Ils comptent sur toi

  • View
    226

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

de famille mais en parfait manager. Force est en effet de constater que l’impératif d’abord, les méthodes ensuite, de ges- tion développés au sein des entreprises à but lucratif s’immiscent, contaminent ou envahissent des domaines d’activité tou- jours plus vastes et par là des pans entiers de notre vie quotidienne.Les exemples sont légions : bonne gouvernance confiée aux experts gestionnaires de la Troïka européenne, réforme Copernic des services publics belges, kit de la démarche qualité dans les ONG ou les institutions de soins, contrat de gestion et processus d’éva- luation des politiques publiques, formations au management associatif, méthode de développement personnel et d’optimalisation de nos compétences relationnelles... Sans parler des deadline, brainstorming, win win, bottom-up, check out, reporting et autre benchmarking qui colonisent nos langages professionnels.

Text of Ils comptent sur toi

  • BLE80DEF_Mise en page 1 06/03/13 14:50 Page1

  • ED Sommaire

    Avec le soutien de la Fdration Wallonie-Bruxelles. Bruxelles Laque Echos est membre de l'Association des Revues Scientifiques et Culturelles - A.R.S.C. (http://www.arsc.be/)

    Bruxelles Laque asblAvenue de Stalingrad, 18-20 - 1000 BruxellesTl. : 02/289 69 00 Fax : 02/502 98 73E-mail : bruxelles.laique@laicite.be http://www.bxllaique.be/

    Editorial (Ariane HASSID)............................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 3

    Lidologie managriale : Il ny a pas de problme, il ny a que des solutions (Alice WILLOX).............................................................................................................................. 4

    Mon cadre-manager me fait rver (Alexis MARTINET).................................................................................................................................................................................................................................. 8

    Le stress de tout ce quil y a russir (Propos recueillis par Alexis MARTINET et Paola HIDALGO) .................................................................................................... 12

    La managrialisation des services publics : un pas vers la modernit ou un ver dans le fruit ? (Olivier STARQUIT)................................................................... 15

    Europe : quand lautorit technique prend le pas sur la dmocratie (Bruno PONCELET)....................................................................................................................................... 19

    Un cadre de rfrence pour la qualit dans les ONG (Denis DUBUISSON) ........................................................................................................................................................................... 23

    Limposture contractuelle (Pierre-Arnaud PERROUTY) ............................................................................................................................................................................................................................. 27

    Rationalisation du travail social (Propos recueillis par Mario FRISO et Cedric TOLLEY)......................................................................................................................................... 30

    Consultation du dossier et respect de la vie prive (Micky FIERENS) ........................................................................................................................................................................................ 32

    Chronique dune importation annonce (Extraits des travaux de Dan Kaminski par Juliette BEGHIN) .................................................................................................... 36

    Le manager pnitentiaire : un sous-capitaine qui a le mal de mer (Marc DIZIER).......................................................................................................................................................... 40

    Ma petite entreprise (Mathieu BIETLOT) ............................................................................................................................................................................................................................................................. 43

    Peut-on mettre lhumain en bote ? (Ababacar NDAW).............................................................................................................................................................................................................................. 47

    PORTAIL : La dconne : une mthode de management qui marche ! (Mario FRISO).................................................................................................................................................. 49

    Pa d tio jo Les exem services p luation de de nos co benchmar

    Parce qu dre des o et donc u mais une ou parfait dune cert

    Ds lors, pervertit l

    Cela ne s mthodes garder l tions ou p

    En tant qu ganisation aussi, en aucune pl choix de s

    Le bonhe aidera da

    E C H O S N 8 02

    BLE80DEF_Mise en page 1 06/03/13 14:50 Page2

  • EDITOrial

    be/)

    ..................... 3

    ..................... 4

    ..................... 8

    .................. 12

    .................. 15

    .................. 19

    .................. 23

    .................. 27

    .................. 30

    .................. 32

    .................. 36

    .................. 40

    .................. 43

    .................. 47

    .................. 49

    Par ces temps moroses daustrit et de crises infinies, nous navons plus le choix : il faut grer ! Grer non plus en bon prede famille mais en parfait manager. Force est en effet de constater que limpratif dabord, les mthodes ensuite, de ges-tion dvelopps au sein des entreprises but lucratif simmiscent, contaminent ou envahissent des domaines dactivit tou-jours plus vastes et par l des pans entiers de notre vie quotidienne.Les exemples sont lgions : bonne gouvernance confie aux experts gestionnaires de la Troka europenne, rforme Copernic desservices publics belges, kit de la dmarche qualit dans les ONG ou les institutions de soins, contrat de gestion et processus dva-luation des politiques publiques, formations au management associatif, mthode de dveloppement personnel et doptimalisationde nos comptences relationnelles Sans parler des deadline, brainstorming, win win, bottom-up, check out, reporting et autrebenchmarking qui colonisent nos langages professionnels.

    Parce quil ne recherche que lefficacit, quil se limite proposer des moyens et des techniques rationnelles et utiles pour attein-dre des objectifs sans se prononcer sur ces objectifs, le management se prtend neutre, dnu de toute connotation idologique,et donc universel. Or limpratif de gestion efficace na pas exist de tout temps. Ce nest pas une manire de fonctionner naturellemais une manire de voir et dorganiser les choses apparue un moment prcis de lhistoire. Non seulement, il ny a pas une seuleou parfaite mthode pour atteindre ses buts mais le fait dtre efficace nest pas lui seul gage de vrit. Le management relvedune certaine vision du monde et de lhomme : positiviste, utilitariste, techniciste

    Ds lors, le management ne propose pas que des moyens techniques, il teinte le projet de ses prsupposs idologiques, voire enpervertit les finalits. Il faut le savoir quand on dcide dappliquer des instruments de gestion une situation prcise.

    Cela ne signifie pas que les techniques de management sont forcment mauvaises. Tout nest pas jeter, il y a des outils et desmthodes qui peuvent amliorer le fonctionnement dun service public, dune association ou dun projet personnel. A condition de biengarder lesprit les implications sous-jacentes des instruments utiliss et de ne pas perdre de vue les finalits propres de ces institu-tions ou projets. Il sagit dadapter la technique aux finalits du projet et non linverse, comme cela semble trop souvent tre le cas.

    En tant que laques, nous ne sommes videmment pas opposs lide daccorder plus de place la raison dans nos modes dor-ganisation. Mais il faut se mfier du dvoiement des valeurs qui glisse si vite de rationalit rationalisation puis rationnement. Etaussi, en tant quhumanistes, nous ne pouvons nous contenter de modlisation, de calculs froids, de mises en bote qui ne laissentaucune place lhumain et ses affects, aux alas de la vie, la remise en question, aux dbats sur les orientations politiques ou leschoix de socit.

    Le bonheur et le succs ne dcoulent pas automatiquement dun plan de management. La lecture des articles qui suivent vousaidera dans vos rflexions ce sujet.

    Ariane HASSIDPrsidente

    E C H O S N 8 03

    BLE80DEF_Mise en page 1 06/03/13 14:50 Page3

  • Lidolog

    la fin d Taylor se usines am dlaborer nisation d way ta force est d vail reste naire. Il n de cherch nelle du tr d implm ment pr socit re appeler managria lusage g tation des des objec

    Le manag travail ne r Lheure e connatre poser des personnal Par exem dans un b cas de di trerez vos compten sance en En revanc des respo collaborat didentific de vous humaine e plexe, ma problme,

    4 E C H O S N 8 0

    Par Alice WILLOX*

    *Bruxelles Laque Echos

    Lidologie managrialeIl ny a pas de problme, il ny a que des solutionsLes outils du management humain sont partout. Dbarqus de la sphre marchande, ils

    envahissent aujourdhui les sphres sociales les plus diverses, du secteur non-mar-

    chand jusquaux multiples life coachs qui nous guident vers toujours plus d excel-

    lence. Il est tentant dy voir une forme de repli rationaliste face aux