Click here to load reader

FORT TAUX DE DÉCÈS DU COVID-19 EN ALGÉRIE …...pour l’eau potable”, a annoncé dimanche la Mairie de Paris. Le laboratoire de la régie municipale Eau de Paris a découvert

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of FORT TAUX DE DÉCÈS DU COVID-19 EN ALGÉRIE …...pour l’eau potable”, a annoncé dimanche la...

  • CORONAVIRUS EN ALGÉRIE RÉSEAU D’EAU NON POTABLEÀ PARIS (FRANCE)

    8 DÉCÈS, 95NOUVEAUX CASCONFIRMÉS ET153 PATIENTS

    GUÉRIS

    DES TRACESDE

    COVID-19DÉCOUVERTES

    N° 3975 | Lundi 20 avril 2020 -- Prix : 10 DA • www.lemidi-dz.com

    ISSN

    : 11

    12-7

    449

    Q U O T I D I E N N AT I O N A L D ' I N F O R M AT I O NLʼinfo, rien que lʼinfo

    Page 16 Page 16

    LICENCIEMENTS ABUSIFS

    FERHAT AÏT ALI RECADRE LES EMPLOYEURS

    Page 4

    LA CRISE DU LAIT EN SACHET PERSISTE

    MALGRÉ LES ASSURANCES DE L’ONIL

    OÙ SONT PASSÉES LES AUTORITÉS

    LOCALES ?

    BOUSCULADES DEVANT LES MAIRIES

    FORT TAUX DE DÉCÈS DU COVID-19 EN ALGÉRIE

    Page 2Page 2

    LES EXPLICATIONSDE BENBOUZID

    RAMADHAN ET SPÉCULATION

    REZIG MET EN GARDE LES COMMERÇANTS

    AUTORISATIONS DE CIRCULERPENDANT LES HEURES

    DU CONFINEMENT

    ELLES RESTENTVALIDESJUSQU'AU 29 AVRIL

    Page 3

    Page 5

    Page 3

    P ointé du doigt aux États-Uniscomme une possible source du coro-navirus Covid-19 ayant provoquéune pandémie mondiale, le laboratoire P4chinois à Wuhan a rompu le silence, afinde nier catégoriquement toute responsabi-lité dans la propagation du coronavirus,rapportent plusieurs médias.“C’est impossible que ce virus vienne dechez nous”, a déclaré Yuan Zhiming, direc-teur de l’Institut de virologie de Wuhan,ville épicentre de la pandémie, dans uneinterview accordée à la chaîne étatique chi-noise CGTN, citée par 20minutes.“Nous savons clairement, quels types derecherches sont menées à l’institut et com-ment sont gérés virus et échantillons”, aaffirmé le directeur de cet institut possé-dant un laboratoire P4, installation de trèshaute sécurité qui héberge les souches lesplus dangereuses des virus connus, commeEbola. Par la simple localisation del’institut à Wuhan, “les gens ne peuventpas s’empêcher de faire des associations”,a déploré Yuan Zhiming, accusant lesmédias américains à l’origine de ces hypo-thèses, ”d’essayer délibérément de tromperles gens” avec des informations “entière-ment basées sur des spéculations”, sans“preuves”. Le directeur de l’Institut devirologie de Wuhan fait ainsi référence àdes informations du Washington Post, rap-portant que l’ambassade des États-Unis àPékin avait mis en garde le départementd’État, il y a deux ans, sur les mesures desécurité jugées insuffisantes dans un labo-ratoire de Wuhan, étudiant les coronavirus

    chez les chauves-souris. Des diplomatesaméricains ont “visité à plusieurs reprisesun centre de recherche chinois dans la villede Wuhan” et “envoyé deux avertisse-ments officiels à Washington concernantla sécurité insuffisante du laboratoire, quimenait des études risquées sur les corona-virus provenant de chauves-souris”, a rap-porté le journal américain.“Ce que les responsables américains ontappris au cours de leurs visites les a telle-ment préoccupés, qu’ils ont renvoyé deuxcâbles diplomatiques classés comme sen-sibles, mais non secrets à Washington.Les câbles ont mis en garde contre les fai-

    blesses de la sécurité et de la gestion aulaboratoire de virologie de Wuhan et ontproposé plus d’attention et d’aide”, a indi-qué le Washington Post dans son article.Le gouvernement américain a dans cecontexte, annoncé mercredi, avoir ouvertune “enquête exhaustive”, afin de détermi-ner si le coronavirus Covid-19 trouve sonorigine dans un laboratoire du gouverne-ment chinois à Wuhan.“Nous menons une enquête exhaustive surtout ce que nous pouvons apprendre surcomment ce virus s’est propagé, a conta-miné le monde, et a provoqué une telle tra-gédie”, a déclaré Mike Pompeo, secrétaire

    d’État américain.“Ce que nous savons, c’est que ce virus estné à Wuhan, en Chine”, a indiqué MikePompeo. “Ce que nous savons, c’est quel’Institut de virologie de Wuhan n’est qu’àquelques kilomètres du marché de rue”, a-t-il souligné.“Nous sommes en train de mener uneenquête très complète sur cette chose hor-rible qui est arrivée”, a également faitsavoir le président des États-Unis, DonaldTrump, qui a mis en garde hier la Chinecontre d’éventuelles “conséquences”, sielle était “sciemment responsable” de lapandémie du coronavirus.

    Des “traces infimes” de Covid-19 ont étédécouvertes dans le réseau d’eau non potablede la ville de Paris, utilisé notamment pournettoyer les rues, mais il n’y a “aucun risquepour l’eau potable”, a annoncé dimanche laMairie de Paris. Le laboratoire de la régiemunicipale Eau de Paris a découvert ,”cesdernières 24 heures”, la présence en quantitéinfime, de traces du virus sur 4 des 27 pointsde prélèvements testés, ce qui a conduit laMairie a suspendre immédiatement l’usage deson réseau d’eau non potable, dans le cadre du“principe de précaution”, a indiqué la Ville àl’AFP. Mais l’eau potable, qui dépend d’un

    autre réseau “totalement indépendant”, “neprésente aucune trace de virus Covid 19”, et“peut être consommée sans aucun risque”,assure la Mairie. A Paris, coexistent deuxréseaux indépendants, celui de l’eau potableet celui de l’eau non potable, hérités de la findu XIXe siècle. “Le réseau d’eau non potableest alimenté par une eau dite brute, prélevéedans la Seine et le canal de l’Ourcq, et ache-minée sans traitement lourd”, explique laMairie. Il sert à arroser certains parcs et jar-dins, nettoyer les rues et faire fonctionner leslacs et cascades des parcs et bois, ainsi que“certaines fontaines ornementales dans des

    parcs ou jardins, actuellement fermés aupublic”. “Ce sont des traces infimes, maisdes traces quand même donc on a décidéd’appliquer le principe de précaution et de sai-sir l’Agence régionale de santé”, a expliquél’adjointe à la Maire (équivalent à la fonctiond’échevin), chargée de la Transition écolo-gique, Célia Blauel, “pour qu’elle analyse lesrisques éventuels présentés par ces traces”.“Parce que nous ne sommes certainement pasles seuls”, a-t-elle dit. “Comme nous dispo-sons d’un laboratoire en interne, noussommes les premiers à avoir ces résultats età donner l’alerte”, a-t-elle ajouté.

    Quotidien national d'informationN° 3975 || Lundi 20 avril 2020

    Horaires des prières pour Alger et ses environsHoraires des prières pour Alger et ses environs

    ORIGINE DU CORONAVIRUS

    LE LABORATOIRE CHINOISROMPT LE SILENCE

    FRANCE

    DES TRACES DE COVID-19 DÉCOUVERTES DANS LE RÉSEAUD’EAU NON POTABLE À PARIS

    Des stars du football, dont Zidane et Pelé,remercient les personnels de santé

    De nombreuses stars mondiales du football ont participé à une campagne vidéo lancée par la FIFA, visant à remercier les personnels de santépour leur travail, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus. Des légendes du football, telles que le Champion du mondebrésilien Ronaldo, le Champion du monde espagnol Gérard Piqué, le Néerlandais Marco van Basten, Samuel Eto’o, Michael Owen, DiegoMaradona ou encore Pelé, se sont joints pour applaudir par vidéos les médecins, infirmiers et autres personnels de santé luttant contre lecoronavirus.“A tous les personnels de santé, et autres professionnels qui continuent de travailler comme des vrais héros, des applaudisse-ments infinis”, écrit la FIFA dans sa campagne diffusée notamment sur la plateforme Twitter.

    CORONAVIRUSEN ALGÉRIE

    8 décès, 95 nouveaux

    cas confirmés et153 patients

    guéris Le nouveau bilan du coronavi-rus, en Algérie, ressort lacontamination de 95 nouveauxcas confirmés et 8 nouveauxdécès, qui ont été enregistrés,alors que le nombre des per-sonnes guéries augmente de153 patients, durant ces der-nières 24H. Ainsi, le nombrede cas confirmés a atteint les2.629 et celui des décès à 375,a indiqué hier dans un point depresse, le porte-parole duComité scientifique de suivi del’évolution de la pandémie duCoronavirus, Djamel Fourar.S’agissant des malades qui sontguéris, leur nombre augmentede jour en jour, avecl’enregistrement de 153patients qui ont quitté les hôpi-taux durant le journée du 19avril.

    Fadjr 04h32Dohr 12h47Asr 16h29

    Maghreb 19h28Icha 20h56

  • TELEVISIONMIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 2020

    La reproduction de tout articleest interdite sans lʼaccord dela rédaction. Les manuscrits,photographies ou tout autre

    document et illustration,adressés ou remis à larédaction ne seront pas

    rendus et ne feront lʼobjetdʼaucune réclamation.

    Gérant : Reda Mehiguenie-mail : [email protected]

    La rédactione-mail : [email protected]

    Standard :021.63.80.82 et 87Rédaction : Tél-Fax : 021.63.79.16Publicité : Tél-Fax : [email protected] votre publicite sʼadresser àlʼANEP, 01 Avenue Pasteur, AlgerTél. : 021.73.76.78 et 73.71.28Bureau de Constantine :100, rue Larbi Ben Mʼhidi -Constantine -Tel./Fax : 031.64.17.53

    Bureau de Annaba24 rue Med-KhemistiTél. : 038.86.11.57Bureau de Tizi-OuzouCité Mohamed-BoudiafBT 29 ANouvelle-Ville T. O.

    Tél-Fax : 021.93.69.29

    Impression :Centre : SIA Diffusion : Midi libreEst : SIE Diffusion : AMP Ouest : SIO

    EURL Midi Libreau capital social de 12.000.000 DA

    Compte Bancaire :SGA Bouzaréah : 021000071130000214 clé 16Adresse : 12 rue Fouzia MoulaheRostomia Clairval Alger.

    Web : www.lemidi-dz.com

    LLAA SSEELLEECCTTIIOONNDDUU MMIIDDII LLIIBBRREE

    Arkansas, dans les années 1870. La jeune MattieRoss, une adolescente de Yell County, doit se ren-dre à Fort Smith afin d'identifier le corps de sonpère. Ce dernier a été assassiné par un certainTom Chaney, qui a pris la fuite en territoire indien.La jeune femme décide d'engager le marshalRooster Cogburn, réputé pour avoir la gâchettefacile, afin de venger son père. C'est alors queRooster est contacté par LaBoeuf, un rangertexan, également à la recherche de Chaney. Il luipropose une somme bien plus importante pourl'aider à le retrouver... Les deux hommes partentseuls à sa recherche et Mattie finit par les rejoin-dre à l'entrée du territoire indien

    21h00

    LLEESS EENNFFAANNTTSS DDEE LLAA TTÉÉLLÉÉFFÊÊTTEENNTT LLEESS AANNNNÉÉEESS 8800TTRRUUEE GGRRIITT

    Les enfants de la télé ont décidé de fêter les années 80avec une émission exceptionnelle où Laurent Ruquierreviendra sur des séquences cultes, fous rires, imagesdrôles et émouvantes de la télé de ces années-là.L'occasion de revoir avec plaisir les images cultes quiont fait les belles heures de la télévision des années 80 :«Châteauvallon», «Maguy», la «Cérémonie des MissFrance» , «Le Top 50», «Champs Élysées»... LaurentRuquier réserve à chacun d'entre eux de belles sur-prises, toutes en images en chansons et en invités sur-prises : La troupe de Bodyguard, Murray Head, RichardSanderson, Bernard Minet et Dorothée

    21h00

    LLEE GGEENNDDAARRMMEE EETTLLEESS GGEENNDDAARRMMEETTTTEESS

    La brigade de gendarmerie de Saint-Tropez emmé-nage dans de nouveaux locaux où trône un rutilantordinateur que chacun observe avec méfiance avantde le manipuler avec précautions. C'est alors quesurgit le colonel, porteur d'une nouvelle étonnante: quatre stagiaires féminines viennent d'être affec-tées à la brigade et les gendarmes devront les for-mer sur le terrain. L'excitation est à son comblequand arrivent les ravissantes Catherine, Marianne,Isabelle et Yo. Le premier choc passé, les gen-darmes rivalisent de zèle pour obtenir les faveursdes stagiaires. C'est alors qu'elles sont enlevées etretenues prisonnières sur un yacht

    21h00

    NNEEWW YYOORRKK,, UUNNIITTÉÉTTRRIISSTTEE RRÉÉAALLIITTÉÉ

    «L'élue de son coeur» est une émissionde télé-réalité : des jeunes gens sontenfermés dans un triplex. Leur but est deformer un couple et d'atteindre la finale.Il ne reste plus que trois jeunes hommeset quatre jeunes femmes en lice, dontGigi et Melanie, qui convoitent toutesles deux Ryan. Elles espèrent bien êtrel'élue de son coeur pour la grande finale.Lors d'une émission en direct, JohnValentine, le présentateur, revient sur lasoirée que les deux jeunes femmes ontpassée en tête-à-tête avec Ryan

    21h00

    LLEE MMOONNDDEE DDEE JJAAMMYYLLAA TTÊÊTTEE

    DDAANNSS LLEESS ÉÉTTOOIILLEESS

    Il a mis des étoiles dans les yeux des Français... Cinquanteans après les premiers pas de l'homme sur la Lune, pour cenuméro exceptionnel du «Monde de Jamy», l'astronauteThomas Pesquet nous ouvre les portes de l'aventure la plusfascinante, la plus périlleuse, jamais entreprise par l'êtrehumain : la conquête de l'espace. Avec lui, Églantine et Jamyvont connaître des émotions fortes : flotter en impesanteurdans un vol «Zéro G», éprouver les sensations d'une combi-naison spatiale dans la piscine géante de l'Agence spatialeeuropéenne, découvrir les conditions extrêmes dans les-quelles sont entraînés les astronautes européens et les condi-tions de vie dans la Station spatiale internationale

    21h00

    MMEEUURRTTRREESS AAUU PPAARRAADDIISSEE

    Un cours de survie sur une île au large deSainte-Marie tourne mal lorsquel'instructeur - un ancien soldat - estretrouvé assassiné, poignardé au ventre.Tous les membres du stage - un informati-cien, un avocat, un enseignant et un vlog-ger - se fournissent mutuellement un alibi.Alors qu'il lutte inutilement contre lesmoustiques, le pollen et le commissairePatterson, le nouvel inspecteur NevilleParker commence ses investigations

    21h00

    NNIINNJJAA TTUURRTTLLEESS

    Reporter pour une chaîne de télévision, April O'Neil nepoursuit qu'un seul but : dégoter le scoop qui fera d'elleune journaliste reconnue. Mais pour l'heure, elle est can-tonnée à la rubrique santé. Qu'à cela ne tienne...Puisqu'un gang de malfaiteurs défraie la chronique new-yorkaise, April décide de mener sa propre enquête pour,peut-être, rapporter des informations capitales pour lachaîne. Un soir, alors qu'elle assiste à une tentative devol sur les docks de Brooklyn, elle découvre qu'un justi-cier veille sur la tranquillité de ses concitoyens. En réa-lité, ce n'est pas un mais bien quatre superhéros quis'attellent à cette lourde tâche

    21h00

    TTWWIILLIIGGHHTT -- CCHHAAPPIITTRREE 11:: FFAASSCCIINNAATTIIOONN

    Bella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petiteville pluvieuse dans l'État de Washington,pour vivre avec son père et s'attend à ce que sanouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la villeelle-même. Or, au lycée, elle est terriblementintriguée par le comportement d'une étrangefratrie de deux filles et trois garçons et tombeamoureuse de l'un d'eux, Edward Cullen. Unerelation sensuelle et dangereuse commencealors entre eux : lorsque Bella comprendqu'Edward est un vampire, il est déjà trop tard

    21h00

    15MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 20202 EVENEMENT

    Après la mise en œuvre desdispositifs de lutte contre lecoronavirus, de nombreusesfamilles algériennes font faceaux difficultés, quant à leurpouvoir d’achat en cettepériode de confinement. Eneffet, depuis plusieurssemaines déjà, la pandémieCovid-19 a plongé le paysdans une crise sanitaire etsociale sans précédent.

    PAR IDIR AMMOUR

    U ne pandémie qui cristallise les iné-galités sociales et sanitairesc etqui inquiète quant au devenir desuns et des autres. Mais cela ne peut jus-tifier les pratiques d’un autre âge, chezcertaines catégories de nos concitoyens,à l’ère, où l’erreur est interdite.Malheureusement, on assiste, auxregroupements, bousculades et chaînesinterminables des personnes devant lesmairies en vue de s’inscrire pour la

    fameuse allocation de solidarité allouéepar le président de la république. Despratiques qui vont à contre-sens,lorsqu’encore elles défient toutes lesmesures de prévention énoncéesjusqu’ici, notamment le respect de la dis-tanciation pour éviter la contagion. Or,en ce temps de pandémie, les citoyensdoivent s’accommoder de civisme, desagesse et de bon sens, car cela y va deleur propre vie, face à une menace sani-taire qui ne pardonne pas.

    L’unique remède, la solidaritéDans un esprit de solidarité, la sociétéest déjà mobilisée pour prendre des ini-tiatives sans précédent, pour l’endiguer.Celle-là qui se résume par une multituded’actions d’aides aux profits des famillesvulnérables, des hôpitaux et tant d’autresinstitutions, sans oublier les cam-pagnes de sensibilisation pour informerles citoyens de prendre des mesuresurgentes pour éviter la propagation d'unvirus aux conséquences impondérables.Les pouvoirs publics, de leur coté, fontde leur mieux. Ils ont voulu aussi faireun geste de solidarité pour les ménagesles plus modestes avec une allocation de10.000 dinars. Ladite allocation de soli-

    darité sera donc versée aux famillesnécessiteuses, “impactées socialement etéconomiquement par les mesures de pré-vention et de lutte contre l’épidémie duCoronavirus Covid-19”, ainsi que cellesqui percevaient auparavant l’enveloppedes 6.000 DA, au titre des opérations desolidarité pour le mois de Ramadhan.

    Les comités de quartiers et lesassociations à la rescousse

    Les comités de quartiers ou ceux des vil-lages, ainsi que les associations, sont àcomme à l’accoutumée à la rescousse desautorités locales. Ils sont au four et aumoulin. Même les listes des famillesconcernées de l’allocation sont de leurressort en faisant le porte à porte ! Cesderniers ne lésinent aucun effort pourprêter main-forte, au moment où les ser-vices concernés brillent par leur absencedans certaines localités. Pour de nom-breux observateurs et internautes,l'absence ou le manque d’inspiration desresponsables dans certaines communes,est une marque ostensible de dédain àl'égard de cette frange de la société,venue massivement demander seulementce qui lui revient de droit.

    I. A.

    Le médiateur de la République, KarimYounès, a soutenu hier, que la décisionde prolonger de 10 jours le confine-ment sanitaire est dictée par desbesoins "impérieux de sauvegarde de lasanté de nos concitoyens", ajoutantqu'il ne serait, "en aucun cas", ques-tion de prendre un quelconque risque en"relâchant la vigilance sanitaire"."La décision du gouvernement de pro-longer de 10 jours le confinementsanitaire est dictée par des besoinsimpérieux de sauvegarde de la santé denos concitoyens", a-t-il réagi dans uncommuniqué.Pour le médiateur de la République, ilne serait, "en aucun cas", question deprendre un quelconque risque, en relâ-

    chant la vigilance sanitaire, soulignantque la nécessité d'un confinementrigoureux est plus que jamais de mise.Pour lui, la crise du Covid-19 conti-nue de "nous interpeller et l’Algérie yrépond grâce à une mobilisation per-formante de l’ensemble des corps desanté et au sens de responsabilité descitoyens", précisant que cette décisionintervient à l’approche de la période deRamadhan, "ce moment cher au cœurde tous, car il est l’occasion de retrou-vailles familiales". Malheureusement,a-t-il regretté, cette année "nes’annonce pas favorable" au respect deces traditions, relevant que "nousn’avons d’autre choix que de nousconformer au principe de précaution,

    car la pandémie demeure toujoursmenaçante". "En exprimant ma solida-rité à toutes les familles algériennes età nos ressortissants à l’étranger, plusque jamais nos pensées vont égale-ment à toutes celles et à tous ceux,tous corps confondus, qui veillent sanscesse au bien-être de tous", a-t-ilconclu. Le dispositif de confinement,ainsi que l'ensemble des mesures pré-ventives qui l'accompagnent, avaientété reconduits samedi par leGouvernement en application desdirectives du président de laRépublique, pour une période supplé-mentaire de dix jours, jusqu'au 29 avril2020.

    R. N.

    BOUSCULADES DEVANT LES MAIRIES

    Où sont passées les autoritéslocales ?

    CONFINEMENT

    Le médiateur de la République justifiele prolongement

    MALGRÉ LES ASSURANCES DE L’ONIL

    La crise du laiten sachetpersiste

    L’ONIL (Office national interprofession-nel du lait) annonce que ses services neménagent aucun effort et poursuiventleurs activités à l’Ouest (Oran), auCentre (Alger) et à l’Est du pays(Annaba), dans un contexte marqué parune conjoncture sanitaire exceptionnelleet ce pour maintenir les niveaux desstocks en matières premières laitièresnécessaires.Cela étant permis, aussi, par la contribu-tion des différents services en amont ducheminement de ce produit, à l’instar desfacilitations et des cadences soutenues del’ensemble des partenaires, à l’instar Desdouanes, des ports ou des services vétéri-naires.“Toutes les mesures sont prises pourassurer l’approvisionnement des laiteriesconventionnées en poudre de lait, afin deleurs permettre d’assurer la disponibilitédu lait reconstitué pasteurisé demi écrémécédé aux consommateurs au prix admi-nistré de 25 DA le litre”, rassure l’ONIL.Mais malheureusement, le constat estautre sur le terrain où les consommateursdans plusieurs communes de la capitalese plaignent du manque de lait en sachetchez les commerces. Face à la crise sani-taire, les gens qui ont les moyens n’ontle choix, que de se rabattre sur le lait enpoudre.L’Office lance, à cet effet, un appel à tousles intervenants (laiteries – distributeurs– détaillants), de relever le défi et de jouerleur rôle convenablement pour faire par-venir ce produit stratégique à toutes lespopulations sans aucune rupture.

    NON-RESPECT DU CONFINEMENT À BLIDA

    Près de 4.400 personnesarrêtées

    Près de 4.400 personnes ont été arrêtées,à Blida, pour infraction à la décision duconfinement total, imposé à la wilayadepuis le 24 mars dernier, pour mettre unfrein à la propagation du nouveau corona-virus (Covid-19), a fait savoir leCommissaire divisionnaire de la sûreté dewilaya de Blida, Azeddine Tamine citépar la radio Chaîne III.Des mesures répressives ont été, égale-ment, appliquées à l’encontre des contre-venants au confinement, considérécomme l’unique solution pour prévenirce virus contagieux, selon AzeddineTamine, qui a signalé la mise à la four-rière d’un peu plus de 1.000 véhicules et460 motocycles.Animant un point de presse au siège dela Sûreté de wilaya, le commissaire divi-sionnaire a fait également part, au microde Mohammed Saïm de la chaine 3,d’une dizaine d’affaires de cybercrimina-lité, dont huit relatives à des personnesqui ont diffusé sur leurs pages Facebook,des “rumeurs et incitations contre les ins-titutions de l’Etat”, a-t-il indiqué.Il a signalé la présentation de ces per-sonnes impliquées dans ces affaires, quiont causé une agitation chez l’opinionpublique, eu égard à la conjoncture sani-taire que le pays traverse auprès des auto-rités judiciaires compétentes.

    R. N.

  • MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 202014

    CORONAVIRUS : CONFINEMENT PROLONGÉ

    L’ASPECT MENTALDES JOUEURS MENACÉL’une des conséquences desmesures prises pour luttercontre la propagation ducoronavirus est la suspensionde toutes les compétitionssportives dont le football. Unemesure qui pourrait impacterle comportement des joueursà l’instar du reste despersonnes.

    PAR MOURAD SALHI

    D ans son dernier rapport, laFédération internationale des syndi-cats de joueurs craint l'apparition deproblèmes psychologiques chez lesjoueurs en raison des mesures de confine-ment prises dans la lutte contre la pandé-mie de coronavirus, qui ne cesse de mena-cer les vies humaines.Les spécialistes en la matière ont exprimédéjà leur crainte concernant le fait que denombreux footballeurs professionnelspuissent souffrir psychologiquement, sibien évidemment cette mesure de confine-ment va durer encore dans le temps.Ce syndicat insiste surtout sur les footbal-leurs qui jouent dans des pays étrangers etvivent souvent seuls. "Ils sont dans unpays étranger, loin de leur famille, habi-tués à une grande frénésie et en ce momentsont confrontés à la solitude. Un jour tu esun héros, le lendemain tu es oublié. C'esttrès difficile à gérer. Et dans de nombreuxcas, cela peut entraîner de gros problèmespsychologiques", a expliqué ce syndicat.Pour y faire face, les spécialistes en lamatière ainsi que les entraîneurs proposentun suivi, de façon constante, des joueurspendant cette période difficile que traversele monde entier sans aucune exception.

    Ces mêmes spécialistes proposent"d’envoyer constamment des informationset des vidéos aux joueurs pour les tenirtoujours occupés. Cela va leur permettreaussi de rester proche de leur travail et sur-tout du staff technique", expliquent-ils.En Algérie, la situation est pareille. Lessportifs sont quelque peu inquiets. Rien neles rassure en ce moment de crise sanitaire.Si certains se posent la question sur la datede la reprise des compétitions, d’autress’inquiètent sérieusement sur leur avenir.La Ligue nationale de football (LFP), quia été chargée de trouver un meilleur scéna-rio de reprise des compétitions, jette, deson côté, la balle dans le camp du minis-tère de la Jeunesse et des Sports (MJS). Leprésident de cette instance nationale,Abdelkrim Medouar, confirme que le sortdu Championnat est tributaire de la déci-

    sion du MJS. "Nous sommes en attentedes décisions du ministère de la Santé pourprendre une décision finale sur la reprisedes activités sportives en Algérie, dont leChampionnat de L1 et L2. On ne peut rienavancer pour le moment", a déclaré le pré-sident de la LFP.Le ministère de la Jeunesse et des Sports(MJS) a décidé, samedi, de prolonger lasuspension jusqu'au 29 avril de toutes lesmanifestations sportives, dans le cadre desmesures de prévention face au nouveaucoronavirus. Un prolongement du délai quiinquiète plus les sportifs en général et lesfootballeurs professionnels en particulier.Ces sportifs, qui continuent à suivre unepréparation individuelle depuis plusieurssemaines, ne savent plus à quel saint sevouer.

    M. S .QATAR

    BOUNEDJAH BAISSESON SALAIRE

    MERCATO

    LA FIORENTINA FAIT LE FORCINGPOUR FARÈS

    Malgré l'arrêt temporaire des Championnats, plusieurs clubs dans le monde continuent de prospecter pour avoir de bons élémentsla saison prochaine et plusieurs joueurs algériens, dont des champions d'Afrique, devraient changer de clubs lors du prochain mer-cato.Aujourd'hui, la presse italienne a indiqué que la Fiorentina faisait le forcing pour s'attacher les services du latéral gauche inter-national algérien Mohamed Farès lors du prochain mercato, le club de Florence a montré son intérêt pour le joueur depuis plu-sieurs semaines mais les dirigeants essayent d'entrer en négociations officielles avec son club de SPAL et son agent Mino Raiola. Les dirigeants de la Fiorentina veulent attacher les services de Mohamed Farès pour compenser le départ de Dalbert qui est prêtépar l'Inter Milan.

    L'international algérien d'Al Sadd BaghdadBounedjah a décidé, samedi, de renoncer àune partie de son salaire dans le cadre de lalutte contre le Covid-19, a t-il annoncé surson compte Instagram. Le buteur algérienemboîte ainsi le pas à son compatriotel'international Yacine Brahimi (Al RayyanSC) qui avait baissé son salaire pour lamême cause, devenant ainsi le premierjoueur professionnel étranger évoluant auQatar à prendre une telle initiative.Pour mémoire, Bounedjah a profité de la

    suspension du Championnat qatarijusqu'au 30 avril à cause de la pandémie dunouveau coronavirus Covid-19 pour sefaire opérer vendredi d'une ancienne bles-sure. "Le joueur aura besoin de quatresemaines de récupération, avant de pouvoirreprendre l'entraînement quotidien", avaitprécisé Al-Sadd. En compagnie de soncompatriote et milieu de terrain offensifd'Al-Rayyan SC Yacine Brahimi ainsi quede deux autres joueurs, Bounedjah (28 ans)est nominé pour le titre de joueur de la sai-

    son 2019-2020, lui qui a été auteur jusque-là de 17 buts, toutes compétitions confon-dues. Si Bounedjah évolue au Qatar depuisdéjà 2015, Brahimi (30 ans) s’est engagél’été dernier avec Al-Rayyan SC pour sapremière expérience en dehors du sol euro-péen, lui qui avait porté, entre autres, lescouleurs du FC Porto (Portugal) et du FCGrenade (Espagne) et de Rennes (France).Le Qatar a enregistré à ce jour plus de5.000 personnes testées positives au nou-veau coronavirus Covid-19.

    ITALIEBENNACER

    DEVRAITREJOINDRESON CLUB

    AUJOURD’HUISelon Sky sport Italia, la direc-tion du Milan AC a convoquédouze de ses joueurs étrangers quisont repartis chez eux après lasuspension de toutes les activitéssportives en Italie pour cause ducoronavirus afin de rejoindre leclub pour aujourd’hui, 20 avril.L’international algérien IsmaïlBennacer figure dans cette listecomposée de douze joueurs, dontZlatan Ibrahimovic, FranckKéssié, pour ne citer que cesjoueurs- là. Les joueurs étrangersdu Milan AC devraient, donc,reprendre avec leur club et être surplace à Milan au plus tard le 20avril. La raison est simple ; selonle média italien, comme la reprisedes entraînements collectif est enprincipe fixée pour le début dumois de mai, la direction du clublombard veut regrouper tous sesjoueurs étrangers deux semainesavant la reprise des entraînementspour les mettre en quarantaineavant de pouvoir côtoyer leurscoéquipiers au club.Rappelons que le ministre desSports italien a indiqué que lareprise des entraînements aura enprincipe lieu le 4 mai prochain àhuis clos (jour du déconfinementen Italie). Pour ce qui est de lareprise de la compétition, le pré-sident de la Fédération italiennesouhaite que cela se fasse la finmai ou au plus tard en début dumois de juin.

    TAIDER“BELFODIL EST

    BEAUCOUPPLUS FORTQU’ICARDI”L’international algérien del’Impact de Montréal, SaphirTaider, a comparé son compa-triote, Ishak Belfodil, àl’attaquant du Paris Saint-Germain, Mauro Icardi, dans unedéclaration à la presse italienne.Le milieu de terrain algérien adéclaré : « Écoutez, je ne dis pasça parce que c’est un compatriote,mais je pense qu'il (Belfodil, ndlr)avait et a encore beaucoup plus dequalités qu’Icardi d'un point devue technique et physique. ».Saphir Taider a ajouté : « Ensuite,ils ont fait un choix différent àl'Inter, je ne sais pas pourquoi,mais vous savez dans le football,ce n'est pas seulement le terrainqui compte. Pour moi, Belfodilest également beaucoup plus fortaujourd'hui que Mauro. » « On nepeut même pas parler de pro-blèmes psychologiques, car il esttrès fort mentalement. Mais dansle football, les meilleurs ne vontpas toujours le plus loin.Ensuite, bien sûr, Icardi a fait deschoses incroyables avec l'Inter »,a conclu le milieu de l’Impact deMontréal.

    SPORTS

    En visite à Tizi-Ouzou cesamedi, le ministre de laSanté, AbderrahmaneBenbouzid, a réaffirmé sonoptimisme quant à l’évolutionde la pandémie dans le pays,a rapporté l’agence officielle.

    PAR LAKHDARI BRAHIM

    M. Benbouzid, qui a visité leCHU Nedir Mohamed etl’hôpital de Tigzirt (Nord de lawilaya), a contre-attaqué : “L’Algérie n’apas connu le scénario catastrophe, préditpar de scientifiques pour le 15 avril,annonçant un pic de plusieurs dizaines demorts”. Et d’ajouter : “Hier, nous n’avonseu aucun décès, alors que nous étions àune moyenne quotidienne de 20 décès, j’aidonc l’espoir que le nombre des morts parCovid-19 se réduit ou même s’annulecomplètement et on pourra peut-êtreannoncer la décrue et pourquoi pas réduirele confinement et soulager l’économie”.Il a rassuré que les dernières statistiquesfont ressortir une “nette stabilité” de lapropagation de la pandémie, ajoutant queles mesures de lutte engagées par le gou-vernement, l’observation des mesures deprévention et le confinement par lescitoyens ont apporté des résultats, selon lecompte rendu de l’agence officielle.Il a saisi l’occasion pour remercier tousceux parmi les comités de village et lasociété civile, à Tizi-Ouzou et à traverstout le pays, qui contribuent à faire appli-quer ces mesures de prévention.Concernant le fort taux de décès par lenouveau coronavirus et qui place“l’Algérie parmi les pays ayant l’un desplus forts taux de mortalité de ce virus”, leministre a expliqué que cela est dû au faitque l’Algérie comptabilise même les casdes personnes décédées hors hôpitaux, etqui ont été admises décédées dans ces struc-tures ou qui sont mortes juste après leuradmission, et qui ont été testées positivespost-mortem, alors qu’il se pourraitqu’elles soient décédées d’une autre patho-logie.Abordant le volet solidarité, il a remerciétous ceux qui soutiennent le corps médicalqui est au front pour stopper la pandémie,relevant que cet élan est une tradition de la

    société algérienne, qui a pris son essor demanière singulière durant cette pandémie.Il a promis au personnel soignant,d’effectuer une autre visite dans des cir-constances plus heureuses, afin d’écouterleurs préoccupations, annonçant qu’un tra-vail de réforme du secteur de la santé estlancé par son département. “Je suis là surinstruction du président de la Républiquepour être aux côtés de ceux qui sont aufront durant cette pandémie, je sais qu’il ya des manques, nous allons y remédier,nous avons toute une équipe d’experts quiest mobilisée à cet effet”, a-t-il rassuré.

    Le service civil a "trop duré"et montré ses limites

    Le service civil des médecins spécialistes a"trop duré", et a montré "ses limites" surle terrain, a soutenu le ministre de laSanté, de la Population et de la Réformehospitalière, Abderrahmane Benbouzid,relevant que cette mesure n’avait pasabouti aux "résultats souhaités"."Cette mesure (service civil) a montré seslimites et, sur le terrain, elle n’a pasabouti aux résultats souhaités, c’est-à-diredévelopper une médecine de qualité dansles régions", a souligné le Pr Benbouziddans un entretien accordé hier à un journalfrancophone.Il a ajouté qu'à la lumière de ce qui a étéannoncé, "on comprend que le président dela République a écouté la demande de beau-coup qui, depuis plus de trente ans, disentque le service civil est une mesure excep-tionnelle – moi-même je l’avais écrit dansun papier – qui a trop duré".Le ministre de la Santé a rappelé, quemaintenant, le service civil n’est plus

    obligatoire et le président de la République"a bien signifié" que tout médecin spécia-liste qui souhaite travailler dans le Sud,sera accompagné de mesures "incitatives",notamment salariales, sociales et profes-sionnelles. Evoquant la refonte du systèmede santé, il a indiqué que l'expertise de larefonte du système avait été déjà faite parl’ensemble des citoyens, ajoutant qu'ils’agit d’un système qui "a montré seslimites" avec une gratuité de soins qui n’apas "reflété l’équité demandée".Pour lui, dans les établissements publics,ce sont parfois "les nantis" qui bénéficientde soins plus que les nécessiteux, ce qui a"perverti" l’objet de la gratuité de soins quiétait une mesure "salutaire". Il a ajouté,dans ce sillage, que le "salut" est dans lacontractualisation et "je m’engage à lemettre en place pour assurer des soins dequalité", précisant que "sur le plan, parexemple, de la gratuité des soins, il fautmettre de l’ordre".Les personnes démunies, a-t-il expliqué,sont à la charge de l’Etat et la loi les pro-tège, ajoutant qu'un assuré social "ne posepas problème puisqu’il contribue, celuiqui n’est ni assuré ni dans le besoin et ales moyens payera".Il a révélé qu'un groupe de travail était déjàsur le dossier de la contractualisation,avant l’épidémie de Covid-19."J’ai l’appui du président de la Républiquepour engager cette refonte, il l’a déclaré etveut que la médecine soit de qualité et quetout le monde contribue", a-t-il affirmé,ajoutant qu'il est question surtout de met-tre fin à tous “les dysfonctionnements”déjà cités, tels que "la mauvaise" réparti-tion des ressources, l’engagement de bud-

    gets injustifiés. Il a précisé que ces modi-fications auront trait à certains articlesnotamment ceux relatifs au service civil età l’Observatoire national de la santé, ajou-tant qu'il est prévu la création de l’Agencenationale de sécurité sanitaire, institutionautonome qui sera placée sous l’autoritédu chef de l’Etat et ses membres serontdésignés par le président de la République.S'agissant la revalorisation du corps médi-cal, le Pr Benbouzid a souligné que le pré-sident de la République avait rappelé avec"insistance" l’intérêt qu’il attache au corpsde la santé, estimant que ce dernier mériteune amélioration des conditions salarialeset, en contrepartie, une amélioration dansle travail. Pour l’activité hospitalo-univer-sitaire, il faut effectivement que ces ser-vices retrouvent leur statut, a-t-il ajouté.Concernant la retraite, le ministre de laSanté a rappelé qu’il s’agissait d’un textede loi qui régit cette catégorie du corpsmédical, où il est stipulé qu’on ne peutpas avoir un salaire de plus de 15 fois leSmig, et la mise de fin de fonction à 75ans, ajoutant que cette mesure est geléepour le moment, en attendant la révisiondu texte ou la possibilité de la réévaluationdu Smig promise par le président de laRépublique.Par ailleurs, interrogé sur l'évolution duCoronavirus dans le pays, il a assuré qu'ily a surtout "la volonté" de mettre tous lesmoyens nécessaires pour lutter contre cettepandémie, "quel qu’en soit le prix".Il a précisé que, depuis le début del’épidémie, plus de 20 millions demasques ont été importés et "nous nesommes pas en manque", ajoutant que1.200 respirateurs sont à la disposition desstructures hospitalières et "on pourraitaller jusqu’à 6.000, mais pour le momentnous n’avons que 64 patients intubés, soitle tiers des lits de réanimation occupés, et167 non intubés"."Nous sommes loin des prévisions de scé-nario à l’italienne, émises par certains spé-cialistes établis à l’étranger, au début del’épidémie. Nous sommes loin de ces pré-visions apocalyptiques grâce à la prise deconscience des citoyens et surtout à la dis-tanciation sociale et au confinement, quidoit être respecté pour justement évitertout risque. L’épidémie se stabilise, maisrestons prudents", a-t-il rassuré.

    L. B.

    “Il n’y a pas de crise de la semoule”, aassuré le ministre du Commerce, KamelRezig, dans un entretien accordé vendredià la chaîne El Hayat TV, pointant uneattitude nouvelle chez la population etconsistant en le stockage des produits deconsommation.Le ministre reconnait que les produitssubventionnés font nourrir la spécula-tion, et prévient les commerçants quis’adonnent à cette pratique de lourdessanctions, allant jusqu’à la radiation duregistre de commerce.Pour le mois de Ramadhan, qui intervientcette année dans un contexte de confine-ment en raison du Covid-19, le ministredu Commerce est catégorique : “Nousveillerons en coordination avec d’autresdépartements ministériels sur la stabilisa-tion de l’offre et des prix. Aussi, nous ne

    relâcherons pas sur les mesures de protec-tion de la santé du citoyen. Les mesuresde protection seront de mise”.À cette occasion, le ministre invite tousles commerçants à adhérer à l’effort natio-nal de lutte contre l’épidémie du Covid-19, en assurant la disponibilité des pro-duits et à des prix raisonnables.“Nous seront intraitables sur la questionde la spéculation. Les commerçants quipensent profiter du mois de Ramadanpour augmenter les prix, je pense qu’ilsont vu la rigueur de l’État”, a prévenu leministre qui fait référence aux nombressaisies de marchandises stockées par descommerçants, aux fins de spéculer sur lesprix. À chaque Ramadhan, les prix desproduits de consommation augmentent,particulièrement la veille et durant lespremiers jours. Jusqu’à présent, aucun

    gouvernement n’a réussi à lutter efficace-ment contre ce phénomène. Le ministretient à faire le distinguo entre les com-merçants honnêtes et les commerçantsvéreux. “Les spéculateurs seront radiés etplacés sur la liste noire et ne pourrontplus exercer d’activités commerciales”, a-t-il menacé. “Nous sommes en guerrecontre l’épidémie du Covid-19. Nous tra-versons un contexte particulier, et il nesera pas permis aux commerçants de réa-liser des profits au détriment du simplecitoyen”, rappelle Rezig.Le ministre assure de la disponibilité desproduits de consommation à Blida, hor-mis la semoule qui connaît des perturba-tions. Et pour le Ramadhan, il lance unappel à la population afin de rationaliserla consommation. D’autre part, Rezig apromis de réglementer le marché, une fois

    l’épidémie du Covid-19 dépassée.Le journaliste a interpellé le ministre, surle fait qu’il s’est fait remarquer par sessorties répétées sur le terrain, notammentdans les marchés de gros, des sorties qu’ilprend le soin de prendre en photo et demédiatiser à souhait, lui rappelant que desobservateurs considèrent que le commisde l’État fait dans le populisme. Ce que leconcerné assume complètement. “Je sor-tirai sur le terrain autant de fois qu’il lefaudra. Je suis un commis du peuple. Jene peux pas rester dans mon bureau quandj’entends que les prix de la pomme deterre flambent. Je continuerai à sortirmême si on dit de moi que je suis unpopuliste”, a-t-il lancé.

    R. N. .

    MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 2020 3EVENEMENT

    FORT TAUX DE DÉCÈS DU COVID-19 EN ALGÉRIE

    Les explications de Benbouzid

    RAMADHAN ET SPÉCULATION

    Rezig met en garde les commerçants

  • MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 2020

    13MONDE

    P rolongation du confinement, alorsque le Premier ministre BorisJohnson est toujours en convales-cence après sa sortie de l’hôpital.L'opposition britannique a essayé de met-tre un peu la pression sur ce sujet ce mer-credi. Keir Starmer, le nouveau chef duParti travailliste, a rendu publique une let-tre dans laquelle il exprimait sesdemandes. "J’appelle le gouvernement àprésenter une stratégie de sortie. Je nedemande pas une date précise. Je com-prends parfaitement que ça n’est pas réa-liste. Mais nous avons besoin d’en savoirplus sur les critères, les décisions prises,le cadre de ces décisions… Parce que jepense que les citoyens ont besoin de trans-parence et d’espoir, les citoyens ont besoinde réponses à ces questions, et ils aurontdavantage de confiance dans le gouverne-ment s’il se montre ouvert. LesBritanniques ont besoin de voir unelumière au bout du tunnel", dit ainsi lechef du Parti travailliste. Sauf que selon laBBC, le gouvernement a déjà tranché :"Parler d'une stratégie de sortie avant quenous n'atteignions le pic de l’épidémierisque de brouiller le message crucial, quiest que les gens doivent rester chez eux".Selon un sondage de l’institut YouGov,les Britanniques ont confiance à 68 % dansla stratégie de leur gouvernement, soit unehausse de 5 points de plus que la semainedernière, et une bonne surprise : avant sonhospitalisation, la stratégie de BorisJohnson avait été très critiquée. PourPhilippe Marlière, professeur de sciencespolitiques à l’university College deLondres, "cette hospitalisation, pour desraisons qui tiennent à un élan de sympa-thie, à l’émotion que son état a suscité,

    fait qu’il est renforcé. C’est une forme derésurrection politique. Boris Johnson a lesmoyens maintenant de prendre des déci-sions, notamment un renforcement duNHS, le système de santé britannique".Les inquiétudes sur le manque de masqueset de tests ou la difficile situation des per-sonnes âgées et des soignants dans lesmaisons de retraite, n’atteignent pas lapopularité du Premier ministre. Le défen-seur du Brexit qui a même salué dans unevidéo, après son hospitalisation, le per-sonnel médical étranger qui a pris soin delui. Près de 13.000 morts sont déjà àdéplorer dans les hôpitaux et une violenterécession se profile comme ailleurs dans lemonde, avec probablement deux millionsde chômeurs en plus, selon les prévisions.Mais le gouvernement a prévenu : pasquestion de dévier de la sortie de l'UE, pré-vue le 31 décembre. L’annonce a été faitece mercredi. Trois réunions de négocia-tions sont prévues ; la première se tiendra

    lundi prochain. Un choix difficile à com-prendre pour Philippe Marlière. "Je neconnais aucun commentateur ou expertdans le domaine médical ou politique quiconsidère que cette décision soit tenable,réaliste, ait un sens. Tout le monde la cri-tique en dehors des cercles du gouverne-ment. On considérait déjà dans des condi-tions normales qu’il serait très dur de pou-voir sortir, de régler tous les dossiers,l’économie, l’immigration, qui sont extrê-mement complexes et où il y a des diffé-rends importants avec l’Union européenne,d’ici le 31 décembre. Donc, avec cette pan-démie et la récession économique qui vas’ensuivre, ce n’est pas pensable."Inattaquable à court terme, Boris Johnsonva vite devoir mettre son capital politiqueà l’épreuve : dans quelques semaines, c’estcertainement lui qui devra trancher la ques-tion majeure du déconfinement, puisrépondre aux questions sur la gestion de lacrise.

    La grogne contre le confine-ment prend de l’ampleur auxÉtats-Unis. Alors que desmanifestations se sont dérou-lées dans une demi-douzained’Etats ces derniers jours,Donald Trump, qui prône aupupitre de la Maison Blanchele respect des consignes, asemblé les encourager surTwitter vendredi.En pleine crise du coronavirus,le Président américain a ciblétrois États dirigés par des gou-verneurs démocrates, tweetant,à quelques minutes d’intervalle: "Libérez le Minnesota !","Libérez le Michigan !" et"Libérez la Virginie". Pour cedernier état, il a ajouté, en réfé-rence au droit des Américains àporter des armes : "Et sauvezvotre formidable deuxièmeamendement. Il est assiégé !".Le gouverneur démocrate del’État de Washington, JayInslee, s’est aussitôt indigné

    estimant que ces tweets prési-dentiels encourageaient, "desactes dangereux et illégaux".Ces trois États sont dirigés pardes gouverneurs démocrates quiont ordonné à leurs habitantsde rester chez eux.La pandémie a fait plus de30.000 morts aux Etats-Unis,qui recensaient vendredi près de700.000 cas de coronavirus,selon l’université JohnsHopkins. Le Michigan compteprès de 2.000 morts, laVirginie 208 et le Minnesota87 décès.Dans ces États, des manifes-tants ont enfreint cette semainel’ordre de rester chez eux pourprotester contre le confinementet appeler leurs gouverneurs àrouvrir l’économie. Dans leMinnesota, à St Paul, ilsétaient justement plusieurscentaines vendredi rassembléssous le mot d’ordre "Libérer leMinnesota" devant la résidence

    du gouverneur Tim Walz,d’après la presse locale. ALansing, capitale du Michigan,ils étaient environ 3.000 mer-credi, parfois armés, à dénoncerla gouverneure démocrateGretchen Whitmer, certainsportant des banderoles enfaveur de Donald Trump,d’autres brandissant des fusilssemi-automatiques.Le gouverneur de Virginie,Ralph Northam a lui affirméqu’il n’avait "pas le temps de(s') engager dans des guerressur Twitter. Mon équipe et moisommes en train de mener uneguerre biologique contre levirus", a-t-il asséné devant lesjournalistes.Northam a promulgué récem-ment plusieurs lois pour limi-ter les ventes d’armes et aug-menter les contrôles sur lesacheteurs, ce qui pourraitexpliquer le tweet de DonaldTrump. Quant au dirigeant du

    Minnesota, Tim Walz, il arétorqué que sa "première res-ponsabilité était de protéger lapopulation.Si je pensais que nous pou-vions retourner travailler dèsdemain, c’est exactement ceque nous ferions. Il met desmillions de personnes en dan-ger d’attraper le Covid-19. Sestirades déséquilibrées et sesappels à - libérer - des Étatspourraient aussi mener à desviolences", a lancé Jay Inslay.De nouvelles manifestationssont prévues samedi, notam-ment à Concord dans le NewHampshire, Annapolis dans leMaryland, Austin au Texas etdans le Colorado.Selon un porte-parole deTwitter, ces tweets de DonadTrump sont trop "vagues etambigus pour que le réseausocial puisse en déduire uneintention de nuire" et les effa-cer.

    ROYAUME-UNI

    L’opposition met la pressionsur le gouvernement

    L'opposition britannique a essayé de mettre un peu la pression sur ce sujet ce mercredi.Keir Starmer, le nouveau chef du Parti travailliste, a rendu publique une lettre dans laquelle il

    exprimait ses demandes.

    ÉTATS-UNIS

    Les manifestations anti-confinementse multiplient

    CENTRAFRIQUENouveau pas

    franchi vers unemodification

    de la ConstitutionLe bureau de l’Assemblée nationale cen-trafricaine a déclaré, ce jeudi, la recevabi-lité du projet de loi modifiant le textefondamental. L’objectif, selon les initia-teurs du projet, est de combler unmanque de la Constitution qui ne prévoi-rait pas la vacance de la présidence en casdu report du scrutin pour cause de forcemajeure. La proposition vise les articles35 et 68 de la Constitution du 30 mars2016. L’article 35 modifié précise que sile processus électoral n’aboutit pas dansles délais, pour cause de force majeure,le président de la République en exercicereste en place jusqu’à la prise de fonctioneffective du nouveau président de laRépublique. Et ceci sans préciser de délaimaximum. L’article 68 modifié prévoitla même chose pour l’Assemblée natio-nale.Le mandat du président Faustin-Archange Touadéra prendra fin au plustard le 30 mars 2021. Les porteurs de ceprojet estiment que l’épidémie de coro-navirus risque de créer un report des élec-tions au-delà de cette date buttoir. Ilscraignent ainsi une vacance du pouvoiret refusent la possibilité del’organisation d’une nouvelle transitiondans le pays, déjà évoquée par certains.L’opposition, notamment la COD 2020,s’est déjà déclarée contre cette réformeassurant qu’il est "techniquement impos-sible, sur le plan du droit, de prolongerle mandat du président de laRépublique". L’opposition estime que ceprojet a pour seul but de maintenir leprésident Touadéra au pouvoir.

    HONGKONGArrestations

    dans les rangsdes militants

    pro-démocratieLa police d'Hongkong a procédé samedi18 avril à une dizaine d'arrestation dansles rangs des militants pro-démocratie,ont rapporté des médias et sources poli-tiques. Parmi les arrestations, figurecelle de l'avocat âgé des 81 ans MartinLee, figure du mouvement pro-démocra-tie, indique la chaîne de télévisionRTHK. Neuf anciens parlementaires ontégalement été arrêtés.La police d'Hongkong n'a pas confirméles arrestations, qui, selon les médias,sont liées aux deux grandes journées demanifestations des 18 août et 1er octobrede l'an dernier. Ces arrestations consti-tuent la plus importante répressioncontre le mouvement pro-démocratiedepuis le déclenchement des manifesta-tions anti-gouvernementales dansl'ancienne colonie britannique en juin2019. Elles surviennent après plusieursmois de calme relatif dans le contexte ducrise du nouveau coronavirus.Les autorités hongkongaises ont arrêtéplus de 7.800 personnes pour leur parti-cipation aux manifestations, dont ungrand nombre pour des accusationsd'émeutes pouvant entraîner des peinesallant jusqu'à dix ans de prison.

    Agences

    MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 20204 EVENEMENT

    Le Haut conseil islamique afait savoir dans uncommuniqué, que seule laCommission nationale de laFetwa est habilitée à seprononcer sur le mois sacré.Le HCI a réagi auxinformations “erronées”faisant croire à l’interdictionde jeûner.

    PAR FAYÇAL ABDELGHANI

    L e HCI a tenu à préciser, que “les infor-mations et rumeurs faisant croire quele jeûne du Ramadhan est interditdurant cette période de confinement, sonterronées et dénuées de tout sens”. Dansson site, le Haut conseil islamique a rap-pelé que “laCommission nationale au seindu ministère des Affaires religieuses etcomportant plusieurs experts théologiensest la seule autorité qui proclame les fet-was sur tout ce qui touche les questions duFikh”, y compris autour du jeûne du moisde Ramadhan. Le Haut conseil islamique aégalement déploré “une campagned’intoxication qui ces derniers temps a pro-pagé la proscription du mois deRamadhan”. En effet, le HCI qui estl’institution qui s’occupe des grandes ques-tions de la théologie islamique est consi-dérée comme garant de la stabilité des avisreligieux. Dans son communiqué, il estindiqué que “les imams ne peuvent rece-voir l’autorisation des avis religieux,qu’après consultations des hautes autori-tés”. Les rumeurs qui ont été propagéescomme une trainée en poudre ont tenté desemer la panique parmi les croyants, selonles termes du HCI. Le mois sacré et lejeûne ne se posent pas, du moment que“c’est une obligation religieuse pour lesmusulmans” et sauf avis médical, “lescitoyens sont appelés à observer le jeûneen s’adaptant à la nouvelle réalité”, qui vaobliger les populations à se plier aux exi-gences préventives contre le coronavirus.A propos des avis religieux qui se multi-plient ces dernières semaines sur lesréseaux sociaux, le ministre des Affairesreligieuses et des Wakfs a souligné dansune intervention via visioconférenceavant-hier, que “les cadres du ministère etles différents responsables sont appelés àprendre en charge les questions religieuses

    des citoyens, à travers les plate-formesnumériques”. Pour cette année, le ministreYoucef Belemehdi a indiqué que“l’annulation de déplacement des imamsdevant aller en France pour officier lesprières de Tarawih à la communauté natio-nale”. Il a également fait savoir que “legouvernement aura à décidé des mesures àprendre durant le mois de jeûne”, sans

    souffler mot si les mosquées serontouvertes ou pas. Par ailleurs, le ministre asouligné “la nécessité de poursuivre lescours pour les instituts d’études coraniquesqui doivent achever leur cursus vial’utilisation des moyens technologiquesappropriés”.

    F. A.

    Les recommandations du Conseil desoulémas d’Arabie SaouditeÀ quelques jours du début du mois duRamadhan, qui survient cette année enpleine épidémie de coronavirus, leConseil des Oulémas, plus haute autoritéreligieuse d’Arabie Saoudite, a émis unesérie de recommandations aux fidèles dumonde entier, afin d’observer le jeûne touten préservant la santé publique.Dans un communiqué du Conseil, reprisce dimanche 19 avril par le journal Al-Ryadh, les Musulmans sont appelés à “seconformer strictement aux recommanda-tions des autorités compétentes de leurpays ou du pays de leur résidence, visantà préserver la santé publique et à freiner lapropagation de l’épidémie du coronavi-rus”.Le Conseil autorise par ailleurs lesfidèles, à effectuer les prières obligatoireset surérogatoires (tarawih) chez eux, si les

    autorités compétentes de leur pays ou dupays de leur résidence venaient à prendreune telle décision.L’autre recommandation émise est d’“éviter les rassemblements, sachant qu’ilsconstituent le facteur principal de propa-gation du virus suivant les rapports médi-caux”. Les jeûneurs sont donc appelés àprendre les repas de la rupture du jeûne(iftar) et celui de la fin de la nuit (sou-hour) chez eux, par souci de préserver leursanté et celle d’autrui.Enfin, concernant les actes de bienfai-sance durant le mois sacré, le Conseilrecommande d’effectuer les dons dans lescadres qui ne soient pas en porte-à-fauxavec les décisions des autorités interdisantles bousculades, les rassemblements ettout autre comportement susceptible defavoriser la propagation du virus.

    R. N.

    CONFINEMENT

    Des coursde formationprofessionnellediffusés surl’ENTV

    Des cours de formation professionnelle, auprofit des stagiaires du secteur, seront diffu-sés à partir de la semaine prochaine sur laTélévision étatique, suite aux mesures deconfinements décidées dans le cadre de lalutte contre le coronavirus, a annoncé laministre de la Formation et del’Enseignement professionnels, HoyamBenfriha, citée par l’agence officielle APS.Cette opération sera supervisée par le minis-tère de la Formation et de l’Enseignementprofessionnels, en coordination avec leministère de la Communication, indique laministre qui précise que cette opération aentre autres objectifs de donner l’occasionaux stagiaires de suivre leurs cours.L’opération concerne dans un premier temps,des cours de formation dans cinq spécialités,pour comprendre. Par la suite et de manièreprogressive, 29 autres spécialitéss’ajouteront, notamment les domaines detourisme, mécanique automobile, mainte-nance industrielle et électronique.Mes cours seront dispensés par des ensei-gnants et formateurs du secteur de laFormation professionnelle, selon un calen-drier fixé qui sera publié sur le site électro-nique duministère, précise Hoyam Benfriha.La ministre de la Formation professionnellea par ailleurs indiqué, que son secteur a réa-lisé 1,4 million de masques “fournis aux dif-férents secteurs qui en ont besoin, et ce envue de coordonner les efforts de lutte contrele coronav irus”, a-t-elle fait savoir.

    RAPATRIEMENT DES FRANÇAIS

    Deux volssupplémentairesd’Air Franceà partir d’Alger

    La compagnie Air France et les servicesconsulaires français vont organiser encoredeux vols de rapatriement, le mardi 21 avrilet le samedi 25 avril, au départ d’Alger à des-tination de Paris-Charles de Gaulle, selon Airjournal. Ces vols spéciaux sont réservés uni-quement “aux Français de passage enAlgérie, aux ressortissants franco-algérienset aux Algériens possédant un titre de séjouren France en cours de validité”, rappelle leConsulat de France à Alger. Le Consulat rap-pelle que toutes les personnes souhaitantregagner la métropole doivent disposerd’une attestation disponible sur le site duministère de l’Intérieur. Avec la fermeture desfrontières en raison de l’épidémie du corona-virus, pas moins de 31.000 français ouFranco-algériens, se sont inscrits sur la listeouverte par les services consulaires deFrance en Algérie, en vue d’un rapatriement.

    R. N.

    PAR RAHIMA RAHMOUNI

    Le ministre de l’Industrie et des Mines,Monsieur Ferhat Ait Ali Braham, a donnédes instructions aux P-dg des Groupesindustriels et les responsables des orga-nismes sous tutelle, concernant le licen-ciement d’employés d’entreprises et orga-nismes ne respectent pas les règles et pro-cédures établies par la réglementation envigueur et appelle au respect des procé-dures de gestion des relations de travail, aindiqué hier dimanche le ministère del’Industrie, dans un communiqué publiésur sa page Facebook.

    “Il m’a été donné de constater par le biaisdes différentes requêtes parvenues à messervices, que plusieurs cas de licenciementd’employés d’entreprises et organismes nerespectent pas les règles et procédures éta-blies par la réglementation en vigueur”, asouligné le ministre.En premier lieu, M. Ait Ali a tenu à rap-peler aux responsables des organismessous sa tutelle que “le licenciement profes-sionnel doit obéir aux critères édictés etprouvés, à savoir : la faute oul’insuffisance professionnelle”.A ce titre, les motifs de licenciement doi-vent être réels, reposant sur des faits objec-

    tifs (vérifiables), loin d’une simpleimpression ou jugement subjectif, justi-fiant le licenciement, eu égard à l’impactde la faute commise par rapport à l’intérêtde l’entreprise, explique M. Ait Ali.Par ailleurs, le ministre a fait savoir quedes jugements rendus par des tribunauxcompétents, ordonnant la réintégration decertains employés dans leurs postes de tra-vail ainsi que, des décisions del’Inspection générale du travail, n’ont pasété exécutés par les responsables des entre-prises concernées.Face à de telles pratiques, le ministre del’Industrie estime, qu’il est nécessaire de

    remédier immédiatement à cette situationet de veiller, à l’avenir, au respect des pro-cédures de gestion des relations de travail,en faisant prévaloir le rôle de chacun desorganes institués à cet effet, enl’occurrence le Comité de Participation etla Commission Paritaire, comme ins-tances internes, d’une part, et, l’Inspectiongénérale du travail et les instances juridic-tionnelles compétentes, pour le recoursexterne, d’autre part.Le ministre a exprimé son attachement “àla mise en œuvre rigoureuse du contenu dela présente instruction”.

    R. R.

    LE HCI RÉPOND AUX DÉTRACTEURS

    La Fetwa sur le Ramadhanest du ressort de l’Etat

    LICENCIEMENTS ABUSIFS

    Ferhat Aït Ali recadre les employeurs

    Ramadhan et coronavirus

  • MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 202012 SANTE

    Comme pour la grippe ou lerhume, les postillons sont levecteur privilégié detransmission d'Homme àHomme du Sars-CoV-2, lecoronavirus responsable de lamaladie Covid-19. Ainsi, unepersonne saine peut êtreinfectée par inhalation demicrogouttelettes lorsquequ'un individu, porteur duvirus, tousse ou parle. Maisque savons-nous de la duréede vie des postillons dans l'airou sur une surface ?

    C haque virus a ses propres caractéris-tiques de transmission, qu'on peutdiviser en trois grandes catégories,rappelle François Renaud, biologiste del'évolution des maladies infectieuses : latransmission vectorielle, qui a besoin d'unvecteur, comme le moustique pour infecter(chikungunya, zika...), par contact avecles fluides humains, comme le VIH ouEbola, et par voie aérienne et postillons,comme la rougeole, la grippe, les rhumeset le Sars-CoV-2, le virus responsable dela maladie Covid-19. Cette dernière caté-gorie est la plus difficile à contrôler. LeSars-CoV-2 est un filament d'ARN encap-sulé qui entre dans une cellule pour s'yreproduire, et en contaminer d'autres. Ilvient ensuite coloniser les cellules desvoies respiratoires, sa cible privilégiée, ausein desquelles il produit des virions, par-ticules virales infectieuses.

    Les portes d'entrée et de sortie duvirus

    Lorsqu'une personne malade tousse ouéternue, elle expectore une nuée de pos-tillons qui sont autant de missiles porteursdes virions conçus au sein du système res-piratoire. Ces postillons, des gouttelettesissues du système humide de nos voies

    respiratoires et notre gorge, sont aussiexpulsés lorsque nous parlons - en moin-dre quantité mais potentiellement conta-gieux aussi. Une personne saine va doncs'infecter par inhalation des gouttelettesémises par quelqu'un de contaminé.La porte de sortie du virus, c'est la bouche,la porte d'entrée principale, ce sont lesmuqueuses de la bouche et du nez. Il peutaussi pénétrer par les yeux. Le Covid-19peut également se contracter par manupor-tage : lorsqu'une gouttelette infectéetombe sur un objet, elle y laisse unecharge virale un certain temps. Ons'infecte alors via la main si on la porte auniveau de nos muqueuses.

    Un seul postillon peut-il suffire àinfecter ?

    On ne sait pas, car on ignore encore quelleest la charge minimum pour attraper leCovid-19. De même, si un postillon atter-rit sur une surface, celle-ci sera infectéeplus ou moins longtemps en fonction dumatériau car la - qualité - du virus contenudans la gouttelette diminue avec le temps.Un postillon est de l'eau qui reste, grâce àla tension superficielle de l'eau, dans sonétat de goutte, à l'intérieur de laquelle levirus est piégé. La gouttelette commenceà retomber par terre au bout d'un à deuxmètres, en moyenne, du fait de la gravité.D'où les mesures de distanciation sociale.

    Une transmission par aérosolest-elle possible ?

    Mais une grande inconnue demeure : levirus peut-il survivre en aérosol, dans desgouttes plus petites (moins de 5 micromè-tres), voire quand l'eau s'est évaporée ? Etdonc rester actif en suspension dans l'air,comme c'est le cas notamment de la rou-geole ? Auquel cas on ne serait plus proté-gés par la gravité, et on pourrait se conta-miner rien qu'en passant dans une pièce oùun malade a toussé quelques heuresavant...Les Académies américaines des sciencesont récemment fait part d'informations fai-sant pencher la balance en faveur d'unetransmission du virus par des bioaérosols,

    et non plus seulement par les gouttelettesprojetées directement sur le visage ou dessurfaces. Dans une étude, des chercheurs del'université du Nebraska ont notammentretrouvé des portions du code génétique duvirus dans l'air expulsé par des maladesCovid-19. Ils ont trouvé de l'ARN devirus au bout de deux heures. On ne saitpas en revanche s'il était encore infectieux.Cette question de la présence du virus dansles aérosols est primordiale, cela voudraitdire qu'il flotterait dans l'air et sortiraitmême par le nez ; il faut attendre d'autresétudes scientifiques pour le savoir.

    Quelles séquelles pour les survi-vants des formes sévères ?

    Les patients atteints du Covid-19, passésen réanimation ou atteints de formessévères, présentent des complicationsmajeures à la maladie, pouvant affectertoutes les fonctions du corps. Cesséquelles parfois impressionnantes sont-elles réversibles ?Des milliers de personnes sont hospitali-sées pour une infection au coronavirus,dont des centaines de cas graves en réani-mation. Bien heureusement, la grandemajorité de ces patients vont se réveiller,parfois après plusieurs semaines de comaartificiel. Pour ces derniers, ainsi que pourtous les patients touchés par les formesgraves de Covid-19, le retour à la normaleva cependant s'avérer long et difficile. Ilest encore bien trop tôt pour connaîtreexactement les séquelles à long terme cau-sées par la maladie, mais plusieurs étudesont récemment mis en évidence des signesinquiétants.

    Intubation et coma artificiel :des risques de complication

    majeursTout d'abord, une longue période passéesous intubation entraîne elle-même descomplications. Le fait d'être intubé, ven-tilé, sédaté, provoque un hyper-métabo-lisme du corps, qui fait que l'onconsomme trop de calories, donc les mus-cles fondent. On peut donc avoir des diffi-cultés de retour à la marche. Il y a aussi un

    risque d'insuffisance rénale et de throm-bose vasculaire dû à l'immobilisation.La plupart des séquelles causées par lamaladie ne sont pas dues au virus lui-même, mais à l’inflammation provoquéepar une réponse immunitaire trop forte,qui peut endommager les poumons, maisaussi le cœur, les reins, le foie ou le cer-veau. Le syndrome de détresse respiratoireaiguë, l'un des symptômes les plus gravesengendrés par le Covid-19, peut ainsi cau-ser une fibrose pulmonaire, une mauvaisecicatrisation du tissu conjonctif des pou-mons qui mène à une diminution des capa-cités respiratoires. Cela concernerait envi-ron 10 % des patients atteints du SDRA.D'autres organes risquent de trinquer. Uneétude publiée en avril dans la revue JAMAévoque ainsi une infiltration du myocardepar des cellules inflammatoires pouvantentraîner une myocardite. Une autre étudesuggère que le virus pourrait affecter lesystème nerveux central, avec des mani-festations neurologiques comme des pertesde conscience et des troubles cérébrovascu-laires aigus. Des troubles pouvant toute-fois provenir des sédatifs administrés oudu manque d'oxygénation du cerveau quientraîne la mort des neurones.

    Une longue rééducation, mais unespoir de rémission totale

    Il y a enfin les séquelles psychologiques,bien plus difficiles à évaluer. Une étudemenée auprès de patients atteints du Srasen 2003 montre que plus d'un patient surtrois présente des signes de dépression,d'anxiété ou de symptômes post-trauma-tiques plus d'un an après la maladie.Toutes ces séquelles sont-elles uniquementtransitoires ou sont-elles définitives ?Ce que l'on sait sur la grippe, dans les casles plus sévères, c'est qu'il faut 6 à 9 moispour avoir des tests respiratoires quireviennent à la normale. Mais quelle quesoit la sévérité des atteintes pulmonairesque l'on voit aujourd'hui chez les patientsquand ils sortent, ils ont vraiment uneprobabilité extrêmement forte de revenir àune vie normale. Même si cela passe parune longue période de rééducation à lamarche et à la respiration.

    Durée de vie du postillon, arme fataledu coronavirus !

    Les Syndicats de l’éducationont proposé de débloquerl’argent des œuvres sociales,pour aider les maladesatteints du coronavirus. Ilsappellent le président de laRépublique pour actionner lasolidarité à l’approche du moissacré.

    PAR FAYÇAL ABDELGHANI

    Lors d’un point de presse à Alger, les dif-férents syndicats présents ont déclaré que“le ministre de l’Education nationale doitdébloquer l’argent des œuvres sociales, afinde le consacrer aux familles pauvres dontceux de leurs membres ont été atteints parle coronavirus”. Un montant de 1.000 mil-liards de centimes a rappelé le président duSNTE, Abdelkrim Boudjenah, qui setrouve actuellement gelé depuis un an et

    auxquels les syndicats ont appelé à leconsacrer comme action de solidaritéenvers le personnel du secteur surtout descorps communs aux bas salaires et à ceuxqui souffrent de maladies chroniques. “Lasituation devient urgente pour ces famillesqui sont dans l’incertitude après avoirfermé les établissements scolaires etdurant ce confinement”, a souligné un desresponsables du FNTE, en estimant que“le dialogue sur les moyens concrets pourla solidarité doivent être discutés avec lesautorités publiques, afin de voir un moyenefficace de solidarité”. A quelques jours dumois du Ramadhan, les Syndicats del’éducation proposent une actiond’envergure envers ces familles aux faiblesrevenus. C’est ce que souhaite le Syndicatdes travailleurs de l’éducation aile duSNAPAP qui appelle à “l’intervention duprésident de la République, à prendre lesmesures nécessaires pour consacrer cesfonds uniquement dans ce contexte de lacrise sanitaire due au coronavirus”. Il fautrappeler à cet effet, que l’argent des œuvres

    sociales a été bloqué sur décision ministé-rielle à la fin de 2019, suite à la suspen-sion de la commission qui était chargéecomme responsable de la gestion de cesdeniers issus des cotisations des travail-leurs. En attendant, les différents syndicatsespèrent qu’une partie de ces fonds seraconsacrée à bon escient, si le gouverne-ment mettrait une disposition spécialepour débloquer ces fonds gelés. Prenantacte des dernières décisions du gouverne-ment pour élargir les actions de solidaritépartout, les partenaires sociaux du secteurde l’éducation ont déclaré, que “les consul-tations entre différents syndicats ont aboutià mettre sur pied un dispositif d’aide auxfamilles démunies, à travers des cotisa-tions des travailleurs du secteur”. De soncôté, l’UNPEF se dit mobilisée pour“apporter un soutien financier et mêmesen denrées alimentaires aux travailleurs quisont en confinement et qui ne peuventcouvrir leurs besoins durant le mois deRamadhan”.

    F. A.

    MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 2020 5EVENEMENT

    LES SYNDICATS DE L’ÉDUCATION PROPOSENT

    L’argent des œuvres socialespour la solidarité

    MALGRÉ UNE CRISE SANITAIRE INÉDITE

    Préparatifs pour l’accueil du moisde Ramadhan

    PAR IDIR AMMOUR

    Comme chaque année, les ménages algé-riens se préparent depuis déjà plusieursjours, pour accueillir “Sidna Ramadhan”,dans la pureté et la propreté. En effet, c’estdans une ambiance de piété et de profondrespect des coutumes et traditions, affi-chant leur attachement à la manière de seconduire et d’accomplir le jeûne. Et ce,malgré une crise sanitaire inédite, quenous traversons. En effet, d’un point devue social, pas de doute qu'avec lesmesures anti-coronavirus, les pratiques etles habitudes de ce mois de jeûne musul-man seront perturbées. Sans soirées entreamis dans les cafés le soir, sans sorties enfamille dans les rues qui revivent la nuitaprès la torpeur de la longue journée dejeûne, sans les prières où on récite à laMosquée l'intégralité du Coran tout aulong du mois sacré. Face à cette situation

    exceptionnelle et à quelques jours du moissacré, les choses vont bien que mal, pourl’ensemble des familles où l’inventivitécollective pour trouver des solutions mini-misant l’impact psychologique négatif decet isolement contraignant. A commencerpar le nettoyage à fond de leurs maisons àgrande eau et à la peinture. La course effré-née sur les rares espaces commerciaux estde mise, malgré le semi-confinement. Lesménagères n'arrêtent pas de chercher denouvelles vaisselles, de nouveaux rideauxet des ingrédients essentiels pour les platsdu mois du Ramadhan, avons-nousconstaté. Sur le Web, des plateformescommerciales ont trouvé à cette occasionleur Eldorado : les ventes explosent.D'ailleurs, plusieurs ministères vont lan-cer, dès le 18 avril, une “initiatived'urgence”, pour soutenir les opérateursd'e-commerce, afin de permettre auxAlgériens de se faire livrer leurs denrées

    alimentaires via des plateformes numé-riques; comme Jumia, Batolis, Easy-relay,Yassir; et des groupes d'auto entrepreneursdans le secteur du transport. Il est par ail-leurs important de noter, que les autorités,de leur coté, ont tout de même exigé pourcette année des mesures strictes destinées àstabiliser le marché et des commissions decontrôle de prix seront sur le terrain. Celapermettra de suivre l’évolution des prix, decontrôler la qualité et la disponibilité desproduits sur les étals et d’apporter lesmesures correctives adéquates en cas dedysfonctionnements. Aussi, le ministèrede l’Agriculture avait assuré en diversesoccasions “qu’il n’y aura pas de pénurie dedenrées alimentaires et que les prixdevraient se stabiliser pendant le moissacré”. Et même “les prix de certains pro-duits, comme la viande blanche, devraientbaisser de manière significative”.

    I. A. .

    CONTACT AVEC LES CASDU COVID-19

    Dépistagedu personnel

    de la santé à OranLa Direction de la santé et de lapopulation (DSP) de la wilayad’Oran lancera, dans les jours àvenir, une campagne pour dépisterle personnel de la santé en contactavec les cas du coronavirus (Covid-19), a indiqué hier à l’APS, lechargé de la communication de cetétablissement.Un peu plus de 300 personnes tra-vaillant dans des services quiaccueillent les cas du coronavirus,devraient subir des tests, a affirméle Dr Youcef Boukhari, ajoutantque la campagne a été validée parl’institut Pasteur.“Nous attendons de recevoir la tota-lité des listes nominatives des per-sonnels à dépister, qui incluent lesmédecins, les paramédicaux, lesfemmes de ménage, les chauffeursd’ambulance ainsi que toute per-sonne travaillant de manière directeavec les cas du Coronavirus”, a-t-ilnoté.L’opération vise à identifier les per-sonnes affectées, parmi les équipesmédicales et le personnel de sou-tien, pour les mettre sous traite-ment et ainsi préserver leur santé,et celle des leurs, explique le mêmeresponsable.Plusieurs décès ont été annoncés enAlgérie, et partout dans le monde,de médecins et de paramédicauxinfectés par le coronavirus, aucours de l’exercice de leurs mis-sions.Le dépistage du personnel de lasanté est une démarche qui vise àdétecter les cas d’infection et lesmettre sous traitement, évitant ladégradation de la santé, notammentdes plus vulnérables et baisser lacharge virale pour les bien por-tants, pour qu’ils cessent d’êtrecontaminants, a-t-on encore expli-qué.

    AUTORISATIONS DE CIRCULERPENDANT LES HEURES

    DE CONFINEMENT

    Elles restentvalides

    jusqu'au 29 avrilLes autorisations exceptionnellesde circuler, délivrées dans le cadredu confinement sanitaire lié à lalutte contre le coronavirus jusqu'au19 avril écoulé, restent validesjusqu'au 29 avril suite au prolonge-ment dudit confinement, ontannoncé hier les services de lawilaya d'Alger.Le document en question est déli-vré par les services des Directionsde la réglementation et des affairesgénérales des wilayas, ainsi que parles wilayas déléguées et les dairassur la base d'une demande appuyéed'un justificatif, pour le besoin decirculer pendant la période de confi-nement.

    R. N.

  • PAR BOUZIANE MEHDI

    A u cours du premier trimestre 2020,pas moins de cent-soixante-cinq(165) cas de piqûres de scorpionsont été enregistrés dans la wilayad’Ouargla, ont indiqué, mardi 14 avril, lesresponsables de la Direction de la santé, dela population et de la réforme hospitalière(DSPRH). Selon l’APS , le responsable duservice de la prévention à la Direction de lasanté, Mohamed Lâaroussi, a précisé quela "majorité des cas victimes de piqûres descorpions (âgés entre 15 et 49 ans), ont étérecensés à domicile notamment en période

    nocturne, durant le mois de mars dernier,contre un faible chiffre de 13 cas seulementen janvier".Au cours de l’année 2019, pasmoins de 3.040 piqûres de scorpionsavaient été enregistrées dans la wilayad’Ouargla, où cinq (5) décès ont été déplo-rés, soit trois (3) victimes au niveau dusecteur sanitaire d’Ouargla et deux (2)autres au niveau du secteur sanitaire deTouggourt, a rappelé le même responsa-ble, ajoutant que dans le cadre de la luttecontre ce phénomène, le service de la pré-vention entend lancer en mai prochain, encoordination avec l’Association de luttecontre l’envenimation scorpionique, une

    vaste campagne de sensibilisation, dont leprogramme prévoit la distribution dedépliants riches en informations sur lesdangers encourus de l’envenimation, lesprécautions et mesures à prendre, en sus del’animation projetée des émissions radio-phoniques. Le responsable du service de laprévention à la Direction de la santé a faitsavoir qu’à "ces efforts de lutte vient segreffer le lancement de la campagneannuelle de collecte de l’insecte venimeux,dont la dernière en date (2019) avait donnélieu à la collecte de plus de 50.000 scor-pions".

    B. M.

    En marge du lancement de lacampagne de moisson du maïs,une convention encadrant lacommercialisation du maïs aété signée, à Adrar, entre leGroupe avicole de l'Ouest(GAO, filiale de l'Onab) et desagriculteurs locaux, a indiquél’APS , ajoutant que le direc-teur central au ministère del'Agriculture et duDéveloppement rural, chargéde la régulation et du dévelop-pement de la production agri-cole, Mohamed Kherroubi, aprécisé que la "convention pré-voit la prise en charge par leGoupe avicole de l'Ouest,unité de Bougtob (El-Bayadh),la production de maïs à partird'un point de collecte à Adrar,moyennant un montant de4.500 DA/quintal, dont 2.000DA de soutien, et qu’ elle inter-vient en application des orien-tations des hautes autorités dupays pour l'accompagnementet la promotion de cette filièreagricole, qui a connu unengouement dernièrement dansla wilaya d'Adrar, en plusd'encourager les agriculteurs àl'intensifier et à accroître sesrendements, au vu de son

    importance comme apportfourrager". Pour cela, M.Kherroubi a appelé les agricul-teurs à "l'organisation de cetteactivité en se structurant engroupements et coopératives,en vue de faciliter aux pouvoirspublics leur accompagnementet soutien direct, loin de toutesmédiations ou spéculations",soulignant que sa présencepour présider, au nom duministre du secteur, le lance-ment de cette campagne demoisson de maïs, "traduit lavolonté d'encourager les agri-culteurs à revenir à la maïsicul-

    ture et à accroitre sa produc-tion, de sorte à rationaliser lesdépenses et réduire la factured'importation". Il invitera lesacteurs concernés, dont lesoffices et les laboratoires tech-niques, à accompagner le déve-loppement de la filière, étendreles superficies qui lui sontconsacrées, élever ses rende-ments et réduire les chargessupportées par les agriculteurs,notamment celles du transportdes récoltes.M. Kherroubi a soutenu que"cet appui va se renforcer aussiavec l'ouverture de points de

    collecte de maïs et la disponi-bilité des facteurs de production(semences, engrais et autres),en plus de leur accompagne-ment à travers la couverture-assurance des récoltes et lefinancement bancaire, dans lebut de préparer les bonnesconditions de lancement de lacampagne labours-semailles enjuillet prochain, et il a saisil'opportunité pour écouter lesdoléances des agriculteurs etinvestisseurs intéressés par lamaïsiculture, qui se sont arti-culées autour notamment de lamise en place d'un programmeà long terme à même d'assurerune stabilité de l'activité qui,en raison d'une absence degarantie de l'écoulement de laproduction, a démotivé nombred'entre eux et entrainé uneréduction des superficiesdédiées à la culture du maïs etdonc une baisse de la produc-tion". A travers cette conven-tion, les agriculteurs voient, deleur côté, un bon signe àmême de les encourager à reve-nir à leur mode de culture alter-née dans la même année.

    APS

    MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 2020 11

    BECHARPrise en charge

    du personnel médicalet paramédicalà l’hôtel Antar

    Le personnel médical et paramédical soi-gnant, au nombre de soixante-sept (67),dont des spécialistes en épidémiologie,sont actuellement pris en charge à l’hôtelAntar à Béchar, dans le cadre de la luttecontre la pandémie du nouveau coronavi-rus (Covid-19). L’établissement hôtelier aété choisi par les responsables de la cellulelocale de crise intersectorielle pour la priseen charge de ce personnel médical et para-médical et tous les moyens sont mobili-sés pour qu’ils soient dans de bonnesconditions d’hébergement et de restaura-tion, de par leur contribution à la préven-tion et à la lutte contre le Covid-19. Laprise en charge de ce personnel médical etparamédical entre dans le cadre desmesures préconisées par le président de laRépublique pour faire face à l’actuellepandémie du coronavirus. Ce personnelexerce actuellement au niveau de la cli-nique ophtalmologique algéro-cubaine etdu centre de lutte contre la toxicomanie,deux établissements dédiés aux soins despersonnes atteintes du coronavirus.

    BATNAProduction de 140.000bavettes médicales

    Le secteur de la Formation et del’Enseignement professionnels de Batnaprévoit la production de 140.000 bavettesmédicales et 2.600 combinaisons de pro-tection destinées au corps médical pourconforter les efforts déployés localementdans la lutte contre la propagation duCovid-19. Ces articles de protection sontconfectionnés dans 20 ateliers ouverts àtravers 15 centres de la formation et del’enseignement professionnels dans lawilaya. Cette initiative de solidarité àlaquelle ont contribué des bienfaiteurs enassurant la matière première, a connu unengouement remarquable de la part desemployés de ce secteur depuis son lance-ment, il y a 2 semaines avec 3 ateliersouverts dans un premier temps dans uncentre de la formation professionnelle duchef-lieu de wilaya.

    ILLIZIDisponibilité de

    stocks de produitsalimentaires de baseLes services du secteur du commerce de lawilaya rassurent les citoyens quant à ladisponibilité de l’ensemble des produitsalimentaires de large consommation, àl’instar de la semoule, de la farine, despâtes alimentaires, des légumes secs etautres. Ces produits sont disponiblesdans les 5 points de vente (Illizi, In-Amenas, Djanet, Bordj-Omar-Idriss etDebdeb) de la filiale du groupe Agrodiv eten quantités suffisantes. Les services ducommerce appellent, par ailleurs, lescitoyens à signaler toute pratique commer-ciale illicite, notamment la hausse illicitedes prix et la spéculation des marchan-dises, surtout en cette conjoncture sensi-ble que traverse le pays du fait de la pro-pagation du coronavirus dans le monde.

    APS

    OUARGLA, ENVENIMATION SCORPIONIQUE

    165 cas enregistrés durantle 1er trimestre 2020

    La majorité des cas victimes de piqûres de scorpions ont été recensés à domicile notamment enpériode nocturne, durant le mois de mars dernier, contre un faible chiffre en janvier.

    ADRAR, COMMERCIALISATION DU MAÏS

    Signature d’une conventionGAO- Agriculteurs

    6 PUBLICITÉ MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 2020

    Midi Libre n° 3975 - Lundi 20 avril 2020 - 2016 007 205

    08

    Le dossier de candidature, l’offre technique et l’offre financièresont insérés dans des enveloppes séparées et fermées indiquant ladénomination de l’entreprise la références et l’objet de l’appeld’offre, ainsi que la mention “dossier de candidature, “offre tech-nique, “offre financière”. Ces enveloppes sont mises dans uneautre enveloppe fermée et anonyme comportant la mention ;

  • Impact de la crise mondiale2020 : croissance négative,

    endettement croissant des Etatset incidences sociales

    Pages 8-9ÉCONOMIE

    Comparable à une guerre avec un ennemi sans visage, l’épidémie de coronavirus a un impact sur l’économiemondiale qui connaîtra en 2020 trois chocs : un choc de l’offre avec la récession de l’économie mondiale, un choc

    de la demande du fait de la psychose des ménages et un choc de liquidité.Par Pr Abderrahmane Mebtoul

    MIDI LIBREN° 3975 | Lundi 20 avril 202010 PUBLICITE

    Référence : Emploipartner-1406Poste : Emploi Partner recrute pour BTMATMEDCOUN DIRECTEUR COMMERCIALETMARKETING• Le Directeur commercial et marketing a une doublemission de stratégie et management.• D’une part, il développe une stratégie relative à l’ensembledes produits issus de l’entreprise, en élaborant des plansmarketing (analyse du marché, détermination des cibles,choix des axes publicitaires), en adaptant constamment sesplans par rapport à l’évolution du marché, en concevant etmettant en place des actions promotionnelles destinées àdévelopper les produits et à en optimiser les ventes.• D’autre part, il doit manager son équipe pour assurer ledéveloppement du chiffre d'affaires, l'augmentation de laproductivité et le rendement de chacun. Au quotidien, ilforme et anime les équipes commerciales et marketing dontil fixe les objectifs et suit les réalisations. Il coordonne lesétudes marketing, supervise les processus decommunication, l''administration des ventes, travaille à lacréation et au lancement de nouvelles offres, se met en quêted'éventuels clients

    Missions :• Analyse les études et les remontées d'informations duterrain issues de la force commerciale et technique, pourmieux cerner les tendances et les composantes du marché etson évolution• Evalue le positionnement de la société sur le marché,• Suit l’amélioration de l’évolution des parts de marché,• Définit les moyens adéquats pour développer l'offre de lasociété et la réalisation des objectifs: structuration de laforce de vente, outils d'aide à la vente, administration desventes,• Veille au bon dimensionnement de l'équipe commerciale etrecrute le cas échéant en collaboration avec le RH desstagiaires pour la réalisation de missions ponctuelles et demarketing• Détermine les meilleurs arguments et les meilleurssupports à utiliser tenant compte de l'environnement et dumarché puis propose à la DG une stratégie decommunication adaptée• Participe à l'élaboration et valide les outils d’aide à lavente (argumentaire, outils promotionnels…)• Définit les modalités d’assistance et conseil pertinents auxclients• Coiffe et valide l’élaboration des kits de communication,• Participe à la réalisation des publications (bulletins,plaquettes….)• Veille à la diffusion des supports d’information,• Prend en charge l'organisation d'événements visant àpromouvoir l'offre de la société : salons, séminaire...• Manage et supervise les processus de ventes, delancement et de communication des produits• Suit l’avancée des produits concurrents et met en œuvredes approches marketing et commerciales adaptées etinnovantes• Suit et valide l’analy