Islands portfolio

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Islands description

Text of Islands portfolio

  • Premire partie

    L'le est-elle un objet gographique spcifique ?tude conceptuelle et critique

    1. la rencontre de l'le .. 8

    2. La fragmentation et la priphricit ..39

    3. Dpendance et vulnrabilit : mythe ou ralit ? ...... 94

    Conclusion : quen est-il des spcificits insulaires .112

  • la rencontre de lle

    8

    1. la rencontre de l'leDepuis maintenant 15 ans que nous travaillons sur les les des

    Carabes, de la Mditerrane, du Pacifique ou de l'ocan Indien, nousn'avons jamais vritablement pos la question de la nature de l'objetscientifique qui est au cur de nos recherches. Nous allons procderdans ce premier chapitre une approche systmique de l'le. Lesdiffrents concepts et notions qui permettent d'approcher l'objetgographique seront par commodit traits les uns aprs les autres, maisen gardant l'esprit qu'ils sont interdpendants. Une dfinition serapropose dans le sixime paragraphe pour essayer d'apprhender l'ledans une dfinition qui s'appliquera ce que l'on appellera les petitsespaces insulaires.

    1.1 L'isolement insulaire : une notion des plus relatives

    La fragmentation gographique, gnre par la mer et les ocans, queconnaissent les les et les archipels ne joue bien videmment pas dans lesens de la cohsion nationale et de la continuit territoriale. Elle est uneentrave majeure la diffusion de l'ducation, des soins de sant, del'approvisionnement alimentaire, de la technologie, des changes debiens et de personnes, mais aussi de l'information. Elle est doncgnratrice de discontinuit et se double d'un isolement qui peut semesurer notamment par l'indice d'isolement de Franois Doumenge(Doumenge 1984), et du Programme des Nations Unies pourl'environnement (PNUE, 1998).

    1. L'indice d'isolement de F. Doumenge est limit par les donnesCet indice consiste diviser la surface de la Zone conomique

    exclusive (ZEE) par la surface merge du territoire ; en thorie, plus cetindice est lev et plus l'isolement ocanique est prononc. FranoisDoumenge dfinit ainsi quatre classes d'les et d'archipels en fonction deleur isolement. On y trouve les territoires archiplagiques structurs ; lesterritoires ocaniques trs cohrents ; les territoires archiplagiquesdisperss les isoles et enfin les les extrmement isoles.

    Pour intressant qu'il soit, cet indice est difficile mettre en pratiquedans l'ocan Pacifique, par exemple, car la plupart des tats et territoiressont multi-insulaires1. L'archipel des Fidji est ainsi compos de plus de300 les pour 830 000 habitants, celui du Vanuatu de 80 les pour 190 000habitants, les Salomon comptent prs de 1 000 lots et les peupls de460 000 habitants. Dans ces conditions, il faudrait connatre la ZEE de

    1. Seuls Guam, Nauru et Niue sont des tats et territoires mono-insulaires

  • la rencontre de lle

    9

    chacune des les composant un tat, faute de quoi, l'indice sera gnral etne permettra que des comparaisons d'tat tat sans tenir compte de leurdispersion gographique. Il est certain par exemple, que les les Torres ouBanks, au nord de l'archipel du Vanuatu, sont plus isoles qu'Efate (llecapitale) qui est plus proche de la Nouvelle-Caldonie et qui possde unaroport international. Que dire aussi des les de la Polynsie franaise,des tats fdrs de Micronsie, ou encore de Kiribati, qui s'tendent surplusieurs centaines de kilomtres, mais qui prsentent le mme indiced'isolement, si l'on se rfre leur ZEE globale, alors que de nombreuxcas de figure sont envisageables pour apprhender leur isolementrespectif. Pour les les de la Carabe et de la Mditerrane, o la mono-insularit est davantage rpandue, cet indice est plus commode mettreen pratique.

    2. L'indice d'isolement du PNUE connat aussi ses limitesDans l'attente de donnes de ZEE le par le, voyons ce qu'enseigne

    l'indice d'isolement dvelopp en 1998 par le Programme des NationsUnies pour l'environnement (PNUE). Il s'agit de considrer cette fois lessources potentielles de colonisation des espces vgtales et animalesendmiques. En partant du postulat "qu'une apprciation objective del'isolement est possible en prenant en compte les effets d'endmismeressentis la fois par les espces vivantes vgtales et animales et par lastabilit ou la fragilit de leurs associations" (Doumenge, F. 1984, p. 303), onpeut utiliser cet indice comme indicateur d'isolement insulaire. Pour unele donne, il convient, pour tablir cet indice, d'additionner la racinecarre de la distance de l'le la plus proche ayant une taille quivalente ousuprieure, la racine carre de la distance de l'archipel le plus proche etenfin la racine carre de la distance du continent ou pays continental leplus proche. L'indice permet principalement de donner une apprciationgnrale sur l'importance de l'endmisme vgtal et animal que l'onpourra complter avec l'indice d'endmisme de F. Doumenge (1984) quiest le nombre total des genres, des espces et des sous-espces dupeuplement insulaire divis par le nombre des endmiques (reliques etrelictes).

    Cet indice varie potentiellement de 1 149 (pour l'le de Pques2). Pourl'chantillon d'les que nous considrons (fig. 1 et fig. 2), notre choix se porte, des fins de comparaisons, sur l'le qui accueille la capitale. Ce choixpermet d'envisager des les ayant gnralement deux portes d'entre (unport et un aroport) et des fonctions politiques, conomiques et socialesde premier ordre. Cet indice (fig. 1) permet de confirmer que l'Ocanieinsulaire est celle qui prsente les indices les plus levs

    2. Dans ce cas, on prend pour le calcul la racine carre de 2011 km (pour lle la plusproche), la racine carre de 2011 km (pour l'archipel le plus proche) et la racine carre de 3568 km (pour le continent le plus proche).

  • la rencontre de lle

    10

    Ile principale pour chaque archipel Indice d'isolement du PNUEPacifique insulaire

    Efate (Vanuatu) 62Guadalcanal (les Salomon) 75Saipan (les Mariannes du Nord) 78Funafuti (Tuvalu) 82Guam 86Tarawa (Kiribati) 87Upolu (Samoa) 87Nouvelle-Caldonie 88Viti Levu (Fidji) 88Nukunonu (Tokelau) 93Tutuila (Samoa amricaines) 95Uvea (Wallis et Futuna) 96Nauru 97Niue 97Tahti (Polynsie franaise) 102Pitcairn 103Rarotonga (Cook) 106Pohnpei (tats fdrs de Micronsie) 108Hawa 109

    Ocan IndienMayotte 47Grande Comores (Comores) 49Mal (Maldives) 63Mah (Seychelles) 66Runion 73Maurice (Maurice) 87Christmas (Australie) 79Cocos (Australie) 103

    CarabeTrinidad (Trinidad & Tobago) 15Aruba 18Curaao 22St Kitts (St Kitts-Nevis) 34New Providence (Bahamas ) 36St Vincent (St Vincent & Grenadines) 37Antigua 41Grand Turk (Iles Turks & Caicos) 41Grand Cayman (Iles Cayman) 42St Maarten 45Barbade 46Grenade 46Anguilla 48

    MditerraneTenerife (Canaries) 19Corse 23Chypre 27Crte (Grce) 28Mallorque (Balares) 32Malte (Malte) 35

    Source : PNUE, 1998

    Figure 1. L'indice d'isolement du PNUE pour quelques les du Pacifique, de l'ocanIndien, de la Carabe et de la Mditerrane

  • la rencontre de lle

    11

    0

    20

    40

    60

    80

    100

    120

    Pacifi

    que i

    nsula

    ire

    Efate

    (Vanua

    tu)

    Guad

    alcan

    al (les

    Salom

    on)

    Saipa

    n (les

    Marian

    nes du

    Nord)

    Funa

    futi (T

    uvalu)

    Guam

    Taran

    a (Kirib

    ati)

    Upolu

    (Samo

    a)

    Nouv

    elle-Ca

    ldon

    ie

    Viti L

    evu (F

    idji)

    Nuku

    nonu

    (Tokela

    u)

    Tutui

    la (Sa

    moa a

    mrica

    ines)

    Uvea

    (Wallis

    et Fut

    una)Na

    uru Niue

    Taht

    i (Polyn

    sie fra

    naise)Pit

    cairn

    Raton

    ga (C

    ook)

    Pohn

    pei (

    tats fd

    rs d

    e Micro

    nsie)Ha

    wa

    Oca

    n Ind

    ien

    Mayo

    tte

    Gran

    de Co

    mores

    (Com

    ores)

    Mal (

    Maldiv

    es)

    Mah

    (Seych

    elles)

    Run

    ion

    Mauri

    ce (M

    aurice)

    Christ

    mas (A

    ustrali

    e)

    Cocos

    (Austra

    lie)

    0

    10

    20

    30

    40

    50

    60

    Cara

    be

    Trinid

    ad (Tr

    inidad

    & Toba

    go) Aruba

    Cura

    ao

    St Kit

    ts (St

    Kitts-N

    evis)

    New P

    rovide

    nce (B

    ahama

    s )

    St Vin

    cent (S

    t Vince

    nt & Gr

    enadine

    s)An

    tigua

    Gran

    d Turk

    (Iles T

    urks &

    Caicos

    )

    Gran

    d Caym

    an (Ile

    s Caym

    an)

    St Ma

    arten

    Barba

    de

    Gren

    ade

    Angu

    illa

    Mdit

    erran

    e

    Tene

    rife (C

    anaries

    )Co

    rse

    Chyp

    re

    Crte

    (Grce

    )

    Mallor

    que (B

    alare

    s)

    Malte

    (Malte

    )

    Figure. 2. Graphiques de lindice d'isolement du PNUE pour quelques les duPacifique, de l'ocan Indien, de la Carabe et de la Mditerrane

  • la rencontre de lle

    12

    d'isolement (de 62 109) parmi l'chantillon retenu. Il vient ensuitel'ocan Indien (de 47 103), puis la Carabe (de 15 48) et enfin laMditerrane (de 19 35). Si ces donnes semblent globalementcohrentes, dans le dtail l'indice n'est gure satisfaisant car, comme pourcelui de F. Doumenge, il ne tient pas compte des activits humaines desles ou des continents proches, pas plus que de la desserte arienne oumaritime et donc de l'accessibilit.

    Pour l'Ocanie insulaire, si l'on conoit que Pitcairn soit isole, il n'enest pas de mme pour Hawa qui, avec plus de 23 millions de passagerstransports par avion en 2000, se place parmi les 40 plus forts trafics depassagers ariens au monde dev