Click here to load reader

Guide Comment Exporter en Afrique

  • View
    221

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

L’Afrique est un continent immense aux possibilités infinies, aux ressources insoupçonnées et aux aspects humains emballants. Avec l’un des taux de retour sur l’investissement le plus élevé au monde, l’Afrique devient de plus en plus la destination d’affaires incontournable pour les Canadiens visionnaires. Toutefois, ses particularités qui lui sont propres peuvent représenter un défi pour les entrepreneurs débutants et même les plus expérimentés.

Text of Guide Comment Exporter en Afrique

  • EXPORTER VERS LAFRIQUE :

    LE GUIDE 2013

  • 1 866 463-6642export.gouv.qc.ca

    Vous dsirez diversifier vos marchs ?

    Vous dsirez augmenter votre chiffre daffaires linternational ?

    Des spcialistes votre service dans

    toutes les rgions du Qubec ainsi que

    dans plus de 50 villes travers le monde

    EXPORTER | PROSPRER

    1 866 463-6642export.gouv.qc.ca

    Vous dsirez exporter et cherchez le bon partenaire pour y arriver ?

    Que votre entreprise soit petite ou grande Que vous soyez vos premiers pas sur les

    marchs trangers ou que vous soyez dj un exportateur chevronn

    Export Qubec et ses partenaires peuvent

    vous aider vous prparer efficacement

    conqurir les marchs extrieurs

    EXPORTER | PROSPRER

  • ContenuACRONYMES

    PRFACE

    1. FAIRE DES AFFAIRES EN AFRIQUE Vue densemble Dfis du march Opportunits du march Stratgie dentre sur le march

    2. Environnement politico-conomique Situation et perspectives conomiques Donnes financires et risque-pays Grands axes des politiques conomiques et indicateurs

    3. FICHES PAYS

    4. CLIMAT DES INVESTISSEMENTS

    5. VENDRE DES BIENS ET SERVICES CANADIENS Utiliser un agent ou un distributeur Installer un bureau de reprsentation Franchises Joint-venture/Licence Sous-traitance Vendre aux gouvernements Chaines de vente et de distribution

    6. SECTEURS PORTEURS POUR LES EXPORTATIONS ET LES INVESTISSEMENTS Lagriculture et lagroalimentaire Construction/Infrastructures Mines nergie Tlcommunications/Mobile Sant ducation Commerce lectronique

    7. FINANCES ET FISCALITE Le systme financier et le financement des exportations Le financement court terme Le financement moyen et long terme Paiements

    8. TRANSPORT Rglementation des importations en Afrique Normes et certification

  • 8. TRANSPORT CONTINUER Tarifs douaniers Barrires non tarifaires Contrles lexportation Assurances Courtiers en douane et transitaires

    9. GESTION DES RISQUES La situation financire du client; Un client qui ne paie pas; Un appel injustifi dun cautionnement; Le vol de proprit intellectuelle; La corruption

    10. VOYAGE DAFFAIRES Formalits administratives Formalits sanitaires Visas et permis de travail Tlcommunications Dplacements dans les pays Scurit Langues Sant Dcalages horaires Htels Ressources internet

    11. CONTACTS UTILES Gouvernement Fdral et Provincial Chambres de commerce Compagnies ariennes Institutions financires Services juridiques et fiscals Tourisme

    12. LE CONSEIL CANADIEN POUR LAFRIQUE

    BIBLIOGRAPHIE

    Contenu

  • ACRONYMES AA: Avec Avarices APD: Aide Publique au Dveloppement APIE: Accord sur la Promotion et la Protection des Investissements Etrangers ASPC: Agence de Sant Publique du Canada ASFC: Agence de Services Frontaliers du Canada BAD : Banque Africaine de Dveloppement BDC : Banque de Dveloppement du Canada CCA : Conseil Canadien pour lAfrique CCC : Corporation Commerciale Canadienne CCI : Chambre de Commerce Internationale CEA: Commission conomique pour lAfrique CEI: Communaut des Etats Indpendants CAD: Cash Against Documents CNUCED: Confrence des Nations Unies sur le Commerce et le Dveloppement COD: Cash on Delivery DBSA: Development Bank of Southern Africa DGCEI: Direction Gnrale des Contrles lExportation et lImportation EDC : Exportation et Dveloppement Canada FAP: Franc dAvarices Particulires FITA: Federation of International Trade Associations FMI: Fonds Montaire International HHA: Harmonisation pour la sant en Afrique IATA: International Air Transport Association ICC: Indice de Confiance Commerciale IDC: International Development Corporation IDE : Investissements Directs lEtranger OCDE: Organisation de Coopration et de Dveloppement Economiques OHADA: Organisation pour lHarmonisation en Afrique du Droit des Affaires OMD: Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement ORPEX: Organismes Rgionaux de Promotion lExportation PIB: Produit Intrieur Brut RDC: Rpublique Dmocratique du Congo RCOMEX: Rseau des Commissariats lExportation du Qubec RUU: Rgles et Usances Uniformes SFI : Socit Financire Internationale TCAC: Taux de Croissance Annuel Compos UA: Union Africaine UIT: Union Internationale des Tlcommunications

  • PRFACELAfrique est un continent immense aux possibilits infinies, aux ressources insouponnes et aux aspects hu-

    mains emballants. Avec lun des taux de retour sur linvestissement le plus lev au monde, lAfrique devient de plus en plus la destination daffaires incontournable pour les Canadiens visionnaires. Toutefois, ses particularits qui lui sont propres peuvent reprsenter un dfi pour les entrepreneurs dbutants et mme les plus expriments.

    Loin de nous lide dpuiser le sujet en moins de 100 pages car cela serait rducteur, il est toutefois de notre devoir, au Conseil Canadien pour lAfrique, de sensibiliser les entreprises et organisations canadiennes loppor-tunit africaine, permettant ainsi notre contribution au dveloppement social et conomique sur le continent. De ce fait, le Conseil Canadien pour lAfrique se permet de vous remettre ce guide pour faciliter vos premiers pas et surtout rduire votre courbe dapprentissage pour pntrer ces nouveaux marchs. Nous souhaitons votre russite et la circulation dune image de marque canadienne parmi nos confrres africains.

    Le Conseil Canadien pour lAfrique insiste pour que vous, entrepreneurs et gestionnaires canadiens, participiez leffort de groupe pour positionner le Canada sur le continent en joignant nos rangs, en participants nos activ-its et en contribuant lamlioration des outils tels que ce manuel. Toute contribution est la bienvenue.

    En terminant, ce travail ne peut se raliser seul et je tiens remercier les contributeurs la rdaction et la concep-tion de se manuel soit Amina Tounkara, Yola Mathieu Kon, Lonie Perron, Chris Kianza, Karl Hasenhuendl qui ont travaill avec enthousiasme sous ma direction. La publication est possible grce une contribution financire du gouvernement du Qubec via Export Qubec, Exportation Dveloppement Canada, Millenium, et Desjardins.

    Que ce guide contribue votre prosprit !

    Karl Miville de ChneVice-prsident pour lest du CanadaConseil Canadien pour lAfrique

  • 1. FAIRE DES AFFAIRES EN AFRIQUE

    Vue densemble

    Selon la Banque Mondiale, les perspectives conomiques de lAfrique sont encourageantes, la crois-sance devant y progresser 5,3 % en 2012, puis 5,6 % en 2013, alors quelle stablissait 5 % en moyenne avant la crise. En effet, de nombreux pays de la rgion enregistrent de la croissance : plus dun tiers dentre eux affichent ainsi un rythme de croissance suprieur ou gal 6 %. Une vingtaine de pays font mme mieux quen 2007-08 .

    Les pays qui ne possdent pas dabondantes ressou-rces naturelles, tels que lEthiopie, le Rwanda et la Tan-zanie, bnficient dune croissance vigoureuse et sou-tenue, mais le rythme de croissance reste infrieur aux niveaux de 2007-08. La hausse des cours des produits de base et les exportations ont continu de soutenir leurs performances conomiques. Les pays exporta-teurs de ptrole sont ceux qui ont le plus bnfici de cette hausse, lamlioration des termes de lchange con-tribuant lquivalent de 8,5 % de leur PIB .

    Les flux dinvestissements directs trangers, aprs avoir nettement diminu en 2009 et 2010, ont fait un bond de 25 % en 2011, pour atteindre, selon les esti-mations, 35,6 milliards de dollars. Le climat daffaires samliore et les perspectives conomiques favorables attirent les flux dinvestissement dans de nombreux do-maines, notamment les tlcommunications, limmo-bilier ou encore la distribution .

    Lurbanisation, lexpansion de la population active et le nombre croissant de consommateurs de classe moyenne africains jouent galement un rle crucial. En 1980, peine 28 % des Africains vivaient dans des villes. Aujourdhui, cest le cas de 40 % du milliard de personnes que compte ce continent, soit une propor-tion approximativement analogue celle observe en Chine et suprieure celle quenregistre lInde. Selon les projections, en 2030, cette proportion va grimper 50 %, et les 18 premires villes dAfrique disposeront dun pouvoir dachat annuel combin de 1 300 milliards de dollars .

    Dfis du march

    lhorizon 2030, lAfrique sera aussi peuple que la Chine et lInde aujourdhui. Le continent devrait alors tre stable, intgr et plus prospre.

    Toutefois, pour russir, elle devra surmonter tous les dfis que posent la pauvret, la maladie et le change-ment climatique, la faillite et la fragilit des tats, la corruption et la mauvaise gouvernance, ltroitesse des conomies et leur manque de productivit et de com-ptitivit .

    Il y a encore de grandes diffrences entre les pays, et un exportateur ou un investisseur doit faire preuve de diligence avant dentrer dans un march. A titre dexem-ples, il faut citer la distance par rapport lAmrique du Nord, la logistique, la scurit, les infrastructures, lenvi-ronnement des affaires, la langue (dans certains cas par exemple: lAngola ou le Mozambique), etc. Un aspect cl pour connatre du succs est de structurer sa transaction correctement afin dattnuer les risques de paiement, soit en utilisant des lettres de crdit ou de mcanisme de paiement lavance, et aussi tre conscient du risque de convertibilit et de transfrabilit qui varie dun pays lautre. Un autre problme rcurrent est le manque de financement pour se procurer certains biens et services ou de raliser des projets.

    En rgle gnrale, on fait la distinction entre un em-prunteur souverain ou quasi-souverain et un emprun-teur du secteur priv. Pour ce qui est dun emprunteur souverain ou quasi-souverain, il est important de noter que 24 pays africains ont mis en place des programmes avec le FMI dont la grande majorit dentre eux sont cont