Histoire de la pens©e manag©riale - hal.archives num©ro 2.pdf  Histoire de la pens©e manag©riale

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Histoire de la pens©e manag©riale - hal.archives num©ro 2.pdf  Histoire de la...

  • Histoire de la pense

    managriale

    Cdric Poivret

    PRAG/Docteur en sciences de gestion/ Universit Paris Est Marne LA Valle

  • Histoire de la pense

    managriale

    Cours numro 2: la pense

    gestionnaire dans le tournant du

    XIXime sicle

  • Le contexte, conomique,

    sociologique et scientifique

    Monte en puissance de la grande industrie ; textile, mines, mtallurgie, chemin de fer ( partir de 1840), chimie ( partir de 1870), automobile, lectricit mme si la France reste relativement trs rurale et agricole

    Dbut dune rvolution commerciale et dveloppement de la publicit

    Dveloppement des grandes banques: Crdit Lyonnais, Socit Gnrale

    Invention, progressive, dun point de vue pratique et puis juridique, de la grande entreprise

    Dveloppement trs progressif du droit du travail; paternalisme; cooprativisme; lutte des classes

    Explosion (pour lpoque) des moyens de communication : chemins de fer, tlgraphe, journaux

    Invention, ou du moins dbut de linvention de la science moderne et de linstruction

    Dveloppement des sciences humaines et des statistiques la fin du XIXime sicle

    Monte en puissance de lEtat

    Monte en puissance de lingnieur

  • Premire partie : la

    comptabilit et larithmtique

  • Lapparition de la comptabilit

    industrielle Du commerce et du ngoce, la comptabilit est transfr

    lindustrie, en sadaptant toutefois aux spcificits de lactivit industrielle

    La problmatique est formule par Christian

    Les rgles de cette comptabilit portent principalement sur l'exactitude rigoureuse et persvrante du calcul des frais gnraux d'tablissement, des frais d'entretien, de rparation, de l'usure graduelle des instruments, machines, appareils, de tous les lments des frais d'achat, de vente, d'emmagasinage, de pertes diverses, annuelles, etc. La somme de tous ces frais doit tre ajoute aux dpenses directes de fabrication, pour tablir avec justesse le prix auquel reviennent les produits fabriqus. (Christian, 1819, p. 142)

  • Lapparition de la comptabilit

    industrielle

    Le calcul des couts des produits finis et

    intermdiaires, grce au compte de produits

    fabriqus

  • Les auteurs importants

    en comptabilit

    Degranges, pere et fils

    Payen

    Cazaux

    Pigier

    Courcelle-Seneuil

    Lefvre de Chateaudun

    Leautey et Guilbault

  • Et en pratique

    La comptabilit se prsente, ds cette poque, la fois comme un bilan et comme un plan ; elle est dj le grand rgulateur de la gestion industrielle. D'autant que son rle grandissant se trouve renforc par les progrs sensibles dont profitent les mthodes comptables. Ces progrs, qui s'annonaient ds le XVIIIe sicle, s'affirment ds la priode 1820-1850, par la gnralisation de la comptabilit parties doubles, seule susceptible d'assurer un contrle permanent, par le systme de balancement des comptes qu'elle entrane (Lon, 1976)

  • Un mot sur larithmtique

    Larithmtique commerciale reste un savoir

    important pour le commerant, de nombreux

    ouvrages sont encore publis, et ils voluent de

    plus en plus vers ce qui correspondrait des

    mathmatiques financires ou bancaires

    Le lien fort qui unissait comptabilit et

    arithmtique commence toutefois se distendre

  • Deuxime partie : la recherche

    du management

  • Jean-Baptiste Say (1767-1832)

    Lentrepreneur

    Ltalonnage

  • Grard Joseph Christian ( 1778-

    1832) Fait paraitre Ses Vues sur le systme gnral des

    oprations industrielles ou Plan de Technonomie,

    publies en 1819

    Dfinition de lconomie industrielle employer le

    moins de bras possible pour un travail quelconque,

    en payer le plus petit salaire, et en vendre les

    produits le plus cher possible, est une rgle

    dconomie industrielle. Nous ne pensons pas quon

    puisse jamais, en bonne logique et de bonne foi, en

    faire une rgle dconomie politique.

    Thorie de la standardisation

  • Claude-Lucien Bergery (1787-

    1863) , prcurseur parmi les

    prcurseur Publie une conomie industrielle, dont les tomes 2 et 3 correspondent ce que nous nommons gestion. En se mettant la place dune personne voulant entreprendre, il traite de sujets comme :

    Les qualits et connaissances que doit possder un fabriquant

    Le choix du secteur

    Le choix de limplantation

    Le choix des machines et de leur mode dalimentation en nergie

    Ltalonnage, la division du travail

    La ncessit dtablir ce que nous nommons business plan

  • Adolphe Guilbault (1809-1896)

    Publie un Trait dconomie industrielle en 1865 (rdition en 1877) qui peut tre considr comme ce trait peut tre considr comme le deuxime ouvrage important consacr l'administration des entreprises, aprs celui de Courcelle-Seneuil (Lemarchand, 1993). Cet ouvrage contient :

    Une explication du contexte dans lequel se situe lindustrie franaise : monte de la concurrence suite au trait de libre change

    Une classification des industries, ce qui permet Guilbault de mettre en vidence des rgles contingentes de gestion

    Lide que la comptabilit est la base de ladministration, en particulier car elle commence voluer vers ce que nous appelons le contrle de gestion

    Lide quavant dentreprendre, un individu doit rflchir son projet

    Des rflexions sur le type de statut juridique adopter

  • Une premire formalisation du

    diagramme

  • Un inconnu nomm Lincol

    Lincol : un pseudonyme. Sagit-t-il de

    Moullin-Collin, enseignant de comptabilit

    Limoges? (NON il tait mort en 1850)

    Parution dEssai sur ladministration des

    entreprises industrielles et commerciales

    (1869), livre compltement oubli,

    pourtant extrmement novateur

  • Un inconnu nomm Lincol

    Des points communs avec Guilbault

    La ncessit de rflchir son projet

    Mfiance vis--vis des oprations spculatives

    Rflexion sur les diffrents types de socits

    envisageables

    Analyse du capital, mise en vidence de la distinction

    entre capital fixe et circulant, et des consquences de

    ce point en terme de gestion financire

    Rle important , mme central, pour la comptabilit

  • Un inconnu nomm Lincol

    Rflexion sur lagencement des btiments

    Rflexion sur les rapports entre les travailleurs et le patron

    Mise en vidence des spcificits de lactivit commerciale et commerante

    Grande originalit : mise en vidence des diffrents services pouvant tre prsents dans les entreprises : direction, secrtariat-correspondance, Caisse, Portefeuille effets recevoir et payer-, comptes courants, facture, magasins, main duvre, service divers, comptabilit centrale quil analyse laune de la comptabilit

  • Quelques passages de Lincol

    Un passage bien reprsentatif de ce que peut tre et de ce quest en train de devenir alors la comptabilit industrielle

    En gnral, on ne demande pas la comptabilit tout ce quon pourrait obtenir delle. Dans les entreprises commerciales, par exemple, son utilit ne consiste pas uniquement faire connaitre au commerant sa situation vis--vis des personnes avec lesquelles il est en rapport daffaires. Nous dmontrerons que, bien organise, elle peut prsenter un bilan mensuel aussi facilement quen ltat des pratiques actuelles, elle donne une balance.

  • Quelques passages de Lincol

    Mais cest surtout applique aux oprations intrieures dune entreprise industrielle que la comptabilit rvle ses ressources. Elle acquiert l ce caractre de production indirecte que nous lui avons attribu. Elle maintient ou ramne la fabrication ses conditions normales; elle en constate les carts ; elle en reproduit les variations avec une prcision mathmatique ; elle permet au chef de maison absent den surveiller de loin la marche; et si les produits dun mois sont plus coteux que ceux des mois antrieurs; si le rsultat provenant de leur vente trompe les prvisions; sil y a eu ralentissement dans le travail des ouvriers, manque de surveillance, dfectuosit dans les matires employes, cest lentrepreneur qui sen plaint, mais cest la comptabilit, salutaire dlatrice, qui le lui a dit dans le langage des chiffres.

  • Quelques passages de Lincol

    La comptabilit est la science des comptes, science superficiellement connue, en gnral, de ceux qui la pratiquent. Son but est dintroduire lordre, la rgularit, le contrle dans une administration publique ou prive ; den reproduire les actes, les oprations utiles connatre, et cela au moyen de chiffres, de comptes, de livres disposs cet effet.( page 282)

  • Quelques passages de Lincol

    Sur le chef dentreprise :

    Lactivit du chef, dans une entreprise, a la vertu dune flamme qui claire et rchauffe les objets placs ses entours. Selon que cette activit est constante ou fugitive, lardeur quelle communique est phmre ou soutenue. Rien ne la supple, rien ne la remplace, mais elle peut sexercer dune faon plus ou moins utile. Travailler soi-mme, cest bien ; savoir faire travailler les autres, cest mieux encore. A la rigueur, ce rsultat peut tre obtenu par une surveillance loigne ; il suffit que cette surveillance se soit rserv les moyens de suivre les oprations et de constater leur rsultat ; il suffit quelle soit toujours veille (p.135)

  • Franois Jules Devinck (1802-

    1878)

    Industriel chocolatier, membre des corps

    constitus de la bourgeoisie parisienne,

    Dput de Paris

    Publie La Pratique commerciale et

    recherches historiques sur la marche du

    commerce et de lindus