Hergé : Le dehors et le dedans du secret ?- le... · pays des Soviets. Tintin n’est qu’un profil…

  • Published on
    11-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • 1

    Herg : Le dehors et le dedans du secret Franois Sirois

    Introduction

    Depuis les fines tudes de Serge Tisseron (1985, 1992), la question du secret dans la vie et

    luvre dHerg a pris une place centrale dans la comprhension de lunivers imaginaire, non

    seulement celui de la famille de papier des vingt-quatre albums de Tintin, mais encore dans la

    mise en place dun diptyque laborant le destin psychique du dsir et de la ralit. cette fin,

    les diffrences entre les configurations psychiques du roman familial, issu du dsir interne, et

    celles du secret, issu dune ralit externe occulte dans la psych seront abordes.

    Le secret

    Assouline (1996, p. 25) prsente ainsi la question : Georges Rmi, lui, ne semble jamais

    stre remis dtre de grand-pre inconnu . Aprs stre cache Anderlecht, Marie

    Dewigne, sa grand-mre paternelle, accouche de deux jumeaux, Lon et Alexis, ns de pre

    inconnu. Elle avait t jusque-l femme de chambre dune comtesse dont le mari aura t

    ambassadeur prs de la couronne des tsars de Russie. La comtesse lvera les jumeaux dans

    son domaine avec ses propres filles. Ils viennent dune trs grande famille, chuchote-t-on. Si

    le comte en avait t le pre, il est difficile de comprendre pourquoi la comtesse les aurait

    gards si prs, sinon pour faire honneur quelquun. On sait par ailleurs que Lopold II, fils

    du roi Lopold Ier, et roi des Belges depuis 1865, g de 47 ans la naissance des jumeaux,

    tait un habitu des lieux. Onze ans plus tard, Marie Dewigne sera marie Philippe Rmi, un

    ouvrier-imprimeur plus jeune quelle de 10 ans ; il reconnatra les enfants qui porteront son

    nom et qui seront alors levs par ce couple sans autre enfant. Georges, le fils dAlexis Rmi

    nat en 1907. Il crayonne partout et tout le temps et adoptera en 1924, 17 ans, son nom de

    plume, Herg (R.G.), pour illustrer une revue scoute belge, avant darriver au Petit Vingtime.

    Il ny a quun pas pour suggrer que les Dupond et Dupont, ainsi que les jumeaux

    Halambique du Sceptre dOttokar ont t inspirs par les jumeaux Rmi quon disait dune

    ressemblance inoue. Dans cette histoire alambique, Tintin finit par rencontrer le Roi pour

    sauver son royaume. Lalbum raconte lhistoire dun Anschluss rat, cinq mois aprs mars

    1938. Durant la guerre, Herg reste un supporteur du roi Lopold III, rest en Belgique et

    critiqu, comme Herg, pour ses accommodements ; il fait porter au Palais Royal ses albums

  • 2

    pour les princes Beaudoin et Albert. Il sera toujours troitement intress aux questions

    techniques dimpression de ses albums, ce qui lamnera dans de nombreuses tractations avec

    Casterman. Plus tard, lors de la mise sur pied des Studios Herg en 1950, il sadjoindra un

    secrtaire (Assouline, p.450) issu dune ligne aristocratique trs lie la famille royale.

    On doit Tisseron (1992) davoir vu dans le dessin de Herg une forme dexpression de ce

    qui ne se dit pas. Par des rapprochements avec limage du rve dune part, et avec les

    hiroglyphes, la fois idogrammes et phonogrammes dautre part, Tisseron examine le

    rapport du texte (le phylactre) au dessin (la case). Il note les rptitions des images et les

    basculements entre le texte et limage. Trois aspects sont explicits cette fin ; dans le texte,

    le passage du narratif au mtaphorique (les jurons du capitaine); dans le dessin, lorsquun mot

    est mis en image sans ncessit narrative (irruption dun signe dans un texte); dans laction,

    lorsque quun geste se substitue la parole, comme les moineaux points du doigt par la

    victime des frres Loiseau.

    Avatars de Herg ; Tintin, Haddock et Tournesol

    Lorsquon aborde lensemble de luvre de Herg par ses albums extrmes, Au pays des

    Soviets (1930) et LAlphart posthume inachev, on constate que ds la premire image de ce

    premier album Herg annonce les avatars de Tintin. Lorsque Herg confie en 1975 Sadoul

    que : Tintin (et tous les autres) cest moi (p.45), on peut penser que Herg illustre et

    incarne diverses facettes de lui-mme dans ses principaux personnages. Le Csar de

    LAlphart, qui est la momification plastique finale laquelle Tintin est destin, suggre que

    Tintin reprsente lenfant-roi. Herg sera le Csar de la bande dessine durant trente ans

    jusqu larrive dAstrix. Cet enfant idal tout-puissant est particulirement imag dans Au

    pays des Soviets. Tintin nest quun profil presque sans visage ; il fonctionne dans

    lomnipotence dont le comique se nourrit de linvraisemblance, dans un univers cliv entre

    bons et mchants, au climat paranode de menace constante. Son seul appui provient de son

    alter ego canin qui agit comme signe distinctif de lomnipotence par procuration,

    caractristique de la petite enfance. Il est rapidement accus dun crime quil na pas commis ;

    Nous voil au secret , confie-t-il dans son cachot (p. 4) avant quapparaissent fantmes

    (p.39) et squelettes dans le placard (p. 97). Ces aspects primitifs du premier album seront peu

    peu vernis sous des aspects dingniosit et de dbrouillardise et insrs dans un fond plus

    raliste. Toutefois, le comique de situation qui les meut gardera cet esprit de toute-puissance,

    la marque de commerce du charme de Tintin qui se nourrit des nostalgies de la petite enfance.

  • 3

    Haddock, n durant la guerre (Le Crabe aux pinces dor, 1941), est un collaborateur Ad hoc

    de Tintin. Cest le H de LAlphart qui est aussi le H de Herg devenu uvre dart, aussi

    collaborateur au journal Le Soir durant loccupation. Mme si Assouline suggre que

    Herg puisse stre inspir de son frre Paul, un officier qui aimait provoquer son

    entourage en sexprimant dans une langue de soudard (p. 252), on peut penser que cest un

    autre aspect de Herg, celui de lenfant tourment, dconcert, coupable, la recherche dun

    objet mal identifi. Haddock est un grand motif, aux fluctuations dhumeur marques, tour

    tour exalt et dpressif, muni au dpart dune prothse thylique dont on cherchera peu

    peu lloigner. Ce qui ntait quesquiss dans Le sceptre dOttokar peut tre mis en scne

    et en image dans Le Secret de la licorne pour permettre Herg de transposer son secret de

    famille dans lvocation de lascendance du chevalier de Hadoque. Tisseron (1992) remarque

    que : le pre illustre du chevalier de Hadoque nest-il jamais reprsent ? (p. 62).

    La trilogie des avatars se complte avec Tournesol, qui apparat en 1945 dans Rackham le

    rouge, la suite du Secret de la licorne. Selon Assouline, il a quelque chose du pre de Herg,

    Alexis, par sa galanterie dun autre ge, sa manire de considrer les dames comme des

    choses un peu fragiles (p. 303). Cette image du savant un peu fou, distrait et sourd, toujours

    dans un registre autre que celui o on laborde, interagit constamment avec Haddock. Leurs

    efforts combins vont leur permettre de retrouver la vie de chteau , Moulinsart. La

    boucle est boucle. Tournesol est prcd de nombreux prcurseurs, depuis lgyptologue des

    Cigares du pharaon, le sigillographe du Sceptre dOttokar et le professeur Calys de Ltoile

    mystrieuse. Ce personnage, cest lenfant curieux, imaginatif, inventif qui travaille sa pense

    par ses recherches infantiles, ce quHaddock exprime dans ses sursauts motifs. Tournesol

    transpose dans la ralit les plus extravagantes suppositions, alors que le capitaine masque

    dans ses imprcations ce quil ne peut formuler. Notons ici que Tintin na quun prnom,

    alors que Archibald Haddock et Tryphon Tournesol portent chacun nom et prnom. Cette

    boucle boucle permet de complter la famille de papier par le dploiement de la Castafiore,

    la chaste fleur dont les bijoux font un album en 1963. Apparue ds Le sceptre dOttokar

    (1939) avec un accompagnateur effac qui la suit comme son ombre, elle devient lactrice au

    centre de la seule aventure domestique des uvres de Herg. Tintin, Haddock et Tournesol

    partiront sa recherche dans le dernier album paru, Tintin et les Picaros (1976). Sans

    reprendre les analyses de Tisseron (1992, p. 35), posons quelle figure vraisemblablement la

    reprsentation de la grand-mre paternelle, prive des ses jumeaux bijoux.

  • 4

    Ce qui intresse ici le psychanalyste travers les albums de Herg, trop rapidement esquisss

    travers les principaux personnages, trop rapidement prsents, cest lorganisation

    psychique qui oppose, dun ct, le dveloppement du roman familial issu du dsir et, de

    lautre, le destin interne du secret dune ralit occulte. Le dedans et le dehors du secret. Le

    dedans du dsir exprim dans le fantasme ; le dehors de la ralit enferme dans la psych.

    Le roman familial : le dehors du dedans

    La transformation du capitaine Haddock est assez remarquable depuis les tristes dbuts du

    Crabe aux pinces dor o le capitaine a perdu le commandement de son bateau aux mains de

    son lieutenant Allan jusqu lpope de son ascendance dans Le secret de la licorne. Herg y

    consacre plus de 20% de lalbum (pp. 14-26) dans une sorte de trs longue parenthse

    remonter le temps. Dans une excitation particulire, Haddock y met en scne un long rcit de

    son ascendance remontant au chevalier de Hadoque. Cet illustre chevalier fut dot par Louis

    XIV, le roi-soleil, du chteau de Moulinsart en reconnaissance de services, mais lacte de

    dotation fut perdu dans ce qui devint le trsor de Rackham le rouge, retrouv avec

    ladjonction de Tournesol (tourn vers le soleil). Le diptyque qui suit ces deux albums conduit

    encore la trilogie hergenne vers la royaut des Incas. Cette figuration peut apparatre comme

    le dploiement du fantasme du roman familial.

    On sait que le dploiement de ce fantasme est un tai pour permettre lenfant de se sparer

    de ses parents, de prendre une distance face leur autorit. Les reprsentations dun

    remaniement de la filiation procdent dune ambivalence lgard des parents et des

    dceptions lies au complexe ddipe, alimentes par les petites insatisfactions de la vie

    courante. Freud (1908) souligne la nostalgie dun temps antrieur qui imprgne ces

    constructions labores pour amorcer un dgagement des liens familiaux. Il en distingue trois

    versions. Dans la premire version, lenfant simagine avoir dautres parents, plus nobles,

    dun rang social plus lev, dnigrant ainsi le pre, en exaltant les anctres, ou de le rduire

    lenfant de son propre pre ; le mettre sur le mme pied que lui. Cette premire version

    apparat dans Le sceptre dOttokar. Tintin sauve le roi de Syldavie en recouvrant son sceptre

    vol et devient le premier tranger tre dcor de lordre du Plican Noir, une forme

    dadoption par le roi. Changer de pre. Dans Le secret de la licorne, lexaltation de

    lascendance sert dployer non seulement le secret du dsir mais encore tablir lexistence

    dun secret. Dans une deuxime version, lenfant prte des aventures sa mre ; cette version

  • 5

    est anime par la Castafiore, depuis sa prsence discrte ds Le sceptre dOttokar, son

    accointance avec Rastapopoulos dans Coke en stock, jusquau dploiement des Bijoux de la

    Castafiore o les rumeurs sont plus explicitement dveloppes. Dans une troisime version,

    lenfant btardise sa fratrie ; version supporte par les personnages des Dupond et Dupont,

    bouffons inoffensifs et encombrants dont la principale caractristique est de tomber

    constamment, peut-tre une vocation de linhabilet motrice des tout petits.

    Chez lartiste, Greenacre (1958) a soutenu le caractre solitaire de lenfant, sa perception

    dune diffrence quelconque, sa propension se soutenir par le fantasme jusqu ce quil

    puisse commencer se raliser dans luvre. On sait peu de choses sur lenfance de Herg.

    Un milieu familial terne et gris. Il confiera Sadoul (1975, p. 11) : Jai t, parat-il, un

    enfant insupportable. quon contenait en lui donnant un crayon et du papier. Enfant

    observateur, bon lve, qui crayonne et dessine trs tt et de plus en plus ; sa mre lamne

    souvent au cinma, Chaplin, Keaton. Il dira plus tard que ses albums sont comme des films.

    Engag tt dans le scoutisme, il peut y publier ses premiers dessins dans la revue du

    mouvement. Herg trouvera un mentor qui croira en son talent en labb Wallez plac la tte

    du Petit Vingtime en 1924. Un pre plus effac, travaillant dans la confection de vtements

    pour enfant, quil dessine son fils qui sidentifiera ce trait. Souvenir possible du pre des

    vtements dexception choisis dans sa propre enfance par la comtesse. La trilogie de ses hros

    porte toujours les mmes vtements. Si Tintin est le scout dans laction et Tournesol lenfant

    soumis et docile repli dans ses penses, il revient Haddock de sexprimer. Le secret de la

    licorne met en scne une qute, celle des origines, tonnamment labore et qui semble

    prendre une place disproportionne dans cet album. Tisseron (1985) note toutefois que

    certains aspects de cette mise en scne semblent dborder le simple cadre du roman familial,

    comme le report de la filiation royale dans la gnration grand-paternelle et le dnouement

    dans lvocation de la tristesse maternelle. On pourrait ajouter lexaltation particulire de

    Haddock qui la fois raconte une histoire et la met en scne, en se superposant dans le

    tableau de lanctre (p. 25) quil dfonce dans son excitation : figuration dune identification.

    Ds lors se mlent le refoulement du dsir interne et le refoulement de la ralit externe.

    Le secret de famille : le dedans du dehors

    Ds 1985, Tisseron voquait la question du secret, particulirement propos du Secret de la

    Licorne. Trop patent dans le titre, comme La lettre vole, il svapore dans les ddales de

    lintrigue. Au tout dbut, Au pays des Soviets, le fantme (p. 39) fait son apparition tout

  • 6

    comme les squelettes dans le placard. Selon Tisseron (1985), Haddock est hant par le

    fantme du chevalier, son anctre. Quest ce que ce fantme dans la psych ? Si le dessin a

    t, ds le jeune ge, une faon pour Herg de figurer quelque chose, au-del dune simple

    imitation du geste paternel, cest une qute de reprsentation qui nest alle quen

    sintensifiant dans la mise en place dun hros quil faisait sortir de lui. Sa crativit est un

    processus dexpulsion qui justement se tarira aprs Les bijoux de la Castafiore. Il confiera

    alors quil hait Tintin (Assouline, p. 600), quil ne laime plus. LAlphart nous suggre quil

    sest identifi ce hros ; lui-mme connat des priodes dpressives avant davoir franchi

    cette tape dans sa production. Le fantme est produit par : les dfunts qui, de leur vivant,

    ont t frapps de quelque infamie ou qui auraient emport dans la tombe dinavouables

    secrets (NF, p.426). Cette occultation dune partie de la vie dun objet aim cre une lacune

    qui peut se transmettre. Lacune dans le dicible qui devient une hantise comme tmoignage

    de lexistence dun mort enterr dans lautre (NF, p. 430). Jusqu ce que ce corps tranger

    puisse tre expuls dune quelconque faon ; soit en tant nomm, construit ou produit dans

    luvre dart. On ne peut interprter le fantme, selon Nicolas Abraham, il faut le construire

    par dduction. Pour cet auteur, le travail du fantme recouvre la prsence de linstinct de

    mort ; il naurait pas dnergie propre, il fait uvre silencieuse de dliaison, il est source de

    rptitions indfinies. Une des faons darriver identifier le fantme est de...