Exposition Maurice Maillard

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Exposition Maurice Maillard

  • LE CONTEXTE DE LEXPOSITION Lexposition est une rtrospective du travail de lartiste. Elle rassemble des peintures, des gravures et des dessins des annes 1970 nos jours. Elle est conue en partenariat avec la Maison des Arts et la Mdiathque dEvreux. MAURICE MAILLARD Maurice Maillard nat le 31 mars 1946 vreux. Formation Dans les annes soixante, il dcouvre une reproduction du tableau de Paul Gauguin intitul Do venons-nous? Que sommes-nous? O allons-nous? qui agit comme une rvlation visuelle et loriente vers un art reposant sur la sensation et lmotion. Entr en 1964 lcole des Beaux-arts de Rouen, il suit dabord une formation classique de peintre avant de sorienter vers la gravure. Puis il entre dans latelier de Jacques Ramondot. Un voyage dtude au Mexique inscrit les paysages observs dans sa mmoire. Il obtient son diplme national des Beaux-arts, option gravure en 1969 et participe sa premire exposition collective sur linvitation de Jacques Ramondot. Cette mme anne, il entre aux Beaux-arts de Paris. Parcours En 1984, il ralise sa premire commande publique pour le Centre Mdico-Social Jacques Monod au Val de Reuil (Eure). Cette mme anne, il ralise un voyage au Maroc dont les couleurs resteront graves en lui et que lon retrouvera plus tard dans son uvre. En 1986, le muse dvreux lui achte une toile date de 1985. Lanne suivante, lartiste fera don au mme muse dun srie de sept gravures. Son travail est alors prsent dans de nombreuses collections publiques. En 1996, il publie le recueil Chant Lev, constitu de textes et de gravures, aux ditions Anne Bourdier. En 2002, Maurice Maillard est fait Chevalier de lordre des Arts et des Lettres. Il devient membre de Manifestampe Fdration nationale de lestampe en 2005. Cette organisation rassemble et fdre tous les acteurs du monde de lestampe afin de promouvoir ce mode d'expression et d'y sensibiliser le public. En 2010, Maurice Maillard quitte ses fonctions de directeur de la Maison des Arts, vreux, aprs avoir dirig ltablissement pendant 13 ans et avoir ralis plus de 115 expositions. Il devient membre actif du comit Le Trait-Graveurs daujourdhui. La gravure lore des annes 1970, son travail est exclusivement tourn vers la gravure. Dans un portfolio, il fusionne le texte et limage. Il reprend la gravure en 1979, ralisant ses premires gravures noires. Il commence attribuer des titres ses uvres graves partir de 1982, date de son premier dpt la Bibliothque Nationale de France. Son travail de graveur se poursuit inlassablement, prenant le pas dans les annes 1990-1995, sur son travail de peintre. Il renouvelle ses techniques, employant le lavis dacide. Son voyage Aix-en-Provence en 2001 lui offre un choc motionnel face la montage Sainte-Victoire, observe la tombe de la nuit. Il cherchera le traduire tant en dessin quen gravure, sinscrivant dans la continuit de Czanne.

    Son travail autour de la gravure saccentue. En 2009, il commence un travail sur les paysages de neige. La peinture et le dessin Dans les annes soixante-dix, il ralise une srie de dessins sur papier chiffon, questionnant lempreinte-trace, toujours en noir et blanc, le geste, le signe, les critures diverses, multipliant les outils traants. Il passe au travail sur toile, libre, froisse, plie, tendue quil abandonnera en 1986 pour explorer les potentialits du support papier. Mais il revient ce support dlaiss en 1989. En sinspirant de la peinture classique et des polyptyques, Maurice Maillard commence travailler sur le thme des Vanits en 1990, linstigation dAlain Tapi, alors conservateur du muse des Beaux-Arts de Caen. Lartiste nhsite pas graver des phrases dans la peinture frache, rappelant ses interrogations incessantes sur lcriture. Aprs une longue priode sans peindre, Maurice Maillard renouvelle lexprience picturale, en 2000, en intgrant du sable dans sa peinture, se confrontant la matire. En 2007, le paysage se fait plus raliste dans ses toiles. Il ne sagit pas toutefois dun paysage figuratif mais sensible. Cette mme anne, il revient vers le dessin. Il travaille au fusain et ralise des fragments de paysage, des gros plans. Aujourdhui Maurice Maillard sinterroge sur son travail de peintre. Dans son atelier, deux toiles sont en cours. Il revient rgulirement dessus sans rellement aboutir un rsultat quil juge satisfaisant. Paralllement, il continue son travail de gravure et de dessin avec le fusain .

    Vanit 2, 1991 Acrylique sur toile, H. 80 x L. 121 cm

  • APPROCHES THMATIQUES AUTOUR DE LEXPOSITION LE PAYSAGE OU LA SENSATION DU PAYSAGE Dans les uvres de Maurice Maillard, les formes sont ouvertes : ouvertes linterprtation du spectateur, non figes, fixes tout jamais dans des figures qui nous renverraient au rel. quel rel dailleurs, feraient-elles rfrence? La surface de la toile, du papier, de la matrice mtallique est relle. Ce que lartiste vient y dposer est avant tout une matire quil travaille pour faire merger des formes, des signes, des traces, des strates... Peu lui importe de se rfrer des formes lies la ralit. Le paysage apparat aux dbut des annes 1990 dans les peintures de Maurice Maillard. Mais ce nest pas un paysage figur, plutt un paysage suggr par lapparition dune ligne horizontale sur la surface de la toile. Cette allusion apparat sur la surface de la toile grce des signes, traces ou taches qui vont faire merger des indices de vgtation, de forts, de rochers, de nuages. En cela, Maurice Maillard emprunte la tradition orientale : sa peinture donne voir ce quon ne saurait voir, il ne sagit pas dun paysage vu mais dun paysage qui se cre. La figuration se trouve dans les formes que nous voyons et auxquelles nous donnons du sens. LE SIGNE OU LCRITURE

    Ds ses dbuts, Maurice Maillard sintresse lcriture qui se donne voir comme un signe sur une surface. Quels rapports peuvent entretenir lcriture et limage? Comment les concilier? Peut-tre lorsque lcriture devient elle-mme une image, un signe rpt longueur de lignes, juxtapos ou isol, sombre ou clair, formant colonne ou paragraphe dans le dessin. Plus tard, en utilisant la technique de la peinture, lartiste en rptant le passage de loutil, donne voir des empreintes, des traces voquant tout la fois la nature de loutil cr et des signes non significatifs, qui restent imaginer, inventer. Dans son uvre autour du thme de la Vanit, on peut galement discerner entre les diffrentes modulations de la matire peinture des phrases qui lont inspir.

    NOIR, BLANC, GRIS... Si luvre de Maurice Maillard nexclut pas la couleur en tant que telle, elle privilgie nanmoins le travail des noirs, des blancs et des gris. En peinture, le noir et le blanc ne sont pas considrs comme des couleurs mais des valeurs, elles apportent la luminosit ou lobscurit limage. Chez Maurice Maillard, les noirs peuvent tre des pigments de peinture, lacrylique, lencre paisse et visqueuse ou lencre en fine couche et translucide de la gravure ou le fusain. Le symbolisme attach la couleur noire est trs vaste : couleur des tnbres et du nant, couleur des dieux (Osiris, Saturne), couleur de deuil et de tristesse en Occident, couleur hiratique et austre (renoncement aux vanits de ce monde que lon retrouve dans les costumes religieux, les habits des juges), couleur des enfers. Il est aussi dans le symbolisme indien la puret originelle : limmortel Krishna est noir. Les blancs peuvent tre galement un apport de matire ou une rserve, une absence, cest le blanc du papier, dans la gravure ou le dessin, le blanc de la toile, dans la peinture. Le blanc porte les valeurs de la puret, de la virginit et de linnocence. Cette couleur est aussi la couleur du secret correspondant la lumire intrieure chez les Soufis, se rattachant au for intrieur de ltre reprsent par Mose. Les gris peuvent tre obtenus sans utiliser ni noir, ni blanc. Par des mlanges de couleurs, on peut obtenir un nombre incalculable de gris et faire varier leur tonalit. Les valeurs attaches au gris peuvent tre positives telles que la sagesse, la plnitude, la connaissance ou ngatives si on considre que cette couleur est triste, mlancolique. La couleur, lorsquelle advient, nest jamais une forme : elle remonte la surface de la toile comme une saigne. On y trouve lor et largent, deux couleurs aux valeurs traditionnelles de sacr. Lor entre en alchimie avec le noir, le blanc et le gris, largent agit comme un miroir, une fentre ouverte sur celui qui regarde.

    S

    a

    n

    s

    t

    i

    t

    r

    e

    ,

    1

    9

    7

    3

    E

    n

    c

    r

    e

    ,

    p

    l

    u

    m

    e

    e

    t

    c

    r

    a

    y

    o

    n

    ,

    H

    .

    6

    5

    x

    L

    .

    5

    0

    c

    m

    Sans titre, 1980 Acrylique sur toile, H. 169,5 x L. 79.5 cm

    Sans titre

    , 200

    7 Acryliqu

    e et sable su

    r toile, H. 8

    1 x L. 116 cm

  • LES TECHNIQUES LA GRAVURE Le terme de gravure dsigne la fois un ensemble de techniques qui consistent graver la surface dun support, et le rsultat obtenu en imprimant une matrice grave et encre sur une feuille. On utilise galement le terme de chalcographie : celui-ci dsigne tout dabord lart de graver sur cuivre et, par extension, toutes les techniques de gravure utilisant des planches, ou des matrices, de mtal. De mme, le terme est presque synonyme de taille-douce, qui regroupe tous les procds de gravure en creux. Maurice Maillard utilise galement de lacier qui a la particularit dtre plus dur que le cuivre, permet de tracer des signes plus fins et davoir de plus nombreux tirages. Il emploie deux techniques de gravure : la technique dite de gravure directe de la planche mtallique (utilisant la pointe sche) et la technique de gravure indirecte de la planche grce un mordant acide (eau-forte, aquatinte, lavis). Les phases communes aux deux types de gravure sont lencrage