Exposition V.R.A.C. Catalogue des cr©ateurs invit©s

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

V.R.A.C. est la première exposition collective organisée par l'association L'Écurie à Saint-Jean Brévelay dans la campagne morbihannaise (56). Elle met l'accent sur la diversité des pratiques artistiques en invitant des artistes plasticiens mais également des photographes, designers, graphistes, vidéastes ou encore des dessinateurs. Ils donnent à cette occasion une idée avancée de leur pratique artistique au public avec l'addition d'une sélection d'éléments de recherches à leur travail. L'exposition V.R.A.C. se tiendra les 27, 28 et 29 avril à L'Écurie, lieu dit La Grée, 56 660 St-Jean Brévelay, ouverture de 14h à 19h.

Text of Exposition V.R.A.C. Catalogue des cr©ateurs invit©s

  • exposition collective

    V.R.A.C.10 jeunes crateurs

    27/28/29 avril 2012

    L curie prsente

  • AVANT-PROPOS3 jours, 10 jeunes crateurs. Lexposition V.R.A.C. inaugure avec une certaine vivacit un premier cycle dvnements courts organiss du printemps lautomne au sein des locaux de la verte et frache association

    Lcurie, Saint-Jean Brvelay, en centre Morbihan. 10 crateurs : designers; photographes; vidastes; plasticiens; artistes multimdias... Autant dapproches qui, allant des arts plastiques aux arts appliqus, donnent voir et saisir des visions diverses, des travaux qui semparent de problmatiques varies, questionnent, depuis des positions parfois loignes, le rapport quentretiennent face au monde et leur propre pratique artistique ces jeunes crateurs. V.R.A.C. propose aussi de jeter un il dans les coulisses de la cration, en dvoilant un peu du processus luvre derrire la production des travaux montrs.

    V.R.A.C. cest loccasion daf rmer lattachement de Lcurie pour la promotion de la cration sous toutes ses formes, au-del des clivages, comme sa volont de faire dialoguer les disciplines entre elles en favorisant les rencontres, entre artistes mais galement avec le public.

    La prsente dition a pour objet de prsenter les diffrentes forces en prsence lors de cette premire exposition collective...

    -3-

  • Carine Bigot

    .Wav(e), typographie gnrative, installation interactive, 2011-2012.

    Si le travail de Carine Bigot se caractrise par lomniprsence des technologies numriques, il serait vain de ny percevoir quun obscur attrait pour la machine et ses interfaces, qui constituent aujourdhui la sources de sentiments ambivalents et se placent plus que jamais au coeur des dbats. De fait, chez Carine Bigot, plus la rfrence lordinateur et ses rpliques se fait prgnante, et plus cest lhomme qui se cache au centre de sa rflexion. Ainsi, et puisque lerreur est humaine, lintrt que lartiste porte aux nombreux bugs gnrs par la machine nest pas dnu dun certain charme anthropomorphique, ni dun certain humour.On est ici bien loin de la figure chimrique de lordinateur tout puissant, infaillible, fantasme n de limagination fertile... de lhomme.

    Pour V.R.A.C., Carine Bigot choisit de mettre les capacits de calcul de la machine au service de la rminiscence dune exprience simple : les ronds dans leau.

    > www.c4rin3.virtuelles.frwww.c4rin3.virtuelles.fr

    Bugs, extrait, 2008-2011.

    .Wav(e), aperu, 2011-2012.

    -4-

  • Laure Cottin Stefanelli

    clipse, 7 Tirages numriques noir et blanc et couleur, dimensions variables, 2012.

    Laure Cottin Stefanelli, photographe et vidaste, explore les possibilits dun rcit photographique tnu, entre vision et intuition. Elle nenvisage pas le sujet photographique comme un but atteindre, ni le sens comme un objet fig. Ds lors, il sagit moins pour la photographe de dire sur, que dactiver par lassociation libre et llaboration de rcits fragmentaires une mmoire haptique et sensitive. Le dtail dune faade mordue par un soleil dt, le trac des fils lectriques sur un ciel nuageux, un visage inquiet, saisi entre le doute et langoisse Autant dimages tranges, de paysages gnriques, curieusement familiers, ne faisant pourtant rfrence aucune rgion prcise.

    Pour V.R.A.C., Laure Cottin Stefanelli prsente plusieurs photographies de sa srie clipse . Les images riment trangement entre elles, saisissant tour tour la fragilit ou la demi-prsence dun visage, dun paysage, dun objet. Chaque image remet en question la prochaine et met ainsi en pril la continuit du rcit. Le monde nous est prsent comme un rbus obscur, quil nous appartient de dchiffrer.

    > www.laurestefanellicottin.fr

    clipse, extrait, 2012.

    -5-

  • Chifumi

    Une histoire du tatouage , projection vido sur surface peinte, 5 min, 2011-2012.

    Comme son pseudonyme peut le laisser deviner, le travail de Chifumi sapparente volontiers un vaste terrain de jeu, mais un jeu dont il est le seul crire les rgles. Cest non sans une certaine dsinvolture, double dune aversion pour lautorit, quil a commenc, voici quelques annes, investir les murs des villes de lEst de la france de ses collages de bras et de mains traverss de motifs typographiques, qui crient longueur dinterventions une rage tout fait quivoque. meute , rvolte , tratre , meurtre ... constituent ainsi un lexique qui ne fait, en ralit, que paraphraser le discours ultra-violent des gangs et autres cads de la rue, constitu en vritable protocole dune aristocratie en creux, celle des trafiquants de drogue et du march parallle. Chifumi nappartient pas pour autant ce milieu, il dresse un constat, se faisant lartisan dune mythologie urbaine, tout en multipliant par ailleurs des projets moins empreints de gravit, pronant un rinvestissement de lespace public par le citoyen.

    V.R.A.C. reprsente pour Chifumi lopportunit de passer lOuest, afin de nous dvoiler une installation vido, fruit de sa collaboration avec Julien Croyal.

    > www.chifumi.fr

    Tratre, 2011.

    chec, 2011.

    -6-

  • Julien Croyal

    Une histoire du tatouage , projection vido sur surface peinte, 5 min, 2011-2012.

    Crateur protiforme, Julien Croyal milite pour un dcloisonnement des disciplines. Form au graphisme en cole dart, son propos oscille entre des influences multiples et son approche des arts appliqus se rapproche de celle dun artiste part entire. Avide dexprimentations, inconditionnel de la cration graphique en volume, mancipe de linterface que constitue lcran dordinateur, il poursuit le fantasme dune appropriation effective du rel, pourtant inssaisissable par nature.

    galement illustrateur, Julien Croyal tmoigne de son attrait pour le dessin au prtexte de la projection dun film danimation, ralis loccasion dune collaboration avec le street artist Chifumi, o il est question de tatouages chez les bandits et les forats de la belle poque jusqu ceux des amricains au crpuscule des annes 1940.

    > www.juliencroyal.com

    Dessin extrait du film danimation Une histoire du tatouage... , 2011-2012.

    -7-

  • Jonas Delhaye

    Nymphas, installation phmre, paraffine, cire dabeille, bougies,

    plaque mtallique, env. 1,50x1,50m, 2009.

    Si les conclusions auxquelles peuvent entraner certaines des uvres de Jonas Delhaye peuvent sembler fatalistes, cest bien lide de vitalit qui le meut au quotidien dans son travail. Utilisant plein les caractristiques physiques et chimiques des matriaux quil emploie, il donne voir durant dphmres installations, la vie apparatre sous les yeux du spectateur. Las, les mouvements qui simulaient linstant lexistence dune forme de vie ont conduit une fin irrmdiable. Vanits sensibles qui prfigurent le travail actuel de lartiste, qui fait de la corrlation entre les choses - il convient de rester vague, dessein - son domaine de rflexion privilgi. Ainsi lorsquil fabrique un stnop, appareil photographique rudimentaire, partir de dbris dobus et dobjets divers rcuprs sur un champs de tir pour ensuite photographier ce mme champs de tir, il opre une forme de mise en abyme comme pour dmontrer dans une joyeuse candeur, le lien troit qui unit toute existence son cosystme. Cet attachement pour le processus ainsi que lchafaudage dune logique rsultant de la rencontre dun matriau et dune situation donns nest pas sans rappeler le mode de fonctionnement des uvres de lartiste anglais Simon Starling.

    Pour V.R.A.C., Jonas Delhaye nous prsente Nymphas, une installation phmre qui propose lobservateur de vivre lclosion lente de nnuphars sur une plaque dacier.

    > www.jonasdelhaye.fr

    Sainte-Barbe, Champ de tir de l aviation militaire, appareil photographique, 2011.

    Nymphas, 2009.

    -8-

  • Manuel Haible

    Fantasma, installation vido, 2012.

    Le travail de Manuel Haible se construit autour dobjets de la vie quotidienne, il se dcline sous forme de sculptures, de performances et dinstallations, premire vue, dune grande simplicit. Dans Negative hole, il met lhonneur le contenu de la poubelle dune perforatrice papier en disposant son contenu dans lespace avec un soin particulier. Dans Peckers, tandis que le soleil se lve sur la ville, de petits oiseaux lectroniques cognent contre les tiges mtalliques de panneaux de signalisation et dclairage publics. Enfin dans untitled (unfolded), des feuilles de papier blanc de plus en plus froisses sont disposes les unes sur les autres, suggrant une forme de mouvement.

    Manuel Haible investit le grenier de L curie avec une installation vido in situ, baptise Fantasma. Recouvert dun drap blanc, lartiste joue au fantme. En gesticulant lintrieur du drap, il change constamment la forme de son costume, jusquau moment o il simmobilise et cre une sculpture de lumire, voquant lunivers des rves, des jeux denfants, en exploitant plein les particularits de la projection.

    Fantasma, 2012.

    -9-

  • Nick Jackson

    Lhomme sur le canap, encre de chine et gouache sur papier, 22 x 30cm,

    quatre pages, 2011.

    Le trait expressif qui parcourt lencre de chine les planches de Nick Jackson, sa maladresse feinte, les destructurations sophistiques luvre dans ses histoires, les rcits doux-amers quil nous fait partager, rien dans le travail de cet amricain exil en france ne tmoigne dun quelconque hritage des grandes sagas de super-hros tasuniens. Cest bien au contraire le caractre exprimental de son travail, un brin tortur, qui nest pas sans rappeler les croquis fantasques de Saul Steinberg (1914-1999) ou la dynamique saccade de lindomptable Bill Plympton (ralisateur de films danimation djants), qui en fait tout lintrt.

    loccasion de V.R.A.C., Nick Jackson prsente une histoire cre pour le fanzine parisien Grumo, o il est justement question dun super hros aux antipodes de ceux qui parcouren