques (se nourrissant de bois mort ou dépérissant), peut être considérée

comme potentielle sur l’aire d’étude en raison de sa grande occurrence en Aquitaine et dans les Landes.

Les aménagements prévus ne devraient pas impliquer la destruction d’arbres-gîtes potentiels.

Le Lucane cerf-volant au sein de l’aire d’étude

Les restes de mâles adultes ont été trouvés en grand nombre (restes de prédation) sur la digue nord du

Casier Burret. Les boisements de feuillus limitrophes du marais présentent les potentialités d’accueil pour

l’espèce. Elle doit probablement s’y reproduire.

Bioévaluation des coléoptères

Le Lucane cerf-volant est une espèce répandue en France et assez abondante bien que localement des

populations subissent de fortes régressions. Le Grand capricorne est une espèce commune dans le sud

de la France (du CHATENET, 2000).

Tableau 16 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire d’étude

Nom

français Nom latin PN DH LRN

Déterminant

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Les coléoptères

Lucane

Cerf-volant

Lucanus

cervus -

An

II - - fort

Grand

capricorne

Cerambyx

cerdo Art. 2

An

II et

IV

- oui fort

Espèces en gras : espèces avérées sur le site

Espèce caractère normal : espèces potentielles

Figure 52 : femelle de Hanneton foulon sur le

Casier Barrage, © Philippe Legay - BIOTOPE

Figure 53 : mâle de Hoplie

bleuedigue nord du Casier Burret,

© Jean Cassaigne - BIOTOPE

Figure 51 : restes du Lucane cerf-volant sur le

Casier Burret, © Jean Cassaigne - BIOTOPE

Page 143: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 143

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les orthoptères

Concernant les orthoptères, 9 espèces sont à noter. Le Criquet ensanglanté (Stetophyma grossum), le Criquet tricolore (Paracinema tricolor), le Criquet des roseaux (Mecostethus parapleurus), l’Oedipode émeraudine (Ailopus thalassinus), la Decticelle Aquitaine (Zeuneriana abbreviata), la Grande sauterelle verte (Tettigonia veridissima), le Gonocéphale gracieux (Ruspolia nitidula), le Grillon champêtre (Gryllus campestris) et la Courtilière commune (Gryllotalpa gryllotalpa). Un cortège d’orthoptères hygrophiles (caractéristiques des milieux humides), dont 4 espèces déterminantes en Aquitaine, a été découvert sur les digues et les prairies humides. Intéressant tant par sa diversité que par les effectifs importants qui ont été recensés. Les populations de Criquet tricolore notamment sont importantes, ce qui est remarquable étant donné son statut défavorable en liste rouge, puisqu’il est considéré comme « fortement menacé d’extinction ».

Le Criquet ensanglanté au sein de l’aire d’étude

Cette espèce a été contactée uniquement dans la prairie humide au nord de l’espace Béziers. Les

données obtenues permettent de dire que l’espèce se reproduit sur site.

Le Criquet tricolore au sein de l’aire d’étude

Cette espèce a été contactée uniquement dans la prairie humide au nord de l’espace Béziers. Les

données obtenues permettent de dire que l’espèce se reproduit sur site.

Le Criquet des roseaux au sein de l’aire d’étude

Cette espèce a été contactée uniquement dans la prairie humide au nord de l’espace Béziers. Les

données obtenues permettent de dire que l’espèce se reproduit sur site.

L’Oedipode émeraudine au sein de l’aire d’étude

Cette espèce a été contactée uniquement dans la prairie humide au nord de l’espace Béziers. Les

données obtenues permettent de dire que l’espèce se reproduit sur site.

La Decticelle d’Aquitaine au sein de l’aire d’étude

Cette espèce a été contactée uniquement dans la prairie humide au nord de l’espace Béziers. Les

données obtenues ne permettent pas de dire que l’espèce se reproduit sur site.

La Courtilière commune au sein de l’aire d’étude

L’espèce a été contactée sur deux sites de l’aire d’étude. Au niveau de la prairie du Casier Nord et de la

digue nord du Casier Burret. Les données obtenues permettent de dire que l’espèce se reproduit sur site.

Espèces composant le cortège d’Orthoptères hygrophiles (caractéristique des milieux humides).

Bioévaluation des orthoptères

Le Criquet ensanglanté, bien que disséminé un peu partout sur le territoire français, reste une espèce

localisée et rarement très commune (BELLMAN & LUQUET, 2009). En Aquitaine, il est absent du Lot-et-

Garonne et n’a plus été mentionné dans le département de la Gironde depuis très longtemps (BELLMAN

& LUQUET, 2009). Cette espèce a beaucoup déclinée durant les dernières décennies (destruction de ses

biotopes électifs) et fait partie des orthoptères gravement menacé d’extinction. Il est de sorte un excellent

indicateur de l’intégrité des milieux (BELLMAN & LUQUET, 2009).

Le Criquet tricolore est présent sur tout le littoral atlantique et méditerranéen. Il est mentionné

Figure 54 : Oedipode

émeraudine Aiolopus

thalassinus

Figure 55 : Criquet des

roseaux Mecosthetus

parapleurus

Figure 56 : Criquet

ensanglanté

Stethophyma grossum

Figure 57 : Criquet

tricolore Paracinema

tricolor

Figure 58 : Decticelle

d’Aquitaine Zeuneriana

abbreviata

(Prise hors site)

En gras : espèces déterminantes en

Aquitaine.

Photos prises sur site © T. Luzzato / Biotope

2011.

Page 144: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 144

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

sporadiquement à l’intérieur du pays (BELLMAN & LUQUET, 2009).

Le Criquet des roseaux a été mentionné dans de nombreux départements situés au sud d’une ligne de

l’embouchure de la Seine à Strasbourg ainsi que le département de la Moselle (BELLMAN & LUQUET,

2009). Il est éteint de l’extrême sud-est (BELLMAN & LUQUET, 2009). En Aquitaine le département du

Lot-et-Garonne reste vierge de toutes données. Avec la destruction généralisée des milieux humides,

l’espèce n’a cessé de régresser ces dernières décennies (BELLMAN & LUQUET, 2009).

L’Oedipode émeraudine qui avant été signalée çà et là du Midi jusqu’au Bassin parisien et à l’Alsace, a

considérablement étendu son aire de répartition durant la dernière décennie atteignant le Finistère, le

Cotentin, le Val-d’Oise (BELLMAN & LUQUET, 2009).

La Decticelle Aquitaine est une espèce endémique présente dans 5 départements du sud-ouest (Les

Landes, les Pyrénées-Atlantiques, le Gers, les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne). C’est une espèce

commune dans les Landes et non menacée en l’état actuel des connaissances.

La Courtilière commune est une espèce en régression. Absente de la zone méditerranéenne. En

Aquitaine, elle n’est pas signalée dans le département des Landes mais cela peut-être en raison de

connaissances lacunaires.

Aucun des orthoptères recensés ne fait l’objet d’une protection réglementaire.

Tableau 17 : Statut des espèces contactées au sein de l’aire d’étude

Nom français Nom latin PN DH LRN

Statut

ZNIEFF

(DT)

Intérêt

patrimonial

Les orthoptères

Criquet

ensanglanté

Stetophyma

grossum - - 3 oui fort

Criquet

Tricolore

Paracinema

tricolor - - 2 oui fort

Criquet des

roseaux

Mecostethus

parapleurus - - 3 oui fort

Oedipode

émeraudine

Ailopus

thalassinus - - 4 oui moyen

Decticelle

aquitaine

Zeuneriana

abbreviata - - 4 oui fort

Courtilière

commune

Gryllotalpa

gryllotalpa - - 3 oui moyen

Carte 45 : habitats des orthoptères patrimoniaux

Liste rouge nationale

1 : espèce proche de l’extinction ou déjà éteinte

2 : espèce fortement menacée d’extinction

3 : espèce menacée à surveiller

4 : espèce non menacée en l’état actuel des connaissances

Page 145: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 145

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.11 L’ichtyofaune

Au vu des informations déjà disponibles et des sensibilités que présentent ce groupe par rapport au projet,

il n’a pas été réalisé de pêches électriques ou de prospections spécifiques pour ce groupe.

Aussi, l’analyse des peuplements en présence a été réalisée à partir:

des résultats de pêches électriques effectuées sur le bassin versant du Boudigau dans le cadre du

contrat de rivière Bourret-Boudigau en 2000 ;

des résultats des échantillonnages au filet réalisés sur le marais par un stagiaire de la Réserve

Naturelle en 2005 ;

d’une consultation téléphonique auprès de Vincent Renard, de la Fédération Départementale des

Associations Agrées pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique des Landes (FDAAPPMA

40).

Le réseau hydrographique du Boudigau

Les résultats des pêches électriques réalisées à différents points du bassin versant font état de la

présence de plusieurs espèces à caractère patrimonial.

Sur l’ensemble du réseau hydrographique (aval et amont de la réserve), on note ainsi la présence de

l’Anguille européenne (Anguilla anguilla). D’autre part, il a été relevé dans le canal de Moussehouns la

présence de la Lamproie de rivière (Lampetra fluviatilis). La Lamproie marine (Petromyzon marinus),

bien qu’absente des échantillonnages par pêche électrique (technique d’échantillonnage peu adaptée à

l’espèce), est également présente de manière avérée sur le bassin versant (V. Renard, FDAAPPMA 40,

com. pers.). Ces 3 espèces sont des migrateurs amphihalins2, thalassotoques 3(cas de l’Anguille) et

potamotoques 4(cas des Lamproies marine et de rivière).

Par ailleurs, le Brochet (Esox lucius) fréquente les eaux calmes du canal du Moura Blanc (affluent du

canal de Burret) et demeure potentiel sur la plupart du réseau hydrographique du Boudigau.

Enfin, notons la présence de la Lamproie de Planer (Lampetra planeri) sur les principaux affluents des

canaux de ceinture (rû de Marsacq et canal du Moura Blanc).

Signalons également la présence d’espèces exogènes considérées comme invasives, à savoir la Perche

soleil (Lepomis gibbosus), le Poisson-chat (Ictalurus melas), la Gambusie (Gambusia affinis), ainsi que les

écrevisses de Louisiane (Procambarus clarkii) et américaine (Orconectes limosus). La liste complète des

espèces recensées dans le cadre des pêches électriques réalisées en 2000 est disponible en annexe 3.

Le plan d’eau

Des pêches au filet ont été réalisées par un stagiaire de la Réserve Naturelle sur la Casier Central en

2005. Ces pêches ont été effectuées sur 15 stations avec des filets (mailles 50, 60, 70) et des verveux.

Les résultats sont : 121 kg/ha comme densité avec 76kg de Carpe, 20kg d’Anguille, 11,5kg de Brème,

7,6kg de Gardon et 2kg de Poisson chat.

On relève dans le plan d’eau la présence de l’Anguille européenne, présente en amont et en aval, qui

trouve dans ces plans d’eau côtiers un milieu particulièrement favorable et une ressource alimentaire

2 Dont le cycle de vie comporte au moins une phase en eau douce et une phase en milieu maritime / estuarien 3 Dont la reproduction a lieu en milieu maritime 4 Dont la reproduction a lieu en eau douce

importante.

Bioévaluation des poissons

Bien que non protégée réglementairement à l’échelle nationale, l’Anguille est classée en danger critique

d’extinction (CR) sur la liste rouge nationale et revêt ainsi un caractère patrimonial très fort. Les

Lamproies de rivière et marine, respectivement classées vulnérables (VU) et quasi-menacées (NT) sur

la liste rouge, présentent un intérêt patrimonial fort.

La disparition des habitats de reproduction du Brochet (prairie inondables, bras morts, marais, etc.…) est

une des causes majeures du déclin actuel de cette espèce, classée vulnérable à l’échelle nationale.

L’espèce présente ainsi un intérêt patrimonial fort et des enjeux faibles à moyens car le marais présente

une population faible.

La dynamique actuelle de la Lamproie de Planer, bien que parfois abondante en tête de bassin, reste

assez mal connue à l’échelle de son aire de répartition. Le déclin progressif de la qualité de ses habitats

laisse néanmoins envisager un déclin probable chez cette espèce d’intérêt communautaire, qui présente

un intérêt patrimonial fort.

Notons que malgré des intérêts patrimoniaux forts à très forts selon les espèces, les enjeux sur

l’aire d’étude au vu du projet demeurent faibles. En effet, les aménagements en prévision ne sont pas

de nature à impacter l’ichtyofaune et ses habitats. Relevons néanmoins qu’il conviendra de s’assurer de

l’absence de toute pollution du milieu aquatique, de toute perturbation physique des cours d’eau et tout

aménagement de nature à impacter la continuité écologique au vu des espèces en présence.

Tableau 18 : statut des espèces avérées et potentielles au

sein de l’aire d’étude

Nom français Nom latin PN DH LRN Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Anguille

européenne

Anguilla

anguilla oui - CR

Toutes

données très fort

Lamproie de

rivière

Lampetra

fluviatilis oui

An

II VU

Toutes

données fort

Lamproie

marine

Petromyzon

marinus oui

An

II NT

Toutes

données fort

Brochet Esox lucius oui - VU Toutes

données fort

Lamproie de

Planer

Lampetra

planeri oui

An

II LC

Toutes

données fort

Page 146: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 146

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.12 Les mollusques

Espèces de mollusques recensés au sein du périmètre d’investigation

Les prospections ont été ciblées sur les mollusques terrestres protégés et/ou d’intérêt communautaire

potentiellement présents au sein du périmètre d'investigation. Un effort de prospection a donc été mis sur

les biotopes favorables à ces espèces (formations d’hélophytes et boisements frais et humides). La liste

des mollusques contactés n'est donc pas exhaustive et ne reflète pas complètement la diversité de la

malacofaune du périmètre d'investigation.

Espèces protégées et/ou patrimoniales

Au cours des prospections, aucune espèce de mollusque terreste protégée n’a été

contactée au sein du périmètre d'investigation.

Les milieux hygrophiles qui ont été investis sur l’aire d’étude ne sont que peu voire pas favorables aux

Vertigos. La plupart des formations d’hélophytes en bordure du marais notamment (formation de roseaux

phragmites) sont colonisées par des ronciers ou des Sureaux. Les boisements humides (hors peupleraies)

ne sont pas représentés sur l’aire d’étude, seuls quelques saules sont présents en ripisylve mais ils

n’abritent aucune espèce patrimoniale de mollusque.

Toutefois, 13 espèces de mollusques terrestres ont été recensées et identifiées lors des investigations sur

les milieux jouxtant la digue sud du Marais d’Orx. Certaines espèces recensées sont strictement inféodées

aux zones humides du marais telles que la Brillante commune (Cochlicopa lubrica), la Luisantine striée

(Nesovitrea hammonis), le Grand Luisant (Oxychilus draparnaudi) ou encore l’Ambrette élégante (Oxyloma

elegans elegans) observée sur les hélophytes (feuilles d’iris notamment). Les autres espèces sont plus

ubiquistes, voire même inféodées aux milieux thermo-xériques comme l’Hélicette chagrinée (Candidula

gigaxii) et le Petit moine (Monacha cartusiana) contactées en bordure de sentier.

Bioévaluation des mollusques

Compte tenu de la faible proportion d’habitat favorable potentiel aux espèces patrimoniales sur l’aire

d’étude et de l’absence d’observation d’espèce, aucune bioévaluation, même potentielle ne sera effectuée.

V.3.13 Les mammifères

Les Mammifères terrestres et les Chiroptères (chauves-souris) n'ont pas fait l'objet d'inventaire spécifique.

L’ensemble des observations d’individus ou d’indices de présence (cadavres, empreintes, déjections,

restes de repas, dégâts visibles sur le milieu, etc.) réalisées au cours des prospections relatives aux

autres groupes faunistiques et floristiques ont été notées et analysées. Étant donné le contexte du site

d'étude, l'effort de prospection s'est porté sur les Mammifères semi-aquatiques.

Concernant le groupe des mammifères, 8 espèces ont été contactées sur l’aire d’étude. Le Chevreuil

(Capreolus capreolus), le Sanglier (Sus scrofa), le Renard (Vulpes vulpes), la Fouine (Martes foina), le

Blaireau (Meles meles), le Campagnol amphibie (Arvicola sapidus), le Ragondin (Myocastor coypus) et la

Belette (Mustela nivalis).

Mammifères semi-aquatiques

L’étude des mammifères semi-aquatiques a été réalisée principalement aux mois de juillet et août qui

correspondent à la période de détection optimale des indices de présence, lorsque les niveaux d’eau sont

les plus faibles.

Elle s’est déroulée de jour par la recherche d’indices de présence (cadavres, empreintes, déjections,

restes de repas, dégâts visibles sur le milieu, etc.), essentiellement le long des digues et sur les canaux

de ceinture par prospection en canoë. Les prospections nocturnes ciblées sur d'autres groupes

faunistiques (Amphibiens) ont également permis de récolter des données d'observation de Mammifères.

Afin de détecter les marquages de la Loutre d’Europe (Lutra lutra), du Vison d'Europe (Mustela lutreola) ou

du Campagnol amphibie (Arvicola sapidus), les ponts et les zones de marquage potentielles (pierres et

souches à proximité des cours d'eau) ont été prospectés en priorité.

Aucun piège de capture n’a été installé sur le site. En revanche des pièges photographiques ont été posés

à certains endroits stratégiques pour maximiser les chances d’observation de ces espèces nocturnes et

très farouches.

Le but de la prospection par piège photographique était de déterminer la présence d'utilisation de l'habitat

par le Vison d’Europe et le Campagnol amphibie, notamment dans les zones soumises à l'aménagement,

côté marais (pièges 1 et 2, voir carte « localisation des pièges photographiques ») et éventuellement de

vérifier la présence du Vison d'Europe dans un habitat qui lui est favorable (piège 3).

Le site peut accueillir potentiellement le Vison d’Europe dont la présence sur le Marais d’Orx a été mise en

évidence grâce à une campagne de captures menée en 1999 – 2003 lors du premier plan national de

restauration. Les campagnes de piégeage ont permis la capture de 5 individus dont 1 juvénile. Il convient

de noter que pendant cette campagne de piégeage, la présence du Vison d’Amérique n’a pas été

confirmée. Aucune donnée récente ne permet d’attester leur présence et la pose de pièges-photos par

BIOTOPE en août 2011 n’a rien donné.

Concernant la Loutre, aucun indice de présence n’a jamais été relevé sur le site du Marais d’Orx.

Cependant, de par sa présence avérée sur le lac d’Yrieu qui est une zone humide connectée au Marais

d’Orx et la dynamique positive de sa population (recolonisation), la présence de la Loutre d’Europe sera

fort probablement avérée prochainement sur le site du marais d’Orx favorable à l’espèce.

Page 147: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 147

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Le Campagnol amphibie au sein de l’aire d’étude

L’espèce a été découverte sur le site de la réserve lors des prospections

de terrain. Au sein de l’aire d’étude, un individu a été contacté deux fois

(possibilité deux individus différents) au niveau du secteur des Pompes

Napoléoniennes sur le canal de ceinture, affairé à la confection de son

terrier. Sa présence sur cette localisation le rend sensible au projet

d’aménagement prévoyant des actions de débroussaillage au niveau

des pompes. De nombreux crottiers ont été identifiés tout le long du

canal de ceinture au niveau du Casier Barrage ainsi qu’une partie du

Casier Burret. Cette prospection ayant été effectuée en canoë avec

comme départ le pont du Casier Burret et comme point d’arrivée le

pont du secteur Béziers. Un crottier a également été identifié au niveau

du canal du Casier Nord situé sur une buse (cf. photo). Les données obtenues permettent de dire que

l’espèce se reproduit sur site. La détermination de la présence de l’espèce sur le Marais d’Orx a donné

lieu à une campagne de captures (menée par l’association Cistude Nature (33)) afin d’effectuer des

prélèvements génétiques pour analyses. Le Marais d’Orx est un site important pour l’espèce qui fait

actuellement l’objet d’une enquête nationale (SFEPM) afin de déterminer sa répartition et son statut. Il faut

noter que depuis octobre 2012 le Campagnol Amphibie est protégé au titre de l’arrêté modifiant l’arrêté du

23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités

de leur protection.

Carte 46 : observations de Campagnol amphibie

Figure 59 : ©Jean Cassaigne / BIOTOPE

2011

Page 148: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 148

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Bioévaluation des mammifères

Le Campagnol amphibie se trouve dans la Péninsule Ibérique et en France où il est absent des

départements de l’est, du nord et en Corse (EAUX ET RIVIERES DE BRETAGNE). Son abondance réelle

est cependant difficile à apprécier car il est difficile d’observer le Campagnol amphibie ou de trouver des

indices de présences (EAUX ET RIVIERES DE BRETAGNE). Aujourd’hui malgré le peu d’études

réalisées, tout laisse penser que l’espèce est en nette régression (raticides, concurrence avec le rat

musqué, prédation par le Vison d’Amérique et drainage des zones humides). Sa répartition sur le

département des Landes n’a pas été établie.

Le Vison d’Europe est uniquement présent sur la façade atlantique. Présent dans le sud des

départements de Charente-Maritime et de Charente ainsi que l’Aquitaine. Seuls sept départements sont

occupés par l’espèce. Certains secteurs se distinguent par le nombre d’observations et notamment les

marais des Landes (Courant d’Huchet). L’espèce subit une vague de régression continue, tranchée et

rapide. Ce phénomène de régression est considéré comme catastrophique (de BELLEFROID &

ROSOUX, 2005).

En France, la Loutre, autrefois présente sur l’ensemble du territoire sauf en Corse, a subi un important

déclin au cours du 20ème siècle, si bien qu’à la fin des années 80, l’espèce ne subsistait pratiquement

plus que le long de la façade atlantique et dans le Massif Central. Au cours des années 90, des

mouvements de recolonisation se sont amorcés avec notamment une progression en Bretagne et en

Loire-Atlantique et une reconnexion des populations du littoral atlantique et du Massif central (SFEPM).

Alors que dans les années 80, les populations de Loutre stables étaient présentes dans 10 départements

sur 94, en 2000, il y avait 23 départements occupés (LIFE Loutre).

Tableau 19 : Statut des espèces avérées et potentielles au sein de l’aire d’étude

Nom français Nom latin PN DH LRN

Statut

ZNIEFF

(DT)

Intérêt

patrimonial

Les mammifères

Campagnol

amphibie

Arvicola

sapidus Art.2 - NT - fort

Vison

d’Europe

Mustela

lutreola Art.2

An

II et

IV

E Oui fort

Loutre

d’Europe Lutra lutra Art.2

An

II et

IV

LC Oui fort

Espèces en gras : espèces avérées sur le site

Espèce caractère normal : espèces potentielles

Carte 47 : localisation des pièges photographiques

Page 149: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 149

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.3.14 Zoom sur l’observatoire avancé n° 2 du Casier Barrage

Contexte En août 2012, le projet de tracé de l’observatoire avancé n°2 situé sur le Casier Barrage a évolué afin de satisfaire les objectifs d’observation de l’avifaune, tout en garantissant leur quiétude grâce à un ponton flottant protégé rattaché à l’observatoire couvert. Dans ce contexte, des prospections complémentaires ont été réalisées (RNN) afin d’approfondir l’état des lieux représentatif de la faune présente sur cette zone. Situation de l’ancien tracé

Situation du nouveau tracé

Patrimoine naturel

Flore / habitats naturels Aucun nouveau type d’habitat et aucune espèce de flore patrimoniale ou protégée n’ont été découverts sur le nouveau tracé. Tous les habitats sont décris dans la partie habitat de l’état initial général. La zone est composée essentiellement de petites saulaies hygrophiles et de groupement à Jussie (espèce invasive problématique sur le marais). Cependant une nouvelle carte a été réalisée (voir ci-dessous). L’habitat d’intérêt communautaire Landes sèches européennes (EUR 4030) n’est pas concerné par le nouveau tracé du cheminement et par la nouvelle position de l’observatoire.

Ancien tracé de l’observatoire flottant

couvert avec ponton flottant protégé

Nouveau tracé de l’observatoire flottant

couvert n° 2avec ponton flottant protégé

Page 150: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 150

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 151: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 151

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Liste non exhaustive des espèces floristiques présentes dans la zone de la future implantation de l'observatoire avancé situé sur le Marais Barrage

(Dates des relevés : 13/08/2012 et 06/09/2012, source SMGMN)

Bidens tripartita

Bryona cretica

Calystegia sepium

Carex pseudocyperus

Conysa canadensis

Cyperus eragrostis

Dipsacus fullonum

Epilobium hirsutum

Epilobium tetragonum

Eupatorium cannabinum

Galeopsis tetrahit

Humulus lupulus

Iris pseudocorus

Juncus effusus

Juncus sp.

Jussiaea grandiflora

Lactuca seriola

Lindernia dubia

Lotus pedunculatus

Lycopus europaeus

Lythrum salicaria

Mentha aquatica

mentha pulegium

Oenothera biennis

Phragmites australis

Phytolacca americana

Polygonum hydropiper

Polygonum mite

Polygonum persicaria

Pteridium aquilinum

Ranunculus acris

Ranunculus sceleratus

Rubus fruticosus

Salix atrocinerea

Sporobolus indicus

Teucrium scorodonium

Urtica ioica

Page 152: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 152

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 153: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 153

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Faune Aucune espèce complémentaire de l’état des lieux initial n’est mentionnée sur la zone (cf. état des lieux général). Cependant, il faut noter que les zones de saulaie hygrophile sont favorables à la nidification des espèces d’oiseaux du cortège de passereaux des milieux palustres et buissonnants comme la Cisticole des joncs, la Locustelle luscinoïde, le Phragmite des joncs, la Rousserolle effarvate,... La zone est également favorable à l’estivage pour la Rainette méridionale dans les saulaies. Pour la Cistude d’Europe seules les zones en eau de part et d’autre du cheminement peuvent être utilisées par celles-ci pour héliothermie mais elles restent à une distance raisonnable pour éviter le dérangement. Dans l’habitat du groupement amphibie à Jussie à grandes fleurs, aucune espèce faunistique patrimoniale n’est susceptible de s’y trouver. Les vasières situées à proximité de l’extrémité est de la zone, sont favorables aux oiseaux d’eau (limicoles, anatidés, ardéidés,…) et à certains rapaces liés aux zones humides (Busard des roseaux, Balbuzard pêcheurs). Tous ces enjeux ont été pris en compte dans les mesures préconisées (phasage des travaux en période favorable, pose de palissades…). Les mesures propres à cet observatoire sont décrites dans la partie mesures du présent dossier.

Page 154: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 154

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.4. Synthèse des enjeux écologiques

V.4.1 Les habitats naturels et la flore

Les prospections floristiques menées dans le cadre de cette mission ont démontré une certaine richesse

floristique au sein de l’aire d’étude. Diverses espèces patrimoniales ont été recensées mais seul le Lotier

velu présente un enjeu réglementaire en tant qu’espèce protégée à l’échelon régional, donnée toutefois à

pondérer du fait de sa bonne répartition régionale.

L’expertise a également mis en avant la présence de différents habitats naturels, avec parmi eux deux

habitats génériques d’intérêt communautaire au titre de la Directive Habitats 92/43/CEE :

- « Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlet planitiaire d’étage montagnard à alpin » (code EUR 6430)

qui se décline sur l’aire d’étude sous quatre types de mégaphorbiaies différentes (au niveau code

CORINE Biotopes

- « Landes sèches européennes » (code EUR 4030).

La valeur patrimoniale de ces habitats provient de la rareté et de leur importance au niveau

écosystèmique. Ils sont par ailleurs étroitement liés à la pérennité des habitats et espèces qu’ils jouxtent.

Ces formations présentent un enjeu de moyen à fort pour les mégaphorbiaies et de moyen pour les

landes sèches.

Tableau 20 : tableau de synthèse des habitats et de la flore patrimoniaux

Nom de l'habitat/flore

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne

(Code Cahiers

d'Habitats)

Intitulé Union européenne

Typicité Surface Etat de conservation

Enjeu

Lande à Callune et Ajonc d’Europe

31.23 4030 Landes sèches européennes

Moyenne 250 m² Mauvais Moyen

Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies

37.715 6430

Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Bonne 0,53 ha Bon Moyen

Autres mégaphorbiaies eutrophiles

37.715 6430

Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Moyenne

0,72 ha dont 0,42

sous peupleraie

Moyen Moyen

Mégaphorbiaie Méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale

37.1 6430

Mégaphorbiaies hydrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Moyenne 90 m² Mauvais Fort

Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble

37.72 6430 Mégaphorbiaies

hydrophiles d’ourlets

Moyenne 0,88 ha Bon Moyen

Tableau 20 : tableau de synthèse des habitats et de la flore patrimoniaux

Nom de l'habitat/flore

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne

(Code Cahiers

d'Habitats)

Intitulé Union européenne

Typicité Surface Etat de conservation

Enjeu

planitiaires et des étages montagnard

à alpin

Lotier velu (Lotus angustissimus subsp hispidus)

200m² moyen moyen

V.4.2 La faune

La présence de plusieurs espèces patrimoniales bénéficiant d’un statut de protection, confère à l’aire

d’étude des enjeux faunistiques forts. Les principaux enjeux se concentrent notamment sur les oiseaux,

les reptiles et les mammifères. Le site est un haut lieu pour l’avifaune. Des espèces d’oiseaux d’eau non

inscrites en annexe I de la Directive Oiseaux, ne bénéficiant pas d’une protection nationale et classées

espèces gibier, présentent un intérêt patrimonial. Ces espèces sont le Canard chipeau, le Canard souchet

et la Sarcelle d’hiver qui présentent un enjeu moyen alors que certaines inscrites en annexe I de la

Directive Oiseaux comme la Grue cendrée et la Spatule blanche ne présentent qu’un enjeu faible. Des

oiseaux de milieux palustres comme la Phragmite aquatique (annexe I DO) ainsi que des rapaces comme

l’Elanion blanc, le Busard des roseaux et l’Aigle botté présentent un enjeu moyen à fort (Elanion blanc).

Pour les reptiles, la Cistude d’Europe présente une population importante et une occupation diversifiée du

site ce qui en fait un enjeu moyen vis-à-vis du projet. Le Lézard vert occidental présente un enjeu moyen.

Pour les amphibiens, la présence d’une importante population sur le site de Rainette méridionale en fait

un enjeu moyen vis-à-vis du projet.

Pour les mammifères, le Vison d’Europe et la Loutre d’Europe sont recensés dans ce bassin

hydrographique. Au sein de l’aire d’étude, le marais et ses milieux associés constituent des habitats

favorables aux déplacements et à l’alimentation de ces espèces. Leur présence avérée et potentielle

présente un enjeu moyen. La présence du Campagnol amphibie en fait un enjeu fort.

Pour les insectes aucune espèce ne revêt d’enjeu vis-à-vis du projet malgré la présence de deux espèces

d’intérêt communautaire : le Lucane cerf-volant et l’Agrion de mercure.

Page 155: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 155

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Tableau récapitulatif des espèces à enjeux

Tableau 21 : statut des espèces à enjeux

Nom français Nom latin PN DH/DO LRN Statut

ZNIEFF

Intérêt

patrimonial

Avifaune

Cortège des oiseaux d’eaux

Canard chipeau

Anas strepera

- - LC Oui moyen

Sarcelle d'hiver

Anas crecca

- - VU Oui moyen

Canard souchet

Anas clypeata

- - LC Oui moyen

Grande aigrette Ardea alba Oui An1 LC Oui moyen

Spatule blanche

Platalea leucoradia

Oui An1 VU Oui fort

Cortège des milieux palustres, prairiaux et buissonants

Phragmite aquatique

Acrocephalus paludicola

Oui An1 VU - très fort

Phragmite des joncs

Acrocephalus schoenobaenus

Oui - - Oui moyen

Fauvette grisette

Sylvia communis

Oui - NT - moyen

Cortège des rapaces

Elanion blanc

Elanus caeruleus

Oui An1 E - très fort

Busard des roseaux

Circus aeruginosus

Oui An1 VU Oui fort

Aigle botté

Hieraetus pennatus

Oui An1 VU Oui fort

Les amphibiens

Les anoures

Rainette

méridionale

Hyla

meridionalis Art.2 An IV LC - moyen

Les chéloniens

Cistude d’Europe

Emys orbicularis

Art.2 An II

et IV NT

Populations

permanentes fort

Les ophidiens

Couleuvre verte et jaune

Hierophis viridiflavus

Art.2 An IV LC - faible

Les sauriens

Lézard vert occidental

Lacerta bilineata

Art.2 An IV LC - faible

Les mammifères

Campagnol amphibie

Arvicola sapidus

Art.2 - NT - fort

Vison d’Europe Mustela lutreola Art.2 An II

et IV E Oui fort

Page 156: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 156

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IIIème partie

Impacts et mesures

Page 157: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 157

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VI.Définition des impacts

A noter que le maître d’ouvrage, le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, lors du

lancement du concours relatif au projet, a voulu la présence d’un bureau d’étude environnement

dans le groupement afin qu’il participe à l’élaboration du projet dans l’objectif de proposer le

projet le moins impactant

Le diagnostic de l’état initial (ou état de référence) a permis de faire l’inventaire des habitats et des

espèces patrimoniales et d’évaluer les sensibilités de chacun en fonction de leur état de conservation. La

prise en compte de ces éléments va permettre d’apprécier les impacts des opérations d’aménagement sur

ces habitats et ces espèces.

Les impacts directs

La détérioration correspond à la dégradation physique d’un habitat. Elle peut être évaluée directement au

moyen d’une série d’indicateurs caractérisant l’état de l’habitat et les modifications subséquentes à la

réalisation du projet (d’après le Guide méthodologique, MEDDAD 2004).

Les impacts indirects

La perturbation d’une espèce réside essentiellement dans la limitation de l’utilisation de son habitat

naturel, en raison de la modification des paramètres physiques ou chimiques, entraînant les mêmes

conséquences qu’une détérioration des milieux. Lorsque les perturbations sont suffisamment significatives

(au-delà du seuil de tolérance) pour entrainer de telles modifications, elles peuvent-être évaluées de la

même manière que les détériorations, au moyen d’indicateurs de l’état de conservation (d’après le Guide

méthodologique, MEDDAD 2004).

Les impacts sont évalués pour la globalité du projet. Nous différencierons les impacts temporaires (liés à la

phase des travaux et réversibles) des impacts permanents (liés à la phase d’exploitation ou liés à la phase

des travaux mais irréversibles).

Les impacts temporaires

La notion de réversibilité caractérise ces impacts (régénération d’un habitat détérioré par une zone de dépôt, dérangement de la faune engendré par le bruit,…). Les impacts temporaires correspondent au sigle IT (Impact Temporaire).

Les impacts permanents

La notion d’irréversibilité caractérise les impacts permanents (destruction directe d’un individu, scission

d’un corridor de déplacement,…). Les impacts permanents correspondent au sigle IP (Impact Permanent).

Les impacts sont déclinés par groupes faunistiques ou thématiques environnementales, voire par espèce

dans la mesure où l’impact concerne une espèce ou un habitat. A chaque groupe d’impacts seront

associées les mesures de suppression, réduction et compensatoires qui doivent être envisagées.

VI.1. Impacts sur les habitats naturels et la flore

VI.1.1 Impacts sur les habitats naturels

1) Les impacts temporaires - Phase chantier -

Dégradations des habitats naturels patrimoniaux Les travaux du projet d’aménagement sont susceptibles de générer des dégradations dans les habitats naturels présentant un intérêt patrimonial (habitats d’intérêt communautaire). Ces dégradations peuvent se matérialiser par des pollutions accidentelles ou des négligences (fuites d’hydrocarbures, d’huile) durant la phase de chantier. Les habitats « Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires de l’étage montagnard à alpin » sont concernés par un risque de dégradation lié au stockage des matériaux, à la circulation des ouvriers et des engins de chantiers. Ces activités risquent en effet de dégrader physiquement et directement cet habitat s’il n’est pas protégé. Cet impact concerne l’unité d’habitat à l’angle nord-ouest du Casier Barrage, au niveau du premier observatoire situé sur la digue ouest du Casier Barrage ainsi que les unités d’habitat situées dans l’angle sud-ouest du Casier Barrage. C’est là que doit être installé un ponton flottant s’avançant sur le marais (observatoire n°2). La surface d’habitat pouvant être impactée est difficilement estimable.

ITD1 Impact temporaire et direct – Niveau de l’impact : moyen

2) Les impacts permanents

- Phase chantier - Destruction des habitats d’intérêt communautaire

Des unités de mégaphorbiaie sont situées en linéaire en contrebas de la digue au niveau du premier observatoire sur la digue ouest du Casier Barrage et sous la peupleraie où un ponton fixe doit être installé. Ces unités vont être impactées lors de l’installation des structures. Concernant la première unité la surface détruite est estimée à 6 m², car seul l’accès à l’observatoire impacte le linéaire de mégaphorbiaie (3m de large). Pour la deuxième unité la surface impactée est estimée à 130 m². La longueur du ponton fixe passant sur l’habitat est de 65 m sur une largeur de 2 m. La surface totale est estimée à 136 m². Cette surface ne représente que 1 % des 1,259 ha de mégaphorbiaies inventoriées lors des prospections de terrain (les inventaires ont été ciblés et ne représentent en aucune façon la totalité du site Natura 2000). A noter que les mégaphorbiaies impactées de par leur composition végétale, sont d’un intérêt moyen. De plus, les mégaphorbiaies impactées sont recensées comme habitat en progression à l’échelle nationale

Page 158: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 158

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

du fait de l’eutrophisation générale des milieux.

IPD1 Impact permanent et direct – Niveau de l’impact : Faible

VI.1.2 Impacts sur la flore

1) Les impacts permanents

- Phase chantier -

Destruction de pieds d’espèces d’intérêt patrimonial

Une station de 200 individus de Lotier velu (Lotus angustissimus subsp. Hispidus) (protection régionale)

répartis sur 100 m², a été recensée sur le secteur Béziers. La circulation des engins de chantiers, des

ouvriers et le stockage des matériaux peuvent être potentiellement un risque de destruction partielle ou

totale de la station de Lotier velu. A noter que le Lotier velu est une espèce de friches relativement

commune.

IPD2 Impact permanent et direct – Niveau de l’impact : fort

VI.2. Impacts sur la faune

VI.2.1 Impacts sur les mammifères

1) Les impacts temporaires - Phase chantier -

Dérangement d’individus Les travaux sont générateurs de perturbations pour l’ensemble des mammifères. Certaines espèces présentent des sensibilités plus élevées que d’autres, mais l’ensemble du groupe des mammifères est susceptible d’être dérangé durant la phase des travaux. Ceci à des degrés variables et en particulier à la période de reproduction des espèces. Les mouvements et les vibrations émis lors des travaux sont perturbants et d’autant plus s’ils interviennent à proximité des sites de repos notamment pour le Campagnol amphibie et le Vison d’Europe. Pour le Campagnol amphibie, le secteur des pompes Napoléoniennes a été déterminé comme le plus sensible car le Campagnol amphibie a été observé en phase de confection de son terrier. Pour le Vison d’Europe, l’ensemble des ronciers du Casier Barrage (potentiellement des caches diurnes) a été identifié comme zone sensible, d’autant plus que du débroussaillage sera nécessaire pour l’implantation de certaines structures. La digue sud du Casier Nord représente un enjeu de moindre ampleur pour le Vison d’Europe. Des travaux de végétalisation doivent être réalisés avec l’implantation de pieux tuteurs afin de faire progresser les ronciers ainsi que des plantations de saules.

ITD2 Impact temporaire et direct – Niveau de l’impact : moyen

2) Les impacts permanents - Phase exploitation -

Modification des comportements d’individus L’installation de structures comme les palissades, les observatoires et les pontons en bordure du marais au niveau du Casier Barrage, amènent une modification du milieu pouvant potentiellement entraîner des modifications du comportement, de l’occupation du site par le Vison d’Europe.

IPD3 Impact permanent et direct – Niveau de l’impact : faible

Rupture de corridor

Certaines structures installées au niveau du Casier Barrage comme des observatoires ou des pontons, peuvent entraîner une modification du corridor que représente la haie au niveau de la digue. A leur emplacement une suppression de haie peut être nécessaire. Or ces corridors peuvent être empruntés par des espèces de mammifères comme le Vison d’Europe où des espèces moins patrimoniales comme la Fouine. Cependant, ce corridor préférentiel a un linéaire assez faible ne faisant pas de jointure entre deux milieux sources.

IPD4 Impact permanent et direct – Niveau de l’impact : faible

Dérangements d’individus

Le projet d’aménagement peut provoquer une augmentation de la fréquentation du site essentiellement au niveau du Casier Barrage. Cette augmentation peut entraîner un dérangement accru des espèces ayant une activité diurne comme le Campagnol amphibie qui lors des prospections de terrain a été contacté au niveau des pompes Napoléoniennes en construction d’un terrier ainsi qu’à différents endroits du canal de ceinture du Casier Barrage. Ceci peut avoir comme résultat un accroissement du stress des individus amenant un déplacement de la population vers des lieux plus calmes. La zone des pompes Napoléoniennes a été identifiée comme la plus sensible par rapport à cet impact : l’objectif est d’amener le public sur le site afin d’y découvrir l’ancienne structure mais la zone n’est pas protégée par de la végétation. L’impact varie de faible au niveau du canal de ceinture du Casier Barrage, à moyen au niveau du secteur des pompes Napoléoniennes.

IPI1 Impact permanent et induit – Niveau de l’impact : faible à moyen

VI.2.2 Impacts sur les oiseaux

1) Les impacts temporaires

- Phase chantier -

Dérangement d’individus

Page 159: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 159

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les travaux vont générer des perturbations sonores variables en fonction de la circulation des engins, des ouvriers et du fonctionnement des machines. Ces émissions sonores sont susceptibles de porter atteinte à l’avifaune. Certaines espèces étant plus sensibles que d’autres aux bruits. Certaines périodes dans le cycle de vie de ces espèces sont plus sensibles : en période de reproduction, le chant des oiseaux risque d’être masqué par les émissions sonores des travaux. L’utilisation du site (repos, chasse, nourrissage, nidification) est également corrélée au dérangement occasionné. Il est complexe d’évaluer précisément l’impact du bruit et des mouvements liés aux opérations sur l’avifaune. Néanmoins il est possible d’envisager le dérangement des espèces nicheuses du site. De plus les travaux concernant l’installation des pontons flottants au nord-ouest et au sud-ouest du Casier Barrage vont amener des perturbations au sein même du marais. Les travaux au niveau du Casier Burret (actuellement fermé au public) devront nécessiter plus de précaution car il a été déterminé que les espèces présentes sont plus farouches. Pour le Casier Barrage, le cortège des oiseaux des milieux palustres et buissonnants sera le plus impacté au niveau de la digue ouest. Le cortège des oiseaux d’eau au niveau de la digue sud pour l’installation du ponton flottant s’avançant sur le marais dans l’angle sud-ouest. Pour les rapaces, le plus impacté sera l’Aigle botté nichant dans la forêt de feuillus au sud de la digue sud du Casier Barrage. Au niveau du Casier Burret, le cortège des oiseaux d’eau est le plus impacté. Pour les aménagements de la digue sud du Casier Nord, le cortège des oiseaux des milieux palustres et buissonnants ainsi que le rapace l’Elanion blanc (niche proche de la digue) sont les plus impactés. A noter que les aménagements de la digue sud de Casier Nord peuvent impacter les hivernants (Oies cendrées, Grues…) s’ils sont effectués en période d’hivernage (décembre – février).

ITD3 Impact temporaire et direct – Niveau de l’impact : moyen

2) Les impacts permanents - Phase d’exploitation -

Dérangement d’individus Le projet d’aménagement peut provoquer une augmentation de la fréquentation du site. Cette augmentation peut entraîner un dérangement accru des espèces et notamment au niveau du Casier Burret s’il est ouvert au public et du Casier Barrage. Cependant, les aménagements prévus (palissades, observatoires, végétalisation) au niveau du Casier Barrage ont pour objectif d’atténuer ce phénomène de dérangement, voire à certains endroits comme le casier Barrage, le supprimer.

IPI2 Impact permanent et induit – Niveau de l’impact : moyen

VI.2.3 Impacts sur les amphibiens-reptiles

1) Les impacts temporaires

- Phase chantier -

Dérangement d’individus Les travaux vont générer des perturbations sonores variables en fonction de la circulation des engins, des ouvriers et du fonctionnement des machines.

Ces émissions sonores sont susceptibles de porter atteinte à l’herpétofaune (bien que cela leur permettent de prendre la fuite). La période de reproduction étant plus sensible que d’autres. Les zones les plus sensibles étant la digue ouest et la partie ouest de la digue sud du Casier Barrage pour les reptiles. Les abords du marais aux angles nord-ouest et sud-ouest, aux lieux d’installation des deux pontons flottant sont également sensibles pour les amphibiens ainsi que pour la Cistude d’Europe. Ces sites étant des lieux de reproduction pour les deux groupes d’espèces. L’enjeu principal se portera sur la Cistude d’Europe (Emys orbicularis), espèce très farouche et occupant l’ensemble ouest du Casier Barrage avec le canal de ceinture. Son dérangement à répétition lors de phase d’héliothermie peut provoquer une modification de son comportement (baisse d’activité) et notamment pour la recherche de nourriture. Un dérangement en phase d’hivernation qui a lieu sous l’eau, dans la vase, où l’animal se place généralement sous des végétaux ou des débris ligneux et à une hauteur d’eau limitée à quelques dizaines de centimètres offrant des conditions thermiques favorables et une protection, peut être lourd de conséquences. L’hivernation est une période cruciale du cycle annuel de la Cistude, la mortalité peut s’avérer élevée si le milieu est perturbé par des facteurs extérieurs (Cistude Nature, 2009).

ITD4 Impact temporaire et direct – Niveau de l’impact : fort

2) Les impacts permanents

- Phase chantier -

Destruction d’individus Lors de la phase de travaux, il est possible que des individus d’espèces soient détruits. Bien que les reptiles et les amphibiens soient des espèces farouches et que les vibrations émises pars les engins puissent accroître la probabilité de fuite d’un maximum d’individus, le risque de destruction n’est pas exclu. De plus, certaines zones des digues ouest et sud du Casier Barrage sont des zones potentielles de ponte. Donc, lors de l’émergence en septembre-octobre ou mars-avril (reptiles dont la Cistude d’Europe), la destruction uniquement d’émergents est possible.

IPD5 Impact permanent et direct – Niveau de l’impact : fort

- Phase d’exploitation -

Modification d’habitat d’espèces La présence de structures comme les pontons flottants va amener une modification de l’habitat de reproduction des amphibiens, notamment des espèces patrimoniales la Rainette méridionale (Hyla meridionalis) et la Cistude d’Europe (Emys orbicularis). La modification restant mineure, il est fort probable que cela ne génère que peu d’impact sur les amphibiens.

IPD6 Impact permanent et direct – Niveau de l’impact : faible

Page 160: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 160

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Destruction d’habitat d’espèces Le projet d’aménagement prévoit l’installation d’un accès pour personnes à mobilité réduite (APMR). Ceci sur environ 490 mètres au niveau de la digue ouest du Casier Barrage aboutissant au premier observatoire grande capacité. Cette digue, au niveau du cheminement de sol nu, est une zone potentielle de ponte de la Cistude d’Europe. La création de l’APMR au moyen d’une structure appelé « escaladune » (cf. photo), va entraîner une annexion d’une partie de la zone potentielle de ponte (cf. carte). Cependant la zone de ponte potentielle annexée est qualifiée de pas à peu favorable à cause de la qualité du substrat (sable trop gras et pas assez stable) et du piétinement entraînant un mouvement de la couche supérieure du substrat qui accueille les pontes. La Cistude d’Europe utilise des substrats assez stables lui permettant de creuser une cavité structurée afin d’y déposer ses œufs. D’après le suivi effectué par le personnel de la réserve et un hérpétologue de l’association Cistude Nature, aucune ponte n’a été constatée sur cette zone. De plus, l’installation de la structure type escaladune pour l’APMR va permettre une canalisation du public et donc de diminuer largement le piétinement permettant une végétalisation du substrat sableux qui se stabilisera et pourra devenir une zone potentielle de ponte favorable au lieu de peu voire pas favorable aujourd’hui. Tous ces éléments qualifient de faible l’impact. La globalité de la zone de ponte sur le Casier Barrage a été estimée à 8200 m². Selon la largeur de l’escaladune utilisé (1m – 1,2m – 1,4m - 1,5m – 2m) la surface de zone de ponte annexée sera respectivement de 490m², 588 m², 686m, 735m² et 980m². La norme veut une utilisation d’une structure d’une largeur minimale de 1,40 m (croisement de deux fauteuils roulants).

IPD7 Impact permanent et direct – Niveau de l’impact : faible

Cf. carte 48 : zone potentielle de ponte de Cistude d’Europe et APMR Cf. carte en ANNEXE « occupation du site par le Cistude d’Europe » (source : RNN du Marais d’Orx)

Figure 64 : structure « escaladune », photo prise hors site ©

Interscène

Page 161: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 161

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Dérangement d’individus Le projet d’aménagement peut provoquer une augmentation de la fréquentation du site. Cette augmentation peut entraîner un dérangement accru des espèces de reptiles et d’amphibiens. Notamment la Cistude d’Europe à cause d’un ponton bois qui doit circuler dans une peupleraie à proximité d’un solarium (structure hors de l’eau, souvent naturelle, permettant aux Cistudes de pratiquer leur héliothermie). Lors des phases de prospection, il a été observé à plusieurs reprises une dizaine de Cistudes d’ Europe sur ce site.

IPI3 Impact permanent et induit – Niveau de l’impact : moyen à fort

VI.2.4 Impacts sur les insectes

1) Les impacts temporaires

- Phase chantier -

Destruction d’individus

Lors de la phase travaux, il est possible que le passage d’engins et/ou d’ouvriers, cause la destruction

d’individus d’orthoptères ou de coléoptères (Lucane Cerf-volant) patrimoniaux au niveau du Casier

Barrage et du Casier Burret.

ITD6 Impact temporaire et direct – Niveau de l’impact : faible

Tableau de synthèse des impacts

HABITAT, ESPECE OU CORTEGE

TYPE D’IMPACT LOCALISATION DE

L’IMPACT INTENSITE DE

L’IMPACT

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires d’étage montagnard à alpin

ITD1 : dégradation des habitats

naturels patrimoniaux

Casier Barrage Moyen

IPD1 : destruction des habitats

d’intérêt communautaire

Casier Barrage Faible

Lotier velu (Lotus angustissimus

subsp hispidus)

IPD2 : destruction de pieds d’espèce

d’intérêt patrimonial

Secteur Béziers Fort

Mammifères (Campagnol amphibie et

Vison d’Europe)

ITD2 : dérangement d’individus

Casier Barrage et digue sud Casier Nord

Moyen

IPD3 : modification des comportements

d’individus Casier Barrage Faible

IPD4 : rupture de corridor

Casier Barrage Faible

IPI1 : dérangement d’individus

Casier Barrage Faible à moyen

Oiseaux : cortège des oiseaux d’eau, cortège des milieux palustres et buissonnants et rapaces

ITD3 : dérangement d’individus

Casier Barrage, Casier Burret et digue sud du

Casier Nord Moyen

IPI2 : dérangement d’individus

Casier Barrage et Casier Burret

Moyen

Amphibiens - reptiles (Rainette méridionale,

Cistude d’Europe, Lézard vert occidental, Lézard des murailles et

Couleuvre verte et jaune)

ITD4 : dérangement d’individus

Casier Barrage Fort

IPD5 : destruction d’individus

Casier Barrage Fort

IPD6 : modification d’habitat d’espèces

Casier Barrage Faible

IPD7 : destruction d’habitat d’espèces

Casier Barrage Faible

IPI3 : dérangements d’individus

Casier Barrage Moyen à fort

ITD : impact temporaire direct IPD : impact permanent direct IPI : impact permanent indirect

Page 162: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 162

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VI.3. Impacts sur la santé humaine

Santé humaine phase travaux

Le secteur Béziers et le secteur des pompes où se situent les bâtiments existants et une aire de

stationnement, est le lieu où les travaux peuvent éventuellement causer de légers désagréments au

voisinage. Les engins de chantier et les travaux effectués peuvent entraîner le soulèvement de particules

et poussières. Les matériaux utilisés peuvent potentiellement dégager des odeurs peu communes.

Cependant, la plus proche habitation concernant le secteur Béziers se situe à 220 mètres dans une forêt

de feuillus qui constitue une barrière naturelle. Pour le secteur des pompes, la plus proche habitation est à

65 mètres ce qui rend l’habitation plus sensible aux impacts potentiels même si les travaux sont de

moindre ampleur que sur le secteur Béziers. Des mesures (développées dans la partie mesures du

rapport) de mise en place d’un chantier respectueux de l’environnement et de suivi de chantier par un

écologue seront proposées avec une réflexion particulière pour le secteur des pompes.

L’installation de structures comme des palissades ou des observatoires ne présentent aucune incidence

sur la santé humaine.

L’incidence du chantier global sur la santé humaine peut être qualifié de négligeable voire inexistante.

Santé humaine phase exploitation

L’amélioration des conditions de travail du personnel du Syndicat Mixte gérant la Réserve Naturelle du

Marais d’Orx, ainsi que l’amélioration des conditions d’accueil du public font partie des finalités du projet.

Le réagencement des bureaux dans la Maison du Marais doit permettre une meilleure optimisation du

travail tout en rendant plus fluide l’organisation journalière. Pour le public, des salles d’activités seront

créées avec d’excellentes performances thermiques et accoustiques.

Le projet d’aménagement prévoit l’installation d’un accès pour personne à mobilité réduite (APMR) au

niveau du Casier Barrage. Cet accès sera installé sur environ 400 mètres de digue arrivant au premier

observatoire de grande capacité. Le moyen utilisé est de type cheminement en bois permettant la croisée

de deux personnes à fauteuil roulant, et la manœuvre de demi-tour. Cet aménagement permettra aux

personnes à mobilité réduite un accès au site du Marais d’Orx.

Dans sa globalité, le projet d’aménagement a pour objectif principal d’améliorer les conditions d’accueil du

public. Les aménagements prévus peuvent potentiellement avoir comme effet une augmentation de la

fréquentation. Cependant, le projet permettant une canalisation du public, les aménagements (aire de

stationnement, sens de circulation, circuit pédagogique, panneaux d’information) seront à même

d’absorber la hausse potentielle de fréquentation. A noter que la plus importante période de hausse de la

fréquentation est l’été, le public venant essentiellement des stations balnéaires (Ondres, Capbreton,

Labenne,..). On note également une fréquentation plus importante pendant les périodes de vacances

scolaires et au printemps.

Pollutions

Les aménagements prévus ne sont pas source de pollutions spécifiques. Les mesures de mise en place

d’un chantier respectueux de l’environnement et de suivi de chantier par un écologue permettront d’éviter

toute pollution accidentelle.

Pour l’assainissement des eaux usées, des systèmes d’assainissement non-collectif sont prévus sur le

secteur Béziers. Ces systèmes d’assainissement non-collectif doivent être adaptés à la capacité d’accueil

du site afin de rejetter une eau épurée pour éviter des pollutions ponctuelles ou chroniques des nappes.

Pour la récupération des eaux pluviales, les systèmes de récupération et de traitement doivent être

adaptés en rapport avec les surfaces imperméabilisées lors de l’aménagement ainsi qu’avec la fonction de

ces zones (parking véhicules, stockage matériel inerte,…). Dans le projet d’aménagement, il est prévu une

réfection de l’aire de stationnement, avec notamment des aires pour autobus ainsi qu’une plateforme

technique. Ces aménagements peuvent entrainer des pollutions aux hydrocarbures dues aux fuites des

véhicules. Pour empêcher les pollutions, des systèmes de récupération et de traitement des eaux pluviales

doivent être installés.

Concernant les 2 autres secteurs, la digue et le marais sont aménagés par quelques platelages bois et

abris (bois non traité pour satisfaire aux exigences NATURA 2000), ne présentant aucune

imperméabilisation des sols, et ne polluant pas les eaux d’un point de vue chimique.

Les travaux concernant le secteur des pompes, sont limités à une rénovation des surfaces en grave de

voiries et de parkings existants. Les surfaces seront les mêmes, et l’imperméabilisation ne sera pas

augmentée.

Bruit

Les travaux de réfection du secteur Béziers et du secteur des pompes pourront entraîner des bruits

inhabituels de par la présence et la circulation d’engins de chantier. La mesure de mise en place d’un

chantier respectueux de l’environnement visera à optimiser le déplacement des engins et minimiser

l’impact de pollution sonore où des précautions particulières seront prises pour le secteur des pompes du

fait de la proximité d’une habitation. On peut rappeler que le secteur Béziers ne comprend aucune

habitation en vis-à-vis et que la plus proche est à 220 mètres à vol d’oiseau dans une forêt de feuillus qui

agit comme une barrière naturelle.

L’installation de structures comme les pontons ou les observatoires sur le Casier Barrage va sans doute

entraîner l’utilisation de pieux en bois battus comme ancrage des structures dans le sol. Cette technique

nécessite l’utilisation d’engins spécifiques générant du bruit de type saccadé. Cette pollution sonore ne

peut être évitée mais ne sera que de nature ponctuelle et brève dans le temps. Trois zones au niveau du

Casier Barrage sont concernées et présentent des habitations proches à respectivement 200 mètres, 450

mètres et 800 mètres.

L’incidence du chantier en terme de bruit peut être qualifiée de négligeable voire nulle.

Page 163: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 163

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VI.3.1 Les effets cumulés des différents projets

Sur le site du Marais d’Orx, deux projets autres que le projet d’aménagement du Syndicat Mixte, sont

actuellement à l’étude. Ces deux projets sont la réfection du pont Béziers porté par le Conseil Général des

Landes et le deuxième, la création d’une voie verte sur la route départementale 71, projet porté par la

Communauté de Commune Maremne Adour Côte Sud (CCMACS), membre du Syndicat Mixte.

Cependant concernant ces projets, aucune étude (études d’impacts, d’incidences,…) n’a été réalisée et

les projets n’ont pas été déposés administrativement. Il n’est donc pas actuellement possible d’évaluer

leurs effets cumulés avec le projet d’aménagement du Marais d’Orx.

Le pont Béziers La route départementale D71

Page 164: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 164

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VII.Définition des mesures

Les mesures se déclinent en trois types, les mesures de suppression, les mesures de réduction et les

mesures compensatoires. L’ensemble de ces mesures est désigné sous le terme général de « mesures

d’atténuation ».

L’article L 123-3 du code de l’environnement prévoit trois types de mesures : « les mesures envisagées

pour supprimer, réduire, et, si possible, compenser les conséquences dommageables pour

l’environnement et la santé ».

L’ordre dans lequel ces mesures sont citées n’est pas anodin. On doit appliquer la démarche suivante :

• apprécier l’importance des impacts et proposer des mesures de suppression et de réduction d’impact ;

• réaliser une nouvelle appréciation de l’importance des impacts, en intégrant les mesures précédentes ;

• établir l’existence ou non d’impacts résiduels ;

• proposer, le cas échéant, des mesures de compensation d’impact ;

Dans tous les cas, une mesure de suppression est préférable à une mesure de réduction et une mesure

de réduction à une mesure de compensation.

VII.1. Mesures de suppression

VII.1.1 MS1 : intervention en dehors des périodes sensibles

Il s’agit de planifier des phases de travaux en dehors de la période la plus sensible dans le cycle

biologique des espèces d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de mammifères présentes ou

potentiellement présentes sur le site. Cette période est généralement la période de reproduction. Le

Marais d’Orx étant un haut lieu pour l’hivernage des oiseaux, des espèces ayant le statut d’hivernant (qui

ne se reproduisent pas sur le site) peuvent être également dérangées. Cette complexité du site rendra la

détermination d’une phase d’intervention optimale compliquée. Les périodes de non intervention

présentées ci-dessous sont idéales et ne prennent pas en compte l’organisation technique des travaux.

Impacts supprimés concernés : ITD2, ITD3, ITD4 dérangement d’espèces en phase travaux /

ITD5, ITD6 destruction d’individus d’espèces / IPI1, IPI2 dérangement d’individus

AVIFAUNE

Concernant l’avifaune à enjeux, une période de non intervention peut être définie de fin mars à fin juillet.

Cette période englobant toute les espèces nicheuses représentant un enjeu. Pour les hivernants, une

période de non intervention peut être définie de début décembre à fin février. Cette période englobant

l’ensemble des espèces hivernantes à enjeux. Ces périodes de non intervention concernent la zone du

Casier Barrage, du Casier Burret et du Casier Nord.

Période de non intervention pour les nicheurs : fin mars à fin juillet

Période de non intervention pour les hivernants : début décembre à fin février

AMPHIBIENS

Pour les amphibiens, la Rainette méridionale (seul amphibien à enjeu) se reproduit en France d’avril à juin.

Seul le Casier Barrage est concerné au niveau de l’angle nord-ouest pour l’installation d’un ponton flottant,

au niveau de la peupleraie pour l’installation d’un ponton fixe et au niveau de l’angle sud-ouest pour la

pose d’un autre ponton flottant. On peut noter que les individus sont actifs essentiellement du crépuscule

jusqu’au milieu de la nuit. Cette période de non intervention ne concerne que la zone ouest du Casier

Barrage.

Période de non intervention pour la Rainette méridionale : mi-avril à fin juin

REPTILES

Pour la Cistude d’Europe, la période la plus sensible qui a été déterminée est la ponte ainsi que la période

d’incubation. Ceci afin d’éviter la destruction involontaire de nids ou d’œufs par pression d’engins de

chantier. En Aquitaine, la période de ponte à considérer s’échelonne sur plus d’un mois et demi, de fin mai

à mi-juillet, avec un pic en juin. La période d’incubation dure de 80 à 90 jours. Deux périodes d’émergence

sont observées (ceci en fonction des conditions météorologiques) : l’une automnale en septembre-octobre

et l’autre printanière en mars-avril. Cette période de non intervention ne concerne que la zone du Casier

Barrage sur l’ensemble de la digue ouest et sud avec notamment la pose de la structure « escaladune »

pour l’APMR, la mise en place des pontons flottants et du ponton fixe au niveau de la peupleraie ainsi que

la pose de palissades du côté du canal de ceinture.

Périodes de non intervention pour la Cistude d’Europe : de début juin à mi-octobre et mars-

avril

Pour le Lézard vert occidental, la période qui a été déterminée comme la plus sensible se situe au

printemps avec la reprise d’activité (des adultes ainsi que des juvéniles de l’an passé) et la reproduction.

Cette période s’étale de la mi-mars à fin mai. Cette période de non intervention ne concerne que la zone

du Casier Barrage, principalement la digue ouest.

Page 165: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 165

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Périodes de non intervention pour le Lézard vert occidental : de mi-mars et fin mai

Pour la Couleuvre verte et jaune, la période qui a été déterminée comme la plus sensible se situe au

printemps avec la reprise d’activité et la reproduction. Cette période s’étale de mi-avril à mi-juin. Cette

période de non intervention concerne la zone du Casier Barrage au niveau des digues ouest et sud, du

Casier Burret au niveau de la digue nord et ouest et du Casier Nord pour la digue sud.

Périodes de non intervention pour la Couleuvre verte et jaune : de mi-mars et fin mai

MAMMIFERES

Pour le Vison d’Europe, la période qui a été déterminée comme la plus sensible se situe du début du

printemps jusqu’à l’automne. A cette période le Vison d’Europe choisira des gîtes diurnes sans forte

aptitude à garder la chaleur comme des ronciers, qui représentent 75 % de ses gîtes diurnes et sont

présents sur le site où des aménagements doivent être réalisés. Cette période s’étale de fin mars à mi-

octobre. Cette période de non intervention concerne la zone du Casier Barrage, du Casier Burret et du

Casier Nord.

Périodes de non intervention pour la Vison d’Europe : fin mars à mi-octobre

Pour le Campagnol amphibie, la période qui a été déterminée comme la plus sensible correspond à la

période de reproduction qui se situe de mars à octobre. Ce micromammifère étant actif toute l’année et

notamment le jour, la période de reproduction nous est apparue comme la plus sensible. Cette période de

non intervention concerne les aménagements du secteur des pompes Tosi et des pompes

Napoléoniennes.

Périodes de non intervention pour le Campagnol amphibie : de mars à octobre

Au mois d’octobre 2012, lors d’une réunion entre le maître d’ouvrage et le groupement de maîtrise

d’œuvre, les périodes de travaux par casier ont été déterminées.

Pour le Casier Barrage, la période des travaux a été découpée en deux phases :

- pour la digue ouest, une période allant de mi octobre à fin janvier est favorable à la réalisation des

travaux (pose de pontons, observatoires, palissades, bancs, panneaux, végétalisation, APMR). Ceci afin

d’éviter le dérangement ou la destruction d’individus (œuf ou oisillons) de passeraux nicheurs et le

dérangement de la Cistude d’Europe. Les deux observatoires seront faits en priorité en début de la période

afin de limiter le dérangement des oiseaux hivernants ;

- pour la digue sud, une période allant de janvier à avril est favorable à la réalisation des travaux (pose de

palissades, bancs, panneaux, aménagement secteur des pompes). Les travaux devront commencer par

l’extrimité ouest de la digue sud et se terminer sur le secteur des pompes afin de limiter le dérangement

des oiseaux hivernants.

Pour le Casier Burret, une période allant de fin juillet à fin novembre est favorable à la réalisation des

travaux (pose de deux palissades, végétalisation, panneaux).

Pour le Casier Central, une période allant de fin juillet à fin février est favorable à la réalisation des

travaux (pose d’une palissade).

Pour le Casier Nord, le mois de novembre est favorable à la réalisation des travaux (pose d’une

palissade, végétalisation).

D’une façon générale, le planning des travaux a été établi de façon à éviter les périodes de

reproduction des espèces, considérées comme les plus sensibles. Par ailleurs, le phasage des

travaux par secteurs permet aux espèces (avifaune) de regagner des zones de repli lors des

dérangements occasionnés en phase travaux.

Voir les tableaux des périodes sensibles pour la faune et du planning prévisionnel des travaux

pages suivante

Page 166: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 166

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

2013 2014 2015

Juil Août Sept Oct Nov Déc Janv Fév Mars Av Mai Ju Juil Août Sept Oct Nov Déc janv Fév

Période d’intervention des travaux par secteur

CASIER BARRAGE digue ouest

CASIER BARRAGE Digue sud

CASIER BURRET

CASIER CENTRAL

CASIER NORD

Secteur des Pompes

Hangar de l’Encluse

Périodes sensibles pour la faune

Mammifères (Campagnol amphibie et Vison d’Europe)

Reptiles (Cistude)

Amphibiens

Avifaune (nicheuse et hivernante)

N H H H N N N N H H H

Page 167: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 167

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 168: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 168

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VII.1.2 MS2 : mise en place d’une zone en défens pour la station de Lotier velu

Une station de Lotier velu a été identifiée sur le secteur Béziers (Cf. carte partie flore dans l’état initial).

Afin de protéger l’espèce nous proposons la mise en place d’une zone en défens à l’aide de piquets, de

rubalise délimitant la surface et d’un panneau d’information. Cette signalisation permettra à tous les

acteurs du chantier d’éviter toute dégradation ou destruction d’individus.

Impact supprimé concerné : IPD2, destruction d’individus d’espèces

VII.1.3 MS3 : végétalisation des pontons et des zones à enjeux

Végétaliser les pontons permettra de dissimuler les silhouettes humaines et d’atténuer la propagation des

sons afin de limiter les dérangements pour les espèces. Cette mesure concerne les pontons avancés sur

le marais à l’angle nord-ouest et sud-ouest du Casier Barrage ainsi que le ponton circulant dans la

peupleraie en contrebas de la digue ouest du Casier Barrage.

La végétalisation (structures végétalisées, plantation de saules où installation de tuteurs afin de faire

progresser le roncier) de zone à enjeux concerne essentiellement la digue sud du Casier Nord, la digue

ouest et sud du Casier Barrage et la digue nord du Casier Burret.

Impact supprimé concerné : IPI2, IPI3, dérangement d’espèces en phase d’exploitation

VII.1.4 MS4 : instauration d’un chantier respectueux du site

Un chantier respectueux de son environnement permet d’assurer la mise en œuvre de moyens de

préservation de l’environnement concerné par les travaux. Il s’agit de gérer les nuisances

environnementales engendrées par les différentes activités liées au chantier. Les diverses mesures qui

seront mises en place permettront une prise en compte globale de l’impact des travaux sur le site. La

plupart de ces mesures sont des méthodes de prévention face à d’éventuelles pollutions accidentelles ou

dérives du chantier :

les véhicules et engins de chantier devront justifier d’un contrôle technique récent ;

le stockage des huiles et carburants se fera uniquement sur des emplacements réservés et

imperméables loin de toute zone écologiquement sensible, principalement les cours d’eau et les

mares ;

les émissions sonores et vibrations des engins et machines seront limitées à leur stricte durée

d’utilisation nécessaire (pas d’émissions perturbatrices inutiles) ;

l’accès au chantier et aux zones de stockage seront interdits d’accès au public ;

les eaux usées seront traitées avant relâche dans le milieu naturel (y compris l’eau des sanitaires) ;

les substances non naturelles ne seront pas rejetées sans autorisation (laitance de béton à

proscrire par exemple), et seront traitées par des filières appropriées ;

les produits du déboisement, défrichement, dessouchage ne devront pas être brûlés sur place (ils

devront être exportés et brûlés dans un endroit où cela ne présente pas de risque) ;

les vidanges, ravitaillements et nettoyages des engins et du matériel se feront dans une zone

spécialement définie et aménagée (zone imperméabilisée…) ;

les inertes et autres substances ne seront pas rejetés dans le milieu naturel ;

une collectes des déchets, avec poubelles et conteneurs, sera mise en place ;

un suivi de chantier pourra être mis en œuvre afin d’assurer un bon déroulement de la démarche

(importance d’établir un bon contact entre l’écologue et les responsables).

Impact supprimé concerné : ITD1, dégradation d’habitats naturels patrimoniaux ainsi que

l’ensemble des zones de chantier

VII.1.5 MS5 : minimiser l’emprise du chantier

Afin de limiter les impacts du chantier sur le site, notamment sur les digues, il sera nécessaire de réduire

l’emprise des travaux à la stricte emprise du projet. Ce seront notamment les dépôts de matériaux et les

stationnements des engins qui seront interdits sur ces sites. Un circuit précis de circulation sera établit. La

circonscription des travaux sera matérialisée par de la rubalise notamment au niveau des secteurs à

préserver.

Impact supprimé concerné : ITD1, dégradation d’habitats naturels patrimoniaux ainsi que

l’ensemble des zones de chantier

VII.2. Mesures de réduction

VII.2.1 MR1 : instauration d’un suivi de chantier

Le maître d’œuvre a pris les dispositions pour que les travaux soient suivis par un expert écologue qui

veillera notamment à ce que les mesures préconisées pour réduire les impacts du chantier soient

respectées. Il pourra éventuellement suggérer des adaptations en fonction des conditions mises en œuvre.

Cet expert écologue sera garant de la préservation des espèces et des habitats sur le site. Il pourra

notamment attester lors de la réalisation de pontons, une insertion maximale dans l’environnement.

Impacts concernés : l’ensemble des impacts

L’intervention de l’expert écologue pourra être effective selon différentes phases :

le calage, le but des journées de calage est de préciser sur le terrain, avec le ou les responsables

Page 169: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 169

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

du chantier, la localisation des mesures d’atténuation, d’expliquer les raisons ainsi que les moyens

à mettre en place pour les mener à bien. Il s’agit bien de retranscrire sur le terrain, l’ensemble des

préconisations. Elles doivent donc définir la localisation des zones sensibles sur lesquelles une

attention particulière sera portée ;

formation du personnel technique, l’organisation de journées d’information à l’attention du

personnel technique intervenant sur le chantier est indispensable au succès de l’intégration du

projet dans son environnement. Le personnel, sensibilisé à l’importance de tels aménagements,

comprend mieux et accepte la nécessité de réaliser des travaux parfois fastidieux. Le personnel

devra être informé des consignes à respecter lors de la première réunion de chantier, réunion qui

pourra être encadrée par un expert écologue. Les chefs de chantier devront surveiller le bon

respect de ces préconisations avec l’aide de l’expert si nécessaire ;

phase chantier, lors de la phase travaux, il est nécessaire de réaliser des visites de contrôle pour

s’assurer du bon respect des préconisations. Ces visites en présence d’un expert indépendant

seront faites lors des phases critiques du chantier. Cela permet également de conseiller les

responsables de chantier ainsi que le personnel technique et d’orienter l’évolution de la phase

chantier. Le maître d’ouvrage devra mettre en place un système de surveillance du respect du

cahier des charges ;

mise en œuvre des mesures, de même, la mise en œuvre des mesures nécessite la participation

d’un expert écologue qui conseillera le maître d’œuvre d’un point de vue technique ;

remise en état : la remise en état de la phase chantier correspond à la fin des opérations

d’aménagement (visite de fin de chantier). Il apparaît nécessaire de réaliser quelques visites de

terrain afin de s’assurer de la fonctionnalité des aménagements et de l’enlèvement définitif des

dépôts divers, aménagements sanitaires, matériaux de construction, c’est-à-dire de la remise en

état du site.

VII.2.2 MR2 : réalisation d’un document de communication

Le projet d’aménagement pouvant entraîner une augmentation de la fréquentation du site, peut entraîner

le dérangement d’individus d’espèces, bien que les tous les aménagements soient destinés à éviter ce

dérangement. La réalisation d’un document de communication (plaquette, panneau) informant le public

sur le comportement des espèces sensibles (Cistude d’Europe) et préconisant un code de bonne conduite

permettrait de diminuer l’impact potentiel.

Remarque : un document accompagnant le parcours pédagogique ainsi que des panneaux d’information

sont prévus dans le projet d’aménagement (partie scénographie). Les informations préconisées y seront

incluses.

Impacts réduits concernés : IPI1, IPI2, IPI3 dérangement d’individus d’espèces en phase

d’exploitation

VII.2.3 MR3 : conseils d’utilisation de la structure « escaladune »

La structure de type « escaladune » doit être utilisée afin de réaliser un accès pour personnes à mobilité

réduite (APMR). Afin de diminuer l’impact sur la zone potentielle de ponte de la Cistude d’Europe, nous

conseillons l’utilisation d’une largeur minimale autorisée soit 1,40 mètre soit une surface de 686 m².

De plus nous préconisons lors de l’installation de la structure la présence d’un garde de la réserve ou d’un

écologue afin de réaliser le tracé le plus favorable à la Cistude d’Europe.

Impact réduit concerné : IPD6, annexion de zone potentielle de ponte de Cistude d’Europe

VII.2.4 MR4 : mise en place de systèmes d’assainissement non collectif et de

récupération des eaux pluviales adaptés

Concernant la récupération et le traitement des eaux pluviales, et contrairement à aujourd’hui, un réseau

de collecte des eaux pluviales sera organisé. Les eaux seront dirigées vers des noues (voir schéma ci-

après) de faible profondeur et constituées en sous couches de chaussettes étanchées par un géotextile et

remplies de calcaire de gros calibre assurant un volume d’infiltration suffisant.

La perméabilité du sol sableux définie pour l’assainissement permet une absorption sans rejet dans le canal (La perméabilité est comprise entre 112 et 682mm/h ce qui constitue un sol très perméable). Les noues seront plantées de plantes de milieux humides permettant la filtration et la diffusion des

hydrocarbures (voir schéma ci-après). Concernant le parking des véhicules, ce système est préféré à un

séparateur à hydrocarbures où le risque de concentration et de pollution lors d’une forte pluie peut-être

plus important.

Page 170: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 170

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Pour la récupération des eaux de ruissellement de l’aire de stationnement du hangar technique et

notamment pour le lavage des véhicules, un bac dégraisseur/déshuileur sera installé.

Le projet comporte un renouvellement des installations d’assainissement des bâtiments existants et à créer. Le dispositif d’assainissement est non collectif et se décline en 2 points de collectes et de traitement. Le calcul des productions indique les valeurs suivantes :

- 3 sites correspondant à 5,5 équivalent habitants. - 1 eq / hab = 60g de DBO5 / jour - Soit 330g / jour par station - Soit 990g/jour de rejet de DBO5 - Soit une valeur inférieure à 12kg de DBO5 / jour

Rappel : Stations d'épuration des agglomérations d'assainissement ou dispositifs d'assainissement non collectif devant traiter une charge brute de pollution organique au sens de l'article R. 2224-6 du code général des collectivités territoriales :

- 1° Supérieure à 600 kg de DBO5 (A) ; - 2° Supérieure à 12 kg de DBO5, mais inférieure ou égale à 600 kg de DBO5 (D).

D’autre part, la qualité du sol sableux permet une absorption sans rejet dans le canal (La perméabilité est comprise entre 112 et 682mm/h ce qui constitue un sol très perméable). Un filtre à sable de 33 m² avec une largeur de 5 mètres sera installé (voir schéma ci-après tertre d’infiltration).

Page 171: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 171

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 172: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 172

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VII.3. Mesures d’accompagnement

VII.3.1 MA1 : mesures en faveur des zones potentielles de ponte de la Cistude

L’accès pour personnes à mobilité réduite (APMR) ne concerne que le début de la digue ouest du Casier

Barrage. Sur la digue, c’est le cheminement de sol nu ou de végétation très rase qui est concerné pour la

ponte des Cistudes d’Europe. Afin d’augmenter la surface de la zone potentielle de ponte, nous

préconisons de débroussailler sur le cheminement de la digue des zones potentiellement favorables pour

la ponte des Cistudes. Ces zones seront à déterminer avec un écologue et un garde de la réserve. La

surface débroussaillée sera égale à la surface occupée par la structure « escaladune ». Cette surface

dépendra de la largeur de la structure de type « escaladune » (platelage bois déroulant) utilisée. Cette

surface sera de 490 m², 588 m², 686m², 735 m² ou 980 m² avec respectivement une largeur de 1m, 1,2m,

1,4m, 1,5m et 2m pour la structure.

Impact accompagné concerné : IPD6, annexion de zone potentielle de ponte de Cistude

d’Europe

VII.3.2 MA2 : amélioration du substrat de ponte des Cistudes d’Europe

Comme décrit dans la partie « impacts », le tracé de l’APMR concerne une zone potentielle de ponte pas à

peu favorable. La présence de l’APMR entraînera une canalisation du public réduisant le piétinement et

par conséquence le mouvement de la couche supérieure du substrat défavorable aux pontes de Cistudes

et à la végétalisation. Cette canalisation entraînera donc une végétalisation du substrat permettant une

stabilisation du substrat et rendant la zone potentielle de ponte plus favorable. Nous préconisons donc un

suivi de l’évolution du substrat de la zone concernée et une incitation du public à emprunter l’APMR par

l’équipe de la réserve. Selon l’évolution de la végétalisation naturelle constatée, celle-ci pourra être

favorisée par l’ensemencement de la zone avec des graines d’espèces autochtones adaptées au substrat

sableux, prélevées sur site si possible. L’incitation du public à emprunter le cheminement se fera d’une

part avec des recommandations inscrites dans le livret pédagogique d’accompagnement du public et

d’autre part lors de la communication entre le personnel de la réserve et le public.

Remarque : actuellement la zone concernée rend de par la nature du substrat, très difficile la mobilité du

public. Ce problème est un point fréquemment signalé par le public au personnel de la réserve. Il est donc

fort probable que le public qui ne passera pas par la maison d’accueil (donc se déplaçant sans livret), se

reportera en grande partie sur le cheminement de lui-même.

Impact accompagné concerné : IPD6, annexion de zone potentielle de ponte de Cistude

d’Europe

Cf. carte 49 : mesures d’accompagnement pour la Cistude d’Europe.

Page 173: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 173

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Tableau 22 : synthèse des enjeux, contraintes réglementaires, impacts et mesures du projet

Habitats et espèces Observation sur l’aire

d’étude Contrainte réglementaire

pour le projet Nature de l’impact Intensité avant mesure

Mesures de suppression, réduction et compensation

Intensité de l’impact après mesures

HABITATS PATRIMONIAUX

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires d’étage montagnard à alpin

Avérée Habitat d’intérêt communautaire

ITD1 : dégradation des habitats naturels patrimoniaux

IPD1 : destruction des habitats naturels patrimoniaux

Moyen

MS4 : instauration d’un chantier respectueux du site MR1 : instauration d’un suivi de chantier MS5 : minimiser l’emprise du chantier

Faible

Faible

FLORE PROTEGEE ET PATRIMONIALE

Lotier velu (Lotus angustissimus subsp hispidus)

Avérée

Protection régionale Arrêté du 8 mars 2002 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Aquitaine

IPD2 : destruction d’individus Fort MS2 : mise en défens de la station de Lotier velu

aucune

AVIFAUNE PATRIMONIALE

Cortège des oiseaux d’eau (dont la Sarcelle d’hiver, le Canard chipeau et le Canard souchet)

Avérée - ITD3 et IPI2 : dérangement d’individus Moyen

MS1 : intervention en dehors des périodes sensibles

MS3 : végétalisation des pontons et des zones à enjeux MR2 : réalisation d’un document de communication

Faible

Cortège des zones buissonnantes et des milieux palustres (dont la Phragmite aquatique, Phragmite des joncs et la Fauvette grisette)

Avérée Protection nationale et intérêt communautaire

ITD3 et IPI2 : dérangement d’individus Moyen

MS1: intervention en dehors des périodes sensibles

MS3 : végétalisation des pontons et des zones à enjeux

MR2 : réalisation d’un document de communication

Faible

Cortège des rapaces forestiers, de plaine et zone humides (dont l’Aigle botté, l’Elanion et le Busard des roseaux)

Avérée Protection nationale et intérêt communautaire

ITD3 et IPI2 : dérangement d’individus Moyen à fort

MS1 : intervention en dehors des périodes sensibles

MS3 : végétalisation des pontons et des zones à enjeux

MR2 : réalisation d’un document de communication

Faible

AMPHIBIENS PATRIMONIAUX

Rainette méridionale Avérée Protection nationale ITD4 : dérangement d’individus Moyen MS1 : intervention en dehors des périodes sensibles

Aucune

REPTILES PATRIMONIAUX

Cistude d’Europe

Lézard vert Occidental

Couleuvre verte et jaune

Avérée Protection nationale et intérêt communautaire

ITD4 et IPI3 : dérangements d’individus

IPD5 : destruction d’individus d’espèces

IPD6 : annexion de zone potentielle de ponte

faible à fort

MS1 : intervention en dehors des périodes sensibles

MR3 : conseil d’utilisation d’une largeur de la structure « escaladune »

MR2 : réalisation d’un document de communication

MA1 : création de zones potentielles de pontes

MA2 : amélioration du substrat de ponte

Faible

MAMMIFERES PATRIMONIAUX

Campagnol amphibie Vison d’Europe

Avérée Potentielle

Protection nationale et intérêt communautaire

ITD2 et IPI1 : dérangement d’individus Moyen

MS1 : intervention en dehors des périodes sensibles MR2 : réalisation d’un document de communication

Faible

Page 174: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 174

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VII.4. Modalités de suivi des mesures d’atténuation

VII.4.1 Définition (source : guide sur la prise en compte des milieux naturels dans les

études d’impact)

Il est utile que l’autorité administrative qui délivre l’autorisation, puisse s’assurer de la mise en place

effective des mesures ayant contribué à sa délivrance. Dans ce cadre, un plan de suivi d’exploitation peut

être élaboré. Il constitue un « plus » non négligeable au sein du train de mesures d’atténuation proposées.

Ce plan de suivi d’exploitation doit comporter

• le contrôle sur le terrain de la mise en place des mesures d’atténuation ;

• un suivi annuel de l’efficacité des mesures.

VII.4.2 Contenu du plan de suivi d’exploitation

VII.4.2.1. – Le contrôle sur le terrain de la mise en place des mesures d’atténuation

Le contrôle de la mise en place effective des mesures d’atténuation sera effectué :

• pour les mesures physiques (mise en défens, signalétique d’information, …) par la réalisation d’un relevé

photographique avec localisation sur un plan, à une échelle adaptée, de l’emplacement des différentes

mesures.

Pour les mesures ayant une incidence financière, un état récapitulatif de la nature et du montant des

dépenses effectivement réalisées sera établi.

• pour les mesures administratives et réglementaires (charte chantier vert, …..) par intégration au dossier

de consultation des entreprises de la Charte Chantier Vert.

Un compte rendu d’exécution de la Charte Chantier Vert sera élaboré.

VII.4.2.2. – Le suivi annuel de l’efficacité des mesures

Un suivi annuel de l’efficacité des mesures sera réalisé et sera intégré au bilan annuel d’activité du

Syndicat Mixte.

Afin d’appréhender l’impact des mesures sur l’ensemble des éléments constitutifs du site pour lesquels

des impacts ont été recensés, diverses dispositions seront prises, parmi lesquelles :

• actualisation de la cartographie et caractérisation des habitats de la zone d’étude afin de suivre leur

évolution éventuelle ;

• suivi des espèces floristiques de forte valeur patrimoniale recensées dans la zone d’étude ;

• suivi des espèces faunistiques de forte valeur patrimoniale recensées dans la zone d’étude ;

• évaluation de la fréquentation du site (grand public, scolaires, …) et des différents ensembles définis

dans le projet d’aménagement (secteur Béziers, circuit de visite du Casier Barrage, …).

Ces suivis seront effectués par les services du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels qui

s’attacheront en tant que de besoin le concours de personnalités qualifiées. Il convient de noter que ces

suivis correspondent aux missions des Services du Syndicat Mixte.

VII.4.3 Le bilan environnemental

A l’issue de ce suivi, un bilan, qui intègrera les résultats des suivis des impacts du chantier et de

l’exploitation, est réalisé. Les objectifs du bilan sont :

• de vérifier la pertinence et l’efficacité des mesures mises en place;

• de proposer des adaptations éventuelles ;

• d’en tirer des enseignements pour des aménagements ultérieurs.

Conclusion

Le projet d’aménagement du site du Marais d’Orx, porté par le Syndicat Mixte de Gestion des Espaces

Naturels Landais représente un projet d’ampleur modérée. Il s’intègre en continuité de l’existant au travers

la réfection de bâti et d’aires de stationnement existants mais progresse également vers le milieu naturel.

Cette progression ne concerne que des structures légères et réversibles (en respect de la Loi littoral) de

type palissades bois, pontons bois, observatoires bois et bancs bois.

Le présent dossier d’étude d’impact de ce projet met en évidence les différentes conséquences sur le

milieu naturel et la santé humaine qui doivent être envisagées concernant la phase de chantier et la phase

d’exploitation du projet. Les impacts envisagés les plus importants concernent principalement la phase

chantier.

Les expertises de terrain ont permis d’identifier les éléments clés du milieu naturel : habitats naturels et

espèces d’intérêt communautaire, espèces protégées et patrimoniales recensées sur le site. Il s’agit avant

tout de les préserver lors de l’organisation et de la phase du chantier. L’objectif est principalement de

mettre en place une démarche de limitation des impacts du chantier par l’intégration de principes

s’engageant vers un respect et une économie du site. Par ailleurs, au vu du cycle de vie des espèces, il

est pertinent de ne pas engager les travaux à minima durant la phase s’étendant de mars à octobre, ce

afin de limiter les perturbations durant la période qui apparaît comme la plus sensible pour de nombreux

groupes.

La mise en place de ces mesures permet de réduire voire supprimer un certain nombre d’impacts (à la

condition que l’ensemble de ces mesures soit mis en œuvre). Les impacts sur la Cistude d’Europe espèce

à fort enjeu patrimonial et espèce phare du site ne sont pas significatifs après la mise en place des

mesures de suppression, réduction et d’accompagnement permettant de ne pas remettre en cause le

cycle biologique et le bon état de conservation de l’espèce sur le site.

En conclusion, le projet d’aménagement présente une bonne prise en compte de l’environnement

et n’est pas susceptible de remettre en cause le fonctionnement écologique du site naturel du

marais d’Orx.

Page 175: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 175

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VIème partie

Aspect Loi Littoral

Page 176: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 176

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Introduction

Le site du Marais d’Orx est situé sur le territoire de quatre communes, Orx, Labenne, Saubrigues et Saint-André-de-Seignanx, dans le département des Landes (40).

Le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, gestionnaire de la réserve, prévoit sur certaines zones du site des aménagements pédagogiques (observatoires, palissades, accès pour personnes à mobilité

réduite,…) en réponse à leur objectif d’amélioration de l’accueil du public.

Le projet d’aménagement nécessite la réalisation d’un dossier d’étude d’impact au titre de l’article L.122-1 et la mise en œuvre d’une procédure d’enquête publique au titre de l’article L.123-1 du code de

l’environnement. Une partie du projet est située sur la commune de Labenne (40) qui de par sa situation géographique est soumise à la loi littoral 86-2 du 3 janvier 1986. Ceci implique des contraintes particulières

vis-à-vis du projet au titre des articles L.146-1 à L.146-9 du code de l’urbanisme ainsi que la mise en œuvre d’une procédure d’enquête publique réalisée conformément au chapitre III du titre II du livre Ier du code de

l’environnement.

Le document présent aborde les contraintes réglementaires du projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, relatives aux espaces naturels remarquables du littoral.

Page 177: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 177

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Cadre législatif

Page 178: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 178

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

VIII.La Loi Littoral VIII.1. Présentation générale

Les dispositions particulières au littoral sont issues de la loi du 3 janvier 1986 relative à

l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, reprenant les orientations de la

directive d’aménagement national du 25 août 1979.

L’objectif poursuivi est l’équilibre entre la préservation et le développement des activités

économiques liées à la proximité de l’eau, la maitrise de l’urbanisation, la protection des équilibres

biologiques et écologiques et la préservation des sites, des paysages et du patrimoine naturel et

culturel du littoral. La mise en œuvre de ces dispositions renvoie à l’interprétation, nourrie par une

jurisprudence importante, des notions avancées par la loi de 1986 : espaces proches du rivage,

extension limitée de l’urbanisation, espaces urbanisés, coupure d’urbanisation, hameaux

nouveaux,... Les textes législatifs et réglementaires tendent, depuis la loi SRU de décembre 2000,

à renforcer l’articulation entre la protection des espaces littoraux, leur fréquentation par le public et

le maintien des activités économiques qui leur sont liées.

VIII.2. Aménagement et urbanisme en zone littorale

Les principes d’aménagement et d’urbanisme particuliers au littoral sont régies par les articles L. 146-1 et R. 146-1 et suivants du Code de l’urbanisme. Principe d'équilibre des aménagements et constructions sur le littoral Les documents d’urbanisme doivent tenir compte des principes d’équilibre posés par la loi littoral :

- de la préservation des espaces et milieux remarquables ;

- de la protection des espaces nécessaires au maintien ou au développement des activités agricoles, pastorales, forestières et maritimes ;

- des conditions de fréquentation par le public des espaces naturels, du rivage et des équipements qui y sont liés (art. L. 146-2 Code de l’urbanisme).

Afin de favoriser et d'encadrer la réalisation du développement équilibré du littoral, la loi a posé sept grands principes d'aménagement fondateurs :

- l'extension de l'urbanisation en continuité sur le littoral;

- la limitation de l'extension de l'urbanisation dans les espaces proches du rivage;

- l'interdiction de l'urbanisation dans la bande des 100 mètres;

- la protection des espaces naturels remarquables;

- l'interdiction de construction de nouvelles routes près du rivage;

- l'accès libre au rivage;

- la création de coupures vertes ;

VIII.3. Règles relatives aux aménagements des espaces

naturels remarquables

La loi vise les espaces terrestres et marins, les sites et paysages présentant un caractère remarquable ou caractéristique du patrimoine naturel et culturel.

Principes d’aménagements dans les espaces remarquables du littoral

Article L. 146-6 du Code de l’Urbanisme. (Modifié par Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 241)

« Les documents et décisions relatifs à la vocation des zones ou à l'occupation et à l'utilisation des sols préservent les espaces terrestres et marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, et les milieux nécessaires au maintien des équilibres biologiques. Un décret fixe la liste des espaces et milieux à préserver, comportant notamment, en fonction de l'intérêt écologique qu'ils présentent, les dunes et les landes côtières, les plages et lidos, les forêts et zones boisées côtières, les îlots inhabités, les parties naturelles des estuaires, des rias ou abers et des caps, les marais, les vasières, les zones humides et milieux temporairement immergés ainsi que les zones de repos, de nidification et de gagnage de l'avifaune désignée par la directive européenne n° 79-409 du 2 avril 1979 concernant la conservation des oiseaux sauvages et, dans les départements d'outre-mer, les récifs coralliens, les lagons et les mangroves.

Toutefois, des aménagements légers peuvent y être implantés lorsqu'ils sont nécessaires à leur gestion, à leur mise en valeur notamment économique ou, le cas échéant, à leur ouverture au public. Un décret définit la nature et les modalités de réalisation de ces aménagements qui incluent, selon leur importance et leur incidence sur l'environnement, soit une enquête publique, soit une mise à disposition du public préalablement à leur autorisation.

En outre, la réalisation de travaux ayant pour objet la conservation ou la protection de ces espaces et milieux peut être admise, après enquête publique réalisée conformément au chapitre III du titre II du livre Ier du code de l'environnement.

Le plan local d'urbanisme doit classer en espaces boisés, au titre de l'article L. 130-1 du présent code, les parcs et ensembles boisés existants les plus significatifs de la commune ou du groupement de communes, après consultation de la commission départementale compétente en matière de nature, de paysages et de sites. »

Page 179: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 179

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Définition légale des espaces remarquables Une liste des espaces à préserver a été définie par décret et figure au code de l'urbanisme (art. R. 146-1). Cette liste est indicative et non exhaustive5. Les espaces visés sont les suivants :

- les dunes, landes côtières, plages et lidos, les estrans, les falaises et les abords de celles-ci ;

- les forêts et zones boisées proches du rivage de la mer et des plans d'eau intérieurs d'une superficie supérieure à 1 000 ha ;

- les îlots inhabités ;

- les parties naturelles des estuaires, des rias ou abers et des caps ;

- les marais, les vasières, les tourbières, les plans d'eau, les zones humides et milieux temporairement immergés ;

- les milieux abritant des concentrations naturelles d'espèces animales ou végétales telles que les herbiers, les frayères, les nourrisseries et les gisements naturels de coquillages vivants ;

- les arrêtés préfectoraux de protection biotope ;

- les parties naturelles des sites inscrits ou classés, des parcs nationaux et des réserves naturelles ;

- les formations géologiques telles que les gisements de minéraux ou de fossiles, les stratotypes, les grottes ou les accidents géologiques remarquables ;

- les sites Ramsar et les zones du Réseau Natura 2000 (ZPS, ZSC)

Définition des aménagements légers

L’article R. 146-2 du Code de l’urbanisme définit les aménagements légers et fixe les conditions :

« En application du deuxième alinéa de l'article L. 146-6, peuvent être implantés dans les espaces et milieux mentionnés à cet article, après enquête publique dans les cas prévus par les articles R. 123-1 à R. 123-33 du code de l'environnement, les aménagements légers suivants, à condition que leur localisation et leur aspect ne dénaturent pas le caractère des sites, ne compromettent pas leur qualité architecturale et paysagère et ne portent pas atteinte à la préservation des milieux :

=> a) Lorsqu'ils sont nécessaires à la gestion ou à l'ouverture au public de ces espaces ou milieux, les cheminements piétonniers et cyclables et les sentiers équestres ni cimentés, ni bitumés, les objets mobiliers destinés à l'accueil ou à l'information du public, les postes d'observation de la faune ainsi que les équipements démontables liés à l'hygiène et à la sécurité tels que les

* Confirmé en jurisprudence (CE, 11 mars 1998, no 144301, Min. de l'agriculture et du développement rural

c/ Pouyau Ou CAA Marseille, 20 oct. 2005, no 03MA01568, Cne de Carqueiranne).

sanitaires et les postes de secours lorsque leur localisation dans ces espaces est rendue indispensable par l'importance de la fréquentation du public;

=> b) Les aires de stationnement indispensables à la maîtrise de la fréquentation automobile et à la prévention de la dégradation de ces espaces par la résorption du stationnement irrégulier, sans qu'il en résulte un accroissement des capacités effectives de stationnement, à condition que ces aires ne soient ni cimentées ni bitumées et qu'aucune autre implantation ne soit possible ;

=> c) La réfection des bâtiments existants et l'extension limitée des bâtiments et installations nécessaires à l'exercice d'activités économiques ;

=>d) A l'exclusion de toute forme d'hébergement et à condition qu'ils soient en harmonie avec le site et les constructions existantes :

- les aménagements nécessaires à l'exercice des activités agricoles, pastorales et forestières ne créant pas plus de 50 mètres carrés de surface de plancher ;

- dans les zones de pêche, de cultures marines ou lacustres, de conchyliculture, de saliculture et d'élevage d'ovins de prés salés, les constructions et aménagements exigeant la proximité immédiate de l'eau liés aux activités traditionnellement implantées dans ces zones, à la condition que leur localisation soit rendue indispensable par des nécessités techniques ;

=>e) Les aménagements nécessaires à la gestion et à la remise en état d'éléments de patrimoine bâti reconnus par un classement au titre de la loi du 31 décembre 1913 ou localisés dans un site inscrit ou classé au titre des articles L. 341-1 et L. 341-2 du code de l'environnement.

Les aménagements mentionnés aux a, b et d du présent article doivent être conçus de manière à permettre un retour du site à l'état naturel. »

Remarque : en annexe (10), consulter la circulaire n°2005-57 UHC/PS1 du 15 septembre 2005 relative aux nouvelles dispositions prévues par le décret n°2004-310 du 29 mars 2004 relatif aux espaces remarquables du littoral et modifiant le code de l’urbanisme.

Page 180: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 180

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Analyse du projet

Page 181: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 181

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IX.Présentation technique du projet

IX.1. Caractéristiques techniques

Le Syndicat de Gestion des Milieux Naturels a réalisé un projet d’aménagement pour le site du Marais

d’Orx afin de permettre une amélioration des conditions d’’accueil du public (mission d’une réserve

naturelle nationale) et la restauration des bâtiments administratifs comprenant les bureaux de l’équipe

ainsi que la maison d’accueil du public. Les aménagements concernent différents secteurs de la réserve

(cf. carte1 et 2). Le secteur Béziers, le secteur des pompes Tosi et Napoléoniennes, la maison Bachacou,

le Casier Barrage, le Casier Central, le Casier Nord, le Casier Burret ainsi que le hangar du secteur de

l’Encluse.

Le secteur Béziers

Concernant les bâtiments existants sur le secteur Béziers, la Maison du Marais (maison d’accueil actuelle)

va être rénovée et réagencée intérieurement afin d’optimiser les conditions de travail de l’équipe de la

Réserve Naturelle et d’accueil des groupes. La Maison Béziers va être aménagée dans l’objectif

d’accueillir le public. Elle abritera une boutique, ainsi que des espaces d’exposition. Elle constituera la

porte d’entrée sur le site et se prolongera par un passage piéton pour accéder au Casier Barrage, ceci

grâce à une passerelle bois.

A proximité de la Maison du Marais et de la Maison Béziers, le parking actuel doit être aménagé afin de

permettre un cadrage de la fréquentation du site (notamment aire de stationnement de bus). Des aires de

pique-nique, un jardin pédagogique et des panneaux d’information seront mis à disposition du public dans

le cadre d’une amélioration de son accueil.

Un hangar technique situé sur le secteur Béziers à proximité de la zone de stationnement, permettant le

stockage des véhicules de service ainsi que divers matériel d’entretien, sera réalisé.

Le secteur Casier Barrage

Ce secteur est uniquement concerné par des aménagements relatif à l’accueil du public (pontons,

palissades, observatoires, bancs). Un ponton flottant permettant d’absorber la fluctuation des niveaux du

marais doit-être installé au nord-ouest du Casier ainsi qu’un ponton fixe descendant dans la peupleraie.

Des palissades d’observation ainsi que des bancs seront installés le long du parcours. Un observatoire

grande capacité sera réalisé en bord de digue ainsi qu’un deuxième observatoire en bout d’un ponton

flottant avançant sur le marais au sud-ouest du Casier.

Le début de la digue ouest du Casier Barrage est concerné par la mise en place d’un accès pour

personnes à mobilité réduite (APMR) sur un linéaire d’environ 490 mètres. Cet APMR sera de type

« escaladune » (Cf. photo ci-dessous). Ceci permettant l’accès au site et notamment au premier

observatoire grande capacité.

Le secteur des pompes Tosi et Napoléoniennes

Le bâtiment des anciennes pompes Tosi doit être aménagé en observatoire. La mécanique de la pompe

sera transférée au secteur Béziers dans le but d’être exposé au public (mémoire culturelle). A proximité

des pompes Tosi, la petite aire de stationnement (10 places) sera réfectionnée. Les pompes

Napoléoniennes seront dégagées de la végétation afin de permettre une mise en valeur et la visualisation

par le public. Une stabilisation du bâtiment sera effectuée ainsi qu’une réfection de l’ancienne rambarde.

La maison Bachacou

Une proposition de restauration a été faite par les architectes. Cette restauration consisterait à réhabiliter

le bâtiment afin de le transformer en gîte de groupes ou en maison d’accueil pour artistes. Après étude, il

a été décidé que le bâtiment sera détruit.

Le secteur du Casier central

Ce Casier est strictement interdit d’accès au public sauf lors de visites guidées réalisées par l’animatrice

ou un garde de la réserve. C’est dans un cadre scientifique et d’éducation-environnement qu’une

palissade d’observation doit être installée.

Le secteur du Casier Nord

Ce Casier est strictement interdit d’accès au public sauf lors de visites guidées réalisées par l’animatrice

ou un garde de la réserve. C’est dans un cadre scientifique et d’éducation-environnement qu’une

palissade d’observation doit être installée. La digue sud doit être végétalisée (installation de tuteurs pour

stimuler la végétation présente et plantations) afin d’assurer la quiétude d’espèces d’oiseaux hivernants et

faciliter le travail scientifique du personnel de la réserve.

Le secteur du Casier Burret

Ce Casier est actuellement strictement interdit d’accès au public et n’est pas utilisé par l’animatrice et le

garde de la réserve dans un but de sensibilisation. C’est dans une possible ouverture au public du site

que les paysagistes et scénographes ont proposés des aménagements. Ce secteur sera concerné par la

mise en place de deux palissades et de végétalisation afin de dissimuler le public vis-à-vis des oiseaux et

leur assurer une quiétude.

Le secteur de l’Encluse

Il existe actuellement sur ce secteur un vieux hangar (environ 500 m²) servant à ranger du matériel

d’entretien et technique de la réserve. Ce hangar doit être détruit et remplacé par un hangar de surface

plus réduite (environ 180m²) et plus fonctionnel.

Cf. Carte 1 et 2 : localisation de la zone d’étude et vue d’ensemble du Marais d’Orx

Figure 1 : structure type « escaladune »

utilisée pour l’APMR, photo prise hors

site© Interscène

Page 182: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 182

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Casier

Central

Casier

Nord

Casier

Burret

Casier

Barrage

Secteur

Béziers

Pompes Tosi, pompes Napoléoniennes et

maison Bachacou

L’Encluse

Casier

Central

Page 183: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 183

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 184: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 184

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

X.Analyse des éléments d’aménagements

X.1. Secteur Béziers

Le secteur Béziers comprend actuellement deux bâtiments. La maison de la réserve qui sert de bureaux

au personnel de la réserve et permet l’accueil du public et la maison Béziers qui sert aujourd’hui à garer

les véhicules de service. Les aménagements prévus rentrent dans le cadre des aménagements autorisés

dans les espaces naturels remarquables selon la loi littoral. La réfection des bâtiments sera faite à

l’identique (façades extérieures). La modification de l’aire de stationnement devra se faire dans le cadre

de la maitrise de la fréquentation automobile sans augmenter les capacités d’accueil. Elles ne seront ni

bétonnées ni bitumées. La construction d’un nouveau hangar technique (véhicules de services) rentre

dans la cadre des aménagements nécessaires à l’activité de la réserve. Les panneaux d’information,

tables, bancs qui seront installés font partie des objets mobiliers destinés à l’accueil ou à l’information du

public. L’ensemble du secteur est concerné par la Loi Littoral.

L’aire de stationnement rénovée ne sera ni cimentée, ni bitumée conformément à la loi

L’aire de stationnement ne fera pas augmenter la capacité d’accueil conformément à la loi

L’aire de stationnement fera l’objet d’un aménagement paysager afin de ne pas dénaturer le site

Les deux bâtiments subiront une réfection à l’identique

Le hangar technique sera réalisé avec un bardage bois vertical plein sur ossature bois, ceci pour

une meilleure intégration afin de ne pas dénaturer le site

Les panneaux, tables, bancs, poubelles qui seront installés feront partie des objets mobiliers

destinés à l’accueil ou à l’information du public conformément à la loi

X.2. Secteur du Casier Barrage

Le secteur du Casier Barrage est concerné par des aménagements relatifs à l’accueil du public et à

l’accès du public aux espaces naturels remarquables. L’ensemble des aménagements respecte le principe

de permettre un retour à l’état naturel du site, soit être démontable. Aucun cimentage ou bitumage ne sera

effectué sur la zone. Les aménagements seront intégrés afin de ne pas dénaturer le caractère du site.

Les pontons seront en bois et ne seront pas fixés de façon irréversible, une grande partie est

flottante.

L’accès pour personnes à mobilité réduite de type « escaladune » est une structure bois très

légère et démontable.

Les observatoires sont en bois avec une partie végétalisée afin de permettre une meilleure

intégration et de limiter l’impact sur la faune.

Les palissades sont en bois et s’intègrent dans le paysage. Selon leur situation, une végétalisation

sera effectuée.

Les bancs seront en bois n’auront pas d’emprise au sol et seront seulement lestés (utilisation de la

gravité terrestre) et donc mobiles.

X.3. Secteur des pompes Tosi et pompes Napoléoniennes

Le bâtiment des pompes Tosi va être aménagé de façon à en faire un lieu de mémoire ainsi qu’un observatoire. Les pompes Napoléoniennes vont être stabilisées et débroussaillées de façon à en donner l’accès visuel au public. Ce secteur n’est pas concerné par la Loi Littoral.

X.4. La Maison Bachacou

Ce bâtiment sera démoli. Ce secteur n’est pas concerné par la Loi Littoral.

X.5. Secteur du Casier Burret

Sur ce secteur, seuls des aménagements légers comme des palissades, de la végétalisation sont prévus

dans le cas où il serait ouvert au public ou dans un cadre de visites guidées avec l’animatrice ou le garde

de la réserve. Ce secteur n’est pas concerné par la Loi Littoral.

X.6. Secteur du Casier Central

Pour ce secteur la quasi-totalité de la digue ouest est concernée par la loi littoral. Les

aménagements réalisés sur ce secteur sont légers. Il s’agit de la pose d’une palissade d’observation. Cet

aménagement est réalisé dans un objectif scientifique (suivi de la héronnière) et d’accueil du public lors de

visites guidées. Ce site étant actuellement strictement interdit au public.

Les palissades sont en bois et s’intègrent dans le paysage. Selon leur situation, une végétalisation

sera effectuée.

X.7. Secteur Casier Nord

Pour ce secteur, seul des aménagements légers sont prévus, comme des palissades. Ce secteur n’est

pas concerné par la Loi Littoral.

X.8. Secteur de l’Encluse

Pour ce secteur, la démolition d’un vieux hangar et la reconstruction d’un hangar technique plus petit et

fonctionnel seront effectuées. Ce secteur n’est pas concerné par la Loi Littoral.

Page 185: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 185

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

XI.Démarche d’enquête publique

XI.1. Principe de l’enquête publique

Pour les aménagements situés sur les espaces naturels remarquables répondant à la Loi littoral, si leur

budget dépasse 160 000 euros, ils doivent être soumis à enquête publique conformément au chapitre III

du titre II du livre Ier du Code de l’Environnement.

Le principe de l’enquête publique est défini par les articles L 123-1 à L 123-3 concernant le champ

d’application et objet de l’enquête publique et par les articles L 123-4 à L 123-16 concernant la procédure

et le déroulement de l’enquête publique.

L'enquête mentionnée à l'article L. 123-1 est conduite, selon la nature et l'importance des opérations, par

un commissaire enquêteur ou une commission d'enquête désignés par le président du tribunal

administratif ou le membre du tribunal délégué par lui à cette fin.

Une liste d'aptitude est établie pour chaque département par une commission présidée par le président du

tribunal administratif ou le magistrat qu'il délègue. Cette liste est rendue publique et fait l'objet d'au moins

une révision annuelle.

Le président du tribunal administratif désigne le commissaire enquêteur ou les membres de la commission

d'enquête parmi les personnes figurant sur les listes d'aptitude. Son choix n'est pas limité aux listes des

départements faisant partie du ressort du tribunal.

Quinze jours au moins avant l'ouverture de l'enquête et durant celle-ci, l'autorité compétente porte à la

connaissance du public, par tous moyens appropriés d'affichage, notamment sur les lieux concernés par

l'enquête, et, selon l'importance et la nature du projet, de presse écrite ou de communication

audiovisuelle, l'objet de l'enquête, les noms et qualités du commissaire enquêteur ou des membres de la

commission d'enquête, la date d'ouverture, le lieu de l'enquête et la durée de celle-ci.

La durée de l'enquête ne peut être inférieure à un mois.

Par décision motivée, le commissaire enquêteur ou le président de la commission d'enquête peut

prolonger l'enquête pour une durée maximale de quinze jours.

En fin de procédure un rapport et les conclusions sont rendus publics.

XI.1.1 Cas du site du Marais d’Orx

Comme dit précédemment, le projet d’aménagement du site du Marais d’Orx est soumis à enquête

publique. La Loi Littoral déclenche également une procédure d’enquête publique. Pour des raisons

d’efficacité ces deux procédures seront menées conjointement.

Conclusion

Le projet d’aménagement du site du Marais d’Orx porté par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux

Naturels est d’ampleur modéré. Les zones concernées par des aménagements et étant situées sur la

commune de Labenne, commune soumise à la Loi littoral, ne font l’objet que d’aménagements entrant

dans le cadre de la loi. La réfection du bâti et des aires de stationnement déjà existants du secteur

Béziers, la création de structures (local technique) et l’installation du structures légères (démontables le

cas échéant afin de permettre un retour à l’état naturel du site) comme les palissades bois, les pontons

bois et les observatoires bois, permettent la réalisation du projet en optimisant l’intégration paysagère sans

dénaturer le caractère du site.

Comme le veut la loi, ce projet sera soumis à enquête publique afin d’informer le public et les autres

acteurs du territoire et de recueillir les remarques en vue de la production d’un rapport final et des

conclusions du commissaire enquêteur.

Page 186: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 186

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Bibliographie

Habitats naturel et flore

ALARD D., BOTINEAU M., BOULLET, V., CLEMENT, B., VAN ES, J., DE FOUCAULT, B., GAMISANS,J., GAULTIER, C., GEHU, J.-M., LACOSTE, A., LARGIER, G., LAZARE, J.-J., LOISEL, R., MEDAIL, F., MULLER, S., PAGES, J.-P., PARADIS, G., PENIN, D., RAMEAU, J.-C., ROYER, J.-M., CHAVAUDRET-LABORIE, C., DENIAUD, J. & BENSETITTI, F. (coord.), 2005. Cahiers d’habitats Natura 2000 - Tome 4 - Vol 1 - Habitats agro-pastoraux. La Documentation française. 445 pp.

ATELIER TECHNIQUE DES ESPACES NATURELS, ECOLE NATIONALE DU GENIE RURAL DES EAUX ET FORETS, 2003. CORINE biotopes. Version originale Types d’habitats français. 119 pp.

BARDAT, J., BIORET, F., BOTTE, F. BOULLET, V., CORNIER, Th., DELAHAYE, Th., DUPIEUX, N., FOUCAULT (DE), B., GAUDILLAT, V., GRILLAS, P., GUERLESQUIN, M., GUYO, I., HAURY, J., LACOSTE, A., LAMBERT, E., LAZARE, J.-J., LE CLAINCHE, L., MULLER, S., PLAIGE, V., RAMEAU, J.-C., YAVERCOVSKI, N., 2002. Cahiers d’habitats Natura 2000 - Tome 3 - Habitats humides. La Documentation française. 457 pp.

BARDAT, J., & al., 2004. Prodrome des végétations de France. Publications scientifiques du Museum National d’Histoire Naturelle. 171 pp.

CORINE biotopes manual, 1991. Habitats of the european community. Data specifications part 2. Luxembourg. 300 pp.

CHRISTMANN, E., 2004. Guide des milieux forestiers en Aquitaine. Centre régional de la propriété forestière d’Aquitaine. 110 pp.

ROMAO, C., 1997. Manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne Version EUR 15. Commission européenne DG XI. 109 pp.

http://natura2000.ecologie.gouv.fr/sites/FR7200719.html

Faune

INSECTES

Listes rouges françaises :

Guilbot, R. 1994. Insectes in Maurin, H. & Keith, P., [Eds]. Inventaire de la faune menacée en France. Muséum

national d'Histoire naturelle / WWF / Nathan. Paris. 123-149.

DOMMANGET J.-L., PRIOUL B., GAJDOS A., BOUDOT J.-P., 2008. Document préparatoire à une Liste Rouge des

Odonates de France métropolitaine complétée par la liste des espèces a suivi prioritaire. Société française

d’odonatologie (Sfonat). Rapport non publié, 47 pp.

Listes rouges européennes (IUCN) :

V.J. Kalkman, J.-P. Boudot, R. Bernard, K.-J. Conze, G. De Knijf, E. Dyatlova, S. Ferreira, M. Jović, J. Ott, E.

Riservato and G. Sahlén. 2010. European Red List of Dragonflies. Luxembourg: Publications Office of the European

Union.

Nieto, A. and Alexander, K.N.A. 2010. European Red List of Saproxylic Beetles.

Luxembourg: Publications Office of the European Union.

Van Swaay, C., Cuttelod, A., Collins, S., Maes, D., López Munguira, M., Šašić, M., Settele,

J., Verovnik, R., Verstrael, T., Warren, M., Wiemers, M. and Wynhof, I. 2010. European

Red List of Butterfies. Luxembourg: Publications Office of the European Union.

AMPHIBIENS ET REPTILES

ACEMAV COLL. DUGUET R. MELKI F. (2003) – Les amphibiens de France, Belgique et Luxembourg. Collection

Parthénope, Ed Biotope, Mèze (France), 480 p.

ARNOLD N., OVENDEN D. (2004) – Le guide herpéto, 199 amphibiens et reptiles d’Europe - Les Guides du

Naturaliste, Delachaux & Niestlé, Paris, 288 p.

BERRONEAU M. (2010) – Guide des amphibiens et reptiles d’Aquitaine. Association Cistude Nature, France, 180 p.

MURATET J. (2007) – Identifier les amphibiens de France métropolitaine, Guide de terrain. Association ECODIV,

France, 291 p.

POTTIER G. (2003) – Guide des reptiles et amphibiens de Midi-Pyrénées. Nature Midi Pyrénées, France, 137 p.

THIRION J.-M., GRILLET P. & GENIEZ P. (2002) – Les amphibiens et reptiles du centre-ouest de la France, region

Poitou-Charentes et departments limitrophes. Collection Parthénope, éditions Biotope, Mèze (France), 144p.

UICN Comité français & MNHN (2008) – La Liste rouge des espèces menacées en France, chapitre reptiles et

amphibiens de France métropolitaine. Paris, France, 8 p.

OISEAUX

BIBBY C. J., BURGESS N. D., HILL D. A. & MUSTOE S. H. (2000) – Bird Census Techniques. London, Academic Press,

302 p.

BOUTET J.-Y & PETIT P. (1987) – Atlas des oiseaux nicheurs d’Aquitaine 1974-1984. CROAP et Conseil Régional

d’Aquitaine

DUBOIS P.-J., LE MARECHAL P., OLIOSO G. & YESOU P. (2008) – Nouvel inventaire des oiseaux de France. Delachaux

& Niestlé, Paris, 559 p.

FIERS V. (2004) – Guide pratique des principales méthodes d’inventaire et de suivi de la Biodiversité. Réserves

Naturelles de France, 263 p.

FLITTI A., KABOUCHE B., KAYSER Y. & Olioso G. (2009) – Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

LPO PACA. Delachaux & Niestlé, Paris, 544 p.

JIGUET F. (2010). Les résultats nationaux du programme STOC de 1989 à 2010. http://vigienature.mnhn.fr/

ROCAMORA G. & YEATMAN-BERTHELOT D. (1999) – Oiseaux menacés et à surveiller en France. Liste rouge et

recherche de priorités. Populations, Tendances, Menaces, Conservation. Société d’Etudes Ornithologiques de

France, Ligue pour la Protection des Oiseaux. 598 p.

THIOLLAY J.-M. & BRETAGNOLLE V. coord. (2004) – Rapaces nicheurs de France, distribution, effectifs et

conservation. Delachaux & Niestlé, Paris, 176 p.

UICN Comité français & MNHN (2011) – La Liste rouge des espèces menacées en France. Oiseaux nicheurs de France

métropolitaine. Paris, France, 28 p.

Page 187: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 187

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Annexes

ANNEXE I : liste floristique ANNEXE II : liste des espèces d’oiseaux contactées sur le site ANNEXE III : liste de présence des espèces d’oiseaux sur le Marais d’Orx ANNEXE IV : liste des espèces recensées lors des pêches électriques réalisées en 2000 sur le Boudigau, le canal de Moussehouns et le canal du Moura blanc ANNEXE V : lexique

ANNEXE I : LISTE FLORISTIQUE

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Acer negundo L. Érable négondo

Achillea millefolium L. Achillée millefeuille

Agrostis capillaris L. Agrostide capillaire

Agrostis stolonifera L. Agrostide blanche

Aira caryophyllea L. Canche caryophyllée

Aira praecox L. Canche précoce

Ajuga reptans L. Bugle rampante

Alisma plantago-aquatica L. Alisma plantain d'eau

Althaea officinalis L. Guimauve

Angelica sylvestris L. Angélique des bois

Anthemis cotula L. Anthémis fétide

Anthoxanthum odoratum L. Flouve odorante

Aphanes australis Rydb. Alchémille à petits fruits

Arctium minus (Hill) Bernh. Bardane à petites têtes

Arenaria montana L. Sabline des montagnes

Arrhenatherum elatius (L.) P.Beauv. ex J.Presl & C.Presl

Fenasse

Baccharis halimifolia L. Baccharis à feuilles d'arroche

Bromus catharticus Vahl Brome cathartique

Bromus diandrus Roth Brome à deux étamines

Bromus hordeaceus L. Brome fausse orge

Calluna vulgaris (L.) Hull Callune

Calystegia sepium (L.) R.Br. Grand Liseron

Cardamine hirsuta L. Cardamine hérissée

Carex acutiformis Ehrh. Fausse Laîche aiguë

Carex arenaria L. Laîche des sables

Carex cuprina (Sandor ex Heuff.) Nendtv. ex A.Kern.

Laîche couleur de renard

Carex hirta L. Laîche hérissée

Carex remota L. Laîche à épis espacés

Carex riparia Curtis Laîche des rives

Castanea sativa Mill. Châtaignier

Centaurea jacea L. subsp. debeauxii (Godr. & Gren.) Douin

Centaurée de Debeaux

Centaurium erythraea Raf. Érythrée

Cerastium fontanum Baumg. subsp. vulgare (Hartm.) Greuter & Burdet

Céraiste commun

Cerastium glomeratum Thuill. Céraiste aggloméré

Cerastium semidecandrum L. Céraiste à cinq étamines

Cirsium palustre (L.) Scop. Cirse des marais

Cirsium vulgare (Savi) Ten. Cirse à feuilles lancéolées

Cistus salviifolius L. Ciste à feuilles de sauge

Conyza canadensis (L.) Cronquist Vergerette du Canada

Cornus sanguinea L. Cornouiller sanguin

Cortaderia selloana (Schult. & Schult.f.) Asch. & Graebn.

Herbe de la pampa

Crassula tillaea Lest.-Garl. Crassule mousse

Crepis capillaris (L.) Wallr. Crépide à tiges capillaires

Cynodon dactylon (L.) Pers. Chiendent pied-de-poule

Cyperus eragrostis Lam. Souchet robuste

Cytisus scoparius (L.) Link Genêt à balais

Page 188: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 188

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Dactylis glomerata L. Dactyle

Datura stramonium L. Datura officinal

Dipsacus fullonum L. Cabaret-des-oiseaux

Echinochloa crus-galli (L.) P.Beauv. Panic des marais

Epilobium hirsutum L. Épilobe à grandes fleurs

Epilobium parviflorum Schreb. Épilobe à petites fleurs

Equisetum arvense L. Prêle des champs

Equisetum telmateia Ehrh. Grande Prêle

Erica cinerea L. Bruyère cendrée

Erodium cicutarium (L.) L'Hér. Érodium à feuilles de ciguë

Eupatorium cannabinum L. Eupatoire à feuilles de chanvre

Filipendula ulmaria (L.) Maxim. Fausse Spirée

Frangula dodonei Ard. Bourdaine

Galium aparine L. Gaillet accrochant

Galium palustre L. Gaillet des marais

Geranium dissectum L. Géranium à feuilles découpées

Geranium molle L. Géranium à feuilles molles

Glechoma hederacea L. Gléchome lierre terrestre

Gnaphalium uliginosum L. Cotonnière des fanges

Halimium lasianthum (Lam.) Spach subsp. alyssoides (Lam.) Greuter & Burdet

Hélianthème faux alysson

Hedera helix L. Lierre

Holcus lanatus L. Houlque laineuse

Humulus lupulus L. Houblon

Hypericum androsaemum L. Androsème

Hypericum perforatum L. Millepertuis commun

Hypochaeris glabra L. Porcelle des sables

Hypochaeris radicata L. Porcelle enracinée

Impatiens glandulifera Royle Balsamine de l'Himalaya

Iris pseudacorus L. Iris des marais

Juncus acutiflorus Ehrh. ex Hoffm. Jonc à fleurs aiguës

Juncus conglomeratus L. Jonc aggloméré

Juncus effusus L. Jonc épars

Juncus tenuis Willd. Jonc fin

Lagurus ovatus L. Queue-de-lièvre

Lathyrus pratensis L. Gesse des prés

Leucanthemum vulgare Lam. Marguerite

Logfia minima (Sm.) Dumort. Cotonnière naine

Lonicera periclymenum L. Chèvrefeuille des bois

Lotus angustissimus L. subsp. hispidus (Desf. ex DC.) Bonnier & Layens

Lotier hérissé

Arrêté du 8 mars 2002 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Aquitaine complétant la liste nationale, Article 1

Lotus pedunculatus Cav. Lotier des fanges

Luzula campestris (L.) DC. Luzule des champs

Lycopus europaeus L. Lycope

Lysimachia nummularia L. Lysimaque nummulaire

Lysimachia vulgaris L. Grande Lysimaque

Lythrum salicaria L. Herbe aux coliques

Malva neglecta Wallr. Mauve commune

Medicago arabica (L.) Huds. Luzerne d'Arabie

Mentha aquatica L. Menthe aquatique

Mentha suaveolens Ehrh. Menthe à feuilles rondes

Myosotis discolor Pers. Myosotis bicolore

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Myosotis scorpioides L. Myosotis des marais

Myosoton aquaticum (L.) Moench Céraiste aquatique

Oenanthe crocata L. Oenanthe safranée

Oenanthe pimpinelloides L. Oenanthe faux boucage

Oenothera biennis L. Herbe aux ânes

Ornithopus perpusillus L. Ornithope délicat

Osmunda regalis L. Fougère royale

Oxalis corniculata L. Oxalide corniculée

Parthenocissus inserta (A.Kern.) Fritsch Vigne-vierge

Paspalum dilatatum Poir. Herbe de Dallis

Paspalum distichum L. Paspale à deux épis

Phalaris arundinacea L. Alpiste faux roseau

Phragmites australis (Cav.) Steud. Roseau

Phytolacca americana L. Raisin d'Amérique

Plantago coronopus L. Plantain corne-de-cerf

Plantago lanceolata L. Plantain étroit

Plantago major L. Grand Plantain

Poa annua L. Pâturin annuel

Poa trivialis L. Gazon d'Angleterre

Polycarpon tetraphyllum (L.) L. Polycarpe à quatre feuilles

Polygonatum multiflorum (L.) All. Sceau-de-Salomon commun

Polygonum amphibium L. Persicaire amphibie

Polygonum hydropiper L. Poivre d'eau

Polygonum persicaria L. Persicaire

Populus deltoides Bartram ex Marshall Peuplier de Virginie

Potentilla reptans L. Potentille rampante

Pteridium aquilinum (L.) Kuhn Fougère-aigle

Pulicaria dysenterica (L.) Bernh. Pulicaire dysentérique

Quercus robur L. Chêne pédonculé

Quercus suber L. Chêne-liège

Ranunculus acris L. Renoncule âcre

Ranunculus repens L. Renoncule rampante

Raphanus raphanistrum L. Radis ravenelle

Robinia pseudoacacia L. Acacia

Rosa canina L. Églantier des chiens

Rubus caesius L. Ronce bleuâtre

Rubus sp. Ronce

Rumex acetosa L. Grande Oseille

Rumex acetosella L. Petite Oseille

Rumex conglomeratus Murray Oseille agglomérée

Rumex obtusifolius L. Patience à feuilles obtuses

Salix alba L. Osier blanc

Salix atrocinerea Brot. Saule à feuilles d'olivier

Salix x rubens Schrank Osier jaune

Sambucus ebulus L. Hièble

Senecio sylvaticus L. Séneçon des bois

Setaria pumila (Poir.) Roem. & Schult. Sétaire glauque

Silene dioica (L.) Clairv. Compagnon rouge

Solanum dulcamara L. Douce-amère

Solanum nigrum L. Morelle noire

Sonchus arvensis L. Laiteron des champs

Sonchus asper (L.) Hill Laiteron épineux

Sporobolus indicus (L.) R.Br. Sporobole tenace

Stellaria graminea L. Stellaire à feuilles de graminée

Stellaria media (L.) Vill. Morgeline

Succisa pratensis Moench Mors-du-Diable

Page 189: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 189

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Tamus communis L. Herbe aux femmes battues

Teesdalia nudicaulis (L.) R.Br. Téesdalie à tige nue

Teucrium scorodonia L. Germandrée scorodoine

Trifolium campestre Schreb. Trèfle des champs

Trifolium dubium Sibth. Petit Trèfle jaune

Trifolium pratense L. Trèfle commun

Trifolium repens L. Trèfle blanc

Ulex europaeus L. Ajonc d'Europe

Urtica dioica L. Grande Ortie

Veronica arvensis L. Véronique des champs

Veronica chamaedrys L. Véronique petit-chêne

Veronica officinalis L. Véronique officinale

Vicia cracca L. Jarosse

Vicia sativa L. Vesce commune

Vicia tetrasperma (L.) Schreb. Cicérole

Vitis vinifera L. subsp. vinifera Vigne

Page 190: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 190

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

ANNEXE II : LISTE DES ESPECES D’OISEAUX CONTACTEES SUR L’AIRE D’ETUDE

Espèce Protection Directive Oiseaux Liste rouge France Liste rouge France hiver DZ 40 Critère reproduction Critère hiver dont Ramsar Statut sur le site

Cygne tuberculé Cygnus olor Protégée IIB NA(a) NE

N,H

Cygne noir d'Australie Cygnus atratus - - - -

N,H

Oie des moissons Anser fabalis - IIA - V Oui

1 % (30) M,H

Oie rieuse Anser albifrons - IIB(Fr), IIIB - V Oui

1 % (3) M,H

Oie cendrée Anser anser - IIA, IIIB VU R Oui 1 C 1% (55) N,H

Oie à tête barrée Anser indicus - - - -

M

Bernache nonnette Branta leucopsis Protégée I - V

M

Tadorne de Belon Tadorna tadorna Protégée - LC SS Non 1 C 1 % (480) N,H

Canard siffleur Anas penelope - IIA, IIIB NA(b) AS Non

1% (420) A surveiller H

Canard chipeau Anas strepera - IIA LC L Oui 1 C 1 % (180) N,H

Sarcelle d'hiver Anas crecca - IIA, IIIB VU AS Oui 1 C 1 % (870) N,H

Canard colvert Anas platyrhynchos - IIA, IIIA LC SS

N,H

Canard pilet Anas acuta - IIA, IIIB NA(b) AS Non 1 C 1 % (130) Non évalué H

Sarcelle d'été Anas querquedula - IIA VU AS Oui 1 C

M

Canard souchet Anas clypeata - IIA, IIIB LC AS Oui 1 C 1% (130) A surveiller N,H

Nette rousse Netta rufina - IIB(Fr) LC V

M

Fuligule milouin Aythya ferina - IIA, IIIB LC SS Oui 1 C 1 % (600 ou site où 14 espèces) M,H

Fuligule nyroca Aythya nyroca Protégée I NA(b) NE

M

Fuligule morillon Aythya fuligula - IIA, IIIB LC SS Non 1 C 1 % (500) Non défavorable M,H

Fuligule milouinan Aythya marila - IIB(Fr), IIIB - R

M,H

Garrot à œil d'or Bucephala clangula - IIB(Fr) NA(b) R

H

Grèbe castagneux Tachybaptus ruficollis Protégée - LC SX

N,H

Grèbe huppé Podiceps cristatus Protégée - LC SS

N,H

Grèbe à cou noir Podiceps nigricollis Protégée - LC SS Non 1 C 1 % (130) non défavorable H

Grand Cormoran Phalacrocorax carbo Protégée - LC SS

N,H

Butor étoilé Botaurus stellaris Protégée I VU NE Oui 1 C 1 % (2) M,H

Blongios nain Ixobrychus minutus Protégée I NT - Oui 1 C

M

Bihoreau gris Nycticorax nycticorax Protégée I LC NE Oui 1 C si hivernage N,H

Crabier chevelu Ardeola ralloides Protégée I NT - Non 1 C

NO

Héron gardeboeufs Bubulcus ibis Protégée - LC NE Oui 1 C et 1 autre espèce d'Ardeidae 1 % (si >=100) N,H

Aigrette garzette Egretta garzetta Protégée I LC NE Oui 10 C ou 1 autre espèce d'Ardeidae 1 % (100) Non évalué N,H

Grande aigrette Casmerodius albus Protégée I NT V

E,H

Héron cendré Ardea cinerea Protégée - LC SS

N,H

Héron pourpré Ardea purpurea Protégée I LC - Oui 1 C

N

Cigogne noire Ciconia nigra Protégée I EN -

M

Cigogne blanche Ciconia ciconia Protégée I LC NE

N,M,H

Ibis falcinelle Plegadis falcinellus Protégée I NA(b) -

MO

Ibis sacré Threskiornis aethiopicus - - - -

MO

Spatule blanche Platalea leucorodia Protégée I VU V Oui 1 C 1 % (5) N,M,H

Flamant rose Phoenicopterus roseus Protégée I EN NE

MO

Marouette ponctuée Porzana porzana Protégée I DD - Oui 1 C

MO

Râle d'eau Rallus aquaticus - IIB(Fr) DD NE

N,H

Gallinule poule-d'eau Gallinula chloropus - IIB(Fr) LC NE

N,H

Foulque macroule Fulica atra - IIA, IIIB LC SS

N,H

Grue cendrée Grus grus Protégée I CR AS Oui

1% (200) A surveiller M,H

Page 191: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 191

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Echasse blanche Himantopus himantopus Protégée I LC - Oui 3 C 1 % (1) M

Avocette élégante Recurvirostra avosetta Protégée I LC AS Non 1 C 1 % (180) à surveiller M

Oedicnème criard Burhinus oedicnemus Protégée I NT - Non 1 C en dehors des zones cultivées >= 10 inds MO

Petit Gravelot Charadrius dubius Protégée - LC -

M

Grand Gravelot Charadrius hiaticula Protégée - VU AS Oui 1 C 1 % (120) A surveiller M,H

Gravelot à collier interrompu Charadrius alexandrinus Protégée I NT NE Oui 1 C et 1 espèce du cortège dunaire 1 % (5) Non évalué MO

Pluvier doré Pluvialis apricaria - I, IIB(Fr), IIIB - AS

H

Pluvier argenté Pluvialis squatarola - IIB(Fr) - AS Oui

1 % (250) M,H

Vanneau huppé Vanellus vanellus - IIB(Fr) LC D Oui 2 C 1 % (700) H

Bécasseau maubèche Calidris canutus - IIB(Fr) - V Oui

1 % (250) M

Bécasseau minute Calidris minuta Protégée - - R Oui

1 % (25) M

Bécasseau cocorli Calidris ferruginea Protégée - - -

M

Bécasseau variable Calidris alpina Protégée - NA(b) D Oui

1 % (3000) M,H

Combattant varié Philomacus pugnax - I, IIB(Fr) NA(b) V

M

Bécassine des marais Gallinago gallinago - IIA, IIIB EN AS Non 1 C

M,H

Bécasse des bois Scolopax rusticola - IIA, IIIB LC AP Oui 1 C

H

Barge à queue noire Limosa limosa - IIB(Fr) VU V Oui 1 C 1 % (60) M

Barge rousse Limosa lapponica - I, IIB(Fr) - E Non

1 % (50) M

Courlis corlieu Numenius phaeopus - IIB(Fr) - N

M

Courlis cendré Numenius arquata - IIB(Fr) VU D Oui 1 C 1% (200) M,H

Chevalier arlequin Tringa erythropus - IIB(Fr) - N

M

Chevalier gambette Tringa totanus - IIB(Fr) LC R Non 1 C 1 % (40) M,H

Chevalier stagnatile Tringa stagnatilis Protégée - - -

MR

Chevalier aboyeur Tringa nebularia - IIB(Fr) - N

M

Chevalier culblanc Tringa ochropus Protégée - - N

M,H

Chevalier sylvain Tringa glareola Protégée I - -

M

Chevalier guignette Actitis Hypoleucos Protégée - LC N Oui 1 C 1% (5) Non évalué M

Tournepierre à collier Arenaria interpres Protégée - - SS

M

Phalarope à bec étroit Phalaropus lobatus Protégée I - -

MR

Mouette rieuse Chroicocephalus ridibundus Protégée IIB LC SS Non 5 C 1 % (15 000) M,E

Mouette pygmée Hydrocoloeus minutus Protégée I NA(b) V Oui

1 % (9) M

Mouette mélanocéphale Larus melanocephalus Protégée I LC R Oui

1 % (50) M

Goéland brun Larus fuscus Protégée IIB LC SS

M,H

Goéland argenté Larus argentatus Protégée IIB LC N

H

Goéland leucophée Larus michahellis Protégée - LC N

N,H

Sterne caspienne Sterna caspia Protégée I - -

MO

Guifette moustac Chlidonias hybrida Protégée I NT N Non

1% M

Guifette noire Chlidonias niger Protégée I VU -

M

Guifette leucoptère Chlidonias leucopterus Protégée - - -

MR

Sterne caugek Sterna sandvincensis Protégée I VU N Non 1 C 1 % (10) Non évalué MO

Sterne pierregarin Sterna hirundo Protégée I LC N

M

Sterne arctique Sterna paradisaea Protégée I CR -

MO

Martin-pêcheur d'Europe Alcedo atthis Protégée I LC -

N,H

Page 192: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 192

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

ANNEXE III : TABLEAU DE PRESENCE DES ESPECES D’OISEAUX SUR LE MARAIS D’ORX, source RNN du Marais d’Orx

Page 193: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 193

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 194: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 194

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 195: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 195

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

ANNEXE IV : LISTE DES ESPECES RECENSEES LORS DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES EN 2000 SUR LE BOUDIGAU, LE CANAL DE MOUSSEHOUNS ET LE CANAL DU MOURA BLANC

Boudigau :

Anguille européenne – Anguilla anguilla Brême - Abramis brama Carpe commune – Cyprinus carpio Gambusie - Gambusia affinis Gardon – Rutilus rutilus Tanche – Tinca tinca Poisson chat - Ictalurus melas Perche soleil - Lepomis gibbosus Ecrevisse de Louisianne - Procambarus clarkii

Canal de Moussehouns :

Anguille européenne – Anguilla anguilla Loche Franche – Barbatula barbatula Lamproie de rivière – Lampetra fluviatilis Goujon – Gobio gobio Vairon – Phoxinus phoxinus

Canal de Moura blanc :

Anguille européenne – Anguilla anguilla Gardon – Rutilus rutilus Goujon – Gobio gobio Lamproie de Planer – Lampetra planeri Ecrevisse de Louisianne - Procambarus clarkii Perche soleil - Lepomis gibbosus Gambusie - Gambusia affinis Loche Franche – Barbatula barbatula Ecrevisse américaine – Orconectes limosus Vairon – Phoxinus phoxinus rû de Marsacq : Anguille européenne – Anguilla anguilla Goujon – Gobio gobio Brochet – Esox lucius Loche Franche – Barbatula barbatula Lamproie de Planer – Lampetra planeri Ecrevisse de Louisianne - Procambarus clarkii Perche soleil - Lepomis gibbosus Vairon – Phoxinus phoxinus Poisson chat - Ictalurus melas

Page 196: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 196

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

ANNEXE V : LEXIQUE

Bioévaluation : évaluation de l’intérêt biologique d’un site tenant compte de la richesse spécifique, de la diversité, de la représentativité à différentes échelles des cortèges d’espèces et habitats présents, de la présence – absence

d’espèces rares, en limite d’aire, endémique, etc.

Cortège : groupe d’espèces en un lieu donné.

Directive « Habitats » : directive 92/43/CEE du Conseil du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages. Cette directive prévoit notamment la désignation de Zones Spéciales

de Conservation, la mise en place du réseau Natura 2000 et le régime d’évaluation des incidences.

Eutrophe : riche en éléments utilisables par la végétation permettant une forte activité biologique.

Faciès : physionomie particulière d'une communauté végétale due à la dominance locale d'une espèce. Désigne également une catégorie de roche ou de terrain déterminée par un ou plusieurs caractères lithologiques, pétrographiques,

paléontologiques, à l'intérieur d'un étage déterminé (ex. faciès gréseux).

Feuillu(e) : se dit des arbres, arbustes et arbrisseaux de la classe des angiospermes qui possèdent des feuilles.

Formation végétale : unité de paysage caractérisée par une certaine homogénéité de la structure de ses essences végétales dominantes.

Fragmentation (des habitats) : action par laquelle des phénomènes d’origine naturelle ou anthropique fractionnent les habitats d’un écosystème qui étaient jointifs dans les conditions initiales (ex. déforestation, sécheresse, réseau

routier, urbanisation…).

Friche : formation végétale herbacée composée essentiellement d’espèces bisannuelles. Les friches correspondent généralement à des habitats de recolonisation après une perturbation plus ou moins longue (culture abandonnée par

exemple).

Habitat d’espèce : c’est l’ensemble des compartiments de vie d’une espèce en un lieu donné. L’habitat d’espèce comprend les zones de reproduction, de nourrissage, d’abri ou de repos, de déplacement, de migration, d’hibernation…

Habitat naturel : système fonctionnel constitué par le biotope (milieu physique – roche mère, climat local, etc.) et la biocénose (l’ensemble des êtres vivants). Un habitat naturel correspond donc à un type d’écosystème

Invasif : désigne un organisme indigène ou exotique qui a tendance à proliférer dans un écosystème (syn. envahissant).

Mosaïque : Juxtaposition horizontale de communautés végétales, dispersées/imbriquées sur une surface de végétation globalement homogène. S’utilise par exemple pour parler de milieux en pleine évolution (milieu en cours de

fermeture), ou pour évoquer la présence de micro-habitats au sein d’entités plus vastes.

Nitrophile : qualifie une plante qui pousse sur des sols riches en azote

Ourlet : végétation herbacée ou sous-frutescente se développant en lisière des forêts et des haies

Phytosociologie : étude des tendances naturelles que manifestent des individus d'espèces différentes à cohabiter dans une communauté végétale ou au contraire à s'en exclure.

Pionnier : se dit d’une espèce apte à colonisée des terrains nus et participant aux stades initiaux d’une succession progressive.

Planitiaire (étage) : étage des plaines.

Prairie : formation végétale herbacée dense assez haute (à complet développement) évoluant naturellement vers un stade boisé qui est stoppé par la pratique régulière de pâturage ou de fauches.

Ripisylve : forêt installée au bord des cours d'eau, et soumise régulièrement aux crues.

Rudéral : croissant dans un site rudéralisé, c’est-à-dire fortement transformé par une activité humaine non ordonnée (décombres, terrains vagues,...).

Strate : subdivision contribuant à caractériser l'organisation verticale des individus présents sur une station.

Taxon : entité systématique concrète d’un rang quelconque ; ex : variété, espèce, famille,...

Z.N.I.E.F.F. (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) : zone naturelle remarquable pour la faune et la flore en France et qui doit être consulté avant tout projet d'aménagement.

Page 197: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 197

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Annexes Loi Littoral

Annexe 1 : Circulaire no 2005-57 UHC/PS1 du 15 septembre 2005

relative aux nouvelles dispositions prévues par le décret no 2004-310 du 29 mars 2004 relatif aux espaces remarquables du littoral et modifiant le code de l'urbanisme

Page 198: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 198

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Circulaire no 2005-57 UHC/PS1 du 15 septembre 2005

relative aux nouvelles dispositions prévues par le décret no 2004-310 du 29 mars 2004 relatif aux espaces remarquables du littoral et modifiant le code de l'urbanisme

(NOR : EQUU0510271C)

Le ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer La ministre de l'écologie et du développement durable

à Mesdames et Messieurs les destinataires désignés ci-dessous

Textes sources : décret no 2004-310 du 29 mars 2004 relatif aux espaces remarquables du littoral et modifiant le code

de l'urbanisme.

Textes abrogés : circulaire no 89-56 du 10 octobre 1989.

Textes modifiés : articles R 146-1 et 146-2 du code de l'urbanisme.

Mots-clés : littoral, espaces remarquables

La loi no 86-2 du 3 janvier 1986, dite loi Littoral, protège les espaces terrestres et marins, sites et paysages

remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, et les milieux nécessaires au maintien des équilibres biologiques. Elle vise en particulier les espaces et milieux naturels à préserver en fonction de l'intérêt écologique qu'ils présentent.

L'article L. 146-6 du code de l'urbanisme prévoit toutefois que des aménagements légers peuvent être implantés dans ces espaces :

«lorsqu'ils sont nécessaires à leur gestion, à leur mise en valeur notamment économique ou, le cas échéant, à leur ouverture au public».

L'article L. 146-6 renvoie à un décret le soin de définir à la fois la nature et les modalités de réalisation de ces aménagements. Les dispositions contenues dans l'article R. 146-2 du code de l'urbanisme ont été modifiées par le décret du 29 mars 2004. Ce décret a principalement pour objet de :

— concilier la protection des espaces remarquables et le maintien des activités économiques traditionnelles, qui sont étroitement liées aux caractères des lieux et qui ont contribué à les façonner. — répondre à la demande sociale de plus grande ouverture au public des espaces remarquables, en rendant notamment possible l'aménagement de voies piétonnières, cyclables et équestres.

La présente circulaire a pour objet de préciser les modalités d'application de ce décret.

I. Les conditions qui s'appliquent de façon générale à tout aménagement autorisé dans les espaces remarquables

- les aménagements doivent être légers, même quand aucune condition de seuil n'est posée. La présente circulaire précise, pour chaque catégorie d'aménagement, comment doit être interprétée la notion d'«aménagement léger». D'un point de vue général, le caractère léger s'appréciera au regard de la hauteur, du volume, du rapport hauteur/emprise au sol, de la taille de la construction, notamment au regard des dimensions du site. En particulier, l'aménagement devra conserver des proportions raisonnables et on appréciera son incidence sur l'environnement.

- la localisation comme l'aspect des aménagements ne doivent pas dénaturer le caractère des sites, compromettre leur qualité architecturale ou paysagère et ne pas porter atteinte à la préservation des milieux.

- dans les espaces naturels, les aménagements doivent être conçus de manière à permettre un retour du site à l'état naturel. Cette condition de réversibilité de l'aménagement s'applique à l'ensemble des aménagements prévus à l'exception des travaux relatifs à la réfection de bâtiments existants, à l'extension limitée des bâtiments nécessaires à l'exercice d'activités économiques et aux aménagements nécessaires à la gestion et remise en état d'éléments du patrimoine bâti.

- les aménagements doivent, selon les cas, être nécessaires à la gestion ou à l'ouverture au public, à la maîtrise de la fréquentation automobile ou à l'exercice des activités économiques notamment celles traditionnellement implantées et contribuant à la mise en valeur du site (conchyliculture, saliculture, élevage d'ovins dans les prés salés).

II. Les aménagements autorisés

a. Aménagements nécessaires à l'accueil du public

Les espaces remarquables peuvent être ouverts au public. En l'absence d'équipements liés à l'accueil du public, une fréquentation inorganisée peut entraîner une dégradation du lieu. C'est pourquoi l'article R. 146-2 modifié permet d'autoriser sous conditions les équipements suivants :

a.1. les chemins piétonniers, les cheminements cyclables et les sentes équestres à condition qu'ils ne soient ni cimentés ni bitumés,

a.2. les objets mobiliers destinés à l'accueil ou à l'information du public tel que bancs, poubelles, panneaux d'information et de signalisation,

a.3. les postes d'observation de la faune,

a.4. les équipements démontables liés à l'hygiène et à la sécurité, tels que sanitaires et postes de secours.

Ces équipements doivent : — être démontables. Cette obligation ne signifie pas que ces équipements devront être démontés tous les ans. Les sanitaires et les postes de secours pourront par exemple être maintenus sur les sites d'une année sur l'autre, à condition que cela n'entraîne pas de rajouts successifs pouvant conduire à un «durcissement» de l'équipement. Par ailleurs, la notion de «retour à l'état naturel du site» implique que les éventuelles fondations puissent si nécessaire disparaître de manière que le site puisse retrouver son aspect antérieur à la construction d'un point de vue paysager. — justifier que leur implantation est indispensable en raison de l'importance de la fréquentation du public. Il conviendra donc de vérifier que l'équipement ne peut être implanté hors de l'espace remarquable, ou simplement à proximité.

a.5. les aires de stationnement indispensables à la maîtrise de la fréquentation automobile.

De nombreux problèmes sont posés en espaces remarquables par le stationnement anarchique et sauvage, très destructeur sur des milieux fragiles. Afin de résorber ce phénomène, et pour les espaces confrontés à un réel problème de stationnement sauvage, le décret autorise les aires de stationnement de manière très encadrée. Ainsi, ces aires pourront être autorisées si :

— elles sont indispensables à la maîtrise de la fréquentation automobile et à la prévention de la dégradation des espaces et n'entraînent pas d'accroissement des capacités de stationnement. — aucune autre implantation n'est possible. Il convient de démontrer qu'une implantation en dehors de l'espace remarquable n'aurait pas d'effet dissuasif sur le stationnement sauvage. — elles ne sont ni cimentées ni bitumées. — elles font l'objet d'un aménagement paysager, de telle sorte que le stationnement n'altère pas le caractère remarquable de l'espace.

Préalablement à leur autorisation, toutes les aires de stationnement situées dans les espaces remarquables sont soumises à enquête publique, sans condition de seuil.

b. Réfection de bâtiments existants et extension limitée des bâtiments et installations nécessaires à l'exercice d'activité économiques

b.1. La réfection des bâtiments existant à l'identique est toujours possible. Même en l'absence de toute mention les autorisant, les travaux ayant pour seul objet la conservation de bâtiments existants ne peuvent être interdits car cela serait contraire au droit de propriété.

Sous réserve d'une desserte par les voies et réseaux, la restauration d'un bâtiment dont il reste l'essentiel des murs porteurs, et qui présente un intérêt architectural et patrimonial, peut être autorisée.

L'article L. 111-3 s'applique dans les espaces remarquables, sauf disposition contraire du document d'urbanisme.

b.2. L'extension limitée de bâtiments existant :

Des extensions limitées des bâtiments et installations peuvent être autorisées, si elles sont nécessaires à l'exercice d'activités économiques, dès lors que celles-ci restent compatibles avec la gestion des espaces remarquables, leur mise en valeur notamment économique ou, le cas échéant, leur ouverture au public.

S'agissant d'un espace remarquable, la notion d'extension limitée doit s'entendre de façon stricte. Sauf cas très

Page 199: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 199

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

particulier, ces extensions ne devraient pas excéder le seuil de 50 mètres carrés de surface de plancher retenu par le décret pour les constructions neuves à usage agricole, pastoral ou forestier et ne permettre qu'une extension de l'ordre de 10 à 20 % maximum de la surface initiale du bâtiment. L'extension, y compris lorsqu'elle se réalise en plusieurs tranches, devra être calculée par rapport à la surface d'origine.

b.3. En ce qui concerne les terrains de camping situés en espaces remarquables préexistants à l'entrée en vigueur de la loi littoral, ne seront autorisés que les travaux d'entretien ou de réfection (sanitaires par exemple).

L'extension limitée ne peut être autorisée que si elle est nécessaire à l'exercice d'activités économiques existantes implantées légalement.

c. Création d'installations ou de bâtiments nouveaux

L'article R. 146-2 d) distingue deux situations suivant la nature de l'activité économique exercée :

c.1. Les aménagements nécessaires à l'exercice des activités agricoles, pastorales et forestières pour lesquels est défini un seuil maximal de 50 mètres carrés de surface de plancher hors œuvre brute. Dans la mesure du possible, il est souhaitable de réaliser ces aménagements contribuant à l'exercice d'activités non liées à la proximité immédiate de l'eau, en dehors des espaces remarquables.

c.2. Les constructions et aménagements exigeant la proximité immédiate de l'eau et liés aux activités traditionnellement implantées dans les zones de pêche, de cultures marines ou lacustres, de conchyliculture, de saliculture et d'élevage d'ovins de prés salés. Le développement de ces activités peut justifier des aménagements sans condition de seuil, sous réserve que :

— la localisation de ces aménagements soit rendue indispensable par des nécessités techniques. — les locaux liés à ces activités respectent les réglementations sanitaires en vigueur. — dans le cas particulier des élevages d'ovins de prés salés, l'exigence de proximité immédiate de l'eau doit être appréciée au regard des modes actuels de production.

Le décret ne définit aucun seuil de surface pour cette seconde catégorie. Vous apprécierez le caractère léger au regard de :

— la hauteur, le volume, le rapport hauteur/emprise au sol… — la taille de la construction qui devra conserver des proportions raisonnables par rapport au site. — le choix des matériaux et des couleurs, qui, dans le cas d'architecture non traditionnelle, devra permettre à ces constructions de s'insérer dans le site. Seront privilégiés par exemple les matériaux mats qui absorbent la lumière et les couleurs qui permettent de se fondre dans le paysage.

Les constructions «en dur», de type calorges, bergeries d'ovins de prés salés… pourront être considérées comme des aménagements légers si elles sont traditionnellement implantées dans la région et font l'objet d'une parfaite intégration dans le site tant du point de vue paysager qu'architectural. Des matériaux naturels, dans l'esprit de ceux traditionnellement utilisés (bois, pierre, murs en pisé…), devront alors être utilisés pour l'enveloppe extérieure de la construction (murs et toiture).

Vous accorderez la même importance aux critères liés à la nature et la qualité des matériaux utilisés, l'insertion dans le site, l'harmonie avec les constructions existantes, la superficie de la construction par rapport au site…, qu'au critère de surface de la construction.

Il faut noter que dans l'un et l'autre cas visés par le d), les aménagements autorisés ne peuvent concerner la création d'hébergement, qu'il soit touristique ou individuel.

Sur ce point essentiel précisant les nouvelles prescriptions du décret, il convient de souligner que l'absence de seuil à l'exception des 50 m

2 ne permet en aucun cas d'autoriser des équipements qui ne seraient pas

compatibles avec le caractère «léger» qu'exige expressément l'article L. 146-6. La jurisprudence considère à cet égard que les dispositions réglementaires ne font pas obstacle au contrôle par le juge du respect de l'article L. 146-6 et, en particulier, du caractère léger des aménagements dans le cadre du contrôle de l'erreur manifeste d'appréciation.

d. Gestion et remise en état d'éléments de patrimoine bâti L'article R. 146-2 modifié prévoit au e) la possibilité de réaliser les aménagements nécessaires à la remise en état d'éléments de patrimoine bâti reconnus par un classement au titre du code du patrimoine (loi du 31 décembre 1913 codifiée) ou localisés dans un site inscrit ou classé au titre des articles L. 341-1 et L. 341-2 du code de l'environnement. Ainsi la réhabilitation d'éléments de patrimoine bâti bénéficiant de protections réglementaires

(phares, forts Vauban, tours génoises…) ou d'éléments de petit patrimoine bâti, rural ou maritime, identitaire de ces espaces littoraux (stèles, chapelles, cimetières marins, cabanes de douaniers…) peut désormais être réalisée dans les espaces remarquables du littoral, dans le cadre des procédures de contrôle qualitatif prévues par ces législations.

III. Documents d'urbanisme et autorisations

a. Rôle des documents d'urbanisme

L'article 1er

du décret codifié à l'article R. 146-1 indique que «Lorsqu'ils identifient des espaces ou milieux relevant du présent article, les documents d'urbanisme précisent, le cas échéant, la nature des activités et catégories d'équipements nécessaires à leur gestion ou à leur mise en valeur notamment économique.»

Le plan local d'urbanisme, peut, à l'article 2 du règlement, préciser que les aménagements et constructions nécessaires à ces activités ou équipements sont autorisés à condition de conserver un caractère d'aménagement léger.

Le schéma de cohérence territoriale (ou une directive territoriale d'aménagement) peut identifier un espace remarquable ayant été façonné par une activité (l'agriculture en particulier) ou entretenu par un gestionnaire d'écosystème (la conchyliculture par exemple), où il conviendra que les plans locaux d'urbanisme n'interdisent pas l'exercice de cette activité.

b. L'instruction des dossiers relatifs aux demandes d'occupation du sol dans les espaces remarquables

Les aménagements légers définis à l'article R. 146-2 relèvent d'une procédure d'autorisation soit au titre du permis de construire, soit au titre de la déclaration de travaux, soit au titre de la procédure d'installations et de travaux divers, dont le décret élargit le champ d'application.

C'est au moment de la délivrance de l'autorisation, qu'il conviendra de vérifier que les conditions définies par l'article R. 146-2 sont bien respectées.

b.1. La composition du dossier de permis de construire ou de déclaration de travaux pour les constructions prévues au d) de l'article R. 146-2

Lorsque l'aménagement relève du permis de construire ou de la déclaration de travaux et concerne un projet de construction visé au d) de l'article R. 146-2, le dossier du permis de construire ou de la déclaration de travaux doit comporter une notice précisant l'activité économique qui doit être exercée dans le bâtiment et justifier, s'il y a lieu, que cette activité répond aux critères définis par cet article.

Les autorités chargées de délivrer le permis de construire ou la déclaration de travaux devront donc vérifier très précisément que la destination du bâtiment répond aux critères définis par le d) de l'article R. 146-2 et vérifier notamment pour les activités mentionnées au deuxième tiret que l'activité envisagée est bien une activité traditionnelle au regard de celles exercées dans l'espace considéré.

b.2. Le cas particulier des installations et travaux divers

b.2.1. Le champ d'application de la procédure des installations et travaux divers

L'article R. 442-2 étend le champ d'application de la procédure des installations et travaux divers aux aménagements mentionnés aux a), b), c) et d) de l'article R. 146-2 dès lors que ces aménagements sont situés dans des espaces remarquables identifiés par le document d'urbanisme. La seule exception concerne donc les aménagements visés au e) c'est à dire les aménagements nécessaires à la gestion du patrimoine bâti.

Cette autorisation n'est applicable que dans les communes dotées d'un POS ou d'un PLU opposable, ainsi que dans les communes figurant sur une liste dressée par arrêté du préfet, pris sur proposition du responsable du service de l'État dans le département chargé de l'urbanisme, et après avis du maire des communes intéressées. Vous veillerez donc à dresser la liste des communes non couvertes par un plan local d'urbanisme, comprenant des espaces remarquables.

b.2.2. La composition du dossier

Pour les installations ou travaux projetés ouverts au public : le dossier de demande d'installations et travaux divers comprend une notice particulière sur les mesures à mettre en place afin de permettre l'accessibilité à tous.

Page 200: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 200

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Le décret étend ainsi aux installations et travaux divers, le régime prévu par l'article L. 421-3 III relatif aux permis de construire des établissements recevant du public.

Pour les aires de stationnement incluses dans un espace remarquable : le dossier comporte en outre une notice exposant l'état actuel de la fréquentation automobile et des stationnements, les raisons pour lesquelles l'aire de stationnement ne peut pas être implantée en un autre lieu ainsi que les mesures prévues pour limiter la fréquentation automobile dans le site, assurer l'insertion paysagère de l'aire et la protection des milieux.

Cette notice permet à l'autorité compétente pour délivrer l'autorisation d'installations et travaux divers de vérifier que l'aire de stationnement ne peut pas être implantée dans un autre lieu.

c. les prescriptions paysagères

L'article R. 442-6 précise que l'autorisation délivrée au titre des installations et travaux divers peut comporter des prescriptions de nature à assurer une meilleure insertion des aménagements dans le site et les paysages.

Il convient d'avoir la même exigence pour la délivrance du permis de construire. Dans le souci de préserver le site et d'insérer au mieux l'aménagement dans celui-ci, les prescriptions pourront porter par exemple sur les couleurs, les proportions ou l'aspect des matériaux.

Lorsque le projet se situe dans un site classé, le passage en commission départementale des sites, perspectives et paysages est obligatoire et il peut être proposé par le préfet lorsque celui-ci est en site inscrit.

Dans le cadre de l'instruction des dossiers relatifs à des aménagements dans les espaces remarquables, les services de l'Etat concernés (DDE), pourront s'appuyer utilement sur l'expérience de certains établissements, tels que le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres, ou de certains parcs nationaux ou régionaux.

En tout état de cause, ils feront systématiquement appel le plus en amont possible au concours de l'architecte-conseil et/ou du paysagiste-conseil du département pour les assister.

Vous voudrez bien adresser la présente circulaire à l'ensemble des services concernés, et nous rendre compte des éventuelles difficultés que vous pourriez rencontrer dans la mise en œuvre de ces nouvelles dispositions.

© 2011 Editions Législatives

Page 201: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 201

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basue, Art’Ur architectes /

46 rue Beaunier, 75 014 Paris / 2 avenue Pierre Angot, Hélioparc – BP 83 64 053 Pau Cedex 9 80, quai des chartrons – 333 00 Bordeaux

Bibliographie

CANS, C., BILLET, P., 2010. Code de l’environnement. Editions DALLOZ, Paris. 2993p. Sites internet www.legifrance.fr

Page 202: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 202

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basue, Art’Ur architectes /

46 rue Beaunier, 75 014 Paris / 2 avenue Pierre Angot, Hélioparc – BP 83 64 053 Pau Cedex 9 80, quai des chartrons – 333 00 Bordeaux

Page 203: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 203

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basue, Art’Ur architectes /

46 rue Beaunier, 75 014 Paris / 2 avenue Pierre Angot, Hélioparc – BP 83 64 053 Pau Cedex 9 80, quai des chartrons – 333 00 Bordeaux

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

Pièce E – RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’IMPACT

Page 204: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 204

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 205: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 205

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 206: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 206

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 207: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 207

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 208: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 208

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 209: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 209

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 210: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 210

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 211: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 211

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 212: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 212

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 213: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 213

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

Pièce F – ETUDE D’INCIDENCES NATURA 2000

Page 214: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 214

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Introduction

Le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels qui gère la Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx, a élaboré un projet d’aménagement pour le site naturel du Marais d’Orx. Ce projet s’inscrit dans les deux

principales missions d’une réserve qui sont l’accueil du public et la protection du milieu naturel. Ce projet consistera en une réfection du bâti existant, la réfection d’aires de stationnement et l’installation de structures

comme des pontons, des observatoires à faune, des palissades d’observation ainsi que des bancs.

Le projet est localisé dans les périmètres du site Natura 2000 « Zones humides associées au Marais d’Orx » FR7200719 (SIC - ZSC) et du site « Domaine d’Orx » FR7210063 (ZPS). Le projet est donc soumis à une

étude d’incidences sur les habitats et espèces désignés par ces sites Natura 2000.

Page 215: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 215

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I.Méthodologie

I.1. Contexte juridique

Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels créés par la directive européenne 92/43/CEE

dite directive « Habitats / faune / flore ». Ce texte vient compléter la directive 2009/147/EC, dite directive

« Oiseaux ». Les sites du réseau Natura 2000 sont proposés par les Etats membres de l’Union

européenne sur la base de critères et de listes de milieux naturels et d’espèces de faune et de flore

inscrits en annexes des directives.

L’article 6 de la directive « Habitats / faune / flore » introduit deux modalités principales et

complémentaires pour la gestion courante des sites Natura 2000 :

la mise en place d’une gestion conservatoire du patrimoine naturel d’intérêt européen à l’origine

de leur désignation ;

la mise en place d’un régime d’évaluation des incidences de toute intervention sur le milieu

naturel susceptible d’avoir un effet dommageable sur le patrimoine naturel d’intérêt européen à

l’origine de la désignation de ces sites et plus globalement sur l’intégrité de ces sites.

La seconde disposition est traduite en droit français dans les articles L414-4 & 5 puis R414-19 à 26 du

code de l’environnement. Elle prévoit la réalisation d’une « évaluation des incidences Natura 2000 »

pour les plans, programmes, projets, manifestations ou interventions inscrits sur :

une liste nationale d’application directe, relative à des activités déjà soumises à un encadrement

administratif et s’appliquant selon les cas sur l’ensemble du territoire national ou uniquement en

sites Natura 2000 (cf. articles L414-4 III et R414-19) ;

une première liste locale portant sur des activités déjà soumises à autorisation administrative,

complémentaire de la précédente et s’appliquant dans le périmètre d'un ou plusieurs sites Natura

2000 ou sur tout ou partie d'un territoire départemental ou d'un espace marin (cf. articles L414-4

III, IV, R414-20 et arrêtés préfectoraux en cours de parution en 2010-2011) ;

une seconde liste locale, complémentaire des précédentes, qui portera sur des activités non

soumises à un régime d’encadrement administratif (régime d’autorisation propre à Natura 2000 -

cf. article L414-4 IV et décret à paraître courant 2011).

L’action de l’Union européenne en faveur de la préservation de la diversité biologique repose en

particulier sur la création d’un réseau écologique cohérent d’espaces, dénommé réseau Natura 2000.

Ce réseau est institué par la Directive 79/409/CEE du Conseil du 2 avril 1979 concernant la

conservation des oiseaux sauvages dite Directive « Oiseaux » et la Directive 92/43/CEE du Conseil du

21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore

sauvages, dite Directive « Habitats/Faune/Flore ».

Bien que la Directive « Habitats, Faune, Flore » n’interdise pas formellement la conduite de nouvelles

activités sur un site Natura 2000, ses articles 6-3 et 6-4 imposent de soumettre des plans et projets,

dont l’exécution pourrait avoir des répercutions significatives sur le site, à une évaluation appropriée

de leurs incidences sur l’environnement.

Transposés en droit français par l’ordonnance n°2001-321 du 11 avril 2001, puis par le décret du 20

décembre 2001, les articles de la Directive « Habitats, Faune, Flore » (articles 4 et 6) sont traduits au

livre IV du Code de l’environnement (partie législative) par les articles L.414-1 à L.414-7.

Dans le cadre de cette étude, nous nous référons aux articles L.414-4 et L.414-5 :

L’article L.414-4 impose aux programmes ou projets de travaux, d’ouvrages ou d’aménagements

soumis à un régime d’autorisation ou d’approbation administrative, et dont la réalisation est de nature à

affecter de façon notable un site Natura 2000, une évaluation de leurs incidences au regard des

objectifs de conservation du site.

L’article L.414-5 définit les mesures administratives qui peuvent être prises pour faire respecter cette

obligation d’évaluation des programmes ou projets de travaux, d’ouvrages ou d’aménagement.

Dans la partie réglementaire du code de l’environnement, les articles R.414-19 (modifié par le décret

n°2006-922 du 26 juillet 2006), 20 et 21 (modifiés par le décret n°2001-1216 du 20 décembre 2001)

précisent : « Les programmes ou projets de travaux, d’ouvrages ou d’aménagement mentionnés à

l’article L.414-4 du présent code font l’objet d’une évaluation de leurs incidences éventuelles au regard

des objectifs de conservation des sites Natura 2000 qu’ils sont susceptibles d’affecter de façon notable

(…) S’il résulte de l’analyse mentionnée ci-dessus que les travaux, ouvrages ou aménagements

peuvent avoir des effets notables dommageables, pendant ou après la réalisation du programme ou du

projet, sur l’état de conservation des habitats naturels et des espèces qui ont justifié la désignation du

ou des sites, le maître d’ouvrage ou le pétitionnaire complète le dossier d’évaluation en indiquant les

mesures de nature à supprimer ou réduire ces effets dommageables, ainsi que l’estimation des

dépenses correspondantes. (…)

Lorsque, malgré les mesures prévues, le programme ou projet peut avoir des effets notables

dommageables sur l’état de conservation des habitats naturels et des espèces qui ont justifié la

désignation du ou des sites, le dossier d’évaluation expose en outre :

1. les raisons pour lesquelles il n’existe pas d’autre solution satisfaisante et les éléments qui

permettent de justifier la réalisation du programme ou projet dans les conditions prévues aux III

ou IV de l’article L.414-4 du code de l’environnement ;

2. les mesures que le maître d’ouvrage ou le pétitionnaire envisage, en cas de réalisation du

programme ou projet, pour compenser les effets dommageables que les mesures prévues ne

peuvent supprimer, ainsi que l’estimation des dépenses correspondantes.

Le présent rapport s’appuie également sur la circulaire du 15 avril 2010 relative à l’évaluation des

incidences Natura 2000 (NOR : DEV1010526C).

Page 216: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 216

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Le projet d’aménagement du site du Marais d’Orx étant situé à l’intérieur du périmètre des sites Natura

2000 FR7210063 et FR7200719, un dossier d’évaluation appropriée des incidences du projet

d’aménagement sur les espèces et les habitats naturels ayant justifié la désignation de ce site Natura

2000 a été constitué.

Figure 1 : schéma d’interprétation des articles 6-3 et 6-4 de la directive « Habitats/Faune Flore »

concernant l’examen des projets (d’après O’Brian 2001)

Page 217: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 217

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I.2. Contenu de l’évaluation des incidences Natura 2000

Première partie : pré-diagnostic

a. Localisation du projet et des sites Natura 2000

b. Présentation du projet

c. Etat des lieux du patrimoine naturel

Deuxième partie : diagnostic

Il s’agit de l’analyse des possibles effets notables, temporaires ou permanents, du projet seul ou en

combinaison avec d’autres programmes ou projets sur les habitats naturels et les espèces ayant justifié

la désignation du site.

Troisième partie

Si la deuxième partie montre que le programme ou projet peut avoir des effets dommageables notables,

il convient :

d’indiquer les mesures pour supprimer ou réduire les effets, ainsi que l’estimation des dépenses

correspondantes ;

d’expliciter les éventuels effets dommageables résiduels après la mise en œuvre des mesures

de suppression et réduction précitées ;

justificatifs du programme ou projet de travaux, d’ouvrages ou d’aménagements.

A ce stade, le dossier peut-être conclu, s’il n’y a pas d’effets dommageables résiduels.

I.3. Description de l’aire d’étude et notion d’aire d’influence de

l’aménagement

Le fonctionnement des espaces naturels, la complexité des relations entre les différents milieux, les

enjeux forts liés à leur protection et leur gestion, les effets cumulés des aménagements existants et

programmés, sont autant d’arguments pour que l’aire d’étude des incidences du projet d’aménagement

s’étende au-delà de la zone directement concernée par le projet.

L’influence du projet sur son environnement distingue :

1. les incidences directes temporaires (comme les zones de dépôts de matériaux, de

stationnement, les ornières, etc. lors du chantier), ou permanentes.

2. les incidences indirectes temporaires (comme les poussières ou le bruit générés en cours

de chantier), ou permanentes.

I.3.1 Emprise directe

L’emprise directe du projet comprend l’ensemble de la surface au sol qui sera concernée soit par la

construction des bâtiments, soit par toute autre modification, permanente ou temporaire, de l’occupation

du sol.

I.3.2 Aire d’étude élargie

Au vu de la configuration du site, de la nature du projet (ponctuel), de l’attractivité de l’espace,

BIOTOPE considère que l’influence que peut avoir le projet sur le milieu environnant, concerne

l’ensemble des casiers (Barrage, Central, Nord et Burret) lorsque ceux-ci sont concernés par des

aménagements. BIOTOPE a décidé de prendre comme aire d’étude élargie l’ensemble du périmètre de

la réserve ainsi que des zones connexes comme le Casier Burret et le secteur Béziers.

I.3.3 Aire d’influence

La notion d’aire d’influence varie selon les éléments de sensibilité que l’on considère : habitats, espèces

animales ou végétales. Sur cette aire, plus vaste que la précédente, est analysée l’incidence du projet

sur les fonctionnalités écologiques globales. Dans le cadre de cette étude, l’aire d’influence considérée

est constituée de l’intégralité des sites Natura 2000 concernés. L’étude de cette zone sert à quantifier

les incidences sur les espèces et les habitats d’intérêt communautaire du site, afin d’établir si le projet

porte atteinte à l’état de conservation du patrimoine naturel d’intérêt européen concerné à l’échelle des

sites Natura 2000 « Zones humides associées au Marais d’Orx » FR7200719 (SIC - ZSC) et le

« Domaine d’Orx » FR7210063 (ZPS).

Page 218: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 218

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

I.4. Inventaires naturalistes

I.4.1 Recueil de données

Etape documentaire :

Plusieurs sources bibliographiques ont été mobilisées dans le cadre de cette étude :

• les sources bibliographiques locales, régionales et nationales ;

• les sources bibliographiques de l’équipe gestionnaire de la réserve naturelle du Marais d’Orx

• les textes de lois relatifs à la protection de l’environnement et les documents liés à la Directive «

Habitats, Faune, Flore » ;

• les atlas de répartition des espèces patrimoniales et également diverses publications

scientifiques et naturalistes ;

• les Formulaires Standards de Données (FSD) des 2 sites Natura 2000 concernés ;

• la base de données interne à BIOTOPE (SHURIKEN) ;

• les sources cartographiques et photographiques (carte IGN au 1/25000).

Consultations :

3 organismes ont été contactés :

Organismes Contacts

Syndicat Mixte de rivière

Bourret-Boudigau

Magalie Costa

Fédération de pêche Vincent RENARD

Association Cistude Nature Matthieu Berronneau

Prospections de terrain :

TABLEAU 1 : LISTE DES VISITES ET EXPERTISES DE TERRAIN

Expertise Date

Expertises faunistiques

Amphibiens reptiles

Oiseaux Insectes

29 mars, 5, 6, 15 et 28 avril, 12,13

mai, 9, 15 et 16 juin

23 et 24 mars, 5 et 28 avril, 18 mai,

15 juin et le 28 juillet

12mai, 20 et 28 juillet

Expertises floristiques 19 avril, 13, 14 et 20 juillet 2011

Remarque : BIOTOPE ayant été également missionné pour la réalisation de l’étude d’impact du projet

d’aménagement, les données recueillies lors de cette phase ont été utilisées afin de permettre une

analyse des incidences.

I.4.2 Méthodologie pour la flore et les habitats naturels d’intérêt communautaire

L’étape documentaire visait ici avant tout à lister et à évaluer les potentialités de présence sur l’aire

d’étude des habitats et espèces végétales d’intérêt communautaire recensés dans le FSD du site

Natura 2000 Zone d’Intérêt Communautaire (future ZSC).

Les prospections de terrain visant l’inventaire et la cartographie des espèces et des habitats naturels

d’intérêt communautaire ont été réalisées respectivement en avril, juillet et octobre 2011. Ceci à une

période favorable à l’observation de la flore et de la végétation du site d’étude aux conditions de sol

majoritairement hygrophiles.

Les prospections ont été menées d’une part sur l’emprise directe du projet (chemin d’accès, aire du

chantier), et d’autre part sur une aire d’étude élargie. En effet, il est apparu nécessaire pour évaluer

plus sûrement les impacts éventuels du projet d’élargir les inventaires à l’ensemble du périmètre du

site.

Nomenclature

Pour les habitats naturels, la nomenclature utilisée est celle de CORINE biotopes, référentiel de

l’ensemble des habitats présents en France et en Europe. Dans ce document, un code et un nom sont

attribués à chaque habitat naturel décrit.

Page 219: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 219

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les habitats naturels d’intérêt communautaire listés en annexe I de la directive européenne 92/43/CEE

(dite directive « Habitats/Faune/Flore ») possèdent également un code et un intitulé spécifiques selon la

codification du manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne.

Pour les habitats d’intérêt communautaire suffisamment structurés (en particulier au plan de leur

combinaison floristique), le code décliné de l’habitat selon les cahiers d’habitats a également été

précisé.

La nomenclature des plantes à fleurs et des fougères utilisée dans cette étude est celle de la Base de

Données Nomenclaturale de la Flore de France (BDNFF, consultable et actualisée en ligne sur le site

www.Tela-botanica.org).

Les habitats naturels d’intérêt communautaire

Sur le territoire de l’Union européenne, ces habitats :

- sont en danger de disparition dans leur aire de répartition naturelle ;

ou :

- ont une aire de répartition naturelle réduite par suite de leur régression ou en raison de leur

aire intrinsèquement restreinte ;

ou :

- constituent des exemples remarquables de caractéristiques propres à l'une ou à plusieurs

des cinq régions biogéographiques suivantes: alpine, atlantique, continentale,

macaronésienne et méditerranéenne.

Ces types d'habitats figurent ou sont susceptibles de figurer à l'annexe I de la directive Habitats

92/43/CEE. Nous leur attribuons la codification « IC ».

Certains habitats sont qualifiés d’habitats d’intérêt prioritaire. Il s’agit des habitats naturels en danger

de disparition présents sur le territoire de l’Union européenne et pour la conservation desquels la

communauté porte une responsabilité particulière, compte tenu de l'importance de la part de leur aire

de répartition naturelle comprise dans son territoire.

Ces types d'habitats naturels prioritaires sont indiqués par un astérisque (*) à l'annexe I de la directive

Habitats 92/43/CEE. Nous leur attribuons la codification « IP ».

Pour chaque habitat d’intérêt communautaire identifié sur le site ont été appréciés :

- sa typicité/exemplarité, par comparaison avec la définition optimale de l’habitat des Cahiers

d’habitats ;

- son intérêt patrimonial ;

- son état de conservation, appréhendé en fonction des facteurs de dégradation constatés.

Limites de l’étude

La date de prospection de terrain étant propice à l’identification de la plupart des habitats naturels, ceux

du site d’étude ont pu être caractérisés fidèlement. Toutefois, bien que les périodes soient favorables, il

est illusoire de pouvoir obtenir un inventaire exhaustif en quelques jours et donc il se peut que la liste

floristique du présent document (annexe I) ne soit pas exhaustive.

I.4.3 Méthodologie pour la faune et les habitats d’espèces

Les prospections concernant la faune et les habitats d’espèces ont été réalisées de mars à juillet 2011.

Méthode pour les reptiles et les insectes

Les prospections se sont déroulées lors de deux sessions de prospection diurne. Elles se sont

déroulées par temps clair et ensoleillé.

La recherche d'insectes s’est portée plus particulièrement sur les libellules d’intérêt communautaire et

coléoptères saproxylophages, avec la prospection de leurs habitats favorables respectifs. Ceci à l’aide

d’un filet à papillons et d’une paire de jumelles.

Méthode pour les oiseaux

Les investigations réalisées dans le cadre de cette étude ont concernées les oiseaux d’intérêt

communautaire au titre de la Directive Oiseaux. Les investigations ont consistées en plusieurs

passages sur le site. L’ensemble de la zone et des habitats a été inventoriée. Les prospections ont été

conduites à vue et au chant en prospectant essentiellement tôt le matin.

Méthode pour les poissons, écrevisses et mollusques

Les recherches à vue consistent à parcourir le cours d’eau dans le lit mineur et à observer le fond à

l’aide d’un aquascope (outil plastique à fond vitré). Malgré le caractère simpliste de cette méthode au

premier abord, elle a fait ses preuves à de nombreuses reprises et s’est avérée bien souvent plus

adaptée à nos besoins que des pêches électriques souvent très précises mais lourdes en terme

logistique et financier.

Les habitats aquatiques ont été appréciés à vue depuis la berge ainsi qu’en canoë sur le marais.

Plusieurs paramètres ont été enregistrés afin de déterminer les potentialités du site d’étude (hauteur

d’eau, taux de végétalisation et espèces végétales).

Page 220: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 220

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Méthode pour les mammifères

Pour le groupe des mammifères il est difficile de procéder à une étude exhaustive sans mettre en place

des moyens extrêmement lourds (piégeage,…). A ce titre le diagnostic est basé sur les phases de

bibliographie et de consultation ainsi que sur les visites de terrain effectuées lors de l’étude d’impact du

projet d’aménagement (recherches de traces, indices restes de repas, cadavres, analyse de l’écologie

du paysage,…). En complément nous avons utilisé trois pièges photos placés à des endroits

stratégiques. Le diagnostic s’appuiera donc sur une analyse de la bibliographie et sur les données et

potentialités identifiées lors de la phase terrain.

Remarque : aucune prospection n’a été réalisée pour le groupe des chiroptères, étant donné que le

projet d’aménagement ne prévoit pas de coupes d’arbres potentiellement gîtes ou de destruction de

zones de chasse.

Limites de l’étude

Il est à rappeler que l'exhaustivité d'un inventaire ne peut être atteinte. Elle nécessiterait une pression

d’observation plus intense et plus étalée au cours d’une même année voire plusieurs années. Certaines

espèces par leur rareté, leur faible effectif ou par leur cycle biologique spécifique, peuvent passer

inaperçues.

Néanmoins, les informations recueillies lors des prospections et de la phase de bibliographie ont permis

aux experts d’appréhender et d’analyser les enjeux relatifs au patrimoine naturel d’intérêt

communautaire concerné par le projet.

Equipe

L’équipe ayant travaillée à la réalisation de cette étude est composée de la façon suivante :

• Jean CASSAIGNE, pour la coordination de l’ensemble, l’évaluation des incidences et la

définition des mesures ainsi que pour l’expertise herpétologique (amphibiens – reptiles) ;

• Philippe LEGAY, pour l’expertise ornithologique ;

• Thomas LUZZATO, pour l’expertise entomologique (papillons – libellules –

criquets/sauterelles) ;

• Charlie PICHON, pour l’expertise ichtyofaune (poissons) ;

• Ludwick SIMON, pour l’expertise mollusques ;

• Frédéric MORA, pour l’expertise botanique ;

• Maxime COSSON, pour le contrôle qualité ;

Page 221: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 221

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.Pré-diagnostic Le projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels pour le site naturel du

Marais d’Orx, se situe sur trois communes du département des Landes (40) : Labenne, Orx et Saint-

André-de-Seignanx.

II.1. Localisation du projet

Cf. carte 1 : Localisation du projet

Page 222: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 222

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.2. Présentation du projet

Le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels prévoit un plan d’aménagement pour le site naturel

du Marais d’Orx qui s’inscrit dans les deux missions princiaples du syndicat : l’accueil du public et la

protection du milieu naturel.

La nature des activités projetées se résume à :

L’accueil du public ;

La sensibilisation du public ;

L’optimisation du travail de l’équipe de la réserve.

Les aménagements nécessaires comprennent :

une réfection du bâti existant (3 bâtiments) ;

une réfection des deux aires de stationnement existantes ;

la création d’un hangar technique ;

la démolition d’un hangar de 500 m² et la reconstruction d’un hangar technique de 180 m² ;

l’installation d’une passerelle bois reliant le secteur Béziers et le Casier Central ;

la démolition d’une grange instable ;

l’installation de plusieurs pontons bois sur le Casier Barrage ;

l’installation de plusieurs observatoires bois sur le Casier Barrage ;

l’installation de palissades d’observation bois sur les quatre casiers différents ;

l’installation de bancs sur la digue du Casier Barrage ;

l’installation de bornes repère bois sur l’ensemble de la digue du Casier Barrage ;

l’installation d’un accès pour personnes à mobilité réduite (APMR) pour une partie de la digue

ouest du Casier Barrage ;

la réfection d’une aire de pique-nique existante ;

le débroussaillement des structures des anciennes pompes napoléoniennes et le cas échéant la

stabilisation des piliers en pierre et de la rambarde métal ;

II.3. Patrimoine naturel

II.3.1 Les périmètres d’inventaires

Cf. carte 2 : Périmètres d’inventaires

L'inventaire du patrimoine naturel est institué par l'article L.411-5 du Code de l'environnement. Conçu

par l'Etat, représenté en région par les DREAL, il est conduit sous la responsabilité du Muséum National

d'Histoire Naturelle. Son objectif est d'inventorier les richesses écologiques, floristiques, faunistiques,

géologiques, minéralogiques et paléontologiques du territoire national.

Parmi ces périmètres, nous nous intéressons plus particulièrement aux Zones Naturelles d’Intérêt

Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) et aux Zones Importantes pour la Conservation des

Oiseaux (ZICO).

- Les ZICO constituent un inventaire réalisé afin de répondre aux exigences internationales, notamment

communautaires, en matière de protection des oiseaux.

Le périmètre du projet est totalement compris dans le périmètre de la ZICO AN-18 « DOMAINE

D’ORX, MARAIS ET BOISEMENTS ASSOCIES». Il s’agit d’une ZICO d’un grand intérêt régional,

désignée par ailleurs comme Zone de Protection Spéciale (ZPS) Natura 2000 (cf. ci-après).

- Les ZNIEFF peuvent être de deux types :

Les ZNIEFF de type I : ce sont des zones de superficie limitée avec un intérêt biologique remarquable.

Les ZNIEFF de type II : ce sont de grands ensembles naturels riches et peu modifiés, ou qui offrent des

potentialités biologiques importantes.

Ces deux types abritent obligatoirement une ou des espèces « déterminantes », définies à priori parmi

les plus remarquables et les plus menacées du territoire régional, et dont la présence contribue à

justifier l’intérêt écologique de la zone.

Le périmètre du projet est inscrit dans la ZNIEFF 720001984 de type II.

Page 223: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 223

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.3.2 Les périmètres réglementaires

Cf. Carte 3 : périmètres réglementaires

Les espèces protégées

Le régime de protection des espèces sur le territoire national s'organise autour des pivots que sont les

articles L.411-1 et suivants du Code de l'environnement. Ils transposent les obligations internationales

et communautaires, et prévoient les grands principes ainsi que le panel d'interdictions et de dérogations

dont dispose le gouvernement pour mettre en œuvre sa politique.

Dès lors, les articles réglementaires du même code, en l'occurrence les articles R.411-1 et suivants,

précisent les modalités concrètes de cette mise en œuvre. Ils renvoient notamment à des arrêtés

ministériels le soin de définir, par espèce, la nature des interdictions, ainsi que leur durée et la partie du

territoire sur lesquelles elles s'appliquent.

En vue d'atteindre un objectif de conservation, le principe de proportionnalité conduit donc, selon

l'espèce, à décliner les interdictions nécessaires comme, par exemple, interdire le commerce et/ou la

destruction des individus et/ou l'atteinte à son milieu.

Natura 2000 et l’aire d’étude

Natura 2000 est un réseau de sites sur lequel s'appuie la politique européenne de préservation de la

biodiversité. Celui-ci découle de la Directive 92/43/CEE du Conseil, du 21 mai 1992, concernant la

conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, dite Directive

« Habitats », qui prévoit la mise en réseau des zones présentant un intérêt écologique important à

l’échelle européenne.

Il comprend à la fois des Zones de Protection Spéciale (ZPS) issues de la Directive 79/409/CEE du

Conseil, du 2 avril 1979, concernant la conservation des oiseaux sauvages (Directive « Oiseaux »)

et des ZSC (Zones Spéciales de Conservation) issues de la Directive « Habitats ».

Tout projet susceptible d'affecter de manière significative un site Natura 2000 doit alors faire l'objet

d'une évaluation de ses incidences au regard des objectifs de conservation du site concerné.

Le projet est localisé au sein de la « Zones humides associées au Marais d’Orx » FR7200719 (SIC -

ZSC) et du « Domaine d’Orx » FR7210063 (ZPS).

Page 224: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 224

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Localisation et description

La ZSC «Zones humides associées au Marais d’Orx » s’étend sur environ de 988 ha. Celle-ci

concerne l’ensemble du Marais d’Orx (Casier Barrage, Casier Central, Casier Nord et Casier Burret)

ainsi que le Ru de Marsacq en amont du marais qui est connecté au Casier Nord, le Canal du Moura

blanc en amont du marais qui est connecté au Casier Burret, le Canal de Moussehouns en amont du

marais qui est connecté au Casier Barrage et le cours d’eau le Boudigau en aval du marais qui est

connecté au Casier Barrage. La prise en compte de ces derniers dans le site Natura 2000 permet

d’observer une grande diversité de milieux. Le site est caractérisé entre autre par un réseau

hydrographique particulièrement dense et par une dynamique fluviale permettant la présence de

boisements alluviaux inondables une partie de l’année et appelés localement saligues. Le FSD indique

l’existence de 3 habitats d’intérêt communautaire :

- « Forêts alluviales à Alnus glutinosa et Fraxinus excelsior (Alno-Padion, Alnion incanae,

Salicion albae) » - (code EUR 91E0)

- « Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires et des étages montagnards à alpin »

(code EUR 6430)

- « Lacs eutrophes naturels avec végétation du magnopotamion ou de l’hydrocharition» (code

EUR 3150)

Une seule espèce végétale d’intérêt communautaire est recensée dans le FSD du site qui est le Fluteau

nageant (Luronium natans). D’autre part, la présence de 6 espèces animales d’intérêt communautaire

(mammifères, reptiles, poissons, et insectes) témoigne de la richesse et de la diversité du site.

La ZPS « Domaine d’Orx » est caractérisée par la présence du Marais d’Orx qui est un haut lieu

ornithologique d’Aquitaine notamment d’hivernage. D’une superficie de 752 ha, elle est composée à 75

% d’eaux douces stagnantes intérieures. Elle comprend l’ensemble du périmètre de la réserve

naturelle. Cette zone présente donc des cortèges d’avifaune variés et en fait un enjeu prioritaire pour la

biodiversité avifaunistique. Dans le FSD du site, on relève la présence de 98 espèces d’oiseaux

inscrites à l’annexe I de la « Directive Oiseaux » (espèces d’intérêt communautaire).

La Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx est un périmètre réglementaire dont la surface est

de 775 ha environ et qui répond à un règlement propre.

Page 225: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 225

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.4. Analyse de l’état initial

Cf. Carte 4 : délimitation de l’aire d’étude

Les prospections ont concerné l’aire d’étude rapprochée (emprise directe) et l’aire d’étude élargie (cf.

définition I.1).

Page 226: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 226

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.4.1 Les habitats naturels

Habitats d’intérêt communautaire du SIC « Zones humides associées au Marais d’Orx »

La consultation documentaire a permis de recenser trois habitats d’intérêt communautaire différents

présents au sein du site Natura 2000.

Les habitats d’intérêt communautaire justifiant la désignation du site Natura 2000 FR7200781 « Zones

humides associées au Marais d’Orx », c’est-à-dire ceux inscrits au FSD, sont les suivants par ordre

décroissant selon leur superficie :

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires et des étages montagnards à Alpins

(code EUR 6430),

Lacs eutrophes naturels avec végétation du magnopotamion ou hydrocharition (code EUR

3150),

Forêts alluviales à Aulnus glutinosa et Fraxinus excelsior (Alno-Padion, Alnion incanae, Salicion

albae) (code EUR 91E0).

En ce qui concerne les habitats naturels, l’étude d’incidence vise prioritairement à rechercher sur le site

d’étude les habitats naturels d’intérêt communautaire recensés au FSD ; ceux éventuellement trouvés

devront alors être cartographiés et évalués (surface occupée, état de conservation).

Identification des habitats

La végétation (par son caractère intégrateur synthétisant les conditions de milieux et le fonctionnement

du système) est considérée comme l’indicateur le plus fiable dans l’optique d’identifier un habitat

naturel.

Il est ainsi effectué une reconnaissance floristique des structures de végétation homogènes, afin de les

mettre en corrélation avec la typologie CORINE biotopes en se basant sur les espèces végétales

caractéristiques de chaque groupement phytosociologique. La typologie CORINE biotopes s’est

largement inspirée de la classification des communautés végétales définies par la phytosociologie.

Typologie des habitats

L’ensemble des communautés végétales identifiées et des autres habitats artificiels sont présentés

dans le tableau de synthèse qui suit.

Il est ordonné selon la physionomie et la nature des habitats (habitats et végétations aquatiques,

prairies, friches, fourrés, boisements), puis par ordre croissant des codes d’identification en typologie

CORINE biotopes.

Tableau 1 : typologie des habitats

Nom de l’habitat [Appartenance phytosociologique]

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne (Code Cahiers

d'Habitats)

Végétations aquatiques ou amphibies

Herbier flottant à Nénuphar jaune [Nymphaeion albae Oberdorfer 1957]

22.13 x 22.4311

Groupement amphibie à Jussie à grandes fleurs [Glycerio fluitantis - Sparganion neglecti Br.-Bl. & Sissingh in

Boer 1942] Non décrit

Roselière et cariçaies

Phragmitaie des sols minéraux à Oenanthe safranée [proche du Solano dulcamarae - Phragmitetum australis

(Krausch 1965) Succow 1974 / Phragmition communis Koch 1926]

53.112

Parvoroselière à Rubanier rameux

[Oenanthion aquaticae Hejny ex Neuhäusl 1959] 53.143

Cariçaie à Laîche des marais

[Caricion gracilis Neuhäusl 1959] 53.2122

Végétations hygrophiles annuelles

Végétations annuelles des vases exondables enrichies en azote à Renouée poivre d’eau ou Bident penché [Bidention tripartitae Nordhagen 1940]

22.33

Mégaphorbaies et ourlets

Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies [proche de l’Urtico dioicae-Calystegietum sepium Görs &

Müller 1969 / Convolvulion sepium Tüxen in Oberdorfer 1957] 37.715

6430 (6430-4)

Autres mégaphorbiaies eutrophiles [Convolvulion sepium Tüxen in Oberdorfer 1957]

37.715 6430

(6430-4)

Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale

[Thalictro flavi - Filipendulion ulmariae de Foucault in Royer et al. 2006]

37.1 6430

(6430-1)

Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble [Aegopodion podagrariae Tüxen 1967 nom. cons. propos.]

37.72 6430

(6430-6)

Page 227: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 227

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Tableau 1 : typologie des habitats

Nom de l’habitat [Appartenance phytosociologique]

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne (Code Cahiers

d'Habitats)

Végétations de prairies

Jonchaie basale à Jonc épars [Mentho longifoliae - Juncion inflexi Müller & Görs ex de

Foucault 2008] 37.2

Prairie hygrophile à Fétuque roseau et Laîche velue [Potentillo anserinae - Polygonetalia avicularis Tüxen 1947]

37.242

Prairie hygrophile à Laîche velue et Laîche cuivrée [Potentillo anserinae - Polygonetalia avicularis Tüxen 1947]

37.24

Végétation des sols piétinés à Chiendent Pied-de-Poule et Sporobole tenace

[Plantaginetalia majoris Tüxen ex von Rochow 1951] Non décrit

Prairie à Agrostide capillaire et Centaurée de Débaux [Arrhenatheretalia elatioris Tüxen 1931]

38.2

Pelouses sèches

Tonsures annuelles des sols sableux acides [Thero-Airion Tüxen ex Oberdorfer 1957]

35.21

Pelouse basale à Laîche des sables [Koelerio glaucae-Corynephoretea canescentis Klika in Klika &

V. Novak 1941] 35.22

Lande

Lande à Callune et Ajonc d'Europe [Ulicenion minoris Géhu & Botineau in Bardat & al. 2004]

31.23 4030

Fourrés

Roncier des sols eutrophes [Prunetalia spinosae Tüxen 1952]

31.8

Fourré à Ajonc d'Europe et Genêt à balai [Ulici europaei-Cytision striati Rivas-Martínez, Báscones, T.E.

Diáz, Fernández González & Loidi 1991] 31.84x31.85

Hallier à Fougère aigle et Ronce [Holco mollis - Pteridion aquilini (Passarge 1994) Rameau in

Bardat & al. 2004 prov.] 31.861

Saulaie hygrophile [Salicion cinereae Müller et Görs 1958]

44.92

Friches

Friche prairiale à Avoine élevée et Ronce bleue [Convolvulo arvensis - Agropyrion repentis Görs 1966]

87

Friches ouvertes à Cardère commune ou Raisin d’Amérique [Artemisietea vulgaris Lohmeyer, Preising & Tüxen ex von

Rochow 1951] 87

Végétations arborescentes

Peupleraies à mégaphorbiaie en sous-bois 83.3211

Autre peupleraie 83.3212

Alignement d'arbres 84.1

Habitats artificiels

Communauté à Bambou 85.15

Jardin 85.31

Tableau 1 : typologie des habitats

Nom de l’habitat [Appartenance phytosociologique]

Code CORINE

biotopes

Code Union européenne (Code Cahiers

d'Habitats)

Habitations 86

II.4.2 Cartographie des habitats

Cf. Carte 5 : habitats naturels

Page 228: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 228

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 229: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 229

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 230: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 230

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 231: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 231

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 232: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 232

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 233: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 233

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 234: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 234

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 235: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 235

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 236: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 236

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 237: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 237

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Présentation des habitats d’intérêt communautaire

La zone étudiée contient deux habitats génériques d’intérêt communautaire : les « Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires des étages montagnard à alpin » (Code EUR 6430) et les « Landes sèches européennes » (Code DEUR 4030).

« Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires des étages montagnard à alpin »

(Code EUR 6430) sont représentées sur le site par plusieurs communautés distinctes qui

varient entre elles selon de degré trophique du substrat et celui lié au gradient hydrique.

L’habitat générique est surtout représenté par des mégaphorbiaies eutrophiles à nitrophiles (alliance phytosociologique du Convovulion sepium) relevant l’habitat décliné des cahiers d’habitats « Mégaphorbiaies eutrophes des eaux douces » (Code CH 6430-4) (CORINE biotopes : code 37.715, intitulé « Ourlets riverains mixtes »). Parmi celles-ci, nous reconnaissons la Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies (proche de l’Urtico dioicae-Calystegietum sepium Görs & Müller 1969), surtout présente sur la berge de la digue sud du Marais Nord. D’autres mégaphorbiaies des sols eutrophes sont présentes sur le site, notamment des mégaphorbiaies eutrophiles à faciès à Phragmite commun (Phragmites australis) sous la plupart des peupleraies qui bordent la digue ouest du Casier Barrage. Les espèces floristiques qui composent ces communautés sont notamment le Liseron des haies (Calystegia sepium), l’Ortie dioïque (Urtica dioica), l’Oenanthe safranée (Oenanthe crocata), la Prêle d’ivoire (Equisetum telmateia), la Ronce bleue (Rubus caesius), la Salicaire commune (Lythrum salicaria).

Figure 1 : Mégaphorbiaie nitrophile proche de l'Urtico dioicae-Calystegietum sepii

En tant qu’habitat naturel d’intérêt communautaire, la Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies ainsi que les autres mégaphorbiaies eutrophiles présentent un intérêt patrimonial fort.

Toutefois, ces mégaphorbiaies ne sont pas menacées à l’échelle nationale ou de l’Aquitaine. Elles tendent même à s’étendre au dépend des mégaphorbiaies méso-eutrophiles compte tenu de la pollution trophique globalement élevée des eaux de surface. Les mégaphorbiaies eutrophiles à nitrophiles représentent donc un enjeu moyen de conservation.

L’habitat est aussi représenté par une Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale (alliance phytosociologique du Thalictro flavi-Filipendulion ulmariae) relevant l’habitat décliné des cahiers d’habitats « Mégaphorbiaies mésotrophes collinéennes » (Code CH 6430-1) (CORINE biotopes : code 37.1, intitulé « Communautés à Reine des prés et communautés associées »). Cette communauté se différencie des mégaphorbiaies eutrophiles par l’espèce différentielle qu’est la Reine des prés (Filipendula ulmaria). Elle est associée à d’autres espèces de mégaphorbiaies à spectre écologique plus large comme la Guimauve officinale (Althaea officinalis), la Prêle d’ivoire (Equisetum telmateia), l’Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum). Cette végétation est marginale à l’échelle du site où elle n’a été vue que de manière ponctuelle sur la berge nord du Casier Burret.

Figure 2 : Mégaphorbiaie mal structurée, à Reine des prés et Guimauve officinale

En tant qu’habitat naturel d’intérêt communautaire, la Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale présente un intérêt patrimonial fort. Il s’agit en outre d’une communauté peu étendue et marginale sur le site d’étude. La Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale représente un enjeu fort de conservation.

Enfin, l’habitat est associé à l’Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble (alliance phytosociologique de l’Aegopodion podagrariae) (CORINE biotopes : code 37.72, intitulé « Franges des bords boisés ombragés ») qui se développe sur la digue sud du Casier Barrage

Page 238: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 238

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

et qui occupe aussi tout un banc exondé prévu pour l’aménagement d’un observatoire. Cet ourlet est structuré par le Yèble (Sambucus ebulus) accompagné d’autres espèces des sols plus ou moins humides et riches en matières nutritives comme l’Ortie dioïque, le Liseron des haies, l’Oenanthe safranée, la Malaquie aquatique (Myosoton aquaticum)…. En marge du chemin, cet ourlet se rudéralise avec la présence de quelques espèces de friches comme des Cirses.

Figure 3 : Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble

En tant qu’habitat naturel d’intérêt communautaire, l’Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble présente un intérêt patrimonial fort. Toutefois, cet ourlet n’est pas menacé à l’échelle régionale. Il tend aussi à se développer sur la réserve (exemple de son implantation récente sur l’île au sud de l’aire d’étude). L’Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble représente donc un enjeu moyen de conservation.

Le site renferme également un individu de Lande à Callune et Ajonc d'Europe qui relève de l’habitat d’intérêt communautaire « Landes sèches européennes » (Code EUR 4030) (CORINE biotopes : code 31.23, intitulé « Landes atlantiques à Erica et Ulex »). Elle relève de la sous-alliance phytosociologique de l’Ulicenion minoris. Cette communauté bistrate présente une strate supérieure structurée par l’Ajonc d’Europe (Ulex europaeus), et strate inférieure dominée par la Callune commune (Calluna vulgaris), associée à la Bruyère ciliée (Erica cinerea). La communauté comprend aussi des espèces des ourlets acidophiles comme la Fougère aigle (Pteridium aquilinum) et le Chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum). Elle s’étend linéairement en haut de la digue ouest du Casier Barrage.

En tant qu’habitat naturel d’intérêt communautaire, la Lande à Callune et Ajonc d'Europe présente un intérêt patrimonial fort.

Toutefois, l’habitat EUR 4030 est assez commun dans le Département des Landes. Par ailleurs, l’individu de lande présent sur le site est fragmentaire au sens où il ne présente pas une surface suffisante pour se structurer (y compris au plan synfloristique). La Lande à Callune et Ajonc d'Europe représente donc un enjeu moyen de conservation.

Remarque : l’habitat d’intérêt communautaire cité au FSD « forêts alluviales à Aulnus glutinosa et

Fraxinus excelsior » est présent en limite de l’aire d’étude (sud du Casier Barrage) mais n’est pas

concerné par le projet d’aménagement. Il n’y a donc aucune incidence sur cet habitat.

II.4.3 Cartographie des habitats d’intérêt communautaires

Cf. Carte 6 : habitats d’intérêt communautaire

Page 239: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 239

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 240: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 240

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 241: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 241

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 242: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 242

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 243: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 243

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 244: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 244

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 245: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 245

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 246: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 246

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 247: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 247

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.4.4 La flore

Espèces végétales d’intérêt communautaire de la ZIC « Zones humides associées au Marais d’Orx »

Selon le FSD, la ZIC des « Zones humides associées au Marais d’Orx » renferme une espèce végétale d’intérêt communautaire : le Fluteau nageant (Luronium natans) (Code EUR 1831), un hydrophyte qui se développe en principe au sein de communautés aquatiques des eaux oligotrophes du Potamion polygonifolii. L’espèce peut aussi accompagner des gazons amphibies oligotrophiles des Littorelletalia uniflorae. Toutefois, les végétations aquatiques mésotrophiles du Potamion pectinati peuvent aussi héberger cette espèce. Cette espèce est absente de la réserve naturelle du Marais d’Orx. Elle serait présente au sein de la forêt marécageuse qui se situe au sud de la Réserve.

La flore du secteur d’étude est globalement composée d’espèces communes à très communes. On y trouve de nombreuses espèces de la série dynamique de la Chênaie landaise acidophile à Pin maritime (alliance phytosociologique du Quercion robori-pyrenaicae), depuis les espèces annuelles des tonsures sur sable, en passant par les formations préforestières de type lande, ptéridaie ou autres fourrés acidophiles. Nous distinguons aussi tout un lot d’espèces de zones humides des sols riches en nutriments (hélophytes, hémicryptophytes de mégaphorbiaies …). Enfin, nous distinguons un lot assez important d’espèce invasive : Jussie à grandes fleurs (Ludwigia grandiflora), Phytolaque d’Amérique (Phytolaca americana), Paspale distique (Pasapalum distichum), Paspale dilaté (Paspalum dilatatum), Conyze du canada (Conyza canadensis), Herbe de la pampa (Cortaderia sellonana), Baccharis à feuilles d’arroche (Baccharis halimifolia), Robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia) et Erable negundo (Acer negundo).

L’inventaire floristique réalisé est présenté en annexe.

Page 248: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 248

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.4.5 La faune et les habitats d’espèces

Sont traitées dans ce volet l’ensemble des espèces inscrites au Formulaire Standard de Données

(FSD) des 2 sites Natura 2000 concernées, ainsi que les espèces inscrites à l’annexe 2 de la Directive

Habitats Faune-Flore dont la présence est connue à proximité et/ou sur l’aire de l’aire d’étude.

Les reptiles

Cf. Carte 8, 9 et 10 : observations, zone potentielle de ponte et habitats de la Cistude d’Europe et

annexe II carte occupation de l’espace par la Cistude (source RNN)

Une seule espèce de reptile a été traitée, il s’agit de la Cistude d’Europe (Emys orbicularis).

L’espèce est citée au FSD. Une importante population est présente sur le Marais d’Orx au niveau du

Casier Barrage.

La Cistude est une tortue d’eau indigène. Elle fréquente les zones marécageuses et étangs envahis de

végétation. On la trouve également sur les rivières à courant assez lent.

a. Description et biologie

Elle hiverne d’octobre à mars sous la vase. C’est une espèce sédentaire qui passe la majeure partie de

son cycle de vie dans l’eau. La ponte a lieu principalement en mai-juin-juillet sur des sols chauds,

exposés au sud (non inondables, sableux ou sablo-limoneux, bien dégagés), à une distance du point

d’eau pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres. L’éclosion a lieu en fin d’été début de l’automne.

b. Répartition et vulnérabilité

Son aire de répartition est de plus en plus morcelée. Elle souffre de la destruction et de la dégradation

des zones humides par l'intensification de l'agriculture, l'urbanisation et les aménagements de cours

d'eau. Actuellement, cette espèce est en forte régression en France et en Europe. Elle est donc

considérée comme vulnérable dans la liste rouge des espèces menacées de France.

c. Attractivité et fréquentation de l’aire d’étude

La Cistude d’Europe est bien connue sur le Marais d’Orx et les zones humides périphériques. Les

milieux observés sur l’aire d’étude sont favorables à l’espèce durant sa période d’activité (présence

d’eaux stagnantes, canaux à courant lent, zones de pontes, solarium etc.). Le site du Marais d’Orx

comprend l’ensemble des éléments permettant à l’espèce de réaliser son cycle biologique.

La Cistude d’Europe revêt un caractère patrimonial fort en Aquitaine et un enjeu moyen au regard du

projet.

Figure 5 : Cistude d’Europe en thermorégulation sur

le canal de ceinture du Casier Barrage, © P. Legay -

BIOTOPE

Figure 6 : Cistude d’Europe en tentative de ponte sur la digue sud

du Casier Barrage, © P. Legay - BIOTOPE

Page 249: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 249

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 250: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 250

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 251: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 251

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les mammifères

Trois espèces de mammifères ont été traitées. Il s’agit des espèces citées au FSD que sont la Loutre

d’Europe (Lutra lutra), le Vison d’Europe (Mustela lutreola) et le Petit Rhinolophe (Rhinolophus

hipposideros). Aucun de ces mammifères n’a été contacté lors des prospections de terrain.

La Loutre d’Europe

a. Description et biologie

Elle fait partie de la famille des mustélidés au même titre que le Blaireau ou le Putois. Elle a un corps

allongé, des oreilles courtes, une tête aplatie, une queue puissante, 4 pattes palmées qui en font un

animal parfaitement adapté au milieu aquatique. La loutre peut peser jusqu’à 12 kg et mesurer 120 à

130 cm de long, queue comprise ; elle possède une glande anale qui lui permet de marquer son

territoire. Il y a un dimorphisme sexuel marqué, les mâles étant toujours plus grands que les femelles.

La Loutre peut se reproduire à tout moment de l’année. En période de rut, le mâle rencontre la femelle

sur son territoire, il s’ensuit des parades aquatiques agitées. La Loutre se nourrit principalement de

poissons (50 à 95%) de taille relativement faible (10 à 15 cm).

b. Répartition et vulnérabilité

La Loutre a connu une forte régression de ses populations à la fin du 19ème siècle et au début du

20ème siècle suite à la chasse et au piégeage. Ce n’est qu’à la fin des années 80, lors de l’entrée en

vigueur de la convention de Berne, le 1er juin 1982, que la Loutre a été protégée. A partir des années

1990, la Loutre va amorcer une reconquête des habitats délaissés ! En France, la Loutre est de retour

dans l’Allier (affluent de la Loire), la Dordogne, l’Ardèche, la Drôme,... Alors que dans les années 80, les

populations de Loutre stables étaient présentes dans 10 départements sur 94, en 2000, il y avait 23

départements occupés. Elle a été réintroduite en Alsace et a été signalée sur la Meuse. C’est d’autant

plus intéressant que la loutre semble vouloir emprunter des couloirs de recolonisation qui mènent vers

les Ardennes belges. C’est le cas également pour les Pays-Bas. Actuellement les populations avec les

plus gros effectifs se trouvent dans la partie ouest de la France, incluant notamment le département des

Landes.

c. Attractivité et fréquentation de l’aire d’étude

La Loutre n’a jamais été contactée sur l’aire d’étude même. La zone Natura 2000 comprenant le Marais

d’Orx et des cours d’eau connexes, ce sont sur ces derniers que la Loutre est présente notamment sur

le lac d’Yrieux à Ondres (40). Cependant le site naturel du Marais d’Orx est un site favorable à l’accueil

de la Loutre et la population de Loutre étant en dynamique positive et en phase de recolonisation, il est

fort probable qu’elle soit présente sur le marais d’ici peu de temps. La Loutre est un enjeu fort en

Aquitaine mais faible vis-à-vis du projet.

Cette espèce présente un enjeu faible vis-à-vis du projet

Le Vison d’Europe

a. Description et biologie

Il fait partie de la famille des mustélidés au même titre que le Blaireau ou le Putois. Ce petit carnivore

pèse rarement plus d’un kilogramme et mesure moins de 50 cm. Inféodé aux zones humides, il

fréquente aussi bien les boisements inondables, les étangs, les marais que les prairies humides et les

cours d’eau arborés en milieu agricole. Opportuniste, le Vison d’Europe se nourrit d’amphibiens, de

rongeurs, d’oiseaux et de poissons.

b. Répartition et vulnérabilité

Le Vison a connu une forte régression de ses populations à la fin du 19ème siècle et au début du

20ème siècle suite au piégeage et la modification de son habitat (assèchement de zones humides,

recalibrage des cours d’eau). Depuis la population n’a cessée de se réduire. Actuellement la population

française ne compte plus guère que quelques centaines d’individus. L’espèce n’occupe plus aujourd’hui

que sept départements (Charente, Charente-Maritime, Landes et Pyrénées-Atlantiques) du grand sud-

ouest. Le Vison d’Europe est l’une des espèces les plus menacées d’Europe.

c. Attractivité et fréquentation de l’aire d’étude

La présence du Vison d’Europe a été mise en évidence sur le Marais d’Orx lors d’une campagne de

piégeage réalisée dans le cadre du premier plan national de restauration (1999-2003). Les campagnes

de piégeage ont permis la capture de 5 individus différents dont 1 juvénile et des recaptures de ces

animaux. Lors de ces campagnes, la présence du Vison d’Amérique n’a pas été mise en évidence.

Aujourd’hui l’espèce n’a plus été contactée sur site depuis des années. Mais cette espèce étant très

discrète, sa présence potentielle reste d’actualité. La pose de pièges photographiques en juillet 2011

n’a pas permis de mettre en évidence sa présence. Le Marais d’Orx reste un site à fort enjeu pour le

Vison d’Europe, cependant vis-à-vis du projet l’enjeu reste moyen.

Cette espèce représente un enjeu moyen vis-à-vis du projet

Page 252: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 252

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Le Petit Rhinolophe

a. Description et biologie

Il fait partie de la famille des Rhinolophidés. C’est le plus petit représentant de la famille. Le pelage est

brun clair sur le dos et grisâtre sur le ventre. Les membranes alaires sont marron clair, comme les

oreilles. Le pourtour de la feuille nasale et ses replis sont subtilement teintés de nuances couleur chair.

Cette espèce colonise les plaines. Elle est liée aux forêts de feuillus ou mixte et à proximité de l’eau.

Cette espèce se procure un gîte (combles de grands bâtiments, églises, moulins,…) et s’en va chasser

au coucher du soleil. Ubiquiste dans le choix de ses proies, il capture grâce à des émissions sonores,

divers insectes.

b. Répartition et vulnérabilité :

Le Petit Rhinolophe est un des exemples les plus frappants de régression. Dans la seconde moitié du

20ème siècle, son aire de répartition recule jusqu’à 500 km vers le sud et ses populations s’effondrent

en Europe. En France, le statut de l’espèce est variable avec un effectif largement sous-estimé de

32 000 individus. A l’extrême nord du pays sa présence est anecdotique. Les bastions de l’espèce sont

la région Midi-Pyrénées et la Corse (8000 individus). La rémanence de pesticide comme le DDT

combiné à la destruction de territoires de chasse et des corridors écologiques en font une espèce à

enjeu.

c. Attractivité et fréquentation de l’aire d’étude :

L’aire d’étude présente des forêts de feuillus en marge. L’espèce n’a pas été contactée lors des

prospections de terrain mais le milieu reste favorable à l’espèce notamment comme zone de chasse.

L’espèce présente un enjeu fort en Aquitaine mais faible vis-à-vis du projet.

Cette espèce représente un enjeu faible vis-à-vis du projet. Effectivement aucune coupe

d’arbres-gîtes potentiels ou avérés ainsi qu’aucune destruction de zones de chasse ne sont

prévues dans le programme d’aménagement.

Tableau 2 : Synthèse des enjeux concernant les mammifères d’intérêt communautaire

Espèces Code Natura 2000 Valeur

patrimoniale

Enjeu vis-à-vis du

projet

Habitats associés

Loutre d’Europe

Lutra lutra 1355 Forte Faible Cours d’eau, marais

Vison d’Europe

Mustela lutreola 1356 Forte Moyenne

Marais, cours d’eau, étangs, zones de

polders

Petit Rhinolophe

Rhinolophus

hipposediros

1303 Forte Faible Forêts de feuillus à

proximité de l’eau

Les oiseaux

Cf. carte 12

D’après le FSD du site, 98 espèces sont référencées dont 49 d’intérêt communautaire sont présentes

sur l’ensemble du site Natura 2000.

Tableau 3 : Oiseaux d’intérêt communautaire recensés dans le FSD du site Natura 2000 « Zones humides associées au Marais d’Orx »

Nom Français PN Statut européen Statut sur le site

Natura 2000

Aigle botté X Annexe I Directive Oiseaux N

Aigrette garzette X Annexe I Directive Oiseaux H, N, M

Alouette lulu X Annexe I Directive Oiseaux M, H

Page 253: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 253

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Avocette

élégante X Annexe I Directive Oiseaux M

Balbuzard

pêcheur X Annexe I Directive Oiseaux H, M

Bihoreau gris X Annexe I Directive Oiseaux H, N, M, S

Bondrée apivore X Annexe I Directive Oiseaux N, M

Busard cendré X Annexe I Directive Oiseaux M

Busard

des roseaux X Annexe I Directive Oiseaux H, M

Busard

Saint-Martin X Annexe I Directive Oiseaux H, N, M

Butor étoilé X Annexe I Directive Oiseaux H, M

Chevalier sylvain X Annexe I Directive Oiseaux M

Cigogne blanche X Annexe I Directive Oiseaux M

Cigogne noire X Annexe I Directive Oiseaux M

Circaète

Jean-le-blanc X Annexe I Directive Oiseaux M

Combattant

Varié X Annexe I Directive Oiseaux H, M

Crabier chevelu X Annexe I Directive Oiseaux M

Echasse

blanche X Annexe I Directive Oiseaux S, M

Engoulevent

d’Europe X Annexe I Directive Oiseaux S

Faucon

émerillon X Annexe I Directive Oiseaux M

Faucon pèlerin X Annexe I Directive Oiseaux M

Gorgebleue

à miroir X Annexe I Directive Oiseaux M

Grande aigrette X Annexe I Directive Oiseaux H

Gravelot à collier

interrompu X Annexe I Directive Oiseaux M

Grèbe esclavon X Annexe I Directive Oiseaux H

Grue cendrée X Annexe I Directive Oiseaux H, M

Guifette moustac X Annexe I Directive Oiseaux M

Guifette noire X Annexe I Directive Oiseaux M

Héron pourpré X Annexe I Directive Oiseaux N, M

Hibou des

marais X Annexe I Directive Oiseaux M

Marouette

ponctuée X Annexe I Directive Oiseaux M

Martin-pêcheur

d’Europe X Annexe I Directive Oiseaux S, N, H, M

Milan noir X Annexe I Directive Oiseaux N, M

Milan royal X Annexe I Directive Oiseaux M

Mouette

mélanocéphale X Annexe I Directive Oiseaux H

Mouette pygmée X Annexe I Directive Oiseaux M

Phragmite

aquatique X Annexe I Directive Oiseaux M

Pie-grièche

écorcheur X Annexe I Directive Oiseaux N

Page 254: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 254

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Pipit rousseline X Annexe I Directive Oiseaux M

Plongeon

arctique X Annexe I Directive Oiseaux M

Pluvier doré X Annexe I Directive Oiseaux H, M

Pluvier guignard X Annexe I Directive Oiseaux M

Pygargue à

queue blanche X Annexe I Directive Oiseaux H

Spatule blanche X Annexe I Directive Oiseaux R, H, M

Sterne arctique X Annexe I Directive Oiseaux M

Sterne

caspienne X Annexe I Directive Oiseaux M

Sterne hansel X Annexe I Directive Oiseaux M

Sterne naine X Annexe I Directive Oiseaux M

Sterne

pierregarin X Annexe I Directive Oiseaux M

PN : Protection nationale ; Statut : S = Sédentaire, N = nicheur, H = hivernant, M = migrateur

Source : natura2000.ecologie.gouv.fr

Au regard du projet et des milieux naturels concernés sur l’aire d’étude, la Phragmite aquatique

(Acrocephalus paludicola), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), l’Aigle botté (Hieraetus

pennatus) ainsi que l’Elanion blanc (Elanus caeruleus) sont susceptibles d’être concernés. A noter que

l’Elanion blanc est une espèce d’intérêt communautaire cité à l’annexe I de la Directive Oiseaux, ne

figurant pas sur le FSD du site Natura 2000 « Domaine d’Orx » mais dont un couple nidificateur ainsi

que deux juvéniles ont été contactés lors des prospections de terrain.

La Phragmite aquatique qui utilise le Marais d’Orx comme étape migratoire, affectionne les petits et

moyens plans d’eaux calmes, peu profonds. Sa relative rareté s'explique par ses grandes exigences.

En effet, il niche exclusivement dans les marais où s'étendent de vastes formations presque exclusives

de laîches, tout au plus mêlées de quelques roseaux et de joncs clairsemés. Il évite les roselières et les

secteurs où les plantes palustres et les saules viennent rompre l'uniformité de ce type d'habitat. Dans

ces dernières régions, elle est supplantée par la Phragmite des joncs. En revanche, pendant la

migration, elle est tolérante de toutes sortes de marais, occupant même les fossés encombrés de

plantes et les champs de céréales situés à proximité de l'eau. Dans ses quartiers d'hiver, elle fréquente

le même genre d'habitat que pendant la saison de nidification. La phragmite aquatique continue à vivre

dans de nombreuses petites poches résiduelles de l'ouest de l'Europe. Par contre, elle a pratiquement

disparue des petites zones très localisées qui présentaient des conditions favorables et qui peuplaient il

y a peu de temps encore le sud du continent. Actuellement, son aire principale de distribution se situe

plutôt dans les pays de l'est : sud de la Lettonie, Lituanie, Pologne, est de l'Allemagne jusqu'à la

Hongrie, centre de l'Ukraine et ouest de la Russie jusqu'aux premiers contreforts de l'Oural. La

Phragmite aquatique se nourrit exclusivement d’insectes et de petits invertébrés.

L’Elanion blanc est gris et blanc avec les épaules noires et les yeux rouge foncé. Les parties

inférieures sont blanches. La tête est blanche, avec un petit masque noir autour de l'œil. Le bec est

plutôt court, noir avec la cire jaune. Les pattes courtes et nues et les doigts sont jaunes. Les deux sexes

sont semblables. Même s'il s'agit d'une espèce en nette expansion, actuellement elle est rare dans l'UE.

Sa population ne dépasse pas les 2000 couples. L'espèce n'a pas de graves problèmes de

conservation mais la modification de ses habitats, l'abandon des terres cultivées et les nouvelles

pratiques agricoles pourraient compromettre son avenir.

Le Busard des roseaux, est le plus grand des quatre espèces qui habitent dans l'Union Européenne.

Fine silhouette aux longues ailes coudées. Plumage brun sombre, manteau roux sombre. Le mâle a la

queue et les ailes d'un gris cendré. Contrairement aux autres busards, son croupion n'est pas pâle. La

femelle porte une calotte jaune et le mâle adulte a le dos brun, du roux sombre sur la tête et la nuque,

les deux étant rayés de brun plus foncé. La gorge est foncée, la poitrine roussâtre et les parties

inférieures sont châtain, intensément rayées de brun. La queue est gris argenté. Sur les ailes, la

majorité des secondaires est gris bleuté, et quand l'aile est déployée, cette zone forme une vaste bande

oblique qui traverse l'aile, contrastant avec le noir extrême des primaires et le reste du plumage brun.

Les pattes sont jaunes et les tarses sont dépourvus de plumes, mais il porte une culotte rousse.

La femelle adulte a une couleur plus uniforme que le mâle, elle a la tête et la gorge de couleur crème,

mais elle est moins rayée. Elle est un peu plus grande que le mâle. Assez commun bien que localisé, le

Busard des roseaux niche dans les roselières des marais. Parfois en prairie, friches, marais ou

bordures de lacs et grands cours d'eau.

Cette espèce a été contactée lors des prospections de terrain au niveau du Casier Burret.

L’Aigle botté est un rapace diurne au bec crochu et aux serres puissantes. Il a la taille d’une buse avec

le dessus brun et quelques zones claires sur le dos. Son habitat sont les forêts feuillus et de pins mais

aussi prairies, landes mais rarement éloigné des arbres. C’est un chasseur très habile malgré sa taille.

Le couple revient chaque année sur le même site de nidification et semble uni pour la vie. En revanche

Page 255: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 255

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

les oiseaux semblent plutôt solitaires en hiver. Le nid se trouve presque toujours dans un arbre,

occasionnellement sur une paroi rocheuse. Il est construit par les deux adultes, à une hauteur allant de

6 à 16 mètres. Les adultes apportent des branches et des rameaux de bois, et pendant toute la période

de nidification, la femelle porte des branches vertes en grande quantité. La femelle dépose de 1 à 3

œufs blancs, tachetés de brun, en avril-mai. L'incubation dure environ 32 à 34 jours, assurée par la

femelle nourrie par le mâle. Elle sort très peu du nid avant l'éclosion.

Les poussins grandissent lentement et quittent le nid vers l'âge de 50 à 60 jours. Ils restent encore

quelques jours aux alentours du nid où les parents les nourrissent toujours.

Cette espèce a été contactée lors des prospections de terrain avec une forte suspicion d’un nid dans la

forêt au sud du Casier Barrage.

La Phragmite aquatique, l’Elanion blanc, l’Aigle botté et le Busard des Roseaux et revêtent un enjeu

patrimonial fort et présentent un enjeu faible à moyen vis-à-vis du projet.

Remarque : les autres espèces d’oiseaux citées au FSD mais non traitées dans l’expertise, sont

considérées, elles ainsi que les habitats d’espèces, comme ne présentant aucune sensibilité par rapport

au projet et donc ne faisant l’objet d’aucune incidence.

Tableau 4 : Synthèse des enjeux concernant l’avifaune d’intérêt communautaire

Espèces Code Natura 2000 Valeur

patrimoniale

Enjeu vis-à-vis du

projet

Habitats associés

Busard des roseaux

Circus aeruginosus A081 Forte Moyenne Plans d’eau, marais

Aigle botté

Hieraetus pennatus A092 Forte Moyenne Forêts de feuillus

Phragmite aquatique

Acrocephalus paludicola

A294 Forte Faible Prairies humide à molinie, marais

Elanion blanc

Elanus caeruleus Forte Moyenne Mosaïque de milieux

Page 256: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 256

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 9: charnier de Lucane Cerf-volant sur le Marais d’Orx.

Source : J.Cassaigne - BIOTOPE

Figure 7 : Agrion de mercure

Source : J.Cassaigne - BIOTOPE

Figure 8 : Cordulie à corps fin

Source : BIOTOPE

Les insectes

Cf. Carte 13

Une espèce d’intérêt communautaire figure au FSD, il s’agit d’un odonate : l’Agrion de mercure

(coenagrion mercuriale). Cependant la présence d’une autre espèce d’intérêt communautaire non

signalée au FSD a été constatée par le personnel gestionnaire de la réserve naturelle, c’est la Cordulie

à corps fin (Oxygastra curtisii).

Par ailleurs, les investigations de terrain ont mis en lumière la présence d’un coléoptère saproxylophage

d’intérêt communautaire de manière avérée (le Lucane Cerf-volant).

PN : Protection nationale

PR : Population relative : taille et densité de la population de l'espèce présente sur le site par rapport aux populations

présentes sur le territoire national (en %). A=site remarquable pour cette espèce (15 à 100%); B=site très important pour

cette espèce (2 à 15%); C=site important pour cette espèce (inférieur à 2%); D=espèce présente mais non significative.

a. Odonates (Libellules)

L’Agrion de mercure fréquente les eaux courantes ensoleillées de bonne

qualité, alcalines et de débit modéré (sourcins, ruisselets, ruisseaux prairiaux,

fossés,…). Les larves vivent dans la vase et au sein de la végétation

immergée. Les émergences s’étalent sur une durée assez longue en été.

Concernant cette espèce, le Marais d’Orx ne correspond pas à son habitat, les

individus contactés étaient des cas isolés à proximité de fossés correspondant

à leur habitat mais situé en dehors du périmètre de la réserve.

La Cordulie à corps fin fréquente les eaux courantes assez calmes et

parfois les eaux stagnantes (mares, étangs, marais, lacs, anciennes

carrières). La présence d’une lisière arborée lui est nécessaire car les larves

vivent surtout dans les débris végétaux s’accumulant entre les racines

d’arbres immergées.

Les canaux de ceintures du marais d’Orx sont favorables à l’espèce. La

Cordulie n’a pas été contactée lors des prospections de terrain en 2011.

b. Coléoptères saproxylophages

Lors des investigations de terrain, des charniers de Lucane cerf-volant (restes de carapaces résultant

d’une prédation) ont été découverts. Ces charniers se situent sur une digue près d’un boisement de

chênes qui héberge très probablement des arbres sénescents qui abritent les larves de cette espèce. Il

est situé en dehors de l’emprise directe du projet. Une deuxième entité d’habitats favorables à

Coléoptères saproxylophages est localisée à l’est du cours d’eau l’Aulouze. Cet habitat est également

situé en dehors de l’emprise directe du projet.

Tableau 5 : Espèces d’insectes d’intérêt communautaire inscrites dans le F.S.D. et/ou contactées sur l’aire d’étude

Nom Français Nom

scientifique PN

Statut

européen PR Statut et activité sur le site Natura 2000

Agrion

de mercure

Coenagrion

mercuriale

X An II DH

C Reproduction sur les zones humides

associées aux marais d’Orx. Espèce

d’eaux faiblement courantes avec des

berges végétalisées (fossés).

Cordulie

à corps fin

Oxygastra

curtisii Art.2

An II et IV

DH

Préférence pour les eaux courantes

plutôt calme, parfois en eaux stagnantes.

Présence sur les canaux de ceinture du

marais.

Lucane Cerf

-volant

Lucanus

cervus - An II DH

- Reproduction dans les vieux chênes

sénescents ou les souches.

Page 257: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 257

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

La présence du Lucane cerf-volant est avérée sur le site d’étude mais son habitat est en dehors du

périmètre de la réserve naturelle.

Le Lucane Cerf-volant et l’Agrion de mercure sont d’un intérêt patrimonial moyen et d’un enjeu faible

vis-à-vis du projet. La Cordulie est d’un intérêt patrimonial fort et d’un enjeu faible vis-à-vis du projet.

c. Autres observations

Dix-huit espèces d’odonates ont été contactées (autre que l’Agrion de mercure) lors des investigations

de terrain, aucune n’étant d’intérêt communautaire.

Page 258: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 258

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Figure 10 : herbier à Nénuphar jaune

sur le Canal de Burret

Source : F. Mora - BIOTOPE

L’ichtyofaune

a. Habitats et caractérisation du cours d’eau

Sur le périmètre de la réserve naturelle, les cours d’eau sont représentés

par les canaux de ceinture, le canal de Burret et le Boudigau. Ces cours

d’eau ont un faciès d’écoulement lentique6.

Les faciès d’écoulement sont constitués essentiellement de plats lents.

L’ensemble des cours d’eau présentent une turbidité (eau trouble)

permanente élevée ainsi qu’un substrat très colmaté, diminuant

considérablement les potentialités piscicoles et astacicoles (écrevisses) du

secteur. Par ailleurs, la végétation aquatique est surtout représentée par une

espèce envahissante qui est la Jussie dont les gestionnaires procèdent à un

arrachage annuel. On constate toutefois un herbier flottant à Nénuphar jaune

sur le Canal de Burret.

b. Espèces d’intérêt communautaire

Une espèce de poisson figure dans le FSD du site Natura 2000 des Zones humides associées au

marais d’Orx. Il s’agit de la Lamproie marine (Petromyzon marinus).

PN : Protection nationale

PR : Population relative : taille et densité de la population de l'espèce présente sur le site par rapport aux populations

présentes sur le territoire national (en %). A=site remarquable pour cette espèce (15 à 100%); B=site très important pour

cette espèce (2 à 15%); C=site important pour cette espèce (inférieur à 2%); D=espèce présente mais non significative.

Le projet d’aménagement ne concernant pas les cours d’eau, la Lamproie marine représente un enjeu

6 Caractérise un faciès aux écoulements lents

faible vis-à-vis du projet.

II.4.6 Synthèse et bioévaluation

Les habitats naturels d’intérêt communautaire

Tableau 6 : typologie des habitats

Nom de l'habitat

Code CORINE biotop

es

Code Union européenne (Code Cahiers

d'Habitats)

Intitulé Union européenne

Typicité Surface Etat de conservation

Enjeu

Lande à Callune et Ajonc d’Europe

31.23 4030 Landes sèches européennes

Moyenne 250 m² Mauvais faible

Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies

37.715 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Bonne 0,53 ha Bon Moyen

Autres mégaphorbiaies eutrophiles

37.715 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Moyenne

0,72 ha dont 0,42

sous peupleraie

Moyen Moyen

Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale

37.1 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Moyenne 90 m² Mauvais Fort

Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble

37.72 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Moyenne 0,88 ha Bon Moyen

La flore

Aucune espèce inscrite dans l’annexe 2 de la directive habitat n’a été recensée lors des prospections

de terrain.

La faune et ses habitats

Certaines espèces d’intérêt communautaire présentent un enjeu vis-à-vis du projet (cf. II.4.4) et sont

présentées dans le tableau suivant.

Tableau 5 : Ichtyofaune d’intérêt communautaire recensée du site Natura 2000 « Zones humides associées aux Marais d’Orx »

Nom

Français Nom scientifique PN

Statut

européen PR

Statut et activité sur le site Natura

2000

Lamproie

marine

Petromyzon

marinus x An II DH C Présent dans le Boudigau

Page 259: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 259

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Tableau 7 : Synthèse des enjeux concernant la faune d’intérêt

communautaire

Espèces Code

Natura

2000

Valeur

patrimoniale

Enjeu vis-à-vis

du projet

Habitats associés

Lucane cerf-volant

Lucanus cervus 1083 Moyenne Faible

Souches de bois mort,

têtards en lisière et dans les haies

Agrion de mercure

Coenagrion mercuriale

1044 Moyenne Faible Ruisselet courant lent végétalisés

Cistude d’Europe

Emys orbicularis 1220 Forte Moyen Rivières calmes, plans d’eau

Busard des roseaux

Circus aeruginosus A081 Forte Moyenne Plans d’eau, marais

Aigle botté

Hieraetus pennatus A092 Forte Moyenne Forêts de feuillus

Phragmite aquatique

Acrocephalus paludicola

A294 Forte Faible Prairies humide à molinie, marais

Elanion blanc

Elanus caeruleus Forte Moyenne Mosaïque de milieux

Loutre d’Europe

Lutra lutra 1355 Forte Faible Cours d’eau, marais

Vison d’Europe

Mustela lutreola 1356 Forte Moyenne

Marais, cours d’eau, étangs, zones de polders

Petit Rhinolophe

Rhinolophus hipposediros

1303 Forte Faible Forêts de feuillus à proximité de l’eau

III.Diagnostic : Evaluation des incidences

III.1. Descriptif synthétique du projet

La nature du projet est décrite en partie II.2 du présent document.

Les aménagements ne concernent que des réfections de bâti et d’aires de stationnement existants. Les

installations pédagogiques sont des structures qualifiées de légères (notamment au niveau de la loi

littoral). Les plans masses des différents aménagements sont présentés ci-après.

Page 260: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 260

Plan masse du secteur des Pompes Tosi et Napoléoniennes

Page 261: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 261

Page 262: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 262

Page 263: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 263

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 264: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 264

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

III.2. Les incidences

A noter que le maître d’ouvrage, le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, lors du

lancement du concours relatif au projet, a voulu la présence d’un bureau d’étude environnement

dans le groupement afin qu’il participe à l’élaboration du projet dans l’objectif de proposer le

projet le moins impactant

Le diagnostic de l’état initial (ou état de référence) a permis de réaliser l’inventaire des habitats et des

espèces d’intérêt communautaire et d’évaluer les sensibilités de chacun en fonction de leur état de

conservation. La prise en compte de ces éléments va permettre d’apprécier les incidences de ce projet

d’aménagement sur les habitats et les espèces d’intérêt communautaire.

Différents types d’incidences sont évalués :

• les incidences temporaires, liées à la phase de travaux, dont les effets sont réversibles une

fois les travaux terminés ;

• les incidences permanentes, liées à la phase de travaux, d’entretien et de fonctionnement du

programme d’aménagement, dont les effets sont irréversibles.

Les incidences temporaires et permanentes peuvent elles-mêmes être divisées en deux autres

catégories :

• les incidences directes, liées aux travaux touchant directement les habitats, espèces ou

habitats d’espèces d’intérêt communautaire au sein du site Natura 2000 ;

• les incidences indirectes, qui ne résultent pas directement des travaux ou du projet mais qui

ont des conséquences sur les habitats, espèces ou habitats d’espèces d’intérêt communautaire du site

Natura 2000.

III.2.1 Les incidences temporaires

IT1 : risque de dégradation des habitats naturels d’intérêt communautaire

Espèces et habitats naturels concernées :

- Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires d’étages montagnard à alpin (code EUR 6430)

Description de l’incidence

Les travaux du projet d’aménagement sont susceptibles de générer des dégradations dans les habitats

naturels présentant un intérêt patrimonial (habitats d’intérêt communautaire). Ces dégradations peuvent

se matérialiser par des pollutions accidentelles ou des négligences (départs de sédiments, fuites

d’hydrocarbures, d’huile) durant la phase de chantier. Les habitats « Mégaphorbiaies hygrophiles

d’ourlets planitiaires de l’étage montagnard à alpin » sont concernés par un risque de dégradation lié au

stockage des matériaux, à la circulation des ouvriers et des engins de chantiers. Ces activités risque en

effet de dégrader physiquement et directe cet habitat si il n’est pas protégé.

Il s’agit ici d’une incidence effective. Cette incidence est considérée comme moyenne à l’échelle de

l’aire d’étude et faible à l’échelle du site Natura 2000.

Remarque : les mégaphorbiaies concernées présentent une composition végétale les rendant d’un

intérêt moindre, de plus ce sont des habitats en expansion à cause d’une eutrophisation générale des

milieux.

IT2 : dérangement d’espèce d’intérêt communautaire en phase travaux

Espèces et habitats naturels concernées :

- Busard des roseaux

- Aigle botté

- Phragmite aquatique

- Elanion blanc

- Cistude d’Europe

- Vison d’Europe

Description de l’incidence

Concernant le Busard des roseaux, celui-ci peut être considéré comme nicheur potentiel notamment au

niveau du Casier Burret ou en 2011 une femelle a été observée bien que l’absence de mâle ne permet

pas d’attester sa nidification.

Concernant la Phragmite aquatique, cette espèce n’occupe le Marais que comme étape migratoire ce

qui en réduit l’incidence étant moins sensible qu’en période de reproduction.

L’Elanion blanc a été observé en nidification sur le Casier Nord à proximité d’une digue où des travaux

de végétalisation doivent être effectués.

La Cistude d’Europe présente une importante population sur le Marais d’Orx et accompli l’ensemble de

son cycle biologique sur la réserve. Elle occupe essentiellement le Casier Barrage où la quasi-totalité

des structures pédogogiques (palissades, observatoires, bancs, pontons) doivent être installées.

Le Vison d’Europe a été contacté sur site lors d’une campagne de piégeage lors de 1er plan de

restauration. Cette espèce occupe comme repos diurne des gîtes dans des touradons (laîche, molinie),

racines, terriers, ronciers (75% de ses gîtes) dont ces derniers sont présents sur le Casier Barrage.

Plan masse du secteur Béziers

Page 265: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 265

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Les travaux vont générer des perturbations sonores variables en fonction de la circulation des engins,

des ouvriers et du fonctionnement des machines. Ces émissions sonores sont susceptibles de porter

atteinte à l’avifaune, l’herpétofaune et les mammifères. Certaines espèces étant plus sensibles que

d’autres au bruit et à certaines périodes de l’année plus vulnérables dans leur cycle de vie

(reproduction). En période de reproduction, le chant des oiseaux risque d’être masqué par les

émissions sonores des travaux. L’utilisation du site (héliothermie, repos, chasse, nourrissage,

nidification) est également corrélée au dérangement occasionné. Il est complexe d’évaluer précisément

l’impact du bruit et des mouvements liés aux opérations sur l’avifaune et l’herpétofaune, néanmoins il

est possible d’envisager le dérangement des espèces nicheuses du site. De plus les travaux

concernant l’installation des pontons flottant au nord-ouest et au sud-ouest du Casier Barrage vont

amener des perturbations au sein même du marais affectant dans une mesure supérieure la Cistude

d’Europe. Les travaux au niveau du Casier Burret (actuellement fermé au public) devront nécessiter

plus de précautions car lors des prospections de terrain, il a été déterminé que les espèces sont plus

farouches du fait de leur faible contact avec l’Homme.

Notons que le dérangement sonores sera moindre que sur certains chantier du fait que les structures à

installer sont qualifiées de légères (palissades, observatoires, bancs,…) et nécessite pas l’utilisation

d’engins de fort tonnage. Les précautions seront donc plus faciles à appliquer.

En fonction de la période à laquelle seront effectués les travaux, cette incidence sera considérée

comme non significative (travaux en dehors des périodes de nidification et de reproduction) à

moyenne (travaux en période de nidification et reproduction) à l’échelle de l’aire d’étude et

potentiellement significative à l’échelle du site Natura 2000.

IT3 : destruction d’individus d’espèces

Espèces et habitats naturels concernées

- Cistude d’Europe

Description de l’incidence

Les digues sud et ouest du Casier Barrage étant des zones potentielles de ponte, il peut y avoir

potentiellement des destructions d’émergents (jeune Cistude sortant du sol) si les travaux sont

effectués en période d’émergence (septembre-octobre et mars-avril). La destruction d’individus peut se

faire par la destruction de pontes par des engins de chantier.

En fonction des mesures instaurées, cette incidence sera considérée comme non significative (travaux

hors période d’émergence et de ponte) à l’échelle de l’aire d’étude et non significative à l’échelle du site

Natura 2000.

III.2.2 Les incidences permanentes

IP1 : destruction des habitats naturels d’intérêt communautaire

Espèces et habitats naturels concernées

- Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires d’étage montagnard à alpin (code EUR 6430)

Description de l’incidence

Des unités de mégaphorbiaie sont situées en linéaire en contrebas de la digue ouest du Casier

Barrage, au niveau de l’emplacement du futur premier observatoire et sous la peupleraie où un ponton

fixe doit être installé. Ces unités vont être impactées lors de l’installation des structures. Concernant la

première unité la surface détruite est estimée à 6 m², car seul l’accès à l’observatoire impacte le linéaire

de mégaphorbiaie (3m de large). Pour la deuxième unité la surface impactée est estimée à 130 m². La

longueur du ponton fixe passant sur l’habitat est de 65m sur une largeur de 2 m. La surface totale de

mégaphorbiaie impactée est estimée à 136 m². Cette surface ne représente que 1 % des 1,259 ha des

mégaphorbiaies inventoriées lors des prospections de terrain (les inventaires ont été ciblés et ne

représentent en aucune façon la totalité du site Natura 2000).

A noter que selon le FSD, les mégaphorbiaies représentent 42% de couverture sur le site Natura 2000

et que les mégaphorbiaies impactées de par leur composition végétale, sont d’un intérêt moyen.

L’intérêt moyen du type de mégaphorbiaies concernées amène à considérer l’incidence non significative

à l’échelle de l’aire d’étude et non significative à l’échelle du site Natura 2000.

Remarque : les mégaphorbiaies concernées présentent une composition végétale les rendant d’un

intérêt moindre, de plus ce sont des habitats en expansion du à l’eutrophisation générale des milieux.

IP2 : dérangement d’espèce d’intérêt communautaire en phase d’exploitation

Espèces et habitats naturels concernées :

- Busard des roseaux

- Phragmite aquatique

- Elanion blanc

- Cistude d’Europe

- Vison d’Europe

Page 266: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 266

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Description de l’incidence

Le projet d’aménagement dans son ensemble peut potentiellement avoir comme conséquence une

augmentation de la fréquentation du site par le public. Ceci entraînant une accentuation du

dérangement pour les espèces. Cette incidence est qualifiée de permanente indirecte. Cette incidence

concerne le Casier Barrage et le Casier Burret qui doit être ouvert au public. Cependant, les

installations prévues comme les observatoires, les palissades d’observation ou encore la

végétalisation de certaines zones, permettront de favoriser la quiétude de la faune, réduisant

voire supprimant l’incidence.

En fonction des mesures instaurées, cette incidence sera considérée comme non significative

(sensibilisation du public, végétalisation des structures) à faible (public négligeant) à l’échelle de l’aire

d’étude et non significative à l’échelle du site Natura 2000.

IP3 : annexion d’une partie de la zone potentielle de ponte pas ou peu favorable

Espèces et habitats naturels concernées

- Cistude d’Europe

- Digues du Casier Barrage (zone potentielle de ponte)

Description de l’incidence

Le projet d’aménagement prévoit l’installation d’un accès

pour personnes à mobilité réduite (APMR). Ceci sur

environ 490 mètres au niveau de la digue ouest du Casier

Barrage aboutissant au premier observatoire grande

capacité. Cette digue, au niveau du cheminement de sol

nu ou de végétalisation rase, est une zone potentielle de

ponte peu voire pas favorable de la Cistude d’Europe. La

création de l’APMR au moyen d’une structure appelé «

escaladune » (cf. photo), va entraîner une annexion d’une

partie de la zone potentielle de ponte (cf. carte).

Cependant le zone de ponte potentielle annexée est

qualifiée de pas ou peu favorable à cause de la qualité du

sable (trop gras et pas assez stable) et du piétinement

entraînant un mouvement permanent de la couche

supérieure du substrat qui acceuille les pontes. La Cistude

d’Europe utilise des substrats assez stables lui permettant

de creuser une cavité structurée afin d’y déposer ses œufs. D’après le suivi effectué par le personnel de

la réserve et un hérpétologue de l’Association Cistude Nature, aucune ponte n’a été constatée sur cette

zone et elle a été déterminée comme pas favorable. De plus, l’installation de la structure type

escaladune pour l’APMR va permettre une canalisation du public et donc diminuer largement le

piétinement permettant une végétalisation du substrat sableux qui se stabilisera et pourra devenir une

zone potentielle de ponte favorable au lieu de peu voire pas favorable au jourd’hui.

La globalité de la zone de ponte sur le Casier Barrage a été estimée à 8200 m². Selon la largeur de

l’escaladune utilisé (1m – 1,2m – 1,5m – 2m) la surface de zone potentielle de ponte annexée sera

respectivement de 490m², 588 m², 735m² et 980m². Cette incidence, en fonction de la largeur choisie

pour l’APMR ainsi que des mesures mises en œuvre, sera considérée comme non significative (faible

largeur et mesures d’accompagnement) à faible (faible largeur ou mesures d’accompagnement)

à l’échelle de l’aire d’étude et non significative à l’échelle du site Natura 2000.

Figure 11 : structure type « escaladune »,

photo prise hors site, © interscène

Page 267: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 267

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 268: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 268

Page 269: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 269

Page 270: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 270

Page 271: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 271

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IV.Mesures d’insertion

IV.1. Mesures de suppression des incidences

IV.1.1 MS1 : mise en place d’un chantier respectueux de l’environnement

Incidences supprimées : IT1

Un chantier respectueux de son environnement permet d’assurer la mise en œuvre de moyens de

préservation de l’environnement concerné par les travaux. Il s’agit de gérer les nuisances

environnementales engendrées par les différentes activités liées au chantier. Les diverses mesures qui

sont mises en place permettent une prise en compte globale de l’impact des travaux sur le site. La

plupart de ces mesures sont des méthodes de prévention faces à d’éventuelles pollutions accidentelles

ou dérives du chantier :

les véhicules et engins de chantier devront justifier d’un contrôle technique récent ;

le stockage des huiles et carburants se fera uniquement sur des emplacements réservés et

imperméables loin de toutes zones écologiquement sensibles, principalement les cours d’eau et

les mares ;

les émissions sonores et vibrations des engins et machines seront limitées à leur stricte durée

d’utilisation nécessaire (pas d’émissions perturbatrices inutiles) ;

l’accès au chantier et des zones de stockage seront interdit d’accès au public ;

les eaux usées seront traitées avant relâche dans le milieu naturel (y compris l’eau des

sanitaires) ;

les substances non naturelles ne seront pas rejetées sans autorisation (laitance de béton à

proscrire par exemple), et seront traitées par des filières appropriées ;

les produits du déboisement, défrichement, dessouchage ne devront pas être brûlés sur places

(ils devront être exportés et brûlés dans un endroit où cela ne représente pas de risques) ;

les vidanges, ravitaillements et nettoyage des engins et du matériel se feront dans une zone

spécialement définie et aménagée (zone imperméabilisée…) ;

les inertes et autres substances ne seront pas rejetés dans le milieu naturel ;

une collectes des déchets, avec poubelles et conteneurs, sera mise en place ;

un suivi de chantier pourra être mis en œuvre afin d’assurer un bon déroulement de la

démarche (importance d’établir un bon contact entre l’écologue et les responsables).

IV.1.2 MS2 : instauration d’un suivi de chantier

Incidences supprimées : IT1, IT2, IT3, et IP2

Il est important que les travaux puissent être suivis par un expert écologue qui veillera notamment à ce

que les mesures préconisées pour réduire les incidences du chantier soient respectées, et qui pourra

éventuellement suggérer des adaptations en fonction des conditions mises en œuvre. Cet expert

écologue sera garant de la préservation des espèces et des habitats sur le site. Il pourra notamment

attester lors de la réalisation de pontons, une insertion maximale dans l’environnement.

Remarque : le maître d’ouvrage a souhaité lors de l’appel pour le concours la présence d’un bureau

d’étude naturaliste dans le groupement de maîtrise d’œuvre, ceci afin d’intégrer une démarche

environnementale de la conception jusqu’à l’exécution du projet. Le suivi du chantier par un écologue

est donc prévu dans le projet d’aménagement.

L’intervention de l’expert écologue pourra être effective selon différentes phases :

le calage, le but des journées de calage est de préciser sur le terrain, avec le ou les

responsables du chantier, la localisation des mesures d’atténuation, d’expliquer les raisons ainsi

que les moyens à mettre en place pour les mener à bien. Il s’agit bien de retranscrire sur le

terrain, l’ensemble des préconisations. Elles doivent donc définir la localisation des zones

sensibles sur lesquelles une attention particulière sera portée ;

formation du personnel technique, l’organisation de journées d’information à l’attention du

personnel technique intervenant sur le chantier est indispensable au succès de l’intégration du

projet dans son environnement. Le personnel, sensibilisé à l’importance de tels aménagements,

comprend mieux et accepte la nécessité de réaliser des travaux parfois fastidieux. Le personnel

devra être informé des consignes à respecter lors de la première réunion de chantier, réunion

qui pourra être encadrée par un expert écologue. Les chefs de chantier devront surveiller le bon

respect de ces préconisations avec l’aide de l’expert si nécessaire ;

phase chantier : lors de la phase travaux, il est nécessaire de réaliser des visites de contrôle

pour s’assurer du bon respect des préconisations. Ces visites en présence d’un expert

indépendant seront faites lors des phases critiques du chantier. Cela permet également de

conseiller les responsables de chantier ainsi que le personnel technique et d’orienter l’évolution

de la phase chantier. Le maître d’ouvrage devra mettre en place un système de surveillance du

respect du cahier des charges ;

Page 272: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 272

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

mise en œuvre des mesures : de même, la mise en œuvre des mesures nécessite la

participation d’un expert écologue qui conseillera le maître d’œuvre d’un point de vue

technique ;

remise en état : la remise en état de la phase chantier correspond à la fin des opérations

d’aménagement (visite de fin de chantier). Il apparaît nécessaire de réaliser quelques visites de

terrain afin de s’assurer de la fonctionnalité des aménagements et de l’enlèvement définitif des

dépôts divers, aménagements sanitaires, matériaux de construction, c’est-à-dire de la remise en

état du site.

IV.1.3 MS3 : planification des périodes d’intervention des travaux

Incidences supprimées : IT2 et IT3

Le choix approprié de la période des travaux permettra de limiter le dérangement des espèces. Celles

ciblées par cette mesure sont le Busard des roseaux, l’Elanion blanc, l’Aigle botté, la Phragmite

aquatique, la Cistude d’Europe et le Vison d’Europe. Les zones concernées sont, la digue sud et ouest

du Casier Barrage pour l’Aigle botté, la Phragmite aquatique, la Cistude d’Europe et le Vison d’Europe ;

la digue nord du Casier Burret pour le Busard des roseaux, la Phragmite aquatique et le Vison

d’Europe ; la digue sud du Casier Nord pour l’Elanion blanc.

Pour les deux espèces d’oiseaux nicheuses avérées et une potentielle, la réalisation des travaux en

dehors de leur période de reproduction, qui s’étend du 1er mars au 1er août, est préconisée.

Pour la Phragmite aquatique (espèce hivernante), les travaux devront s’effectuer en dehors d’une

période allant de décembre à février.

Pour la Cistude d’Europe, les travaux devront s’effectués pendant la période d’hivernage (de la mi-

octobre à la mi-mars). Concernant le Vison d’Europe, étant actif toute l’année, il paraît difficile de

déterminer une période moins impactante. Cependant une période allant de mars à octobre peut être

qualifiée de plus sensible car l’espèce utilise les ronciers (75%) comme cache diurne, présents en

grand nombre notamment sur le Casier Barrage. En période hivernale, ses caches diurnes changent

pour des lieux favorisant la contention calorique.

Au mois d’octobre 2012, lors d’une réunion entre le maître d’ouvrage et le groupement de maîtrise

d’œuvre, après concertation des périodes de travaux par casier ont été déterminées.

Pour le Casier Barrage, la période des travaux a été découpée en deux phases :

- pour la digue ouest, une période allant de mi octobre à fin janvier est favorable à la réalisation des

travaux (pose de pontons, observatoires, palissades, bancs, panneaux, végétalisation, APMR). Ceci

afin d’éviter le dérangement ou la destruction d’individus (œuf ou oisillons) de passeraux nicheurs et le

dérangement de la Cistude d’Europe. Les deux observatoires seront faits en priorité en début de la

période afin de limiter le dérangement des oiseaux hivernants comme la Phragmite aquatique ;

- pour la digue sud, une période allant de janvier à avril est favorable à la réalisation des travaux (pose

de palissades, bancs, panneaux, aménagement secteur des pompes). Les travaux devront commencer

par l’extrimité ouest de la digue sud et se terminer sur le secteur des pompes afin de limiter le

dérangement des oiseaux hivernants.

Pour le Casier Burret, une période allant de fin juillet à fin novembre est favorable à la réalisation des

travaux (pose de deux palissades, végétalisation, panneaux).

Pour le Casier Central, une période allant de fin juillet à fin février est favorable à la réalisation des

travaux (pose d’une palissade).

Pour le Casier Nord, le mois de novembre est favorable à la réalisation des travaux (pose d’une

palissade, végétalisation).

Voir le tableau du planning prévisionnel des travaux du projet du Marais d’Orx ci-

dessous.

Page 273: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 273

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Page 274: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 274

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IV.2. Mesures de réduction des incidences

IV.2.1 MR1 : mesures visant à limiter la destruction d’habitats d’intérêt

communautaire

Incidence réduite : IP1

La destruction d’habitat concerne des mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets planitiaires d’étage

montagnard à alpin. Ceci au niveau de la digue ouest du Casier Barrage avec l’implantation du premier

observatoire grande capacité et du ponton fixe passant dans la peupleraie.

Travail avec le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre afin d’établir un emplacement pour les

structures concernées par l’incidence afin de limiter la destruction ;

Une sensibilisation particulière sera menée auprès de toutes les entreprises intervenant sur le

chantier sur la sensibilité environnementale particulière du chantier.

Remarque : les mégaphorbiaies concernées par cet impact sont d’une composition végétale les rendant

d’un intérêt moindre (notamment l’Ortie) et de plus sont en expansion à cause d’une eutrophisation

générale des milieux.

IV.2.2 MR2 : mesures visant à limiter le dérangement d’espèces en phase

d’exploitation

Incidence réduite : IP2

Les espèces concernées par cette incidence sont la Cistude d’Europe et l’Aigle botté, localisées, au

niveau du Casier Barrage. C’est le site qui doit être le plus aménagé. Concernant le Busard des

roseaux, c’est le site du Casier Burret qui doit être ouvert au public suite aux aménagements.

Une sensibilisation du public via un document pédagogique vis-à-vis des exigences écologiques

de ces espèces afin de limiter voire de supprimer le dérangement de l’espèce.

Végétalisation des structures installées afin de permettre la quiétude nécessaire à ces espèces.

Remarque : un document pédagogique d’accompagnement du circuit doit être réalisé par un

scénographe. Les informations devront y être inclues.

IV.2.3 MR3 : mesures visant à limiter la perte de surface en faveur de la Cistude

d’Europe.

Incidence réduite : IP3

La structure de type « escaladune » (platelage bois déroulant) doit être utilisée afin de réaliser un accès

pour personnes à mobilité réduite (APMR) au niveau de la digue ouest du Casier Barrage. Afin de

diminuer l’incidence sur la zone potentielle de ponte de la Cistude d’Europe, nous conseillons

l’utilisation d’une largeur de 1,40 mètre maximum soit une surface de 690 m².

De plus nous conseillons lors de l’installation de la structure de type « escaladune », la présence d’un

écologue ou d’un garde de la réserve afin d’éviter la pose de la structure sur des zones favorables à la

Cistude d’Europe.

IV.3. Mesures d’accompagnement des incidences

IV.3.1 MA1-MA2 : mesures visant à accompagner l’installation de l’APMR en faveur

de la Cistude d’Europe

Incidences accompagnées : IP3

Sur le périmètre de la réserve naturelle du Marais d’Orx, la Cistude d’Europe pont sur la partie

supérieure des digues ouest et sud du Casier Barrage. C’est les parties du cheminement du sol nu et

de végétation rase qui sont concernées. Au niveau de la digue ouest, le substrat est plutôt sableux et

donc plus favorable à la ponte (facilité pour creuser et chaleur supérieure pour l’incubation). Cependant

comme montré dans l’état des lieux, la zone où doit être installé l’APMR, est une zone qui n’est pas ou

qui est peu favorable pour la ponte de la Cistude d’Europe car le sable est trop gras, pas assez stabilisé

et le piétinement du public entraîne un déplacement continu de la couche supérieure du substrat

sableux qui accueille potentiellement les pontes. De plus le piétinement empêche une végétalisation

naturelle qui stabiliserait le sol et à terme rendrait favorable cette zone pour la ponte des Cistudes. Les

mesures d’accompagnement proposées sont de deux sortes :

l’accès pour personne à mobilité réduite ne concerne que le début de la digue ouest du Casier

Barrage qui actuellement est une zone pas à peu favorable pour la ponte des Cistudes (aucune

ponte avérée). Nous préconisons donc une incitation du public à emprunter ce cheminement

afin de canaliser les déplacements et permettre à terme une stabilisation du substrat sableux

par la végétalisation afin que la zone devienne plus favorable à la ponte des Cistudes d’Europe.

Cette incitation se fera au travers du livret pédagogique d’accompagnement du public prévu et

au niveau de la communication du personnel de la réserve avec le public. L’évolution de la zone

Page 275: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 275

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

devra être suivie par les gestionnaires. Dans le cas où la végétalisation naturelle serait

insuffisante, un ensemencement de la zone avec des graines d’espèces autochtones et

adaptées au substrat pourra être effectué afin de favoriser la végétalisation ;

Remarque : actuellement la zone concernée rend de par la nature du substrat, très difficile la mobilité

du public. Ce problème est un point fréquemment signalé par le public au personnel de la réserve. Il est

donc fort probable que le public qui ne passera pas par la maison d’accueil (donc se déplaçant sans

livret), se reportera en grande partie sur le cheminement de lui-même.

bien que l’incidence soit faible, l’installation de l’APMR provoque une annexion de surface

pouvant devenir une zone potentielle de ponte favorable à la Cistude d’Europe. C’est pourquoi

nous préconisons comme deuxième mesure d’accompagnement, de débroussailler sur le

cheminement de la digue des zones potentiellement favorables pour la ponte des Cistudes. Ces

zones seront à déterminer avec un écologue et un garde de la réserve. La surface

débroussaillée devra être égale à la surface de l’APMR. Cette surface dépendra de la largeur de

la structure de type « escaladune » (platelage bois déroulant) utilisé. Cette surface sera de 490

m², m², 588 m², 735 m² ou 980 m² avec respectivement une largeur de 1m, 1,2m, 1,5m et 2m

pour la structure.

Cf. Carte 14 : mesures d’accompagnement

Page 276: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 276

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IV.4. Estimation financière des mesures

Tableau 7 : Estimation financière des mesures

Désignation Qté Coût unitaire € HT Coût total € HT

Mesure MR1 : limiter le

risque de dégradation

des habitats d’intérêt

communautaire

4

(en jours)

710

2840

Mesure MR2 : limiter le

risque de destruction

d’habitat d’intérêt

communautaire

1 (en jours) 710 710

Mesure MR3 : limiter le

dérangement d’espèces

en phase d’exploitation

- - -

Mesure MA1 : mesures

d’accompagnement en

faveur de la Cistude

d’Europe

Débroussaillage

digue ouest 4 (en jours/an) 550 2200

Suivi évolution

zone APMR NE - -

TOTAL 9 5040

NB : Les mesures ne présentant pas de surcoût par rapport au budget du projet d’aménagement

prévu n’ont pas été prises en compte dans ce tableau (MS1) ou sont signalé par un tiret (-).

NE : non évaluable

Remarque : l’essentiel des mesures sont inclues dans le fonctionnement quotidien de l’équipe de la

réserve ou dans le coût global du projet.

Page 277: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 277

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

IV.5. Bilan des incidences résiduelles

tableau 8 : bilan des incidences sur le patrimoine naturel d’intérêt communautaire après application des mesures

cortèges d’espèces, espèces

ou habitats naturels

concernés

Nature de l’incidence

Mesures d’insertion (suppression,

réduction ou compensation des

incidences)

intensité de l’incidence à

l’échelle de l’aire d’étude

intensité de l’incidence à

l’échelle du site Natura 2000

- Cistude d’Europe

IT 2 : dérangement d’espèces en phase de

travaux

IT3 : destruction d’individus d’espèces

IP2 : dérangement d’espèces en phase

d’exploitation

IP3 : annexion d’une partie de zone potentielle

de ponte

MS3 : mesure de planification de période des

travaux

MR3 : mesure de limitation du dérangement

d’espèces en phase d’exploitation

MA1- MA2 : mesures d’accompagnement visant à

accompagner l’installation de l’APMR

faible

(incidence potentielle) Non significative

- Busard des roseaux

- Elanion blanc

- Phragmite aquatique

IT2 : dérangement d’espèce d’intérêt

communautaire en phase travaux

IP2 : dérangement d’espèces en phase

d’exploitation

MS1 : planification des périodes d’intervention

des travaux

MR2 : mesures visant à limiter le dérangement

d’individus d’espèces en phase d’exploitation

Non significative Non significative

- Agrion de mercure

- Lucane Cerf-volant

- - absence absence

- Vison d’Europe

IT 2 : dérangement d’espèces en phase de

travaux

MS1 : planification des périodes d’intervention

des travaux

faible

(incidence potentielle) absence

cortèges d’espèces, espèces

ou habitats naturels

concernés

Nature de l’incidence

Mesures d’insertion (suppression,

réduction ou compensation des

incidences)

intensité de l’incidence à

l’échelle de l’aire d’étude

intensité de l’incidence à

l’échelle du site Natura 2000

- Mégaphorbiaies hygrophiles

d’ourlets

(code EUR 6430)

IT 1 : risque de dégradation d’habitat naturel

d’intérêt communautaire

IP2 : destruction d’habitat d’intérêt

communautaire

MS1 : mise en place d’un chantier respectueux

de l’environnement

MS2 : instaurer un suivi de chantier

MR1 : mesures de limitation de destruction

d’habitat

faible

(incidence potentielle) Non significative

Les effets résiduels du projet d’aménagement de la réserve naturelle du Marais d’Orx et de transformation sur les habitats naturels et espèces d’intérêt communautaire pourront être considérés comme « non

significatifs » après mise en œuvre des mesures d’évitement, de réduction et d’accompagnement.

Page 278: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 278

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Conclusion

Le projet d’aménagement du Marais d’Orx, porté par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels est situé au sein de 2 périmètres Natura 2000 : la Zone Spéciale de Conservation « Zones humides associées

au Marais d’Orx » (FR 7200719) et la Zone de Protection Spéciale « Domaine d’Orx» (FR 720063). Un seul habitat naturel d’intérêt communautaire est concerné par le projet : « mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires d’étages montagnard à alpin » code EUR 6430 ainsi que quatre espèces d’oiseaux, une espèce de reptile et une espèce de mammifère. Etant donnée la proximité de certains enjeux lié au patrimoine

naturel d’intérêt communautaires, le projet est susceptible d’entrainer des incidences dommageables (dérangement et destruction d’espèces et modification d’habitat).

Différentes mesures d’évitement, de réduction et d’accompagnement ont été proposées (prévention des pollutions accidentelles et calendrier des travaux adapté aux enjeux faunistiques, documents de sensibilisation

du public, utilisation de structures spécifiques, amélioration de l’habitat) afin de supprimer ces effets dommageables prévisibles.

L’ensemble des mesures d’insertion proposées permettront d’assurer la compatibilité des travaux avec le maintien de l’état de conservation des habitats naturels et espèces d’intérêt communautaire des 2 sites

Natura 2000 concernés. De plus le projet d’aménagement du Marais d’Orx peut être qualifié d’ampleur modérée, utilisant principalement la réfection de structures existantes et de l’installation de structures légères

comme des palissades bois, des observatoires faune en bois, des bancs et pontonts bois.

Le projet ne présente pas d’incidences significatives sur les sites Natura 2000.

Page 279: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 279

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Bibliographie

Habitats naturels - flore

ALARD D., BOTINEAU M., BOULLET, V., CLEMENT, B., VAN ES, J., DE FOUCAULT, B., GAMISANS,J., GAULTIER, C., GEHU, J.-M., LACOSTE, A., LARGIER, G., LAZARE, J.-J., LOISEL, R., MEDAIL, F., MULLER, S., PAGES, J.-P., PARADIS, G., PENIN, D., RAMEAU, J.-C., ROYER, J.-M., CHAVAUDRET-LABORIE, C., DENIAUD, J. & BENSETITTI, F. (coord.), 2005. Cahiers d’habitats Natura 2000 - Tome 4 - Vol 1 - Habitats agro-pastoraux. La Documentation française. 445 pp.

ATELIER TECHNIQUE DES ESPACES NATURELS, ECOLE NATIONALE DU GENIE RURAL DES EAUX ET FORETS, 2003. CORINE biotopes. Version originale Types d’habitats français. 119 pp.

BARDAT, J., BIORET, F., BOTTE, F. BOULLET, V., CORNIER, Th., DELAHAYE, Th., DUPIEUX, N., FOUCAULT (DE), B., GAUDILLAT, V., GRILLAS, P., GUERLESQUIN, M., GUYO, I., HAURY, J., LACOSTE, A., LAMBERT, E., LAZARE, J.-J., LE CLAINCHE, L., MULLER, S., PLAIGE, V., RAMEAU, J.-C., YAVERCOVSKI, N., 2002. Cahiers d’habitats Natura 2000 - Tome 3 - Habitats humides. La Documentation française. 457 pp.

BARDAT, J., & al., 2004. Prodrome des végétations de France. Publications scientifiques du Museum National d’Histoire Naturelle. 171 pp.

CORINE biotopes manual, 1991. Habitats of the european community. Data specifications part 2. Luxembourg. 300 pp.

CHRISTMANN, E., 2004. Guide des milieux forestiers en Aquitaine. Centre régional de la propriété forestière d’Aquitaine. 110 pp.

ROMAO, C., 1997. Manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne Version EUR 15. Commission européenne DG XI. 109 pp.

http://natura2000.ecologie.gouv.fr/sites/FR7200719.html

Oiseaux

BIBBY C. J., BURGESS N. D., HILL D. A. & MUSTOE S. H. (2000) – Bird Census Techniques. London,

Academic Press, 302 p.

BOUTET J.-Y & PETIT P. (1987) – Atlas des oiseaux nicheurs d’Aquitaine 1974-1984. CROAP et

Conseil Régional d’Aquitaine

DUBOIS P.-J., LE MARECHAL P., OLIOSO G. & YESOU P. (2008) – Nouvel inventaire des oiseaux de

France. Delachaux & Niestlé, Paris, 559 p.

FIERS V. (2004) – Guide pratique des principales méthodes d’inventaire et de suivi de la

Biodiversité. Réserves Naturelles de France, 263 p.

FLITTI A., KABOUCHE B., KAYSER Y. & Olioso G. (2009) – Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-

Alpes-Côte d’Azur. LPO PACA. Delachaux & Niestlé, Paris, 544 p.

JIGUET F. (2010). Les résultats nationaux du programme STOC de 1989 à 2010.

http://vigienature.mnhn.fr/

ROCAMORA G. & YEATMAN-BERTHELOT D. (1999) – Oiseaux menacés et à surveiller en France.

Liste rouge et recherche de priorités. Populations, Tendances, Menaces, Conservation. Société

d’Etudes Ornithologiques de France, Ligue pour la Protection des Oiseaux. 598 p.

THIOLLAY J.-M. & BRETAGNOLLE V. coord. (2004) – Rapaces nicheurs de France, distribution,

effectifs et conservation. Delachaux & Niestlé, Paris, 176 p.

UICN Comité français & MNHN (2011) – La Liste rouge des espèces menacées en France. Oiseaux

nicheurs de France métropolitaine. Paris, France, 28 p.

Insectes

V.J. Kalkman, J.-P. Boudot, R. Bernard, K.-J. Conze, G. De Knijf, E. Dyatlova, S. Ferreira, M. Jović, J.

Ott, E. Riservato and G. Sahlén. 2010. European Red List of Dragonflies. Luxembourg: Publications

Office of the European Union.

Nieto, A. and Alexander, K.N.A. 2010. European Red List of Saproxylic Beetles. Luxembourg:

Publications Office of the European Union.

Van Swaay, C., Cuttelod, A., Collins, S., Maes, D., López Munguira, M., Šašić, M., Settele, J.,

Verovnik, R., Verstrael, T., Warren, M., Wiemers, M. and Wynhof, I. 2010. European Red List of

Butterfies. Luxembourg: Publications Office of the European Union.

Mammifères

M.d.N. De Bellefroi, R. Rosoux. 2005. Le Vison d’Europe. Belin, Paris. 95p

Autres

http://natura2000.ecologie.gouv.fr

Page 280: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 280

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Annexes

Liste floristique commenté

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Acer negundo L. Érable négondo

Achillea millefolium L. Achillée millefeuille

Agrostis capillaris L. Agrostide capillaire

Agrostis stolonifera L. Agrostide blanche

Aira caryophyllea L. Canche caryophyllée

Aira praecox L. Canche précoce

Ajuga reptans L. Bugle rampante

Alisma plantago-aquatica L. Alisma plantain d'eau

Althaea officinalis L. Guimauve

Angelica sylvestris L. Angélique des bois

Anthemis cotula L. Anthémis fétide

Anthoxanthum odoratum L. Flouve odorante

Aphanes australis Rydb. Alchémille à petits fruits

Arctium minus (Hill) Bernh. Bardane à petites têtes

Arenaria montana L. Sabline des montagnes

Arrhenatherum elatius (L.) P.Beauv. ex J.Presl & C.Presl

Fenasse

Baccharis halimifolia L. Baccharis à feuilles d'arroche

Bromus catharticus Vahl Brome cathartique

Bromus diandrus Roth Brome à deux étamines

Bromus hordeaceus L. Brome fausse orge

Calluna vulgaris (L.) Hull Callune

Calystegia sepium (L.) R.Br. Grand Liseron

Cardamine hirsuta L. Cardamine hérissée

Carex acutiformis Ehrh. Fausse Laîche aiguë

Carex arenaria L. Laîche des sables

Carex cuprina (Sandor ex Heuff.) Nendtv. ex A.Kern.

Laîche couleur de renard

Carex hirta L. Laîche hérissée

Carex remota L. Laîche à épis espacés

Carex riparia Curtis Laîche des rives

Castanea sativa Mill. Châtaignier

Centaurea jacea L. subsp. debeauxii (Godr. & Gren.) Douin

Centaurée de Debeaux

Centaurium erythraea Raf. Érythrée

Cerastium fontanum Baumg. subsp. vulgare (Hartm.) Greuter & Burdet

Céraiste commun

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Cerastium glomeratum Thuill. Céraiste aggloméré

Cerastium semidecandrum L. Céraiste à cinq étamines

Cirsium palustre (L.) Scop. Cirse des marais

Cirsium vulgare (Savi) Ten. Cirse à feuilles lancéolées

Cistus salviifolius L. Ciste à feuilles de sauge

Conyza canadensis (L.) Cronquist Vergerette du Canada

Cornus sanguinea L. Cornouiller sanguin

Cortaderia selloana (Schult. & Schult.f.) Asch. & Graebn.

Herbe de la pampa

Crassula tillaea Lest.-Garl. Crassule mousse

Crepis capillaris (L.) Wallr. Crépide à tiges capillaires

Cynodon dactylon (L.) Pers. Chiendent pied-de-poule

Cyperus eragrostis Lam. Souchet robuste

Cytisus scoparius (L.) Link Genêt à balais

Dactylis glomerata L. Dactyle

Datura stramonium L. Datura officinal

Dipsacus fullonum L. Cabaret-des-oiseaux

Echinochloa crus-galli (L.) P.Beauv. Panic des marais

Epilobium hirsutum L. Épilobe à grandes fleurs

Epilobium parviflorum Schreb. Épilobe à petites fleurs

Equisetum arvense L. Prêle des champs

Equisetum telmateia Ehrh. Grande Prêle

Erica cinerea L. Bruyère cendrée

Erodium cicutarium (L.) L'Hér. Érodium à feuilles de ciguë

Eupatorium cannabinum L. Eupatoire à feuilles de chanvre

Filipendula ulmaria (L.) Maxim. Fausse Spirée

Frangula dodonei Ard. Bourdaine

Galium aparine L. Gaillet accrochant

Galium palustre L. Gaillet des marais

Geranium dissectum L. Géranium à feuilles découpées

Geranium molle L. Géranium à feuilles molles

Glechoma hederacea L. Gléchome lierre terrestre

Gnaphalium uliginosum L. Cotonnière des fanges

Halimium lasianthum (Lam.) Spach subsp. alyssoides (Lam.) Greuter & Burdet

Hélianthème faux alysson

Hedera helix L. Lierre

Holcus lanatus L. Houlque laineuse

Humulus lupulus L. Houblon

Hypericum androsaemum L. Androsème

Hypericum perforatum L. Millepertuis commun

Hypochaeris glabra L. Porcelle des sables

Hypochaeris radicata L. Porcelle enracinée

Impatiens glandulifera Royle Balsamine de l'Himalaya

Iris pseudacorus L. Iris des marais

Juncus acutiflorus Ehrh. ex Hoffm. Jonc à fleurs aiguës

Juncus conglomeratus L. Jonc aggloméré

Juncus effusus L. Jonc épars

Juncus tenuis Willd. Jonc fin

Lagurus ovatus L. Queue-de-lièvre

Lathyrus pratensis L. Gesse des prés

Leucanthemum vulgare Lam. Marguerite

Page 281: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 281

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Logfia minima (Sm.) Dumort. Cotonnière naine

Lonicera periclymenum L. Chèvrefeuille des bois

Lotus angustissimus L. subsp. hispidus (Desf. ex DC.) Bonnier & Layens

Lotier hérissé

Arrêté du 8 mars 2002 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Aquitaine complétant la liste nationale, Article 1

Lotus pedunculatus Cav. Lotier des fanges

Luzula campestris (L.) DC. Luzule des champs

Lycopus europaeus L. Lycope

Lysimachia nummularia L. Lysimaque nummulaire

Lysimachia vulgaris L. Grande Lysimaque

Lythrum salicaria L. Herbe aux coliques

Malva neglecta Wallr. Mauve commune

Medicago arabica (L.) Huds. Luzerne d'Arabie

Mentha aquatica L. Menthe aquatique

Mentha suaveolens Ehrh. Menthe à feuilles rondes

Myosotis discolor Pers. Myosotis bicolore

Myosotis scorpioides L. Myosotis des marais

Myosoton aquaticum (L.) Moench Céraiste aquatique

Oenanthe crocata L. Oenanthe safranée

Oenanthe pimpinelloides L. Oenanthe faux boucage

Oenothera biennis L. Herbe aux ânes

Ornithopus perpusillus L. Ornithope délicat

Osmunda regalis L. Fougère royale

Oxalis corniculata L. Oxalide corniculée

Parthenocissus inserta (A.Kern.) Fritsch Vigne-vierge

Paspalum dilatatum Poir. Herbe de Dallis

Paspalum distichum L. Paspale à deux épis

Phalaris arundinacea L. Alpiste faux roseau

Phragmites australis (Cav.) Steud. Roseau

Phytolacca americana L. Raisin d'Amérique

Plantago coronopus L. Plantain corne-de-cerf

Plantago lanceolata L. Plantain étroit

Plantago major L. Grand Plantain

Poa annua L. Pâturin annuel

Poa trivialis L. Gazon d'Angleterre

Polycarpon tetraphyllum (L.) L. Polycarpe à quatre feuilles

Polygonatum multiflorum (L.) All. Sceau-de-Salomon commun

Polygonum amphibium L. Persicaire amphibie

Polygonum hydropiper L. Poivre d'eau

Polygonum persicaria L. Persicaire

Populus deltoides Bartram ex Marshall Peuplier de Virginie

Potentilla reptans L. Potentille rampante

Pteridium aquilinum (L.) Kuhn Fougère-aigle

Pulicaria dysenterica (L.) Bernh. Pulicaire dysentérique

Quercus robur L. Chêne pédonculé

Quercus suber L. Chêne-liège

Ranunculus acris L. Renoncule âcre

Ranunculus repens L. Renoncule rampante

Raphanus raphanistrum L. Radis ravenelle

Robinia pseudoacacia L. Acacia

Nom Latin Nom vernaculaire Réglementation

Rosa canina L. Églantier des chiens

Rubus caesius L. Ronce bleuâtre

Rubus sp. Ronce

Rumex acetosa L. Grande Oseille

Rumex acetosella L. Petite Oseille

Rumex conglomeratus Murray Oseille agglomérée

Rumex obtusifolius L. Patience à feuilles obtuses

Salix alba L. Osier blanc

Salix atrocinerea Brot. Saule à feuilles d'olivier

Salix x rubens Schrank Osier jaune

Sambucus ebulus L. Hièble

Senecio sylvaticus L. Séneçon des bois

Setaria pumila (Poir.) Roem. & Schult. Sétaire glauque

Silene dioica (L.) Clairv. Compagnon rouge

Solanum dulcamara L. Douce-amère

Solanum nigrum L. Morelle noire

Sonchus arvensis L. Laiteron des champs

Sonchus asper (L.) Hill Laiteron épineux

Sporobolus indicus (L.) R.Br. Sporobole tenace

Stellaria graminea L. Stellaire à feuilles de graminée

Stellaria media (L.) Vill. Morgeline

Succisa pratensis Moench Mors-du-Diable

Tamus communis L. Herbe aux femmes battues

Teesdalia nudicaulis (L.) R.Br. Téesdalie à tige nue

Teucrium scorodonia L. Germandrée scorodoine

Trifolium campestre Schreb. Trèfle des champs

Trifolium dubium Sibth. Petit Trèfle jaune

Trifolium pratense L. Trèfle commun

Trifolium repens L. Trèfle blanc

Ulex europaeus L. Ajonc d'Europe

Urtica dioica L. Grande Ortie

Veronica arvensis L. Véronique des champs

Veronica chamaedrys L. Véronique petit-chêne

Veronica officinalis L. Véronique officinale

Vicia cracca L. Jarosse

Vicia sativa L. Vesce commune

Vicia tetrasperma (L.) Schreb. Cicérole

Vitis vinifera L. subsp. vinifera Vigne

Page 282: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 282

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basue, Art’Ur architectes /

46 rue Beaunier, 75 014 Paris / 2 avenue Pierre Angot, Hélioparc – BP 83 64 053 Pau Cedex 9 80, quai des chartrons – 333 00 Bordeaux

Carte de l’occupation du site par la Cistude d’Europe

Page 283: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 283

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basue, Art’Ur architectes /

46 rue Beaunier, 75 014 Paris / 2 avenue Pierre Angot, Hélioparc – BP 83 64 053 Pau Cedex 9 80, quai des chartrons – 333 00 Bordeaux

Projet d’aménagement du Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels

pour le site du Marais d’Orx (40)

Pièce G – RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’INCIDENCES NATURA

2000

Page 284: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 284

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Introduction

La présente étude d’ncidences Natura 2000 est celle du projet d’aménagement du site du Marais d’Orx.

Le projet est porté par le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels (SMGMN), actuel gestionnaire

de la réserve naturelle nationale du Marais d’Orx. Ce projet s’inscrit dans une des missions du syndicat,

qui est l’accueil du public sur le site du Marais d’Orx tout en assurant la protection et la conservation du

patrimoine naturel. Ce projet comprend la réfection de bâtiments et d’installations (aires de

stationnement pour véhicules) existants. Ces bâtiments sont la maison du Marais, la maison Béziers et

le bâtiment des pompes Tosi. De nouveaux bâtiments doivent être construits dont un hangar technique

sur le secteur Béziers, et la démolition et reconstruction d’un hangar technique sur le secteur de

L’Encluse. Des structures légères doivent être installées pour l’accueil du public comme des pontons

bois, des passerelles bois, des observatoires bois, des palissades d’observation bois, des panneaux

d’information, des bancs.

I.Description sommaire du projet

Le projet concerne l’ensemble du site du Marais d’Orx. Cependant on peut dégager certains secteurs

où les aménagements seront plus importants : le secteur Béziers, le secteur de L’Encluse, le secteur

des pompes et le Casier Barrage.

Le secteur Béziers

Les aménagements de ce secteur concernent la réfection de la maison du Marais qui est actuellement

les bureaux du personnel et le lieu d’accueil du public (maison de la réserve). Les bureaux doivent subir

un réagencement afin d’optimiser le travail de l’équipe de la réserve.

La maison Béziers qui est aujourd’hui un hangar technique et sert également de belvédère pour le

public, doit être également réfectionnée. Ceci pour en faire la nouvelle maison d’accueil et d’exposition

pour le public.

L’aire de stationnement doit être réfectionnée afin d’organiser le site d’accueil du secteur Béziers.

Un hangar technique doit être construit afin de compenser la réaffectation de la maison Béziers. Il

permettra de ranger des véhicules et du matériel.

Sur le secteur, des structures comme des poubelles, des tables de pique-nique, un jardin et des

bassins pédagogiques ainsi qu’une passerelle bois qui reliera la maison Béziers avec le début du

sentier pédagogique seront installées.

Le secteur des pompes

Sur ce secteur, le bâtiment des pompes Tosi doit être aménagé en lieu de mémoire et en observatoire.

Les pompes Napoléoniennes doivent être dégagées de la broussaille et stabilisées pour en permettre

l’accès visuel au public. L’aire de stationnement doit être réfectionnée. Des panneaux d’information

seront installés.

Le Casier Barrage

C’est sur ce secteur que l’essentiel des structures pédagogiques doivent être installées. On y trouvera

deux pontons bois flottants et un ponton fixe, des palissades d’observation, des observatoires fixes et

un flottant, des panneaux d’informations sur la faune, la flore et l’histoire du site et des bancs. Ces

structures sont disposées dans une logique scénographique.

Le secteur de L’Encluse

Ce secteur comprend un gîte d’accueil de public et un vieux hangar. Ce hangar va être détruit et à sa

place un nouvel hangar de 180 m² plus fonctionnel va être construit.

Autres secteurs

Sur le Casier Burret, deux palissades d’observation doivent être installées et certaines zones

végétalisées pour la quiétude de la faune (oiseaux d’eau). Ce site sera par la suite ouvert au public.

Pour le Casier Central, une palissade d’observation doit être installée face à la héronnière (lieu de

reproduction d’échassiers comme les Hérons, les Aigrettes et les spatules) de façon à faciliter le travail

des gardes et assurer la quiétude de la faune. Ce secteur n’est ouvert au public que ponctuellement

lors des visites guidées.

Sur le secteur du Casier Nord, une palissade d’observation sera installée afin de faciliter le travail des

gardes lors des comptages des oiseaux hivernants et assurer la quiétude de ces oiseaux. La digue sud

qui est commune avec le Casier Central sera végétalisée à certains endroits pour la quiétude de la

faune.

Page 285: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 285

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

II.Evaluation des incidences Natura 2000

Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels créé par la directive européenne 92/43/CEE dite

directive « Habitats / faune / flore ». Ce texte vient compléter la directive 2009/147/EC, dite directive «

Oiseaux ». Les sites du réseau Natura 2000 sont proposés par les Etats membres de l’Union

européenne sur la base de critères et de listes de milieux naturels et d’espèces de faune et de flore

inscrits en annexes des directives.

L’article 6 de la directive « Habitats / faune / flore » introduit deux modalités principales et

complémentaires pour la gestion courante des sites Natura 2000 :

La mise en place d’une gestion conservatoire du patrimoine naturel d’intérêt européen à l’origine

de leur désignation ;

La mise en place d’un régime d’évaluation des incidences de toute intervention sur le milieu

susceptible d’avoir un effet dommageable sur le patrimoine naturel d’intérêt européen à l’origine

de la désignation de ces sites et plus globalement sur l’intégrité de ces sites.

La seconde disposition est traduite en droit français dans les articles L414-4 & 5 puis R414-19 à 29 du

code de l’environnement. Elle prévoit la réalisation d’une « évaluation des incidences Natura 2000 »

pour les plans, programmes, projets, manifestations ou interventions inscrits sur :

Une liste nationale d’application directe, relative à des activités déjà soumises à un encadrement

administratif et s’appliquant selon les cas sur l’ensemble du territoire national ou uniquement en

sites Natura 2000 (cf. articles L414-4 III et R414-19) ;

Une première liste locale portant sur des activités déjà soumises à autorisation administrative,

complémentaire de la précédente et s’appliquant dans le périmètre d'un ou plusieurs sites Natura

2000 ou sur tout ou partie d'un territoire départemental ou d'un espace marin (cf. articles L414-4

III, IV, R414-20 et arrêtés préfectoraux en cours de parution en 2011) ;

Une seconde liste locale, complémentaire des précédentes, qui porte sur des activités non

soumises à un régime d’encadrement administratif (régime d’autorisation propre à Natura 2000 -

cf. article L414-4 IV, articles R414-27 & 28 et arrêtés préfectoraux à paraître suite aux

précédents).

Remarque 1 : les plans, programmes, projets, manifestations ou interventions prévus par les contrats

Natura 2000 ou pratiqués dans les conditions définies par une charte Natura 2000 sont dispensés

d’évaluation des incidences Natura 2000.

Remarque 2 : une « clause-filet » prévoit la possibilité de soumettre à évaluation des incidences Natura

2000 tout plan, programme, projet, manifestation ou intervention non inscrit sur l’une des trois listes (cf.

articles L414-4 IVbis et R414-29).

III.Analyse du l’état initial du secteur d’étude

Les milieux naturels

Sur l’ensemble du secteur d’étude 30 types d’habitats naturels ont été recensés. Parmi ces

habitats deux types sont d’intérêt communautaire : les « Mégaphorbiaies hygrophiles

d’ourlets planitiaires des étages montagnard à alpin » (Code EUR 6430) et les « Landes

sèches européennes » (Code DEUR 4030).

Plusieurs types de mégaphorbiaies ont été relevés. Parmi ceux-ci, la « Mégaphorbiaie méso-

eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale » représente un enjeu fort de conservation et

« l’Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble » représente un enjeu moyen de conservation alors

que les mégaphorbiaies eutrophiles à nitrophiles présentent un enjeu faible de conservation.

La flore

Sur l’ensemble du site une seule station de Lotier velu qui est une plante protégée au niveau régional,

a été découverte sur le secteur Béziers. Cependant cette plante ne représente pas un grand intérêt

patrimonial.

Tableau : typologie des habitats

Nom de l'habitat

Code CORINE biotop

es

Code Union européenne (Code Cahiers

d'Habitats)

Intitulé Union européenne

Typicité Surface Etat de conservation

Enjeu

Lande à Callune et Ajonc d’Europe

31.23 4030 Landes sèches européennes

Moyenne 250 m² Mauvais faible

Mégaphorbiaie nitrophile à Ortie dioïque et Liseron des haies

37.715 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Bonne 0,53 ha Bon Moyen

Autres mégaphorbiaies eutrophiles

37.715 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Moyenne

0,72 ha dont 0,42

sous peupleraie

Moyen Moyen

Mégaphorbiaie méso-eutrophile à Reine des prés et Guimauve officinale

37.1 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Moyenne 90 m² Mauvais Fort

Ourlet mésohygrophile à Sureau yèble

37.72 6430

Mégaphorbiaies hygrophiles d’ourlets

planitiaires et des étages montagnard à

alpin

Moyenne 0,88 ha Bon Moyen

Page 286: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 286

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

La faune

L’avifaune : plus de 200 espèces d’oiseaux sont présentes sur le site du marais d’Orx. De par la

nature du site nous avons séparé les espèces en cortèges : le cortège des oiseaux d’eau, le

cortège des oiseaux des milieux prairiaux, palustres et buissonnants, le cortège des oiseaux des

milieux forestiers, le cortège des rapaces et le cortège des oiseaux des milieux bâtis. Parmi le

grand nombre d’espèces d’intérêt communautaire (Natura 2000), nous avons indentifié 4

espèces pouvant représenter un enjeu vis-à-vis du projet :

L’Aigle Botté

L’Elanion blanc

Le Busard des Roseaux

La Phragmite aquatique

Les amphibiens et les reptiles : sur le secteur d’étude 6 espèces d’amphibiens et 7 espèces

de reptiles ont été contactées. Elles sont toutes protégées mais ne présentent pas toutes un

enjeu vis-à-vis du projet. Cependant une seule espèce est d’intérêt communautaire, c’est une

tortue d’eau douce, la Cistude d’Europe.

Les insectes : au sein de l’aire d’étude 19 espèces de libellules ont été contactées. Une espèce

l’Agrion de mercure est d’intérêt communautaire (protection européenne) mais ne présente

aucun enjeu vis-à-vis du projet comme l’ensemble des espèces de libellules.

Pour les papillons 18 espèces ont été contactées dont une seule est d’intérêt communautaire

(Natura 2000), c’est le Cuivré des marais. Cependant il ne présente aucun enjeu vis-à-vis du

projet.

Pour les coléoptères, la présence du Lucane cerf-volant qui est d’intérêt communautaire (Natura

2000) est à signaler mais ne présente aucun intérêt vis-à-vis du projet car c’est une espèce

forestière.

Les poissons : on relève 5 espèces avec un enjeu patrimonial, notamment l’Anguille

européenne, la Lamproie de rivière ou encore le Brochet. Aucune espèce de poissons ne

présente un enjeu vis-à-vis du projet.

Les mammifères : étant donné le contexte du site d'étude, l'effort de prospection s'est porté sur

les mammifères semi-aquatiques. Parmi ces mammifères semi-aquatiques, le Campagnol

amphibie a été contacté sur l’aire d’étude, la présence du Vison d’Europe qui est d’intérêt

communautaire (Natura 2000) est avérée grâce à des campagnes de piégeage lors du premier

plan national. La Loutre d’Europe qui est d’intérêt communautaire (Natura 2000), bien qu’elle

n’ait jamais été contactée sur le site du Marais d’Orx, sa présence à proximité sur l’étang

d’Yrieux et la dynamique de la population (recolonisation), rend sa présence possible sur le site

dans un futur proche.

Cistude d’Europe in situ, ©Biotope

Agrion de mercure in situ,

©Biotope

Page 287: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 287

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

Tableau : Synthèse des enjeux concernant la faune d’intérêt

communautaire

Espèces Code

Natura

2000

Valeur

patrimoniale

Enjeu vis-à-vis

du projet

Habitats associés

Lucane cerf-volant

Lucanus cervus 1083 Moyenne Faible

Souches de bois mort,

têtards en lisière et dans les haies

Agrion de mercure

Coenagrion mercuriale

1044 Moyenne Faible Ruisselet courant lent végétalisés

Cistude d’Europe

Emys orbicularis 1220 Forte Moyen Rivières calmes, plans d’eau

Busard des roseaux

Circus aeruginosus A081 Forte Moyenne Plans d’eau, marais

Aigle botté

Hieraetus pennatus A092 Forte Moyenne Forêts de feuillus

Phragmite aquatique

Acrocephalus paludicola

A294 Forte Faible Prairies humide à molinie, marais

Elanion blanc

Elanus caeruleus Forte Moyenne Mosaïque de milieux

Loutre d’Europe

Lutra lutra 1355 Forte Faible Cours d’eau, marais

Vison d’Europe

Mustela lutreola 1356 Forte Moyenne

Marais, cours d’eau, étangs, zones de polders

Petit Rhinolophe

Rhinolophus hipposediros

1303 Forte Faible Forêts de feuillus à proximité de l’eau

IV.Evaluation des incidences

Le diagnostic de l’état initial (ou état de référence) a permis de réaliser l’inventaire des habitats et des

espèces d’intérêt communautaire et d’évaluer les sensibilités de chacun en fonction de leur état de

conservation. La prise en compte de ces éléments va permettre d’apprécier les incidences de ce projet

d’aménagement sur les habitats et les espèces d’intérêt communautaire.

Différents types d’incidences sont évalués :

• les incidences temporaires, liées à la phase de travaux, dont les effets sont réversibles une fois

les travaux terminés ;

• les incidences permanentes, liées à la phase de travaux, d’entretien et de fonctionnement du

programme d’aménagement, dont les effets sont irréversibles.

Les incidences temporaires et permanentes peuvent elles-mêmes être divisées en deux autres

catégories :

• les incidences directes, liées aux travaux touchant directement les habitats, espèces ou habitats

d’espèces d’intérêt communautaire au sein du site Natura 2000 ;

• les incidences indirectes, qui ne résultent pas directement des travaux ou du projet mais qui ont

des conséquences sur les habitats, espèces ou habitats d’espèces d’intérêt communautaire du site

Natura 2000.

Les incidences temporaires

IT1 : risque de dégradation des habitats naturels d’intérêts communautaires

IT2 : dérangement d’espèces d’intérêt communautaire

IT3 : destruction d’individus d’espèces d’intérêt communautaire

Les incidences permanentes

IP1 : destruction d’habitats d’intérêt communautaire

IP2 : dérangement d’espèces d’intérêt communautaire en phase d’exploitation

IP3 : annexion d’une partie de la zone potentielle de ponte peu ou pas favorable

Page 288: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 288

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

V.Proposition de mesures

Les mesures se déclinent en trois types, les mesures de suppression, les mesures de réduction et les

mesures compensatoires. L’ensemble de ces mesures est désigné sous le terme général de « mesures

d’atténuation ».

L’ordre dans lequel ces mesures sont citées n’est pas anodin. On doit appliquer la démarche suivante :

• apprécier l’importance des impacts et proposer des mesures de suppression et de réduction d’impact ;

• réaliser une nouvelle appréciation de l’importance des impacts, en intégrant les mesures précédentes

;

• établir l’existence ou non d’impacts résiduels ;

• proposer, le cas échéant, des mesures de compensation d’impact ;

Dans tous les cas, une mesure de suppression est préférable à une mesure de réduction et une

mesure de réduction à une mesure de compensation.

A noter que le maître d’ouvrage, le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels, lors du

lancement du concours relatif au projet, avait exigé la présence d’un bureau d’étude

environnement dans le groupement afin qu’il participe à l’élaboration du projet dans l’objectif de

proposer le projet le moins impactant

Le tableau ci-après présente une synthèse des enjeux, des incidences, et les propositions de

mesures.

Page 289: Dossier enquete publique 24052013

P a g e | 289

Thierry HUAU / Paysagiste DPLG – Urbaniste Biotope / Agence Béarn Pays-Basque, Art’Ur architectes / Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels /

46 rue Beaunier, 2, avenue Pierre Angot, Hélioparc 80, quai des Chartrons 1005, Maison du Marais

75014 Paris BP 83 64053 Pau Cedex 9 33300 Bordeaux 40530 Labenne

tableau : bilan des incidences sur le patrimoine naturel d’intérêt communautaire après application des mesures

cortèges d’espèces, espèces

ou habitats naturels

concernés

Nature de l’incidence

Mesures d’insertion (suppression,

réduction ou compensation des

incidences)

intensité de l’incidence à

l’échelle de l’aire d’étude

intensité de l’incidence à

l’échelle du site Natura 2000

- Cistude d’Europe

IT 2 : dérangement d’espèces en phase de travaux

IT3 : destruction d’individus d’espèces

IP2 : dérangement d’espèces en phase

d’exploitation

IP3 : annexion d’une partie de zone potentielle de

ponte

MS3 : mesure de planification de période des

travaux

MR3 : mesure de limitation du dérangement

d’espèces en phase d’exploitation

MA1- MA2 : mesures d’accompagnement visant à

accompagner l’installation de l’APMR

faible

(incidence potentielle) Non significative

- Busard des roseaux

- Elanion blanc

- Phragmite aquatique

IT2 : dérangement d’espèce d’intérêt

communautaire en phase travaux

IP2 : dérangement d’espèces en phase

d’exploitation

MS1 : planification des périodes d’intervention des

travaux

MR2 : mesures visant à limiter le dérangement

d’individus d’espèces en phase d’exploitation<