Jean Pierre CavaiIlle

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Philosophie

Transcript

  • Rsum

    Le recours des formes pseudonymiques, au xviie sicle, ne sert pas seulement se cacher et na pas pour seul but le dsir dchapper aux perscutions et aux poursuites judiciaires. Pour autant, limportance de lusage des pseudonymes, cette poque, comme dispositif dautoprotection ne doit pas tre minimise. Si une quelconque spcificit liber-tine dans lusage des pseudonymes nest pas rechercher au-del de celle attendue pour lpoque que met en vidence Adrien Baillet dans Les Auteurs dguiss (1722), ouvrage qui va nous servir de guide, il nen demeure pas moins que, pour les contemporains, parmi les motifs et finalits du recours aux pseudonymes, gnralement jugs indfendables, figurent la publication douvrages libertins , entendus par l des livres portant atteinte la religion ou/et aux bonnes murs. Il sagira donc dexaminer comment la doxa contempo-raine jugeait le recours aux pseudonymes, quel tait le discours dominant en la matire et quel type de taxinomie des motifs conduisant ladoption de faux noms pouvait tre propose.

    Abstract

    In the seventeenth century, the use of pseudonyms did not just serve to hide one-self and to escape from persecutions or judicial action. Still, the importance of pseudo-nyms as a means of self-protection at that time should not be underestimated. Although this specific libertine usage of pseudonyms cannot be investigated beyond the evidence found in Adrien Baillets Les Auteurs dguiss, which we will use as a guide, it is nevertheless clear that the publications of libertine books, with regard to religion and/or morals, figured as an important ground or aim for the use of pseudonyms. This essay intends to examine how the prevailing orthodoxy at the time judged the use of pseudonyms and what the dominant opinion on this topic was. It will also propose a taxonomy of grounds which led to the adoption of pseudonyms.

    Jean-Pierre CavaillPseudonymie et libertinage

    la lumire de louvrage dAdrien Baillet : Les Auteurs dguiss

    Pour citer cet article : Jean-Pierre Cavaill, Pseudonymie et libertinage la lumire de louvrage dAdrien Baillet : Les Auteurs dguiss , dans Interfrences littraires/Literaire interferenties, n 9, novembre 2012, pp. 165-179.

    http://www.interferenceslitteraires.be ISSN : 2031 - 2790

  • Genevive Fabry (UCL)Anke Gilleir (KULeuven)Gian Paolo GiudiCCetti (UCL)Agns Guiderdoni (FNRS UCL)Ortwin de GraeF (Kuleuven)Ben de bruyn (FWO - KULeuven)Jan Herman (KULeuven)Marie HoldswortH (UCL)Guido latr (UCL)

    Nadia lie (KULeuven)Michel lisse (FNRS UCL)Anneleen massCHelein (FWO KULeuven)Christophe meure (FNRS UCL)Reine meylaerts (KULeuven)Stphanie vanasten (FNRS UCL)Bart van den bosCHe (KULeuven)Marc van vaeCK (KULeuven)Pieter Verstraeten (KULeuven)

    Olivier ammour-mayeur (Monash University - Merbourne)Ingo berensmeyer (Universitt Giessen)Lars bernaerts (Universiteit Gent & Vrije Universiteit Brussel) Faith binCKes (Worcester College - Oxford) Philiep bossier (Rijksuniversiteit Groningen) Franca bruera (Universit di Torino)lvaro Ceballos viro (Universit de Lige)Christian CHelebourG (Universit de Nancy II)Edoardo Costadura (Friedrich Schiller Universitt Jena) Nicola CreiGHton (Queens University Belfast)William M. deCKer (Oklahoma State University)Dirk delabastita (Facults Universitaires Notre-Dame de la Paix - Namur)Michel delville (Universit de Lige)Csar dominGuez (Universidad de Santiago de Compostella & Kings College) Gillis dorleijn (Rijksuniversiteit Groningen)

    Ute Heidmann (Universit de Lausanne)Klaus H. KieFer (Ludwig Maxilimians Universitt Mnchen)Michael KoHlHauer (Universit de Savoie)Isabelle KrzywKowsKi (Universit de Grenoble)Sofiane laGHouati (Muse Royal de Mariemont)Franois leCerCle (Universit de Paris IV - Sorbonne)Ilse loGie (Universiteit Gent)Marc mauFort (Universit Libre de Bruxelles)Isabelle meuret (Universit Libre de Bruxelles)Christina morin (Queens University Belfast) Miguel norbartubarri (Universiteit Antwerpen)Olivier odaert (Universit de Limoges) Andra oberHuber (Universit de Montral)Jan oosterHolt (Carl von Ossietzky Universitt Oldenburg) Mat snauwaert (University of Alberta - Edmonton)

    Conseil de rdaCtion - redaCtieraad

    David martens (KULeuven & UCL) Rdacteur en chef - HoofdredacteurMatthieu serGier (UCL & Facults Universitaires Saint-Louis), Guillaume willem (KULeuven) & Laurence van nuijs (FWO KULeuven) Secrtaires de rdaction - Redactiesecretarissen Elke dHoKer (KULeuven)Lieven dHulst (KULeuven Kortrijk)Hubert roland (FNRS UCL)Myriam wattHee-delmotte (FNRS UCL)

    Interfrences littraires / Literaire interferentiesKULeuven Faculteit Letteren

    Blijde-Inkomststraat 21 Bus 3331B 3000 Leuven (Belgium)

    Contact : matthieu.sergier@uclouvain.be & laurence.vannuijs@arts.kuleuven.be

    Comit sCientifique - WetensChappelijk Comit

    Comit de direCtion - direCtieComit

  • Interfrences littraires/Literaire interferenties, n 9, novembre 2012

    165

    pseudonymie et libertinage la lumire de louvrage dAdrien Baillet : Les Auteurs dguiss

    Dun ct [la vanit] porte [les auteurs] se produire, lors quils font paratre leur nom et leurs qualits, ou quils donnent dautres marques pour se faire connotre ; de lautre, elle forme en eux une complaisance secrete lors quils se cachent, afin quils puissent se glorifier destre cachs. Et il faut avouer que cette espce de gloire toute extraordi-naire quelle parot a ses charmes et a ses douceurs particulieres, puisque le raffine-ment la fait attacher mme son ennemie, qui est lobscurit.1

    De nombreux ouvrages considrs comme relevant du courant dit liber-tin , parce quils portent atteinte la religion ou (et) aux murs, sont parus soit sous anonymat partiel (initiales, acronymes, etc.) ou complet, soit sous la protec-tion de pseudonymes. Ainsi des Dialogues limitation des anciens de Franois La Mothe Le Vayer, publis sous le pseudonyme Orasius Tubero, les Considrations politiques sur les coups dtat de Gabriel Naud, paru trs confidentiellement Rome sous les initiales de G N P (Gabriel Naud Parisien), le fameux Alcibiade Fanciullo a scola dAntonio Rocco, circulant sous les seules lettres D P A (sans doute Di Padre Antonio), qui les firent attribuer lArtin (Di Pietro Aretino), ou encore le Corriere svaligiato, dont lauteur, Ferrante Pallavicino, se dissimula en vain sous le pseudonyme acadmique de Ginifacio Spironcino2.

    Dautres se sont cachs derrire des prte-noms ; ainsi le nom de De Vaux, en tte des Jeux de linconnu, a-t-il pu recouvrir les productions dAdrien de Monluc et de ses amis. Certains auteurs dits libertins , choisirent de se faire connatre travers un pseudonyme, comme le sulfureux pote Charles Dassoucy3, en prenant un nouveau prnom, comme Tristan lHermite (qui se prnommait Franois), ou encore par lusage de leur seul prnom de baptme,

    1. Adrien baillet, Auteurs dguiss sous des noms trangers, emprunts, supposs, faits plaisir, chiffrs, renverss, retourns ou changs dune langue en une autre, dans Jugemens des savans sur les principaux ouvrages des auteurs, vol. 6, Paris, Charles Moette, 1722, p. 349. Les rfrences cet ouvrage se feront dsormais entre parenthses dans le texte.

    2. On pense aussi lanonyme parution de lcole des Filles, aux Dialogues apocryphes de Luisa Sigea mise en latin par un pseudo Joannes Meursius derrire lequel se cachait Nicolas Chorier ou encore louvrage qui est considr souvent comme la synthse du libertinage philosophique, le Theophrastus redivivus, dont le titre mme est une forme de pseudonyme.

    3. Voir la prface de Dominique Bertrand son dition de Charles Coypeau dassouCy, Les Aventures et les prisons, Paris, Champion, Sources classiques , 2008, p. 19.

  • pseudonymie et libertinaGe

    166

    comme Thophile (de Viau), quun auteur plus infortun encore, Claude le Petit, reprendra une gnration aprs en se faisant appeler Thophile le Jeune.

    Ces derniers exemples montrent que le recours des formes pseudony-miques, au xviie sicle, ne sert pas seulement se cacher et na pas pour seul but le dsir dchapper aux perscutions et aux poursuites judiciaires, mme si bien des exemples attestent de cette pratique.

    cette poque, lusage des pseudonymes est trs largement rpandu et tolr, malgr les dispositions, dailleurs limites, du Concile de Trente (1546)4 et, en France, les dits royaux successifs (Henri II, 1547, 1551 ; Charles IX, 1573 ; Louis XIII, 16265) tendant, non sans hsitation, limposition du nom vritable de lauteur en tte des livres. Ainsi, le rpertoire de Pierre Conlon permet de constater que sur 396 ouvrages publis en 1696, 236 ne portent pas le vrai nom de leurs auteurs6. Certes, dans le feu des controverses, le recours au pseudonyme est souvent dnonc comme le fait dune me basse et lche, le cas chant par un auteur qui lui-mme nhsite pas adopter un nom demprunt ! Aussi cet usage, en soi, nest-il nullement la marque dun quelconque libertinage ni dune quel-conque htrodoxie ou dissidence. Les plus sourcilleux champions du Concile de Trente eux-mmes, commencer par le cardinal Bellarmin, recoururent aux pseudonymes dans leurs ouvrages de controverse antiprotestante7.

    Limportance de lusage des pseudonymes, cette poque, comme dispo-sitif dautoprotection ne doit pas tre minimise ; mais il ny a pas cet gard de spcificit libertine ; toute forme de dissidence tait susceptible de reprsenter un danger pour les auteurs, mmes les mieux protgs8.

    On ne cherchera donc pas ici une quelconque spcificit libertine dans lusage des pseudonymes, au-del de celle attendue pour lpoque que donne louvrage qui va nous servir de guide, en cela parfaitement reprsentatif : le mot de libertinage en effet renvoyant la fin du xviie sicle, souvent de manire diffrencie (ce qu