FRANÇOIS HOLLANDE - snac.fr ?· FRANÇOIS "HOLLANDE Madame Simone Douek Présidente SNAC 80, RueTaitbout…

  • Published on
    13-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • FRANOIS"HOLLANDE

    Madame Simone DouekPrsidenteSNAC80, RueTaitbout75009 PARIS

    Paris, le 1 Q AVR, 2012

    Madame la prsidente,

    Je vous remercie de votre lettre et de l'important questionnaire qui lui est joint. Depuisplusieurs mois, j'ai eu l'occasion de m'exprimer sur les diffrents sujets qui vousproccupent, soit dans la presse crite, soit lors de mes interventions au Bis de Nantesou au Cirque d'hiver l'occasion de la soire Gnration-Cration .

    L'intitul de cette manifestation dit dj l'importance que j'attache aux artistes, auxauteurs et la cration dont ils sont les acteurs. Une socit sans auteurs, sanscompositeurs serait une socit morte, sans liens, sans imaginaire, sans projets.

    Or, la cration est chose fragile. Il faut donc l'encourager en aidant les vocations cloreet en prparant le public la comprendre et la recevoir. Tels sont les objectifs du plannational pour l'ducation artistique et culturelle sur lequel je me suis engag. Lesenseignants qui en auront la charge recevront une formation adapte et des mesuresseront prises pour faciliter l'intervention des auteurs et des artistes.

    Les mtiers de la cration sont des mtiers fragiles et incertains d'autant plus qu'ils sontactuellement soumis aux effets de la rvolution numrique qui affecte tout la fois lesprocessus de cration, de production et de diffusion des uvres.

    Dans ce contexte, il faut d'abord dfendre clairement le droit moral et patrimonial desauteurs personnes physiques. Lui seul peut garantir le contrle de l'uvre et son devenirtout en assurant une rmunration quitable de la cration. La rvolution numrique nedoit pas tre l'occasion de remettre en cause ce droit. Il faut, au contraire le faireappliquer dans tous les domaines culturels quelques soient les technologies de crationou de diffusion utilises.

    Il faut ensuite accompagner les crateurs tout au long de leur carrire et leur assurer,comme pour les autres professions un droit la formation continue et, si ncessaire, lareconversion.

    S'agissant de l'audiovisuel, j'ai indiqu qu'il devenait ncessaire d'tendre l'ensembledes oprateurs aux obligations de production et de diffusion d'oeuvres originales. Ilfaudra donc rouvrir ce dossier pour l'ensemble des chanes de la TNT.

    francoishollande.fr / 59, avenue de Sgur 75007 Paris - Tl. : +33 (0)1 56 58 90 40 - cab@francoishollande.fr

  • Quant au centre national de la musique, je demanderai au prochain ministre en chargede la culture de revoir son fonctionnement actuel, en proposant un mode degouvernance plus transparent et en modifiant les cls de rpartition.

    Quant la loi Hadopi, tant controverse, elle a cot cher sans permettre la transitiondes industries cratives vers le numrique. Elle n'a pas non plus financ de manireprobante la cration.

    Je ne pense pas que la seule rpression soit la rponse au problme pos, ni que lesystme imagin, par sa complexit et les questions qu'il soulve en matire deprotection de la vie prive, soit le bon. Je ne pense pas non plus qu'il faille opposer,comme l'actuel gouvernement le fait depuis cinq ans, les crateurs et leur public. Aucontraire, par principe et par vocation, internet est leur espace commun.

    Mais pour moi, la protection des auteurs est galement prioritaire. Nous combattrons cesplateformes dlocalises et incontrlables qui dversent des contenus culturels sur lerseau sans jamais participer leur financement. De la mme manire qu'on ne peut pluslaisser prosprer un march financier drgul, on ne peut pas non plus accepter unmarch numrique sans matrise, dont toutes les parties, crateurs comme usagers,seraient finalement lses.

    Je me suis engag remplacer la loi Hadopi par une grande loi signant l'acte 2 del'exception culturelle franaise, qui conciliera la dfense des droits des crateurs et unaccs aux uvres par internet facilit et scuris. Pour y parvenir, il faut d'abordretrouver le chemin du dialogue. Il faut mettre tous les acteurs autour d'une table - ceque le gouvernement sortant n'a jamais fait. Je crois au dialogue, la concertation, auxcompromis. Qui ne sont, ni pour les uns, ni pour les autres, des compromissions. Il n'y apas de solution simple, ni de rponse unique, il y a un modle conomique inventerqui combinera plusieurs solutions et agrgera plusieurs types de financements. Et c'estde ce dialogue que natra ce que j'appelle l'acte II de l'exception culturelle.

    Enfin, sachez que je suis trs favorable la clarification et la simplification desprocdures administratives. Le gouvernement aura donc la possibilit de proposer toutesles modifications du code gnral des impts ou de celui de la scurit sociale si celas'avre ncessaire.

    Je vous prie de croire. Madame la Prsidente, l'assurance de toute ma considration.

    ranois HOLLANDE

Recommended

View more >