Feminisation Enquete Pour Reforme

  • View
    221

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

UNIVERSIT LIBRE DE BRUXELLESFacult de philosophie et lettres Langues et littratures franaises et romanes

LA FMINISATIONEnqute sur une possible rforme

CALLENS Marie

Travail ralis dans le cadre du cours : Grammaire descriptive II (Roma-B-304)

ANNE ACADMIQUE 2007-2008

RemerciementsNous tenons tout particulirement remercier les membres de notre famille pour leur patience et leur concours cette enqute, et notamment la petite Charlotte (5 ans).

Un grand merci galement aux lves et professeurs du Collge NotreDame de la Tombe de Kain (Tournai). Noublions pas les quelques romanistes qui ont gentiment particip cette exprience ainsi que nos connaissances et amis qui nous ont accord un peu de leur temps.

2

IntroductionLa question de la fminisation en langue franaise a t longuement dbattue par le pass et reste plus que jamais dactualit. lheure o les femmes sont devenues les gales des hommes dans bon nombre de domaines de la socit, il convient de se demander si ces femmes ne mritent pas tout autant que leurs homologues mles des dnominatifs propres leur sexe.

Cependant, tous les locuteurs de langue franaise sont-ils prts bouleverser un usage qui simpose depuis de nombreuses annes ? Le fait que des femmes se voient attribuer les titres de professeur, dcrivain ou d auteur sans prendre en compte leur identit sexuelle drange-t-il vraiment ? Au travers dun questionnaire soumis diffrents locuteurs francophones (dges, de provenances, de statuts professionnels et civils divers), nous avons tent de rpondre cette question : des innovations orthographiques en matire de fminisation des noms en langue franaise peuvent-elles avoir lieu et surtout avoir des effets tangibles chez les usagers ?

3

1. Le questionnaireReproduit en annexe1, le questionnaire propos diffrents francophones, ou personnes ayant appris la langue franaise un moment ou un autre, ne se donne pas lexhaustivit pour rsultat : les personnes interroges, que nous appellerons sujets , ne reprsentent quune infime partie des locuteurs de langue franaise. En effet, 22 sujets de 5 47 ans ont particip cette enqute. De mme, les questions ne brossent pas lensemble des mots dont seule la forme masculine existe en franais pour dsigner les deux sexes, et susceptibles dtre fminiss : seuls dix substantifs sappliquant des tres vivants ont t retenus. Le prambule au questionnaire a pour but dexpliquer aux sujets les questions auxquelles ils auront rpondre : ils sont invits donner leur avis avec franchise et dsinvolture. Nous avons voulu leur viter la peur dattenter la norme, cette fameuse phobie de la faute dorthographe (sur laquelle nous reviendrons plus loin) en insistant sur le caractre spontan et personnel de leurs rponses. Ce qui est intressant dobserver, ce sont les mcanismes de construction logiques mis en uvre par des usagers et non pas lvaluation de leur connaissance en matire dorthographe franaise.

Les sujets ont en premier lieu crer des formes fminines au dpart de dix substantifs masculins. En second lieu, leur avis est sollicit face des formes fminines nologiques dues lcrivain San Antonio. En troisime lieu, nous demandons aux sujets de se situer par rapport la fminisation des noms nexistant quau masculin : pour ou contre. Enfin, leur est laisse la possibilit de faire lun ou lautre commentaire.

1

Cf. ANNEXE 1 en fin de travail

4

2. Analyse des rponsesLes rponses fournies par les sujets sont reproduites en annexes2. En haut de chaque page de rponses, nous avons indiqu des informations relatives aux sujets qui nous seront utiles dans notre tude : les noms de famille, prnom, statut professionnel, statut linguistique et ge. Nous tenons prciser que ces rponses ont t maintenues telles quelles nous sont parvenues ; nous navons procd aucune modification ou rectification. Ainsi, lorsque nous reprendrons des citations de nos sujets, nous le ferons textuellement (cela inclut les fautes de frappe et/ou dorthographe, les abrviations et les expressions populaires).

la lecture de ces rponses, plusieurs constantes se dmarquent et donnent lieu diffrentes observations que nous expliciterons dans les points repris ci-dessous :

les mcanismes de mise au fminin utiliss ; le conflit des gnrations ; les sujets bilingues ; la pression de lenseignement, gnratrice de langoisse de la faute dorthographe ; lhsitation face linnovation ; des habitudes ne pas dranger ; des refus mais pas une porte forcment close ( la fminisation).

2

Cfr ANNEXES 2 23 en fin de travail

5

2.1 Les mcanismes de mise au fminin utilissLes mthodes en matire de fminisation usites par les sujets pour la premire question sont diverses :

pour auteur, cinq attitudes sont adoptes. Par ordre de frquence, nous avons lajout dun e final (forme par ailleurs dj usite dans certains pays de la francophonie), la conservation de la forme de dpart, la cration de la forme autrice sur le modle instituteur-institutrice, et deux formes isoles : autesse et autresse, quant elles non conformes une quelconque rgle pr-tablie.

pour professeur, la majorit tend sabstenir de tout changement. Certains ajoutent un e final et dautres proposent professeuse sur le modle danseur-danseuse. On remarque des comportements isols : mademoiselle ou madame la professeur est la forme produite par un enseignant du secondaire. Transparat ici la ralit sociale de la femme enseignante et le respect qui lui est d par ses collgues. Cest apparemment lusage le plus courant dans les tablissements scolaires entre professeurs. Un autre enseignant ne fminise pas professeur mais ne rechigne pas dire une prof : il est vrai que seule la finale peut faire hsiter et en lidant le mot, la difficult est leve. Une jeune lve de 2e secondaire produit profetrice, appliquant l un mcanisme de fminisation existant mais pour les mots de type -teur/-trice. Il est amusant dobserver quune tudiante en mdecine propose professeresse, par analogie avec docteur-doctoresse.

pour crivain, la majorit adopte la forme crivaine qui, tout comme auteure, est accept dans certains pays de la francophonie. De nouveau, pas mal de sujets conservent la forme masculine initiale. Trois cas sont isols : les formes crivire, crivainte, et criveuse, que nous ne saurions rellement expliquer autrement que par une production au feeling . Dans le cas d crivainte, nous pourrions ventuellement voquer

6

linfluence du couple saint-sainte, bien qucrivain ne se termine pas par un t.

pour tmoin sont adoptes les formes tmointe, tmoigneuse (alors la forme initiale aurait d tre tmoigneur, ceci dit linitiative nest pas mauvaise), ou encore lindiffrenci tmoin, reconnu par plus de la moiti des sujets. Il est intressant de remarquer quun des sujets rpugne fminiser le concept mme de tmoin, de sorte quau masculin aussi bien quau fminin, il dira un tmoin.

pour agresseur, la forme la plus largement produite par les sujets est agresseuse, selon le procd classique de formation eur-euse. Un sujet propose agresseure comme plusieurs avaient propos une auteure plus haut. Deux sujets se sont abstenus de rponse. Un autre encore suggre une agressive : il y a confusion de sa part entre substantif (agresseur) et adjectif (agressif) ou proposition de substantivation de ladjectif agressive. Deux formes foncirement errones apparaissent : agretrice (il sagit du sujet qui avait dj cr profetrice) et agressatrice.

pour ange gardien, ange gardienne est assum par plus de la moiti des sujets, ceux-ci ne fminisant que la deuxime composante du nom comme on ne fminise que la finale dun mot. Six sujets conservent ange gardien. Deux sujets nont pas su rpondre.

pour pote, lcrasante majorit (17 sujets) conserve la forme masculine au fminin. Les formes potesse et potte sont cres de manire isole. Deux sujets ont fminis le concept-mme de pote (ami, copain) et ont avanc copine. Un dernier sujet na aucune ide du fminin adopter pour ce substantif.

pour juge, la plupart napportent aucune modification lors de la mise au fminin. Jugeresse est mis en avant, de mme que jugeuse (alors le masculin aurait d prsenter la terminaison eur) et jugette (mcanisme sens sappliquer aux substantifs en et). Un sujet considre que juge ne peut tre que masculin et adopte indiffremment, au masculin comme au fminin, un juge.

7

pour pingouin, peu conservent la forme masculine : la moiti propose pingouine. Un des sujets produit pingoune et deux autres pingouaine. Un autre encore dgage pingouinette. Pour ce dernier, la mise au fminin saccompagne dun diminutif, apparemment indispensable ses yeux lorsquil sagit de considrer la femelle du pingouin.

pour mammouth, la fcondit de limagination des sujets sest rvle et a donn lieu des formes amusantes comme madame mammouth, mamamouth ou mammouthne, forme manant de la seule petite fille de 5 ans interroge. Paralllement, certains ne changent rien la forme masculine. Quelques uns adoptent la forme mammouthe et un sujet hsite entre cette mme forme et le substantif inchang. Est galement produit le fminin mammouthesse par six sujets. Un dernier sujet prfre parler d un mammouth femelle.

On peut donc dj conclure partir de ces observations relatives la premire question que mme si les rgles de base de fminisation enseignes lcole ne sont pas toutes matrises ou ne sont pas utilises bon escient par les sujets, il ne sagit que de relatives exceptions. Les locuteurs prfrent sabstenir ou ne rien modifier lorsquils sentent une trop grande hsitation. Cela ne les empche pas de faire des propositions selon leur propre sentiment par rapport la langue, ce qui introduit souvent des formations indpendantes de toute rgle de fminisation.

En ce qui concerne la seconde question, il est singulier de remarquer que l o certains sujets adoptent des mcanismes x ou y po