Jean-Pierre LANGEVIN, Prof. de littérature au Lycée Jean ...lyc- ?· Jean-Pierre LANGEVIN, Prof. de…

  • Published on
    13-Dec-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

Jean-Pierre LANGEVIN, Prof. de littrature au Lyce Jean-Pierre Vernant de Svres Cours interactif de littrature donn dans le cadre du Projet Europe, ducation, cole Diffusion en visioconfrence le 03 novembre 2016, de 10h10 12h00 En direct : http://melies.ac-versailles.fr/projet-europe/visio/ En diffr :http://www.projet-eee.eu - http://www.dailymotion.com/projeteee Programme : http://www.coin-philo.net/eee.16-17.prog.php Cours classs : http://www.coin-philo.net/eee.13-14.cours_philo_en_ligne.php Contact : projeteee@gmail.com

MYTHE, TRAGDIE ET AUTOBIOGRAPHIE DANS DIPE ROI DE SOPHOCLE ET DE PASOLINI

L, o Aristote prenait l'Oedipe roi de Sophocle comme exemple de tragdie remarquable parce que priptie et reconnaissance y coincident, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, qui s'interrogent sur les liens qui existent entre le mythe et la tragdie, verront dans cette mme pice la source d'un questionnement sur le personnage hroque, hrit du mythe archaque, mis en dbat et confront aux valeurs collectives de la cit. Les chapitres consacrs la pice dans Mythe et tragdie en Grce ancienne constitueront la base de notre rflexion, qui nous mnera expliciter les liens entre le mythe d'Oedipe et la pice de Sophocle, laquelle nous confronterons l'approche de Pasolini, rsolument freudienne, mais aussi dmarche d'un cinaste en qute d'un langage qui lui soit propre. Sans chercher une impossible synthse, nous verrons comment le destin du hros nous renvoie une interrogation sur le temps et la qute sacrilge de ce qui est enfoui et rvolu. Texte A Mythe et tragdie, qu'entendons-nous exactement par l ? Les tragdies, bien entendu, ne sont pas des mythes. On peut soutenir au contraire que le genre tragique fait son apparition la fin du VI me sicle lorsque le langage du mythe cesse d'tre en prise sur le rel politique de la cit. L'univers tragique se situe entre deux mondes, et c'est cette double rfrence au mythe, conu dsormais comme appartenant un temps rvolu mais encore prsent dans les consciences, et aux valeurs nouvelles dveloppes avec tant de rapidit par la cit de Pisistrate, de Clisthne, de Thmistocle, et de Pricls, qui constitue une de ses originalits, et le ressort mme de l'action. Dans le conflit tragique, le hros, le roi, le tyran apparaissent bien engags encore dans la tradition hroque et mythique, mais la solution du drame leur chappe : elle n'est jamais donne par le hros solitaire, elle traduit toujours le triomphe des valeurs collectives imposes par la nouvelle cit dmocratique.

Prface de Mythe et tragdie en Grce ancienne, 1972, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet

2

Texte B Les personnages hroques rapprochs par le langage de l'homme ordinaire, ne sont pas seulement rendus prsents sur la scne aux yeux de tous les spectateurs, mais travers les discussions qui les opposent aux choristes ou les uns aux autres, ils deviennent l'objet d'un dbat ; ils sont en quelque sorte mis en question devant le public. De son ct, le choeur, dans les parties chantes, exalte moins les vertus exemplaires du hros, comme dans la tradition lyrique de Simonide ou de Pindare, qu'il ne s'inquite et ne s'interroge son sujet. Dans le cadre nouveau du jeu tragique, le hros a donc cess d'tre un modle : il est devenu, pour lui-mme et pour les autres, un problme.

Le moment historique de la tragdie , dans Mythe et tragdie en Grce ancienne, 1972, J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet

Texte C Oedipe va jusqu'au bout. Et au bout du chemin qu'il a envers et contre tous trac, Oedipe dcouvre qu'en menant le jeu du dbut la fin c'est lui-mme du dbut la fin, qui a t jou. Aussi pourra-t-il dans le moment o il se reconnat responsable d'avoir de ses propres mains forg son malheur, accuser les dieux d'avoir tout prpar et tout fait. L'quivoque dans les propos d'Oedipe correspond au statut ambigu qui lui est confr dans le drame et sur lequel toute la tragdie est construite. Quand Oedipe parle, il lui arrive de dire autre chose ou le contraire de ce qu'il dit. L'ambigut de ses propos ne traduit pas la duplicit de son caractre, qui est tout d'une pice, mais plus profondment la dualit de son tre. Oedipe est double. Il constitue par lui-mme une nigme dont il ne devinera le sens qu'en se dcouvrant en tout point le contraire de ce qu'il croyait et paraissait tre. Le discours secret qui s'institue, sans qu'il le sache, au sein de son propre discours, Oedipe ne l'entend pas.

Ambigut et renversement. Sur la structure nigmatique d'Oedipe roi

Texte D Oedipe, surgit dans le film du seul nom qui constitue son histoire, il est imprgn de l'histoire de Pasolini, de sa gnalogie, de sa mmoire. Pier Paolo Pasolini assigne au personnage des lments de sa propre vie, des autobiographmes . Il est le sujet part entire de cette fiction. Il s'engage dans l'autobiographie en mettant en scne une fiction et en s'y impliquant. A travers Oedipe merge une figure possible de lui-mme. Ainsi, selon le vu qu'il exprime dans L'exprience hrtique, une possibilit nouvelle se prsente : parler indirectement travers un quelconque alibi narratif la premire personne.

Oedipe roi de Pasolini, Potique de la mimesis, Florence Bernard de Courville LHarmattan, 2012

3

Version rdige du cours Intro : Parmi les diffrents visages que peut prendre Oedipe, celui qui suscite le plus notre attention, c'est celui d'un homme qui erre sans trouver sa place, qui ne parvient pas tre sa vraie place. Il en est chass quand il nat, trouve un nouveau lieu o vivre, Corinthe, qui lui devient invivable, et s'tablira comme roi dans cette cit, Thbes, o sa prsence fera de lui un criminel, ce qui dclenchera un nouvel exil. Homme sans lieu, quel est donc son vrai visage, celui du dfi rieur face Laos que prend Franco Citti dans le film de Pasolini, celui du roi longue barbe, l'imposante couronne qui est entr dans le rle paternel, du roi protecteur de la cit ? Ce sont deux visages si diffrents, si proches pourtant dans le temps, qu'ils ne peuvent qu'attirer notre attention sur l'identit mouvante d'Oedipe. Oedipe contretemps , c'est le titre que donne JP Vernant son chapitre consacr au personnage dans L'univers, les dieux, les hommes, ce qui signifie que celui-ci, quand il semble avoir trouv sa place, n'y est pas entr dans la bonne temporalit, puisqu'il a non pas succd son pre mais a pris sa place. Ainsi ce qui apparat essentiel, c'est la capacit d'Oedipe symboliser l'nigme de l'homme, l'identit non acheve mais objet d'une recherche. Nous allons tenter de cerner cette nigme, d'explorer toute l'ambigut du personnage, en remontant la source, au sens que peut prendre la pice Athnes au Vme sicle, et nous serons clairs en cela par l'ouvrage de Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet : Mythe et tragdie en Grce ancienne. J'y ferai souvent rfrence en renvoyant principalement au nom du philosophe. Nous serons alors bien loin d'une lecture freudienne, que JP Vernant critique car il considre que le destin d'Oedipe renvoie aux questions que se pose la cit athnienne sur l'homme, ses actes et leur lgalit. La dimension autobiographique du film de Pasolini s'loigne assez nettement de ce propos, mais nous verrons qu'en projetant son existence sur celle du personnage mythique, en le dsacralisant, Pasolini en retrouve certains aspects essentiels. Tout d'abord, nous verrons un personnage objet d'un questionnement, d'un dbat, puis ce sera le renversement, l'ambigut et la dualit caractristiques de son destin que nous analyserons... Un personnage en dbat : Notre point de dpart sera un propos plus gnral sur le hros tragique, qui nous amnera ensuite Oedipe. Le personnage hroque, hrit d'une longue tradition, est issu d'un mythe qui voque un temps des origines. Quand il apparat dans les tragdies du Vme sicle, les valeurs qu'il illustre ne sont plus celles de la cit. C'est cette opposition fondamentale entre mythe et tragdie que Mythe et tragdie en Grce ancienne met en exergue. Lecture texte A : Prface de Mythe et tragdie en Grce ancienne (1972), Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet Mythe et tragdie, qu'entendons-nous exactement par l ? Les tragdies, bien entendu, ne sont pas des mythes. On peut soutenir au contraire que le genre tragique fait son apparition la fin du VI me sicle lorsque le langage du mythe cesse d'tre en prise sur le rel politique de la cit. L'univers tragique se situe entre deux mondes, et c'est cette double rfrence au mythe, conu dsormais comme appartenant un temps rvolu mais encore prsent dans les consciences, et aux valeurs nouvelles dveloppes avec tant de rapidit par la cit de Pisistrate, de Clisthne, de Thmistocle, et de Pricls, qui constitue une de ses originalits, et le ressort mme de l'action. Dans le conflit tragique, le hros, le roi, le tyran apparaissent bien engags encore dans la tradition hroque et mythique, mais la solution du drame leur chappe : elle n'est jamais donne par le hros solitaire, elle traduit toujours le triomphe des valeurs collectives imposes par la nouvelle cit dmocratique.

4

Commentaire : Ainsi, l'univers que prsente la tragdie est peru par le spectateur comme ancien, dpass, et le spectacle qu'est la tragdie montre la confrontation entre les valeurs hroques, les croyances anciennes, les familles royales des personnages, tout ce que la cit athnienne a d remettre en cause pour laborer progressivement un nouveau modle, une nouvelle lgislation, qui est celle de la dmocratie. Dans notre pice, cette confrontation se fait jour ds qu'Oedipe rvle sa nature despotique. Lecture texte B : Le moment historique de la tragdie , dans Mythe et tragdie en Grce ancienne ( 1972 ), J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet Les personnages hroques rapprochs par le langage de l'homme ordinaire, ne sont pas seulement rendus prsents sur la scne aux yeux de tous les spectateurs, mais travers les discussions qui les opposent aux choristes ou les uns aux autres, ils deviennent l'objet d'un dbat ; ils sont en quelque sorte mis en question devant le public. De son ct, le choeur, dans les parties chantes, exalte moins les vertus exemplaires du hros, comme dans la tradition lyrique de Simonide ou de Pindare, qu'il ne s'inquite et ne s'interroge son sujet. Dans le cadre nouveau du jeu tragique, le hros a donc cess d'tre un modle : il est devenu, pour lui-mme et pour les autres, un problme. A commenter : En effet, c'est bien un personnage en dbat, et qui se dbat, que propose notre tragdie. Ses vertus sont soulignes, mais il est ensuite l'objet d'une interrogation. Comme Antigone dans la tragdie ponyme, le hros est confront aux lois de la cit. Oedipe qui tait dsign comme un sauveur, l'gal d'un dieu, puisqu'Apollon lui-mme tait dsign de cette manire, bascule dans la colre, l'excs, que ce soit face Tirsias ou Cron, qu'il menace de mort alors qu'ils reprsentent deux formes de sagesse. La dmesure du hros, qui est propre sa nature extraordinaire, se trouve en conflit avec les valeurs collectives, qui s'expriment dans les chants du choeur. Sa grandeur va progressivement tre remise en question, va devenir l'objet de la rflexion du Choeur, qui oscille entre la dfense du hros et l'inquitude, l'interrogation. Nous voyons cette volution apparatre, du premier au deuxime Stasimon. Dans le premier, aprs le conflit entre Oedipe et Tirsias, le Choeur chante son soutien en ces termes : Ni dans le pass ni dans le prsent, je ne trouve la moindre preuve qui me force partir en guerre contre le renom bien assis d'Oedipe...(et plus loin)...jamais mon cur ne lui imputera un crime . Mais au deuxime, le ton a chang et se fait accusateur, visant le comportement du despote dans cette formule importante : La dmesure enfante le tyran. Lorsque la dmesure s'est gave follement, sans souci de l'heure ni de son intrt (...), la voil soudain qui s'abme dans un prcipice fatal (...) . Et plus loin : Celui en revanche qui va son chemin, talant son orgueil dans ses gestes et ses mots, sans crainte de la Justice, sans respect des temples divins, celui-l, je le voue un sort douloureux, qui chtie son orgueil funeste . Nous voyons bien quel point le Choeur est en train de juger le comportement d'Oedipe, avec un lexique judiciaire : preuve, crime, Justice, chtiment , c'est en ces termes qu'il remet en question devant le public athnien un mode de gouvernement autoritaire, et renvoie un questionnement juridique et politique. JP Vernant cite alors une formule emprunte un spcialiste allemand de la tragdie grecque : la tragdie prend naissance quand on commence regarder le mythe avec l'oeil du citoyen . Ce qu'il faut retenir, c'est que l'intensit de la tragdie, et Oedipe roi avec son personnage au destin funeste en est un bon exemple, provient de cette distance entre les valeurs anciennes vhicules par le mythe, qui sont remises en question, voire en accusation, par les nouvelles lois qu'labore en son sein la cit athnienne. De mme, l'interrogation que soulve Oedipe roi porte sur la responsabilit : JP Vernant montre que la catgorie mme de la volont n'est pas clairement dfinie dans

5

la Grce antique, et que la tragdie propose une mise en question de l'homme en tant qu'agent. Il existe l une certaine ambigut : Oedipe n'a rien fait qui du point de vue du droit puisse lui tre reproch, et pourtant il est l'issue de son enqute devenu hors-la-loi, criminel bannir tout jamais de la cit. Je ne peux pas ici dvelopper cette notion, je vous renvoie au chapitre Ebauches de la volont du livre dj cit. L'ide d'intention pour les grecs reste floue, mais on voit dans notre pice cette hsitation entre l'ide que le hros est victime d'une maldiction, agi par les dieux, et cette prise en main de son propre destin qu'il accomplit en menant l'enqute et en se crevant les yeux, chtiment qu'il s'inflige lui-mme et dont nous savons qu'il est une invention de l'poque de Sophocle puisque dans les versions du mythe plus anciennes, il restait au pouvoir, malheureux mais non dchu. Dans toute cette partie, il est question essentiellement du sens de la tragdie dans la Grce antique, comment le confronter cependant au film de Pasolini ? Le cinaste est assez fidle au texte de Sophocle, dans le sens o il l'a traduit en italien, qu'il en reprend de larges extraits et le droulement de la pice. Mais il ne cherche pas restituer Athnes au Vme sicle, ou Thbes. Il part du principe que le mythe n'est pas attach une poque, il ne veut pas ancrer la tragdie dans l'Histoire de la Grce : en tournant au Maroc, en cherchant des ides de costumes dans des livres sur la Perse ou les Aztques, il veut montrer que le destin d'Oedipe est mtahistorique , comme il le dit, il reconstitue une sorte de prhistoire de l'humanit. Il opre aussi un brassage des poques, car le prologue se situe dans l'Italie des annes 20, l'pilogue dans celle des annes 60. Mais l o le film rejoint en un sens l'ide que le personnage est objet d'un dbat, ce n'est pas ici travers le Choeur, conscience collective, mais tra...

Recommended

View more >