of 24/24
GRATUIT - Numéro 157 - Edition du Lundi 31 Janvier 2011 Journal Israélien en langue française Quand Vanessa Paradis se dégonfle devant le BDS et Europalestine

Israel Actualités n°157 - Edition israélienne

  • View
    223

  • Download
    10

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Toute l'information en provenance d'Israël

Text of Israel Actualités n°157 - Edition israélienne

  • GRATUIT - Numro 157 - Edition du Lundi 31 Janvier 2011 Journal Isralien en langue franaise

    Quand Vanessa Paradis se dgonfle devant le BDS et Europalestine

  • 3Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Directeurs de la publication

    Alain SayadaTel: +33 (0) 6 68 17 25 55Samuel Flatto Sharon

    Rdacteur en chefEliahou Ben Youchoua

    Directeur dantenneSimon Benchetrit054 529 60 07

    RalisationJrme Placideman

    Rgie publicitaire exclusive2SCOM LTDCentre Commercial Dizengoff Center50, rehov DizengoffTel-Aviv IsralTel : 03 621 0410

    EditorialisteSamuel Flatto Sharon

    Directeur commercial Isral :

    Jacques Chemla052 322 212 9

    Directrice commerciale FranceSigalit Sik Sik Sitbon+33 (0) 6 67 78 40 00

    Isral Actualits est une marque dpose en France

    *chargeurde voiture iPhone offert Eldan vous prsente sa nouvelle application iPhoneEldan le loueur n1 en Isral vous propose une mthode pratique et nouvelle pour dcouvrir Isral .Choisissez parmi notre large gamme de vhicules et profitez des meilleurs prix. Cest juste une application de vous

    eldan.co.il/fr 01.47.70.21.25*En rservant sur l'app

    La meilleure faon

    de connatre Isral

    Al-Jazeera jette un pav dans la mare Car cest bien leffet des docu-ments rendus publics par la chane au sujet des ngociations dans le conflit isralo-palestinien. Selon ces docu-ments accumuls depuis 99 et sortis aujourdhui par la chane Quatarie, les ngociateurs palestiniens ont fait beaucoup plus de concessions aux Israliens que ce quils ont reconnu et sur des points-cl comme le sort de Jrusalem-est ou la question des rfu-gis.

    Les mdias ont le droit de publier et diffuser linformation. Ce droit doit tre garanti mais limportant cest de ragir ces informations pour expli-quer au peuple palestinien la ralit des choses.

    Coupable davoir rvl lapparent immense foss existant entre ngo-ciations ct public et ct coulisses, Al Jazeera est dj une cible pour cer-tains Ses bureaux Ramallah ont t vandaliss.

    Selon Hamas, ces documents prouvent que lAutorit palestinienne a renonc au droit au retour et a balay cette question fondamentale. En effet Mahmoud Abbas aurait confi des proches quil nest pas logique dexi-ger dIsral dabsorber cinq millions, ni mme un million de rfugis pales-tiniens belle leon de ralisme naisse

    pas tonnant !

    En tous les cas aprs la rvlation par la chane de centaines de docu-ments montrant que lAutorit palesti-nienne tait prte faire dimportantes concessions Isral, lpreuve de force semble engage entre la chane et les officiels palestiniens. Yasser Abed Rabo, membre de la dlgation des ngociateurs, sen est directement pris lmir du Qatar, quil accuse de mener une campagne de dnigrement de lAutorit palestinienne au travers de la chane qatarie Al Jazira, base Doha.

    Mais Al Jazira a reu le feu vert de lEmir du Qatar avant de publier sem-blables documents.

    Pour les services israliens, les docu-ments ont t vendus Al-Jazeera par un membre de la dlgation des ngociateurs palestiniens, mcontent davoir t vinc de lquipe.

    En montrant que les dirigeants palesti-niens taient prts faire des conces-sions importantes sans contrepartie isralienne, il rgle ses comptes.

    Il sagit clairement dune tentative de dstabilisation de lAutorit pales-tinienne et de ses dirigeants actuels. Mene par qui?

    Elle concide aussi avec les ma-nuvres de Mohammed Dahlan, lan-cien homme fort de Gaza, qui serait en train de recruter, de payer et denvi-sager de prendre le commandement dune nouvelle milice en Cisjordanie. Il est directement accus de vouloir renverser Mahmoud Abbas.

    A Bientt

    Samuel Flatto Sharon Ancien dput la KNESSET

    Ldito patriote de Flatto Sharon :Al-Jazeera : le pav dans la mare

    Mais que se passe-til Vanessa ?

    Ma chre Vanessa, comment peut-on se dfiler de telle manire devant la pression ? Une fois oui, une fois non, nous ne sommes pas lcole des fans ? Franchement, de qui se moque-ton ? Vous, la petite lolita que tout monde aime, quand un concert pour gaza ? Bien videment avec le soutien de vos nouveaux amis du BDS (Boy-cott, Dsinvestissement, Sanctions, regroupement dassociations en soli-darit avec la Palestine) et dEuropa-lestine, vous vous dsengagez de tous les engagements pris avec Isral en

    prtextant biensr que ce nest pas po-litique mais pour raisons personnelles. Depuis quand les cris de mort Isral, les boycotts Isral doivent changer le court des choses ? Aujourdhui plus quhier Vanessa, vous devez vous af-firmer. Isral et la communaut juive de France nont jamais demand un artiste de ne pas se produire dans un pays ennemi dIsral et de faire de la pression pour les inviter ne pas tenir vos engagements ... Vanessa, vous tes toute petite ou alors peut-tre avez-vous t trs mal conseille par votre entourage. Aujourdhui, vous avez recul face la pression du BDS qui se pavane et se vante de vous avoir convaincu en montrant sur des vidos et des interviews de quelle faon vous vous tes dgonfle. Qui plus est, vous faites la une du parisien avec ce titre trs quivoque :

    Concert annul en Isral : Vanessa Paradis a-t-elle subi des pressions?

    Ainsi, comme le rapporte Le Parisien, samedi, une vingtaine de membres dEuroPalestine, se rclamant du

    BDS, a manifest lentre du concert de Vanessa Paradis, Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), en scandant Va-nessa, ny va pas. Le soir mme, la production de la chanteuse annonait lannulation qui rapporte galement les propos dune reprsentante de BDS France qui se flicite : Vanessa Paradis a d tre sensible nos argu-ments. Vous avez cedez au terrorisme conomique.

    Mais la question est : quallez vous en retirer ? Vous vous cachez derrire un simulacre lorsque le motif de lan-nulation, soit 3 semaines avant le 10 Fvrier 2011 est le suivant, Charles Bensmaine, grant dAuguri Produc-tions, et David Stern, prsident de Stern & Lights, ont le regret dannon-cer lannulation du concert de Mlle Vanessa Paradis Tel Aviv, initiale-ment programm pour le 10 fvrier 2011, du fait dimpratifs profession-nels de lartiste, pouvait-on lire dans ce communiqu...Chers amis, en ce qui me concerne je suis perplexe et vous ?

    Alain Sayada

    Chirugien Dentiste sur natanyarecherche Assistante

    bilingue francais hebreuxsalaire motivantrenseigements:

    israel 09 887 47 77france:00972 98874777

  • 4Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Un gouvernement dunion nationale men par Mohammed Ghannouchi, a t form lundi en Tunisie au sein duquel quatre ministres nomms sous Ben Ali (Dfense, Finances, Intrieur et Affaires trangres) ont conserv leur poste. Le nouveau gouvernement comprendra gale-ment trois leaders de lopposition : Ahmed Ibrahim, leader du parti Ettajdid (Renouveau), Moustapha Ben Djaafar, prsident du Forum dmocratique pour le travail et la li-bert (FDTL), et Najib Chebbi, chef de file et fondateur du Parti dmo-cratique progressiste (PDP).

    Llection prsidentielle anticipe doit se tenir dans un dlai de deux mois au maximum.La composition du nouveau

    cabinet a t annonce par le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, trois jours aprs la fuite prcipite du prsi-dent Zine Ben Ali chass par un mois de contestation dans la rue. Le Premier

    ministre a galement annonc la pro-chaine libration de tous les prison-niers politiques.

    Tunisie : 4 ministres importants nomms par Ben Ali conservent leur poste

    Les Palestiniens esprent un vote sur cette rsolution pour faire monter la pression sur le Premier ministre is-ralien Benjamin Netanyahu pro-pos de la colonisation NEW YORK Les reprsentants lONU des pays arabes vont formellement dposer mardi au Conseil de scurit un projet de rsolution condamnant la colonisation isralienne, ont indiqu des diplomates.

    Mais un vote nest pas attendu avant plusieurs jours, le temps pour certains pays arabes dessayer de persuader les Etats-Unis de ne pas mettre leur veto, ont-ils ajout.

    Une runion du groupe des reprsen-tants arabes lONU a dcid denre-gistrer formellement le texte du projet au Conseil de scurit avant la fin de la journe de mardi, a expliqu aux jour-nalistes lambassadeur tunisien Ghazi

    Jomaa, prsident du groupe arabe. Le Conseil de scurit doit discuter du Proche-Orient et du conflit isralo-pa-lestinien mercredi mais un vote cette date semble virtuellement impossible.

    Le Liban est lactuel reprsentant arabe au Conseil de scurit et son am-bassadeur, Nawaf Salam, a expliqu que davantage de runions devront tre tenues pour dcider de la date du vote. Les Palestiniens esprent un vote sur cette rsolution pour faire monter la pression sur le Premier ministre is-ralien Benjamin Netanyahu propos de la colonisation.

    La grande question est cependant de savoir si les Etats-Unis mettront leur veto cette rsolution. Washington a traditionnellement us de son droit de veto contre les rsolutions critiquant Isral, y compris les appels prcdents la fin de la colonisation.

    Les autres membres permanents du Conseil de scurit -la Grande-Bre-tagne, la France, la Chine et la Rus-sie- devraient soutenir la rsolution. La mission palestinienne pense que 14 des 15 pays du Conseil la soutien-draient.

    Les pays arabes vont dposer une rsolution condamnant la colonisation isralienne

    Medvedev entame une visite Amman et Ramallah

    Le prsident russe Dmitri Medvedev entame aujourdhui une tourne de la rgion. Il se rendra Amman et Ramallah o le rglement du conflit au Proche-Orient sera au centre des entretiens avec les dirigeants jorda-niens et palestiniens. Avec le pr-sident de lAutorit palestinienne Mahmoud Abbas, les discussions porteront sur la situation autour de la Bande de Gaza et le rtablis-sement de lunit palestinienne. Les parties examineront galement la situation dans les pays voisins et lensemble de la rgion.

    A cette occasion, MM. Abbas et Med-vedev doivent conclure une srie dac-cords de coopration dans plusieurs domaines, notamment lagriculture et linformation. M. Medvedev sera accompagn dune importante dl-gation comprenant le ministre des Af-faires trangres, M. Serguei Lavrov,

    ainsi quune centaine de personnalits, dont des hommes daffaires. La visite du prsident russe entre dans le cadre dune tourne au Proche-Orient.

    En effet la Russie souhaite construire une centrale nuclaire en Jordanie, a annonc lassistant du prsident russe, Sergue Prikhodko, Les Corens, les Franais et les Canadiens ont aussi dpos une demande de construction dune centrale nuclaire, a dclar Prikhodko. Selon le projet jordanien, le premier racteur de la centrale nuclaire doit tre lanc en 2018. La Russie et la Jordanie ont sign un ac-cord de coopration dans le nuclaire civil en mai 2009. Les deux parties doivent notamment voquer lors de leurs entretiens les derniers dvelop-pements dans la rgion et la situation dans les territoires , selon les mmes sources.

    Australie : cris et fureur pour une fresque anti-burka Sydney : une fresque murale anti-burka suscite depuis 4 mois, la colre croissante des musulmans et des idots utiles antiracistes. La manifestation dhier, devant le mur sur lequel est peint le panneau de-mandant linterdiction de la burka, a dgnr en affrontements entre la police et une cinquantaine de per-sonnes. La fresque t barbouille et des bombes incendiaires ont t lances. 7 personnes ont t incul-pes

    Par Melba

    Linfluent ministre isralien de la Dfense Ehud Barak a annonc lundi matin son dpart du Parti travailliste, quil dirigeait, pour crer une nouvelle formation poli-tique avec quatre autres parlemen-taires travaillistes. Nous crons aujourdhui un groupe (parlemen-taire), un mouvement et par la suite un parti qui sera centriste, sioniste et dmocratique dans la ligne de Ben Gourion, a dclar M. Barak

    lors dune confrence de presse la Knesset (Parlement).

    Nous avons dpos la commission de la Knesset une demande pour nous faire reconnatre comme un groupe parlementaire indpendant qui sap-pellera +Hatzmahout+ (Indpen-dance), a ajout le ministre de la Dfense. Notre mot dordre est +tout ce qui est bon et juste pour lEtat dIs-ral, a expliqu M. Barak en dnon-

    ant le glissement gauche, toujours plus gauche du Parti travailliste. Ce dernier comptait jusqu prsent 4 ministres et 13 dputs sur 120 la Knesset. Les autres ministres et dputs travaillistes nont pas encore annonc sils comptaient rester au sein de la majorit de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

    Ehud Barak fonde un nouveau parti

  • 5Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Russie aux iraniens: vous allez droit vers un nouveau Tchernobyl !

    Des scientifiques russes fournissant une assistance technique sur le rac-teur nuclaire de Bushehren Iran, exhortent le Kremlin de diffrer lactivation du racteur nuclaire cause des dommages causs par Stuxnet, ce mystrieux virus qui retarde le programme nuclaire ira-nien dau moins 3 ans. Les russes accusent les iraniens de crer du danger pour la vie humaine.

    Pour bien faire comprendre ltat de la situation, les scientifique russes ont t droit au but: vous voulez viter un autre Tchernobyl ? Faites retarder la mise en route du la centrale. Cest le quotidien anglais Daily Telegraph qui

    rvle cette information aujourdhui.

    Les scientifiques ont soulev de s-rieuses proccupations sur ltendue des dommages causs aux systmes informatiques de lusine par le myst-rieux virus Stuxnet. En octobre 2010, les techniciens russes ont commenc charger les barres de combustible dans la centrale nuclaire, qui devrait commencer fournir de llectricit cet t.

    Selon le Daily Telegraph, les scienti-fiques travaillent lusine sont deve-nus tellement proccup par le mpris apparent des iraniens pour les ques-tions de sret nuclaire quils ont fait

    pression sur le Kremlin pour reporter lactivation au moins jusqu la fin de lanne, de sorte quune valuation approprie des dommages causes par stuxnet soit faite.

    Dans une lettre adresse au Kremlin, les scientifiques russes ont conclu que, malgr lexcution des tests simples et de base sur le racteur de Bushehr, lquipe ne peut garantir lactivation scuritaire du racteur.

    Ils ont galement accus lquipe de direction iranienne, qui est sous la pression politique intense, de sen te-nir la date limite pour activer le com-plexe nuclaire dscet t. Ils nont aucune responsabilit professionnelle et morale qui pourtant devrait tre requis. La catastrophe de Tchernobyl a eu lieu en avril 1986 quand une explo-sion a fait sauter la centrale de cette ville.

    Un nuage radioactif avait travers toute lEurope et des milliers de bbs sont mal-ns. Le ministre iranien des Affaires trangres Ali Akbar Salehi, qui est galement la tte de lOrga-nisation Atomique locale, a rejet les affirmations des experts. Au moins, si ca pte; on ne pourra pas dire quils ne savaient pas!

    Par:Jonathan-Simon Sellem

    Klaus Barbie a travaill pour les services secrets allemands

    Lancien chef de la Gestapo de Lyon (France), Klaus Barbie, a collabor avec les services de renseignements extrieurs allemands (BND) aprs la Deuxime Guerre mondiale, affirme lhebdomadaire Der Spiegel dans sa dernire dition paratre lundi. Le boucher de Lyon, condamn perptuit en France en 1987 pour avoir organis la dportation de centaines de Juifs, a t recrut par le BND dbut 1966 alors quil vivait sous le pseudonyme de Klaus Alt-mann en Bolivie, poursuit lhebo-damaire allemand qui cite des docu-ments du BND.

    Considr comme ayant une menta-lit trs allemande, cet adversaire farouche du communisme, selon le BND, a livr environ 35 rapports aux services allemands sous le pseudo dAdler enregistr sous le numro V-43118, selon la mme source.

    Le dossier consult par Der Spiegel ne permet pas toutefois de dterminer ce quil a livr comme informations. Des honoraires lui ont en tous les cas t verss par le BND sur un compte ta-bli dans une banque de San Francisco, aux Etats-Unis.

    Quelques semaines aprs avoir t re-

    crut par les services allemands, Bar-bie a pris la tte de la succursale boli-vienne dune entreprise, dont le sige tait Bonn (ouest de lAllemagne), et charge de vendre le matriel militaire superflu de la Bundeswehr, larme allemande.

    Il tait alors charg par le BND de donner des indications sur dventuels pnuries darmes et de munitions en Bolivie, poursuit encore le journal.

    Pendant lhiver 66/67, le BND a nanmoins dcid de se passer de ses services par crainte que des services secrets trangers ne le fassent chanter en raison de son pass sous le rgime nazi. Condamn pour crimes contre lhumanit en juillet 1987, Klaus Bar-bie, qui fut notamment lorigine de larrestation et de la torture de nom-breux rsistants franais, dont Jean Moulin, avait t extrad quatre ans auparavant de Bolivie.

    Lancien SS avait bnfici aprs la guerre de la protection des Amri-cains qui le considraient comme un bon agent de la lutte anticommuniste, raconte notamment un film sorti en 2007. Il est mort en prison en France en 1991.

    Des touristes franais pigs par les violences en Tunisie ont commenc rentrer en France dimanche, la-roport de Roissy-Charles-de-Gaulle. La quasi-totalit des touristes

    franais bloqus en Tunisie seront rentrs lundi, a confirm dimanche le Syndicat national des agences de voyage (SNAV). Les bonnes nou-velles dhier se sont confirmes avec

    la rouverture de lespace arien tunisien et des vols qui oprent plus ou moins normalement en dpit de quelques restrictions de personnel dans les aroports, a prcis le secrtaire gnral du SNAV, Jean-Marc Roz.

    Les agences de voyages comptent ain-si rapatrier dici dimanche soir les deux tiers au moins de leurs quelque 8.000 clients prsents vendredi en Tunisie. Un porte-parole dAir France a cependant indiqu que la compagnie avait d annuler deux vols prvus dans la soire de dimanche entre Paris et Tunis pour respecter le couvre-feu. La compagnie a propos aux passagers qui le dsiraient de reporter leur voyage. Pour sa part, M. Roz a indiqu quun certain nombre de vols charters prvus pour des clients qui finissaient leur sjour dans le sud tuni-sien partent vide aujourdhui pour aller les chercher. Les tours-opra-teurs ont galement recherch des ap-pareils supplmentaires pour organiser le retour anticip des touristes dont le sjour devait se prolonger au-del de ce week-end.

    Tunisie : la quasi-totalit des touristes franais seront rentrs lundi

    Flottille Marmara : aujourdhui, publication des conclusions de la commission TirkelLa commission Tirkel denqute sur les vnements de la flottille et du navire turc Marmara, remettra ses conclusions au Premier ministre Binyamin Netanyahou. Dans le cou-rant de laprs-midi, ces conclusions seront rendues publiques. Daprs nos informations, la commission ainsi que ses deux observateurs trangers ont estim que Tsahal a respect la Loi internationale et na commis aucun crime de guerre lorsque le commando de marine a pris dassaut le Marmara le 31 mai dernier, au cours duquel neuf tucs ont trouv la mort.

    La Commission Tirkel avait entendu de nombreux tmoins , dont le Premier ministre, Binyamin Netanya-hou, le ministre de la Dfense, Ehoud Barak, le chef dtat-major Gaby Ash-kenazy, le Directeur du Mossad Mer Dagan ainsi que le Procureur gnral militaire, gnral Aviha Mandelblitt. Elle comportait galement des person-nalits trangres en tant quobserva-teurs, Lord David Trimble, ancien Pre-mier ministre irlandais et Ken Vatkin, ancien procureur militaire canadien. Ils sont cosignataires des conclusions de la Commission.

  • 6Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Le discours que Barack Obama est all prononc Tucson a t, pour la premire fois depuis le dbut de sa prsidence, un discours digne et appropri la situation. Cela a t le meilleur discours de sa carrire po-litique, je me dois de le reconnatre. Si Obama parlait toujours sur ce mode, et si ses actions depuis deux ans avaient correspondu ce dis-cours, je naurais aucun reproche lui faire. Je pourrais mme dire, en layant cout : il a pris la posture de Prsident des Etats-Unis.

    Malheureusement, cela ne peut faire oublier tout ce qui a t fait depuis deux ans, non. Cela ne peut effacer quObama a men une politique int-rieure dsastreuse et une politique trangre plus dsastreuse encore. Malheureusement, cela ne peut faire oublier non plus la foule venue assister au discours, et qui semblait compose de gens venus pour applaudir un autre Obama, celui qui gouverne le pays depuis deux ans.

    Et cette foule a eu des attitudes indignes, qui montre quil existe effectivement aujourdhui deux Am-riques. Lune est gauche et incarne une gauche en pleine crise dhystrie. Lautre aspire au respect des institu-tions et de ce qui a fait des Etats-Unis ce quils sont. On ne peut oublier non plus que ce qui est enclench est la campagne prsidentielle de 2012.Barack Obama sait que sil veut avoir un espoir de gagner, il doit absolument se recentrer et tenter dadopter une attitude la Bill Clinton. Jai envisag cette ventualit, tout en pensant que Barack Obama tait trop idologue pour aller en ce sens. Il semble prt, pour peu que le discours de Tucson soit un indicateur, procder un recentrement.

    Reste voir jusqu quel degr ce recentrement soprera, et quelle sera lattitude dObama face au nouveau Congrs. Reste voir comment il se conduira face un certain nombre de dossiers brlants. Certains, aux Etats-Unis, pensent quil pourrait

    faire limpasse sur les deux annes qui commencent, aux fins dtre rlu et davoir les mains libres en 2012, en cas de rlection.

    Pour arriver ce but, il lui faudrait non seulement tre rlu, mais obtenir que le Congrs passe nouveau aux mains du parti dmocrate, ce qui sup-poserait, dune part, que les Rpubli-cains agissent de manire calamiteuse, et dautre part que le parti dmocrate adopte une tactique identique celle quObama semble prendre.

    Je dois dire que je serais surpris si les Rpublicains se conduisaient de manire calamiteuse, et plus surpris encore si le parti dmocrate changeait totalement de cap.

    Ce que jappelle la gauche foldingue, qui tient aujourdhui le parti dmo-crate, a encore donn voir toute ltendue de son drangement mental au cours des derniers jours, et jusque dans le stade en lequel Barack Obama a parl Tucson. Je dois dire aussi que

    je pense que Barack Obama va cher-cher un succs au Proche-Orient au cours de lanne qui commence, et que le gouvernement isralien devra tre particulirement vigilant sil entend viter que ce succs ne saccom-plisse son dtriment.

    Je dtaille dans le prochain numro

    dIsral magazine la stratgie des diri-geants palestiniens. Jvoque aussi ce qui pourrait se dessiner dans ladmi-nistration Obama. Au vu de laccl-ration des choses dans la rgion, 2011 pourrait bien tre une anne cruciale

    Guy Millire

    Obama en campagne pour 2012

    Stphane Hessel, auteur du trs controvers Indignez-vous!, a vu son suppos dbat prvu lEcole Normale Suprieure annul. Selon lauteur et ses partisans, le pr-sident du Conseil Reprsentatif des Institutions Juives de France (CRIF) Richard Prasquier en est la cause. Stphane Hessel devait tenir dans les locaux de lENS un colloque sur Isral et les Palestiniens. Finale-ment le dbat du 18 janvier 2011 a t annul.

    M. Hessel, g de 93 ans, est un des

    militants les plus actifs de la campagne BDS (Boycott, Dsinvestissement, Sanction) lance contre les produits israliens. Slevant frquemment contre les Israliens, il ne trouve pour-tant rien critiquer dans les rgimes de MM. Khadafi et Assad, comme le souligne le prsident du CRIF, injus-tement dcri.

    Dans une tribune parue dans le jour-nal Libration, M. Prasquier sagace de lobsession dont M. Hessel fait preuve lgard dIsral. Isral est la cible unique de ce boycott et

    M. Hessel, qui sidentifie lui-mme la dfense universelle des droits de lhomme, a fait de la dtestation dIsral une vritable obsession. (...) Le boycott ne serait pas illgal, nous dit-on, ce sont les implantations qui le sont.

    La rsolution du Conseil de scurit de novembre 1967, dans sa version anglaise de rfrence, autorise des modifications par rapport aux lignes de cessez-le-feu de 1948. Sujet essen-tiel dans la ngociation isralo-pa-lestinienne que nous appelons de nos vux, a-t-il crit.

    Et le prsident du Crif de souligner ensuite labsence dopinion divergente entre ceux qui devaient participer au colloque: Admirons la pluralit du casting annonc autour de Stphane Hessel: une dlgue de Palestine active Bruxelles, une dpute arabe isralienne particulirement outran-cire contre Isral, un militant juif is-

    ralien qui fait de la haine du sionisme sa raison de vivre et un magistrat fer de lance du boycott.

    Il se serait agit en ralit dun meeting politique et non dun dbat contradic-toire : est-ce le rle de notre univer-sit den tre le rceptacle? LENS a eu lan dernier un avant-got de cette libert dexpression lors dun dbat sur la philosophie du sionisme, inter-rompu aux cris de sales sionistes et assassins denfants.

    Injures et menaces profres nen pas douter par ceux-l mmes qui cette fois sapprtaient faire la leon. Par ailleurs M. Prasquier rappelle quil na aucun pouvoir dcisionnel en ce qui concerne les activits internes de lENS et quil na fait que signaler ce quil jugeait drangeant, sans abso-lument rien exiger.

    Jai alert, ce qui est mon rle le plus strict, a-t-il expliqu. Le prsident du CRIF rpondait ainsi une tribune publie par le mme journal, dans

    laquelle danciens lves de Normale Sup protestaient contre lannulation du dbat. De chaque ct, puisque laf-faire soulve une vritable polmique en France, les camps se forment.

    Ainsi M. Hessel runit autour de lui des militants pro-palestiniens et des arabes israliens qui se montrent ex-trmement critiques lgard dIsral. En face M. Prasquier nest pas seul non plus, soutenu par nombre din-tellectuels, parmi lesquels les philo-sophes Raphael Enthoven, Bernard Henri Lvy et Alain Finkielkraut. Mais comme le souligne Denis MacShane, dput britannique et ancien ministre des Affaires europennes

    Lappel au boycott du commerce juif est une vielle lubie politique de lEu-rope. Pour autant, comme lexplique M. Hessel, mais galement M. MacS-hane, le boycott est loin de profiter ceux quelle entend dfendre.

    Par Roxane Tran-Van

    Le CRIF riposte face S. Hessel

  • 7Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Sous la pression internationale, le ministre des affaires trangres isralien, le controvers et natio-naliste Avigdor Lieberman, ouvre la porte un Etat palestinien.Une dclaration dAvigdor Lieberman, le controvers ministre des affaires trangres isralien, na pas eu lcho quelle aurait d avoir en occident. Saeb Arekat, responsable des ngociations avec Isral de lautorit isralienne na pas non plus sembl y accorder lattention quelle mrite.

    Il a estim quil sagissait dune invention et dune plaisanterie. Lautorit palestinienne na pas me-sur lavance fondamentale dans la rflexion nationaliste.

    Elle sest borne la railler. Cela pourrait bien tre une nouvelle occa-sion manque. Les pionniers sionistes estimaient contrairement aujourdhui lautorit palestinienne quil fallait accepter toute proposition concrte, quitte ensuite ltendre par la ngo-ciation.

    Lorsque la commission Peel avait recommand en 1937 la cration dun Etat juif dont la taille reprsentait 15% de lespace bord par les frontires de 1947, 3.200 kilomtres carres au lieu de 20.770 kilomtres carrs, Ben Gourion tait prt accepter contre lavis de ses collaborateurs: un petit Etat vaut mieux que pas dEtat du tout. Il avait cherch les convaincre que nous avons loccasion que nous navons jamais os rver dans nos rves les plus fous.

    Cest plus quun Etat, le gouvernement et la souverainet, cest une consolida-tion nationale dans une socit libre. Visionnaire dans sa faon dtre prag-matique, il avait combattu lopposition de ses amis et en particulier celle de sa protge, Golda Meir, qui trouvait que lEtat juif propos ne correspon-

    dait pas mon ide dun foyer national pour le peuple juif.

    Il tait bien trop petit et triqu. Lat-titude du chef travailliste de lpoque, Ben Gourion, se voulait empreinte de realpolitik. Les palestiniens nont pas vu lvolution dAvigdor Lieberman, le nationaliste pur et dur, qui a expos des propositions que ne dsavoue-raient pas la gauche.

    Il se justifie en qualifiant son appar-tenance la droite rationaliste, qui estime que lidal sioniste nest plus aujourdhui accessible dans son int-gralit mais qui sait quelles sont les intentions relles des palestiniens et veut agir en consquence sans se bercer dillusions. Lexprience la convaincu de choisir le ralisme plutt que les rves insenss.

    Sa dclaration na pas t faite en catimini mais dans une interview au quotidien de gauche Haaretz dans laquelle il dtaille sa stratgie: pour faire baisser la pression internationale sur Isral et empcher des dcisions unilatrales, il faut imprativement transfrer, au moins partiellement, le poids de la preuve de bonne foi sur les palestiniens en leur proposant un plan sur lequel ils devront se positionner.

    A eux de laccepter et montrer leur volont de paix, ou le refuser et tre rendus responsables de lchec du processus. Cession de 50% de la Cisjordanie Le plan de Lieberman est aux antipodes des plans prcdents dj proposs. Le premier ministre Ehud Olmert avait accept dvacuer 93% de la Cisjordanie tandis que Ba-rack Obama avait fix, dans son plan de paix secret, le chiffre de 96%. Le ministre des affaires trangres est trs loign de ces chiffres puisquil est prt concder une continuit territo-riale avec environ 50% de la Cisjor-danie.

    Le problme du pourcentage est ana-lyser de manire secondaire dans cette dclaration car Avigdor Lieberman a taill en pices le sacro-saint principe du grand Isral dfendu par les natio-nalistes et auquel saccrochaient tous les nostalgiques du rve messianique. Comme dans les ngociations dans les souks, trs prises dans la rgion, on part toujours dun chiffre irralisable pour atteindre celui auquel on estime que le vendeur et lacheteur feront une bonne affaire. Tout est dans la volont de dialogue.

    Les palestiniens devaient mettre au pied du mur les nationalistes israliens en se rendant aux ngociations pour prouver leur bonne volont aux yeux des occidentaux et trouver, peut-tre, un accord final et dfinitif.

    Le recul qui vient dtre signifi au grand jour par les tenants des implan-tations prouve quil peut y avoir un point de dpart pour contraindre les deux parties sasseoir la mme table.

    Jacques Benillouche

    Photo: Avigdor Lieberman non loin de la ville palestinienne de Naplouse

    Ronen Zvulun / Reuters

    La fin du dogme du grand Isral La marine de guerre iranienne en mer Rouge et Mditerrane ?

    La marine iranienne prvoit offi-ciellement denvoyer une flotte de navires de guerre et de destroyers en Mer Rouge et en Mer Mditerrane. Il sagit l, selon lagence de pro-pagande iranienne, de manuvres du corps marin. Au cours de la mission, une flottille de navires de guerre entrera dans la mer Rouge, puis sera envoye en Mditerrane , a dclar lieutenant de la marine, Guelma Evicam.

    Le capitaine de corvette a soulign que, lors de manuvres maritimes, prpares en coordination avec les ser-vices secrets, les navires atteindront des domaines stratgiques scuriss . La marine iranienne a dj organise des missions en dehors des eaux terri-toriales de lIran en 2008, lorsque Ah-madinejad avait envoy des destroyers dfendre les navires passant dans le

    golfe dAden contre les attaques des pirates somaliens.

    Un commandant de la marine ira-nienne, Ahevibulo Saairi, a dclar que les manuvres dans la Mer Rouge et la Mditerrane font partie dun dploiement global de la Marine de la Rpublique islamique pour protger les intrts de Thran ltranger.

    Cependant, une question demeure : pour passer de la Mer Rouge la Mditerrane, il faut passer par Suez. Et en ltat, il semble impossible que lgypte approuve un tel passage Surtout au moment o les nouveaux sous-marins israliens pourraient traverser le Canal de Suez en sens inverse pour aller se placer du ct dOrmuz

    Par:Jonathan-Simon Sellem

    Les chiottes israliennes meilleures que les turques ?Eviter de gcher de leau potable en tirant la chasse deau est important partout. Mais surtout au Proche-Orient. On peut dailleurs se deman-der pourquoi il faut autant deau pour nettoyer les toilettes aprs un bon pissou ? Cest liquide aprs tout ! Mais avec de lammoniac et des rsidus malodorants, il est im-portant de nettoyer les minraux de lurine qui saccumulent dans les urinoirs.

    Cest pourquoi une socit isralienne, Desert Cube, a mis au point un moyen de diminuer jusqu 95% la quantit deau ncessaire pour le rinage de lurine. Des chiottes de gnies Des chiottes israliennes ! Desert Cube utilise la technologie microbienne pour brisert les composants solides de lurine.

    Vous en placez un dans un urinoir puis Vous coupez larrive deau. Cela permet dconomiser les deux litres ncessaires chaque chasse. la fin de la journe, vous ouvrez leau et rincez lurinoir avec 2 chasses,

    pour un total de 4 litres par jour et par urinoir. Imaginez les conomies deau pour les entreprises qui ont des urinoirs dans leurs toilettes ou pour les boites de nuits qui voient dfils des centaines dhommes en quelques heures

    Le Desert Cube protge les tuyaux et empche les dpts minraux. Et comme lurinoir reste sec, les bact-ries dangereuses nont aucune chance de se propager. Desert Cube La socit fabrique galement un pulvrisateur, en utilisant la mme technologie, pour le nettoyage de lextrieur de lurinoir.

    Les produits Desert Cube ont t vri-fis et approuvs par le ministre is-ralien de la Sant Publique, la Socit pour la Protection de lEnvironnement et lInstitut de Normalisation dIsral. Le gnie juif, jusque dans les toilettes !

    Par:Jonathan-Simon Sellem

  • 8Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Une commission denqute isralienne a dfendu les actions des troupes qui ont pris part au raid meurtrier de lanne dernire contre une flottille de navires turcs visant briser le sige de Gaza. Les commandos de marine is-raliens ont tu neuf extrmistes turcs bord du navire turc Mavi Marmara le 31 mai, aprs que des passagers sen soient violement pris aux soldats is-raliens arrivs dsarms sur le navire.

    Le rapport de prs de 300 pages a t publi dimanche par la commission Turkel nomme par le gouvernement. Le rapport dclar que les actions des soldats ont t juges lgales, conformment aux rgles du droit in-ternational et quils ont ouvert le feu en lgitime dfense.

    La commission innocente les soldats de lutilisation de violences inutiles, prcisant : il est possible de dter-miner que les soldats de Tsahal ont agi de manire professionnelle et avec une grande prsence desprit la lumire de lextrme violence quils navaient pas prvu.

    Ce professionnalisme a t mani-feste dans le fait quils ont continu changer leurs armes meurtrires contre loption la moins mortelle, et vice versa, afin de donner une rponse adapte la nature de la violence qui tait dirige contre eux.

    Selon la commission, les soldats ont t surpris par la violence lorsquils sont monts bord du navire Marma-ra. Les dcideurs navaient aucune connaissance pralable de la rception violente qui avait t planifie par les membres de lIHH, et leur incapacit identifier les intentions de lIHH a directement affect la planification et lexcution de lopration.

    Les membres de la commission ont constat que la collecte incomplte de renseignements ntait pas la seule raison pour le manque de prparation : la possibilit quun groupe organis,

    arm darmes meurtrires, se trouvait bort du Marmara et avait pris des mesures pour contrer les tentatives de monter bord du navire na pas t prise en compte.

    Tsahal a reu des loges de la com-mission Turkel pour avoir mis des officiers suprieurs au devant de la scne, y compris le commandant de la marine. Cela a augment la prise de conscience de la chane de comman-dement au cours de lvolution des vnements, et a aid prendre des dcisions de manire efficace, au bon moment, lorsque les incidents se sont dvelopps. La dcision dutiliser des commandos pour cette opration a aussi t loue.

    La dcision est compatible avec la pratique internationale qui est utilise dans les oprations navales, mme si cela ntait pas considr comme un affrontement arm, indique le rapport. En outre, les membres de la commission ont salu la manire dont larme isralienne sest charge du transfert des passagers en Isral, en insistant sur la coordination entre les bureaux gouvernementaux.

    Le comit a galement abord la dci-sion darrter la flottille avant son arri-ve Gaza : nous insistons sur le fait que les chelons gouvernementaux et militaires ont pris en considration les engagements dIsral vis--vis du droit international au cours de la phase de prparation et lors de la gestion de lopration.

    La demande de fournir un bilan de ces engagements tait en accord avec les intrts gnraux dIsral pour em-pcher une dlgitimation politique et de nuire limage dIsral, a dclar le comit.

    Sur la dcision de recourir la force, les membres du comit ont not que : les membres de lIHH ont agi avec vio-lence lgard des soldats de Tsahal sur le Marmara en sarmant de divers

    types darmes, y compris des barres de fer, des couteaux, des haches, des clubs et autres objets mtalliques. Les armes taient capables de tuer ou de blesser gravement.

    En outre, les vnements violents taient vidents vu la manire dont lIHH a organis lattaque conjointe contre les soldats de Tsahal. Les membres de lIHH ont utilis des armes feux contre les soldats lors de lincident.

    Pendant ce temps, la commission Tur-kel a galement examin la lgitimit du blocus de Gaza. Ses conclusions rvlent que le blocus est proportion-nel et que les droits de lhomme dans la bande de Gaza nont pas t viols par Isral.

    Le comit a dclar que, aprs avoir examin le matriel qui lui a t pr-sent, y compris les documents des groupes des droits de lhomme, il na trouv aucune preuve quIsral tentait de nier aux habitants de Gaza le droit de recevoir des denres alimentaires ou quIsral cherchait dtruire ou affaiblir la population (de Gaza) par la famine.

    Le comit note que, dans leurs dcla-rations devant le comit, les reprsen-tants des organisations humanitaires, y compris ceux du groupe Mde-cins pour les Droits de lHomme, ont confirm que pendant la priode considre, il y avait une quantit suf-fisante de nourriture dans la bande de Gaza, et que le problme tait princi-palement dordre conomique, ce qui signifie que la population navait pas les fonds ncessaires pour acheter de la nourriture.

    Une nourriture qui est pourtant en grande partie fournie par laide inter-nationale, et qui nest donc pas cense tre vendue.

    La commission Turkel a dclar que lenclave ctire dirige par le Hamas souffre dun manque de stabilit nutritionnel , pas dune famine, et a dtermin que le blocus naval isra-lien est lgal, conformment au droit international.

    La commission, dirige par un juge de la cour suprme en retraite, comprend cinq membres israliens et deux ob-servateurs internationaux, le gnral de brigade Ken Watkin, du Canada, et Lord David Trimble, dIrlande du Nord.

    Les vnements du Mavi Marmara ont attir de lourdes condamnations inter-nationales contre Isral, et contraint un allgement du blocus contre la bande de Gaza dirige par le groupe terro-riste Hamas.

    Le raid contre la flottille tait lgal LEgypte accuse le groupe terroriste qui a enlev Shalit de lattentat contre une glise

    Le ministre de lintrieur gyptien a dclar dimanche que le gouver-nement avait la preuve que lArme de lIslam, un groupe terroriste pa-lestinien li Al-Qada, dtre der-rire lattentat perptr le jour de lan dans une glise, un attentat qui avait tu 23 personnes. Les autori-ts ont suspect un terroriste inspir des dirigeants dAl-Qada dtre derrire lexplosion qui a touch la foule masse lextrieur de lglise dans la ville dAlexandrie, suscitant les ractions des chrtiens, blmant ltat de ne pas assez faire pour les protger.

    LArme de lIslam considre les diri-geants dAl-Qada comme leurs men-tors spirituels et approuve leur idolo-gie, mme si elle na jamais admis de liens directs avec le groupe dOussama Ben Laden. Un groupe irakien proche dAl-Qada a appel des attaques sur les chrtiens dEgypte, qui reprsen-tent un dixime de la population de ce pays, avant lattentat contre lglise.

    Si des lments de lArme de lIs-lam palestinienne, lie Al-Qada, pensaient stres cachs derrires des lments qui ont t recruts, nous avons des preuves dcisives de leur implication odieuse dans la ralisation dun tel acte terroriste crapuleux, a dclar le ministre de lintrieur gyp-tien, Habib al-Adli, dans un discours. Le prsident Hosni Moubarak, dans une adresse diffus la tlvision de ltat, a flicit la police pour avoir ap-pris qui tait responsable de lattentat et affirm que les assaillants avaient essay de semer la discorde entre coptes et musulmans.

    LArme de lIslam a jou un rle dans lattaque transfrontalire de 2006 en bordure de Gaza o le soldat isralien Guilad Shalit a t enlev. Le groupe a ensuite rompu ses relations avec le Hamas, le groupe terroriste qui contrle la bande de Gaza, et la mme affront.

    La plus grande tribu bdouine du Sina a dcid de sopposer linfiltration illgale en IsralLa plus grande tribu bdouine du Sina Al-Tarabin a dcid de sop-poser tout trafic humain et notam-ment linfiltration illgale en Is-ral dAfricains. Cette dcision ainsi que celle dinstaller une barrire lectrique avec lEgypte pourraient attnuer le flux croissant de rfugis cherchant un havre en Isral, mais commenant poser de srieux problmes au pays. - Daprs le Canard Enchan, les services de Renseignement anglais (M16) et amricain (CIA) cooprent dans le

    sabotage interne du programme nu-claire iranien condition quIsral ne lance pas une attaque militaire contre lIran.

  • 9Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Elisabeth Guigou est dpute de Seine Saint-Denis, 93 dit le 9-3. Dans ce dpartement franais, et dans dautres aussi, certains tentent de boycotter allgrement les pro-duits israliens. Et pas seulement ceux en provenance des colonies qui reprsentent, au final, si peu de la balance commerciale de ce pays mais beaucoup pour les travailleurs palestiniens locaux.

    Ceci, alors que la loi franaise linter-dise et permette la poursuite des fau-tifs pour, entre autres motifs, provo-cation publique la discrimination . Pour la dpute socialiste, ancienne garde des sceaux et en qute perma-nente dlecteurs pour sa future r-lection, cet acte illgal au regard de la loi nest autre quun acte politique (1).

    Elle se dit choque par cette volont de faire condamner par un tribunal une prise de position politique, qui na rien voir avec une quelconque incitation au racisme lantismitisme ou toute autre discrimination . De ce fait, elle a rejoint treize mille autres signataires dune ptition appelant la Soli-darit avec Stphane Hessel, Alima Boumediene-Thierry, et toutes les vic-times de la rpression

    franaise videmment ! Un collec-tif admettant quand mme dans son manifeste que Certains dentre nous appellent au boycott de tous les pro-duits israliens ; dautres ciblent les seuls produits des colonies isra-liennes ; dautres encore choisissent des formes dactions diffrentes. Mais nous sommes tous unis pour refuser catgoriquement que les militant-e-s de la campagne Boycott- Dsinves-tissements-Sanctions (BDS) soient accuss et jugs pour provocation publique la discrimination alors quau contraire ils combattent contre toute forme de discrimination . Une ptition appelant clairement au rejet de tout procs, incluant galement les militants ayant appel, eux, un boy-cott total des produits israliens.Des activistes que la dpute, semble

    t-il, ne soutient pas si lon se rfre sa requte urgente, auprs du site en ligne Mdiapart, de modifier len-tte dune interview quelle leur a accord ce sujet et concernant la provenance des produits boycotter : Elisa-beth Guigou: le boycott des produits fabriqus par Isral dans les territoires occups est un acte politique. Une Elisabeth Guigou effectuant post-riori un distinguo entre lorigine des produits boycotter, incluant de facto une distinction entre les boycotteurs.

    Une modification dintitul et prci-sion qui interpelle tout quidam quant la qualification juridique exacte du boycott gnral ! Si celui-ci nest pas contrario un acte politique , car pourquoi sinon avoir pondu une expli-cation et chang lintitul ( ?), serait-il alors une provocation publique la discrimination envers un peuple et donc justiciable ?

    Si oui, on stonne, en ce cas, de son soutien -celui dune dpute de la Rpublique garante de ses lois- un manifeste appelant laisser impunis des individus agissant de faon discri-minante envers un peuple qui a dj dcouvert dans sa chair, il y a quelques dcennies, les joies du boycott ! Un ostracisme exerc envers un seul peuple quelque soit son gouverne-ment, et non pas envers les pires dic-tatures quil est facile ici de recenser. Un boycott qui savre tre totalement discriminatoire et ntant pas lhon-neur de ceux se prtendant dfenseurs des droits de lhomme.

    Elisabeth Guigou sest sentie contrainte de prciser la porte de son engagement envers cette ptition. Mais non pas tout de mme jusqu lever des doutes dans lesprit de ses lecteurs quant son soutien en faveur de la Palestine. Cependant, un sou-tien qui forcera les lus se compro-mettre de plus en plus pour obtenir leurs rlections jusqu distordre les usages de la Rpublique ds lors quil sagira de ltat juif.

    Victor PEREZ

    Elisabeth Guigou et le boycott de ltat juif

    Lancien premier ministre britan-nique Tony Blair a exhort lOcci-dent se prparer affronter lIran avec force pour faire face la menace et les dfis venir venant de Thran, selon lagence de presse franaise AFP. LIran doit tre confront et chang. LIran est un dfi qui sannonce. Il est ngatif et dstabilisent. Il soutien les terro-ristes, a dclar Blair vendredi la commission denqute Chilcot, la commission britannique denqute sur la guerre en Irak.

    Je vous dis ceci avec toute la passion

    que je peux, un certain point, lOcci-dent devra sortir de ce qui est a mon sens une politique misrable dexcuse pour croire que nous causons ce que font les iraniens, ou ce que font ces extrmistes, a dclar Blair, qui sert aussi denvoy spcial de la Quartet au Proche Orient.

    Nous devons sortir notre tte du sable. Ils sont fondamentalement en dsaccord avec notre mode de vie et ils continueront moins que nous les confrontions avec dtermination et, le cas chant, avec la force.

    Blair a ajout quil pouvait voir par-tout limpact et linfluence de lIran. LIran et les six puissances se sont nouveau runis samedis Istanbul, une runion qui, selon les occiden-taux, sest solde par un chec.

    La proposition des six puissances pour un contrle amlior des activits nuclaires iraniennes par lONU a t rejete par Thran, tout comme les tentatives pour relancer le dialogue sur une proposition internationale faite lIran dexpdier une quantit limite de son uranium enrichi en change de barres de combustible pour son rac-teur de recherche, a dclar Catherine Ashton, chef des affaires trangres de lUnion Europenne. Nous esp-rions avoir une discussion approfondie et constructive sur ces ides, a-t-elle dit.

    Mais il est devenu clair que la par-tie iranienne ntait pas prte pour cela, moins que nous acceptions des conditions pralables lies lenri-chissement et aux sanctions. Ces conditions ne sont pas une manire de procder, a-t-elle dclar aux jour-nalistes, oubliant toutefois quelle ac-cepte des conditions avant un dialogue lorsquelles sont, de la mme manire, poses Isral par les palestiniens. Bien quaucune nouvelle discussion ne soit prvue, Ashton a dclar : nos propositions restent sur la table.

    Blair : lOccident doit se prparer affronter lIran par la force...

    Le 18 janvier, dans lindiffrence des mdias du monde entier, le Hez-bollah parrain par lIran, a simul un coup dtat en plein cur de Beyrouth. Aprs avoir fait chuter le gouvernement Hariri et dclench une crise politique, des milliers de terroristes en uniforme, quips de radios ont pris position autour des

    points stratgiques de la capitale du Liban.

    Les armes ntaient pas ncessaires pour faire passer le message ; le but, selon une source gouvernementale, tant dobliger Saad Hariri renoncer au poste de premier ministre. En r-ponse, les forces de scurit libanaises

    ont t renforces autour du bureau dHariri ainsi que des institutions cls du gouvernement. A nen pas douter, Hassan Nasrallah qui prend ses ordres de Thran, fait monter la tension en attendant le feu vert des mollahs pour semparer du pouvoir.

    Marco Robin pour www.terrepromise.net

    Scoop : Le Hezbollah simule un coup dtat

  • 12Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Fatah, Hamas et Jihad Islamique der-rire Paris: vive la chute de Ben Ali !

    Alors que la Tunisie soriente vers le chaos total, que Ben Ali se cache Djeddah, que les pires crapules islamistes expulses par le rgime sapprtent rentrer au pays et quinvitablement, dune manire ou dune autre, les tunisien choisi-ront bientt un nouveau dictateur qui ne lchera pas le pouvoir avec au moins 15 ans, voil que lAuto-rit Palestinienne lche de prsident fuyard.Par:Jonathan-Simon Sellem

    LAutorit palestinienne a affirm sa-medi vouloir maintenir les meilleures relations avec la Tunisie, alors que des groupes palestiniens ont soutenu la contestation populaire ayant conduit la chute du prsident Zine El Abidine Ben Ali.

    Dans un communiqu de presse en-voy tous les mdias, Abou Mazen (Mahmoud Abbas) a dsavou un communiqu publi auparavant par le secrtaire gnral de lOrganisation de libration de la Palestine (OLP) Yas-ser Abed Rabbo, qui a rendu hommage au courage sans prcdent du peuple tunisien et au sacrifice hroque consenti pour raliser ses aspirations.

    Le Comit excutif de lOLP na publi aucun communiqu sur la situa-tion en Tunisie, a dclar le conseil-ler dAbbas, Ahmed Abdel Rahmane, dans la mise au point publie par lagence officielle WAFA. Nous sou-haitons le meilleur pour la chre Tuni-sie et prsentons nos condolances aux familles des victimes et affirmons que nous maintiendrons les meilleurs relations avec la Tunisie, a-t-il dit, dans cette raction prudente.

    LAutorit palestinienne avait entrete-nu de bonnes relations avec le rgime de Zine El Abidine Ben Ali, cart du pouvoir par un mouvement islamiste copiant voulant instaurer un rgime identique celui en place Alger. Chasse du Liban en 1982, lOLP, domine par le Fatah, avait install ses bureaux en Tunisie de 1982 1991, avant ltablissement de lAutorit palestinienne en 1994.

    Selon un responsable de lAutorit palestinienne qui a requis lanonymat, le communiqu de Yasser Abed Rabbo a t retir des mdias officiels pales-tiniens car il ne reprsentait pas la po-sition officielle de lOLP ou de Mah-moud Abbas. A Ramallah, sige de lAutorit palestinienne en Cisjorda-nie, une cinquantaine de Palestiniens ont manifest devant la reprsentation tunisienne, en solidarit avec le peuple de Tunisie.

    Les mouvements islamistes Hamas et Jihad islamique ont salu Gaza le soulvement en Tunisie, ajoutant esprer que la sainte sharia soit enfin applique dans cette terre fondamenta-lement islamique.

    Nous flicitions le peuple tunisien pour son soulvement contre le rgime tyrannique, a dclar Daoud Chehab, porte-parole du Jihad islamique, dont des centaines de sympathisants ont manifest Gaza en solidarit avec le peuple tunisien.

    Cest la dmonstration que les foules arabes sont capables dapporter le changement vers la libert. Nous sommes avec nos frres, le peuple de Tunisie, dans le choix de nos dirigeants, quels que soient les sacri-fices, a dclar le ministre de lInt-rieur du Hamas, Fathi Hammad. Ben Ali ntait pas populaire auprs des groupes islamistes compte tenu de la rpression quil avait mene contre les islamistes dans son pays.

    Le Front dmocratique de Libra-tion de la Palestine (communistes), membre de lOLP, a salu une grande victoire du peuple tunisien, appe-lant la foule arabe commencer un soulvement contre leurs dirigeants tratres.

    Pendant ce temps, Paris comme dans toute lEurope, on fait comme le Ha-mas: on applaudi la chute de celui qui a largement contribu lutter contre le terrorisme islamique. Vive la Frounce !

    Par:Jonathan-Simon Sellem

    Le Hezbollah ne veut pas de Saad Hariri comme Premier ministre

    Le chef du Hezbollah, Sayyed Has-san Nasrallah, a dclar dimanche que son organisation chiite et ses al-lis ne soutiendraient pas le Premier ministre libanais par intrim Saad Hariri dans ses efforts pour mettre sur pied un nouveau gouvernement lors des consultations qui doivent sengager lundi. Lopposition, lunanimit, ne choisira pas Hariri demain comme candidat au poste de Premier ministre, a-t-il dit en re-

    fusant de dire qui elle soutiendrait.

    Le gouvernement dunion nationale de Saad Hariri est tomb mercredi aprs le retrait des ministres membres du Hezbollah et de partis allis lui. Le prsident libanais, Michel Soule-mane, a invit les parlementaires des consultations lundi sur la forma-tion dun nouveau gouvernement. A lissue de ces consultations avec les dputs de toutes tendances, le prsi-

    dent demandera un Premier ministre de former un nouveau gouvernement. A Paris, lElyse a dclar dimanche soir dans un communiqu que le pr-sident Nicolas Sarkozy avait men de nombreux contacts sur la situation au Liban ces derniers jours. Il a propos quun groupe de contact de pays en-tretenant des liens particuliers avec le Liban et la rgion mettent leurs efforts en commun pour aider le Liban sur-monter ses difficults actuelles.

    Au tour des palestiniens de manifester contre la dictature

    Aprs la plupart des pays du Ma-ghreb, aprs la Jordanie et lEgypte, voil que les Palestiniens descendent aussi dans la rue. Ce dimanche, ils taient plusieurs milliers dnon-cer la dictature mise en place par Mahmoud Abbas qui, dans le secret occidental le plus profond, annule toutes les lections au fur et me-sure quelles approchent. Les ma-nifestants rclament des lections gnrales pour la fin mai 2011.

    Cest lappel du Front Populaire de la Libration de la Palestine (sorte de communistes-terroristes), du Front Dmocratique pour la Libration de la Palestine (une sorte de NPA-isla-miste), du Parti Populaire Palestinien (marxistes palestiniens), de lInitiative Nationale Palestinienne, lUnion D-mocratique Palestinienne et person-nalits indpendantes (en fait, toute la gauche et lextrme gauche pales-

    tinienne) que les manifestations ont t organises cet aprs-midi.

    Dans un communiqu mis en ligne sur internet, ces factions affirment envisager srieusement dorganiser dautres manifestations jusqu ce que le gouvernement de lAutorit Pales-tinienne accepte enfin dorganiser des lections . En juin 2010, le cabinet dAbou Mazen avait report sine die les lections municipales.

    Le Fatah craignant de perdre le pou-voir Ramallah, personne navait os contredire les plans anti-dmocra-tiques palestiniens. Seule la gauche locale et le Hamas staient plaints de cette dcision approuve par Washing-ton. Une chose est sure : la veille dun vote de lONU o les palesti-niens vont prendre une svre claque dans la figure (les tats-Unis poseront leur vto la cration dun tat pales-tinien), la rue palestinienne risque de sortir de ses gonds.

    Et Abou Mazen, qui parle de se tirer au moins une fois par mois depuis 2 ans, prendra peut-tre enfin ses res-ponsabilits.

    Par:Jonathan-Simon Sellem

  • 13Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Un regard froid sur la situation en Tunisie

    Certains, qui senthousiasment rapidement, sattendent ce que les vnements en cours en Tunisie depuis un mois, et qui ont dbouch sur le dpart de Ben Ali, conduisent la libert et la dmocratie. Jes-pre que la ralit leur donnera rai-son. Je ne puis, pour autant mem-pcher dadopter une position plus modre et plus circonspecte. Il ne fait aucun doute que Ben Ali tait un dictateur, que son entourage vi-vait de prbendes et de corruption, que la libert de parole nexistait pas en Tunisie et que tout mouve-ment dopposition tait svrement rprim :

    il nempche. Je ne puis oublier que voici une dcennie, les islamistes taient trs actifs dans le pays, et auraient pu aisment lemporter ce moment. Parfois, il nexiste pas de choix entre une bonne et une mau-vaise solution, mais le choix entre deux mauvaises solutions, et, face aux islamistes, Ben Ali a reprsent lpoque, je le pense, la moins mau-vaise solution. Lquation aujourdhui est diffrente, dit-on.

    Jattends une dmonstration, et jat-tends que vienne la suite des choses. Je sais quil existe des gens qui veulent que la Tunisie devienne une socit ouverte. Je nignore pas, pour autant que, sur lensemble du pourtour de la Mditerrane, lislamisme nest pas teint.

    Il suffit, pour sen convaincre, de re-garder ce qui se passe au Liban ou en Egypte. Il suffit, pour en tre persuad, de lire les tudes dopinion ralises dans lensemble du monde musulman par de multiples instituts. Dans lins-tabilit tunisienne, des islamistes com-mencent faire entendre leur voix.

    De surcrot, ltincelle qui a allum lincendie repose sur trois facteurs qui vont continuer peser et ne vont pas seffacer miraculeusement. Le premier est lexistence dun grand nombre de jeunes gens diplms que le march du travail ne parvient pas absorber et qui sont, ds lors, en situation de frus-tration : la conjoncture conomique mondiale en gnral, et la configura-tion conomique autour du bassin M-diterranen en particulier, ne devraient pas samliorer dans limmdiat, et les frustrations devraient durer, voire sexacerber.

    Le deuxime est limpossibilit pour nombre de ces jeunes gens de traver-ser la Mditerrane pour tenter de

    mieux gagner leur vie en Europe. La conjoncture europenne ne devrait, dans limmdiat, pas inciter les gou-vernements permettre des flux dim-migrants plus nombreux, au contraire.

    Le troisime, qui a jou un rle non ngligeable, est laugmentation des prix des denres alimentaires. Cette augmentation est due des rcoltes insuffisantes dcoulant dhivers trop rudes, dintempries aprs lhiver en de nombreuses rgions du globe.

    Au cours de lanne 2011, les prix de toutes les denres alimentaires de-vraient continuer augmenter, crant des situations propices des meutes de la faim bien au del de la Tunisie. Un gouvernement tunisien quel quil soit naura aucune influence sur cette augmentation des prix et ne pourra inventer de solution magique.

    Si une fuite en avant enclenche par des dmagogues et des gens promet-tant que demain on rasera gratis ne senclenche pas, ce sera un moindre mal, mais javoue avoir des craintes : combien dopposants au rgime Ben Ali sont-ils adeptes de cette doctrine qui promet beaucoup aux pauvres, mais qui les multiplie trs vite, le so-cialisme ? Des pillages ont eu lieu et ont encore lieu dans tout le pays qui vont, en outre, coter trs cher. Cer-tains dentre eux peuvent tre attribus la police, mais pas tous.

    Le dsordre, par ailleurs, mme sil sinterrompait immdiatement, va nuire pendant des mois un secteur crucial pour le pays, le tourisme. Des emplois risquent non pas de se crer, mais de disparatre. Je ne regrette aucunement la dictature, bien sr. Je comprends la souffrance de millions de gens. Je ne doute pas que ces gens aspirent effectivement tre libres.

    Je ne doute pas que la dictature leur tait devenue insupportable. Mais je crains, oui, quil ny ait des lende-mains qui dchantent. Jespre me tromper. Je me souviens encore de ces tudiants iraniens qui venaient me dire exalts et souriants au moment de la chute du shah en Iran: Thran, cest 1789. Je leur rpondais quils devaient se souvenir quaprs 1789, il y avait eu 1793. Cest ce que je dirais mes amis tunisiens, qui je ne veux que du bien. Vous parlez de 1789 aujourdhui ? Noubliez pas quaprs 1789, il peut y avoir 1793. Regardez au del de vos frontires ltat du monde et, tout sp-cialement, ltat du monde musulman.

    Ce que je dirais mes amis tunisiens vaut pour tous ceux qui observent la situation. Jai trop vcu et trop tudi lhistoire pour cder des lans den-thousiasme irraisonns et pour ne pas rappeler que, simplement, la ralit existe.

    Disons quen cet instant, je donne une chance sur dix lmergence dune dmocratie paisible, et neuf chances sur dix une reprise en main par lar-me, ou lentre dans une priode chaotique avec possibilit dinfluence islamique.

    Et puis, lorsque je vois des gens de toute la gauche franaise clbrer la chute du dictateur, je me dis que ces gens sont sans vergogne : Zine Ben Ali fait partie de lInternationale so-cialiste. Et ils feraient aussi bien de manifester pour que tombent dautres dictateurs autrement plus froces et dautres rgimes autrement pouvan-table, le rgime algrien, par exemple.

    Ce qui a fait tomber Ben Ali, cest, certes, la brutalit, labsence de libert de parole, la corruption, mais cest aussi que la Tunisie, par rapport aux pays voisins, a t ces dernires an-nes un pays o le niveau de vie sle-vait plus vite, o le nombre de jeunes gens duqus tait plus lev, et o lconomie tait en croissance.

    La population voudrait, sans aucun doute, une contrepartie politique ces divers facteurs. Ce qui a fait tomber Ben Ali, aussi, cest louverture du pays au monde et une rpression qui, bien quelle ait t sanglante, na pas t absolument froce.

    Le rgime des mollahs en Iran, celui du FLN en Algrie sont des rgimes froces. Je ne mattends pas voir brler de sitt les effigies dAhma-dinejad, Khamenei ou Bouteflika en place publique Paris.

    Ce qui a t lamentable, lche et op-portuniste en ces circonstances a t lattitude des dirigeants franais. Un homme dEtat sait rappeler certaines choses. Un politicien retourne sa veste en noubliant pas de veiller ce que le portefeuille reste lintrieur. Il y a beaucoup de politiciens en France. Quand on laccusait dtre une gi-rouette Edgar Faure disait que ce nest pas la girouette qui tourne, mais le vent. Le vent a tourn au-dessus de lElyse.

    Guy Millire

    Les nouveaux sous-marins israliens en route vers HafaAprs plusieurs mois de prpara-tion, la marine isralienne est prte recevoir ses nouveaux sous-marin. Au cours des deux derniers cycles de lenrlement pour le corps des sous-marins de israliens, larme a vu une augmentation de 30% de soldats forms pour les postes pourvoir. La sous-marin ont quitt lAllemagne (l ou ils ont t fabri-qus) vendredi.Par:Jonathan-Si-mon Sellem

    Les responsables de la Navy ex-pliquent que larrive des sous-marins augmentera considrablement la puis-sance isralienne. Afin davoir assez de soldats pour exploiter avec succs les nouveaux navires, des centaines de combattants sont en cours de spcia-lisation.

    Certain soldats ont terins leurs cours il y a 2 semaines. Nous sommes lapoge dun processus et nous nous dirigeons lentement vers la forma-tion des quipages. Chacun est prt prendre position , explique le com-mandant de la base navale de forma-tion, le colonel Ronen Nimni.

    En outre, nous avons veill augmen-ter le nombre de commandants afin de maintenir un enseignement plus per-sonnalis pour les soldats.

    Jusqu aujourdhui, les sous-mari-niers apprenaient leur mtier avec les commandants de navette mme si les missions sont largement diffrentes. Selon un article paru dans World Poli-tics Review, ces sous-marins pour-raient tre chargs de ttes nuclaires et de missiles de croisire dun type non identifi.

    Les missiles, qui font partie de larse-nal israliens peuvent frapper dans les 800 miles. Ainsi, pour frapper lIran, il faudra traverser le Canal de Suez puis locan Indien.

    Les analystes estiment que ce ne de-vrait tre quune formalit dans les pays arabes ont peur des iraniens. En cas de guerre face lIran, ces Dol-phins israliens pourraient appliquer un blocus de lIran, directement dans le golfe dOman.

    Par:Jonathan-Simon Sellem

    Aprs Isral, cest lAllemagne que la Turquie sattaque

    Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exig des excuses de la chancelire allemande Angela Merkel, aprs que cette ait dernire ait critiqu le rgime dAnkara sur la question chypriote. Heureuse-ment que la chancelire de lAlle-magne nexerce pas sa politique populiste Chypre. Ces dclara-tions ne donnent pas limpression que cette dirigeante une vision correcte de lavenir.

    Madame Merkel devrait rviser ses connaissances de lhistoire et pr-senter des excuses la Turquie toute entire a dclar, sans honte, lisla-miste Erdogan. Erdogan et Hariri, le 14 janvier 2011 Cette attaque violente, anti-europenne et anti-allemande, vient aprs que Merkel ait dcrit, juste titre, loccupation turque du nord de lile de Chypre comme une inva-sion.

    Elle a ensuite critiqu les islamistes au pouvoir en Turquie pour ne pas vou-loir arranger la situation. Elle a ensuite

    ajout ne pas comprendre pourquoi, quand Chypre signe des accords avec le Liban, Isral et lEgypte sur ses frontires maritime, la Turquie ne re-connait pas ses accords.

    Visiblement des dclarations alle-mandes qui ont fait mal puique Erdo-gan a t encore plus loin: Merkel a montr a quel point elle ne connait rien sur le conflit chypriote. Elle ne connait rien cette histoire.

    Pas trs diplomate lErdogan! Le tout avant dajouter Merkel na jamais prit part aux ngociations Chypre. Son prdecesseur, G. Shroder, lui avait ce courrage. Elle devrait prendre exemple. Erdogan ne prcise pas quil est lun des meilleurs amis de Shrder. Surtout depuis que lancier chef du gouvernement allemand est lun de plus gros lobbyiste du nu-claire iranien en Europe. Il est dail-leurs linitiateur de plusieurs projets ptroliers au pays des ayatollahs).

    La Turquie nest pas responsable de la situation Chypre. Nous ne sommes pas coupable mme si lUnion Europenne nous accuse tou-jours. Mais coutez moi bien: jamais nous ne donnerons un seul centimtre carr de ce territoire! Erdogan, lami des pacifistes !

    par:Jonathan-Simon Sellem

  • 14Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Le procs Zemmour ouvre celui contre lidologie antiraciste

    Cest un procs cul par-dessus tte qui sest ouvert lundi et pour deux jours encore (jeudi et vendredi) contre Eric Zemmour, devant la 17 e chambre correctionnelle de Paris. Mon confrre y est poursuivi par cinq organisations antiracistes (SOS Racisme, la Licra, le Mrap, lUEJF, JAccuse) pour des propos tenus lors dune mission de tlvi-sion: La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, cest comme a, cest un fait.

    Sur ce point, toutes les observations et les donnes statistiques lui donnent raison. Ses accusateurs en racisme lui reprochent nanmoins davoir dsi-

    gn les auteurs en mentionnant des origines. Mais eux-mmes ne cessent den appeler aux diffrences ethniques et culturelles des minorits pour obte-nir le respect des diffrences, des di-versits.

    Il y a donc une malhonntet intellec-tuelle dans largument de ces censeurs qui cherchent taire des ralits. Leur dmarche est dautant plus choquante quelle sen prend un journaliste dont la vocation est de relater des faits, y compris les plus brutaux. En fait, la libert dexpression est conteste par une poigne didologues qui rgnent par lintimidation.

    Ce sont eux qui devraient tre assigns pour abus de droit, abus de confiance, tromperie sur les valeurs quils d-fendent. Ces trois jours de comparu-tion, pour rpondre dune sorte de dlit de blasphme que voudraient dicter des associations auto-dsignes, sont la goutte deau.

    Je fais confiance au talent de mon confrre pour tenter de renverser son procs et en faire celui de lidologie antiraciste, noyau dur du politique-ment correct.

    Car cest bien ce dossier-l qui doit tre instruit, en regard de ses mthodes liberticides et de ses rsultats dsas-treux pour le vivre ensemble. Zem-mour a dailleurs ouvert le feu, ds lundi, en sadressant aux plaignants:

    La ralit nexiste pas pour ces mes-sieurs. Il faut quelle rentre dans les cadres idologiques quils ont cres il y a trente ans (...) Si on en sort, on est trait au mieux de provocateur, au pire de nazi.

    Dans une lettre au tribunal, Jean-Pierre Chevnement, ancien ministre de lIn-trieur, a apport un premier renfort de poids en confirmant quune majo-rit des infractions constates taient imputables des jeunes dont le patro-nyme est de consonance africaine ou maghrbine et en soulevant lambi-gut de l antiracisme mdiatique dont leffet peut tre (...) dinstaller la notion de race au cur du dbat public et de contribuer ainsi paradoxalement dissoudre lidentit rpublicaine de la France. Reste esprer que les mdias se rveillent...

    Ivan Rioufol

    14 janvier 2011 : Jean Marie Le Pen et Ben Ali victimes de nettoyage ethnique

    Hier, les deux hommes taient en-core Prsidents, aujourdhui ils ne sont plus rien. Ils avaient beaucoup en commun : ils dirigeaient dune main de fer, avaient un amour de lordre et de la discipline inspir de dictature socialo-totalitaires, une soif de pouvoir insatiable, quils partageaient avec leur famille. Tous les deux avaient des amis en vue dans le monde arabe, et une attirance trs modre pour tout ce

    qui est religion. Leur milice savait comment traiter les journalistes, Michael Szames et Taoufik Ben Brik vous en parlerons.

    Lun comme lautre taient dtests par la grande majorit de la popula-tion. Lun deux, dans sa jeunesse, avait t parachutiste. Autrement dit, il tait un polluant de lair. Dchus, en fuite, on a retrouv la trace des deux dicta-teurs. Le premier se trouve en Arabie

    Saoudite, tandis que lautre aurait t vu en Iran. Dans les rues de Tours, hier soir, des milliers de manifestants hurlaient cest la fin de la tyrannie sans que lon puisse savoir sil men-tionnaient Le Pen ou Ben Ali.La confusion tait totale. Dautres manifestants criaient les ides extr-mistes, on nen veut pas sans que l non plus on ne puisse savoir qui ils faisaient allusion. Samedi 15 janvier 2011, les postes laisss vacants ont t pourvus, et deux nouveaux Prsi-dents ont t nomms. Hlas, daprs des personnes proches des dossiers, il semble que le changement tant atten-du ne soit, dans un cas comme dans lautre, quun changement de faade.Les mmes partis, le mme appareil, les mmes collaborateurs, sont en place. Les nouveaux venus devront dailleurs faire leurs preuves dans un contexte de chmage lev, de vie chre, de danger islamiste et de m-contentement gnralis, l ou leurs prdcesseurs nont pas t capable de convaincre. Fin du communiqu. Pour rappel, aprs 23 ans de rgne, Ben Ali ntait plus, hier, prsident de Tunisie, et Jean Marie Le Pen, aprs 38 ans de rgne, ntait plus, hier, prsident du Front National.

    Par:Jean-Patrick Grumberg

  • Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011 15

    Dernier jour du Congrs de Tours dimanche qui voit Marine Le Pen succder son pre la tte du Front National Selon la direction du parti dextrme-droite, elle a remport 67,55% des suffrages des militants du FN sur son rival Bruno Gollnisch (32,25%). Aprs 40 ans de rgne, Jean-Marie Le Pen passe le flambeau sa fille, 42 ans, qui a propos Bruno Gollnisch un poste de premier vice-prsident pour prserver lunit du FN 15 mois de la prsidentielle.

    Disant ne pas avoir besoin dun lot de consolation ni de titre ronflant, ce dernier est rest vague sur son avenir dans lorganigramme du parti, alors que Marine Le Pen lui a propos de devenir N2 du Front national. Il a toutefois flicit la nouvelle prsi-dente, candidate lgitime selon lui la prsidentielle de 2012, et a dclar vouloir continuer naturellement servir la cause que jai toujours servie (...) dans la formation (...) la plus apte, le FN.

    Vice-prsidente du parti et dpute europenne, la chef du file du mouve-ment dans le Nord-Pas-de-Calais fai-sait figure de grande favorite pour ce scrutin aprs plusieurs mois de cam-pagne interne dans toute la France. Elle avait reu un soutien appuy de son pre, g de 82 ans, qui prsidait le mouvement depuis sa cration en 1972, et de lappareil frontiste. Une forte majorit de cadres et dlus avaient galement pris fait et cause pour elle.

    Une page se tourne dans le mouvement dextrme droite. Son fondateur, Jean-Marie Le Pen, quitte la prsidence du parti quil dirige depuis 1972. Second vnement de taille, 17.127 adhrents ont vot par courrier sur les 22.403 inscrits pour dsigner son succes-

    seur (soit un taux de participation de 76,45%), une procdure indite pour un parti habitu reconduire son chef par acclamation.

    Le dpouillement des bulletins, sous contrle dhuissier et dans un lieu tenu secret, a eu lieu vendredi. La proclamation officielle a t fixe dimanche matin, au second jour du congrs, quelques heures avant une intervention de Marine Le Pen au JT de 13 heures de TF1.

    Marine le Pen soutenue par son preDurant toute la campagne, Marine Le Pen a fait la course en tte.

    Dpute europenne, conseillre mu-nicipale ( Hnin) et rgionale (rgion Nord-Pas-de-Calais), la benjamine des trois filles de Jean-Marie Le Pen ne manque pas datouts. Outre le soutien de son pre et de lappareil du parti, lactuelle vice-prsidente du FN jouit dune notorit bien suprieure son rival et a su parfaitement mettre pro-fit sa fonction de porte-parole du parti.

    Eloquente, pugnace et parfaitement rompue aux codes mdiatiques, Ma-rine Le Pen veut donner du FN une image plus prsentable, une opration sduction qui vise la fois les dus de la majorit, lus comme lecteurs, et les militants du FN.

    Car sils ne votent pas forcment pour leur candidat prfr sur le plan ido-logique, les adhrents veulent dsi-gner un leader capable de rcolter les 500 signatures requises pour la com-ptition lysenne et de mener une campagne efficace via les mdias et les sondages. Or beaucoup ont en tte labsence de leur leader llection prsidentielle de 1981, faute de parrai-nage suffisants.

    Ferme sur les thmes classiques et chers au Front national, la scurit, limmigration, la prfrence nationale, Marine le Pen donne le sentiment dtre moins extrmiste que son pre. Ses rfrences sont moins dates. Jai toujours pens quil tait nces-saire dviter de nourrir la suspicion qui pse sur le FN, notamment celle de lantismitisme, explique-t-elle souvent.

    Elle sen prend moins aux immigrs et davantage lislam en jouant da-vantage sur la corde du rejet de lautre, faon anti-islam, que sur le levier de la xnophobie. En clair, elle est pour les musulmans mais contre lislam, une habilet conceptuelle et langagire cense sduire les plus lacards et qui trouve une oreille attentive du ct de la droite traditionnelle (voir son-dage).

    Si on ajoute cela quelle apparat plus en phase que son pre sur les questions de socit et se positionne davantage sur le terrain conomique et social en dlaissant la tendance librale du parti et fustigeant les effets nfastes du mondialisme et du libre-change dloyal, on mesure le capital de la fille de son pre.

    Gollnisch, loutsider soutenu par la presse militanteA 60 ans, Bruno Gollnisch a fait figure dternel dauphin de Jean-Marie Le Pen. Moins expos mdiatiquement et soutenu par lappareil frontiste, cet universitaire multidiplm a sillonn la France durant quatre mois et anim prs de 80 runions publiques, faisant fi des sondages le donnant pourtant largement battu.

    Patron du groupe FN au conseil rgio-nal de Rhne-Alpes, Bruno Gollnisch incarne une branche plus tradition-

    nelle du parti, proche des catholiques traditionnalistes. Il se pose en dfen-seur des valeurs familiales affirmant quavorter cest tuer.

    Moi, jai une stratgie en plusieurs tapes de rconciliation de la famille nationale, dlargissement sur notre droite ses conservateurs attachs des valeurs traditionnelles qui votaient de Villiers, Boutin, Dupont-Aignan, Pasqua et galement sur la mouvance de gauche patriotique, dtaille-t-il rgulirement.

    Elu au Parlement europen en 1989, celui qui a gravi tous les chelons au sein du parti jusquau poste de secr-taire gnral en 1995 joue sur sa lgi-timit. Il a reu lesoutien de plusieurs figures du parti. Roger Haleindre, premier Vice-Prsi-dent du Front national et prsident du Cercle national des combattants, sest notamment dclar en sa faveur.

    En novembre 2007, au congrs de Bor-deaux, lors de llection des membres du comit central du FN par les adh-rents, Bruno Gollnisch tait ainsi arri-v en tte, devant Marine le Pen.

    Il a pu aussi compter sur la presse mi-litante proche du FN. Lhebdomadaire Minute a critiqu, parfois violemment, la campagne mene par Marine Le Pen affirmant que ses partisans prparaient une Saint-Barthlmy de leur adver-saires.

    Lhebdomadaire Rivarol, de son ct, a accus la direction du parti de blo-quer les radhsions de partisans de Gollnisch.

    Des mises en cause qui ont aussi-tt suscit lire du chef qui a refus daccrditer les deux journaux pour le Congrs de ce week-end. Il y a volont de nuire, comme lont dmon-tr Minute et Rivarol au cours de leurs derniers numros... Leur hostilit nest pas lgitime, a fait savoir Jean-Marie Le Pen qui a par ailleurs attaqu en diffamation le journal Rivarol.

    Autant dincidents qui ne devraient pas porter consquence. Car Bruno Gollnisch a dj annonc quil reste-rait fidle son parti en cas de dfaite face Marine Le Pen, qui veut lui proposer la fonction de vice-prsident avant de sinvestir totalement dans la campagne prsidentielle avec un objectif annonc : faire aussi bien que son pre en 2002 et se qualifier pour le second tour.

    Selon un sondage CSA pour Marianne publi vendredi et ralis les 7 et 8 janvier, Marine Le Pen arriverait en 3e position si le premier tour de llection prsidentielle avait lieu dimanche, derrire Nicolas Sarkozy et le candi-

    dat socialiste, mais loin devant tous les autres candidats. Elle est crdite de 18% dintentions de vote, si le candi-dat PS tait Dominique Strauss-Kahn, et de 17% dans lhypothse dune can-didature de Martine Aubry.

    Cette mme tude indique par ail-leurs quelle dispose dun lectorat suprieur celui de son pre, 20% des Franais tant susceptibles de voter pour elle, contre 13% au prsident sor-tant du Front national.

    Ses adversaires sont donc prvenus...

    Marine Le Pen succde son pre la tte du FN

    Dans la revue de presse LSB, Mi-chel Janva signale que le quotidien amricain Wall Street Journal a publi les indices de libert cono-mique 2011 de 179 pays du monde. Cet indice est calcul chaque anne par les conomistes et statisticiens de la Heritage Foundation. Un autre classement est propos par le Fraser Institute de Vancouver. Il donne des rsultats trs proches. La France se trouve relgue la 64e position.

    Notre pays, crit Michel Janva, ne cesse de dgringoler dans le classe-ment, ce qui veut dire que nous allons plutt dans la direction de la Core du Nord (179e sur 179 videmment) que de la Suisse.

    En vingt ans la France a gliss de la 20e la 64e place.Cest peut-tre parce que nombre de Nations mer-gentes se sont ouvertes compltement la libert conomique, mais aussi parce que la France est un pays de moins en moins libre.

    La France, souligne Michel Janva, doit sa mauvaise note quatre faits : trop de dpenses gouvernementales (un record absolu parmi tous les pays de lOCDE) ; pas assez de libert fiscale (contrle, contentieux, administration) ; pas assez de libert dinvestissement (largement limite par la politique dinvestissements publics et la confis-cation de lpargne par les institutions dEtat) ; pas assez de libert du travail (embauche, licenciement, contrats, mobilit).

    Par Michel Garrot

    La preuve que la Sarkozie nest pas un pays libre

  • 16Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Les projets cachs dEhoud Barak

    Ancien chef dtat-major, Premier ministre de mai 1999 fvrier 2001, prsident du Parti Travailliste jusqu ce lundi 17 janvier au ma-tin et actuel ministre de la Dfense, Ehoud Barak entend crer sa propre faction (Aatzmaout). Fustig par la critique, aid par Benyamin Neta-nyahou, appartenant un groupe politique dcrdibiliser, M. Barak avait bien des raisons dagir ainsi.

    Le Parti Travailliste, principal parti de gauche, participe (participait ?) la coalition gouvernementale mene par le Premier ministre Benyamin Neta-nyahou depuis fvrier 2009. Cest pr-cisment ce choix de soutenir le gou-vernement qualifi du plus droite de lhistoire dIsral que nont jamais digr certains travaillistes et qui ont tout fait au cours deux dernires annes pour forcer Ehoud Barak la dmission.

    Se rclamer de gauche tout en apparte-nant un gouvernement de droite leur semblait contraire leur idologie. la tte du parti depuis 2007, M.

    Barak a frustr ses sympathisants, mais galement le prsident Obama. Le chef du parti travailliste aurait en effet aurait menti au prsident amri-cain sur linfluence dont il disposait sur les dcideurs politiques quant lavancement du processus de paix.

    En tant que travailliste, le ministre de la Dfense souhaitait, comme les Amricains lavaient demand, un troisime moratoire sur les construc-tions juives en Jude-Samarie.

    En dpit de son appartenance au gou-vernement et de sa position de chef du principal parti de gauche du pays, M.

    Barak navait pas russi empcher la reprise des constructions. En rac-tion aux sentiments de M. Obama, le Premier ministre isralien a ainsi par-ticip au dpart du dirigeant du parti travailliste.

    Mis au courant de ses volonts de quitter le parti, les collaborateurs du chef du gouvernement auraient aid M. Barak mettre son plan en action. Linterruption du processus de paix a engendr la colre et la dception de nombre de sympathisants du Parti Tra-vailliste, discrditant ses ministres.

    Lass dtre la cible de toutes les cri-tiques M. Barak a donc choisi de quit-ter son parti mais pas la coalition. Avec la collaboration de quatre dputs de la Knesset, le ministre de la Dfense entend crer une nouvelle formation.

    Les consquences quauront cet acte sur le gouvernement ne sont pas encore claires. Pour Dan Borowitz, porte-parole du Parti Travailliste, le retrait de M. Barak tait la meilleure chose faire. Son poste tait devenu absolument insupportable, le quitter tait ce quil avait de mieux faire, mme si cest malheureux.

    Suite au dpart de M. Barak du Parti Travailliste, trois piliers travailliste du gouvernement ont dmissionn. MM. Ben-Eliezer, Herzog et Braverman ont ainsi mis fin leurs activits lundi 31 Janvier 2011.

    Contact par Guysen, M. Borowitz a expliqu que ces dparts allaient ren-forcer le gouvernement actuel. Il ne sera plus sous le poids de la menace que reprsentaient les travaillistes qui navaient de cesse de menacer de quit-ter la coalition.

    partir de maintenant le gouverne-ment de M. Netanyahou pourra faire avancer le processus de paix et la coa-lition. Ceux qui la soutiennent seront peut-tre moins nombreux mais ils seront plus forts, plus souds.

    Abord sous cet angle, le soutien apport par le Premier ministre M. Barak pour quil quitte son parti peut tre compris. Cependant si ce dpart est favorable la coalition, il aura certainement des consquences moins positives sur le Parti Travailliste.

    Dune part il est fort probable que certains travaillistes suivent M. Barak dans sa nouvelle formation, laffai-blissant numriquement. Dautre part le Parti Travailliste na aucun vritable candidat au poste laiss vacant par le ministre de la Dfense, comme la soulign M. Borowitz.

    En effet M. Ben Eliezer, premier sur la liste des successeurs, a dmenti vouloir prendre la tte du parti. Ce renoncement la tte du Parti Tra-vailliste laisse galement transparatre la volont du ministre de doubler ce dernier en ouvrant une nouvelle voie la politique. Frustr de ses checs la tte de la formation, il pourrait bien vouloir prendre sa revanche dessus en obtenant plus dlus et de visibilit que son ancienne famille politique.

    Mais au-del de cette comptition in-terne la gauche, cest Kadima que le tout nouveau parti Aatzmaout pourrait faire de lombre. En effet, en se positionnant galement au centre de lchiquier politique, le parti de Tsipi Livni risque bien de perdre sa spcifi.

    Par Roxane Tran-Van

    Il a suffi quIsral dcouvre lun des plus importants gisements de gaz et peut-tre de ptrole au monde depuis des dcennies, pour que ses pays voi-sins, qui ignoraient son existence, se mettent soudain en revendiquer la proprit! On narrte pas linsolence et le ridicule. La lutte entame par le Liban pour la possession de ce tr-sor inestimable est monte dun cran mercredi, aprs que le porte-parole de lONU, Martin Nesirky, ait officielle-ment et catgoriquement repouss la requte libanaise dune intervention de lONU pour fixer la frontire des eaux territoriales entre les deux pays.

    Paralllement, Beyrouth, on est fortement en colre aprs que des hauts-fonctionnaires chypriotes aient annonc que la compagnie Noble Energy , associe aux recherches sur le champ gazifre Leviathan , dbutera bientt ses forages.

    La Turquie, la Syrie et le Liban ne cachent pas leur opposition la nou-velle politique nergtique mene en collaboration entre Isral et Chypre, et accusent la Grce, nouvel alli dIsral, dtre derrire ces nouveaux dveloppements

    pour les aider voler les matires premires nergtiques appartenant ces trois pays !!! Il semble que lon assiste peine au dbut dune lutte sans piti qui va se drouler propos des gisements de gaz et de ptrole dans lEst de la Mditerrane, tant les enjeux conomiques et gopolitiques sont importants.

    Avec dun ct Isral, la Grce et Chypre, et de lautre, la Turquie, lEgypte, la Syrie, le Liban, la Rpu-blique turque de Chypre et lAutorit Palestinienne qui se sent videm-ment de la partie ds quil sagit de contrer Isral.

    Le ministre libanais des Affaires Etrangres, Al Shami, stait adress mardi Ban Ki-Moon, Secrtaire gnral de lONU, afin quil envoie des units de la FINUL stationnes au sud-Liban pour faire stopper les op-rations de forages dentreprises isra-liennesdans les eaux territoriales

    libanaises !!

    Dans sa lettre, Shami dfinissait le secteur comme se trouvant dans les eaux territoriales qui sont la limite du Liban et de la Palestine du nord (sic). Mais avec une rapidit inhabi-tuelle, Ban Ki-Moon a fait savoir que le mandat de la FINUL selon la rsolution 1701 lui confre la respon-sabilit des ctes libanaises mais pas de la fixation des frontires maritimes avec ses voisins .

    Fin de non-recevoir. Chypre a gale-ment ragi la demande libanaise, en dclarant quelle poursuivrait elle-aussi ses recherches de gaz et ptrole dans ces zones , et en rappelant que la Compagnie Noble Energy avait obtenu lautorisation de Nicosie pour forer dans les eaux territoriales chy-priotes qui touchent celle dIsral et o se trouve le site Leviathan .

    Ces forages devraient seffectuer entre octobre 2011 et 2013. Ceci indique quune coopration stratgique est en train de se dessiner entre Jrusalem et Nicosie, avec la bndiction de la Grce, nouvel alli stratgique dIs-ral dans cette rgion du monde.

    Cette coopration sera dailleurs de plus en plus forte, et les recherches de gisements supplmentaires de plus en plus concentres, car Israliens comme Chypriotes veulent crer des ralits irrversibles sur le terrain avant que ce conflit ne devienne plus aigu avec les pays qui sont en train de sunir pour faire barrage Isral.

    Ankara a dj prvenu quil consi-dre le pacte isralo-chypriote sur leurs frontires maritimes communes comme nul est non avenu puisquil ne prend pas en compte les droits et les intrts de la partie nord de Chypre , territoire occup (rellement, lui) par les Turcs. Le Caire aussi, pays alli dIsral , a commenc tudier les limites territoriales fixes entre Isral et Chypre, pour voir si elles ne portent pas atteinte aux zones dintrts co-nomiques gyptiennes en Mer Mdi-terrane .

    Rien ne change sous le soleil. La Bible racontait dj comment la russite conomique de nos anctres fut une chose trs difficile avaler pour leurs voisins.

    Les Etats du Proche et Moyen-Orient, repus de ptrodollars depuis des d-cennies, et faisant chanter et danser le monde entier selon leurs caprices, ne supportent pas que le petit Etat dIs-ral puisse lui aussi un jour avoir une petite part du gteau.

    par Shraga Blum

    LONU refuse de fixer la fron-tire maritime isralo-libanaise

  • 18Linformation en provenance dIsralEdition du 31 Janvier 2011

    Tou Bichvat : les Israliens consomment des fruits secs en provenance de Turquie, Syrie et dIran

    Lors de la fte de Tou Bichvat (le nouvel an des arbres), qui sera clbre cette semaine, les Juifs consomment traditionnellement des fruits secs. Sur la table de lIsralien moyen, cette anne, il y aura le choix : des fruits secs turcs, syriens et ira-niens. Les fruits cueillis en Syrie et en Iran sont expdis vers Isral partir de la Turquie. Pourtant, selon un sondage, 72% des Israliens pr-frent