Jean-Paul Sartre aujourd’hui - grep-mp.com .JEan-PauL sartrE auJouD’HuI 269 Parcours - 2009-2010

Embed Size (px)

Text of Jean-Paul Sartre aujourd’hui - grep-mp.com .JEan-PauL sartrE auJouD’HuI 269 Parcours - 2009-2010

JEan-PauL sartrE auJouDHuI

269

Parcours - 2009-2010

Jean-Paul Sartreaujourdhui :

hommage un intellectuelde la contestation

En partenariat avec la Mdiathque Jos Cabanis de Toulouse,cinq animateurs du GREP-Midi-Pyrnes

ont prsent un hommage Jean-Paul Sartre :

Georges Zachariou :sartre dans son sicle (suivi dun bref rappel biographique)

Alain Grard :Les concepts philosophiques essentiels de sartre :

Ltre et le nant soixante ans aprs

Paul Seff :La pense de sartre travers trois pices de son thtre

Pierre Besses :soi-mme comme un autre : dfense et illustration de la thorie du sujet

chez Jean-Paul sartre (Les Mots et lIdiot de la famille).

Nicole Gauthey :La libert et lengagement chez sartre

Dbat et conclusion

GEorGEs ZacHarIou - aLaIn GrarD - PauL sEFF - PIErrE BEssEs - nIcoLE GautHEY

270

Parcours - 2009-2010

Georges Zachariou :Sartre dans son sicle

tout un homme, fait de tous les hommeset qui les vaut tous, et que vaut nimporte qui

Les Mots

(on trouvera la fin de mon intervention, une courte notice biographique et bibliogra-phique laquelle le lecteur pourra se rfrer)

Considr gnralement comme le dernier grand intellectuel franais de notorit mon-diale, Jean-Paul Sartre - philosophe, crivain et dramaturge, grande figure dintellectuel politique - aura profondment marqu le XX sicle et mme au-del, tant par son uvre que par ses engagements et prises de position, par ses trs nombreux voyages, et par sa personnalit complexe

Penseur de la libert comme de son envers lalination, de lengagement et de la res-ponsabilit, il refuse lide dune passivit originaire en lhomme qui dterminerait ses actions ; il sefforce de montrer comment lhomme en toutes circonstances choisit son rapport au monde au sein dun libre projet : lhomme est sans excuse.Sartre a renouvel lanthropologie philosophique, il a port leurs limites la phnomno-logie husserlienne et la dialectique hglienne. Il ne sagit plus de procder ltablisse-ment dun fondement conceptuel mais de donner voir, de mettre en scne et dexpliciter le travail de la pense mme les situations que tout un chacun peut vivre. Il est une voix originale de la phnomnologie, proposant une voie trans-phnomnale qui croise la pro-blmatique de la libert et celle de lalination.

Cependant dans nos souvenirs et impressions mergent essentiellement : lexistentia-lisme des nuits parisiennes de la rive gauche (un mode de vie, une prsence publique, lusage des Cafs, boites de jazz), les confrontations entre Sartre et A. Camus, R. Aron, M. Merleau-Ponty, son suppos stalinisme, avec tous les lieux communs et amalgames rducteurs, voire malveillants. Alors que ce grand philosophe, intellectuel engag et contestataire, est tudi et enseign aujourdhui dans le monde anglo-saxon, il est prati-quement oubli dans lenseignement en France. Paradoxal ! En France lidologie politi-cienne primerait-elle sur la pense ?

A loccasion de cet hommage je vais mefforcer dexpliquer le parcours de cette grande personnalit, et de lever certaines hypothques malheureuses, sans prtendre atteindre au quitus , ne serait-ce que par respect pour ce personnage-comdien comme il se dfinit - en juge svre de lui-mme dans Les Mots .Jaborderai successivement plusieurs points :- lpoque de Sartre : situer le personnage dans son contexte historique - une page dhis-toire immense et dcisive ;

JEan-PauL sartrE auJouDHuI

271

Parcours - 2009-2010

- ses origines et son enfance, sa mort ;- sa personnalit ;- sa trace comme crivain-philosophe, et intellectuel engag ;- son manchon de vie supplmentaire o il personnifie un intellectuel contestataire.

Jean-Paul Sartre et son poque : une mise en contexte essentielle

Le XXe sicle fut une page dhistoire immense, indicible par sa violence guerrire, par ses idologies extrmes, ses rpressions sanglantes, ses exterminations mthodiques, ses dictatures sanguinaires ; mais elle fut aussi immensment riche dans les domaines de la pense philosophique de la cration artistique, culturelle, politique et de linnovation technologique.

Dans le domaine de lintellect - faisant suite aux grands penseurs de lentre-deux-guerres bouillonnaient les ides, les concepts qui se diffusaient - si ce nest dans tous les milieux - en tout cas trs largement. Le jaillissement de mai 68 en fut lun des moments-manifestes. Sartre a travers cette poque de bouleversements, dabord indiffrent puis en prise directe perdument directe jusquau pathtique la mesure des vne-ments.

Sortir des personnages de cette importance - et jinsiste vraiment - de leur contexte histo-rique expose aux pires erreurs dinterprtation surtout sils ont soutenu dans leurs contes-tations des thses aujourdhui vaincues : vae victus ! . Le libralisme politico-cono-mique a triomph avec son cortge dinjustices et il redoute toute contestation mme titre posthume

Les origines de Jean-Paul Sartre, son enfance et sa mort

Cest dans Les Mots - rcit autobiographique publi en 1964, 58 ans - que nous pou-vons puiser. J.-P. Sartre est n le 21 juin 1905 Paris, trs tt orphelin de pre, il fut lev en grande partie par ses grands-parents maternels, des bourgeois protestants. Son grand-pre Charles Schweitzer tait un rpublicain, patriote alsacien, un intellectuel et un pro-fesseur. Il enseigna le petit Poulou jusqu 10 ans dans le confort de son importante bibliothque. Les bonnes connaissances acquises en langue allemande lui faciliteront par la suite ltude des philosophes allemands, particulirement Husserl quil rejoindra Ber-lin en 1933. Nous percevons nettement dans Les Mots qu travers son ducation il acquiert une vision du monde o la lgitimit reconnue lducation saccompagne dir-respect pour les honneurs de circonstance et les positions sociales installes (refus de la lgion dhonneur, du prix Nobel de littrature, diatribes violentes contre des personnalits de premier rang) Nous voyons aussi, dans cette grande famille protestante, combien les principes de moralit et de justice sont sans cesse prns. Ils marqueront Sartre, dans ses actions et gestes, sa vie durant.

Lannonce de la mort de Sartre, le 15 avril 1980 Paris, provoqua dans le monde entier une motion considrable ; et plus de 50 000 personnes descendirent dans les rues de Paris en ultime hommage. Simone de Beauvoir dclara en guise dpitaphe Sa mort nous spare. Ma mort ne nous runira pas. Cest ainsi ; il est dj beau que nos vies aient

GEorGEs ZacHarIou - aLaIn GrarD - PauL sEFF - PIErrE BEssEs - nIcoLE GautHEY

272

Parcours - 2009-2010

pu si longtemps saccorder . Notons que le pacte Sartre-Beauvoir fut inextricablement compliqu. On parle volontiers damours contingentes. Un engagement rciproque sous le signe de la libert. Et pourtant on ne pense jamais Sartre sans penser Beauvoir et vice-versa.

Entre 1905 et 1980, Jean-Paul Sartre, ce fut une vie et une uvre dans un monde en bouleversement.

La personnalit de Jean-Paul SartreCe thme est abord par plusieurs crits de Sartre, surtout dans Les carnets de la drle de guerre publi en 1983 par sa fille adoptive Arlette Elkaim-Sartre, mais aussi de faon assez dconcertante dans Les Mots paru en 1964, et galement dans Les commu-nistes et la Paix qui est un texte trs clairant.

Les carnets de la drle de guerre - rdigs durant sa mobilisation de septembre 1939 juin 1940 (six carnets seulement sur quinze furent retrouvs) - sont des textes fasci-nants, parfois dcousus, ingaux, mais qui contiennent la matrice de luvre philoso-phique venir, et plus curieusement un plan de vie prophtique.

Le jeune Sartre - il a alors 34 ans - nous explique par avance sa vie. Avec une lucidit tonnante o se ctoient humilit et orgueil, il dclare : Jignore lhumilit et pourtant je reconnais mes fautes sans ambages parce que je nai aucune solidarit temporelle avec moi-mme . Cette non-fixation de soi, ce refus de se laisser assigner rsidence , nest-ce pas ce qui nourrit profondment lexistentialisme sartrien ? Ainsi la formule de-venue badine Il vaut mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron ne correspond pas la ralit ; en effet selon les vnements ils eurent lun et lautre tort ou raison. Aron avait raison dinciter une politique de ngociation en Algrie et au Proche-Orient. Sartre avait raison - souvent courageusement - comme dans ses prises de position anticoloniales (particulirement lorsquil aborde et redoute les rejets rciproques encore vivaces au-jourdhui) pour lesquelles il subira plusieurs attentats lexplosif. Raison aussi lorsquil dnonait ce qui allait devenir le nolibralisme ; ses contempteurs lui reprochent encore aujourdhui une dnonciation trop brutale de cette doctrine dont il a pourtant peru, avant beaucoup, les ravages.

En reconnaissant volontiers ses erreurs, Sartre se place sur le terrain absolu du spectateur impartial, en arbitre de lui-mme. Ce spectateur cest la conscience transcendantale, d-sincarne qui regarde son homme et le juge avec la mme svrit ou lucidit quil met-trait juger autrui. Mais dj il schappe lui-mme. Lacte mme de se juger constitue une rduction phnomnologique, - une sorte de purification ou de dgagement de soi - qui lui permet de se placer avec dlectation au-dessus de lhomme quil est. Il dclare ainsi Je me considre donc toujours comme au plus haut de ma vie ce jour . Nous voyons combien la pense de Sartre est rsolument dynamique ; elle est une philosophie du mouvement de lesprit confront aux totalisations partielles et aux fausses synthses que des conceptions abstraites de lhomme et de lHistoire proposent de manire obses-sionnelle et alinante.

Au chapitre des questions, comment expliquer lindiffrence avre et navrante de Sartre

JEan-PauL sartrE auJouDHuI

273

Parcours - 200