HCFR l'Hebdo N°7

  • View
    217

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Cinema, Music, Art

Text of HCFR l'Hebdo N°7

  • N7- Edition du 06 juin 2012 Rdaction : Fabi , Kepassa, Eldudo

    Cinma The Dictator de Larry CharlesOui je suis une martienne, ayant boud ce jour Borat, Bruno et autre Ali G. Mais coache par un forumeur hor-rifi par ces lacunes, j'ai dcid d'assister enfin aux dernires fredaines du gail-lard et de son comparse ralisateur Larry Charles. Flanque de mon ado et de quelques babioles gri-gnoter , me voici assise au

    milieu d'une horde d'ados en dlire, visiblement coutumiers des frasques de l'ami Cohen. Extinction des lumires. Plongeon.Un seau de pop-corn plus tard, je quitte le cinma, le sourire aux lvres , ravie d'avoir t le tmoin de ce feu d'artifice. Moins puissant que la bombe annonce par l'affiche, mais nanmoins explosif, le film part dans tous les sens dans un rjouissant dlire color , impertinent , irrvrencieux , qui gratigne dans une

    entreprise de dmolition qui n'pargne personne. C'estcash, c'est trash, la salle apprcie, les exclamations fusent.Sacha Baron Cohen campe un dictateur absolument coeu-rant mais terrible-ment sympathique, confront une Am-rique de tous les ex-cs. Quelques mo-ments franchements hilarants, outranciers, mais plus que cela, l'agrable sensation d'un film essentiel parce qu'il fait clater les limites, celles du "bon" got, des con-ventions et de la biensance; parce qu'il questionne l'ab-surdit de notre po-que. Sortie 20-06-12. Discussion sur le film : ici Fabi

    Edito "Curieuse!"C'est le petit mag qui monte, qui monte, qui monte.... L'aventure HCFRL'Hebdo se poursuit cette semaine avec un numro encore plus toff. Huit pages pour un n7 qui a l'ambition de vous informer, de vous divertir, de vous donner envie de dcouvrir d'autres horizons. Bref, d'exciter votre curiosit!

    Et cette semaine, j'ai envie d'en faire l'loge, de cette curiosit qui est le plus merveilleux vilain dfaut du monde!

    Daniel PENNAC dit que "la curiosit, on ne la force pas, on l'veille". Eveiller votre curiosit est le credo de la rdac. Titiller votre envie. Attiser votre dsir. Pour ce faire, nous dveloppons une rflexion constante sur notre ligne ditoriale et la manire de la mettre en oeuvre. Comment communiquer notre passion, nos coups de coeur? Des rubriques se transforment, d'autres voient le jour, les ides rebondissent, l'mulation grandit. Notre enthousiasme aussi.

    Et tadaaam... voici le rsultat de nos cogitations en tous genres. Dsormais HCFRL'Hebdo accentue encore son ct participatif. La rubrique Musique occupe deux pages compltes, et est dvolue aux critiques des forumeurs. Cette semaine : ce sont Ginzu et Kishizo qui s'y collent! Une autre rubrique voit le jour : la Battle critique. Le principe en est simple. Un film qui dchane les passions, deux critiques opposes choisies par nos soins, un challenger et un outsider. Le Loup Cleste et Nikolai se prtent au jeu de la premire Battle! (p.4) Les Livres aussi ont dsormais droit leur propre page (p.3). Et toujours nos rubriques Blu-ray (Kepassa nous gte : 2 pages de tests cette semaine!) et Cinma (en double page galement).

    La rdac' de HCFRL'Hebdo vous souhaite une curiosit toujours plus grande.

    Bonnes dcouvertes!

  • A l'affiche... Une ducation norvgienneNikolaj a 14 ans. Il vit une existence heureuse avec son frre et ses parents hippies dans la banlieue d'Oslo. Lorsque sa mre disparat, l'adolescent dcouvre la culture punk, affrontant par ailleurs un pre baba-cool laxiste, exagrment comprhensif, qui ne laisse aucune chance la rbellion pourtant indispensable de l'adolescent bless. Direction le nord cette semaine avec Une ducation norvgienne, le dernier film de Jens Liens qui signe ici son retour aprs plus de 6 ansd'absence. En 2006, son film Norway of Life obtint un vif succs, traduit par 5 prix et 7 nominations en festivals. Quelques belles raisons de le voir :

    Une ducation norvgienne a galement t pluri-nomin au Festival de cinma europen des Arcs 2011. Autre raison et non des moindres : la prsence au casting de Johnny Rotten, leader punk britannique des Sex Pistols, et d'une BO partage entre punk rock galvanisante et musique originale teinte 70ies. Ajoutez cela l'invitable posie du langage cinmatographique de Jens Liens et la construction annonce du rcit: "Ce qui dmarre comme un film presque objectif sur le

    plan narratif dri-ve sur une vision subjective au fur et mesure que lintrigue gagne en intensit." A noter encore, l'auteur du scnario, Nikolaj Frobenius, qui l'on doit notamment Insomnia en 2002. Le cadre est pos. Comme autant d'invitations mon imagination et je me laisse aller au questionnement et l'envie d'en dcouvrir plus. L'ducation des enfants de la gnration hippie a laiss des traces particulires. Et si Jens Liens nous livrait ici une belle occasion de rflexion sur un pan de l'histoire de l'ducation via son regard singulier? Rponse en salles ce 06 juin 2012.

    Fabi

    Jeanne Captive de Philippe RamosPhilippe Ramos tente une approche diffrente de l'histoire , cherchant, au-del de la pucelle d'Orlans, rencontrer Jeanne, la jeune femme. Il met ici en scne la priode de sa captivit, insistant sur le rle des hommes qui ont tent de la sauver du bcher.

    Mais en dpit d'un regard original et d'une certaine posie esthtique, "Jeanne Captive" ne convainc pas. Le scnario pche par de nombreuses lacunes (scnes inutiles, dialogues plats) et la ralisation est malheureusement de la mme veine: excs de gros plans (une main, un profil, une bougie, une scne de nuit, et on recommence, une main, un profil, une bougie, une scne de nuit...), usage abusif des mmes transitions entre les scnes, simplement juxtaposes...

    Les acteurs ne sauvent pas la mise, malgr un casting intressant et quelques fulgurances. Clmence Posy est par contre fascinante, rellement habite par la grce, Au final le film est une cruelle dception car cette oeuvre maladroite donne pressentir le bijou qu'il aurait pu tre, grcieux, potique, troublant...

    (sortie DVD ce 05/06/2012) Fabi

    Discussion sur le forum : ici

  • Battle critique Le challenger... Le Loup Cleste"Une quipe dexplorateurs dcouvre un indice sur lorigine de lhumanit sur Terre. Cette dcouverte les entrane dans un voyage fascinant jusquaux recoins les plus sombres de lunivers. L-bas, un affrontement terrifiant qui dcidera de lavenir de lhumanit les attend...Ce trs bon film de science-fiction horrifique et spectaculaire qui porte indniablement l'ADN de la saga Alien (l'univers est le mme) revient sur les origines du mythe (sans tout dvoiler) tout en tant les prmices d'une nouvelle lgende encore plus solide, mystrieuse et perverse. Pour commencer, la direction artistique touche du doigt la perfection. Les dcors monumentaux et les nouvelles cratures portent

    la patte indni-able de H. R Giger, les costumes comme le design de l'ensemble des vhicules sont remarquables, les effets spciaux sont impeccables, la photographie crpusculaire est magnifique et le sens du cadrage de Ridley Scott est inou (encore plus saisissant en 3D). Le ralisateur a ensuite eu la bonne ide de privilgier les ambiances la surenchre d'action (tout de mme bien prsente et spectaculaire) ou d'horreur (la scne avec le pod mdical est bien traumatisante) pour poser une atmosphre menaante et une tension dramatique certaine tout du long. Le scnario, en plus d'tre intelligent (la recherche de nos origines) et brillamment crit, pose autant de questions qu'il n'apporte de rponses pour conserver intact une grande part de mystre , mais il est dommage que certains membres d' quipage du

    prometheus ne soient pas suffisamment dvelopps (il s'agit bien l du seul petit dfaut du film) l'inverse des personnages interprts par Noomi Rapace et Michael Fassbender qui sont au centre du rcit et de l'action. Enfin, les acteurs sont excellents (un trs bon choix de casting) et la bande originale soutient solidement les images fortes qu'elle accompagne. Pour conclure, je dirais que Prometheus est un trs bon film de science-fiction pique visuellement incroyable, qui revient sur les origines du mythe Alien tout en dveloppant son univers et dbute une nouvelle lgende qui promet beaucoup. Merci Monsieur RIDLEY Scott pour nous offrir encore aujourd'hui de la grande science-fiction adulte."

    L'outsider... Nikolai"Vu. Du. C'est joli, mais c'est creux. a on le sait que Ridley s'entoure toujours de techniciens hors pair (et de bons designers), la direction artistique ok est au poil, visuellement je n'ai presque rien reprocher ce niveau (dcors, effets spciaux, photo), le travail est de qualit. Mais sinon le nant absolu. Le film ne dcolle jamais, ou ne dmarre jamais vraiment. Mme quand a dmarre un peu, le film retombe constamment comme un soufflet tellement Ridley n'a j'ai l'impression rien dire. a prouve bien aussi qu'il n'a jamais t dans le fond un grand metteur en scne, et a je l'ai dj dis ( part sur le 1er Alien la rigueur), il n'a aucune vision forte, aucune relle envie d'lever la chose. C'est juste un film de bon technicien qui surfe sur les grandes ides qu'il a pu avoir par le pass (les meilleures scnes du film sont en gros des variations des meilleures scnes du 1er Alien.. en moins bon). C'est un film de paresseux, qui se sabote tout seul au fur et mesure que a avance. Tous les enjeux se dlitent de manire ahurissante la fin, rien ne se dtache vraiment, c'est bcl, assez mal construit, et mme assez crtin.Comme d'hab mme si c'est mineur fallait forcment qu'on intgre la petite touche r