of 80/80
SONYA YONCHEVA ANDREA CARÈ NIKOLAY DIDENKO GABRIELE VIVIANI PAOLA GARDINA MARIN YONCHEV CHŒUR DE LA RADIO LETTONE CHŒUR ET ORCHESTRE NATIONAL MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON DOMINGO HINDOYAN Iris PIETRO MASCAGNI OPÉRA BERLIOZ, LE CORUM MARDI

Iris - EBU · FRANCE MUSIQUE Iris PIETRO MASCAGNI 1863-1945 Opéra en 3 actes (1898). ... vériste faisait chanter dans Cavalleria rusticana les corps possédés par

  • View
    229

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Iris - EBU · FRANCE MUSIQUE Iris PIETRO MASCAGNI 1863-1945 Opéra en 3 actes (1898). ... vériste...

  • SONYA YONCHEVAANDREA CAR

    NIKOLAY DIDENKOGABRIELE VIVIANIPAOLA GARDINAMARIN YONCHEV

    CHUR DE LA RADIO LETTONE

    CHUR ET ORCHESTRE NATIONAL MONTPELLIER

    LANGUEDOC-ROUSSILLON

    DOMINGO HINDOYAN

    Iris PIETRO MASCAGNI

    OPRA BERLIOZ, LE CORUM

    MARDI

  • la Rgion

    AGDE AIGUES-MORTES ALNYA ALLGRE LES FUMADES ANIANE ARLES SUR TECH AUMONT-AUBRAC BDARIEUX BRAM CASTELNAUDARY CHANAC CONQUES CORNILLON ELNE FOURQUES GALLARGUES LE MONTUEUX GNRARGUES LA BAMBOUSERAIE JUNAS LA GRANDCOMBE LANGOGNE LIMOUX LUNEL MARCHASTEL MENDE NASBINALS PENNAUTIER PERPIGNAN

    RIVESALTES - MMORIAL SAINT ALBAN SUR LIMAGNOLE SAINT-GILLES SAINT GUILHEM LE DSERT SRIGNAN TRESQUES VALLABRGUES VAUVERT VINA

    laRgion.fr

    1er PARTENAIRE DU FESTIVAL DE RADIO FRANCE ET MONTPELLIER

    LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES

    1126JUILLET2016

    1126JUILLET2016

    IrisPIETRO MASCAGNI 1863-1945

    Opra en 3 actes (1898). Livret de Luigi Illica. Version de concertDure 2h20

    Sonya Yoncheva soprano : IrisAndrea Car tnor : Osaka

    Gabriele Viviani baryton : KyotoNikolay Didenko basse : Il Cieco

    Paola Gardina mezzo-soprano : Una Gucha Marin Yonchev tnor : Il Cenciaiulo

    Karlis Rutentals tnor : Un Merciaiuolo, Un Cenciaiulo(soliste du Chur de la Radio Lettone)

    Laurent Srou baryton : Un Cenciaiuolo(soliste du Chur de lOpra de Montpellier)

    Chef de chant Anne Pags-Boisset

    Chur de la Radio LettoneChef de chur Sigvards Klava

    Chur Opra national Montpellier Languedoc-RoussillonChef de chur Nolle Gny

    Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

    Domingo Hindoyan direction

    AVEC LA RGION LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNESAVEC LAIDE DE LA CAISSE DEPARGNE LANGUEDOC-ROUSSILLON

  • 20H00 - OPRA BERLIOZ, LE CORUMMARDI 26

    CONCERT DIFFUS EN DIRECT SUR

    FRANCE MUSIQUE

    IrisPIETRO MASCAGNI 1863-1945

    Opra en 3 actes (1898). Livret de Luigi Illica. Version de concertDure 2h20

    Sonya Yoncheva soprano : IrisAndrea Car tnor : Osaka

    Gabriele Viviani baryton : KyotoNikolay Didenko basse : Il Cieco

    Paola Gardina mezzo-soprano : Una Gucha Marin Yonchev tnor : Il Cenciaiulo

    Karlis Rutentals tnor : Un Merciaiuolo, Un Cenciaiulo(soliste du Chur de la Radio Lettone)

    Laurent Srou baryton : Un Cenciaiuolo(soliste du Chur de lOpra de Montpellier)

    Chef de chant Anne Pags-Boisset

    Chur de la Radio LettoneChef de chur Sigvards Klava

    Chur Opra national Montpellier Languedoc-RoussillonChef de chur Nolle Gny

    Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

    Domingo Hindoyan direction

    AVEC LA RGION LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNESAVEC LAIDE DE LA CAISSE DEPARGNE LANGUEDOC-ROUSSILLON

  • Cest sous le signe de lamour que sachve en beaut le Festival

    2016. Les amours contraries dIris,

    lopra de Mascagni de quelques annes antrieur Madame Butterfly de Puccini, dans une distribution de premier plan, avec

    Sonya Yoncheva, la nouvelle star des

    sopranos, qui brle les planches du Met Salzbourg, de Paris Covent Garden, sous

    la baguette dun jeune chef vnzulien,

    Domingo Hindoyan, qui nest autre que son mari la ville et qui a ouvert le

    Festival 2015.

    Iris

  • 5PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    LIRE5 MINUTESAVANT LE DBUTDU CONCERT

    1898. Alors que le monde artistique semble fascin par le Japon, limprvisible Mascagni sloigne plus que jamais de la fureur vriste qui avait fait le succs de Cavalleria Rusticana, pour se consacrer une manire destampe musicale. Une fille-fleur rpondant au nom vocateur dIris en est linnocente hrone, victime des hommes et de leurs bas instincts, elle qui ne rvre que le Soleil, symbole de Chaleur, de Lumire et dAmour.Un temps expose aux fantasmes masculins par le tenancier dune maison de geishas au service du sducteur qui la courtise, maudite par son pre, elle ne doit son salut qu lastre des jours qui laccueille en son ciel.rotisme troublant, harmonies magiques, impressionnisme musical sur fond Art Nouveau, le tout est sublim par une vocalit fleur de souffle. En somme, la plus accomplie des uvres du compositeur, pr-debussyste et nanmoins ouvertement transalpine, lHymne au soleil demeure lun des churs les plus clbres du rpertoire national. Entre les fantaisies japonisantes de Madame Chrysanthme (Andr Messager), inspire de Loti et la tragique Madame Butterfly (Giacomo Puccini) qui lui fera bientt cho, Iris transcende le genre par son originalit littralement inoue.

    JEAN CABOURG

  • 6PAGE

    Pietro MascagniLivourne,1863 - Rome, 1945

    IrisOpra en 3 actes, livret de Luigi Illica,

    cr Rome le 22 novembre 1898 Teatro CostanziDure : 2h20

    diteur Ricordi ( 1898, by Ricordi & C. s.p.a, Milan)

    Vue

    du

    mon

    t Fuj

    i, pa

    r Kat

    sush

    ika

    Hok

    usai

    (ve

    rs 1

    830

    )

  • 7PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    IRIS OU LA PURET OUTRAGE

    Lopra symboliste et floral

    Avant que de donner son nom une fleur, Iris tait pour les Grecs de lAntiquit la messagre des dieux qui, descendant de lOlympe, parpillait de ses ailes colores la lumire solaire en un arc-en-ciel... iris. Cette filiation de la chaste crature avec lastre des jours est au cur de la potique dveloppe par Luigi Illica dans le livret quil soumet Mascagni en 1896. Son hrone parat dentre de jeu au son dun hymne ce Soleil levant rgnrateur, pour disparatre avec lui au final quand laube chasse les miasmes dont les hommes lont salie. Mais cest aussi et surtout la fleur aux deux-cent dix varits que les auteurs de lopra cr deux ans plus tard doivent leur sujet. Ils vont cueillir celle-ci dans les reprsentations quen offre lart japonais, a priori bien loign de la rusticit italienne qui prvaut en cette poque encore gourmande de vrisme. On vient il est vrai de senticher dune nouvelle mode : celle du Japon, du parfum rotique de ses estampes et de son art pictural dclinant linfini le motif de liris, emblme de puret. Au pied du Fuji-Yama, linnocente crature mascagnienne est ainsi la parfaite mtaphore vivante de cette fleur dont les siens ont coutume de joncher, une

    LA MME POQUE...

    18968 janvier : Mort de Verlaine27 janvier : Mallarm lu prince des potes1er fvrier : Cration de la Bohme de Puccini16 mars : Premire symphonie de Mahler5 avril : Mlies projette ses films dans son thtre cinmatographique

    18973 avril : Mort de BrahmsJuin: Les premiers moteurs Diesel27 novembre : LArlsienne de Cilea28 dcembre : Cration de Cyrano de Bergerac dEdmond Rostand

    1898Dcouverte du non30 septembre : Assassinat de Sissi, impratrice dAutriche, Reine de Hongrie4 octobre : Dbut de la construction du mtro parisien17 novembre : Cration de Fedora (Giordano) qui consacre le jeune Caruso24 dcembre : Louis Renault gravit la butte Montmartre avec sa voiturette 1 litre75 50 m/h.

  • 8PAGE

    fois lan, les eaux du bain lustral cens les purifier. Les deux actes o se joue son destin sinscrivent dailleurs parfaitement dans cette esthtique orientalisante dont va se nourrir, aprs Klimt, lArt nouveau dun Mucha, dont on peut admirer une sublime Iris de 1898 (anne de notre opra !), nimbe de voiles transparents et langoureusement fondue dans un dcor floral. Une telle douceur de lignes, unie au frmissement le plus sensuel, nous rappelle que le dsir est dans lil qui regarde autant que dans lobjet regard. Le Mascagni vriste faisait chanter dans Cavalleria rusticana les corps possds par un amour charnel, il berce ici de ses harmonies diaphanes une chaste crature chappant la lubricit des mles prdateurs. Le dsir et la mort, Beaut, Mort et Vampire incarns lacte I sur le teatrino des marionnettes, senlacent de manire voluptueuse lacte II dans le symbole de la pieuvre, causant leffroi de la vierge devant le tentateur Osaka, sans parvenir la souiller. Lopra tourne ainsi le dos au naturalisme pour dispenser les dlices du symbolisme musical et littraire fin de sicle, pris drotisme idalis et destampes suggestives. charge pour la musique et le chant de peindre les rves et les cauchemars de la femme-enfant et les fantasmes de ceux qui la convoitent, sur fond dexotisme stylis.

    1899Freud commence la rdaction de lInterprtation des rves.3 juin : Mort de Johann Strauss fils

    190014 janvier : Cration de Tosca (Puccini)2 fvrier : Cration de Louise (G. Charpentier)Exposition universelle de Paris (pavillons japonais) et Jeux olympiques dtInvention de llectrocardiogrammePierre et Marie Curie dcouvrent les proprits radioactives du radium

  • 9PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    De la mme toffe musicale que les songes

    La dbauche de cymbales, tam-tams et clochettes accompagnant le lever du jour, la premire scne de lopra, ninaugure en rien on ne sait quelle musique sottement japonisante au premier degr. Certes Mascagni, instruit de la collection dinstruments nippons traditionnels du clbre baron florentin Alessandro Kraus, sattacha en pimenter sa palette orchestrale. Mais outre que son attention se porte aussi bien sur le discret samisen en bois de santal (variante de notre luth) que sur ces percussions folklorisantes, le vriste reconverti eut cur de prfrer aux kimonos sonores un subtil tissage de sonorits opalescentes et dinfinies modulations. Loin des chants doiseaux mcaniques pucciniens qui devaient dclencher le fou rire de la salle lors de la future cration de la Butterfly milanaise, lorientalisme mascagnien se veut suggestif plus que bariol deffets. Oui, le musicien sest plong dans ltude de lharmonie japonaise afin, dit-il, de russir un travail original, mais cet Orient nest pour lui quun catalyseur destin styliser le rel tragique de son sujet. Une stylisation, nourrie de chromatismes post-wagnriens, et de suites daccords des plus occidentales, que daucuns qualifieront dimpressionniste et pr-debussyste. Tel loccasion, ce prcieux alliage de violon, flte et harpe que le musicien de Pellas cultivera bientt dans sa musique de chambre. Le znith de cette sophistication moderniste resplendit au troisime acte, ouvert sur un violon spectral, le rsonateur de porcelaine adjoint au chevalet de linstrument diffusant alors de troublants sons harmoniques. Le dnouement du conte tragique va en subsumer le frique.Ce qui confre notre opra sa singularit moderniste a pu nanmoins dsorienter un public italien du de ne pas y retrouver les grands lans lyriques ou les torrides unissons voix-orchestre propres le faire vibrer. Point de longues phrases mlodiques enveloppantes et redondantes : ici prvalent les motifs courts, scintillant de mille colorations, les tissages harmoniques propres voiler les formes graciles de la pure Iris. Mme les vocations mortifres ou la violence des hommes veules, gostes ou libidineux sont comme tempres par le pastel de lestampe.

  • 10PAGE

    Vocalit : le chant de lme

    Si le sducteur Osaka bien que maquill lorientale en Jor, fils du Soleil, entonne avec Apri la tua finestra un des standards de la mlodie italienne pour tnor, si la maldiction de laveugle lendroit de sa fille nvite pas la grandiloquence dun certain ralisme opratique latin, le rle entier de la protagoniste relve, lui, de linou. Exigeant un art consomm de lexpression fleur de souffle et de mots, le discours dIris pouse les peurs et les rves de la jeune fille confronte aux preuves de linnocence outrage, des rves cauchemardesques et de la salissure, avant sa miraculeuse assomption. Loin des grands airs lyriques du melodramma, sa voix est une manation de lme, selon lexpression de la regrette Magda Olivero, Iris de lgende. Souplesse du phras et miroitement des colorations se conjuguent pour ciseler son discours. Ainsi lacte I la nuance piano ritre sous la ligne du songe prmonitoire hant par la poupe, puis le scintillement de leau pure dont la soprane chante les vertus en son jardin. lacte II, le mirage paradisiaque dans la serre de la maison de plaisir lui inspire un si naturel perl, sublimement innocent. Mais quand Osaka vient trahir son dsir, dmasqu par la fable ensorcelante de la pieuvre, elle revit sa terreur enfantine, se refusant ce plaisir mortel voqu en un ostinato aux harmonies fugaces. Au III, la malheureuse exhale par trois fois, variant chaque fois la couleur, ce pourquoi ? dchirant, de la femme abandonne de tous. Invoquant le Soleil protecteur, son chant nest plus alors que fil de voix irrel.

    Anticipant les langueurs extatiques de sa Parisina, cre en 1914 et que le Festival de Radio France et Montpellier faisait triompher voici plus de quinze ans, Iris mrite son tour de sduire un public exigeant autant quavide de raret. Aprs le tnor De Lucia, Caruso, entour des plus grands de son poque navait-il pas succomb son charme, limage de lintransigeant Toscanini rachetant ds lanne suivant la cration malheureuse de 1898, qui avait vu le compositeur dbord par les caprices de ses interprtes? LHymne au soleil ne figure-t-il pas parmi les plus grands churs italiens du rpertoire ?

    J.C.

  • 11PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    SYNOPSISAu Japon, XIXe sicle.

    ACTE 1Linnocente Iris qui ne chrit que son pre aveugle est vainement convoite par le jeune et riche Osaka. Dans un songe prmonitoire, elle se voit protgeant sa poupe contre les monstres venus la violenter. Le libertin parat, escort dun certain Kyoto, louche tenancier dune maison de geishas. Un spectacle de marionnettes dcline une allgorie de lamour et de la mort tandis quOsaka entonne une srnade sous le masque de Jor, prince du Soleil. Iris est enleve par les deux compres.

    ACTE 2La jeune fille se rveillant dans la maison de plaisir croit se trouver dans un lieu paradisiaque. Osaka entreprend de la sduire, mais ce prtendu Jor trahit ses intentions libidineuses, lesquelles effraient la vierge hier sermonne contre les garements de la chair. Kyoto lexpose alors la concupiscence des passants, mais son pre survient qui, la croyant volontairement dvoye, la couvre de boue, prcipitant sa chute dans un gout.

    ACTE 3Revenue elle au lever du soleil sous leffet des vapeurs roses manant du Fuji-Yama, la victime entend le murmure des voix dplorant la veulerie, la luxure et lgosme personnifis par les trois hommes de cette cruelle parabole et sen remet la providence de lastre solaire.

    J.C.

  • 12PAGE

    TROIS VIGNETTES DU JAPON TERNEL (Note de la traductrice)

    La partition piano-chant dIris chez Ricordi prsente, en introduction chacun des trois

    actes de lopra, trois petits textes dIllica dinspiration symboliste censs donner aux

    interprtes la couleur de chacun des trois moments de luvre, dans ce Japon rv que le public de lpoque gote tant sans lavoir

    jamais rencontr.

  • 13PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    ACTE PREMIER

    Adieu, ciel charg de rayons de lune et de mystres !La Nuit se retire, son uvre vivifiante sachve. Les hommes et les choses se sont reposs, ils ont rv. La voici qui cde au Jour la marche du monde.Un grand voile de brume recouvre la terre dune couleur diaphane, indcise. Cest lincertitude du premier rayon, mais peu peu, les lueurs de laube se refltent en clats de diamant dans les gouttes de rose, sur les fleurs et sur lherbe ! Dans le petit jardin dIris, les fleurs, fillettes curieuses, dressent leur corolle en se tournant vers lorient. La maisonnette, avec ses stores colors et ses panneaux de chne, est encore ferme.Derrire un haut massif de ples bambous, le village dresse encore indcis dans la pnombre ses drles de toits. Et le ruisseau qui le spare de la petite maison dIris murmure au hasard un petit air triste ou gai selon que la lumire qui y pntre rpand dans ses eaux le rire ou les larmes du ciel.Et lair partout scintille !Il se glisse entre les branches, entre les arbres, entre les fleurs et les brins dherbe, entre les plantes et les maisons, il frmit, il irradie ! Lumire, me du Monde !De fines bandes de brumes errantes seffacent sous le vent. Et au-del, trs loin, dans limmensit profonde de lazur immobile comme une grande mer calme, on voit tinceler de rapides clairs, chos de lumire, vibrations mystrieuses dautres mondes infinis sveillant la vie ! Voici les rayons du soleil, ples tout dabord, puis ross, chauds, vivants cest le Jour ! Laurore triomphe ! Tout se dessine toute allure !Voici la scne :la joyeuse maisonnette dIris ; son jardin entour dune haie daubpine en fleur ; les fins bambous qui se dtachent prsent plus nettement sur le village ; le gai ruisseau qui chante une ritournelle inspire de lhymne serein et bleut du ciel ; et au loin, lhorizon, le Mont Fuji, aussi haut que laspiration des hommes la grande paix du silence !Le Mont Fuji !Il parat en dernier, vision majestueuse, mais sur son haut front, immacul de neige pour lternit, il est le premier recueillir le premier rayon du Soleil.

  • 14PAGE

    ACTE DEUX

    O est donc ton humble maisonnette, modeste et simple avec ses stores colors et ses panneaux de chne, petite Iris ? Et la blanche haie daubpine en fleur ? Et le chemin parsem de fleurettes mauves qui conduit au ruisseau ?O est la paix des champs, et le silence rparateur, le repos de ta valle, au creux de lample chane que domine le solennel Mont Fuji ? O est lair si pur ? O est la lumire si libre ?Te voici prsent au cur de la ville des plaisirs, o le pouls bat plus vite, o les hommes ont la fivre : fivre de gloire, de plaisir, dargent. La plus luxueuse des Maisons Vertes est maintenant ta demeure. Tu y reposes sur un lit de laque et dor, ta fragile personne abandonne la fatigue qui ta brise, couverte dun voile transparent comme lair ! Tu es au Yoshiwara !Le Soleil ne viendra pas ici, lheure si douce du dragon, dissiper les petits rves craintifs de ton imagination denfant ! Ici, lheure mystrieuse du sanglier, la Lune ne montera pas se reposer prs de toi ! Ici, les paisses tentures aux motifs fantasques ne laissent pas pntrer la lumire.Non, le Soleil nentre jamais dans les Maisons Vertes ! Il ny a ici que les reflets mtalliques des brle-parfums do sexhale lodeur du camlia, des vases maills, des grandes chimres et des monstres de cobalt qui ornent ta chambre.L, dans un angle, un bouddha sourit, ses petits yeux plisss et son norme bedaine pendant au bord du lotus qui lui sert de pidestal.Ici, point de lumire, point dharmonie solaire ! Rien que le mouvement fbrile de la vie citadine, qui monte de la rue en tumulte, par les volets que la ngligence des servantes a laisss entrouverts ; les cris des marchands, les grondements des samouras, les haltements cadencs des porteurs, les divers idiomes des drogmans, les jurons et les clats de rire.Prs de ta couche, comme des fantmes, les geishas sont encore l. Celle de la comdie, agenouille, fredonne bouche ferme en saccompagnant au shamisen.

  • 15PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    ACTE TROIS

    beau gnie du Japon ancien, gnie de la posie, des lgendes, des drames effrayants, des comdies grotesques et des chants damour si doux dans le silence du soir, gnie antique des fleurs et des peintres, ny aura-t-il donc plus de couleurs vives et gaies, ni de ples clairs de lune autour de lagonie dIris ? Ni de verts prs courant sur les pentes des monts azurs qui se mirent dans des lacs sereins ? Ni de ciels triomphants, ni de vols doiseaux migrateurs, ni de mers dargent aux ormeaux iriss ?Sur son corps dlicat, chef-duvre dtruit, au fond du gouffre, il ny a que la nuit, trois fois sinistre, nuit sans toiles du ciel, nuit sans reflet des eaux mortes, nuit sans larmes de la nature insensible.Ainsi meurt la jeune vierge, son petit corps abandonn ltreinte des plantes pineuses et de leau croupie.Ici, pas le moindre reflet des joyeuses lumires du Yoshiwara !Pourtant, quelques ombres tranges errent dans lair lourd et malsain.Bel imaginaire du Japon ancien, sont-ce l les dmons de ton monde plein de croyances, qui descendent en rasant les flancs inhospitaliers dune montagne hostile, ou tes esprits grotesques, dbonnaires ou mchants, aux visages sinistres et drles la fois ? Est-ce Benkei chevauchant sa grande cloche de bronze ? Ou bien Kintaro dans les bras dun ours hilare ? Ou bien encore Momotaro, bossu et boiteux ? moins que ces ombres tranges ne soient que des visions de cauchemar en forme de crabes et de nains au rictus terrible ?Si elles ressemblent ainsi des cratures fantastiques, cest cause de la pnombre embrume. En vrit, ce ne sont pas ces tres capricieux ou dbonnaires ns de tes fables enfantines, beau gnie du Japon ancien : ce sont des chiffonniers, pousss en ces lieux par les ncessits de la survie !Avec leurs petites lanternes, drles de lucioles des villes, ils errent, leur crochet la main, et scrutent, esprent, rvent aux trsors les plus fous, dans cette fange charge de choses mortes.

    Traduit de litalien par Valrie JULIA 2016

  • 16PAGE

    Am

    our p

    rofo

    ndm

    ent c

    ach

    , par

    Uta

    mar

    o (v

    ers

    179

    0)

  • 17PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    ACTE I

    IL SOLE (CORO) LE SOLEIL (CHUR)Son io! Son io, la vita! Cest moi ! Je suis la vie !Son la belt infinita, Je suis la beaut infinie,la Luce ed il calor! la lumire et la chaleur !Amate, o cose! Dico: Aimez, choses ! coutez-moi :sono il Dio novo e antico! je suis le nouveau Dieu, et lancien !Amate! Son lamor! Aimez ! Je suis lamour !Per me gli augelli han canti, Grce moi, les oiseaux chantent,I fior profumi e incanti! les fleurs embaument et enchantent !Dei mondi io la cagione! Je suis la source de toute chose !Del cielo io la ragione! Je suis du Ciel la cause !Uguale io scendo ai Re, Je brille sur les roiss come a te, musm! autant que sur toi, jeune fille !Piet lessenza mia, Je ne suis que piti,eterna poesia, amor! ternelle posie, amour !Calore, luce, amor! Chaleur, lumire, amour !

    IRIS IRIS(sul limitare della casa) (sur le seuil de sa maison)Ho fatto un triste sogno pauroso, Jai fait un rve triste et menaant,un sogno tutto pieno di draghi, un rve plein de dragons,mostri, volanti chimere, de monstres, de chimres volantese di striscianti colubri. et de couleuvres rampantes.Sera malata la mia amica bambola Ma poupe chrie tait tombe malade,ondio, tutta piangente, et moi, toute en pleurs,lavea posta in giardino a riposare je lavais place pour quelle se reposeentro un cespo di rose. au creux dun buisson de roses.Intorno a lei tacea tutto il giardino: Autour delle, tout le jardin tait muet :non pi canti di gigli, les lys staient tus, canzoni di gardenie e porporine les gardnias ne chantaient plus,n voli di libellule; et plus un vol de libellules.avevo detto ai fior: Tacete, o fiori! Car je leur avais dit : Taisez-vous, fleurs !Malata la mia bambola! Ma poupe est malade. Quandecco in ciel Quand soudain, dans le ciel,vol di bianche cicogne un vol de blanches cigognesfuggire spaventate! senfuit, pouvant !Guardo : pieno il giardin Je regarde : le jardin sest peupl

  • 18PAGE

    di mostri terribili de monstres terriblesche la mia bimba insidiano! qui harclent ma petite !Accorro a sua difesa, prego, Je vole son secours, je supplie, lacrimo. je pleure. Lasciatemi lamica! Laissez mon amie tranquille ! Ma una fenice spiega in ruote Mais un phnix agite, en cercles menaants,e in giri fantastici la coda sa queue immense qui,che come serpe avvinghia la piccina tel un serpent, enlace la petiteE allarga lali, e fugge! Puis il dploie ses ailes et senfuit. Ma, Sol, tu vieni, Mais enfin, tu parais, Soleil, ed il sogno bugia et mon songe devient mensongeGuarita la piccina ! La petite est gurie !

    Elle court dans la maison, y prend sa poupe puis revient sur le seuil et la tend vers le soleil en lui agitant les mains avec grce en guise de salut.

    Vieni e saluta il Sole! Viens dire bonjour au Soleil !

    IL CIECO LAVEUGLE(dallinterno) ( lintrieur de la maison)Con chi parli? qui parles-tu ?

    IRIS IRISO padre mio, col Sole! mon pre, au Soleil !

    Elle pose la poupe sur un pot de fleurs et rentre dans la maison.Depuis un moment, on a repr Osaka et Kyoto qui pient la scne, cachs derrire un massif de bambous. Osaka a aperu Iris au moment o elle entrait dans la maison et la montre Kyoto.

    OSAKA OSAKA lei! lei! Cest elle ! Cest elle !

    KYOTO KYOTO la figlia del Cieco. Cest la fille de lAveugle.

    OSAKA OSAKALa voglio! Je la veux !

    KYOTO KYOTOTu lavrai! Tu lauras !

  • 19PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    OSAKA OSAKANon farle male! Ne lui fais pas de mal !

    KYOTO KYOTONon sciupo la mia merce! Je ne gche jamais ma marchandise.

    OSAKA OSAKACh se Bada! Ne tavise pas sinon gare toi !

    KYOTO KYOTOSon noto al Yoshiwara! Je suis connu au Yoshiwara* !Non temere! Ne crains rien.

    OSAKA OSAKASta ben! Tant mieux.

    KYOTO KYOTOSoltanto, ho duopo di tua voce Mais jai besoin de ta voixalla trama chio medito. pour le plan que je mdite,Sottile e pieghevol come salce ta voix flte la tua voce. et souple comme le saule.

    OSAKA OSAKA ver, ho voce acuta: Cest vrai, jai la voix lgre :imita il suono, il bisbigliar daugelli, jimite le gazouillis des oiseaux,il chiacchierare dirrequiete fanciulle. le babil des jeunes filles en moi.La mia voce vibra nellaria, Ma voix vibre dans lair,desta gli echi ai monti, elle veille lcho dans les montagnes, e vola et vole alta nel ciel. haut dans le ciel come cicogna o falco comme la cigogne ou le faucon.

    KYOTO KYOTOEssa moccorre! Cest ce quil me faut.

    OSAKA OSAKAE la fanciulla? Et la jeune fille ?

    KYOTO KYOTOSupponi chessa gi sia cosa tua. Dis-toi quelle est dj ta chose.Andiamo a prepararci un viso! Allons nous composer un visage.

    * Quartier des plaisirs Edo, ancien nom de Tokyo

  • 20PAGE

    OSAKA OSAKAAndiamo! Allons !

    KYOTO KYOTOPrudenza vuol cos. Ainsi lexige la prudence. Ignoti e cauti! Discrtion et vigilance !

    OSAKA OSAKACauti? Ignoti? Vigilance ? Et discrtion ?

    KYOTO KYOTOS. Oui.

    OSAKA OSAKAGi mi diverto e godo gi. Je mamuse dj beaucoup.

    Osaka e Kyoto Osaka et KyotoLa vita cos bella!... Comme la vie est belle !

    Ils passent le pont et disparaissent.Sur le seuil de la maison parat lAveugle, que sa fille Iris guide avec tendresse.Ils descendent dans le jardin.

    IL CIECO LAVEUGLEVoglio posare Je veux minstaller ov pi caldo il sole! l o le soleil est le plus chaud.

    IRIS IRISQui, padre. Ici, mon pre.

    IL CIECO LAVEUGLES Oh, il buon raggio! Oui Oh, la bonne chaleur !Mavviva! Comme elle me revigore Or dammi il mio rosario! prsent, mon rosaire.Vu pregare! Je vais prier.

    IRIS IRIS(porgendo al padre il rosario) (tendant son rosaire son pre)Ecco il rosario! Le voici.

  • 21PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    IL CIECO LAVEUGLEE tu, hai pregato? Et toi, as-tu pri ?

    IRIS IRISS! Oui ! Innaffier i miei fiori, intanto. En attendant, je vais humer les fleurs.

    IL CIECO LAVEUGLEIo prego. Allons, prions.

    Venant du village, un groupe de jeunes filles savance.Elles portent dans les bras ou sur la tte des paniers tresss.Ce sont les lavandires qui viennent au ruisseau laver leur linge blanc et leurs mousselines colores.

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESAl rio! Al rio! Au ruisseau ! Au ruisseau ! il plenilunio! Al rio! Cest la pleine lune ! Allons !Lacqua limpida e tiepida! Leau est limpide et tide.Asciuga il bucato al sole Le linge sche au soleile la lavanda in fiore! et la lavande est en fleur. il plenilunio! Cest la pleine lune.Fra loti ed iridi, felci e ninfee Entre le lotus et liris, la fougre,e nenufari gelsominee le nnuphar et le jasmin,scorre la rapida onda fuggente, londe court, lgre,carezza il pi delle Musm. caressant les pieds des Mousms.Viene il suo bacio dalla sorgente, Son baiser vient de la source,bacio di rio, bacio di Dio! baiser de leau, baiser divin !Contorci e attorta! Essore ton linge ! Tors-le bien !Acqua corrente da lungi Leau qui vient de trs loinporta cento profumi; apporte en courant cent parfums ;lodor del muschio, colto dallonde lodeur du musc, cueillie par londe,fra zolle e dumi di cento sponde! parmi les ronces du bord de leau.

    IRIS IRISIn pure stille, Pures tincelles, gaie scintille, gouttes de joie,scende la vita! cest la vie qui va.Lacqua seffonde Leau partout sinsinue per vie profonde. en profondes rides.Bevi la vita, alga cerulea! Bois la vie, algue bleute !

  • 22PAGE

    Tu, margherita, Et toi, blanche marguerite,leva il candore della tua chioma! redresse ta corolle !O cilestrino fiore di mey, ple fleur de mai,neve odorante. neige parfume.Tu, gelsomino, Toi, le jasmin e tu, olezzante et toi, la fleur damomefiore di amoma! qui embaumes !La varia chioma Soulve ta chevelure, leva, o coriandro, coriandre touffue,fiore di monte! fleur des cimes !

    IL CIECO LAVEUGLE(recitando) (il parle)Tu mi hai tolto la vista, Tu mas t la vue,ma io vedo la Tua Grandezza; mais je vois Ta grandeur.la Tua Grandezza io la sento, Je la sens, Ta grandeur,essa parla allanima mia. elle parle mon me.La bellezza della Vita creata da Te La beaut de la vie, cre par Toi,mi penetra col Sole, pntre par le Soleilnella mia vecchia persona! jusque dans mon vieux corps !Tu sei Grande e Buono! Tu es grand et bon !La Vita pur tuttavia Pourtant, la vie sera toujourssempre un cammino faticoso; un chemin laborieux ;ma aggradevole se io penso mais elle mest plaisante quand je penseche conduce a Nirvana! quelle conduit au Nirvana !Io cammino anelando alla meta! Cest vers ce but que je chemine.Tu mi hai tolto la vista, Tu mas t la vue, ma mi hai dato mais Tu mas donnquella degli occhi dIris. les yeux dIris.Mi hai dato un Genio Tu mas donn un bon Gniebuono e gentile. plein de douceur.Non son solo! Je ne suis point seul.Io dico la Tua Grandezza! Je loue Ta grandeur !

    IRIS IRISIn pure stille, Pures tincelles,vive scintille, gouttes de joie,lacqua penetra leau pntrefra pietra e pietra, entre les pierres,e allappassita radice ascosa et la racine racorniedona la forza, elle donne la force,

  • 23PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    dona la vita! elle donne la vie !Ristora! Irrora! Leau irrigue ! Elle ravive !Thea oleosa, fiore divino, Fleur de th, fleur divine,gardenia, rosa, vita bevete! gardnia, rose, buvez la vie !Bevete, fiori, mente, verbene, Buvez, fleurs, menthes, verveines,e olezzi e balsami pel mio giardino, et embaumez mon jardin fiori, espandete! de senteurs et darmes.

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESHa raggi il sole, Avec les rayons du soleilha timi il prato, et le thym dans les prs,il lino candido notre linge blanchitbiancheggia ed ole. et embaume.

    Au loin, on entend du shamisen, des gongs et des tambours.Iris et les jeunes filles regardent avec surprise en direction de la route.

    IRIS IRISGi per la via L-bas, de la routene viene un gaio suono. montent des bruits joyeux.

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLES(ascoltando ansiose) (coutant avec inquitude)Son sciamisen, tamburi Ce sont des shamisens, des tambourse risonanti cembali e gong! des cymbales et des gongs.

    IL CIECO LAVEUGLE(ad Iris) ( Iris)Lontano? Loin dici ?

    IRIS IRISSavvicina. Le bruit se rapproche.

    IL CIECO LAVEUGLEIris! Chi son? Li vedi? Iris ! Qui est-ce ? Tu les vois ? Guarda. Regarde bien.

    IRIS IRISGuardo! Je regarde !

  • 24PAGE

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESSon commedianti. Ce sont des comdiens.Sono Guchas. Vengono. Et des geishas. Ils arrivent.

    IRIS IRISO padre! pre !

    IL CIECO LAVEUGLED! Parle !

    IRIS IRIS il Teatro dei Pupi! Cest un thtre de marionnettes !

    IL CIECO LAVEUGLEStammi presso, fanciulla! Reste prs de moi, petite.

    IRIS IRISSto alla siepe! Je suis prs de la haie.

    IL CIECO LAVEUGLESono vagabondi. Ce sont des vagabonds.

    IRIS IRISObbedir. Je tobis.(Torna presso il padre (Elle retourne prs de son pre e lo rassicura.) et le rassure.)

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESRitardiamo il ritorno? Si nous retardions notre retour ?

    Osaka et Kyoto, dguiss en comdiens ambulants, dbouchent entours dune troupe de musiciens, geishas et samouras.Les jeunes lavandires courent leur rencontre, curieuses.Sur un signe de Kyoto, certains membres de la troupe installent le petit thtre.

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESRimaniamo! Restons !Col bucato pi tardi torneremo! Nous rapporterons notre linge plus tard.Ecco le Guchas! Tutte a veli! Voici les geishas, avec leurs voiles ! numerosa assai la compagnia! La troupe est trs nombreuse.Veh! quattro Guchas! Voyez ! Quatre geishas.

  • 25PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    Sono due gli attori! Et deux acteurs.Son quattro i suonatori!... Il y a quatre musiciens.Eccoli!...Vengono!... Les voici, ils arrivent.

    IRIS IRIS(attratta dalla curiosit) (curieuse)(Dietro alle biancospine mi metto!) (Je vais me mettre derrire laubpine.)

    KYOTO KYOTO(rivolto alle Musm, (aux jeunes filles, pur tenendo docchio Iris) tout en observant Iris)Io son Danjuro, il padre dei fantocci, Je suis Danjuro, le pre de ces pantins,che nelle mie commedie faccio que je marie de gentilles poupessposi alle gentili bambole. dans mes spectacles.(rivolto ai suonatori) (se tournant vers les musiciens)Ol, musica! Ho l, musique !Musm! Jeunes filles, Tenete pupe da marito? avez-vous des poupes marier ?

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESS che ne abbiamo; e sono buone e belle. Bien sr ! Et qui sont belles et bonnes.

    IRIS IRIS(Come la mia?... (Autant que la mienne ? No non ve nha. Non cela ne se peut pas.Sto certa!) Jen suis certaine !)

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLES un Teatro di lusso! Quel beau thtre !

    IL CIECO LAVEUGLEIris! Iris !

    IRIS IRISSto qua! Je suis l.

    KYOTO KYOTOOra daremo rappresentazione! La reprsentation va commencer.Udrete i Pupi miei Mes marionnettes dir tante cose vous diront tant de choses

  • 26PAGE

    (tutte meravigliose e dotte assai). (toutes merveilleuses et trs savantes).Parlar udrete Jor, figlio del Sole, Vous entendrez parler Jor, fils du Soleil,(sorvegliando sempre Iris) (sans quitter Iris des yeux)e Dhia, la bella figlia sventurata! et Dhia, la belle infortune !...Ma pi non voglio dir Mais je ne vous en dis pas plus.Udrete, e basta! Vous navez qu couter.Ehi musica! En avant la musique !Preparer la scena! Je vais prparer la scne.

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESPoniamci tutte intorno. Mettons-nous toutes en cercle.

    KYOTO KYOTO(Osaka, attento!) (Osaka, attention !)

    OSAKA OSAKA(Non di temer). (Ne crains rien).

    KYOTO KYOTO(La parte?) (Ton rle ?)

    OSAKA OSAKA(Io la ricordo, (Je le connais,e non ne fallo unette!) sur le bout des doigts !)

    Les musiciens sinstallent devant le petit thtre.

    KYOTO KYOTO(E la piccina?) (Et la petite ?)

    OSAKA OSAKA(Guarda con occhi larghi come (Elle regarde avec des yeuxfoglie di loto e di nelumbo! grands comme des feuilles de lotus.Sta alla siepe.) Elle se tient derrire la haie.)

    KYOTO KYOTO(Vedrai, ne la trarremo!) (Nous saurons bien lattirer ici !)Ora ladesco! Et maintenant, lhameon. la curiosit infallibil amo! La curiosit est le meilleur des appts.

  • 27PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    Osaka et Kyoto sinstallent derrire le paravent droite du petit thtre, do ils peuvent espionner les mouvements dIris tout en jouant leurs rles respectifs.

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESFacciam silenzio! Taisons-nous !Gi danno principio! Le spectacle va commencer.

    Le rideau du petit thtre souvre, et Kyoto fait signe aux montreurs de faire entrer le personnage de Dhia.

    LA RAPPRESENTAZIONE LA REPRSENTATION

    Dhia (una Gucha) Dhia (une geisha) Misera! Pauvre de moi ! (un gran sospiro) (un grand soupir) Ognor qui sola! Toujours seule ! Unque mai mi consola! Sans personne pour me consoler ! Morte rap mia madre La mort ma ravi ma mre Ridotta mia famiglia Ma famille est rduite a un collerico padre un pre colrique che non ama la figlia!... qui naime pas sa fille ! (un gemito) (un gmissement) Ho vesti brutte e lacere Mes habits sont vieux et dchirs scarne braccia e sottili, jai les bras maigres, dcharns, gote pallide e grame les joues ples et hves Son malata ed ho fame Je suis malade, jai faim, e sono le mie lacrime et jai mes larmes mie gemme e miei monili! pour seuls bijoux ! Chi ascolta i miei dolori?... Qui est l pour couter ma plainte ? Non ho amiche n fiori!... Pas une amie, pas mme des fleurs.

    OSAKA OSAKA(sottovoce alla Gucha) ( mi-voix la geisha)(Brava!) (Bien !)

    KYOTO KYOTO(Attrice valente!) (Excellente actrice !)

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESCome forza le lacrime la povera fanciulla! La pauvre petite nous tire des larmes !Davvero fa piet! Elle fait vraiment piti.

  • 28PAGE

    OSAKA OSAKA(indicando le Musm) (montrant les jeunes filles)(Veh come stanno attente!) (Vois comme elles sont attentives !)

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESIris, vientene qua; Iris, viens par ici ;di l tu vedi nulla! tu ne vois rien, de l-bas !

    IRIS IRISVedo. Qui resto, grazie. Je vois bien. Je reste ici, merci.

    Kyoto, imitant la voix dun vieux catarrheux, fait toutes sortes de bruits rauques en tapant sur le bois du petit thtre comme pour annoncer larrive du vieux pre irascible et mchant.

    DHIA DHIA Ah, mio padre! Lo sento! Ah, mon pre ! Je lentends !

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLES(spaventate) (pouvantes)Ecco il padre! Voici son pre !

    DHIA DHIA (con voce tremula) (la voix tremblante) Tremo dallo spavento! Je tremble dpouvante !

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESChe ceffo! Quelle trogne !Me lo sogno stanotte! Je vais en faire des cauchemars !

    IL PADRE (KYOTO) LE PRE (KYOTO) (con voce terribile) (dune voix terrible) Ah! sciagurata putta! Sono stanco Ah fille maudite ! Je suis las di mantenermi questa sciocca, vana, dentretenir cette bonne rien, inutil, neghittosa scioperata! stupide, inutile et paresseuse !

    DHIA DHIA Ah, padre mio! Ah, mon pre !

  • 29PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    IL PADRE (KYOTO) LE PRE (KYOTO) Preparati! Prpare-toi ! Io ti vendo Je vais te vendre al gran mercato di Simonosaky! au grand march de Shimonoseki.

    DHIA DHIA No, padre, no, non vendermi! Non, pre, non, ne me vends pas !

    IL PADRE (KYOTO) LE PRE (KYOTO) Preparati! Prpare-toi !

    OSAKA OSAKA(La piccina si muove! (La petite se rapproche.Forza al dialogo!) Continuez !)

    DHIA DHIA (cade ai piedi (elle tombe au pied del pupo Padre) de la marionnette du Pre) Per la luce del sole e delle stelle Par la lumire du soleil et des toiles tienmi ancora con te! garde-moi encore avec toi ! Che vuoi chio faccia? Que veux-tu que je fasse ?

    OSAKA OSAKA(Ha gli occhi rossi, rossi!) (Elle a les yeux rougis !)

    IL CIECO LAVEUGLEIris! Iris !

    IRIS IRISSto qua! Je suis l !

    IL PADRE (KYOTO) LE PRE (KYOTO) (forzando terribilmente la voce) (forant terriblement sa voix) Al gran mercato di Simonosaky Au grand march de Shimonoseki tu troverai padrone! tu trouveras un matre ! Io sono stanco Jen ai assez daverti qui con me! de tavoir ici avec moi ! Tu mangi troppo Tu manges trop e non mi rendi nulla! et tu ne me rends rien. Ondio ti vendo! Voil pourquoi je veux te vendre.

  • 30PAGE

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESVecchio lercio! Furfante! Immonde vieillard ! Canaille ! Muso da vecchia arpia! Vieille rosse malfaisante !

    DHIA DHIA (con grido straziante e disperato) (avec un cri dchirant) Uccidimi, piuttosto! Tue-moi plutt !

    IL PADRE (KYOTO) LE PRE (KYOTO) Basta! Ho detto. Assez ! Jai dit. (Se ne va) (Il sen va.)

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLES sordo alle sue tante lacrime disperate! Il reste sourd ses larmes de dsespoir !Pigliamolo a sassate. Jetons-lui des cailloux.Orco! Vampiro! Via! Ogre ! Vampire ! Va-ten !

    OSAKA OSAKA(Si scalda il nostro pubblico!) (Notre public schauffe !)

    KYOTO) KYOTO( in furore!) (Il est furieux !)

    DHIA DHIA Morire!... Sfinire! Mourir !... Oui, en finir !

    OSAKA OSAKA(Quasi quasi tuccidono (Un peu plusdavvero il pupo Padre!) et elles vont tuer la marionnette !)

    IRIS IRISAh! la istoria pietosa! Ah, la lamentable histoire !Mi par che dentro al core Je sens comme une mainmano mi prema e tocchi! qui me serre le cur.Moffende un gran dolore Une grande douleur mtreintche mi renda affannosa!... et jen ai le souffle court

    DHIA DHIA (con esaltazione) (avec exaltation) Deh, prendimi con te, Allons, prends-moi avec toi,

  • 31PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    Genio del Bene! gnie du Bien ! Portami teco Emmne-moi

    IRIS IRISCom triste il suo canto Comme son chant est triste

    DHIA DHIA dove non si soffre l o lon ne souffre plus

    IRIS IRISHo volont di pianto Les larmes me montent aux yeux,nellanima e negli occhi! et lme !

    KYOTO KYOTO(a Osaka) ( Osaka)Or tocca a te! Dolcissimo! ton tour prsent ! En douceur.

    OSAKA OSAKA(Dolcissimo!) (Tout en douceur !)

    JOR, FIGLIO DEL SOLE JOR, FILS DU SOLEIL (Osaka, invisibile) (Osaka, cach) Apri la tua finestra! Ouvre ta fentre ! Jor son io che vengo Je suis Jor et je viens al tuo chiamar, povera Dhia! ton appel, pauvre Dhia ! Apri la tua finestra al raggio mio! Ouvre ta fentre mes rayons. Apri il tuo cuor a mia calda malia!... Ouvre ton cur mes enchantements. Jor ha ascoltato, o Dhia, la tua preghiera!... Jor a entendu ta prire, Dhia ! Apri lanima tua, fanciulla, al Sole! Ouvre ton me au Soleil, ma petite ! Apri lanima tua alle mie parole! Ouvre ton me mes paroles. Apri il tuo cuore a me, fanciulla, e spera! Ouvre-moi ton cur, petite, et espre !Tu vuoi morir? Morire io ti far, Tu veux mourir ? Je te ferai mourir, moi, ma ti far morir dal Sol baciata, mais mourir sous les baisers du Soleil, poscia al paese eterno ti trarr puis je temmnerai au pays ternel ove, o fanciulla, tu sarai amata! o tu seras aime, petite !

    KYOTO KYOTO questa poesia gran ciurmatrice!... La posie est une grande enjoleuse !Due motti, due bisticci chuno dice Deux mots, deux fariboles que lon dite una fanciulla inconscia come questa et une jeune ingnue comme celle-civi si sdilinque e vi perde la testa. dfaille et perd la tte.

  • 32PAGE

    Peu peu, lune des petites fentres du dcor sclaire, puis elle souvre et lon voit paratre la marionnette de Jor : Dhia sagenouille devant lui.Iris, comme envote, quitte son jardin et sapproche du thtre.

    IRIS IRISDe sogni il triste verde Le triste vert des songesdisvanisce e si perde! svanouit et disparat.Quali i vani bagliori Comme les vaines lueursderranti, misteriose de lucioles erranteslucciole luminose et mystrieuses,se ne vanno i dolori! les douleurs passent.

    KYOTO KYOTO(alle danzatrici) (aux danseuses)(Or, guchas, quando termina il duetto, (Vous, quand le duo sera termin,danzate e fate! dansez et faites !...senza dar sospetto.) Sans veiller les soupons.)

    DHIA DHIA Io muoio! Prendimi! Je meurs ! Prends-moi. Tua mabbandono! Je mabandonne toi. Portami al mondo eterno della luce! Emmne-moi vers lternit de la lumire.Salgo a Nirvana! Je monte au Nirvana ! Jor che mi conduce! Cest Jor qui my conduit ! Jor, son tua! A te tutta mi dono! Jor, je suis toi. toi, toute entire.

    IRIS IRIS(a Dhia) ( Dhia)No, tu non muori, Dhia! Non, tu ne meurs pas, Dhia !Tu ascendi alle alte nuvole Tu montes haut vers des nuesdi rose e di viole! de roses et de violettes.Con Jor tu ascendi, o bambola, Tu montes avec Jor, petite fille,al paese del Sole e della Poesia!... vers le pays du Soleil et de la Posie !

    JOR JOR Or muori, dunque! prsent, meurs donc !

    Dhia tombe morte, tandis que Jor invoque les danseuses clestes.

    Danzatrici alate, Danseuses ailes, intorno a lei che a me ne vien, autour de celle qui vient moi, danzate!... venez danser.

  • 33PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    (a Dhia) ( Dhia) Ti coprir di zaffiri e topazi!... Je te couvrirai de saphirs et de topazes.Vieni agli amori degli eterni spazi! Viens lamour des espaces ternels !

    Devant le public stupfait, Jor prend Dhia dans ses bras et on voit les deux marionnettes slever lentement dans les airs, tandis que le rideau tombe.Au mme moment, les geishas masques entament leur chorgraphie devant le petit thtre.

    Pendant leur danse, Kyoto tourne autour delles pour distraire lattention du public tandis que les danseuses entourent Iris et lisolent du groupe des jeunes filles, installes lavant. laide de leurs grands voiles tourbillonnants, elles parviennent cacher Iris, qui les admire en ne se doutant de rien. Puis les samouras semparent de la jeune fille. Dune main sur sa bouche, lun deux touffe ses cris.

    Les trois danseuses poursuivent leur chorgraphie en se rapprochant du groupe des jeunes filles. Avec de grands gestes de leurs voiles, elles empchent les spectatrices de voir les samouras qui transportent Iris, inanime, vers la ville.Kyoto, qui a surveill le bon droulement de lopration, prend cong de lassistance.

    KYOTO KYOTOGrazie, Musm! Merci, mesdemoiselles !Arrivederci! Musica! Et au revoir. Musique !

    Les jeunes filles se lvent pour partir.

    LE MUSM CHUR DES JEUNES FILLESAndiamo, tardi! Rentrons, il est tard.

    Kyoto fait signe Osaka de se mettre en route vers la ville avec la compagnie.

    KYOTO KYOTO(Or lascio questo scritto e del danaro (Je laisse ce mot et de largental Cieco e il colpo fatto.) lAveugle et le tour est jou.)

    OSAKA OSAKA(Il colpo fatto!) (Le tour est jou !)

    Kyoto court vers le jardin dIris et pose sur le seuil de la petite maison une feuille de papier tenue au sol par quelques pices dor, tout prs de lAveugle quil prend garde de ne pas rveiller, puis il rejoint en courant la troupe qui sloigne.

    IL CIECO LAVEUGLEQuesto dramma menzogna Cette pice nest que mensonge.

  • 34PAGE

    Tutto! Tutto! Du dbut la fin !Malvagio intento e talento malvagio! Mauvais esprit et perfidie !(credendo Iris sempre presente) (croyant quIris est toujours l)Iris, tu che ne dici?... Iris, quen dis-tu, toi ?Non rispondi?... Tu ne rponds pas ?Comprendo; sei commossa! Je comprends ; tu es mue.(sorride) (il sourit)No, non credervi! Non, ny crois pas.Tu sei s buona che ogni pianto Tu es si bonne que la moindre larmebreccia fa nel tuo cuore. Andiamo. trouve le chemin de ton cur. Allons.(stendendo il tremulo braccio) (tendant son faible bras)Dammi il braccio! Donne-moi le bras !Perch non credo Pourquoi je ne crois point ai gemiti di Dhia? aux gmissements de Dhia ?Ebben vi credo! Eh bien jy crois !(Stende ancora il braccio.) (Il tend de nouveau le bras.)Vieni! Dammi il braccio! Viens !... Donne-moi le bras !Una carezza al vecchio cieco! Iris!... Une caresse au vieil aveugle ! Iris !...(sorpreso) (surpris)Ancora non rispondi? Tu ne rponds toujours pas ?Iris! Mia figlia... Iris ! Ma fille(Si alza barcollando, (Il se lve en chancelant, cerca intorno, cherche autour de lui,incespica, cade.) trbuche, tombe.)Vita! Non ci sei pi? Ma vie ! Tu nes plus l ?(gridando disperatamente) (cri de dsespoir)Iris! Mia Iris!... Iris ! Mon Iris !

    Des colporteurs qui sen vont la ville entendent les cris dchirants du vieillard.Ils entrent dans le jardin et laident se relever avec compassion.

    I MERCIAIUOLI LES MARCHANDSCieco, a che gridi disperatamente? Pourquoi cries-tu si fort, lAveugle ?

    IL CIECO LAVEUGLEIris! Mia figlia! In casa! L! Iris ! Ma fille ! Dans la maison ! L !Cercatela. Cherchez-la.Les marchands entrent dans la maison pour rapparatre la fentre.

    I MERCIAIUOLI LES MARCHANDS vuota la tua casa! Iris non c! Ta maison est vide ! Il ny a pas dIris.

  • 35PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    IL CIECO LAVEUGLEChiamatela a gran gridi. Appelez-la grands cris.Per piet! Par piti !

    TUTTI TOUSIris! Iris !(Ascoltano.) (Ils coutent.)Iris! Iris !(Ascoltano ancora.) (Ils coutent encore.)Neppur leco risponde!... Mme lcho ne rpond pas.

    IL CIECO LAVEUGLELa mia vita!... Pupilla de miei occhi! Ma vie ! Prunelle de mes yeux !La figlia mia! Cos buona!... Ma fille ! Si douce !

    Les marchands ressortent de la maison.Lun deux aperoit la feuille de papier et les pices que Kyoto a laisses sur le seuil.

    IL MERCIAIUOLO LES MARCHANDS Tu la piangi? Non piangerla! Tu la pleures ? Nen fais rien !

    IL CIECO LAVEUGLEChe dici? Que dis-tu ? Ohim, che dici? Pauvre de moi, que dis-tu ?

    I MERCIAIUOLI LES MARCHANDSQui sulla soglia tha lasciato Ici, sur le seuil, elle ta laissun foglio e del danaro! un mot et de largent.

    IL CIECO LAVEUGLEIris? Iris ?

    I MERCIAIUOLI LES MARCHANDS al Yoshiwara! Elle est au Yoshiwara !

    LAveugle touche la feuille et les pices, tout en poussant de petits cris touffs.Il est rendu fou de colre et de douleur.loignant rageusement les marchands assembls autour de lui, il voudrait partir en courant vers la ville, mais il trbuche et tombe.Les marchands se pressent pour le relever et il clate en sanglots.

  • 36PAGE

    IL CIECO LAVEUGLELa casa! Il mio giardino! Ma maison ! Mon jardin !Quel che tengo Je donne tout ce que jai a chi di voi mi guida al Yoshiwara! celui dentre vous qui me conduira au Yoshiwara !(con voce terribile) (dune voix terrible)Or voglio l l schiaffeggiarla!... Je veux y aller pour pour la gifler !Voglio sputarle in volto, voglio, Je veux lui cracher au visage !e maledirla! Iris! Mia vita! Et la maudire aussi ! Iris ma vie.

    Les sanglots ltouffent. Presque honteux de cet amour qui lui submerge lme, il sexclame dun air menaant :

    E poscia e poscia Et aprs aprs

    Avec piti, les marchands se mettent en route avec lui vers la ville.

  • 37PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    ACTE IIUne geisha, agenouille prs de la couche o est allonge Iris, chante bouche ferme en saccompagnant au shamisen, soutenue aux tambours par trois autres geishas. Surprenant les jeunes femmes dans leur oisivet, Kyoto les rprimande fermement, mais voix basse pour ne pas veiller Iris.

    KYOTO KYOTOL che ci fate Que faites-vous donc ici ancora mascherate? encore masques ?O che siete de bonzi? Vous vous prenez pour des bonzes ? E stz! PffftTacete!... Silenzio!... Taisez-vous ! Silence !Non voglio, Je ne veux pas appena desta, quelle ait des souvenirs tristes,abbia ricordi tristi, ognor dolori! ou douloureux, peine veille.Tutta una festa, un giorno dori, Je veux de la joie, je veux de lor,di bronzi e fiori! du bronze et des fleurs !(sorpreso nel vedere aperta (surpris de voir una delle imposte) une des fentres ouvertes) Toh Mais fuori spalancata ancora limpannata? La fentre est encore grand ouverte ?(Vorrebbe gridare, ma si ritiene.) (Il voudrait crier, mais il se retient.)Silenzio, dico! Chut, dis-je !(fra i denti) (entre ses dents)Rispondermi volete? Allez-vous me rpondre ? Oh, le sfacciate! Oh, les effrontes !Udite! Dalla strada Entendez-vous ? De la ruesalgon le voci chioccie delle genti, montent les cris stridents des passants,landare ed il venire de djin correnti!... le va-et-vient des porteurs qui courent.O che avete gli orecchi fatti in giada? Avez-vous donc les oreilles en jade ?Con tal baccano or chi pu mai dormire? Qui pourrait dormir dans un tel vacarme ?E chete! Mogie!... Taisez-vous ! Vilaines !...(irritato) (irrit)Vostre voci acute Vos voix aigusson vespe, son cicale, sont des gupes, des cigales, son zanzare! des moustiques !Mute, vi voglio mute e, Tenez-vous coites ! se possibil, senza respirare! Et, si possible, sans respirer !

    Il va fermer le volet et, jetant un coup dil dehors, il voit arriver un lgant palanquin.

  • 38PAGE

    Toh! Vien gente! Osaka in palanchino. Tiens, qui va l ? Osaka en palanquin.Gi tutti col migliore nostro inchino. Allons, donnons-lui notre meilleure rvrence.

    Osaka entre dun pas vif et sadresse Kyoto.

    OSAKA OSAKAChio vegga ov la Musm Quon me montre cette filledagli occhi simili a camelie! aux yeux de camlias !

    KYOTO KYOTO(calmandolo) (apaisant)La voce tua modula in suon pi grave. Parle dune voix plus grave.Come punta dagave Comme une pointe dagaveva negli orecchi a chi posa! elle perce les tympans.

    Le rus Osaka indique au seigneur agac la jeune Iris endormie.

    Riposa! Elle repose !Donne, vampiri della casa, Femmes, vampires de cette maison, via! ouste !

    Osaka et Kyoto sapprochent du lit dIris.

    OSAKA OSAKASollevami il velario! Soulve ce voile !

    KYOTO KYOTOParla piano! Parle bas !Toh! Guardala! perfetta! Tiens, regarde-la, elle est parfaite !Non ti pare? Nest-ce pas ?

    OSAKA OSAKASpande lodor del loto la piccina. Cette petite sent bon le parfum du lotus.

    KYOTO KYOTOSogguarda a quella boca porporina! Et cette bouche pourpre

    OSAKA OSAKA ciliegia da cogliere e mangiare! Une cerise cueillir et manger !

  • 39PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    KYOTO KYOTOVedi che braccio! Vois ce bras E vedi un po che mano! et vois un peu cette main !

    OSAKA OSAKA(con grande entusiasmo) (avec grand enthousiasme)Crea in quegli occhi Si seulement le dsiril lampo dun desio! pouvait embraser ces yeux !Vibri in quegli occhi il senso, luman dio, Si les sens, qui rgnent sur les hommes,una scintilla,un fuoco, una favilla, pouvaient y allumer une tincelle, un feu, che di piacer ne incendi la pupilla. propre enflammer sa pupille de plaisir,E dimmi, come lei ne sai tu alcuna? ne serait-elle pas la plus belle de toutes ?

    KYOTO KYOTONessuna, in fede mia, nessuna! Par ma foi, cest certain !

    OSAKA OSAKAIn questa noia matta, Dans mon ennui immense,ogni d soddisfatta e insoddisfatta, chaque jour satisfait et insatisfait,costei nel cuor mha cacciata cette enfant ma plant dans le cur una spina di brama che maffanna! un aiguillon de dsir qui mobsde !Non Musm leziosa di citt Ce nest pas une fille manire de la villeordigno fatto per la volutt! un instrument de volupt !Qui c lanima! Ici, il y a de lme !

    Il retourne prs du lit pour regarder Iris puis laisse retomber le voile sur la jeune fille endormie.Il entrane loin de l Kyoto pour que leur conversation ne risque pas de la rveiller.

    Lunga lotta mannoia; Je naime pas batailler,a ritrosie io mal madatto je supporte mal les simagresSella resistesse?... Et si elle rsistait ?

    KYOTO KYOTOAbbi danaro e Quand on a de largent, il paradiso ovunque! le paradis est partout !Comprendi tu? Comprends-tu ?

    OSAKA OSAKAParla un linguaggio chiaro! Parle plus clairement.

  • 40PAGE

    KYOTO KYOTOSon fior le frasi, Les phrases sont des fleurs,le parole foglie, les mots, des feuilles,ma il frutto lor mais lor est le fruitche satolla le voglie. qui nourrit les dsirs.Comprendi tu? Comprends-tu ?

    OSAKA OSAKAAbborro dai proverbi! Je ne gote pas les dictons !

    KYOTO KYOTORegali! Doni! Cadeaux ! Prsents !Appariscenti, ricchi, vistosi! blouissants, riches, tapageurs !Mi comprendi? Tu me comprends ?Larga mano! La main large ! Aperto borsellino! La bourse grande ouverte !Mi comprendi? Tu me comprends ?Vesti, fiori, gioielli! Des robes, des fleurs, des bijoux !Mi comprendi? Tu me comprends ?

    OSAKA OSAKAOh, fauce ingorda! Oh, gueules voraces !Oh, fauce sazia mai! Jamais rassasies !

    KYOTO KYOTODapprima gi ci vuol qualche moina Il faut dabord quelques cajoleriesper rasciugar gli occhietti dalle lacrime, pour chasser les larmes de ces beaux yeux,poi una nuora, poi puis adieu la jeune fillediventa suocera! et bonjour la belle-mre !

    OSAKA OSAKAE aggiungi, inoltre, il pi fantasioso Comme tout ceci est joliment dit,e armonico linguaggio figurato dans un langage fleuri

    KYOTO KYOTO(che ha osservato Iris, (qui a observ Iris fa cenno a Osaka di tacere) et fait signe Osaka de se taire) Desta la piccina! Vieni via. La petite est rveille. loignons-nous.Va a prepararti Va donc te composer un romanzesco viso! un air de hros chevaleresque.

  • 41PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    Porta gemme, regali Apporte des bijoux, des prsents Mi comprendi? Tu me comprends ?

    Ils sortent discrtement.

    IRIS IRIS(si sveglia (elle sveille e guarda intorno a s sorpresa) et regarde autour delle, surprise)Ognora sogni, sogni e sogni Toujours des rves, des rves(con dolcezza) (avec douceur)Oh, il bel velario oh, il lieve drappo Oh, le beau voile oh, le drap lgertutto sparso diridi tout parsem dirisOr la mia veste un velo Ma robe sest transforme en voile,e ha trasparenze donda e di nube! avec des transparences deau et de nuage !Or io cos ho vergogna! Cette tenue me rend toute honteuse...Non pi le mie pianelle in lacca nera. Je nai plus mes mules de laque noire.(alzandosi e camminando) (Elle se lve et marche.)Ho sandali dorati, Jai des sandales dores, e il pi vi posa cos morbidamente o mon pied repose si mollement che mi pare di camminar quil me semble marcher sopra un prato di piume! sur un tapis de plumes !

    Soudain, linnocente jeune fille, perdue dans ses penses, se remmore la scne du thtre de marionettes, la danse des geishas et son enlvement.

    Ecco! Or ricordo! S! Mais oui ! Je me souviens, prsent. il Teatro! Le thtre.Dhia! La danza delle Guchas! Dhia La danse des geishas.Il nero manto La cape noire mavvolge del Vampiro! du Vampire qui menveloppe.Ove son io? Morta son dunque?... O suis-je ? Serais-je morte ?S, sono una morta! Oui, je suis morte.

    Regardant plus attentivement autour delle, elle murmure, entre angoisse et joie intense.

    E questa casa bella Et cette belle maison, il Paradiso! cest le Paradis !

    On entend au loin un son de shamisen. Iris coute. Elle aperoit un instrument.

  • 42PAGE

    Chi morto tutto sa, Quand on est mort, on sait tout, diceva il bonzo! disait le moine. (Prende il sciamisen.) (Elle prend le shamisen.)Mi voglio accompagnar Je vais maccompagnerlUta di Naniva!... dans la chanson de Naniwa. Sorge dal mar la luna La lune surgit des eaux

    Elle essaie de saccompagner au shamisen mais un son discordant sort de ses doigts.

    luna piena; La lune est pleine.una giunca laggi mi mena; une jonque l-bas me mne.io vo collonda che mi porta Je vais au gr de leau qui me porte. (interrompendo) (sinterrompant)La voce canta ma il suon Ma voix chante, mais linstrumentnon laccompagna! ne laccompagne pas.

    Dpite, elle jette linstrument, tandis quon entend au loin le son de lautre shamisen.

    Dicon di gran bugie On dit bien des mensongesnel mondo ai vivi! aux vivants de par le monde.Chi da vivo non sa, Quand on ne sait rien vivant,non sa da morto. on nen sait pas plus mort.

    Elle dambule dans la pice, curieuse et merveille, admirant les riches paravents et les toiles prcieuses.Elle aperoit des pinceaux et de la peinture sur une table. Elle sapproche, attire par le mystre des couleurs, sassied la table pour peindre.Elle veut dessiner une fleur mais il en sort un serpent. Iris jette la feuille de papier avec dpit. Maintenant, elle voudrait peindre un ciel bleu, mais ses mains inexpertes ne parviennent tracer quune masse gristre. Dcourage, elle laisse tomber les pinceaux.

    Io pingo pingo, ma il mio pennello Je peins je peins mais cest en vaininvano stendo, intingo! que jtends mon pinceau.Va la mia mano invano! Ma main sagite en vain.Io penso a un fiore, Jimagine une fleur,e nesce invece unangue, tutto terrore et il sort un serpent, terrifiant, tutto un rosso di sangue! tout rouge de sang !Se voglio un cielo azzurro in mio pensiero, Si ma pense commande un ciel dazur, un fosco velo, cest un voile sombre, un velo tinto in nero! un voile tout noir qui vient.La fantasia con s minvola e porta Mon esprit senvole et me conduitdi casa mia alla piccola porta: la petite porte de ma maison :l la pupilla dun cieco finalmente l lil dun aveugle, enfin,

  • 43PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    ha una scintilla, una favilla brille dune tincelle,duna luce rovente che fulge e brilla! dune lueur qui rougeoie et flamboie !Ma il lucer duna lacrima Mais ce nest quune larmeche lentamente stilla. qui lentement scoule.(Accasciata, (Prostre, nasconde il viso tra le mani.) elle se cache le visage dans les mains.)In paradiso (han detto) non si piange! Au paradis, on ne pleure pas (ma-t-on dit).Ed io di lacrime ho i miei occhi pieni! Pourtant, jai les yeux pleins de larmes.

    Elle clate en sanglots. Un rideau se soulve lentement et Kyoto fait entrer Osaka.Les deux hommes sarrtent au seuil de la pice et regardent la jeune fille assise la table.

    OSAKA OSAKA(parlando sottovoce a Kyoto) ( mi-voix Kyoto)A un cenno mio, mon signal,manda le vesti e i doni! envoie les robes et les cadeaux !

    KYOTO KYOTOS, mander! Entendu.

    OSAKA OSAKAOr, quanto a te, inutil qui va via! Quant toi, tu nes plus utile va-ten.

    KYOTO KYOTOA meraviglia. Vo! Parfait. Je file !

    Entendant Osaka, Iris se tourne brusquement, pousse un cri et recule de frayeur.Osaka larrte dun geste admiratif.

    OSAKA OSAKAOh, come al tuo sottile corpo Oh, comme ta tunique souplesaggira e sinforma enveloppe et modledi te la flessuosa notturna vesta! ton corps lger !Senza posa lo sguardo Sans trve le regard tadmireti rimira da capo a pi de la tte aux piedse lanima sappaga et lme se rgalenella sorpresa vaga, de lexquise surprise, nel portento gentile di tua belt, du doux miracle de ta beautche in festa alta trionfa in te! qui triomphe avec clat !

  • 44PAGE

    IRIS IRIS(impaurita) (craintive)Conosco questa voce! Je connais cette voix ! Io gi ludii! Je lai dj entendue.In ogni Je la reconnais sua parola si rivela dans la moindre de ses paroles la voce dJor! Jor! Cest la voix de Jor ! Cest Jor !

    OSAKA OSAKAPerch il piede ritraggi Pourquoi tloignes-tu,se a te vicin mi porta il mio desio? quand auprs de toi mon dsir me porte ?

    (Iris si ferma palpitante (Iris sarrte, palpitante, e Osaka le vicino.) et Osaka sapproche.)Dentro a tuoi veli lascia lo sguardo Laisse mon regard impatientmio disioso penetrare! pntrer sous tes voiles !Io ne tuoi occhi veggo tutti i cieli! Dans tes yeux, je vois tous les cieux !Gli olezzi io bevo in te En toi, je hume les parfums di tutti i maggi! de tous les mois de mai.

    Osaka caresse la tte dIris, qui ferme les yeux, craintive.Ses pingles tombent sous les doigts du jeune homme et librent ses longs cheveux.Osaka plonge avec volupt ses doigts dans la chevelure dIris.

    OSAKA OSAKAAh, i tuoi capelli son s lunghi Ah, tes cheveux sont si longs,e tanti da incatenarti intorno si touffus quils pourraient emprisonnertutti gli uomini! tous les hommes !Tu mincatena e per la via, Musm, Tu menchanes et tu fais de moi, jeune fille,dogni tua brama, deh, tu mi mena! le jouet de tous tes dsirs.

    IRIS IRIS(Incredula, quasi sorridendo, (Incrdule, et presque souriante, si riannoda i capelli.) elle se renoue les cheveux.)Da niuno ho udito dirmi tanta cosa. Personne ne men a jamais dit autant.(ingenuamente) (ingnue)Iris tanta bellezza? Niun lo crede! Iris, tant de beaut ? Personne ny croit !Mha detto un sol finor Un seul homme jusquici che son graziosa: ma dit que jtais gracieuse,il babbo mio, ctait mon pre, ch cieco e non mi vede!... un aveugle qui ne me voit pas !

  • 45PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    OSAKA OSAKAIl tuo corpo singiglia dun candore Ton corps couleur de lyspi bianco del Fousiyama! est plus blanc que le Mont Fuji !Bocca sana vermiglia! Frache bouche vermeille !Fresca fontana, ove zampillan Source vive do jaillissenttutte le dolcezze e tutte le carezze! toutes les douceurs, toutes les caresses,Ove il mio sangue vivo si ristora! et o mon sang vient se restaurer.(Iris sorride nelludire le entusiastiche parole.) (Iris sourit ces paroles enthousiastes.)

    Tu ridi? Ridi? Ridi! Tu ris ? Ris donc !Ridi, ancora! Ris encore !

    IRIS IRIS(con timore e vergognosa, sottovoce) (craintive et honteuse, mi-voix)(Ho fatto male a rider, (Je ne devrais pas rire,ma non so se muovermi mais je ne sais si je dois menfuiro star ferma a sue parole, ou rester l couter ses paroles,se fargli riverenza. Gli dir: avec respect. Dois-je lui dire Signor ? No! Re ? Seigneur ? Non ! Roi ? poco Cest trop peu Figliuol del Sole? ) Fils du Soleil ? )

    OSAKA OSAKAArrossi a mie parole? Tu rougis mes paroles ? Non arrossir! Mais non !Lascia arrossire il sole, Laisse cela au Soleil,egli ogni d ha tramonti lui qui se couche tous les joursTu sali, sali, altissima, Toi, tu tlves, trs haut, alle superbe aurore, vers les superbes aurores,ai superbi orizzonti del mio amore! vers les horizons radieux de mon amour !

    IRIS IRISFiglio del Sol! Fils du Soleil !

    Osaka clate dun rire sonore. Iris recule, apeure.

    OSAKA OSAKAAh! tu, fanciulla, ancor mi credi Ah, jeune innocente, crois-tu encoreJor della Commedia? que je suis le Jor de la comdie ?Or recito la Vita!... prsent, je suis dans la vraie vie !Tho in veste distrion Je me suis dguis en acteurper farti mia rapita! pour tenlever et te faire mienne.

  • 46PAGE

    Apri gli occhi, Musm, Ouvre les yeux, jeune fille,vedi ed impara la Vita! vois et apprends la vie !Il vero nome mio vuoi tu sapere?... Veux-tu connatre mon vrai nom ?Ebben, Musm, io mi chiamo Eh bien, fillette, je mappelle il Piacere ! le Plaisir !

    IRIS IRIS(con accento di terrore) (avec un accent de terreur)Un d (ero piccina) Un jour (jtais petite),al tempio vidi un bonzo, au temple, je vis un moine,a un paravento tutto fatto a simboli, prs dun paravent tout couvert de symboles,sciorinare il velame dun Mistero dfaire un rouleau peint.Era una plaga dun gran mare morto Ctait la rive dune grande mer morte, color del bronzo; e vera un cielo couleur de bronze ; et il y avait un cielrosso s come sangue, rouge comme le sang, dun rosso livido; dun rouge sombre ;e una gran spiaggia, et une grande plage, una gran spiaggia morta une grande plage morte, di grigio e nero grise et noireUna fanciulla giacavi adagiata, Une jeune fille y tait couche,scarne le membra, sparsi i capelli, membres nus, cheveux pars,e nella bocca un riso et sur sa bouche, un sourirechera uno spasimo qui tait comme un spasmeSu dal mar morto Sur la mer morte,una gran piovra intanto il capo ergeva une grande pieuvre dressait la ttee la fanciulla col grande et guettait la jeune fille occhio falcato fuor guatava; de son grand il en demi-cercle ;questa, domata a quel terror celle-ci, dompte par ce regarddi sguardo, tutto affisava terrible, regardait fixementSu dal mar morto, De la mer morte,i viscidi tentacoli moveva il mostro le monstre agite ses tentacules visqueux,e per le gambe, pei reni e per le spalle, et par les jambes, les reins, les paules,poi per le chiome e il fronte e gli occhi puis les cheveux, le front, les yeux,e il petto esile ansante, e per le braccia, et la mince poitrine haletante, les bras,la stringe e allaccia! il lenlace et la serre !Essa sorride ognor! La fille sourit toujours !Essa sorride e muor Elle sourit, et meurtCon un estremo spasimo Dans un frisson extrme, che par un riso qui ressemble un rire Essa sorride e muor Elle sourit et meurt

  • 47PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    E il bonzo a voce forte: Et le bonze, dune voix forte :Quella piovra il Piacere Cette pieuvre est le Plaisirquella piovra la Morte! cette pieuvre est la Mort !

    Iris se laisse tomber aux pieds du jeune homme, agite de sanglots, accable de peur et de douleur.

    Deh chio torni a mio padre! Laissez-moi retourner auprs de mon pre !

    OSAKA OSAKA(con cinismo) (cynique)Son le fole dei bonzi Ce sont l les fables de bonzes spavaldi e ipocriti, effronts et hypocrites,che allalito dun bacio si sbugiardano! quun seul baiser suffit dmasquer !

    Sur un geste dOsaka, les servantes apportent des toffes, des bijoux, des ventails et des fleurs quelles rpandent aux pieds dIris. Osaka la soulve et la serre peu peu contre lui.

    Or dammi il braccio tuo, prsent, donne-moi ton bras,braccio di neve e avorio! ton bras de neige et divoire !Intorno al collo cos mannoda! Passe-le autour de mon cou.Sciogli i capelli! Dfais tes cheveux.La testa bruna sovra il mio petto Abandonne ta tte brunetu mabbandona! contre ma poitrine.Cogli occhi gli occhi miei, Tes yeux dans mes yeux,tu ed io, labbra le labbra! toi et moi, tes lvres,Vi scendo e tocco je descends vers elles,la dolce bocca! et je touche ta bouche.

    Osaka pose sa bouche sur celle dIris qui, presque vanouie, murmure et supplie.

    questo il bacio! Le voici, le baiser !

    Iris, se dtachant dOsaka, demeure stupfaite puis clate en sanglots.

    OSAKA OSAKA(guardandola sorpreso) (surpris)Piangi? Tu pleures ?

    IRIS IRISPenso a mio padre! Je pense mon pre !

  • 48PAGE

    OSAKA OSAKAGli dar vesti Je lui donnerai des vtements e danaro. et de largent.

    IRIS IRISIo penso alla mia casa! Je pense ma maison.

    OSAKA OSAKAPalazzi avrai! Tu auras des palais.

    IRIS IRISIo penso al mio giardino! Je pense mon jardin.

    OSAKA OSAKANe avrai dimmensi Tu en auras dimmenses,e a serre ognora in fiore! avec des serres, toujours fleuries.

    IRIS IRISMa non sono i miei fiori! Mais ce ne seront pas mes fleurs !

    OSAKA OSAKA( una puppattola!) (Quelle oie !)Nullo desio ti adesca Nas-tu donc nul dsir di codesto splendore? de pareille splendeur ?Vesti, ori?... Des habits, de lor ?...E il bacio unesca Le baiser nest-il pas lhameoncui non morde il tuo cuore? propre ferrer ton cur ?Chiedi, fanciulla! Brama!... Demande, jeune fille ! Exige !Tu pur abbi un desio! Toi aussi, exprime un dsir !

    IRIS IRISVoglio il giardino mio! Je veux mon jardin !Io voglio il mio giardino, Mon petit jardin,colla sua siepe intorno, entour de sa haie,la mia casetta bianca ma petite maison blanchecol mormorante rio, avec le ruisseau qui murmure,col suo villaggio a manca, le village sur la gauche,con la vallata a prati, la valle et ses prs,col sol che appena giorno et le soleil qui, ds le lever du jour,appar sugli elevati fianchi apparat sur les flancs escarps

  • 49PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    del Fousiyama du Mont Fujie mi chiama ! et qui mappelle !

    Elle reste immobile. Kyoto accourt.

    OSAKA OSAKA(seccato, rivolgendosi a Kyoto) (agac, se tournant vers Kyoto)Da unora essa mattedia! Voici une heure quelle mennuie. pupa da commedia, Cest une marionnette, une pupa di legno! marionnette en bois !Or io mi sdegno! Je vais me fcher.Un mio consiglio accetta! Laisse-moi te donner un conseil.

    KYOTO KYOTO(con finta sottomissione) (avec une soumission feinte)Ognora Kyoto impara! Kyoto a toujours apprendre.

    OSAKA OSAKA(imitando Iris) (imitant Iris)Torna alla tua casetta ! Renvoie-la dans sa maisonnette !

    KYOTO KYOTO questo il tuo consiglio? Est-ce l ton conseil ?La espongo al Yoshiwara! Je vais plutt lexposer au Yoshiwara !

    OSAKA OSAKAFa pur! ta guise.Ahim, che noia Hlas, quel ennuiVo! Sbadiglio ! Adieu ! Jen bille !

    KYOTO KYOTO(con astuzia, parlando fra s) (avec ruse, dans sa barbe)Colle piccine, gran maestria natura. Avec les fillettes, il faut savoir ruser.O moine o paura! Les caresses, ou la peur !Osaka giovin, vede ratto, Osaka est jeune, il va vite,e ratto ei vuole il suo desio et il veut que son souhait se ralise tradotto in fatto. tout de suite.Esperienza e pazienza! Exprience est mre de patience ! A me! Vediam! moi ! Voyons !(Con occhio conoscitore osserva Iris.) (Il observe Iris, dun il connaisseur.)

  • 50PAGE

    Perfetta! Parfaite !E in una veste ancor Et dans un habit pi trasparente di codesta, encore plus transparent que celui-ci,come se indosso avesse a veste il nulla, comme si elle tait vtue de vent,vedrete qual trionfo di fanciulla! quel triomphe pour la belle enfant !

    Il choisit une tunique et fait signe aux femmes den habiller Iris.

    Alla toeletta Ol! la toilette, ho l !

    Les femmes accourent. Iris, effraye, veut senfuir. Kyoto se fche.

    Con me ritrosa? Tu me rsistes ?(imperioso) (imprieux)Qui sobbedisce! Bada! Ici, on obit ! Prends garde !Per le putte cattive Pour les vilaines filles, c la morte! cest la mort !

    Il ouvre la paroi coulissante droite et montre Iris un prcipice sombre et profond.Iris recule, apeure.

    Chiamo il Vampiro Jappelle le Vampiree fatta la tua sorte! et ton compte est bon !

    IRIS IRIS(implorando) (Elle limplore.)No non fatemi male! Non ne me faites pas de mal !

    KYOTO KYOTO(rabbonito) (radouci)Non lo voglio! Je ny tiens pas.

    Caressant, il prend la marionnette qui reprsentait Jor dans la pice de thtre et la tend Iris.

    E se obbedisci, guarda!... tuo! Et si tu obis, regarde il est toi !

    IRIS IRIS(Sorpresa, (Surprise, prende con gioia il pupo.) elle prend la marionnette avec joie.) Jor! Cest Jor !

  • 51PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    KYOTO KYOTO(dietro le stuoie, spiando nella via) (Il observe la rue travers les volets.) Annotta! La gente dotta e ghiotta La nuit tombe ! La foule lettre, avidedogni cosa vaga e rara de tout ce qui est beau et rare,saccalca e indaga. se presse et saffaire.Gi arrossa Dj le Yoshiwara di lumiere il Yoshiwara! rougit de toutes ses lumires.Oh, febbre del Piacere! Oh, fivre du Plaisir !

    Pendant ce temps, les femmes commencent habiller Iris derrire un paravent.

    La parete sottile scorre e si schiude La fine paroi coulisse, a uno sciame gentile di donne ignude! rvlant un doux essaim de femmes nues.Qualche altro Osaka certo passer, Un autre Osaka coup sr passera par l,e in questa onesta rete qui tombera dans cet honntedi giovinezza incapper! pige de jeunesse !

    Tandis quon lhabille, Iris, concentre sur la marionnette, se remmore la douce chanson de la pice de thtre, et tout en la chantant, actionne la marionnette.

    IRIS IRIS Apri la tua finestra! Ouvre ta fentre !Io sono il Sole! Je suis le Soleil.Apri lorecchio a mie dolci parole! mes douces paroles, ouvre ton oreille.Apri lanima tua alla fede e spera! Ouvre ton me la foi et espre.Jor ha ascoltato, o Dhia, la tua preghiera!... Jor a entendu, Dhia, ta prire !Tu vuoi morir? Morir io ti far, Tu veux mourir ? Je te ferai mourir, moi,ma ti far morir dal sol baciata, mais sous les baisers du Soleil,ed al paese eterno ti trarr et je te conduirai au pays ternelove, o fanciulla, tu sarai amata! o tu seras aime, petite !

    KYOTO KYOTO(osserva Iris completamente abbigliata) (regardant Iris dans son nouvel habit)Vediam!... Cos stai bene! Voyons Tu es parfaite ainsi.

    Il lui arrache sans mnagement la marionnette des mains et la lance en lair.Une geisha lattrape au vol.

    Ha sonno il piccolo Jor; Il a sommeil, le petit Jor ;poniamolo a dormire! mettons-le au lit.Or ti conviene prsent, il te faut

  • 52PAGE

    sovra la bocca au-dessus de la lvre,un vago punto in or! une mouche dor.

    Il prend un pinceau et dessine une mouche dor au-dessus de la lvre dIris.

    Cos! Vediam ove posarti Voil ! Voyons o nous allons tinstallerIn alto! Ti voglio qui! En haut ! Je veux que tu sois ici.

    Il installe Iris sur le balcon. (con enfasi) (avec emphase)Superbamente erette le divine tue forme!... Tes formes divines superbement dresses !Ed or vediam se la gente abbocca! prsent, voyons si la foule accourt.Attente, streghe, attente! Attention, sorcires, attention !(colpo di mano) (Il frappe dans ses mains.)Via le cortine! Tirez les panneaux !

    Les geishas font coulisser rapidement les parois, dcouvrant une rue du Yoshiwara remplie de monde. Lapparition subite dIris attire une foule enthousiaste.

    LA FOLLA (CORO) LA FOULE (CHUR)Oh, maraviglia delle maraviglie! Oh, merveille des merveilles !La vaga figlia! rosa thea!... La belle enfant ! Cest une rose !Fior di verbena! Fior di vaniglia! Fleur de verveine ! Fleur de vanille !Fra le pi vaghe figlie Belle parmi les belles, o vaga maraviglia! merveille !Giorno di rose e di viole! Jour de roses et de violettes.Notte serena! Nuit sereine !Parla, bella Musm! Parle, belle mousm !Udiamo larmonia di tue parole! coutons lharmonie de tes paroles.Parla! Lanima ti desia!... Parle ! Notre me te dsire.S, rosa thea e imbalsama davvero Oui, cest une rose et elle embaumetutta una giovinezza! le parfum de la jeunesse.Una carezza di questo fior Une caresse de cette fleurdara vita allidea duno spento pensiero! redonnerait vie une pense teinte.Gemma pura di natura! Pur joyau de la nature.Parla, bella Musm! Parla! Parla! Parle, belle mousm, parle !

    KYOTO KYOTO(fregandosi le mani) (se frottant les mains)Son uomo di talento, s o no? Ne suis-je pas homme de talent ?

  • 53PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    Veh che furore! Quelle fureur ! Strana la gente in fregola damore. trange chose quune foule en chaleur.Io ci guadagner a staia i ri! Je vais y gagner des ry la pelle !

    Un palanquin se fraie un passage dans la foule.Cest Osaka qui, voyant Iris, repousse les badeaux, furieux et exalt.

    OSAKA OSAKADatemi il passo! Laissez-moi passer !

    KYOTO KYOTO( Osaka) (Osaka)

    OSAKA OSAKAIndietro! Arrire !

    KYOTO KYOTO(Eccolo ancor!) (Encore lui !)

    OSAKA OSAKAIndietro! Arrire !

    KYOTO KYOTO( pazzo!) (Il est fou !)

    OSAKA OSAKAIndietro! Arrire !

    KYOTO KYOTO(Io godo!) (Je savoure)

    OSAKA OSAKA(aggrappandosi sale sulla veranda) (Il escalade la vranda.)Iris, son io! Iris, cest moi !Io sono Osaka, Jor Moi, Osaka, JorTutto sar per te quel che vorrai! Je serai pour toi tout ce que tu dsires.Osaka pu donarti gemme ed or, Osaka peut te donner des bijoux, de lor,quanto pu darti Jor comme Jor di luce e rai! peut te donner la lumire et le soleil !E qui or io minchino innanzi a te, prsent, je mincline ici devant toi,qui gi, qui gi nel fango, a tuoi piedi! ici dans la fange, tes pieds.

  • 54PAGE

    Curvo a tuoi pi, fanciulla, Je me courbe tes pieds, jeune fille,Osaka vedi qui gi! vois Osaka qui sabaisse,Qui gi nel fango! qui sabaisse dans la fange.Qui a tuoi pi! Ici tes pieds !Qui la pazzia prosterno Ici, jabandonne la foliedel mio orgoglio che cieco e vil de mon orgueil qui ma rendu aveugle mha fatto a tue bellezze! et froid tes beauts !Iris, ancor, ancor, ancor Iris, encore, encore, encore ti voglio! je te veux !Dammi limmenso ciel Donne-moi le ciel immense di tue carezze! de tes caresses !

    Il slance vers Iris, mais Kyoto sinterpose entre lui et la jeune fille.

    KYOTO KYOTOOsaka, io qui servo a tutto il pubblico. Osaka, ici je sers tout le monde.

    OSAKA OSAKA(impetuoso e minaccioso) (imptueux et menaant)Io primo fui che tal tesoro vidi! Cest moi qui le premier ai vu ce trsor.Kyoto, la voglio ancor! Kyoto, je le veux encore.Io son pentito!... Je me suis repenti.Ebben, chi gareggiar potr con me? Allons, qui peut se mesurer moi ?D tutto quel che chiedi, Je donnerai tout ce que tu veux, ladro, arpia! voleur, harpie !Iris divina, deh, sii mia! Iris! Divine Iris, allons, sois moi ! Iris !

    Dans la foule apparat lAveugle, accompagn de deux marchands.

    IL CIECO LAVEUGLEIris?!... Essa qui dunque?! Iris ?!... Elle est donc ici ?

    IRIS IRIS(Alla voce del padre sobbalza per la gran gioia.) ( la voix de son pre, elle sursaute de joie.)S! Son io!... Oui ! Cest moiPadre! Son Iris! Pre. Cest moi, Iris.

    Elle tend les bras vers son pre, tandis que la foule, surprise, entoure lAveugle avec curiosit.

  • 55PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    LA FOLLA (CORO) LA FOULE (CHUR)Suo padre?! Son pre ?!

    IRIS IRISAh, qui vieni! Ah, viens ici.

    LA FOLLA (CORO) LA FOULE (CHUR) un cieco! Cest un aveugle.

    IRIS IRISQui! Ici !

    IL CIECO LAVEUGLEConducetemi sotto alla finestra Conduisez-moi sous la fentre

    LA FOLLA (CORO) LA FOULE (CHUR)Fate largo! cartez-vous !

    IL CIECO LAVEUGLE ove sta la fanciulla svergognata! o se trouve cette fille sans pudeur !

    LA FOLLA (CORO) LA FOULE (CHUR)Il passo! Il passo! Laissez passer ! Laissez passer !

    KYOTO KYOTO(urla per giustificarsi) (Il hurle pour se justifier.)Egli venduto mha la figlia sua! Il ma vendu sa fille !

    IL CIECO LAVEUGLEIris, rispondi! Ove sei tu? Iris, rponds. O es-tu ?

    IRIS IRISQui, padre! Ici, pre.

    Guid par la voix de sa fille, lAveugle sapproche et, ramassant une poigne de boue, il la jette contre la vranda. Grand mouvement de surprise dans la foule.

    IL CIECO LAVEUGLE(urlando) (hurlant)To sul tuo viso! Tiens, sur ton visage !

  • 56PAGE

    To sovra il tuo fronte! Tiens, sur ton front !To nella bocca! Tiens, dans ta bouche !To ne tuoi occhi, fango! Tiens, dans tes yeux ! De la boue !

    LA FOLLA (CORO) LA FOULE (CHUR)Ah! Ah !

    La maldiction de son pre rend Iris folle de douleur. Repoussant tout le monde, elle va se jeter dans le prcipice que lui a montr Kyoto.

    IRIS IRISAh! Ah !

    Osaka, qui na pas t assez rapide pour la sauver, reste interdit devant la fentre.

    OSAKA, KYOTO E CORO OSAKA, KYOTO ET CHUR Ah! Ah !

  • 57PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    ACTE III

    Voix de femmes dans le lointain.Quelques silhouettes tranges de chiffonniers arms de lanternes et de crochets, fouillant parmi les dtritus. Lun deux, lcart, chantonne un air la Lune.

    IL CENCIAIUOLO LE CHIFFONNIERAd ora bruna e tarda Le soir la brune,la Luna tutta gaia elle est gaie, la Lune,se in due la si riguarda; quand on la regarde deux.soli una luna scialba Tout seul, elle est blme.Se Notte non ti appaia, Si la Nuit ta laiss seul, lami,amico, invoca lAlba!... prie pour que lAube vienne.

    ALCUNI CENCIAIUOLI QUELQUES CHIFFONNIERS(frugando inutilmente) (fouillant en vain)La fogna avara e muta!... Ces gouts sont bien avares !...

    ALTRI CENCIAIUOLI DAUTRES CHIFFONNIERSLuncino invan la scruta!... Notre crochet les fouille en vain.

    Lun des chiffonniers sarrte, les yeux rivs sur son crochet qui est soudain retenu par quelque chose au bord de leau morte.

    UN CENCIAIUOLO UN CHIFFONNIERTacete! Taisez-vous ! Il mio sintrica! Le mien tient quelque chose !

    Le Chiffonnier retire avec soin son crochet et ramne lui un nud de branchages.Les autres se moquent de lui.

    I CENCIAIUOLI LES CHIFFONNIERSAh, ah, ah! Ah, ah, ah ! il cespo dunortica! Tu as pch des orties !Ah, ah, ah! Ah ah, ah !

    UN CENCIAIUOLO UN CHIFFONNIEROl! Ho l !Non muover passo! Ne bougez plus !

  • 58PAGE

    Son crochet sest pris dans un bloc de boue et rsiste contre un objet lourd.

    I CENCIAIUOLI LES CHIFFONNIERSUn tesoro? Delloro! Un trsor ? De lor ?Grandoro? Gran tesoro! Beaucoup dor ? Gros trsor ?

    Avec un gros effort, il extrait une pierre de la boue. Les autres se moquent.

    Ah, ah, ah! il tesoro dun sasso! Ha, ha, ha ! Tu parles dun trsor !

    IL CENCIAIUOLO LE CHIFFONNIER(riprende il suo Elogio alla Luna) (qui reprend son chant la Lune)Ad ora bruna e tarda Le soir la brune,la Luna tutta gaia elle est gaie, la Lunese in due la si riguarda; quand on la regarde deux ;soli una Luna scialba Tout seul, elle est blme.Se Notte Si la Nuit

    Un clair luit soudain sous un monticule. Le chanteur strangle en un cri de surprise.

    UN CENCIAIUOLO UN CHIFFONNIERUn guizzo! Une lueur !

    I CENCIAIUOLI LES CHIFFONNIERSSpento! Svanito via!... Dj teinte !

    IL CENCIAIUOLO LE CHIFFONNIERDavida fantasia Cest notre impatience il tormento! qui nous tourmente !

    Puis de nouveau, plus distincte, la mme lueur. Cest la robe dIris.

    I CENCIAIUOLI LES CHIFFONNIERSAncor! Encore ! raggio dor! Comme un rayon dor !Traluce! a brille ! luce! Comme une lumire veste! Un habit.Ha dentro ancor Avec dedans, le corpsil corpo che la porta! qui le portait.

  • 59PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    Les Chiffonniers sapprochent tous et se figent devant le corps dIris. Ils nosent pas le toucher.

    IL CENCIAIUOLO LE CHIFFONNIERChe importa? duna morta! Quimporte ? Elle est morte.

    Les chiffonniers se jettent sur le corps dIris, lui arrachent son habit avec violence.Ils se disputent les colifichets donns par Kyoto.Le petit corps dIris donne un lger signe de vie.Les chiffonniers, effrays, senfuient toutes jambes.

    UN CENCIAIUOLO UN CHIFFONNIER(lontanissimo) (au loin)Amico, invoca lAlba! Ami, prie pour que lAube vienne !

    IRIS IRIS(rinvenendo un poco, mormora) (revenant elle, dans un murmure)Perch? Perch? Pourquoi ? Pourquoi ?

    Elle ne bouge pas. Dans lair froid et silencieux, il lui semble entendre de drles de voix qui ressemblent celles des trois personnages qui ont peupl sa courte existence : Osaka, Kyoto lentremetteur et son Pre aveugle.

    LEGOISMO DI OSAKA LGOSME DOSAKA

    LA VOCE DI OSAKA VOIX DOSAKA(freddamente) (froide)Ognun pel suo cammino Chacun sur son cheminva spinto dal destino est pouss par le destindi sua fatal natura! de sa fatale nature !Il tuo gentile vezzo, Ta grce aimable,calma a desio divino, si innocente et pure, unumana tortura. est pour lhomme une torture.Tu muori come il fior Tu meurs comme la fleurche pel suo olezzo muor! quon tue pour son parfum !Nel mio egoismo tetro Dans mon sombre gosme,or porto altrove jemporte ailleursil mio riso, canto di spettro mon rire, mon chant de mort...Cos la vita! Addio! Ainsi va la vie. Adieu !

  • 60PAGE

    LEGOISMO DI KYOTO LGOSME DE KYOTO

    LA VOCE DI KYOTO VOIX DE KYOTORubai; fui bastonato, Jai vol, jai t rou de coups,onde mutai mestiere; puis jai chang de mtier,ho la livrea indossato pour prendre la livredel pi gran re: du plus grand des seigneurs : il Piacere! le Plaisir !Or siamo qui Et nous en sommes lCos: io, per la mia vilt carnefice, Moi, bourreau par lchet,tu, vittima per questa tua belt toi, victime de ta beautPerch? Io non lo so. Pourquoi ? Je ne sais.Cos la Vita! Vo! Ainsi va la vie. Je men vais

    LEGOISMO DEL CIECO LGOSME DE LAVEUGLE

    LA VOCE DEL CIECO VOIX DE LAVEUGLEOhim! Chi allumer Hlas ! Qui allumera mon feu,nellinverno il mio foco, lhiver, et me conduirae allombra o a fresco loco lombre ou au frais,la state maddurr? au plus fort de lt ?Tale il pensier che in fondo Voici, au fond de moi,dispreme il pianto mio, ce qui me fait pleurere fa il mio duol profondo! et accrot ma douleur.Cos la Vita! Addio! Ainsi va la vie. Adieu.

    Les voix mystrieuses steignent comme elles taient venues, dans limagination de la jeune fille mourante.

    IRIS IRIS(credendo sempre di sognare) (croyant toujours rver)Ancora il triste sogno pauroso! Toujours ce rve triste et menaant !Visioni! Affanni! Angoscie! Visions ! Tourments ! Angoisses !Persone ignote! Gens inconnus.Ignote cose e lochi Lieux et objets inconnuse strane risa, e lacrime! et rires tranges, et larmes !

  • 61PAGE

    LE FESTIVAL RADIO FRANCE MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRNES 2016

    LA VOCE DI OSAKA LA VOIX DOSAKA(lontanissima) (trs loin)Tu muori come il fior Tu meurs comme la fleurche pel suo olezzo muor! quon tue pour son odeur.

    IRIS IRIS(il pensiero della sua misera vita (soudain envahie par la pense le si affaccia) de sa vie misrable)Il picciol mondo della mia casetta Le petit monde de ma maisonnette,perch dispar?... Perch? pourquoi disparat-il ? Pourquoi ?Giardin, rondini, fior, Jardins, hirondelles, fleurs,echi a miei canti, cho de mes chants,tutto dilegua e tace! tout svanouit et se tait.Perch codesti strazi Pourquoi donc ce supplicee queste tenebre?... et pourquoi ces tnbres ?E perch piango Pourquoi est-ce que je pleure e muoio et que je meurs ?e mabbandona ogni persona Pourquoi tout mabandonne, les gens,e cosa, e vita, e luce, e tutto? les choses, la vie, la lumire, tout ?Il picciol mondo della mia casetta Le petit monde de ma maisonnette silenzio e pau