Iae Nanterre

  • View
    15

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Iae L1

Text of Iae Nanterre

  • 1

    IAE

    ECONOMIE ET SCIENCE ECONOMIQUE On trouve des notions dconomie dans la Grce antique, qui se sont enrichies tout au long du Moyen-ge (St-Thomas dAquin). Jusquau XVIme sicle lconomie nest pas autonome par rapport la morale religieuse. Avec la Renaissance, on assiste en France et en Europe occidentale lmergence de nouveaux Etats, qui sont limits par des frontires difficiles garder. Il faut donc des armes permanentes. Les 1ers conomistes vont sintresser la question de la richesse des souverains car il faut des ressources pour entretenir une arme. Le 1er conomiste avoir publi un ouvrage Trait dconomie politique en 1616 est Antoine de Montchrestien. Il se demande comment faire pour enrichir le souverain car richesse = puissance. Montchrestien va crer une des premires coles de pense, les Mercantilistes. La caractristique fondamentale des conomies dalors est que ce sont des conomies sans industrie o lenrichissement vient surtout des changes marchands. Ds la fin du XVIme sicle, une autre proccupation va intresser les conomistes. Ils voient que le commerce nest pas tout et que si on consomme il faut produire. Certains vont se pencher sur le lien entre lagriculture et lconomie : -le travail -le grain, la semence -la nature (indpendante de la volont de lhomme) Les conomistes seront bloqus par ce constat. Il y a quelque chose quon ne peut pas contrler. Ils vont essayer de thoriser cet tat. A la fin du XVIme sicle, les Physiocrates vont introduire une notion fondamentale de lconomie, lordre naturel. Cet ordre naturel est ce qui permet la nature de tout mettre en ordre pour que tout se passe correctement. Ils vont mettre en cause la supriorit de lEtat. Selon eux, il existe des lois conomiques qui simposent aux hommes. Ds le XVIIIme arrivent les Classiques, qui vont voluer. Ils arrivent en Angleterre au dbut du sicle, pendant la rvolution industrielle. Ils vont approfondir les questions de lois conomiques. Do vient la richesse ? La production ? Lchange ? La formation de la valeur, du prix ? Adam Smith, 1er des conomistes classiques ; David Ricardo ; Robert Malthus sont des reprsentants de cette cole, qui vcut de 1730 environ jusquen 1848. Ils prsenteront un modle conomique simplifi, le modle Classique, qui conduit la conclusion pessimiste que lconomie industrielle dalors va directement dans le mur. Ricardo appellera a ltat stationnaire. Milieu du XIXme, fin de lcole classique car volution des penses, le message des auteurs classiques (tat stationnaire) est remit en cause par dautres classiques, qui sappelleront les Noclassiques. Le XIXme est un sicle de profonde injustice sociale, qui provoque lmergence de thories qui vont sefforcer de dmontrer pourquoi cette conomie na pas davenir. Ds 1948, premiers crits noclassiques. Si lchange se ralise dans de bonnes conditions, la situation conomique est un quilibre conomique. Cet quilibre est la meilleure solution conomique pour tous. Cest en mme temps un quilibre social (=satisfaisant pour la socit). Ils vont appeler a un optimum conomique. Quelques Noclassiques : Stanley Jevons, Karl Menger, Alfred Marshall, Lon Walras, Vilfredo Pareto.

  • 2

    Fin du XIXme, expansion conomique. La pense noclassique domine. Elle nest pas favorable lintervention de lEtat dans lconomie. Pourtant on va sortir de la crise grce lintervention de lEtat : chantier du Mtropolitain (mtro1) sur Paris par exemple. 1929 crise conomique, on prend conscience que la thorie noclassique na pas t capable de lanticiper. Aprs cette crise, mergence dans les annes 30 de la thorie keynsienne (John Maynard Keynes) et mise en place de ses applications dans cette conomie. On voit donc une profonde volution entre 1615 et 1950 des thories conomiques, comprhensible entre autres, par le changement des conomies elles-mmes. 1.Mercantilistes 2.Physiocrates / Classiques (quilibre = stagnation) 2b.Karl Marx (quilibre = fin du capitalisme) 3.Noclassiques (quilibre = meilleure situation pour tous) 4.Keynsiens

    Comment dfinir lconomie : identification de lconomie Il y a plusieurs dnominations de lconomie : -Ecopo -sciences conomiques -analyse conomique.

    La premire tape commence avec les Mercantilistes. Lconomie sert dfinir la faon denrichir au mieux le souverain. Les Classiques soccupent de lconomie industrielle. Dfinition 1 : Lconomie veut expliquer la manire dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses par Jean-Baptiste Say dans Trait dconomie politique . Cest la science de la richesse.

    Les Noclassiques sont la nouvelle rfrence pour les dcideurs (fin 19me). Lconomie peut parvenir lquilibre qui est harmonieux et quitable, par lchange. On change des biens conomiques ou des services. Ces biens ont un prix ! Cest lchange marchand. Dfinition 2 : Cest la science de lchange marchand . Mais quel prix ? Noclassiques = thorie de la formation des marchs et des prix

    WWII ncessite lintervention massive de lEtat dans lconomie car il faut reconstruire les villes dvastes (rupture par rapport aux autres thories). Il y a ncessit pour lEtat dintervenir ds lors que le march ne peut pas rgler le problme tout seul. Comme on ne peut pas tout faire en mme temps, il faut choisir quoi reconstruire en premier = arbitrage. Les conomistes trouvent l une nouvelle fonction : laide la dcision politique. Lconomie est devenue une science des choix efficaces. Dfinition 3 : Cest la science qui tudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares usage alternatif par Lionel Robbins en 1947. Recherche de la meilleure adquation objectifs / moyens rares. Lconomie est-elle une science ? Oui mais cest une science capable de se remettre en question. Ex : linflation

  • 3

    Controverse de 1590 entre luniversit de Paris et les pouvoirs publics (le roi). Le roi va confier Monsieur de Boisguillebert la mission de savoir pourquoi les prix augmentent. Jean Bodin, professeur la facult de Paris va proposer une autre explication que celle de Boisguillebert. Lhistoire lui donnera raison sans toutefois donner tort Boisguillebert. Pourquoi le prix du grain augmente ? Boisguillebert fait ouvrir les livres de comptes des paysans et il constate que 10 ans auparavant le quintal de bl valait 1 pice dor, contre 1 pice dor + 1 Louis dargent au moment de lenqute. Son hypothse est : le processus dchange de monnaie o les pices passent de main en main fait que les pices susent. Pour lui la hausse des prix est donc due lusure des pices. Plus largent circule vite, plus il suse donc plus les prix augmentent. Il fait vrifier cela par les orfvres qui montrent que les vieilles pices ont un poids en or plus faible. Jean Bodin, professeur la Sorbonne, enqute bien quil nait pas les mmes possibilits dinvestigation. Il regarde les livres des fermiers gnraux mais narrive pas la mme conclusion que Boisguillebert. Il constate une modification dans lconomie : la quantit dor en stock a augment (pillages des conquistadors en Amrique du Sud). Pour lui les hausses de prix sont causes par la hausse du stock dor, lexpansion montaire. Or 2; Grain = Prix 2 Dans le courant du XIXme, cette opration sera rsume par dautres conomistes sous la forme suivante, qui est lquation quantitative de la monnaie: M = P T (o M est la masse montaire, P lindice de prix et T le volume des transactions)

    Le roi ne donne pas raison Bodin car cest trop complexe pour tre compris, par rapport la rponse intuitive de Boisguillebert. Dans les deux thories, certaines hypothses ntaient pas vrifies. Dans celle de Boisguillebert M est constant ; cependant il a raison sur le point que linflation est lie la vitesse de circulation de la monnaie. Dans celle de Bodin, La vitesse de circulation nest pas essentielle ; cependant il a raison sur le fait que M a augment.

    la bote outils des conomistes les modles et la confrontation avec la ralit

    Lconomie est une science car elle suit une mthode. Lconomie construit, propose une mthode explicative = modle. Cest un rsum, une synthse la plus explicative possible de la ralit. Ex : M PT= Ensuite ce modle est confront la ralit (analyse au travers de faits statistiques, donnes relles,). Cette phase de confrontation nest pas toujours satisfaisante. On va donc reformuler les hypothses et reconstruire le modle. Si la confrontation est satisfaisante on retient la rponse. Mais a ne veut pas dire que ce soit la seule explication !

  • 4

  • 1. DE LA DESCRIPTION A LECONOMIE : LANALYSE EN TERME

    Il y a deux conceptions de lconomie

    1-Lconomie comme un circuitElle fonctionne comme un circuit plus ou moins complexe. Toute action provoque une raction dautres agents conomiques.Ex : une entreprise paie des salaires. Si elle les baisse, cela va faire baisser les dpenses et donc faire baisser le prix dachat. Il y a deux appronationale (description du circuit conomique) et la thorie keynsienne (explication du circuit conomique).

    2-Comme un ensemble de marchsLconomie est un ensemble de marchs. On va chercher savoir comment seprix et se concluent les changes. Les Classiques (Smith, Marx,) et les Noclassiques.

    La reprsentation simplifie du circuit conomiqueLes Physiocrates vont proposer une reprsentation simplifie en terme de circuit (1Franois Quesnay).

    Hypothses simplificatrices1-conomie ferme 2-pas de banque, dinstitutions financires (2 agents

    Le march ici est un lieu dchangeset celui du travail

    Ce circuit conomique simplifi possde plusieurs proprits

    5

    DE LA DESCRIPTION A LA REPRESENTATION DE: LANALYSE EN TERME DE CIRCUIT

    Il y a deux conceptions de lconomie :

    Lconomie comme un circuit comme un circuit plus ou moins complexe. Toute action provoque une

    raction dautres agents conomiques. : une entreprise paie des salaires. Si elle les baisse, cela va faire baisser les dpenses et

    donc faire baisser le prix dachat.