of 191/191
NELLY MAUCHAMP LA FRANCE D'AUJOURD'HUI Internationa Institut français St-Petersbourg 0602201100

La France d'aujourd'hui

  • View
    112

  • Download
    13

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Un panorama complet de la société française contemporaine, ses modes de vie, son organisation, ses institutions. De nombreux documents, sondages, messages publicitaires, articles et dessins de presse, pour mieux comprendre cette société en mouvement. Un appareil pédagogique intégré pour le professeur. Des aides : lexique, index, dictionnaire de sigles et d'abréviations pour les étudiants désireux de lire seuls la presse française. Niveaux moyen et avancé.

Text of La France d'aujourd'hui

  • NELLY MAUCHAMP

    LA FRANCE D'AUJOURD'HUI

    InternationaInstitut franais St-Petersbourg

    0602201100

  • N E L L Y M A V C H A M PI.R .E .S .C .O . (Institut de recherche sur les socits contemporaines) : C .W R .S .

    Universit de Paris I I I (Sorbonne Nouvelle)

    LA FRANCE D'AUJOURD'HUI

    C I V I L I S A T I O N

    CLE INTERNATIONAL 27, rue de la Glacire - 75013 Paris

  • AVERTISSEMENTLa France d aujourdhui replace la France dans son contexte europen et offre un panoram a de la socit franaise contemporaine : organisation sociale et familiale, formation, travail, conditions de vie, loisirs, systme de sant, institutions politiques, administratives et juridiques, conomie.

    Le texte est enrichi de documents divers : donnes quantitatives, articles de journaux*, sondages, dessins humoristiques et affiches publicitaires, reflets multiples et changeants d une socit qui tente de capter son image pour rflchir sur elle-m m e.

    Cet ouvrage s adresse des tudiants de niveaux moyen et avanc en franais.Sous la rubrique Questions-Rflexions le professeur trouvera en outre un appareil pdagogique par chapitre qui lui perm ettra de faire travailler ses lves, individuellement ou en groupes, dans une perspective interculturelle.

    Un lexique en fin d ouvrage donne le sens des mots difficiles ou techniques. (Ces term es sont reprs par un * .)Un dictionnaire de sigles et d abrviations courantes facilitera la lecture de la presse en langue franaise.

    * Les articles tirs de la presse apparaissent en italique dans le sommaire.> CLE INTERNATIONAL/VUE F - 2001

    2

  • SOMMAIRE

    1 LEUROPE : UNE AFFAIRE DTATS

    1 LEUROPE EN PAIX : la construction europenne 8

    2 DCIDER ET ARBITRER : les institutionsejropennes .......................................................... 10_a Commission europenne ................................... 10_e Conseil europen .............................................. 10_e Conseil des ministres europens ........................ 10_e Parlement europen .......................................... 11_a Cour de justice europenne ............................... 11Tize juges pour les Douze ................................... 11_e Comit conomique et social ........................... 11_a Cour des comptes ............................................ 11

    3 LES GRANDES RALISATIONS EUROPENNES 12_a politique agricole commune ............................... 12_ union montaire ................................................. 12.a coopration scientifique ..................................... 12Les relations extrieures ........................................ 12

    4 HORIZON 92 : UNE EUROPE SANS FRONTIRES 14Le march unique ................................................. 14Le citoyen europen .............................................. 14

    QUESTIONS-RFLEXIONS .............................................. 14

    2 SOCIT : TEL PRE, TEL FILS?

    1 DIS-MOI QUI TU ES : comment dcrire la socit franaise ? ............................................................ 16

    La fin des privilges? : les classes sociales 16La classe dirigeante ............................................ 16Le monde ouvrier............................................... 17Les classes moyennes........................................ 17

    traditionnelles ................................... 17salaries .......................................... 18

    La vie est un long fleuve tranquille .................... 18Et les employs? ............................................... 19

    Savoir lire les statistiques : les catgories socioprofessionnelles ............................... 19

    Les rois npousent pas les bergres : une socitbloque ............................................ 20

    Les nouveaux pauvres ...................................... 21

    2 GNRATION JEU N ES : les jeunes, une catgoriespcifique? ............................................................ 22Mais qu 'est-ce qu 'ils v e u le n t? ............................... 23

    3 VIEILLE FRANCE : les personnes ges ............. 24 p a rtir de quel ge est-on vieux ? ........................ 25

    4 LES TRANGERS : LE MELTING POTES 26Travailler ................................................................ 27tre respect.......................................................... 27Les rfugis p o lit iq u e s ............................................ 27S'intgrer................................................................ 28Devenir franais? ................................................... 28

    Q UESTIO N S-R FLEXIO N S 28

    3 TABLEAUX DE FAMILLE1 SCNES DE LA VIE CONJUGALE : le couple 30

    Les nouveaux couples ...................................... 31On se marie plus tard ........................................ 31Les conditions pou r se m arier ........................... 31Rgimes m atrim oniaux ...................................... 31On divorce plus facilement ................................. 32Unions libres ....................................................... 32

    Plutt seul(e) que mal accompagn(e) 34Le bonheur clibataire ........................................ 34

    2 LORSQUE L ENFANT PARAT 35

    Un, deux... trois? on verra ............................... 35

    Les bbs ne naissent plus dans les choux 36Qui va garder bb? .......................................... 36Les mesures en faveur de la m atern it ... e t de la

    natalit ............................................................ 37Un enfant venu d'a illeurs : l 'a d o p t io n .................. 37

    Lart dtre parents ............................................ 38Les parents, les enfants, l'ducation .................. 38

    La famille clate .............................................. 38Les familles monoparentales ............................... 38Les familles recomposes ................................... 38

    3 LE DEUXIME SEXE ET SES CONQUTES :Les femmes .......................................................... 40Histoire de femmes ............................................... 40Un enfant quand je veux ........................................ 40P ortra it-robot de l'hom m e sduisant ...................... 41Et de la fem m e id a le ............................................ 41

    Q UESTIO N S-R FLEXIO N S .............................................. 42

    4 BONNE COLE : LA FORMATION1 LAQUE ET OBLIGATOIRE : les grands principes

    de lducation ....................................................... 44Garder le rythme ................................................... 45La lacit ................................................................ 45Lenseignement priv ............................................ 45

    3

  • 2 LE CHEMIN DES COLIERS : lorganisation de lcole 46

    Lcole maternelle ............................................ 46

    Lenseignement primaire ................................... 46

    Lenseignement du second degr 47Le collge .......................................................... 47Le 2e cycle court : l'enseignement professionnel . 47Le 2e cycle long : le lyce ............................... 47La vie dlve ................................................... 48La voix des parents d ' lves ............................ 49

    3 L COLE EN QUESTIONS 51Une grande centralisation ...................................... 51Des horaires trs lourds ........................................ 51Des conditions matrielles souvent peu attrayantes . 51Une pdagogie peu active ...................................... 51Peu douverture sur lextrieur............................... 51Trop dchec scolaire ............................................ 52Une slection qui ne dit pas son nom .................... 52La recherche de solutions...................................... 53L 'enseignem ent est sans p iti ............................... 53Et pourtan t le niveau m onte ................................... 54

    4 PETITES FACS ET GRANDES COLES :lenseignement suprieur ...................................... 55

    Lenseignement suprieur court 55Lenseignement suprieur long : les universits 55Des facults aux universits ............................... 56Le budget des tudiants .................................... 56La maladie de la s le c t io n ................................... 57

    Les grandes co les............................................ 57Les m eilleurs des m eilleurs ................................. 58

    5 PROFESSION DUCATEUR : les personnels delducation nationale .............................................. 60Tant quil y aura des profs.................................... 60Orchestrer la vie lcole ...................................... 61Le malaise des enseignants ................................... 61L 'im age des e n s e ig n a n ts ........................................ 61

    6 UNE SECONDE CHANCE : la formation permanente 62 Les grandes entreprises fo rm ent plus...du personnel dj qualifi et dans les m tiers d avenir 63

    7 EURKA : LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE 64Le gant de la recherche ...................................... 65P ortra its de c h e rc h e u rs .......................................... 65

    QUESTIONS-RFLEXIONS .............................................. 66

    5 AU BOULOT! : LA VIE AU TRAVAIL1 LE TRAVAIL CEST LA SANT : les conditions

    de travail .............................................................. 68Le fonctionnem ent des grandes entreprises ........... 68

    Des lois pour le travail .................................... 69P our faire respecter le d ro it du t r a v a i l................ 69

    Le petit travailleur infatigable : la dure du travail 69Le temps de travail ............................................ 69Les congs ........................................................ 70La lgislation du t r a v a i l ...................................... 70Gravir les chelons : qualifications et emplois .. . 71

    Tout travail mrite salaire ................................. 72Un salaire minimum ............................................ 72Lchelle des salaires.......................................... 72Qui n 'est pas assez pay ? ................................. 72Une disparit de salaires entre hommes et femmes 73Salaire brut et salaire net ................................... 73L'chelle des revenus ........................................ 73

    Les droits des salaris : toujours plus? 74Les conventions collectives ................................. 74Lintressement et la participation ...................... 74La formation continue ........................................ 74Le droit dexpression directe ............................... 74

    la table de ngociations : la concertation dansl'entreprise ..................................................... 74

    Le comit dentreprise ........................................ 74Le comit pour lhygine et la scurit .............. 74Les dlgus du personnel ................................. 74Les dlgus syndicaux ...................................... 75

    Les conflits du travail ........................................ 75volution du d ro it des salaris ........................... 75Les formes de grve .......................................... 75... Et les ripostes patronales ............................... 75Lettre d un N ippon su r ces tranges Franais . . . . 76Le travail au n o i r ............................................... 78Les professions librales .................................... 78

    2 L UNION FAIT LA FORCE : les syndicats 80Les syndicats de salaris ...................................... 80Les syndicats patronaux ........................................ 81Les syndicats paysans .......................................... 81

    3 CHMAGE MODE DEMPLOI 82Lindemnisation du chmage ................................. 83Les mesures en faveur des jeunes ........................ 83La croissance du travail prcaire ........................... 83

    QUESTIONS-RFLEXIONS .............................................. 84

    4

  • 6 TRANCHES DE VIE : LA VIE QUOTIDIENNE

    1 L'ARGENT DU MNAGE : le niveau de vie ....... 86Les cordons de la bourse : le budget .................... 86Les dpenses ......................................................... 86La rpartition des budgets ..................................... 87Les arts mnagers : l'quipement ......................... 88Le com portem ent des autom obilistes .................... 88

    2 LA MAISON DE MES RVES : le logement 89Un petit chez-soi : maison individuelle ou appartement? 90 Vaut mieux quun grand chez les autres : laccession

    la proprit ......................................................... 90Confort tous les tages ...................................... 91Un petit coin de verdure : les rsidences secondaires 91

    3 MTRO, BOULOT, DODO : lemploi du temps 92Le temps physiologique ........................................ 92Le temps professionnel .......................................... 92Le temps de travail domestique ............................. 92Le temps libre ....................................................... 92La vie quotidienne des enfants de 0 14 a n s 94Emplois du tem ps compars des hom m es et des

    fem m es .............................................................. 95C 'est au jou rd 'hu i dimanche ................................... 95

    4 LE PANIER DE LA MNAGRE : faire ses courses 96Quelques exemples de p r i x .................................... 97

    QUESTIONS-RFLEXIONS .............................................. 98

    7 TOUT LOISIRS : LOISIRS ET VIE SOCIALE

    1 CHRI QUEST-CE QUON FAIT CE SO IR ? : versune civilisation des lo isirs?.................................... 100La p lupart des lo is irs on t progress en v ing t ans . . . 100

    Cultivons-nous : les loisirs culturels 101Salon du livre ..................................................... 101Q uest-ce que la c u l tu r e ? ................................... 102Coup de thtre ................................................. 103La fte du cinma .............................................. 103Festivals ............................................................ 104Hit-parade des f i lm s ............................................ 105En avant la musique .......................................... 106Orsay, Beaubourg et les autres........................... 106

    Cest du sport : pratiques sportives.................... 107

    La perceuse et le rteau : bricolage et jardinage . 107

    2 LA GRANDE VASION : les vacances ................ 108Vacances dt ..................................................... 109Vacances dhiver ................................................... 109

    3 IMAGES ET SONS 110

    Le quatrime pouvoir : la presse........................ 110Un journalisme dexpression ............................... 110

    De moins en moins de lecteurs de journaux 110De plus en plus de magazines ........................... 111Les quotid iens n a t io n a u x .................................... 111Financement et vente des journaux .................... 112Le d ro it de la presse .......................................... 112L AFP ................................................................ 112La d iffus ion des grands jo u r n a u x ........................ 113Fidles aux postes ............................................ 114Ces tranges lucarnes ........................................ 114Les radios .......................................................... 114

    Enfants de la pub .............................................. 115

    Tous vos claviers............................................ 115Les Franais e t le m in i t e l ................................... 115

    4 JOUEZ LE JEU 116Les jeux organiss par ltat ................................. 116Les casinos .......................................................... 116Les jeux de socits .............................................. 116

    5 CLUBS EN TOUS GENRES : la vie associative .. 117

    QUESTIONS-RFLEXIONS .............................................. 118

    8 TANT QUON A LA SANT :protection sociale et sant ........................................ 119

    1 LA SCU POUR TOUS : le systme de protection sociale ..................................................................... 120

    Qui a d ro it la Scurit s o c ia le ? ........................... 120

    2 VOTRE SANT : la sant des Franais 121Vivre vieux : esprance de vie et mortalit ............. 121Le poumon vous dis-je... : les maladies les plus

    courantes .......................................................... 122Le trou de la scu : les dpenses de sant ........... 123Silence, hpital ..................................................... 123

    3 SECRET MDICAL : le fonctionnement de la mdecine ......................................................................... 124

    Les blouses blanches : les professions de la sant . 124 Dites 33 : la mdecine librale ............................... 124

    4 TOUBIB OR NOT TOUBIB : mdecines douces 125 Sur le divan : la psychanalyse ............................... 125

    QUESTIONS-RFLEXIONS .............................................. 126

    9 RAISON DTAT : VIE POLITIQUE ET ADMINISTRATIVE

    1 VIVE MARIANNE : la Constitution de la Ve Rpublique 128Changement de rgime : naissance dune nouvelle

    constitution ..................................................... 128

    Bonjour, Monsieur le Prsident : la rpartition despouvoirs ......................................................... 128

    Le pouvoir excutif ........................................ 128Le pouvoir lgislatif ........................................ 129Recours suprmes : les instances de contrle .. . 130

    5

  • 2 L TAT DANS TOUS SES TATS 131

    Dans les ministres : l'administration centrale .. . 131Et dans les rgions : ladministration territoriale : de

    la centralisation la dcentralisation .............. 131La commune ..................................................... 131Le canton .......................................................... 132Le dpartement ................................................. 132La rgion .......................................................... 132

    Au service du public : la fonction publique et lesfonctionnaires ................................................. 133

    Le statut de fonctionnaire .................................. 133Les hauts fonctionnaires .................................... 134L 'im age du service p u b l ic ................................... 134

    3 TAT MAJOR : le rle de ltat ......................... 135Ltat rgulateur de l'conomie ............................. 135Ltat-Providence ................................................... 135Plus ou moins dtat? .......................................... 135

    4 L TAT ET SON TRSOR : le budget 137

    Case recettes ............................................... 137France : l'im p t t r o m p e u r .................................. 138L impt sur le revenu ........................................ 138Limpt sur la fortune ........................................ 139Les impts locaux .............................................. 139

    Case dpenses ............................................. 139

    5 AUX URNES CITOYENS : le systme lectoral .. 140Qui est ligible? ..................................................... 140La campagne lectorale ........................................ 140Qui peut voter? ..................................................... 141Le vote .................................................................. 141Les diffrentes consultations lectorales ................ 141Les Franais, le sexe et la p o l i t iq u e ....................... 141Prendre parti : les partis politiques ........................ 142Les partis de gauche .............................................. 142L'extrme gauche ................................................. 143Les partis de droite ............................................... 143L extrme droite ................................................... 143Les Verts .............................................................. 143Le clivage gauche-droite est-il encore pe rtinen t? . . . 144 L alternance .......................................................... 145

    QUESTIONS-RFLEXIONS ............................................. 146

    10 AU NOM DE LA LOI :ORDRE ET SCURIT 147

    1 ORDRE ET DSORDRE : police et justice 148

    Mais que fait donc la police? ........................... 148Le glaive et la balance : la justice .................... 148Lesprit des lois : les institutions judiciaires ....... 148Le code c iv il ....................................................... 149Justice pour tous ............................................... 150Gens de robe : le personnel de la justice ........... 150

    2 SOUS LES DRAPEAUX : la dfense .................. 152L'organisation de la dfense ................................... 152Larme : la Grande Muette ............................... 152Le service national ............................................... 152La politique de dfense .......................................... 152Les jeunes e t le service n a t io n a l........................... 153Une unit trs spciale : la L g io n ......................... 153

    Q U ESTIO N S-R FLEXIO N S .............................................. 154

    11 CONOMIE, CONOMIES 1551 LA FIN DE L GE DOR : les grandes volutions de

    l'conomie ............................................................ 156Les trente glorieuses : 1945-1975 ......................... 156Les annes de crise : 1975-1986 ........................... 156Un retour la croissance?.................................... 156

    2 GROS PLAN SUR LCONOMIE : les caractristiquesde lconomie franaise ............................................ 158

    Le rle de ltat ............................................... 158Les 10 prem ires entreprises p u b liq u e s .............. 158

    La structure des entreprises ............................. 158Un dveloppement de la concentration ............... 158Une majorit de petites et moyennes entreprises . 159Les 50 prem ires entreprises industrie lles ........... 160Le re tour de l'e n tre p re n e u r ................................. 161Les diffrents types d e n tre p r is e s ........................ 161

    3 MONNAIE DCHANGE : la politique montaire .. 162 La zone franc ......................................................... 162

    4 ARGENT COMPTANT : les marchs financiers .. . 163Votre argent m'intresse : le systme bancaire ___ 164La carte a la cote... le chquier a u s s i.................... 164La bancarisation des Franais................................. 165Des banques trs spciales.................................... 166Les d ix prem ires banques .................................... 166

    5 LA BOURSE OU LA V IE ? : le march boursier .. 167Le Palais B rongniart .............................................. 168De plus en plus de boursicoteurs........................... 168

    6 UN SOU EST UN SOU! .................................... 169Des cigales ou des fourmis : lpargne ................... 169Les Franais e t l'pargne ..................................... 170Plus d 'un mnage su r deux est endett ................. 170Les hritiers : le patrimoine ................................ 170L'hritage .............................................................. 171L argent ne fa it pas le b o n h e u r ............................. 171Le grand re tour de l'hritage ................................. 171

    Derrire les barreaux: les prisons .................... 151

    6

  • L E u r o p e : u n e a ff a ir e d 'ta ts

  • Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, alors que la guerre froide divise le monde en deux blocs domins l Ouest par les tats-Unis, l'Est par l URSS, l Europe occidentale veut prvenir de nouveaux conflits. Peu peu s'affirme l ide, lance par l'conomiste franais Jean Monnet, d une solidarit conomique et politique entre les peuples europens.

    Les grandes dates En 1950, sur proposition du ministre franais

    des Affaires trangres, Robert Schuman, des ngociations sengagent entre diffrents pays.

    En 1951, le trait de Paris est sign par les Six : France, Allemagne (RFA), Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Italie.

    La Communaut europenne du charbon et de lacier (CECA) organise la production europenne dans deux secteurs-cls de l'activit conomique.

    En 1957, les Six largissent leur coopration toutes les activits conomiques. Les traits de Rome donnent naissance la Communaut conomique Europenne (CEE), ou March Commun. L union doua

    8

    nire est ralise en 1968 : les droits de douane sont supprims l'intrieur de la Communaut.

    En 1973, lEurope des Six devient lEurope des Neuf, avec l'adhsion du Royaume-Uni, de lIrlande et du Danemark.

    En 1981, les Neuf deviennent Dix avec ladhsion de la Grce.

    En 1986, la CEE est largie l'Espagne et au Portugal : c'est dsormais l Europe des Douze.

    En fvrier 1986, tous les chefs dtat et de gouvernement des Douze signent lActe Unique Europen, qui affirme lintgration europenne de manire irrversible.

  • I 'm objectif essentiel de l Acte unique est la cration dun grand march intrieur unifi europen, avec libre hcirculation des personnes, des marchandises, des capitaux et des services.

    LEurope des Douze

    CapitaleS uperficie

    (en milliers de km 2)

    H abitants (en millions)

    Densit(hab./km 2)

    Belgique Bruxelles 30 9.8 322Danemark Copenhague 43 5.1 118

    Espagne Madrid 505 38.6 76

    France Paris 551 55.5 100

    Grce Athnes 132 10 75

    Italie Rome 301 57.1 190

    Irlande Dublin 70 3.5 50,8Luxembourg Luxembourg 3 0.36 139Portugal Lisbonne 92 10.2 111

    Pays-Bas Amsterdam 37 14.4 92,5Allemagne Bonn 357 79 221Royaume-Uni Londres 245 56.6 91,7Europe des Douze 2 253 322,0 144

  • DECIDER ET ARBITRERLes tats membres de la CEE gardent leur identit propre, mais ils ont des organismes de dialogue et de dcision communs.

    La Commission europenneElle est souvent appele le moteur de la

    Communaut, ear cest elle qui propose la politique communautaire. Elle sige a Bruxelles et son prsident actuel est le Franais Jacques Delors.

    La Commission est indpendante des gouvernements. Ses dix-sept membres sont nomms pour quatre ans (renouvelables) par les gouvernements des tats membres, mais ils agissent en toute indpendance vis- -vis de leur pays dorigine. Chaque membre de la Commission est charg de domaines particuliers, les dcisions tant prises collgialement*.

    La commission labore les projets de lois europens, excute les dcisions communautaires, veille lapplication des traits, assure la gestion des finances.

    Le Conseil europenCest l lment inter-gouvernementai.Il runit au moins deux fois par an, dans lune des

    capitales europennes, les chefs dtat ou de gouvernement des pays membres, assists par leurs ministres des Affaires trangres.

    Le Conseil europen a une fonction dimpulsion, de conciliation et darbitrage.

    Le Conseil des ministres europensCest un organe de dcision important. Sa compo

    sition varie selon la question traiter. Il runit Bruxelles, sur proposition de la Commission, les ministres des douze pays concerns par le sujet.

    Les travaux du Conseil des ministres sont prpars par des discussions entre la commission et le COREPER le Comit des reprsentants permanents qui regroupe les ambassadeurs des tats membres auprs de la CEE.

    L e s in s titu tio n s d e la C o m m u n a u t e u ro p e n n e

    '

    13 j u g e s 6 a v o c a t s g n r a u x

    C o u r d e / u s t i c e

    1 7

    f V '

    C o m m i s s i o n e u r o p e n n e C o n s e i l d e m i n i s t r e s

    5 1 8

    P a r l e m e n t e u r o p e n

    1 8 9

    \ C o m m i t c o n o m i q u e e t s o c i a lI X X X

    P o u r l e s a f f a i r e s c h a r b o n - a c i e r : C o m i t c o n s u l t a t i f C E C A

    C o u r d e s c o m p t e s

    L E u r o p e e n chiffres. 1 9 8 9 .

    10

  • Le Parlement europenCest un organe de consultation et de contrle. Il

    sige Strasbourg.Les 518 dputs europens venant de tous les pays

    membres sont lus depuis 1979 au suffrage universel direct pour cinq ans. Ils se regroupent par tendances politiques et non par nationalits.

    Le Parlement donne son avis sur les propositions de la commission, contrle son action et dispose dun certain pouvoir budgtaire.

    La Cour de justice europenneElle est installe a Luxembourg, veille a l'applica

    tion des traits. Elle est compose de treize juges et de six avocats, nomms pour six ans par les gouvernements des tats.

    Elle arbitre les ventuels conflits entre les tats membres et peut juger si la lgislation* des dilfrents pays est incompatible avec les traites europens.

    Le Comit conomique et socialIl met des avis sur les propositions de la Commis

    sion. Il est compos de 189 reprsentants des diverses catgories de la vie conomique et sociale employeurs, travailleurs, groupes socio-professionnels.

    La Cour des comptes europenneElle contrle lexcution du budget de la Commu

    naut.

    TREIZE SUPER JUGES POUR LES DOUZE

    A Luxembourg, la Cour de justice s'efforce de mettre l'Europe dans le droit chemin..

    ,4 coups d'arrts, sans appel, elle construit un nouvel ordre juridique, supranational, fond sur une jurisprudence qui lie 320 millions de signataires* des traites...

    Les tats ont parfois la tentation de lenteur obtemprer mais, sur deux bons milliers d'arrts rendus, la Cour n'a eu besoin de relancer la sanction par un nouvel arrt que quatorze fois dans son histoire. Prs de la moiti des affaires sont dnoues en cours de procdure* et ne donnent pas lieu a arrt.

    La russite d'une justice europenne n'avait pourtant rien d'vident : douze paxs de forte tradition juridique, et de deux inspirations opposes, le droit romain et la common law, cohabitent sous la mme toge et dans le mme respect mutuel. Bien sitr, les juristes franais trouvent les arrts trop longs, les Italiens trop courts, ils souhaiteraient plus de citations, plus de doctrine. Les Allemands les voudraient plus didactiques. Les Anglais conoivent mal des juges qui ne peuvent exprimer une opinion personnelle, voire dissidente, ils dnoncent le Luxembourg style et le manque d'humour. Ou leur rpond que la forme neutre est le corollaire de la supranationalit et que la Cour ne peut apparatre divise, elle doit asseoir son autorit. /.../

    L ib e ra tio n 25.5.199(1

    COMMENT SE PREND UNE DECISION DANS LA COMMUNAUTE EUROPEENNE.

    11

  • I LES GRANDES RALISATIONS

    La politique agricole communeDs 1962, les pays de la Communaut se sont effor

    cs de mettre en place une politique agricole commune (PAC).

    Lobjectif est dassurer lautonomie alimentaire de la C EE en modernisant lagriculture et de garantir un niveau de vie correct aux agriculteurs.

    La PAC met en application les principes suivants :

    La libre circulation des produits agricoles dans tous les pays de la Communaut.

    La prfrence communautaire, qui encourage les tats membres se fournir sur le march europen et protge les produits agricoles communautaires contre les fluctuations des cours mondiaux.

    Les produits imports a bas prix de pays extrieurs sont frapps d'une taxe qui les aligne sur les prix communautaires.

    Inversement, des taxes sur les exportations incitent les producteurs approvisionner* prioritairement le march europen. Mais des aides ( des restitutions ) sont accordes pour couler l'extrieur les productions excdentaires.

    La solidarit financire, qui doit permettre aux agriculteurs de bnficier dun revenu garanti. Chaque anne, les ministres de lagriculture fixent un prix de base pour certains produits. Par le mcanisme des montants compensatoires montaires, la Communaut intervient pour corriger les variations de change entre les monnaies des pays de la CEE, et uniformiser les prix.

    12

    L'Europe verte est effectivement devenue une grande puissance agricole le deuxime exportateur mondial de produits agricoles grce la modernisation de l'agriculture. Mais l'augmentation de la production a t telle que la C EE a accumul des surplus de produits invendables. Pour limiter la quantit d'excdents, les ministres de lagriculture ont d mettre en place une politique de contrle : les quotas* laitiers limitent strictement la quantit de lait que chaque pays a le droit de produire, et des subventions* encouragent dans certaines rgions les paysans arracher leurs vignes ou a laisser leurs terres en jachre*

    Lunion montaireLa solidarit montaire europenne a t longue

    mettre en uvre. Dans un contexte d'instabilit internationale, pour tenter de maintenir une cohrence entre les monnaies europennes et favoriser les changes lintrieur de la Communaut, celle-ci a dabord cr, en 1972, un serpent montaire . Il a t remplac en 1979 par le Systme Montaire Europen (le SME).

    Le SM E repose sur un maintien des parits entre les monnaies europennes et linstauration dune unit de compte commune, lECU (European Currencv Unit).

    Lecu est une unit montaire compose d'une quantit fixe de chacune des monnaies des diffrents pays membres du SME, en tenant compte du poids relatif de leur conomie dans lensemble. La valeur de lcu est dfinie chaque jour en fonction des cours du change international.

    Le SM E et 1 ecu supposent donc une concertation entre les diffrents pays sur leur politique conomique, en particulier pour maintenir des rythmes dinflation voisins. Ils ont ncessit plusieurs reprises des ajustements : rvaluations ou dvaluations de certaines monnaies.

    L e systme montaire a bien rsist au flottement gnralis des monnaies : l Europe est une zone de relative stabilit montaire dans le monde.

  • % } i Vcu nest pas matrialis par des billets et des pices, son usage dans les transactions conomiques et financires internationales ne cesse de saccrotre. De plus, les particuliers peuvent utiliser des chques de voyage libells en cus pour leurs vacances l tranger, mme hors de la Communaut, acheter des titres en cus, faire des dpts et mme, dans certains pays, obtenir dune banque un prt en cus.La Belgique et le Luxembourg ont t les premiers pays autoriser l ouverture d un compte en cus auprs d une banque; depuis le 1er ju illet 1990 cest possible dans huit des douze tats membres.Dabord instrument financier, i cu est la cinquime devise la plus utilise dans les missions demprunts obligataires* internationaux. Il saffirme de plus en plus comme une devise internationale.Son usage dans les transactions internationales, encore limit, gagne du terrain. Lavantage de l cu, la fois pour les oprateurs europens et ceux d autres pays, est principalement sa stabilit relative suprieure celle de la plupart des monnaies nationales. [...]Lcu sera-t-il un four la monnaie commune aux pays de la CEE? Les particuliers comme les entreprises bnficieraient alors d une facilit dusage nouvelle en Europe, de la stabilit de sa valeur, et on naurait plus besoin de changer de l argent chaque fois quon traverse une frontire.

    L'Europe en chiffres. 1989

    La coopration scientifiqueLes pays europens se sont associs dans certains

    domaines pour raliser des projets scientifiques et technologiques de trs haut niveau.

    LEurope des toiles : lAgence spatiale europenne travaille sur plusieurs programmes :

    le lanceur de satellites Ariane le laboratoire de station orbitale Colombus la navette spatiale Hermes. Eurka mobilise les industries de pointe, des cen

    tres de recherche et des universits de diffrents pays, dans des domaines aussi varis que la micro- informatique, lautomatisation des usines, le diagnostic des maladies, la lutte contre la pollution, etc.

    Airbus industrie associe les entreprises de plusieurs pays pour la construction d'avions de transport.

    L e programme ERASMUS permet aux tudiants ressortissants d un des douze pays de la CEE deffectuer une partie de leurs tudes dans un ou plusieurs des autres tats membres. Il propose mme des bourses.Plus de 1000 programmes inter-universitaires de coopration (PIC) existent dj dans presque toutes les disciplines.On peut par exemple commencer des tudes dans une universit franaise, faire ensuite une anne en Grande-Bretagne, puis une autre anne en Espagne, et terminer dans l universit d'origine.

    Les relations extrieuresLa C EE na pas de politique trangre propre mais

    elle cherche coordonner les politiques des tats membres.

    E lle a un statut dobservateur lONU et participe de nombreuses confrences internationales.

    La Communaut europenne signe des traits de commerce et de coopration avec de nombreux pays.

    Laide au tiers-monde : les accords de Lom (1984) donnent aux tats ACP (Afrique, Carabes, Pacifique) le libre accs au march europen pour couler leurs produits sans droits de douane, sans limitation et sans rciprocit, cest--dire quils peuvent acheter des produits o ils veulent.

    LEurope de lEst est soutenue dans son processus de dmocratisation par une assistance technique et financire.

    13

    Poids des m onnaies du SME dans le p an ie r ECU (en % )

  • HORIZON 92 : UNE EUROPE SANS FRONTIRESPour raliser son programme, l Acte unique s est fix comme chance l horizon 1992, cest--dire le 31 dcembre 1992. Le 1er janvier 1993, la communaut europenne deviendra le Grand March Europen.

    Le march uniqueIl regroupera plus de 320 millions de consomma

    teurs ; c'est une immense ouverture pour les conomies des pays europens, mais cest aussi une menace.

    L ouverture totale des Irontires signifiera la remise en cause des marchs protgs, la ncessit dharmoniser les normes* de fabrication. Elle aboutira une concurrence* accrue entre les industries. Les grands groupes ont modernis leur appareil productif en acclrant les fusions et les redistributions dactivits, mais les petites et moyennes entreprises sont inquites.

    Les tats devront harmoniser leur fiscalit, en particulier la fiscalit indirecte (la TVA).

    5 i J N M % W R i RUN A fjtofLL.

    & t a f Un e Z Z e R iA A M uM X jj /

    Le citoyen europenIl pourra sinstaller dans le pays de son choix,

    quelle que soit sa profession. L'quivalence des diplmes universitaires sera reconnue dans tous les pays.

    Actuellement, les ressortissants de la C EE peuvent travailler dans les autres pays sans autorisation de travail, mais la non-reconnaissance de certains diplmes est souvent un obstacle fondamental.

    QUESTIONS-RFLEXIONS

    Quelles sont les diffrentes expressions que lon utilise pour dsigner lunit europenne? (CEE, etc.)

    Parmi ces pays d Europe, quels sont ceux qui ne font pas partie de la Communaut europenne? Angleterre, Autriche, Espagne, Finlande, Grce, Hongrie, Italie, Norvge, Sude, Suisse, Yougoslavie.

    Comment se nomment les habitants de chacun des pays de lEurope des Douze?

    Pourquoi la ville de Bruxelles joue-t-elle un rle important dans lEurope?

    Comment sont dsigns les dputs europens?

    Quelles seront les consquences du march unique europen sur lducation et sur l em plo i?

    En aot 1990, un Italien peut-il acheter une carte postale Paris et la payer en cus?

    14

  • S o c i t : t e l p r e , t e l f il s ?

  • DIS-MOI QUI TU ES...La socit franaise est souvent prsente, juste titre, comme une socit trs hirarchise, marque par de fortes ingalits. Mais, pour la dcrire, on peut utiliser plusieurs critres. Les classes sociales font rfrence des diffrences de culture et de mode de vie. Les catgories socioprofessionnelles (CSP) prennent en compte uniquement la situation professionnelle et les revenus.

    vec 'ebTl o k .

    c e v r ca viAt /ce} t e c A F , e s U & u n e S , ces

    fA t/ tTS

    La fin des privilges?Sous l'Ancien Rgime* la France tait divise en

    trois ordres : la noblesse, le clerg, le tiers tat*. La Rvolution franaise, en abolissant les privilges la nuit du 4 aot 1789, a transform fondamentalement cette organisation de la socit.

    Labolition des privilges lis laristocratie* a permis la bourgeoisie de faire valoir les prtentions que lui donnait sa force conomique. Le X IX e siecle est marqu par lpanouissement de la bourgeoisie : elle dirige la vie politique et conomique, diffuse ses valeurs morales et sociales.

    On a utilis le terme de classes sociales pour rendre compte du nouveau clivage de la socit, fond non plus sur des catgories juridiques lies la naissance (les ordres), mais sur des critres conomiques.

    La France du X IX e sicle est partage en deux grandes classes sociales : dune part la bourgeoisie la classe possdante , dautre part le peuple le

    16

    proltariat. Le terme de bourgeoisie englobe en fait lensemble de la classe dominante. La distinction entre bourgeois et nobles sestompe en effet : ils sunissent par les mariages, reoivent la mme ducation, partagent le mme mode de vie.

    La notion de classes sociales est utilise par les sociologues pour dsigner des groupes sociaux aux limites floues, caractriss non seulement par leurs revenus, mais aussi leur niveau dducation, leur mode de vie, leur rapport au pouvoir et la culture.

    La classe dirigeanteAu sommet de la pyramide sociale, la classe diri

    geante est constitue par les lites qui dtiennent le pouvoir conomique, politique et idologique.

    On dit parfois que la France est domine depuis deux sicles par une caste* de 200 familles qui contrlent elles seules, de pre en fils, les finances, la vie politique, la haute administration, la presse.

  • La socit franaise a cependant volu au X X e sicle. en particulier avec le dveloppement du salariat. On englobe dans la classe dirigeante les patrons de .'industrie et du commerce, les professions librales, mais aussi les cadres suprieurs, les hauts ronctionnaires*, les professions intellectuelles prestigieuses.

    Cette classe dirigeante dispose dun patrimoine* et *:e revenus importants : 10 o des mnages possdent

    eux seuls 1/5 du patrimoine et peroivent 30 o des revenus.

    Mais plus encore que les privilges financiers, ce 'uiit les pratiques sociales et culturelles qui distinguent .ette classe dirigeante. Les nouveaux riches ont bien _:u mal se laire accepter.

    BCBG ; BON CHIC, BON GENRECette expression, souvent utilise comme adjectif, qualifie un style propre la bourgeoisie traditionnelle : un got discret, de bonnes manires, le respect des conventions sociales.

    Le monde ouvrierEn bas de lchelle sociale se situe le monde ouvrier.

    On peut se demander si les ouvriers constituent encore ..ne classe sociale, car cest un groupe qui sest profondment modifi et diversifi. On parle parfois

    embourgeoisement des ouvriers parce que beau- . jup ont une voiture, sont propritaires de leur logement, etc.

    Les ouvriers sont des travailleurs manuels salaris, ant un bas niveau de qualification. Ils travaillent dans

    . industrie et le btiment, dans le secteur tertiaire* ou

    . iinme salaris agricoles. Leurs chances dascension ' jciale sont trs faibles ; ils se marient entre eux, leurs -.-riants sont souvent en chec scolaire.

    Mais les ouvriers ne constituent pas un groupe ". jinogne. Lidentit ouvrire a t bouleverse par . arrive de nouvelles populations depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale :

    les paysans devenus ouvriers aprs lexode rural des annes 50 ont des traditions culturelles diffrentes;

    les immigrs, qui constituent en 1986 un huitimeouvriers, sont souvent sans qualification. La dis-

    :.-.r.ce peut tre trs grande entre un immigr T.-.nuvre* et un Franais ouvrier qualifi;

    les femmes se sont mises travailler massivement et reprsentent en 1986 un cinquime de la population ouvrire, mais elles travaillent surtout dans le tertiaire.

    On peut aussi relever de fortes disparits selon les branches professionnelles (dans certaines branches, les salaires sont beaucoup plus levs que dans dautres), selon la taille de lentreprise (les petites entreprises ont les salaires les plus bas), ou selon le lieu gographique (les traditions ouvrires sont beaucoup plus fortes dans les grandes villes que dans les petites villes).

    Les classes moyennesLes classes moyennes se sont considrablement

    dveloppes au X X e sicle, et en particulier depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce terme imprcis dsigne en fait les classes intermdiaires celles qui se situent entre les classes dirigeantes et les classes populaires.

    On peut distinguer deux sous-ensembles : Les classes moyennes traditionnellesCest la petite bourgeoisie constitue par les

    petits commerants, les artisans, les paysans. Leur niveau dinstruction est souvent assez bas, leurs revenus ne sont pas toujours trs levs, mais ils se singularisent par leur statut de non-salari : ils sont leur propre patron.

    La distinction entre petits commerants et artisans nest pas toujours facile : elle relve du droit commercial plus que de la pratique.

    Les petits commerants sont ceux qui tiennent un commerce employant deux salaris au maximum et qui sont inscrits au registre de la Chambre de commerce*. Gnralement, ils habitent au-dessus de la boutique et travaillent en famille : lpouse tient la caisse, les enfants font leur apprentissage sur le tas. Le fonds de commerce est transmis de pre en fils.

    Les artisans sont inscrits au rpertoire des mtiers tenu par la Chambre des mtiers* et ont au maximum cinq salaris. Ce sont souvent danciens salaris qui ont russi sinstaller (ils redeviennent ouvriers si leur affaire ne marche pas). Leur femme tient gnralement la comptabilit.

    Trs attachs leur affaire, qui constitue leur patrimoine la fois professionnel et personnel, les commerants et les artisans constituent un lectorat traditionnaliste et conservateur qui sest plusieurs reprises organis en puissant mouvement de dfense de ses intrts (le mouvement poujadiste* dans les annes 50, le CID-UNATI dans les annes 70).

    17

  • Dans cette petite bourgeoisie, il faut inclure les dirigeants des PME (petites et moyennes entreprises). Souvent peu diplms, la fois propritaires et gestionnaires de leur entreprise, ils sont trs dynamiques et sengagent dans la vie municipale. Il est frquent quils ne transmettent pas leur affaire leurs enfants, car ceux-ci prfrent faire des tudes.

    Les paysans, dont le nombre a considrablement diminu depuis quarante ans, ne forment pas un groupe homogne. Seuls les gros paysans (15 % environ) ceux qui possdent une exploitation de plus de 100 hectares, gnralement dans les rgions cralires peuvent tre considrs comme appartenant a cette petite bourgeoisie.

    Les petits paysans, souvent gs, tirent de maigres revenus de leurs exploitations familiales, voues l'levage et la polyculture*. Leur niveau de vie les rapproche plutt des classes populaires.

    Les classes moyennes salaries

    Avec lextension de la fonction dencadrement et du secteur public, la catgorie des classes moyennes salaries a plus que doubl en quarante ans : ce sont les cadres moyens, les techniciens, les fonctionnaires y compris les enseignants. Elles constituent ce quon nomme parfois une sorte de no-bourgeoisie* , par leurs diplmes, leur niveau de vie, leur consommation culturelle.

    Mais la crise conomique des annes 80 a fait clater les diffrents intrts reprsents au sein de cette catgorie. Les fonctionnaires bnficient des privilges incontestables que sont la garantie de lemploi et l'assurance dune retraite correcte, tandis que les cadres moyens vivent dans la menace permanente du chmage.

    LIN N E NARRABLE LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE

    Etienne Chatiliez, qui avait fait jusque-l de nombreux films publicitaires, ralise en 1988 son premier long-mtrage, La vie est un long fleuve tranquille. Le film connat un succs considrable et devient une rfrence lorsquon voque les modes de vie et les comporte

    ments des deux ples extrmes de la socit franaise :

    les Le Quesnov, caricature de la famille bourgeoise traditionnelle et conventionnelle;

    les Groseille, qui vivent dans des conditions proches de la misre, mais qui savent aussi samuser et se dbrouiller dans toutes les circonstances... ce ne sont pas les principes moraux qui les en empchent !

    Chez les Le Quesnoy, tout est nickel. Chez les Groseille, tout est bordel. Etienne Chatiliez, dans un mouvement de balancier implacable, propose notre perplexit rjouie le portrait sans retouches de deux familles nombreuses du nord de la France, l o les murs sont de brique rouge et le plafond de nuages gris.

    Que peuvent avoir en commun ces gens-l ? On s'interroge. Les Le Quesnoy sont bourgeois, riches,

    catholiques, industrieux. Chez eux, le lundi, cest raviolis . Les Groseille sont prolos, chmeurs, athes, cossards et carburent la Val- star. Sous les frondaisons de l'avenue du Gnral-Leclerc s'panouissent cinq enfants bien levs. Dans la HLM du Moulin-de-la- Yierge grouillent cinq moutards dessals. Aucune chance qu'ils se rencontrent jamais.Leurs destins pourtant vont se trouver mls.Et mme sacrment emmls. cause d'une desse ex machina d'une pernicieuse mdiocrit, une petite femme frisotte et frustre, assistante et maitresse du mdecin accoucheur local. Et qui, pour se venger de ntre pas celle quon pouse, va rvler tous les intresss un taraudant secret vieux de douze ans. Un soir de particulire exaspration, la maternit, elle a chang deux nouveau-ns. Momo, le plus hirsute des Groseille, est en fait un Le Quesnoy; Bernadette, la plus coquette des Le Quesnoy, est en fait une Groseille.

    Ds ce coup de thtre porteur de dsastres dsirs, le premier film d'tienne Chatiliez prend toute sa force corrosive, devient une grande farce dcapante sur l'inn et l'acquis, npargne rien mais respecte tout le monde, laissant entendre et voir que le vice nest pas exempt de vertu et vice versa. [...] On rit d abord, on pense aprs, chronologie idale pour une comdie russie. [...]

    D an ie le H eym ann , Le Monde, 4.02.88

    18

  • LES GRANDES CATGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES

    en 1989 (INSEE)

    Et les employs?Les employs sont 6,8 millions en 1989 : plus d'un

    sur quatre est employ. Les employs sont dail- _ massivement des employes (78 /o). iMais on ne

    pas trop comment les classer : ils sont mis tantt les classes moyennes, tantt avec les ouvriers.

    C est une catgorie floue qui regroupe aussi bien employs peu qualifis vendeuses, personnels de

    -.-rv.ces que des presque cadres: comptables, retaires de direction.Beaucoup ont des conditions de travail tendant

    _ - rapprocher des ouvriers. Leur niveau de formation : .'.c salaire est peu prs quivalent et leur emploi

    pas plus prestigieux. Les femmes employes pou- j"t trs souvent des hommes ouvriers.

    Mais les employs travaillent souvent dans des uartiers chics des grandes villes alors que les ouvriers .nt dans les usines des banlieues ouvrires. Les aspirions des employs sont souvent plus proches de cel-

    de la bourgeoisie en ce qui concerne lducation de .urs enfants et leur promotion sociale.

    Savoir lire les statistiquesL 'IN SEE (Institut national de la statistique et des

    tudes conomiques) a labor en 1954 un systme .:e classification destin classer lensemble de la population active franaise en un nombre restreint de grandes catgories prsentant chacune une certaine r.omognit sociale. Les catgories retenues, regroupes en six groupes socio-professionnels, rsultent de plusieurs critres : le mtier, le secteur dactivit, le statut juridique (employeur, salari, travailleur indpendant), la qualification et sa place dans la hirarchie*.

    La nomenclature* a t modifie en 1982 pour :enir compte des transformations survenues dans la structure des emplois : les CSP ont t remplaces par les PCS (professions et catgories socioprofessionnelles).

    La classification de lIN SEE est celle qui est la plus utilise dans toutes les enqutes de l'tat et de la presse. Son grand intrt : un systme de classement clair, unifie, qui permet des comparaisons entre plusieurs tudes effectues des poques diffrentes ou sur des thmes diffrents. Ses limites : elle prsume que toutes les personnes appartenant une mme profession ont des attitudes, des opinions et des intrts proches, sans prendre en compte les comportements culturels lies aux classes sociales.

    Agriculteurs exploitantsAgriculteurs sur petite exploitation Agriculteurs sur moyenne exploitation Agriculteurs sur grande exploitation

    5,19 %

    Artisans, commerants et chefs dentreprise 7,20 %ArtisansCommerantsChefs dentreprise de 10 salaris ou plus

    Cadres et professions intellectuelles suprieures 9,60 %Professions libralesCadres de la fonction publiqueProfesseurs, professions scientifiquesProfessions de linformation, des arts et des spectaclesCadres administratifs et commerciaux d'entrepriseIngnieurs et cadres techniques dentreprise

    Professions intermdiaires 19,30 %Instituteurs et assimilsProfessions intermdiaires de la sant et du travail social Professions intermdiaires administratives de la fonction publique Professions intermdiaires administratives et commerciales d'entreprise TechniciensContrematres, agents de matrise

    Employs 28,60 %Employs civils et agents de service de la fonction publiquePoliciers et militairesEmploys administratifs dentrepriseEmploys de commercePersonnels des services directs aux particuliers

    Ouvriers 30,20 %Ouvriers qualifis de type industriel Ouvriers qualifis de type artisanal ChauffeursOuvriers qualifis de la manutention, du magasinage et du transportOuvriers non qualifis de type industriel Ouvriers non qualifis de type artisanal Ouvriers agricolesEffectif total de la population active : 24 007 000 (chiffre incluant les demandeurs demploi)

    IN S EE , Donnes sociales, 1990

    H N ( f m - M

    f f i M i n e u r

    M cn f f e f f f l iT M in u i? M on f i l i a l

    A U ( M - V f c p ,

  • JE f e P ^ ffesiOWN/AN, }& fcR UN f?AU MAftA tf- '

    Les rois npousent pas les bergres

    Les hommes politiques de la I I Ie Rpublique taient convaincus que l'instauration de lcole gratuit et obligatoire pour tous allait entraner un formidable brassage social. L'expansion conomique devait permettre une meilleure rpartition des richesses.

    Il est vrai que depuis la Seconde Guerre mondiale les disparits* de revenus se sont considrablement rduites (lcart est de 1 a 3,3 en 1980, alors qu'il tait de 1 18 en 1939), le niveau de vie des ouvriers sest beaucoup amlior, les modes de vie sont moins dille- rencis quauparavant.

    De nombreux individus ont change de catgorie socioprofessionnelle : on peut donc dire qu'il y a eu une forte mobilit professionnelle. Mais ces transformations incontestables traduisent avant tout une mobilit structurelle, cest--dire des changements dans la structure mme des emplois :

    la diminution des emplois agricoles explique que de nombreux tils dagriculteurs soient devenus ouvriers,

    le dveloppement du secteur tertiaire a multiplie les professions intermdiaires,

    lextension de la fonction dencadrement a permis des techniciens et des employs de devenir cadres,

    lafflux de travailleurs immigres sans qualification a rendu possible la promotion de certains ouvriers franais.

    En fait, si on analyse la mobilit sociale en France, on constate une incroyable stabilit du statut social d'une gnration lautre. Tel pre, tel tils... C'est pourquoi certains parlent dune socit bloque.

    La reproduction sociale est trs lorte, en particulier aux extrmits de lchelle sociale : 1 1 ils douvrier sur 10 seulement devient cadre, alors que sur 10 fils de cadres, 6 sont cadres comme leur pre. On est souvent fonctionnaire de pre en fils. Cest pour les professions intermdiaires* que la mobilit est la plus importante, les 1 ils dinstituteurs par exemple ont plus de chances de faire des tudes.

    Lascension sociale passe par les diplmes : lcole joue donc un rle important. Mais laccs au diplme est souvent lie au statut social : les fils douvriers et d'agriculteurs sont peu nombreux avoir le baccalaurat. Depuis sa fondation en 1900, lcole polytechnique a accueilli chaque anne, sur une promotion de 300, a peine 1 o de fils douvriers. Et diplme gal, lorigine sociale continue jouer : les chances de russite sont moindres pour ceux qui sont issus des milieux dfavoriss parce quils nont pas les relations familiales, le code des bonnes manires...

    Lascension sociale se ralise rarement grce au mariage; en gnral le conjoint a la mme origine sociale. Les filles d'ouvriers restent dans le milieu ouvrier (elles ne sont que 6 -o vivre avec un cadre) et les filles dagriculteurs pousent le plus souvent un agriculteur ou un ouvrier.

    20

  • 1 FRANAIS SUR 100NA RIEN A BECQUETER.

    TL. 16 (1) 42.53.91.12 BAN Q UE ALIMENTAIRE

    Pour la lutte contre la faim en France

    Les nouveaux pauvresAlors quon avait cru une lvation gnrale du

    niveau de vie, les institutions caritatives* ont mis en vidence dans les annes 1980 limportance du phnomne de pauvret en France. De plus en plus de gens font la manche* dans la rue, se pressent aux distributions gratuites de nourriture de lArme du Salut ou des Restaurants du c ur (fonds par Colu- che en 1985). Sur 56 millions dhabitants, on estime 300000 ou 400000 le nombre de personnes sans domicile fixe.

    Ces personnes pauvres ne font pas partie de la population traditionnelle des clochards. Elles se sont trouves dans des situations difficiles et nont pas pu tre soutenues par leur entourage. Ce sont souvent des femmes abandonnes, des trangers, des handicaps, des sortants de prisons.

    En dcembre 1988, la France, comme beaucoup de pays europens, a adopt le principe dun revenu minimum pour essayer dviter la marginalisation ou lexclusion totale, il s'agit dun revenu minimum dinsertion (RMI) : la somme verse est temporaire et assortie d'un dispositif dinsertion* professionnelle (stage de formation, aide la recherche dun travail, etc.).

    Cette aide peut tre perue par toute personne de plus de vingt-cinq ans, ou de moins de vingt-cinq ans avec personne charge. Elle complte ventuellement des ressources existantes pour atteindre le minimum fix par la loi. En 1990, un demi-million de personnes reoivent le RMI.

    r p ARTITIONOESBENEFICIAIRESREVENU MINIMtJ M i4 8 6D ' I N S E R T I O N 1 % La pauvret a

    M chang deLEUR AGE ------ ' 3 i|| visage. La p ro

    tection sociale a3 2 ,7 l i t i l profit aux p e r

    m f f l f f l f f l m % * sonnes ges et:SSI W a u x fam illes

    J M M j iim m m t nom breuses.

    18 7 1 ssssl Ce s o n t les je u nes q ui s o n t le

    ^ I ?:: ss: p lus touchs p a rI la pauvret, en1 p a rticu lier ceuxqui o n t quitt le

    50 ans 3 5 4S Moins de systm e scolaire

    et plus ans 3 5 anssans qualification.

    Libration, 23 novembre 1989.

    21

  • GENERATION JEUNESSS

    Les jeunes de 15 25 ans constituent gnralement dans les enqutes une catgorie spcifique. La jeunesse est une notion floue qui correspond cette priode de la vie qui fait la transition entre le statut d enfant et celui d adulte.

    A partir de la pubert, l enfant est un adolescent ; mais il va l'cole, il est toujours dpendant affectivement et matriellement de ses parents.

    L adulte acquiert son autonomie* en s'engageant dans la vie professionnelle, en quittant ses parents pour fonder lui-mme une famille

    Or ces critres sont remis en cause par les volutions de la socit.

    L adolescence commence de plus en plus tt et finit de plus en plus tard. Les adolescents (13-18 ans environ) ont une plus grande autonomie. Ils ont leur argent de poche, font eux-mmes certains achats (magazines, billets de cinma), choisissent leurs vtements. Leur vie sexuelle est plus prcoce (les enqutes situent lge moyen des premiers rapports sexuels entre 16 et 17 ans).

    La majorit lgale est fixe a 18 ans (depuis 1974), mais avec la prolongation de la scolarisation, les difficults trouver un emploi stable, l entre sur le march du travail est plus tardive; les jeunes continuent donc habiter chez leurs parents et tre dpendants financirement (ceci quelque soit le milieu social). Entre 20 et 24 ans, plus dun garon sur deux et presque une fille sur deux vivent encore chez leurs parents.

    Les rapports entre gnrations ont chang. Il y a vingt ans, les jeunes aspiraient tre indpendants pour se librer de la tutelle* de leurs parents ( Familles ! je vous hais ! , crivait Andr Gide dans Les Nourritures terrestres). Aujourdhui, les relations sont plus galitaires; les parents sont plus tolrants, acceptent que les jeunes vivant encore sous leur toit aient leur autonomie, leur mode de vie, amnent ventuellement la maison leur petit(e) ami(e). La cohabitation sans contraintes prsente bien des avantages pour les jeunes ; ils ne sont donc pas presss de partir et les parents qui ont des ressources financires suffisantes, et qui ont parfois peur de se retrouver seuls, sen accommodent galement trs bien.

    Si la prolongation de la cohabitation est plutt bien vcue dans les familles qui nont pas de problmes financiers, il n'en est videmment pas de mme dans les milieux dfavoriss qui cumulent les difficults

    22

    subies par les parents et par les enfants, offrant ainsi un terrain favorable la dlinquance*.

    Il est donc hasardeux de se rfrer a la catgorie spcifique des jeunes sans tenir compte des classes sociales et des critres conomiques.

    On peut cependant reprer des similitudes dans les modes de vie et les loisirs des jeunes. Ils regardent moins la tlvision que les adultes, coutent plus souvent de la musique. Ils vivent beaucoup lextrieur de la maison, vont au caf, au cinma ou aux concerts de rock.

    ifo U % flOloT,W M m f o S C M A U A ,

    9 m ( A f A 'J A .*

  • P h o to d u f i lm : Un Monde sans piti

    MAIS QUEST-CE QUILS VEULENT?

    41 % des interviews pensent qu'il est plus facile de vivre dans le monde d'aujourd'hui que dans celui qu 'ont connu leurs parents leur ge. 40 % sont d'un avis contraire fJS % des garons, 44 % des filles).

    La socit dans laquelle nous vivons est violente (81 %), raciste (71 %), avance (57 %). 61 % des garons affrontent l'avenir avec confiance, 38 % avec crainte. Les filles se partagent en deux moitis gales de 49 %. 73 % de l'ensemble des interviews pensent que l Europe est une chance pour les jeunes.

    Leur bonheur dpendra de l'intrt pour leur travail (49 %), de l amour (35 %), de l argent (14 0/oj. 74% estiment qu'une femme doit tre indpendante de son mari financirement, mais 50 % jugent quil est souhaitable qu'elle interrompe son activit professionnelle pour lever ses enfants.

    Les 17-20 ans ne croient pas l'efficacit de l'action politique (65%), syndicale (54%). Par contre, ils plbiscitent l'action humanitaire (72 %).

    c h a n t illo n 404 jeunes 17 20 ans.Sondage B V A p o u r Fem m e P ra tiq ue , septem bre 1989.

    LES G R A N D S G R O U P ES D GE (EN 1 9 9 0 )

    + de 6 5 ans

    5 8 ,3 0 % P opulation totaleau 1er janvier 1 9 9 0

    56 3 0 3 9 8 5 habitants

    23

  • VIEILLE FRANCE14 % de la population franaise a soixante-cinq ans et plus, soit prs de huit millions de personnes. On ne sait pas trs bien comment les nommer : personnes ges, troisime ge, retraits... ?

    V o u l e z - v o u s q u e je v o u s d i s e ?... N o u s s o m m e s nces t r o p tt !

    Pendant longtemps, retraite* tait synonyme de vieillesse. Mais avec l'avancement de lge de la retraite 60 ans, et les nombreuses pr-retraites prises 55 ans, un retrait nest plus forcment vieux. Il peut avoir encore ses parents en vie (cest le cas dun retrait sur trois!). Beaucoup de jeunes retraits de 60 ans sont en pleine possession de leurs moyens physiques et intellectuels et sont heureux darrter de travailler pour profiter vraiment de la vie.

    La retraite nentrane pas lisolement. Mme lorsque les familles sont disperses, elles restent unies. Les deux tiers des personnes ges voient leurs enfants et petits-enfants au moins une fois par semaine, notamment pour le rituel repas de famille . Les visites sont compltes par des coups de tlphone.

    Les grands-parents gardent parfois leurs petits- enfants, en particulier pendant une partie des vacances.

    Toutes sortes dactivits sont organises pour les retraits. Prs dune personne ge sur deux fait partie dun club ou dune association. Des clubs du troisime ge existent peu prs partout : ils offrent

    24

    la possibilit de se retrouver pour des jeux de socit, pour danser, taire du sport ou partir en excursion. Les universits du troisime ge* organisent des cycles de confrences sur des thmes scientifiques et culturels. Les activits artistiques amateur (musique, thtre, dessin, etc.) ont un grand succs. Les agences de voyage proposent des voyages en France et a l'tranger, en dehors des priodes les plus frquentes, donc a tarif rduit. Les retraits peuvent galement voyager seuls, en train, prix rduit (avec la carte vermeil ). Le troisime ge constitue donc un vritable march en terme de consommation de loisirs.

    Les revenus des personnes ges sont gnralement infrieurs a ceux des actifs, mais la priode de la retraite nest pas forcment synonyme de pauvret.

    Tout le monde a droit une retraite grce au systeme de protection sociale dvelopp en 1945 :

    le rgime de base de la Scurit sociale* verse tous les anciens actifs une retraite peu prs gale au montant du SMIC. Beaucoup ont galement une retraite complmentaire (cest obligatoire depuis 1972);

  • les veuves* reoivent une partie de la retraite de leur mari dcd ( une pension de reversion ),

    le Fonds national de solidarit (cr en 1956 par l tat) garantit aux personnes ges un minimum de ressources (qui peut venir ventuellement en complment dautres ressources) : une personne ge sur cinq en bnficie, en particulier des femmes seules. Car les personnes ges sont en majorit des femmes, puisque leur esprance de vie est nettement suprieure a celle des hommes. On compte cinq fois plus de veuves que de veufs chez les plus de 60 ans, et plus des trois quarts des plus de 85 ans sont des femmes. Or les femmes ges nont souvent jamais travaill, elles ne peroivent que la demi-retraite de leur mari.

    La vie des retraits pourrait apparatre fort agrable si on ne considrait que les jeunes retraits alertes, mais la situation est difficile pour les plus vieux.

    Les personnes ges prfrent en gnral vivre le plus longtemps possible chez elles. Mais lorsquarrive le moment o elles ne peuvent plus vivre seules,

    PARTIR DE QUEL GE E S T O X VIEUX?

    Les plus de 50 ans ne craignent gure la vieillesse. Selon i vus, en rgle gnrale, a partir de quel ge conuneuce-l-on tre i ieu.x ? Pour 52 "o, il n'y a pas d'ge. Pour les 44 "u qui citent un cltif- fre, l'ge moyen est de 68ans.

    Le fait que de nos jours, arec la mise a la retraite ou eupr-retraite, on arrte son acti\ ite professionnelle de plus en plus jeune est plutt une bonne chose, car cela permet de profiter vraiment de sa retraite pour 56 "o des personnes interroges,

    plutt une mauvaise chose, car c'est pour la socit un gchis d'nergie et d'exprience pour 37 o d entre eux. Cette dernire opinion est cependant majoritaire chez les 75 ans et plus. Pour bien vivre leur vieillesse, les hommes comptent beaucoup sur leur conjoint (61 "o), mais pas les femmes rjj o). Les femmes comptent surtout sur leurs enfants (41 ,hoj ou... sur personne.S o n d a g e S O F R E S p o u r L e X o u v e l O b s e r v a t e u r et A n te n n e 2,

    25 niar.s - 2 a\ r il 1Q88.

    si elles n ont pas denfants qui puissent les accueillir, il ny a pas dautre solution que la maison de retraite. Or les places disponibles dans les institutions publiques (les hospices) sont trs nettement insuffisantes. Les institutions prives (les rsidences du troisime ge) sont trop chres pour de modestes retraits et elles n'accueillent que les personnes valides. La situation est donc encore plus dramatique pour les personnes ges dpendantes qui ncessitent des soins mdicaux et une assistance permanente. 6 o seulement des personnes ges vivent dans des institutions.

    Comme dans la plupart des pays industrialiss l'allongement de la dure de vie en France est considr comme un grand progrs. Mais deux problmes majeurs se posent :

    si les inactifs deviennent plus nombreux que les actifs, qui alimentera les caisses de retraite pour financer les retraites des personnes ges?

    comment prendre en charge correctement les personnes trs gees ?

    L e s plus de 85 ans sont 700 000 en 1990 et on estime quils seront un million en l an 2000.

    25

  • LES ETRANGERS : LE MELTING POTESLa politique franaise en matire d'immigration a connu une rupture spectaculaire en 1974 : avec la crise conomique, la France a ferm ses frontires aux trangers (except les ressortissants * des pays du March commun). En 1977, elle a mme institu une aide au retour (financire) pour les trangers qui acceptaient de rentrer dans leur pays. Cette crise conomique a eu pour consquence le dveloppement, dans certaines couches de la population, de sentiments xnophobes l gard des trangers, accuss de prendre le travail des Franais .

    r i e n c w | f i f Les trangers reprsentent 8 o de la population (4,4 millions de personnes). Parmi eux, on distingue souvent deux catgories : les trangers installes depuis longtemps, Italiens, Polonais et Espagnols par exemple : ils sont souvent bien intgres. les immigrs , Portugais et Maghrbins (algriens ou marocains), auxquels l conomie franaise a fait appel a partir des annes 60, alors quelle tait en pleine expansion.Les Asiatiques constituent une population part ; ce sont les boat-people que la France a accueillis massivement pour des raisons politiques. Officiellement, la France naccueille plus de nouveaux immigrants depuis 1974, sauf pour des cas particuliers : regroupement de familles, personnes susceptibles dobtenir le statut de rfugi politique, spcialistes dont le pays a besoin. Une immigration clandestine a cependant continu. Lorsque la gauche est arrive au pouvoir en 1981, elle a lanc une opration exceptionnelle de rgularisation des travailleurs trangers clandestins vivant cette date en France et pouvant prouver quils occupaient un emploi stable. En 1983, le gouvernement a cr, pour tous les trangers en situation lgale, un titre unique de sjour et de trav ail valable dix ans, renouvelable automatiquement, leur permettant dexercer la profession de leur choix. Mais le contrle des frontires a t renforc, et le travail clandestin est svrement rprim.Un tranger de plus de seize ans ne peut pas sjourner en France plus de trois mois sans possder une carte de sjour.

  • Les im m ig r s d 'E u ro p e re p r s e n te n t la m a jo r it de l'im m ig ra tion en F rance .P a rt des im m ig r s p a r zo n e d 'o r ig in e e t p r io d e d arrive.

    t 1_________ _________ 3 _ _ 6 _ _ 2

    Toldl 10G i 00 100 'OC 100 10C

    Source : Insee. enqute tude des conditions de vie 1 986-1 987Champ : Ensemble des personnes adultes nes hors de France, des DOM-TOM et d Afrique du Nord pour ceux qui ont leurs deux parents franaisLire ainsi : En couleur, pour chaque 70ne d'origine. les pourcentages suprieurs la moyenne toutes priodes confondues, donc mise en vidence des priodes ou les arrives ont t les plus importantes

    IN S E E , D o n n e s s o c i a l e s . 1990.

    TravaillerCest dans les grandes villes quil y a le plus d'tran

    gers (Paris, Marseille).En 1988, 57 -o des actifs trangers sont ouvriers.

    Les hommes sont trs nombreux dans les mtiers du btiment ou de lindustrie (lindustrie automobile en particulier). Les femmes travaillent frquemment comme femmes de mnage, concierges, ou agents de service vacataires dans des secteurs dpendant de l'tat (hpitaux, tablissements scolaires).

    Les trangers sont plus touchs par le chmage que les Franais.

    Peu dentre eux (un tiers) parviennent sortir de leur condition de vie trs modeste. En revanche, leurs enfants la seconde gnration sont plus nombreux accder une situation sociale meilleure.

    tre respectLes trangers, lorsquils sont rsidents en France,

    ont les mmes droits que les Franais sur diffrents plans : scolarisation* des enfants, prestations sociales*, droit de se syndiquer ou dadhrer une association. Mais ils ne peuvent pas tre fonctionnaires, et ils nont pas de droits civiques*, en particulier le droit de vote, ce qui fait l objet dune vaste controverse* dans les dbats politiques.

    Il existe depuis 1972 une loi qui interdit et punit toute discrimination* et toute forme de racisme. Si une discrimination contre un tranger est constate dans un lieu public, ou bien du fait dun employeur, ou dun propritaire d'appartement par exemple, des actions peuvent tre engages soit par les victimes, soit par une association.

    Il existe en effet plusieurs associations trs actives dans la lutte contre le racisme :

    la Ligue des droits de lhomme Le MRAP : Mouvement contre le racisme et pour

    lamiti entre les peuples La LICRA : Ligue internationale contre le

    racisme et l'antismitisme SOS Racisme : la dernire nee, la plus implan

    te chez les jeunes avec son slogan Touche pas mon pote .

    LES REFUGIES POLITIQUES

    Ils constituent un cas particulier parmi les trangers. Une carte de rsident leur est automatiquement attribue.

    Le statut* de rfugi politique est dfini par la Convention de Genve: le droit d'asile* est accord pour permettre d'chapper aux perscutions subies pour des raisons politiques ou religieuses.

    L'OFPRA (Office franais de protection des rfugis et apatrides) reoit et examine les demandes, et rejette celles qui lui paraissent relever de motifs conomiques (57 % de refus sur 29000 demandes

    en 1986). Au 31 dcembre 1986, la France accueillait 177 6 78 rfugis politiques dont:

    52303 originaires d'Europe (par ordre dcroissant : Polonais, Armniens, Russes, Yougoslaves, Roumains);

    104394 Asiatiques (Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens);

    11394 originaires d Amrique (dont 8032 d'Amrique du Sud et d'Amrique centrale);

    9077 Africains.

    So u rce : Q u i d 1989.

  • S intgrer QUESTIONSRFLEXIONSLes principes rvolutionnaires de 1789 dfendaient lide dhomme universel. La France considrait que l intgration des trangers sur son sol devait se faire par assimilation, cest-a-dire par abandon des particu- I larismes culturels des pays dorigine.

    La plupart des trangers qui s'installaient en France taient europens. Ils se rfraient aux mmes valeurs judo-chrtiennes* que les Franais de souche*, apprenaient la langue franaise et sintgraient rapidement par lcole, le service militaire. En une ou deux gnrations, seuls le nom de famille et quelques traditions familiales rappelaient l'origine trangre.

    Mais lassimilation est moins facile pour les trangers qui viennent d'Afrique du Nord et dAfrique noire. ! Les diffrences culturelles sont plus marques. L importance de la population de religion musulmane ncessite que soit engag dans la socit lranaise daujourdhui un dbat sur le droit a la diffrence .

    quelle catgorie socioprofessionnelle (c s p ) et quelle classe sociale peut-on rattacher ces mtiers : instituteur - avocat - facteur - plombier - boulanger ?

    Pourquoi dit-on parfois que la socit franaise est une socit bloque?

    Les modes de vie vous semblent-ils radicalement diffrents selon les classes sociales en France? et dans d autres pays que vous connaissez?

    quel ge est-on majeur en France ? Et dans votre pays? Est-ce trop vieux? trop jeune? Expliquez pourquoi.

    Quels sont les titres de sjour ncessaires un tranger pour q u il puisse s installer et travailler en France?

    Devenir franais?100000 personnes deviennent lranaises chaque

    anne. Le code franais reconnat la double nationalit.La nationalit franaise peut tre acquise de dille-

    rentes laons : par une demande de naturalisation. (Prs de

    60 000 naturalisations en 1989.) par mariage : aprs six mois de mariage avec un

    Franais ou une Franaise, une demande peut tre faite, mais elle nest pas obligatoirement accepte. (Les mariages mixtes reprsentent 6,9 o du total des mariages.)

    Les enlants de couples mixtes sont franais par application du droit de sang.

    Par rintgration* : les trangers ns dans une ancienne colonie franaise peuvent demander a retrouver la nationalit franaise, quils ont perdue lorsque leur pays est devenu indpendant.

    Les enfants dtrangers ns en France, et qui y rsident entre 13 et 18 ans, ont la possibilit de devenir Franais a leur majorit. Cest le cas de nombreux enfants dimmigrs que l'on appelle la seconde gnration (les jeunes Arabes de la seconde gnration se sont donn le nom de Beurs ).

    Recensement : lINSEE refait le compte des mes Pour l INSEE, le recensement ne sert pas sim plement compter le nombre des Franais (...), c est surtout une base de donnes incomparable sur ltat de la socit : comment vivent les gens, o, com ment travaillent-ils, comment ils m igrent d une rgion lautre. (...) Le recensement est obligatoire. ( . . . )Recenser ou pas, un dbat qui revient tous les huit ans en France. Pro et anti-recensement s affrontent cycliquement. Les premiers mettent en avant lu tilit publique : lopration permet, en valuant les besoins, de prvoir des politiques conomiques et sociales. Sa confidentialit est aussi mise en avant. Les adversaires de la mise en fiche tirent argument de sa fiabilit relative et insistent sur les risques d utilisation abusive des fichiers. (...)

    L ib ra tio n , 17 f v r ie r 1990.

    Organisez un dbat prsentant les avantages et les inconvnients du recensement :Pour : un outil pour les chercheurs en sciences sociales, et pour diffrentes administrations. Contre : les craintes que peuvent avoir certaines personnes d tre fiches.

    RETENIR - RETENIR - RETENIR

    les bourgeois la seconde gnrationles cols bleus les mariages mixtesles cols blancs les nouveaux pauvresla mobilit sociale faire la manche

    28

  • T a b lea u x d e fa m ille

  • SCENES DE LA VIE CONJUGALEAutrefois, en particulier la campagne, plusieurs gnrations vivaient sous le mme toit : les poux et leurs enfants, leurs parents et souvent aussi leurs grands-parents. Dans ce systme de cohabitation, il tait videmment impensable d pouser quelquun qui ne soit pas admis par la famille. Les mariages taient donc gnralement arrangs par les parents des jeunes gens.La premire moiti du X X esicle a t marque par la disparition de la famille largie.

    V O i l ,

    ? U )S A E N D R f c (^ U E -(\ T if f tD E .

    La famille sest rduite aujourdhui ce quon appelle la famille nuclaire, compose uniquement des poux (qui se choisissent librement) et de leurs enfants.

    C'est le modle familial prdominant, celui que lon qualifie de modle traditionnel de la famille .

    On oppose souvent le couple moderne au couple traditionnel .

    Dans le couple traditionnel, le cas de figure le plus courant chez les plus de 50 ans la femme ne travaille pas, elle est femme au foyer , soccupe de la maison; le mari qui travaille l extrieur et gagne largent du mnage ne fait rien la maison, si

    ce nest ventuellement un peu de bricolage, considr comme une activit virile. La femme soccupe de lducation des enfants ; le pre intervient dans les cas graves de dsobissance, car c est lui qui reprsente lautorit.

    Le couple moderne est conu diffremment. Le dveloppement du travail fminin, et sans doute aussi la prise de conscience suscite par les mouvements fministes des annes 70, ont rendu les rapports plus galitaires dans le couple, o les dcisions sont dsormais prises en commun dans de nombreux domaines.

    Depuis la fin des annes 60, la socit franaise, comme la plupart des pays occidentaux, a connu de profondes mutations* et une diversification* des modles familiaux : diminution du nombre des mariages, progression de lunion libre, multiplication des divorces, baisse du nombre denfants (mais dans le mme temps augmentation du nombre des naissances hors mariage), dveloppement des familles monoparentales et des familles recomposes , accroissement* du nombre des personnes vivant seules.

    MAIS QUEST-CE QUUN COUPLE?

    L e couple est parfois difficile dfinir...Non seulement le couple associe de plus en plus souvent deux personnes qui ne sont pas maries ensemble, mais il n est pas forcment synonyme de cohabitation, c est--dire de corsidence : 7 8 % des couples non maris au moment de l enqute avaient conserv deux rsidences, et 2 3 % des couples maris. (Enqute effectue par l INED en janvier 1986.)

    30

  • L e n o m d e la f e m m e m a r i e

    Aprs son mariage, une femme peut choisir de garder son nom de jeune fille ou se faire appeler par le nom de son mari.L'usage voulait que, la plupart du temps, les femmes prennent le nom de leur mari. Mais il est de plus en plus courant que des femmes conservent leur propre nom, notamment pour des raisons professionnelles.Elles peuvent aussi accoler les deux noms (Franoise Durand-Jardin).De toutes faons, le nom lgal dune femme reste toute sa vie celui quelle a reu sa naissance.Les enfants ne peuvent porter quun seul nom, le nom du pre si les parents sont maris; ils ne peuvent pas porter un double nom.

    R g im e s m a t r im o n ia u x

    Sil n y a pas de contrat de mariage effectu chez un notaire*, le rgime lgal s applique : la communaut de biens rduite aux acquts. Les biens communs (les acquts) sont ceux acquis titre onreux* pendant le mariage. Chaque poux peut grer comme il veut ses biens propres, y compris ceux qui lui sont lgus* pendant le mariage. Le rgime de communaut : tous les biens sont mis en commun. Chaque poux est solidaire des dettes* de l autre. La sparation de biens : les biens sont distincts et grs par chaque poux comme il l entend.Quel que soit le rgime choisi, les deux conjoints sont tenus de participer aux dpenses lies l entretien du mnage et aux enfants, et ils sont solidaires pour le paiement de l impt.

    Les nouveaux couplesAprs tre rest stable pendant 200 ans, le nombre

    de mariages a baiss de 25 % entre 1972 et 1982; et beaucoup de mariages sont en fait des remariages (plus de 16 % en 1987).

    On explique ce phnomne par la libralisation des m urs et la gnralisation de la contraception : les relations sexuelles hors mariage sont gnralement admises, il n y a plus de mariage oblig par convenance sociale lorsquune jeune fille est enceinte.

    En 1988, pour la premire fois depuis 1972, on constate une lgre augmentation des mariages (2,2 % de plus quen 1987). Cette lgre remonte traduit-elle l'amorce dun changement durable dattitude vis--vis du mariage, un retour aux traditions ? Il est encore trop tt pour le dire.

    On se marie plus tardLge lgal du mariage est fix 18 ans (lge de

    la majorit) et les filles peuvent se marier 15 ans avec le consentement des parents. Mais les jeunes se marient de plus en plus tard : un homme se marie en moyenne 27 ans, une femme 25 ans, et un peu plus tard encore en rgion parisienne.

    La moiti des couples qui se marient ont vcu ensemble avant le mariage. On constate que la cohabitation juvnile constitue pour beaucoup un nouveau modle de fianailles ou de mariage lessai . Dans bien des cas, elle se termine par un passage devant le maire lorsque le jeune couple dsire ou attend un enfant.

    L es CONDITIONS POUR SE MARIER

    Le mariage n est possible... quentre un homme et une femme! Les jeunes filles doivent avoir au minimum 15 ans, et les jeunes hommes 18 ans. Les mineurs* doivent avoir l autorisation de leurs parents. Les veufs et les divorcs doivent respecter un dlai de trois cents jours pour se remarier. Des dmarches doivent tre faites auprs de la mairie* deux mois avant la date du mariage. Une visite mdicale est obligatoire. Il est interdit de se marier avec ses ascendants * et descendants *, ainsi que leurs conjoints*, mais il est galement interdit dpouser son oncle, sa tante ou son neveu. La polygamie* est interdite.

  • On divorce plus facilementAuparavant on se mariait pour la vie, pour le meil

    leur et pour le pire . Le divorce a t instaur sous la Rvolution (en 1792), aboli par la Restauration en 1816, puis rtabli par la I I I e Rpublique en 1884. Mais lglise catholique considrait le mariage comme un lien indissoluble et la morale dominante dsapprouvait fortement le divorce jusque dans les annes 60.

    La situation a considrablement chang puisque actuellement un mariage sur trois se termine par un divorce (un sur deux Paris). La prsence ou non denfants ne semble pas avoir dincidence sur la frquence des divorces. Ce sont les femmes qui demandent le plus souvent le divorce.

    On se contentait jadis d'une harmonie partielle. Aujourdhui, on attend du couple une russite parfaite dans tous les domaines : affectif, sexuel, matriel. Souvent, rien nest fait pour sauver une union branlante. Au nom de lauthenticit, on se spare (Louis Roussel - INED).

    Certains couples divorcs restent d'ailleurs en bons termes et continuent se voir en amis.

    Les dispositions lgales du divorce

    La loi de 1975 a considrablement libralise la procdure en instituant la possibilit du divorce par consentement mutuel.

    Le divorce peut tre demand dans trois cas : par consentement mutuel, soit sur demande con

    jointe des poux, soit sur demande de l'un des poux, avec acceptation par lautre (51,5 o des jugements en 1984)

    par rupture de la vie commune, lorsque les poux vivent spars de fait depuis 6 ans, ou lorsque lun des poux souffre dune maladie mentale grave depuis 6 ans.

    pour faute, lorsque lun des poux a t condamn une peine infamante ou bien lorsquon peut reprocher l un des poux des faits constituant une violation grave ou renouvele des devoirs et obligations du mariage adultre, insultes, ivrognerie, refus de relations sexuelles... (47,3 o des cas).

    C'est un magistrat spcialis, le juge aux affaires matrimoniales, qui suit le dossier, statue sur la garde des enfants, le droit de visite, la pension alimentaire.

    La loi oblige prendre un avocat. (Les poux qui demandent le divorce conjointement peuvent prendre un seul avocat.)

    Les obligations financires. Le jugement de divorce prvoit gnralement une pension alimentaire verse pour les enfants par lpoux qui nen a pas la garde, en fonction de ses ressources. (Mais les pensions alimentaires restent trop souvent impayes.)

    Il alloue parfois une prestation compensatoire l'un des poux une pension destine compenser la baisse du niveau de vie entrane par la rupture du mariage mais cest assez rare (environ 8 b des cas).

    La garde des enfants. Dans 85 % des cas, la garde des enfants est confie la mre. Mais elle peut aussi etre confie au pre (9,3 -o), une tierce personne 11,75 0o) ou bien encore aux deux parents (5 9-o) : cest le systme de la garde conjointe qui permet aux deux parents de dterminer eux-mmes les conditions de l exercice parental. La garde alterne nest pas reconnue par la loi, mais cest une pratique qui se dveloppe : les enfants vivent tantt chez leur mre, tantt chez leur pre.

    Unions libresCe nest pas parce que les Franais se marient

    moins que le couple est en perdition*. Beaucoup vivent en couple sans tre maris. Ce quon appelait le concubinage* jusque dans les annes 60 terme connotation pjorative est dsormais devenu une situation banale : lunion libre ou la cohabitation.

    En 1968, on comptait seulement 2,8 % de couples non maris; en 1987, la proportion est de 10 /o pour lensemble de la population, atteignant 20 % pour les moins de trente-cinq ans et 50 % pour les moins de vingt-cinq ans habitant la rgion parisienne.

    L union libre* est en augmentation dans toutes les catgories sociales. Elle est cependant beaucoup plus rpandue dans les milieux favoriss (cadres et professions intellectuelles) et dans les grandes villes (dans la rgion parisienne, 45 % des jeunes couples sans enfants ne sont pas maris). Elle est moins rpandue dans les zones rurales et dans les milieux catholiques o la norme sociale reste plus traditionnelle.

    Ce nest pas seulement un mariage l essai, mais un mode de vie qui peut tre de longue dure. La naissance dun