Histoire Des Theories Linguistiques

  • Published on
    05-Jul-2015

  • View
    213

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

<p>Histoire des Thories LinguistiquesPr .HAMMAMI MONIA UNIVERSITY OF MANOUBA TUNISIA</p> <p>Lhistoire des thories linguistique, cest lhistoire de la mise en place des principes grammaticaux. Cette tude se fera en deux axes : lanalyse des systmes antiques, et celle de la grammaire gnrale. On fait de lhistoire linguistique proprement parler depuis le 19es - F. Brunot : Histoire de la langue. - G. Harnois : Les thories du langage en France de 1660 1821.</p> <p>I)</p> <p>Philosophie du Langage</p> <p>La philosophie est au point de dpart, avec une approche philosophique des principes de la grammaire. Une approche linguistique existe dj chez les prsocratiques.</p> <p>II)e</p> <p>Familles de langues</p> <p>Au 19 , avec la dcouverte du sanscrit, on entame un travail de filiation entres les diffrentes langues, un travail historique trs linguistique. On entame aussi la description de toutes les langues du monde partir de la grammaire du latin, une approche qui nest pas toujours trs pertinente.</p> <p>III)</p> <p>Description Linguistique</p> <p>Une discipline part entire. La langue est envisage comme un systme. - Avec la dcouverte des phonmes, on tablit que chaques langues a son propre systme phonologique. - On dfinit les verbes par ce quils ne sont pas, par oppositions. - Pas de hirarchie des langues O commence la linguistique ? avec Saussure ? - Avec la rflexion sur le langage, et donc ds lantiquit. - Prsupposs : seules les analyses autonomes sont dignes dintrt. Lantiquit rflchit mais nanalyse pas. Il faut rejeter cette ide. - La linguistique, en science cumulative est lie au progrs scientifique. Lide dun progrs continu vers le mieux, et donc, le structuralisme est le must. On rejette galement cette ide.</p> <p>Introduction la linguistique AntiqueLcriture grecque est la premire criture alphabtique, cest dire quelle distingue les voyelles et les consonnes. Cette criture stimule la rflexion linguistique. Dmocrite explique latome avec lcriture. Proccupation linguistique et philosophique : question de la relation la ralit, et question de la validit de lnonc scientifique.</p> <p>Platon (Academos) Interprte la relation des mots et des choses (Cratyle) - Analyse de lnonc : Combinaison dun nom et dun verbe. Aristote (lyce) Dont les cours ont lieux en marchant (pripatticiens) Logique : distingue les lments fondamentaux de la langue. Lettre=son. Ebauche de la phontique. La syllabe Le mot, unit de signification. On distingue : - deux units fondamentales : nom et verbe - deux units non fondamentales : conjonction et article Le cas tendu Enonc (lnonc assertif : Socrate est mortel) Loral est premier Le verbe ajoute le temps, et prend sa valeur dans lnonc. DiscoursPrire Ordre Question</p> <p>PropositionLa phrase assertive est au centre de lanalyse.</p> <p>-</p> <p>Sujet plus Prdicat (sens large) Distingue affirmation et ngation Vrais ou faux Permet linvention de la phrase complexe Phrase simple//Phrase complexe.</p> <p>Les Stociens Pourquoi les stociens : ils se rassemblaient Athnes la Stoa (Portique). Comme les prcdents, ils prodiguent un enseignement philosophique, cest dire un enseignement sur tout (pas comme la philo daujourdhui). Cest une cole qui a survcu trs longtemps. Parmi eux, il faut distinguer Znon, Snque, Marc Aurle On na pas gard de textes des stociens, mais on par des tmoignages des autres coles, on connat leurs enseignements. Il y a eu pendant longtemps un souci de rpartir les sciences. Ainsi la logique se subdivise en Dialectique et Rhtorique. Dans la dialectique se trouve la rflexion linguistique. - Distinction entre signifiant et signifi, les stociens vont beaucoup plus loin que Platon dans lanalyse des mots et des choses. - Analyse de lnonc, qui affine celle dAristote (distinction nom commun, nom propre, article) Lnonc est au centre de lanalyse Les Alexandrins Ce sont les philologues de la bibliothque dAlexandrie. Ils sont bien plus que de simples bibliothcaires, puisquil leur incombe de recevoir, dtablir et de diffuser les textes, ainsi que de les commenter. Ils ont alors mis en rapport le travail sur les</p> <p>textes et lenseignement grammatical (gramata = lettre / grammaire = science des lettres) Enseigner les lettres, cest apprendre lire et crire (sur Homre) lire haute voix, expliquer les mots et les rfrences, les mythes. Le travail du grammairien est un travail des lettres en gnral. Denys le Thrace rdige une Grammaire qui se base sur les antiques, et notamment sur les stociens. Il initie la morphologie, et tablis huit parties du discours dans un tat proche de celui quon connat. Par ailleurs, lordre de ces diffrents constituants na depuis lors plus t modifi.</p> <p>Grammaire gnrale du 17e-18eI) La Grammaire Gnrale et Raisonne de Port RoyalPort royal est un monastre religieux qui eut un grand rayonnement intellectuel. Il est le sige du courrant religieux Jansniste1. Par ailleurs, cest un couvent et une cole ou se forme llite (mais pas longtemps, car le jansnisme nest pas au got de Louis XIV). Lenseignement se fait avec pdagogie, et des mthodes plus douces. De plus il y a un enseignement en franais, et non en latin. La GGR se fait par la collaboration de A. Arnauld, thologien (41 volumes de thologie) qui est le penseur et le philosophe, avec C. Lancelot, pdagogue et linguiste, qui avait dj dit des mthodes de Grec, Latin, Espagnol1</p> <p>Jansnius Le mouvement doit son nom au thologien flamand et vque d'Ypres Cornlius Jansen, dit Jansnius, dont la pense se trouve rsume dans l'Augustinus (1640). S'appuyant sur une interprtation rigoureuse de la philosophie de saint Augustin, Jansnius dfendit la doctrine de la prdestination absolue. Il estimait que tout individu peut pratiquer le bien sans la grce de Dieu, mais que son salut ou sa damnation ne dpend que de Dieu. Jansnius affirmait de plus que seuls quelques lus seraient sauvs. cet gard, sa doctrine s'apparente au calvinisme, de sorte que Jansnius et ses disciples furent-ils trs vite accuss d'tre des protestants dguiss. Cependant, les jansnistes ont toujours proclam leur adhsion au catholicisme romain et soutenu qu'aucun salut n'est possible hors de l'glise catholique. Port-Royal Lorsque le jansnisme pntra en France, en particulier grce un ami de Jansnius, Jean Duverger de Hauranne, abb de Saint-Cyran, il imposa d'abord une forme de pit austre et une stricte moralit. Il se situait par l l'oppos d'une morale plus tolrante et d'un crmonial religieux surcharg, qui avaient souvent les faveurs de l'glise de France, en particulier dans l'ordre des jsuites. partir de 1640, le centre spirituel du jansnisme se transporta au couvent de Port Royal des Champs, prs de Paris, o de nombreux nobles, magistrats, crivains et savants, qui sympathisaient avec le mouvement, vinrent effectuer des retraites et dbattre de questions philosophiques et religieuses. Mme de Svign contribua elle aussi l'laboration du mythe de Port-Royal, qu'elle qualifia de vallon affreux, tout propre inspirer le got de faire son salut. Ds son apparition, le jansnisme avait suscit l'hostilit, non seulement des jsuites, mais aussi du pouvoir royal, qui l'associait aux divers mouvements politiques d'opposition. En 1642 puis nouveau en 1653, cinq propositions extraites des crits de Jansnius et relatives la prdestination furent condamnes par le pape. Les jansnistes, avec Antoine Arnauld et Blaise Pascal, ragirent vigoureusement et affirmrent que les cinq propositions ne se trouvaient pas dans les traits de Jansnius; simultanment, ils lancrent la controverse contre les jsuites; les Provinciales de Pascal tmoignent de cette polmique. Mais Louis XIV, pouss par les jsuites, fit expulser les religieuses de Port-Royal en 1709 et raser le couvent l'anne suivante. Finalement, en 1713, la suite de pressions exerces par le Roi-Soleil, cent une propositions tires des Rflexions morales du jansniste franais Pasquier Quesnel (1634-1719) furent condamnes par la bulle papale Unigenitus.</p> <p>Cette grammaire connat un immense succs. Edit en 1660, ldition de rfrence est celle de 1676. Elle tient compte de son hritage antique (Aristote, Denys, Apollonios Dyscole). Les notions existent, mais ce qui est nouveau, cest le dispositif densemble. Lhistoire de la grammaire est uns succession de renversement sur des bases stables. Oppos aux math, suite de mutations, de ruptures, et qui continue de progresser. En linguistique, pas de vrais pas de faux, les concepts ne changent pas. La logique. La GGR forme un tout, un ensemble o tout est li. Art de penser : pour bien parler, il faut bien penser. Cest la logique qui explique la linguistique. Plusieurs oprations de lesprit - concevoir, former des concepts - juger, affirmer - raisonner - ordonner (Descartes, de la mthode) La rvolution de la GGR Dfinition Grammaire gnrale : principes gnraux, communes toutes les langues, sans ngliger les particularits. Raisonne : Fond sur la raison, lesprit humain. La logique sous jacente au langage : expliquer lusage par la raison. Postulat quil ny a rien dillogique. (Optimiste) La rvolution : priorit au sens et la smantique. Recherche du sens profond des units de la langue : ils veulent tout analyser en propositions. (Au del des apparences) Dieu invisible a cr le monde visible. - Dieu est invisible - Le monde est visible - Dieu a cr le monde Etudes des propositions sous jacentes, reprise par Chomsky. Fonctionnement de toutes les langues : la langue privilgie est le franais, SVC car donne comme la langue de la logique, alors que le latin est imag. La GGR a une norme influence idologique. Fondement de la GGR - Le terme de signe est au sens quasi saussurien. Cest la thorie des signes Stociens : ce qui reprsente autre chose que lui mme. - Conception occidentale de langue : lOral est premier, lcrit est second. Cest le Phonocentrisme, thorie qui dit que lcrit est une dformation de loral. - Diffrence signifiant/signifi - Les signes ne sont pas naturels, mais crs par lhomme pour lhomme. Seconde partie Pour comprendre la langue, il faut comprendre ce qui se passe dans lesprit. Le modle sujet verbe complment est prcis : sujet, verbe tre, complment.</p> <p>La terre est ronde. Pierre lis : Pierre est lisant Conclusion Originalit La grammaire gnrale est raisonne. Le danger est labandon des contraintes linguistiques : le sens est privilgi au dtriment de la forme. Epistmologie Reprsentationalisme : le langage reprsente la pense du monde.</p> <p>Grammaire Gnrale du 18esLes connaissances des langues progressent, on commence prendre conscience de sa diversit. Les langues prennent leur autonomie vis vis du latin Le mot phrase prend son sens moderne La base logique est toujours prsente, mais on y ajoute une rflexion philosophique sur les origines de la langue. Age dor de rflexion sur le langage (grammairiens philosophes)</p> <p>Deux branches, deux traditions - descriptive (description de manire technique) Claude Buffer, grammaire jsuite 1709 - Nicolas Beauze : mtaphysique grammaticale - Lappellation Grammaire gnrale est fixe. La deuxime poque est celle de lencyclopdie avec Dumarsais et Beauze. - Dumarsais : 100 premiers articles (jusqu' F) - Beauze-Douchet de lcole royale militaire (G-jusqu' la fin). Dumarsais - Traits des tropes, grande rflexion sur la rhtorique classique avec Fontanier 1830. (tropes : figures de significations : mtaphores mtonymies) - Les articles de lencyclopdie jusqu F, sinspirant de la GGR de Port royal. Notion de construction : distinction fondamentale entre construction et syntaxe. - Construction : arrangement des mots dans le discours, combinaison de mots dans lnonc : Accepi Litteros Tuas : Trois constructions possibles, une seule syntaxe. - La construction naturelle nest pas celle des origines, elle provient de la civilisation. - La construction figure procde par plonasmes et ellipse, avec un but rhtorique. - La construction usuelle est un mlange par des gens cultivs. Beauze Continuateur de Dumarsais.</p> <p>Il part de la mtaphysique grammaticale, de la philosophie de la grammaire. Cest un thoricien. Il fixe lappellation de Grammaire Gnrale, dgageant les principes gnraux et immuables du langage, dans quelque langue que ce soit. La grammaire est une science. Analyse de la proposition selon Beauze : - Enonciation dun jugement. - Conteste la distinction de lnonc contre les autres types, jugeant cette distinction superficielle. Conclusion Plus dautonomie, mme si le latin est encore trs prsent. La GG dgage des principes universels Mais la GG dcline avec ltude des langues exotiques, ou la logique ne sapplique plus. Postrit : La grammaire scolaire reprend la GG au 19e Chomsky reprendra les principes de la GG dans sa grammaire cartsienne (distinction structure profonde/superficielle La linguistique cognitive puise galement certaines bases dans la GG</p> <p>Ides sur le FranaisAu 18es, la langue franaise est la langue europenne de laristocratie. En 1782, lAcadmie francophile de Berlin lance un concourt 1) Quest ce qui a fait du franais la langue universelle de lEurope ? 2) Par o mrite-t-elle cette prrogative ? 3) Peut-on prsumer quelle la conserve ? 1784, deux gagnant ex aequo : Schwab (oubli) et Rivarol, qui remporte un franc succs. Cest lui qui fixe les strotypes de la langue franaise dans le monde, et ce notamment par son art des formules frappantes. Il insiste sur le gni de la langue franaise, son ordre direct, sa construction naturelle, sa logique. SVC. Le franais en cela soppose aux langues inversion. Ce qui nest pas clair nest pas franais. Consquence, elle est moins propre la posie qua la prose. ***</p> <p>Grammaire Compare fin XIXesQuest ce que la Grammaire ? Il y a diffrentes thories linguistiques du fait que personne ne sait ce que cest que la linguistique, la grammaire, et ce qui les compose, mais que tout le monde y va de sa petite dfinition, et, plus proccupant, de la thorie linguistique qui va avec.</p> <p> On saccorde nanmoins dire quil sagit de ltude de la langue, par le biais doutils dexprimentations, dhypothse, comme en bio. Quest ce quune thorie linguistique ? Deux postulats : - Construire un nouveau systme qui sera un point de vue diffrent sur les mmes problmes dj tudis sous x angles. - En principe, le systme doit tre fonctionnel et utile. Quapporte la dimension historique ? - La langue se construit dans la dure, ne pas tudier la diachronie serai se voiler une partie de sa ralit - Il ny a pas dvolution linaire de la langue, on ne peut avoir que diffrents points de vue dune mme chose, diffrents clairages dun mme objet.</p> <p>19es, la Grammaire ComparePhilologie classique : linguistique compare - le mvmt rom en all - lid d1 ling scientifique - dcouverte du sanskrit Romantisme : - Contre le classicisme, et pour un retour aux racines de la langue (mouvement de balancement perptuel des mouvements) - La langue volue avec lhomme (la poule et luf) - Universalit du langage : ide de comparatisme - Deux langues ne sont jamais suffisamment semblables pour reflter la mme ralit, pas seulement le mme monde avec des tiquettes diffrentes. - Linguistique comme science : rapport (complex) aux sciences dures , au darwinisme (progrs en scie...</p>

Recommended

View more >