Click here to load reader

La Construction Navale En Bois Primaire Musee Marine Fr

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of La Construction Navale En Bois Primaire Musee Marine Fr

  • La construction navale en bois aux XVIIe et XVIIIe sicles

  • Repres

    La construction navale en bois aux XVIIe et XVIIIe sicles

    L'intention du roi est qu'il soit fait, en chaque arsenal, des modles en petit d'un vaisseau [] et il faudra que ces modles soient faits avec autant d'exactitude et de justesse qu'ils servent perptuellement pour les mesures et les proportions tous les vaisseaux qui seront construits dans l'avenir.

    Dcret de Colbert, 31 octobre 1678

    Une construction de plus en plus organise

    Jusquau XVIIIe sicle, la construction navale volue de manire empirique. La formation des matres-constructeurs s'effectue dans un cadre priv et le corpus des connaissances transmises demeure mal connu. Ni rgle mathmatique, ni dessin prparatoire ne nous sont parvenus. En France, cest Colbert qui dcide de nationaliser l'art de construire des navires. Les premires rgles sont fixes partir de 1671. Ce nest toutefois quavec Maurepas, Secrtaire d'tat la Marine (17231749), quest franchi le pas dcisif. A limitation de la mthode despionnage utilise par Colbert, le ministre envoie des agents dont la mission dfinie par le roi est claire : rapporter dans les arsenaux franais des informations techniques de construction navale anglaise et hollandaise pour amliorer la production. Limportance de la formation est reconnue et l'Inspecteur gnral de la Marine, Duhamel du Monceau, propose en 1741 la cration dune Ecole de construction navale.

    Des maquettes pour modles

    En 1678, Colbert rdige un dcret demandant la ralisation de modles prcis de tous les types de navires construits dans les arsenaux du Royaume. Ainsi, concepteurs et ouvriers ne fabriquent pas seulement des navires, mais galement des maquettes chelle rduite de ces btiments. Celles que l'on voit dans le muse sont contemporaines des navires qu'elles reprsentent. Ce sont des objets tmoins, construits en mme temps et dans le mme lieu que le navire rel, et destins conserver l'apparence et les caractristiques de btiments remarquables l'poque, par leur modernit ou par leur qualit de conception. Certains modles, raliss grande chelle, servent exclusivement l'enseignement technique des lves officiers. On parle alors de modles d'instruction. Cet ensemble constitue un patrimoine et une source exceptionnellement riche de l'histoire de la Marine.

    Lintense activit des arsenaux

    Le mot arsenal vient de larabe dar as sinaa, la maison o lon construit. Un vaisseau nat sur ordre du roi, dtermin par les besoins de la flotte (constitution, renouvellement, entretien). L'arsenal doit rpondre quatre exigences : abriter, construire, entretenir et armer les navires. Cest un espace stratgique. Ferm et protg, il assure une protection contre lespionnage et contre les incendies. C'est aussi le lieu de reprsentation du pouvoir central : lIntendant est le roi prsent dans larsenal . En France, l'poque de Colbert, trois grands arsenaux quipent, entretiennent et arment la flotte : Brest, Rochefort et Toulon. Pour installer un arsenal, il faut un lieu runissant toutes les conditions ncessaires : protection du port, protection contre les vents, richesse de l'arrire-pays, amnagement des accs terrestres pour lacheminement des matriaux utiles la construction.

    L'arsenal de Brest, voulu par Richelieu se dveloppe partir de 1670. Il bnficie dune trs bonne situation sur lAtlantique. Le site de Toulon est son quivalent sur la Mditerrane. Larsenal de Rochefort est cr en 1666 sur la Charente, 25 km de la mer. Sa ralisation ncessite dnormes dpenses.

    La construction d'un navire met en jeu des savoir-faire complexes et pose des problmes de logistique considrables, en raison des poids et des volumes assembler et dplacer. Des innovations voient le jour pour mcaniser, rationaliser et faciliter ces oprations. Sige dune vritable activit industrielle, larsenal dispose dune importante population ouvrire. Ses principaux corps de mtiers sont les matres de haches, qui deviennent les matres-constructeurs (architectes), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de mtiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spcialiss prparent les pices ncessaires au navire : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges. Le mlange de groupes sociaux et de mtiers, d'origines et d'intrts, gnrent des tensions, des abus, des dbordements. Cette concentration entrane la cration dune police des arsenaux. Les trafics sont directement lis lintense activit de larsenal commande par le roi. Vritable poumon de la ville, larsenal rythme la croissance et la prosprit de la cit. La variation des commandes royales a des consquences directes sur lensemble des habitants de la rgion.

  • Les bois de marine

    Un navire de guerre est une fort sur l'eau. Le chne reprsente 90 % de ses besoins en bois. La construction dun vaisseau de 74 canons (60 m de long) ncessite l'abattage denviron 2 500 chnes centenaires. Le renouvellement de la flotte suppose donc une gestion soigne des forts. On utilise presque exclusivement le chne pour la coque des navires. L'approvisionnement des arsenaux, garanti par des ordonnances royales depuis le Moyen-Age, est rigoureusement rglement par Richelieu puis par Colbert qui instaure le marquage des arbres rserves la Marine dans toutes les forts de France. Les mts sont en pin ou en sapin, bois choisis pour leur lgret et leur lasticit. Les meilleurs, de grande longvit, sont imports des pays nordiques et de l'Europe centrale. Les ornements sont sculpts dans du peuplier et des rsineux. Les apparaux et pices d'accastillage utilisent au mieux les qualits physiques et mcaniques propres certaines essences comme le htre, le frne, l'orme et le gayac. Afin d'obtenir la plus grande flexibilit des lments de la charpente et de garantir l'lasticit de leurs liaisons, les pices sont tailles en utilisant au mieux la courbure naturelle des fibres du bois. Un chne peut ainsi donner des bois droits, des bois torts et des bois courbes. Les arbres abattus sont quarris en fort, la hache. Les pices dfinitives sont faonnes daprs des gabarits dduits des tracs de la coque dessins par les ingnieurs. Les charpentiers utilisent pour ce faire des haches et des herminettes. Seuls les bois longs destins la confection des bordages sont dbits la scie.

    Le chantier de construction

    De la pose de la quille son lancement, la construction dun vaisseau dure entre 15 et 18 mois. La premire opration consiste prparer le chantier, installer un plan inclin form de billots de bois pour porter la quille du vaisseau. Cette rampe doit prsenter une inclinaison de 3 degrs environ pour faciliter la coule du navire vers la mer. Une orientation nord-sud du chantier assure une exposition rgulire au soleil et vite un asschement des bois de la charpente pendant sa construction. Pour les appareils de levage, on utilise le systme simple et robuste de mts en pin.

    Lassemblage de la coque

    On assemble dabord la quille (vritable colonne vertbrale du navire), ltrave ( lavant) et ltambot ( l'arrire, portant le gouvernail). Perpendiculairement la quille sont fixes les membrures qui donnent sa silhouette la coque. Viennent ensuite les bords qui habillent les membrures lintrieur puis lextrieur. Parfois, le passage ltuve est ncessaire pour que ces planches de bois pousent bien la forme de la coque (le bain de vapeur les rend flexibles). La construction des ponts (tages) est alors entreprise. Pour terminer, on procde au calfatage (impermabilisation) de la coque afin dassurer sa protection. Cette opration consiste boucher les interstices entre les bords avec des cordons d'toupe et recouvrir l'ensemble d'un mlange base de goudron, pour garantir l'tanchit et viter le pourrissement.

    Le lancement du navire

    La coque termine est orne de feuillages en signe de rjouissance. La premire opration qui prcde la mise leau, celle-ci tant prvue mare haute, consiste transfrer la charge de la coque un berceau de chne. Des cales sont enfonces sous la coque, en forant jusqu soulever le berceau pour dcoller la quille du sol. Cest alors le berceau qui supporte la charge du navire. Celui-ci est retenu par des cordages, fixs eux-mmes des poteaux damarrage. Leur rupture la hache libre lensemble qui glisse naturellement sur le plan inclin du chantier. Au cours du lancement, le navire est baptis. Cest le roi, ou ltat, qui choisit le nom des navires de guerre. Le navire lanc est ensuite lest de tonnes de pierres, mises au fond de la cale, pour assurer un meilleur quilibre. Pierres, sable, cailloux, galets, vieux canons crevs, barres de fer, boulets hors dusage, ces objets lourds permettent de rendre la coque plus stable en abaissant son centre de gravit. Le vieux lest, lav, est revendu aux navires de commerce par les navires de guerre qui en changent une fois tous les deux ans.

    Linstallation du grement

    Ce nest quune fois la coque mise leau qu'est install le grement. Un seul tronc ne suffit pas fabriquer un mt. Il est constitu de plusieurs troncs assembls et maintenus par des cercles de fer. Pour installer la partie basse des mts et la fixer au fond de la coque, on utilise une grue flottante appele machine mter. Cest une opration dlicate : sur un navire de 60 m de long, le grand-mt a un diamtre denviron 1 m et une hauteur de plus de 60 m. De la proue la poupe, les mts portent les noms suivants : mt de beaupr, mt de misaine, grand mt, mt dartimon. Il faut 84 tonnes de cordages trs rsistants pour maintenir la mture, manuvrer les voiles, attacher les canons, retenir les ancres Les cordages sont fabriqus par torsion de centaines de fils de chanvre. Ils doivent tre rsistants car ancre et canon de gros calibre psent jusqu 4 tonnes. Ils sont goudronnes le plus souvent pour rsister leau de mer. Toutes les voiles n'ont pas la mme forme. Les voiles trapzodales (dites carres) sont les voiles de propulsion. Les voiles triangulaires aident le gouvernail modifier la direction du navire. Toutes, elles sont confectionnes dans de la toile de chanvre. Elles reprsentent 3 000 m2 de surface. Le matre-voilier renforce toutes les bordures des voiles, surtout les angles sur lesquels sont fixs de petits cordages appels manuvres. Un gabier, matelot charg des voiles, doit retenir le nom de 21 voiles majeures, 11 parties de mts et 21 vergues. Et il faut y ajouter les noms des poulies et diffrents cordages.

    Larmement et lentretien

    Larmement consiste non seulement doter le navire dinstruments de dfense et de combat comme les canons mais aussi embarquer les vivres et le mobilier. Sur les plus gros vaisseaux, vritables plates-formes dartillerie, 120 canons stagent sur 3 ponts. Lquipage est constitu en moyenne de dix hommes par canon. Le radoub est lentretien et la rparation de la coque. Cette opration, galement appele carnage, consiste coucher le navire sur le ct afin davoir accs aux parties habituellement immerges. Le goudron est brl, fondu et t de la coque pour liminer parasites et algues qui alourdissent la coque.

  • La dcoration navale

    Sous l'Ancien Rgime, la dcoration navale n'est pas considre comme un art part entire. Elle est un symbole, l'affirmation d'une grande puissance face ses rivales. Les vaisseaux de Louis XIV se caractrisent par leur abondant dcor, souvent peint en trompe-lil, inspir par la mythologie. La sculpture est alors affaire de propagande. Des balcons sur la poupe et le fronton prsentent une vaste surface propice la dcoration. Lperon qui prolonge ltrave met en valeur la figure de proue. De grands artistes du roi tels Puget, Lebrun ou Brain participent la cration de ces ornementations. Celles-ci, une fois approuves, sont excutes sous la direction de matres-sculpteurs renomms. Sous Louis XV, la hauteur de la partie merge de la coque se rduit et le dcor de poupe diminue. La rduction du dcor saccentue encore sous Louis XVI. On estime alors que la richesse du dcor permet de reconnatre trop facilement le navire et que son poids peut rduire ses performances. A la fin de lAncien Rgime, les emblmes royaux sont remplacs par ceux de la Rpublique. Le noir et le blanc habillent les navires et la dcoration se simplifie au fil du XIXe sicle.

    Biographies

    Jean-Baptiste Colbert (1619-1683)

    Secrtaire d'tat la Marine en 1669, Colbert poursuit la politique maritime initie par Richelieu et Fouquet : protection du commerce au long cours, vers le Levant et outre-Atlantique, dveloppement de la production intrieure pour assurer l'indpendance nationale, affirmation de la puissance du roi sur mer comme sur terre. Pendant 20 ans, son action considrable marque la vraie naissance de la marine franaise : fondation ou rorganisation des trois grands arsenaux du Royaume : Brest, Toulon et Rochefort ; mise en place d'un rseau de fortifications de dfense du rivage; construction et entretien d'une flotte permanente de 120 navires dont 80 vaisseaux de ligne ; cration d'une industrie nationale de guerre (forges, corderie, gestion des bois) ; mise en place d'un systme de recrutement des quipages ; effort de rationalisation des mthodes de construction navale et des types de navires. Sous son impulsion, toutes les forces vives du Royaume participent la construction de la Marine de Louis XIV.

    Henri-Louis Duhamel du Monceau (1700-1782)

    Il est l'un des hommes les plus instruits de son temps, reconnu en tant que botaniste et agronome, l'origine de l'Encyclopdie, rdacteur de la Description des Arts et Mtiers, prsident de l'Acadmie des Sciences en 1743, 1756 et 1768. Son attachement et ses travaux relatifs la Marine sont aussi remarquables. Conseiller scientifique ds 1730 du ministre de la Marine, Maurepas, il accomplit dans ce domaine une uvre magistrale et novatrice taye par des ouvrages fondamentaux dont le Trait de la fabrique des manuvres pour les vaisseaux ou lart de la corderie perfectionne, Elments d'Architecture navale, De l'exploitation des bois... Inspecteur gnral de la Marine en 1739, il est le crateur de l'Ecole de Paris, prfiguration de l'Ecole du Gnie maritime. En 1748, le legs Louis XV de sa collection de modles de navires en fait le fondateur du muse national de la Marine.

    Jacques-Nol San (1740-1831)

    Il entre larsenal de Brest 15 ans. Nomm lve-constructeur en 1758, San devient ingnieur en 1774. Il est charg de la construction du vaisseau de 64 canons, Sphynx, puis tablit les plans de deux navires de 74 canons, Annibal (1778) et Northumberland (1780). Aprs la Guerre dIndpendance amricaine, le marchal de Castries, ministre de la Marine, dcide llaboration dun vaste programme de rationalisation de la construction navale. Il ne retient que trois types de vaisseaux : 74, 80 et 118 canons. En 1782, les plans de San sont choisis pour le vaisseau de 74 canons ; en 1786, pour le vaisseau de 118 canons ; en 1787, pour celui de 80 canons. Tous les vaisseaux franais construits entre 1782 et 1828 le sont sur les plans, devis et modles tablis par San. Sous la Rvolution et lEmpire, il devient administrateur et directeur de larsenal de Brest, puis responsable de lensemble des Constructions navales. Concepteur de plus de 150 navires, il est considr comme le plus brillant ingnieur naval de tous les temps.

    Bibliographie

    Martine Acerra, Rochefort et la construction navale franaise (1661-1815), Librairie de lInde, 1994 Jean Boudriot, Le vaisseau de 74 canons : Trait pratique dart naval, Ancre, 1977 Michel Mourre, Dictionnaire encyclopdique d'histoire, Bordas, 1996 Catalogue d'exposition, Du bois dont on fait les vaisseaux 1650-1850, Service Historique de la Marine, 1997 Catalogue d'exposition, Les Gnies de la mer : chefs duvre de la sculpture navale, Muse national de la Marine, 2001

    Muse national de la Marine Auteurs : Service culturel, Paris 2005

  • Documents

    La construction navale en bois aux XVIIe et XVIIIe sicles

    1. Une dcision royale Louis XIV, Ordonnance royale : Du Conseil de construction, 1689

    Veut Sa Majest que dans chacun des ports de Brest, Toulon, Rochefort, il soit assembl un Conseil de construction pour examiner les plans des vaisseaux dont elle a ordonn la construction. Lorsque Sa Majest ordonnera la tenue dun Conseil de construction pour lexamen dun plan de vaisseau, il sera prsent au Conseil par lingnieur constructeur qui aura eu lordre de la dresser. Ce plan sera accompagn des calculs, des devis, des dimensions et proportions de la mture et des logements. Le Conseil ayant examin les plans et devis enverra avec son avis au Secrtaire dEtat qui fera connatre au Commandant les intentions de Sa Majest. Le plan et devis approuvs par Sa Majest seront remis au contrleur de la Marine et lingnieur constructeur charg de lexcution.

    2. La fabrication des modles Colbert, Dcret du 31 octobre 1678

    L'intention du Roi est qu'il soit fait, en chaque arsenal, des modles en petit d'un vaisseau dans lesquels les mesures seront rduites au 1/12e ou au 1/20e de toutes leurs proportions et mesures ; et il faudra que ces modles soient faits avec autant d'exactitude et de justesse qu'ils servent perptuellement pour les mesures et les proportions tous les vaisseaux qui seront construits dans l'avenir.

    3. Les principaux corps de mtiers Louis XIV, Ordonnance royale : Pour les armes navales et les arsenaux de Marine, 1689

    Il sera remis au Capitaine de vaisseau, charg de suivre la construction, une copie des devis lun des bois et des fers ncessaires pour son excution avec leurs dimensions et le plan du vaisseau. Le Capitaine de vaisseau observera si les bois sont de bonne qualit et si les fers sont bons. Il verra pareillement si lIngnieur constructeur ne scarte pas des dimensions fixes sur les plans et devis et si le travail du vaisseau et de la mture se fait de la manire la plus solide. Il remettra tous les matins au Commandant, un tat sign de lui de lavancement de louvrage. LInspecteur des constructions visitera les ports o Sa Majest fait construire des vaisseaux, et apprendra aux charpentiers la manire den faire des plans et profils avant que den commencer la construction. LIngnieur constructeur rendra exactement compte des constructions et radoubs au commandant et lIntendant. Le matre-sculpteur fera un plan double de la sculpture de chaque vaisseau quil prsentera lIntendant pour tre ensuite envoy au Secrtaire dEtat la Marine. Le plan approuv sera remis au matre-sculpteur pour en suivre lexcution. Le matre-mteur assistera la rception des mts, dira son avis sur leur qualit, il aura soin de leur conservation, quils soient toujours assujettis sous leau sale dans les fosses, de manire quils puissent prendre aucun faux pli et quils ne demeurent pas exposs la pluie ou au soleil. Les matres-charpentiers distribueront louvrage aux ouvriers, les empcheront de dbiter des pices de bois en copeaux et de quitter louvrage avant lheure. Le matre-calfat sera aussi prsent la visite et la carne du vaisseau ; il examinera avec soin si les coutures sont bien calfates. Le matre-voilier vrifiera les voiles et si elles sont de mesure et en tat de servir, si celles de rechange sont de la grandeur.

  • 4. Les effectifs Martine Acerra, Rochefort et la construction navale franaise (1661-1815), Thse soutenue la Sorbonne en 1992

    Ateliers

    Matres et contre-matres

    Ouvriers

    Total

    Construction

    18

    380

    398

    Forges

    6

    100

    106

    Perceurs

    6

    50

    56

    Scieurs de long

    0

    20

    20

    Calfats

    9

    130

    139

    Corderie

    6

    180

    186

    Mture

    3

    15

    18

    Voilure

    4

    15

    19

    Sculpture

    2

    12

    14

    Peinture

    3

    15

    18

    Menuiserie

    4

    26

    30

    Matelots (manuvres du port)

    7

    240

    247

    Gardiens (vaisseaux et magasins)

    0

    117

    117

    Total gnral

    68

    1 300

    1 368

    5. Instructions de Colbert Pierre Clment, Extrait de Lettres, instructions et mmoires de Colbert (1666), Marine et galres, 1864

    Il faut toujours acheter en France prfrablement aux pays trangers parce que largent ne sortant pas du royaume, cest un double avantage ltat, il nappauvrit point, et les sujets de Sa Majest gagnent leur vie et excitent leur industrie. Les milliers de fers demands en Espagne auraient pu tre fabriqus, dans les forges dAngoumois, Poitou, Prigord et Guyenne et mme en celles de Bretagne, et comme la France est plus abondante en fer de toute qualit quaucun autre pays du monde, il faut travailler faire en sorte que la manufacture de fer soit aussi bonne que celle dEspagne. Pour le goudron, il faut donner ordre au sieur Lombard, de Bordeaux, denvoyer toute la quantit qui sen fera en Mdoc. Pour les boulets, la Bretagne, lAngoumois et le Nivernais en peuvent fournir une quantit suffisante. Pour les poudres, jai donn ordre den faire voiturer cent milliers Brest et autant la Rochelle. Pour les cordages, il faut travailler continuellement amasser des chanvres, et faire travailler la Corderie, afin que larme nen puisse manquer en cas daccident. Pour les voiles, il est bon den faire une bonne provision. Pour du bois, outre celui qui sera tir de la Fort du Faou [prs de Brest] et des autres forts du royaume, jai donn ordre den faire venir de Hollande et du Nord. Pour des mts, la Couronne de Sude a fait prsent au Roi de la charge dun ou deux grands vaisseaux. Il faut faire toute la diligence possible pour en avoir du ct des Pyrnes.

    6. La description d'un arsenal

    Colbert, Mmoire du 8 octobre 1670

    Pour bien former et rendre parfait un arsenal de Marine, il est ncessaire qu'il y ait, s'il est possible, un quai auquel soient amarrs tous les vaisseaux et que leur place ne change pas. Que vis--vis desdits vaisseaux, et tout proche de chacun d'eux, il y ait son magasin particulier, dans lequel soient enferms tous les agrs, apparaux, armes et munitions de son armement. Sur la porte de chacun des magasins particuliers sera crit en grosses lettres : Magasin du Vaisseau ou seulement le nom du vaisseau, afin que ce grand ordre paraisse aux yeux de tout le monde. Claude Perrault, Relations du voyage fait en 1669

    Ce btiment s'appelle une forme, parce qu'il est en quelque faon de la forme d'un navire. C'est une fosse joignant le cours de la rivire, dans laquelle on fait entrer le vaisseau par une gorge troite qui se ferme par le moyen de deux battants, et ensuite on tire l'eau qui est enferme dans la fosse avec des pompes, calfeutrant les jointures des battants mesure que l'eau s'abaisse afin qu'aprs que toute l'eau est vide, on puisse travailler au-dessous du vaisseau, qui a t doucement pos sur des trteaux lorsque l'eau en s'abaissant l'a laiss descendre. Car, par ce moyen, lorsque le vaisseau a t raccommod loisir, on ouvre les portes et l'eau rentrant dans la fosse lve le navire de dessus les trteaux et le met en tat de sortir de la fosse et d'entrer dans le havre.

  • 7. Les problmes de scurit

    Louis XIV, Ordonnance royale, 1689

    On veillera ce quaucun entretenu dans le port ne sassocie avec les entrepreneurs, parce que cette association dfendue par les ordonnances entrane toujours avec elle des complaisances dans lexamen des marchandises et en fait admettre en recette plus quil ne devrait en tre reu ou dune qualit infrieure au service. Auteur anonyme sur la disparition dun stock de bois Rochefort en 1754

    On marque que les bois qui ont t vols en ce port, ont t pris par les commissaires et crivains et employs par eux pour btir des maisons ; quils ont aussi pris des ferrures dans les forges du roi et quils se servent quotidiennement des ouvriers pays par Sa Majest, faisant passer toutes ses dpenses sur les radoubs, les ouvriers nosant rien dire de peur dtre chasss du travail. Le carcan sera rtabli pour y mettre les ouvriers et journaliers qui pour des fautes dont la nature ne peut mriter la mort ni mme la peine des galres, doivent cependant tre punis dune plus grande peine que la prison. Dclaration de lIntendant de larsenal de Rochefort en 1669

    Nous avons des coquins que lon ne peut tenir ds quils sentent une fille. On trouve des charpentiers avec plus de facilit Brest. Ici, nos charpentiers sont marchands, btisseurs, ont mille affaires pour leur compte ainsi quon a des peines les tenir ; ceux de Brest sont des paysans dociles. Dclaration de l'intendant de l'arsenal de Rochefort la police de la ville en 1756

    Je ne puis mempcher de vous prvenir que tant que la police de Rochefort sur la nature des habitants, sur la quantit de cabarets et autres refuges de mauvais sujets, la propret et autres objets utiles la conservation du port et des sujets qui lhabitent, ne sera pas dfre lIntendant de marine, ce pays-ci sera toujours en dsordre. LIntendant est le seul matre de lentre du port. On a fait la visite de lenceinte du port et lon a trouv des traces de murs escalads : une jarretire boucle sur lun, des marques de passages en dautres endroits, des clous placs dans les murs.

    8. La formation des ouvriers

    Recrutement

    Martine Acerra, Rochefort et la construction navale franaise (1661-1815), Thse soutenue la Sorbonne en 1992

    En passant Quimpercorantin, jai retir du collge des Jsuites, un des enfants du sieur Hubac, g de 15 ans et lai remis entre les mains de son pre pour en faire un bon matre-charpentier au lieu dun juge de village. Cest un petit garon qui a une physionomie fort bonne et fort spirituelle. Je lui ai promis que quand il aurait t un an auprs de son pre pour apprendre le bois et les commencements de sa profession, que le Roi lentretiendrait quelques temps Paris pour y apprendre dessiner, Sa Majest lui ferait encore la grce de le faire voyager en Hollande et en Angleterre, pour le rendre fort habile. Extrait de la thse de Martine Acerra, Rochefort et la construction navale franaise (1661-1815).

    Naissance d'une profession

    Duhamel du Monceau, Cration d'une cole de construction navale, 1741

    Ayant remarqu dans mes diffrentes tournes que la plupart des constructeurs travaillaient au hasard et sans principe, et que faute dtre suffisamment instruits ils manquaient beaucoup de vaisseaux, je proposai au Ministre en 1741, ltablissement dune Petite Ecole de la Marine Paris [aux Tuileries] o on leur enseignait les mathmatiques, la physique et la manire de calculer leurs plans de vaisseaux pour connatre avant la construction les bonnes ou mauvaises qualits des vaisseaux quils se proposaient de construire.

    Nous, soussigns, certifions que les sieurs qui ont t attachs lEcole de la Marine, ont eu pendant leur sjour Paris une trs bonne conduite, ayant toujours t fort appliqus leurs tudes, et quayant t examins sur larithmtique, la gomtrie, lalgbre, lapplication de lalgbre la gomtrie, la mcanique, le calcul intgral et diffrentiel [] ils sont en tat de travailler avec succs la construction des vaisseaux.

    Je nai pas t satisfait de M. qui quoique depuis deux ans lEcole, ne sait pas encore ses lments darithmtique et de gomtrie. Je ne puis vous dissimuler que ce jeune homme annonce peu de dispositions pour ltat auquel il se destine, ce qui est dautant plus fcheux que son pre distingu pour ses talents et ses services, aurait pu le former et lui transmettre les connaissances dans lart de la construction navale. Il rgne parmi les lves de lEcole une vive mulation qui ne peut tre entretenue que par une conviction entire que les lves qui, des dispositions heureuses runiront une grande application, auront toujours la prfrence.

    9. L'espionnage industriel Duhamel du Monceau, Cration d'une cole de construction navale, 1741

    Son unique soin devant tre dacqurir les connaissances propres former un habile constructeur, il sappliquera dabord et pendant quelques mois apprendre la langue du pays, il sinstruira ensuite des principes que les Anglais suivent la coupe de leurs vaisseaux, il tchera davoir des mmoires ou des cartes gnrales des proportions de chaque rang et ordre ; lorsquil y sera parvenu, il en dressera des plans dans lesquels il distinguera par des lignes de diffrentes couleurs les changements quil y aura entre les gabarits anglais et ceux de France, avec des observations particulires sur lesquels elles sont fondes ; sil peut avoir des plans des vaisseaux anglais qui sont le plus en rputation, il ne manquera pas den apporter et il nomettra rien pour approfondir lart et les principes de construction des Anglais parce que cest le principal objet de sa destination.

  • 10. Le dcor naval Lucie Delarue-Mardrus (1880-1945), La figure de proue, Edition Eugne Fasquelle, 1908

    La figure de proue allonge l'trave Vers les quatre infinis, le visage en avant S'lance; et, magnifique, enorgueilli de vent Le bateau tout entier la suit comme un esclave

    Les yeux ont la couleur du large doux-amer Mille relents salins ont gonfls ses narines Sa poitrine a hum mille brises marines Et sa bouche entr'ouverte a bu toute la mer

    Lors de son premier choc contre la vague ronde Quand, neuve, elle quitta le premier de ses ports Elle mit, pour voler, toutes voiles dehors Et ses jeunes marins criaient Au nord du monde

    Ce jour la mariait, vierge, avec l'Inconnu Le hasard, dsormais, la guette chaque rive Car, sur la proue aigu o son destin la rive Qui sait quels ocans laveront son front nu

    Elle naviguera dans l'oubli des temptes Sur l'argent des minuits et sur l'or des midis Et ses yeux pleureront les havres arrondis Quand les lames l'attaqueront comme des btes

    Elle saura tous les aspects, tous les climats La chaleur et le froid, l'Equateur et les ples Elle supportera sur ses frles paules Le monde, et tout le ciel aux pointes de ses mts

    Et toujours, face au large o neigent des mouettes Dans la scurit comme dans le pril Seule, elle mnera son vaisseau vers l'exil O s'en vont jamais les dsirs des potes

    Seule, elle affrontera les assauts furibonds De l'ennemi nigmatique et ses grands calmes Seule, son front, elle ceindra, telles des palmes Les souvenirs de tant de sommeils et de bonds []

    Louis XIII (1610-1643) Les vaisseaux sont directement inspirs des navires hollandais. Ils sont peints en couleurs courantes et peu onreuses : ocre rouge ou jaune, noir et blanc.

    Louis XIV (1643-1715) Les uvres mortes restent importantes l'arrire. La poupe offre de grandes surfaces propres une dcoration abondante. Les coques sont peintes alternativement de bandes noires et ocre jaune. L'intrieur est ocre rouge.

    Louis XV (1715-1774) Les navires sont moins hauts sur l'eau : les uvres mortes s'abaissent. La longueur des vaisseaux augmente pour une meilleure tenue la mer. Les ornements sculpts sont moins riches et moins pompeux.

    Louis XVI (1774-1792) Les uvres mortes s'abaissent davantage. Les navires s'allongent, atteignant 50 60 mtres. Le dcor s'appauvrit et la surface qui lui est rserve est limite.

    Premier Empire (1804-1814) La construction est standardise. La dcoration, considre comme inutile, s'appauvrit. Le noir et le blanc se gnralisent ; l'emploi du rouge moins frquent.

    Restauration (1814-1830) Le grement est allg et augment dans ses proportions. Le dcor de poupe se rsume un alignement de fentres et balcons. Seuls subsistent le noir et le blanc.

    Lexique

    Bbord Ct gauche sur un navire Bastingage Parapet bordant le pont d'un navire, dress pour se protger du feu de l'ennemi Bords Planches parallles la quille qui habillent la coque Bouteilles Parties latrales du chteau arrire, souvent dcores Cabestan Treuil vertical servant remonter une ancre Calfatage Action de rendre tanche la coque par la pose de filasse entre les bords puis de goudron Carne Flancs du navire, de la quille la ligne de flottaison trave Pice de bois prolongeant la quille, l'avant du navire Flottaison Intersection de la coque flot avec le plan horizontal dune eau tranquille Grement Ensemble des mts, voiles et cordages Haubans Cordages retenant les mts et grce auxquels les gabiers grimpent dans les vergues Hune Plate-forme tablie au milieu des mts uvres mortes Partie merge de la coque, au-dessus de la ligne de flottaison uvres vives Partie immerge de la coque, sous la ligne de flottaison Pont Niveau ou tage sur un navire Poupe Arrire du navire Proue Avant du navire Quille Pice situe la partie infrieure d'un navire supportant l'ensemble de la charpente Radoub Rparation du navire Rang Classification des vaisseaux d'aprs leur taille et leur armement Tribord Ct droit sur un navire Vergue Longue pice de bois dispose perpendiculairement aux mts et portant une voile

    Muse national de la Marine Auteurs : Service culturel, Paris 2005

  • Parcours 1er degr Paris

    La construction navale en bois aux XVIIe et XVIIIe sicles

    Objectifs Raconter une visite et lexploiter (Journal de classe)

    Comptences acqurir La capacit observer et mettre en relation les sources documentaires La capacit restituer une observation loral et lcrit

    Liens avec les programmes scolaires

    Matrise du langage et de la langue franaise

    Rapporter un vnement, un rcit, une observation de manire explicite Acqurir un vocabulaire spcifique et lemployer bon escient Rapporter devant la classe sa visite loral ou lcrit (compte-rendu) Mettre en relation des lments vus en classe et des objets reprs lors de la visite Construire un lexique et utiliser le vocabulaire bon escient Histoire

    Connatre et caractriser une priode : la monarchie absolue de Louis XIV Construire un outil : une chronologie Comprendre un document historique pour en dgager des informations simples Dcouverte du monde

    Dcouvrir une poque rvolue, en distinguant le pass proche et le pass lointain Identifier une information relative au pass Mathmatiques

    Comparer des grandeurs (notion de mesure) Se reprer dans une dimension rduite par rapport une dimension relle Reprer des formes simples Reprer, utiliser les plans et les cartes Comprendre la notion dchelle

  • Observation 1

    La description dun vaisseau

    - Observer la maquette. Reprer et nommer les parties principales de la coque. Reconnatre l'avant et l'arrire du vaisseau et les dcrire. - Reprer la partie de la coque toujours situe sous l'eau. De quelle couleur est-elle sur la maquette ?

    Sur place Modle du vaisseau Louis XV, 1720

    A l'appui Fiche Activits : 1. Principales parties d'un vaisseau

    Observation 2

    Le grement

    - Nommer les mts. Prciser quun trois-mts en comporte en ralit 4 (on ne comptabilise que ceux qui sont perpendiculaires la quille). - Observer la forme des voiles pour en dduire la fonction (carre pour la propulsion, triangulaire pour la direction). - Dcrire les diffrentes tapes de confection dun cordage. Rappeler quel en est la matire premire.

    Sur place Modle du vaisseau l'Achille, 1803 Machine mter, vers 1750 Modle de la corderie de Toulon, vers 1750 Matre cble du Juste, 1724

    A l'appui Fiche Repres : Linstallation du grement Fiche Activits : 1. Principales parties d'un vaisseau

    Observation 3

    Les bois de marine

    - Reconstituer les diffrentes tapes de transformation du bois, de son abattage la ralisation dun navire. - Reprer les diffrentes pices de bois tailles suivant la forme de larbre. - Expliquer le choix des essences (chne ou pin) en fonction des besoins (coque ou mts).

    Sur place Hache de charpentier, vers 1850 Srie de clous de bordage en fer et en cuivre Modle dtuve vapeur pour ployer les bords, vers 1750 Outils du matre calfat, vers 1800

    A l'appui Fiche Repres : Les bois de marine Fiche Documents : 3. Les principaux corps de mtiers Fiche Activits : 1. Planche du Dictionnaire de la Marine de Vial de Clairbois

    Observation 4

    Le chantier de construction

    - En observant la maquette, reprer les diffrents corps de mtiers. - Retrouver les tapes du chantier : choisir trois lments et les situer chronologiquement (quille, membrures, bords)

    Sur place Maquette d'un chantier de construction navale d'un vaisseau de 118 canons, vers 1800

    A l'appui Fiche Repres : Lassemblage de la coque Fiche Documents : 4. Les effectifs Fiche Activits : 4. Reconstitution des principales tapes de la construction d'un vaisseau

  • Observation 5

    La dcoration navale

    - Quel est le rle du dcor ? Retrouver les emplacements o le dcor est le plus important. - Rflchir au rle de la figure de proue pour les marins.

    Sur place Cire Lion bondissant, projet de figure de proue pour le vaisseau LActif, 1752 Tableau Portrait dun sculpteur de figures de proue, 1845 Buste de Napolon, figure de proue du vaisseau Ina, 1846 / Modle du vaisseau Valmy, 1842

    A l'appui Fiche Repres : La dcoration navale Fiche Documents : 10. Le dcor naval Fiche Activits : 2. Dessins prparatoires du Royal Louis

    Observation 6

    Le lancement du navire

    - Reprer le sens dans lequel est lance la coque (proue ou poupe ?). Rflchir lavantage de ce type de lancement sur un toboggan. - Remarquer les pierres entasses fond de cale. A quoi servent-elles ?

    Sur place Modle du Sans-Pareil, 1757

    A l'appui Fiche Repres : Le lancement du navire Fiche Activits : 1. et 4. Coupes d'un vaisseau arm / 2. Dessins sur la construction des vaisseaux par Ozanne

    Observation 7

    Un arsenal, des arsenaux

    - Parmi les tableaux, retrouver les trois grands arsenaux franais, Brest, Rochefort et Toulon. - A partir de la vue du port de Rochefort, observer le btiment de droite, les ballots de chanvre et les cordages rouls au premier plan. - Dcrire et expliquer la longueur de la Corderie royale (300 mtres).

    Sur place Vue du port de Rochefort par Joseph Vernet, 1761

    A l'appui Fiche Repres : Lintense activit des arsenaux / Fiche Activits : 3. Carte des principaux ports franais

    Prolonger la visite

    En classe Ralisation dun album restituant les diffrentes tapes de la construction navale en bois (illustrations et textes) Ralisation d'une carte prsentant les diffrents arsenaux dAncien Rgime

    Visites complmentaires Dcouverte dun arsenal d'aujourdhui et de ses mtiers Visite d'un atelier de sculpture sur bois Visite de l'atelier des modlistes du muse (restauration des maquettes)

    Muse national de la Marine Auteurs : Service culturel, Paris 2005

  • Activits 1er degr

    La construction navale en bois aux XVIIe et XVIIIe sicles

    Activit 1

  • Activit 2

  • Activit 3

  • Activit 4

  • Notes personnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Muse national de la Marine Auteurs : Service culturel, Paris 2005