EMA ST RAPHAEL Marc BOURREAU. Une nouvelle perception de l'humanit© I/ Une R©volution des techniques La r©volution de l'imprimerie Comme pour les Grandes

  • View
    103

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of EMA ST RAPHAEL Marc BOURREAU. Une nouvelle perception de l'humanit© I/ Une R©volution des...

  • Page 1
  • EMA ST RAPHAEL Marc BOURREAU
  • Page 2
  • Une nouvelle perception de l'humanit I/ Une Rvolution des techniques La rvolution de l'imprimerie Comme pour les Grandes Dcouvertes, l'imprimerie est le rsultat de plusieurs innovations : La mise au point du papier (XI me s.) La production industrielle du papier grce aux moulins (baisse du cot du papier) Mise au point d'un papier rsistant Gutenberg met au point la presse caractres mobiles en 1451
  • Page 3
  • Une nouvelle perception de l'humanit I/ Une Rvolution des techniques La rvolution de l'imprimerie 1 2 3 4 Gravure du XVI me s.: le travail dans une imprimerie Dans quel ordre se droulent les tapes de l'impression ? 5
  • Page 4
  • INTRODUCTION A partir de la fin du XVe s. et du dbut du XVIe sicle le monde change profondment : 1.dans le domaine des ides avec lHumanisme 2.dans le domaine artistique avec la Renaissance Cest aussi le temps des Grandes Dcouvertes. Une nouvelle priode historique commence : les Temps modernes (du XVI- XVIIIe s.).
  • Page 5
  • I La rupture avec le Moyen-ge : 1. la fin du XVe sicle, des intellectuels, les humanistes [( = du Latin Humanus : instruit, cultiv ) : les intellectuels du XV me sicle et du XVI me sicle qui se consacrent ltude de lhomme et des auteurs antiques], commencent penser que le savoir enseign est trs insuffisant. Ils se mettent tudier avec passion les uvres de l'Antiquit grecque et romaine oublies ou ngliges au Moyen ge. 2.Au Moyen ge, on s'intressait essentiellement Dieu et l'au-del, et on mprisait le corps et le plaisir. Les humanistes, qui reprennent les ides de l'Antiquit, mettent au contraire l'homme au centre du monde; ils donnent une grande importance la vie, au plaisir, au corps et sont curieux de tout.
  • Page 6
  • Page 7
  • Page 8
  • Page 9
  • Page 10
  • La Joconde. Lonard de Vinci, 1452-1519, Muse du Louvre, Paris.
  • Page 11
  • Copernic : la Terre tourne autour du soleil Lastronome Copernic rejette la croyance ancienne soutenue par l'glise, selon laquelle l'Univers tournerait autour de la Terre ; ses ides sont condamnes parle pape en 1616. Dans l'explication des mouvements clestes, je me heurtais sans cesse des problmes qui allaient contre les opinions gnralement admises. l'ai pens que peut- tre, en supposant la Terre mobile, on parviendrait une thorie meilleure. Aprs de longues recherches, je me suis enfin convaincu que le Soleil est une toile fixe entoure de plantes qui roulent autour d'elle et dont elle est le centre et le flambeau; qu'outre les plantes principales, il en est encore d'un second ordre qui circulent d'abord comme satellites autour de leurs plantes principales et avec celles-ci autour du Soleil; que la Terre est une plante assujettie un double mouvement : le jour et la nuit, les saisons, les changements de temprature rsultent de la rotation de la Terre autour de son axe et de son mouvement autour du Soleil; que le mouvement apparent des toiles n'est qu'une illusion d'optique. D'aprs Copernic, De la rvolution des sphres clestes, 1543. La terre tourne sur elle-mme et tourne autour du soleil et la Terre nest pas le centre de lunivers comme le pensait lglise.
  • Page 12
  • Vsale Dans quel domaine, Vsale est-il rput ? Il est rput dans le domaine de la mdecine.
  • Page 13
  • II. Le progrs des connaissances : 1.Les humanistes, tel le Hollandais rasme, font connatre la pense des Grecs et des Romains; rasme donne aussi une traduction plus exacte du Nouveau Testament, ce qui l'amne critiquer l'glise qui, selon lui, ne respecte pas tous les enseignements de la Bible. Les humanistes crivent aussi de grandes uvres littraires, souvent dans la langue de leur pays (les intellectuels du Moyen ge crivaient en latin). 2.Les humanistes ne tiennent pas compte des prjugs du temps et font progresser les sciences : le Polonais Copernic dmontre que la Terre tourne sur elle-mme et autour du Soleil; le Flamand Vsale perfectionne l'anatomie en dissquant des cadavres. LItalien Lonard de Vinci s'intresse l'anatomie, la mcanique et imagine le vol des avions et la marche des sous-marins.
  • Page 14
  • Franois Rabelais ( 1494-1553 ) Franois Rabelais est un grand humaniste franais. D'abord moine, il devient mdecin Lyon et donne des leons d'anatomie. Passionn par l'Antiquit, il traduit les traits de mdecine grecs, change des lettres avec rasme, voyage en France et en Italie. De 1532 1552, Rabelais fait paratre quatre livres, crits en franais, qui racontent les aventures du gant Gargantua et de son fils Pantagruel, dans un style comique et parfois grossier. Mais travers ces histoires, Rabelais expose ses ides humanistes et critique la justice, l'ducation et l'glise de son temps.
  • Page 15
  • Des hros gants, toujours affams et assoiffs Hercule, qui au berceau tua deux serpents, n'tait rien ct de Pantagruel : ces serpents taient bien petits et fragiles. Pantagruel, au berceau lui aussi, fit des choses plus pouvantables. chacun de ses repas, il buvait le lait de quatre mille six cents vaches, et pour faire la pole ncessaire sa bouillie, il fallut tous les fabricants de pole de Saumur en Anjou, de Villedieu en Normandie, de Bramont en Lorraine. Un matin qu'on voulait lui faire tter une de ces vaches, il se dfit des liens qui l'attachaient son berceau, prit la vache, lui mangea les deux ttons et la moiti du ventre, avec le foie et les rognons; il l'et toute dvore si elle n'avait cri horriblement. ce cri, tout le monde arriva; on ta la vache des mains de Pantagruel, mais de telle manire que le jarret lui demeura. II le mangea comme vous le feriez d'une saucisse; quand on voulut lui enlever l'os, il l'avala d'un coup comme le ferait un cormoran d'un petit poisson. D'aprs Rabelais, Pantagruel, chapitre IV.
  • Page 16
  • Pantagruel (Gravure de l'dition de 1537.) Pantagruel, riant, porte une bouteille qui symbolise la connaissance prcieuse dont il est toujours assoiff.
  • Page 17
  • Gargantua (Gravure de l'dition de 1537.) Les jours de pluie, Gargantua et ses amis occupent leur temps en lisant et en tudiant les livres.
  • Page 18
  • Le parfait humaniste Je voudrais qu'il fut bien instruit des lettres ou de ces tudes que nous appelons les humanits. Qu'il soit familier avec le latin et le grec cause de l'abondance et de la varit des choses qui furent si divinement crites dans ces langues. Qu'il connaisse bien les potes ainsi que les orateurs et les historiens, et qu'il apprenne lui aussi crire en vers et en prose, en particulier dans notre propre langue (l'italien). ]e le louerai aussi de savoir plusieurs langues trangres, particulirement l'espagnol et le franais, parce que l'usage de l'un et de l'autre est trs rpandu en Italie. Il devrait galement savoir nager, sauter, courir et lancer des pierres pour la prparation au combat, je ne serai pas satisfait de lui s'il n'est aussi musicien, et il ne suffit pas qu'il sache lire sa partie sur un livre, il doit encore pouvoir jouer de divers instruments. Je veux encore mentionner une autre chose que je ne voudrais pas lui voir ngliger: c'est la science du dessin et l'art de peindre. D'aprs Castiglione, L'Homme de cour, 1528.
  • Page 19
  • EMA ST RAPHAEL Marc BOURREAU [] que la Nature a distribu les mesures du corps humain comme ceci. Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font un coude : quatre coudes font la hauteur dun homme. Et quatre coudes font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilis ces mesures dans ses constructions. Si vous ouvrez les jambes de faon abaisser votre hauteur dun quatorzime, et si vous tendez vos bras de faon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tte, vous devez savoir que le centre de vos membres tendus sera au nombril, et que lespace entre vos jambes sera un triangle quilatral. La longueur des bras tendus dun homme est gale sa hauteur.
  • Page 20
  • EMA ST RAPHAEL Marc BOURREAU 1 Epicure (-341-270), Grec, "Le plaisir est le souverain bien" 2 Averros (+1126-1198) Arabe, humaniste 3 Zenon de Citium (-335-264), Grec, fondateur du stocisme 4 Alcibiade (-450-404), Grec, gnral et politicien 5 Pythagore (-600), Grec, mathmaticien 6 Xnophon d'Athnes (515-450), Grec, auteur d'une biographie sur Socrate 7 Socrate (-470-399), Grec, Pas d'crits, connu par les dialogues de Platon, enseigne par l'interrogation 8 Parmnide (-515-450), Grec, Premire thorie de l'tre en occident 9 Hraclite (-540-480), Grec, Membre de famille royale, philosophe du devenir, s'oppose au philosophies de Platon, Znon et Parmnide 10 Platon (-480-348), Grec, pre de la philosophie occidentale, fondateur de l'acadmie d'Athnes 11 Aristote (-384-322), Grec, fils de mdecin du roi Philippe, fondateur de l'cole Prpatticienne 12 Diogne le Cynique (-431-323), Grec, mprisait les hommes, logeait dans un tonneau 13 Zoroastre (-700), Iranien, institue la caste des mages, enseigne le dualisme 14 Euclide le Socratique (-450-380), Grec, auteur de la thorie des Ides developpes par Platon 15 Ptolme (+200), Grec, astronome (plaait la terre au centre de l'univers fixe) 16 Raphael (+1483-1520), Italien, peintre de la fresque "Ecole d'Athnes" 17 Le Sodoma Giovanni Bazzi (+1477-1549), Italien, peintre L'Ecole d'Athnes de Raphal (1510)
  • Page 21
  • Domaine Littraire ( langues, genre de livres lire ) Domaine artistiqueDomaine physique - - - - - -- - - Le latin Le franais Litalien Le grec Lespagnol La posie Arts plastiques La musique ( lire et jouer de