Étude des conditions économiques et sociales en . Conclusion: principaux problèmes économiques et

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Étude des conditions économiques et sociales en . Conclusion: principaux problèmes économiques...

  • NATIONS UNIES CONSEIL CONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION CONOMIQUE POUR LAFRIQUE

    COMMISSION DE LUNION AFRICAINE

    Vingt-septime runion du Comit dexperts de la CEA Troisime runion du Comit dexperts

    26 29 mars 2008

    Quarante et unime session de la Commission Troisime session de la CAMEF31 mars 2 avril 2008

    Premire runion annuelle conjointe de la Confrence des ministres de l'conomie et des finances de l'UA et de la Confrence des ministres africains des finances, de la planification et du dveloppement conomique de la CEA Addis-Abeba

    Distr.: Gnrale E/ECA/COE/27/3 AU/CAMEF/EXP/3(III) Date: 5 mars 2008

    Franais Original: Anglais

    tude des conditions conomiques et sociales en Afrique en 2007

  • E/ECA/COE/27/3 AU/CAMEF/EXP/3(III)

    Table des matires Page

    A. Introduction ....................................................................................................................... 1 B. Lconomie mondiale........................................................................................................ 1 C. Vue densemble de la croissance en Afrique .................................................................... 3 D. Aggravation des dsquilibres macroconomiques dans les pays africains pauvres en

    ressources .......................................................................................................................... 8 E. La balance extrieure des pays importateurs de ptrole: un motif de proccupation ...... 10 F. Tendances du dveloppement social en Afrique............................................................... 18 G. Perspectives pour 2008: une amlioration en vue malgr les risques potentiels ............. 20 H. Conclusion: principaux problmes conomiques et sociaux en Afrique .......................... 21 Bibliographie................................................................................................................................. 24

    i

  • E/ECA/COE/27/3 AU/CAMEF/EXP/3(III)

    Acronymes BIT Bureau international du Travail CEA Commission conomique pour lAfrique FMI Fonds montaire international IADM Initiative multilatrale dallgement de la dette IED Investissement tranger direct OMD Objectifs du Millnaire pour le dveloppement OMS Organisation mondiale de la sant

    ii

  • E/ECA/COE/27/3 AU/CAMEF/EXP/3(III)

    A. INTRODUCTION La rcente crise des prts hypothcaires risque aux tats-Unis et linstabilit des marchs financiers mondiaux qui en a rsult, conjugues la dprciation du dollar, mettent gravement en pril la croissance mondiale en 2008. On sattend dsormais ce que le resserrement du crdit ait des incidences plus importantes que lon ne le prvoyait en 2007 sur la croissance aux tats-Unis et dans les autres pays dvelopps. Cette situation entranera un affaiblissement de la demande de produits dexportation en provenance des pays en dveloppement et en transition, qui dbouchera son tour sur un ralentissement de la croissance dans ces pays. Malgr cela, la croissance dans les pays en dveloppement et en transition devrait rester forte, mais elle sera probablement insuffisante pour compenser les effets du flchissement de la croissance dans les pays dvelopps sur la croissance mondiale.

    Le ralentissement de la croissance mondiale et les cours levs du ptrole entraveront vraisemblablement la croissance dans de nombreux pays africains, en particulier les pays importateurs de ptrole et les pays sans littoral. Toutefois, daprs les prvisions, lAfrique dans son ensemble devrait continuer enregistrer des taux de croissance levs en 2008. Pour maintenir de tels taux malgr les problmes mondiaux, lAfrique doit appliquer des stratgies rationnelles de gestion des revenus tirs des produits de base, afin de se protger des chocs ultrieurs, augmenter linvestissement intrieur, encourager la diversification et mobiliser des ressources internes et externes pour faire face aux problmes de financement du dveloppement.

    La prsente tude aborde tout dabord les principaux faits nouveaux intervenus dans lconomie mondiale en 2007 et leurs consquences probables pour les pays africains. Elle se poursuit par un bilan des performances des conomies africaines aux niveaux macroconomique et sectoriel et par un aperu des perspectives pour 2008, et expose ensuite les principales tendances dans le domaine du dveloppement social, une attention particulire tant accorde lducation, la sant, au chmage des jeunes, lgalit des sexes et au vieillissement. Enfin, elle met en vidence un certain nombre de problmes conomiques et sociaux sur lesquels doivent se pencher durgence les dcideurs africains et ceux qui sont concerns par le dveloppement en gnral. B. LCONOMIE MONDIALE La croissance conomique mondiale a ralenti en 2007 par rapport 2006, passant de 3,9% 3,7% 1. Les cours levs du ptrole et dautres facteurs de production, conjugus une certaine instabilit des marchs financiers ont contribu ce ralentissement. La rcente crise des prts hypothcaires risque sest solde par une croissance infrieure aux prvisions aux tats-Unis et une baisse de la demande de produits imports, ce qui a eu des effets ngatifs sur la croissance des autres pays industrialiss. Ces effets ont toutefois t compenss par la croissance tire par la demande intrieure dans dautres rgions du monde. lchelle mondiale, ce sont la Communaut dtats indpendants (CEI) et lAsie orientale qui ont enregistr la croissance la plus forte, avec des taux suprieurs 8 %. Dans les pays en

    1 lexception de celles relatives au Swaziland et aux Seychelles, qui sont tires de la base de donnes en ligne de lEconomist Intelligence Unit (EIU), toutes les donnes concernant la croissance et les prix proviennent du Dpartement des affaires conomiques et sociales de lONU, en octobre 2007.

  • E/ECA/COE/27/3 AU/CAMEF/EXP/3(III) Page 2

    dveloppement, la croissance na que lgrement baiss, passant de 7 % en 2006 6,9 % en 2007. Daprs les prvisions, la croissance mondiale devrait stablir environ 3,4 % en 2008.

    Les dsquilibres mondiaux de la balance des oprations courantes restent importants mais se sont stabiliss en 2007. Dans les pays dvelopps, le dficit est rest proche des 600 milliards de dollars des tats-Unis, malgr les excdents apprciables enregistrs en Allemagne et au Japon. Le dficit commercial des tats-Unis, qui avait atteint le chiffre record de 844 milliards de dollars en 2006, sest tabli 780 milliards de dollars en 2007, cette tant d laugmentation des exportations. Les pays exportateurs de ptrole dans leur ensemble ont enregistr un excdent de 500 milliards de dollars et la plupart des rgions en dveloppement ont galement t excdentaires. Les excdents des pays en dveloppement dAsie dans leur ensemble se sont chiffrs plus de 200 milliards de dollars, surtout grce la Chine. Les tendances actuelles devraient se confirmer en 2008. En dpit du fait que les cours du ptrole se sont maintenus un niveau lev, linflation moyenne lchelle mondiale est reste faible (2,8 % en 2007 contre 2,9 % en 2006), ce qui est d en partie la limitation des augmentations salariales, aux politiques macroconomiques restrictives tant dans les pays dvelopps que dans les pays en dveloppement, et loffre de produits manufacturs bon march en provenance de la Chine. Nanmoins, les risques dinflation sont plus importants en raison de la baisse du chmage, en particulier en Europe, et des cours levs des produits de base. Les cours des principaux produits dexportation africains tels que le caf, le cacao, le coton et les bois tropicaux sont rests stables, tandis que le rcent engouement pour les biocarburants a entran une hausse apprciable des cours de certains produits agricoles, dont le bl, le mas et le sucre. Un autre facteur nouveau qui revt une importance particulire pour les conomies africaines est lintensification rapide des changes et des flux de capitaux Sud-Sud. De 5 % en 1990, la part de linvestissement tranger direct (IED) en provenance du Sud est passe 17 % du total mondial en 2005. Les flux dIED destination de lAfrique proviennent de plus en plus de lAsie, en particulier de la Chine, de lInde et des tats du Golfe. Dans le mme temps, les flux dIED intra-africains, qui proviennent pour lessentiel de lAfrique australe et de lAfrique du Nord, ont augment de faon sensible en 2006. Ils se concentrent principalement sur les secteurs des ressources naturelles et des services. Le resserrement des liens avec lAsie en matire daide, de commerce et dIED comporte la fois des avantages et des inconvnients pour le continent africain. Les exportations africaines vers la Chine ont plus que quadrupl entre 2000 et 2005, pour atteindre 19,5 milliards de dollars. La croissance conomique de lAsie largit les marchs dexportation de lAfrique et ouvre de nouvelles perspectives demploi dans les entreprises locales et trangres. Les industries africaines risquent toutefois de perdre des parts du march local, si elles ne sont pas en mesure de faire face la concurrence asiatique.

  • E/ECA/COE/27/3 AU/CAMEF/EXP/3(III)

    Page 3

    C. VUE D'ENSEMBLE DE LA CROISSANCE EN AFRIQUE Lgre augmentation du taux de croissance en 2007 LAfrique a maintenu la forte dynamique de croissance quelle a connue ces dernires annes, affichant un taux de croissance de 5,8 % en 2007, contre 5,7 % en 2006 et 5,2 % en 2005 (figure 1). Comme les annes prcdentes, les bons rsultats de 2007 sexpliquent essentiellement par la forte demande mondiale et les cours levs des produits de base. Dautres facteurs sont lorigine de cette forte dynamique de croissance, notamment la poursuite de la consolidation de la stabilit macroconomique et lamlioration de la gestion macroconomique, la volont accrue de mener des rformes conomiques, laugmentation de la production ptrolire dans un certain nombre de pays, laccroissement des