I. DU RECIT POETIQUE A LA LECTURE ALLEGORIQUE

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    216

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Mlle Grilli Squence 5 : la posie. Premires </p><p> 1</p><p>Introduction : </p><p> Publication en 1857 par Baudelaire du recueil Les Fleurs du Mal aprs plusieurs annonces et dj quelques pomes publis dans des revues : nouvelle posie qui fit scandale et donna lieu un procs suit auquel six pomes furent condamns tre retirs. Continuits avec le courant romantique : on retrouve les mmes thmatiques, le mal de vivre de Musset notamment, qui chez Baudelaire, samplifie et devient le Spleen (mot anglais qui signifie la rate et renvoie la thorie des humeurs, lhumeur noire, la mlancolie). Dans ce deuxime pome du recueil, Baudelaire propose une vision du pote en le comparant cet animal surprenant : un albatros. </p><p>=&gt; refuge de lartiste dans la posie du Beau. Nous verrons comment Baudelaire, dans lAlbatros , oppose lIdal au Spleen, met en scne une vision pessimiste de la socit, dans laquelle le pote ne trouve pas sa place. </p><p>= le pome fonctionne comme une parabole qui propose une allgorie du pote et comme un manifeste o il expose sa conception de la figure du pote. </p><p> I. DU RECIT POETIQUE A LA LECTURE ALLEGORIQUE Premire lecture de lAlbatros : se lit comme une petite histoire au dcor maritime. Un navire et ses hommes dquipage traversent les ocans : pour passer le temps, ils samusent avec des albatros. 1. UNE NARRATION On est bien face un type de texte potique. Cpdt, Dans les 3 premiers quatrains : traces dun schma narratif, propre aux types de textes narratifs. a. le cadre nonciatif - Narrateur au point de vue externe (ne simplique pas) dans les 2 premiers quatrains : pas dimplication de lmetteur, pas de lyrisme. - Ds le 3me quatrain : discours avec prsence dun style direct (prsence de ce : dmonstratif dictique, propre une situation de communication orale (on nous montre quelque chose voir) + exclamation x3 =&gt; caractre insistant. Type exclamatif propre au discours oral, au registre oratoire. b. un rythme narratif vivant - Posie compose en alexandrins, avec de nbx groupes rythmiques ds chaque vers - Exemple avec le vers 1 qui se dcompose, grce la ponctuation, en gradation 2/4/6 =&gt; 2 csures. Rythme plus propre la prose : hach et vivant c. la situation spatio-temporelle -nonciation propre au rcit : situation spatiale tablie (dans le ciel, sur le navire) -tablissement du cadre temporel : souvent =&gt; aspect itratif. Dbut du pome par un adverbe de temps qui marque la rptition, lhabitude, la lassitude = voir que lEnnui est le pire des maux pour Baudelaire dans Au lecteur . </p><p>Sance 6 : Baudelaire : lecture analytique LAlbatros . </p><p>Questionnements possibles au bac : Comment analysez-vous la comparaison du pote un albatros dans ce pome ? Comment Baudelaire met-il en valeur le gnie du pote ? Quels sentiments se dgagent ici lgard de lalbatros et pourquoi ? Quelle est la place et la fonction du pote dans la socit ? Comment sexpriment dans cette posie le Spleen et lIdal ? </p></li><li><p>Mlle Grilli Squence 5 : la posie. Premires </p><p> 2</p><p> Le pome se prsente donc la 1re lecture comme la narration d'une scne de la vie en mer. (rappel : Baudelaire a voyag dans les les). 2. LA SYMBOLIQUE DE LOISEAU a. Du rcit au symbole -Au v.13, une analogie (comparaison explicite avec loutil de comparaison semblable ) invite rinterprter la scne voque dans les 3 premiers quatrains: "Le Pote est semblable au prince des nues". Cette analogie opre le passage de l'anecdote l'allgorie et invite voir une nouvelle signification morale et philosophique. b. La personnification de lalbatros - prince des nues et rois de lazur : lalbatros est personnifi par une figure de style, la priphrase noble, potique pour idaliser limage du pote -caractrisation par des sentiments humains : indolent, maladroit, honteux : participe la personnification de lanimal comme symbole du pote c. Les rseaux symboliques -lecture de la posie sous un nouvel angle, travers tout un rseau de symboles. Posie symboliste : </p><p> Albatros symbole du pote Equipage -- -- de la socit Navire -- -- de la terre Gouffre -- -- de la mort </p><p> Transition : Relecture avec un nouvel il =&gt; fouille plus complte de ltude avec ce nouveau point de vue : voir ce que chaque symbole fait passer comme ide. II. LIDEAL DE BAUDELAIRE : POESIE ET LIBERTE Loiseau et le pote ont en commun la plume, loutil de libert. La plume de lalbatros laide voler, celle du pote lui permet dcrire : pour tous les deux, cest le seul moyen dtre libre, de vivre un idal. 1. LA POESIE AERIENNE a) un univers infini - vastes : adjectif qui caractrise lanimal et le pote par une connotation dampleur = capacit dexpansion (pour le pote, expansion = figure de lhyperbole, adjectifs qualificatifs), qui prend la place quil lui faut, dans son univers idal : le ciel, cest lespace de libert, comme la feuille. Emploi de ladjectif particulier car on sattend davantage ce quil connote la mer, lespace. - oiseaux des mers : priphrase. Pluriel des mers : universalit par le pluriel =&gt; Pouvoir sur le monde. Dans la symbolique traditionnelle, loiseau reprsente les tats spirituels et suprieurs de ltre : il est celui qui dtient la connaissance spirituelle. b) la supriorit du pote -Supriorit physique (oiseau = au-dessus). Le pote est donc tmoin de la socit, il dnonce les travers humains - se rit, hante : supriorit du pote dans son domaine. </p><p> 2. UN ART POETIQUE a) noblesse et puret de la forme -4 quatrains + vers en alexandrins =&gt; ampleur et noblesse du rythme : puret dans la forme -Pote avec majuscule : idalisation du monde des potes, noblesse du monde de lesprit </p></li><li><p>Mlle Grilli Squence 5 : la posie. Premires </p><p> 3</p><p> b) La noblesse du pote. - priphrases nobles : appartenance un autre univers, celui de la noblesse dme (roi, prince), celui dun univers de couleur et dabstrait (nues, azur). -prince des nues : allusion lexpression prince des potes, distinction attribue au potes courtisans au XVIme sicle (ex : Ronsard). Baudelaire sinscrit donc dans la ligne des grands potes c) La libert potique de Baudelaire -ses ailes de gant : anacoluthe (figure de style crant une rupture grammaticale avec le vers prcdent). =&gt; effet de surprise // libert du pote de pouvoir exprimer les mots sans se plier aux exigences syntaxiques, donc aux exigences sociales Transition : cpdt, malgr cet idal potique, le pote ne peut spanouir compltement : la socit lui pse, elle cherche lempcher de sexprimer, par sa duret et sa trivialit. Le pome finit sur une touche pessimiste (on lempche de marcher) : Baudelaire nchappe pas au spleen quil cherchait pourtant fuir avec la posie. III. LE SPLEEN DE BAUDELAIRE : LE POETE DANS LA VIE Lalbatros est victime de la trivialit du monde et de la socit. Le registre raliste prsent dans la posie nous invite lire ici lexpression du spleen du pote, mal dans la vie. 1. REALITE VIOLENTE a) une civilisation hostile adjectifs et adverbes volontairement pjoratifs partir du moment o le pote met un pied dans la socit et tout ce quelle a de plus vulgaire et trivial, cad la vie quotidienne -rime alterne planche / blanche : exprime bien lopposition entre les deux mondes, celui de la posie, et celui de la ralit. les planches : Terme trivial, signifie q. chose de construit, qui soppose au ciel : symbole de la civilisation. - comique et laid : ce qui nappartient pas au domaine de la posie noble et pure. Allitration en /k/ =&gt; tonalit coupante, blessante (caractre trivial et hostile de la socit). Lalbatros nest plus dans son environnement, il perd ses qualits, sa grce b) capture et emprisonnement -rejet =&gt; prennent en dbut de vers : connotation de capture, demprisonnement -structure grammaticale : hommes sujets, donc qui dtiennent le pouvoir, bourreaux / albatros complments dobjet, donc victimes c) un mal universel -pour samuser : CC de but, antpos + encadr par les virgules (apposition) : plusieurs procds grammaticaux qui cherchent mettre en vidence la cruaut des hommes, gratuite. -les hommes : aspect gnralisant de ltre humain (tous les hommes) : pas un seul ne sort du lot =&gt; universalit dans la cruaut humaine -prsent de vrit gnrale dans le pome : caractre atemporel : universalit de la chose 2. FATALISME ET REGRETS a) un idal impossible atteindre -Nagure + imparfait qui volait : rupture avec un temps prospre et insouciant, celui de lcriture -opposition : ciel (lieu dcriture et dinspiration, idal) VS terre (lieu de ralit, spleen) </p><p>Pour ceux qui veulent aller plus loin : Il y a une rfrence au thtre avec les planches et le mime imite, en boitant, linfirme : cest une allusion la prsence de Satan qui gouverne le monde (voir au lecteur ) : le Diable est celui qui imite les choses de la Cration pour les dgrader. </p></li><li><p>Mlle Grilli Squence 5 : la posie. Premires </p><p> 4</p><p>-laissent plac en dbut de vers (enjambement) =&gt; abandon du pote, victoire impossible contre la socit (fatalisme ?) -de voyage : voyage vers quoi ? vers la mort. Fatalisme de la condition humaine c) un voyage vers la mort -le navire = symbole de la socit, de la terre, de la vie quotidienne. -glissant = allitration en /s/ + participe prsent =&gt; sensation de lenteur, symbole de la vie terrestre o lon sennuie (+ souvent : aspect itratif : monde de rptition, et dennui) -sur des gouffres amers : allitration en /R/ : connote une duret, la chute : termes pjoratifs propres au spleen. Marche lente vers la mort, rappelle le fleuve qui mne lenfer (le Styx) 3. LE POETE MARGINAL ET EXCLU a) la nonchalance de loiseau et du pote -Indolent : terme polysmique, issu de dolor = souffrance. Qui ne souffre pas/ qui ne fait pas souffrir/ qui nest touch de rien (insensible)/ nonchalant, paresseux =&gt; Lecture raliste =&gt; touch de rien , nonchalant. Lecture symbolique : pote qui ne travaille pas avec la sueur de son front =&gt; insupportable pour la socit humaine qui du coup se dchane contre le pote ? - Socit o le rve est interdit, considr comme une perte de temps =&gt; pote = figure de la marginalit = pote marginal, inadapt. b) limpossibilit dtre libre et pur -Grandes ailes blanches : instrument de loiseau pour se mouvoir, pour aller vers autre chose. Par analogie, les ailes reprsentent aussi linspiration ou les mots du pote qui lui permettent de sexprimer (donc daller vers autre chose). Ici bas, les ailes nont plus de fonction -comme des avirons : comparaison. Instrument qui permet davancer. Sans cet instrument, stagnation dans leau. Qui dit stagnation dit croupissement, donc mort -traner : implique une salissure du blanc, de la puret. Confrontation de la posie au monde social. Salissure de la posie par la corruption humaine. = abandon du pote. -Posie qui ne peut plus sexprimer. Problmatique essentielle du pote romantique : comment trouver linspiration dans un monde trivial et prosaque, dans la ralit quotidienne ? c) la destruction de la cration potique -gauche et veule : pote qui se dbat dans la socit. Inadaptation au monde, intgration impossible -Bec = pour sexprimer. Outil de la parole et de lexpression. Socit qui cloue le bec au pote, qui lempche de sexprimer. -La socit tue linspiration : brle-gueule, terme trivial (= petite pipe, soit q. chose qui fume, qui chauffe, qui brle, qui empche de respirer, et qui pue). Nombreuses connotations pjoratives Conclusion : Posie qui se lit plusieurs fois, avec de nouveaux sens qui apparaissent au fil du dcryptage des symboles : premire lecture racontant une petite scne de vie en mer, seconde lecture symbolique qui nous amne percevoir lamour de Baudelaire pour son art, car cest la posie qui lui permet de se librer de la pesanteur terrestre (comme loiseau), de lennui de la vie quotidienne, de la corruption du monde social. Cependant, la posie ne suffit pas fuir le spleen, comme le dernier vers du pome nous le fait entendre (pessimisme final). Pome qui suit lAlbatros = Elvation : on retrouve cette thmatique arienne, cette recherche dsespre de Baudelaire pour chapper au mal de vivre : Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides. Derrire les ennuis et les vastes chagrins Qui changent de leur poids lexistence brumeuse. </p></li></ul>